Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Repères économiques des secteurs culturels marchands en 2010

 | 
Valérie Deroin

Repères économiques des secteurs culturels marchands en 2010

Economic overview of the cultural market-oriented sectors in 2010

Texte intégral

Définition du champ

1L’analyse du champ de la culture renvoie à un corpus d’activités plus ou moins large, et peut produire des résultats d’amplitude variable. De fait, le secteur culturel n’a pas d’existence économique en tant que regroupement de familles de produits ou services culturels qui permettrait de border le champ. La palette des activités culturelles tend elle-même à s’élargir, en particulier sous l’effet de développements technologiques qui apportent de nouveaux produits culturels, de nouveaux acteurs, de nouveaux réseaux d’activités.

  • 1 Voir Valérie DEROIN, Approche statistique européenne de la culture, Paris, Ministère de la Culture (...)

2Pour autant, l’Union européenne s’est dotée d’un cadre statistique de la culture, défini conjointement par les États membres au sein du réseau d’experts européens ESSnet Culture : ce cadre statistique est utilisé pour représenter le champ d’étude des secteurs culturels1. Les États membres ont ainsi retenu des critères communs pour structurer un système d’observation des activités culturelles en Europe. Les activités culturelles représentent des activités qui reposent sur des valeurs culturelles et/ou une expression artistique ; elles placent la création au centre du système. Les activités publicitaires, par exemple, sont reconnues comme activités culturelles par leurs activités de création de scénarios.

3Plus précisément, les activités culturelles, artistiques ou créatives définies par le champ ESSnet de la culture s’insèrent dans dix grands domaines culturels :

  • le patrimoine des musées, des monuments historiques et de l’archéologie ;

  • les archives ;

  • les bibliothèques ;

  • le livre et la presse ;

  • les arts visuels (arts plastiques, photographie, design) ;

  • le spectacle vivant ;

  • l’audiovisuel et le multimédia ;

  • l’architecture ;

  • la publicité ;

  • l’artisanat d’art.

4Les activités culturelles elles-mêmes résultent du croisement de ces domaines culturels avec des fonctions économiques : celles de création, de production et d’édition, de diffusion et de commercialisation, de conservation, de formation et d’administration et de management culturels. La construction de ce champ de la culture en Europe permet ainsi de disposer d’un ensemble cohérent et reconnu d’activités culturelles, prérequis nécessaire à la production de données européennes comparables et à l’analyse des secteurs économiques de la culture. Ces dix domaines culturels et ces six fonctions économiques sont utilisés pour la présente analyse des secteurs culturels marchands en France (voir encadré méthodologique).

En 2010, la part des secteurs culturels dans l’économie marchande est d’environ 5 % en nombre d’unités légales et de près de 3 % en valeur ajoutée

  • 2 Personnes physiques et personnes morales, y compris les auto-entrepreneurs. Voir rubrique « Définit (...)

5Avec environ 157 000 unités légales2 en 2010, la culture et ses différents secteurs d’activités représentent 4,7 % de l’ensemble des secteurs marchands, hors agriculture. Ces unités réalisent un chiffre d’affaires de 71 milliards d’euros, soit 2 % de l’économie marchande non agricole, et emploient près de 281 000 salariés en équivalent temps plein, soit 2,3 % des emplois marchands non agricoles (tableau 1). Les secteurs culturels apportent 29 milliards de valeur ajoutée à la production nationale, soit près de 3 % de la valeur ajoutée totale des secteurs marchands non agricoles.

6En rapportant la valeur ajoutée au chiffre d’affaires, soit la capacité de l’entreprise à générer de la richesse pour elle-même (autofinancement), pour ses salariés, pour l’État (impôts et taxes) et pour les banques (charges financières), on observe un taux moyen des secteurs culturels de 41 %, qui est supérieur au taux moyen de l’ensemble des secteurs marchands (29 %) mais légèrement inférieur au taux global moyen des services (information et communication : 45 %, activités spécialisées, scientifiques et techniques et activités de services administratifs et de soutien : 48 %).

