Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écrivains, photographes, compositeurs… les artistes auteurs affiliés à l’AGESSA en 2005

 | 
Eric Cléron
, 
Frédérique Patureau

Écrivains, photographes, compositeurs… les artistes auteurs affiliés à l’AGESSA en 2005

Writers, photographers, composers : creative artists affiliated with AGESSA in 2005

Note de l’éditeur

Ce numéro, rédigé par Éric Cléron et Frédérique Patureau, a bénéficié du concours actif de Pascal Murgier, chef du Bureau du statut de l’artiste à la Délégation aux arts plastiques (DAP).

Texte intégral

1Les résultats présentés dans cette note concernent les artistes auteurs affiliés en 2005 à l’AGESSA, organisme chargé de la gestion du régime de sécurité sociale spécifique des auteurs (voir encadré p. 6).

2Il s’agit d’une photographie statistique portant sur l’année 2005 mais intégrant quelques données en évolution depuis 1993. Elle inaugure une démarche nouvelle de suivi statistique des métiers d’auteur souhaitée conjointement par le Département des études, de la prospective et des statistiques et la Délégation aux arts plastiques, dans le but de mieux connaître les professionnels de ces métiers et les grandes caractéristiques de leur activité (effectifs, profils sociodémographiques, montant des droits d’auteur…). Rendue possible grâce à la collaboration active de l’AGESSA, cette exploitation, désormais annuelle, permettra de dégager, à terme, les tendances évolutives qui affectent ces métiers.

3Une démarche de même nature est entreprise simultanément à partir des données de la Maison des artistes (organisme chargé de la gestion du régime de sécurité sociale des auteurs pour la branche des arts plastiques et graphiques), afin de pouvoir disposer de données statistiques régulièrement actualisées sur les métiers de peintre, sculpteur, graphiste, graveur, etc. (voir Culture Chiffres 2007-6).

Un nombre d’auteurs en forte progression depuis les quinze dernières années

  • 1 Cette affiliation est établie sur la base des revenus d’artiste auteur perçus en 2004.

4En 2005, 9 192 auteurs sont affiliés à l’AGESSA1. Ils se répartissent en 11 catégories d’importance numérique très inégale puisque six d’entre elles regroupent près de 95 % des effectifs (voir tableau 1). À elle seule, la catégorie des photographes représente un tiers des affiliés.

  • 2 Dans le reste du document, « auteurs » sous-entendra « auteurs affiliés à l’AGESSA ».

5Le nombre d’auteurs affiliés à l’AGESSA2 a progressé de 36 % depuis 1993. Cette croissance a bénéficié en priorité aux catégories liées aux arts visuels qui représentaient la moitié des artistes auteurs en 1993 et en représentent aujourd’hui 58 %.

6De façon plus précise, ce sont les photographes qui enregistrent le plus fort accroissement (+ 61 %, voir graphique 1), suivis des illustrateurs (+ 54 %) et des auteurs d’œuvres cinématographiques (+ 48 %) et audiovisuelles (+ 59 %).

7La progression des effectifs est également importante, quoique moins marquée, chez les écrivains (+ 39 %) et les traducteurs (+ 26 %).

8Deux catégories, en revanche, enregistrent une diminution nette de leurs effectifs au cours de la même période : les auteurs d’œuvres dramatiques (– 15 %) et les auteurs compositeurs (– 16 %, voir graphique 1).

Tableau 1 – Répartition des auteurs selon la catégorie professionnelle en 2005

Catégories*

Nombre

 %

Photographes

3 000

33

Écrivains

1 857

20

Illustrateurs**

1 129

12

Auteurs d’œuvres audiovisuelles

1 013

11

Auteurs de compositions musicales avec ou sans paroles

852

9

Traducteurs

716

8

Auteurs d’œuvres cinématographiques

204

2

Auteurs de logiciels

153

2

Auteurs d’œuvres dramatiques

139

2

Auteurs du multimédia interactif

124

1

Auteurs d’œuvres chorégraphiques et pantomimes

5

Total

9 192

100

* Nomenclature établie par l’AGESSA.
** Il s’agit des illustrateurs tirant la plus grande partie de leurs revenus de contrats d’édition (bandes dessinées, livres illustrés…).

Source : AGESSA/DEPS

9Une catégorie, enfin, de création très récente dans les fichiers de l’AGESSA (2002) – celle des auteurs du multimédia interactif – est en expansion très rapide (effectifs multipliés par quatre depuis 2002), tout en ne comptant, aujourd’hui encore, qu’un effectif limité.

Une population masculine et plus âgée que la moyenne des actifs

  • 3 Voir L’emploi dans les professions culturelles en 2004, d’après l’enquête emploi de l’INSEE, Minist (...)

10En 2005, les auteurs sont pour 69 % des hommes et 31 % des femmes (voir tableau 2). Cette proportion d’hommes est supérieure à celle observée parmi les actifs des professions culturelles (61 %3) et nettement plus élevée que dans l’ensemble de la population active (54 %).

11Parmi les différentes catégories d’auteur, une seule est très majoritairement féminine : celle des traducteurs (66 % de femmes). À l’inverse, deux catégories se révèlent particulièrement masculines : celle des auteurs de logiciels (seulement 8 % de femmes) et celle des auteurs de compositions musicales (9 %).

Graphique 1 – Évolution du nombre d’auteurs (ensemble des auteurs, photographes, auteurs compositeurs de musique et auteurs d’œuvres cinématographiques)

Source : AGESSA/DEPS

Tableau 2 – Part des femmes, âge médian et âge moyen de chaque catégorie

Catégories

Part des femmes ( %)

Âge médian

Âge moyen

Traducteurs

66

47

48

Écrivains

45

50

50

Auteurs d’œuvres audiovisuelles

41

46

46

Auteurs d’œuvres cinématographiques

34

48

49

Illustrateurs

32

42

44

Auteurs du multimédia interactif

23

36

37

Auteurs d’œuvres dramatiques

22

55

57

Photographes

17

46

46

Auteurs de compositions musicales avec ou sans paroles

9

51

52

Auteurs de logiciels

8

43

43

Total

31

47

47

Pour lire ce tableau : 66 % des traducteurs sont des femmes.

Source : AGESSA/DEPS

12Les écrivains (45 % de femmes) et les auteurs d’œuvres audiovisuelles (41 %) présentent une répartition proche de la parité. L’âge moyen des auteurs est de 47 ans contre 40 ans pour l’ensemble des actifs. Cette moyenne recouvre des variations sensibles d’une catégorie à l’autre : un âge moyen de 37 ans pour les auteurs du multimédia interactif, mais de 57 ans pour les auteurs d’œuvres dramatiques (voir tableau 2).

13On observe cependant une certaine homogénéité entre les différentes catégories, l’âge médian se situant en général autour de 46-48 ans. Seule la catégorie des auteurs multimédias se distingue vraiment : la moitié de ces derniers ont en effet moins de 36 ans (voir graphique 2 et tableau 2).

14Deux autres catégories, relativement jeunes, présentent un profil intermédiaire : celles des illustrateurs et des auteurs de logiciels dont l’âge moyen est de 43 ans.

Davantage de femmes dans les jeunes générations

15Les femmes ne représentent que 31 % de l’ensemble de la population des auteurs. Cette part est toutefois plus élevée dans les tranches d’âge les plus jeunes, allant jusqu’à 40 % parmi les moins de 30 ans (voir tableau 3).

16Ici encore, des différences s’observent selon la catégorie professionnelle.

17Ainsi, les traducteurs, catégorie d’auteurs la plus féminine (66 % de femmes), présentent la particularité de compter une majorité de femmes dans toutes les tranches d’âge, y compris parmi les plus âgées (voir tableau 4).

18Pour les photographes (voir tableau 4), catégorie où la part des hommes est au contraire prédominante (17 % seulement de femmes), la part des femmes est, elle, beaucoup plus importante parmi les moins de 40 ans (36 %).

19La féminisation accompagne le renouvellement des générations. Ce fait est particulièrement sensible pour les photographes, les illustrateurs et les auteurs d’œuvres cinématographiques et audiovisuelles. Ce sont donc les catégories relevant des arts visuels qui semblent contribuer le plus à ce double mouvement de féminisation et de rajeunissement. Ainsi, parmi les photographes, la part des femmes est passée de 14 à 17 % en 10 ans, en même temps que progressait le poids relatif des plus jeunes : représentant moins de 3 % en 1993, les moins de 40 ans représentent, en 2003, 27 % des photographes.

Graphique 2 – Structure par tranche d’âge à travers deux exemples contrastés

Graphique 2 – Structure par tranche d’âge à travers deux exemples contrastés

Source : AGESSA/DEPS

Tableau 3 – Part des femmes dans l’ensemble des auteurs, par tranche d’âge

Tranche d’âge

Effectif

Part des femmes

( %)

Entre 20 et 30 ans

306

40

Entre 30 et 40 ans

2 300

36

Entre 40 et 50 ans

3 064

30

Entre 50 et 60 ans

2 334

27

Entre 60 et 70 ans

916

29

Plus de 70 ans

272

21

Total

9 192

31

Pour lire ce tableau : 40 % des auteurs âgés entre 20 et 30 ans sont des femmes.

Source : AGESSA/DEPS

Tableau 4 – Part des femmes chez les photographes et les traducteurs, par tranche d’âge

Tranche d’âge

Photographes

( %)

Traducteurs

( %)

Entre 20 et 30 ans

42

52

Entre 30 et 40 ans

26

75

Entre 40 et 50 ans

14

66

Entre 50 et 60 ans

11

64

Entre 60 et 70 ans

16

56

Plus de 70 ans

17

66

Total

17

66

Pour lire ce tableau : 42 % des photographes âgés entre 20 et 30 ans sont des femmes.

Source : AGESSA/DEPS

Une forte concentration en Île-de-France

Graphique 3 – Deux exemples contrastés de répartition régionale des auteurs

Graphique 3 – Deux exemples contrastés de répartition régionale des auteurs

Source : DGDDI/DEPS

2040 % des auteurs habitent Paris intra-muros et plus largement, ce sont près des deux tiers des auteurs qui résident en Île-de-France (63 % contre 43 % des actifs des professions culturelles et 19 % seulement de l’ensemble des actifs).

21Sans grande surprise, ce sont ensuite les régions Provence-Alpes-Côte d’Azur (6 % des auteurs) et Rhône-Alpes (4 %) qui concentrent le plus grand nombre d’auteurs, suivies de la Bretagne (3 %) et de trois régions du sud de la France (Midi-Pyrénées, Languedoc-Roussillon, Aquitaine, 3 % chacune).

22La surreprésentation de l’Île-de-France n’est pas de même ampleur selon la catégorie professionnelle considérée : elle est, par exemple, particulièrement marquée chez les auteurs d’œuvres cinématographiques et audiovisuelles (respectivement 83 % et 78 %) et chez les photographes (63 %), mais beaucoup moins chez les auteurs de logiciels (52 %) et multimédia (50 %). Une seule catégorie, cependant, est majoritairement implantée en dehors de l’Île-de-France : celle des illustrateurs (42 % seulement de Franciliens, voir graphique 3).

Une très grande disparité des droits d’auteur

23En 2005, 4 736 auteurs déclarent fiscalement leurs droits d’auteur en salaires et 3 797 en bénéfices non commerciaux (voir tableau 5 et l’encadré ci-dessous).

Tableau 5 – Répartition des droits d’auteur moyens et médians par catégorie d’auteurs

Tableau 5 – Répartition des droits d’auteur moyens et médians par catégorie d’auteurs

Source : AGESSA/DEPS

24Par ailleurs, le revenu moyen de chaque catégorie cache le plus souvent de grandes disparités internes, comme le montre l’observation simultanée du revenu médian de chaque catégorie : au sein d’une même catégorie, l’ampleur de l’écart entre revenu moyen et revenu médian traduit en fait une répartition très inégale des revenus caractérisée par la présence d’une minorité de professionnels ayant des droits d’auteur très élevés mais très peu représentatifs des revenus de l’ensemble des professionnels de la catégorie.

25La courbe de concentration des revenus des auteurs (voir graphique 4) illustre bien ce phénomène général de manière graphique.

26On observe en effet que la moitié des auteurs « se partagent » 10 % de l’ensemble des revenus distribués, alors que les 10 % déclarant le plus de revenus d’auteur se partagent la moitié de l’ensemble des revenus distribués. La situation d’auteur recouvre donc des réalités très contrastées dont les deux pôles extrêmes sont, d’une part, un petit nombre d’auteurs parvenant à vivre très largement de leur activité d’auteur et, de l’autre, une population nombreuse dont les revenus tirés de la création artistique sont très faibles.

Graphique 4 – Courbe de concentration des revenus des auteurs

Graphique 4 – Courbe de concentration des revenus des auteurs

Source : AGESSA/DEPS

27Pour lire ce tableau : les écrivains affiliés à l’AGESSA ont déclaré un revenu annuel moyen de 34 926 euros. La moitié de ces écrivains a déclaré moins de 16 481 euros, l’autre moitié, plus de cette même somme.

28Les artistes auteurs d’œuvres originales cotisent pour les assurances maladie et vieillesse de base, ainsi qu’au titre de la CSG et de la CRDS sur la base de leur bénéfice non commercial (BNC) majoré de 15 % et/ou de leurs revenus déclarés en traitements et salaires. Ils sont affiliés, et peuvent bénéficier des prestations équivalentes à celles du régime général (indemnités journalières, congé maternité…) si leur revenu atteint le seuil d’affiliation (www.sacd.fr/parcours/statut/index_fiscal.asp).

29Le revenu annuel moyen des catégories d’auteurs déclarant en traitements et salaires est sensiblement plus élevé que celui des catégories déclarant en BNC : plus de 40 000 euros en moyenne contre moins de 30 000 euros.

30Ces moyennes recouvrent de très fortes disparités d’une catégorie à l’autre : parmi les auteurs déclarant en salaires, le revenu moyen des auteurs d’œuvres dramatiques est ainsi près de trois fois plus élevé que celui des traducteurs ; parmi les auteurs déclarant en BNC, le revenu moyen des photographes est deux fois plus élevé que celui des auteurs du multimédia interactif.

31Bien sûr, ce phénomène d’ensemble peut subir des variations selon la catégorie professionnelle considérée.

32Il est ainsi tout particulièrement marqué chez les auteurs d’œuvres dramatiques, où l’on note un revenu annuel moyen près de trois fois plus élevé que le revenu médian : parmi les professionnels de cette catégorie, près de 14 % des individus déclarent moins de 2 500 euros dans l’année, tandis qu’à l’opposé, 7 % des auteurs déclarent plus de 200 000 euros (voir graphique 5). Ces caractéristiques se retrouvent dans la catégorie des compositeurs de musique, dans celles des auteurs d’œuvres cinématographiques, auteurs d’œuvres audiovisuelles et auteurs de logiciels.

33D’autres catégories, en revanche, se caractérisent par une distribution plus homogène des revenus : celle des traducteurs, notamment, où la quasi-totalité des professionnels déclarent des revenus compris à l’intérieur d’une fourchette allant de 10 000 à 30 000 euros (voir graphique 5).

Graphique 5 – Distribution du nombre de traducteurs et d’auteurs d’œuvres dramatiques par tranche de revenus

Graphique 5 – Distribution du nombre de traducteurs et d’auteurs d’œuvres dramatiques par tranche de revenus

Source : AGESSA/DEPS

Graphique 6 – Part des auteurs déclarant des revenus inférieurs au seuil d’affiliation en 1993, 2000 et 2005

Graphique 6 – Part des auteurs déclarant des revenus inférieurs au seuil d’affiliation en 1993, 2000 et 2005

Source : AGESSA/DEPS

Une proportion croissante d’individus à très faibles revenus d’auteur

  • 4 Rappelons qu’il peut s’agir soit d’auteurs dont l’affiliation a été prononcée à l’issue d’un examen (...)

34À partir d’une analyse de l’évolution des revenus d’auteur sur trois années de référence (1993, 2000, 2005), on peut observer une augmentation importante, pour toutes les catégories (à l’exception des traducteurs et des auteurs d’œuvres audiovisuelles), de la part des auteurs dont les revenus se situent en deçà du seuil d’affiliation4.

35Ce phénomène est particulièrement marqué chez les auteurs d’œuvres dramatiques, les photographes et les illustrateurs – ces deux dernières catégories étant par ailleurs celles dont l’effectif a le plus fortement augmenté au cours de la période (voir graphique 6).

36Le régime de sécurité sociale des artistes auteurs

37Le régime obligatoire de sécurité sociale des artistes auteurs a été institué par la loi du 31 décembre 1975, étendant à l’ensemble des artistes créateurs les dispositions de la loi du 31 décembre 1964 applicable aux seuls artistes des arts plastiques.

38Ce régime est géré par deux associations agréées : la Maison des artistes (MDA) pour la branche des arts graphiques et plastiques, l’Association pour la gestion de la sécurité sociale des auteurs (AGESSA) pour les branches des écrivains, des auteurs et compositeurs de musique, du cinéma et de la télévision, de la photographie.

39Seules les activités consistant en la vente d’œuvres d’art et à la cession de droits d’exploitation sur lesdites œuvres relèvent du régime spécifique des artistes auteurs. Le Code de la sécurité sociale exclut les activités donnant lieu à la production d’objets utilitaires (artisanat, vêtements, design…) et/ou relevant du régime des professions libérales (architecture d’intérieur, stylisme…), ou exercées en tant que salarié (journalisme…), ou encore relevant de prestations techniques ou de conseil.

40Pour être affilié à l’AGESSA, l’auteur doit justifier de la nature de son activité et de la perception d’un revenu minimal tiré de cette activité (revenu au moins égal à 900 fois la valeur horaire du smic, soit 7 038 euros pour 2005), avec la possibilité, en cas de revenus inférieurs à ce seuil, d’être néanmoins affilié après examen du dossier de l’auteur par une commission de professionnalité. À noter : ce seuil a été abaissé en 2001.

41Pour en savoir plus : www.agessa.org

Notes

1 Cette affiliation est établie sur la base des revenus d’artiste auteur perçus en 2004.

2 Dans le reste du document, « auteurs » sous-entendra « auteurs affiliés à l’AGESSA ».

3 Voir L’emploi dans les professions culturelles en 2004, d’après l’enquête emploi de l’INSEE, Ministère de la culture et de la communication, DEPS, coll. « Notes de l’observatoire de l’emploi culturel », no 45, mai 2006. Téléchargeable sur le site http://www.culture.gouv.fr/deps

4 Rappelons qu’il peut s’agir soit d’auteurs dont l’affiliation a été prononcée à l’issue d’un examen de leur dossier individuel par une commission de professionnalité, soit d’auteurs affiliés au-dessus du seuil mais dont les revenus ont baissé.

Table des illustrations

Titre Graphique 2 – Structure par tranche d’âge à travers deux exemples contrastés
Crédits Source : AGESSA/DEPS
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/810/img-1.png
Fichier image/png, 52k
Titre Graphique 3 – Deux exemples contrastés de répartition régionale des auteurs
Crédits Source : DGDDI/DEPS
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/810/img-2.png
Fichier image/png, 56k
Titre Tableau 5 – Répartition des droits d’auteur moyens et médians par catégorie d’auteurs
Crédits Source : AGESSA/DEPS
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/810/img-3.png
Fichier image/png, 80k
Titre Graphique 4 – Courbe de concentration des revenus des auteurs
Crédits Source : AGESSA/DEPS
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/810/img-4.png
Fichier image/png, 19k
Titre Graphique 5 – Distribution du nombre de traducteurs et d’auteurs d’œuvres dramatiques par tranche de revenus
Crédits Source : AGESSA/DEPS
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/810/img-5.png
Fichier image/png, 68k
Titre Graphique 6 – Part des auteurs déclarant des revenus inférieurs au seuil d’affiliation en 1993, 2000 et 2005
Crédits Source : AGESSA/DEPS
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/810/img-6.png
Fichier image/png, 54k

© Département des études, de la prospective et des statistiques, 2007

Creative Commons - Attribution-NonCommercial 3.0 Unported - CC BY-NC 3.0

Lire

Open access