7L’excédent brut d’exploitation (EBE) correspond à 8,3 milliards d’euros pour le champ culturel, soit 3 % de l’ensemble des secteurs marchands. Comme les entreprises n’ont pas toutes le même mode de financement de leur activité, l’EBE, qui mesure la performance des activités d’exploitation, se révèle utile pour comparer leurs ressources après paiement des impôts, taxes et charges de personnel. L’EBE révèle de fortes disparités entre secteurs culturels marchands : les éditions de chaînes généralistes, l’architecture et la production de films pour la télévision (EBE entre 1,1 et 1,6 milliard d’euros) se démarquent nettement, par exemple, de la gestion des salles de spectacles, la gestion des monuments et des musées (EBE inférieur à 27 millions d’euros pour chacune de ces activités).

Caractéristiques générales selon les secteurs culturels

Architecture et arts visuels réunissent plus de la moitié du nombre d’unités

8En 2010, les activités d’architecture sont prépondérantes en nombre avec 31 646 unités (tableau 2), soit 20 % des secteurs culturels hors patrimoine (musées, monuments, archives, bibliothèques). Elles sont suivies des arts visuels, notamment le design qui compte 20 024 unités (13 % des secteurs culturels) et la création artistique des écrivains, compositeurs de musique et journalistes indépendants avec 13 819 unités (9 %). Parmi les activités de spectacle vivant, celles des artistes du spectacle vivant, de l’organisation et la production de spectacles sont réalisées par quelque dix milliers d’unités (11 097).

9L’audiovisuel et le multimédia, dans une conception élargie depuis la production jusqu’à l’édition et la distribution, couvrent 12 % des unités des secteurs culturels avec 19 495 unités : on observe cependant une grande disparité de ces secteurs avec, d’un côté, l’édition de chaînes généralistes assurée par seulement 23 unités légales et, de l’autre, la postproduction audiovisuelle qui occupe 3 913 unités.

Architecture, édition de chaînes généralistes et publicité sont les principaux contributeurs économiques du champ culturel

10Premières en nombre d’unités, les activités d’architecture sont également les principales contributrices à l’ensemble du chiffre d’affaires et de la valeur ajoutée du champ culturel (14 % de la valeur ajoutée de l’ensemble et 10 % du chiffre d’affaires). Ensuite, l’édition de chaînes généralistes (11 % de la valeur ajoutée de l’ensemble ainsi que 11 % du chiffre d’affaires) et toutes les activités de publicité culturelles et non culturelles (16 % de la valeur ajoutée de l’ensemble et 18 % du chiffre d’affaires) contribuent pour plus de 10 % à la valeur ajoutée (VA) et au chiffre d’affaires (CA) général du champ culturel. Les éditions de revues, de journaux et de livres ainsi que la production télévisuelle sont proches en termes de contribution au CA et à la VA (respectivement 7 % et 9 %). Tous les autres secteurs concourent pour moins de 5 % à l’ensemble du champ culturel marchand.

Tableau 1 – Part des secteurs culturels marchands sur l’ensemble des secteurs marchands en 2010

Tableau 1 – Part des secteurs culturels marchands sur l’ensemble des secteurs marchands en 2010

Source : Insee, Ésane 2010/DEPS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2012

Une population de petites structures dynamiques

  • 3 Seuls 6 niveaux « groupes » de la NAF Rév.2, 2008 sont retenus pour la ventilation par taille d’eff (...)

11Les petites structures de moins de 10 salariés forment l’essentiel du tissu économique des secteurs culturels marchands (graphique 1) : l’étude des secteurs culturels à un niveau plus agrégé de la nomenclature NAF confirme cette caractéristique pour les six niveaux culturels3 avec des taux de 63 % à 99 % de secteurs constitués d’entreprises de 0 à 9 salariés en équivalent temps plein (ETP).

12On observe cependant des variations et trois grands ensembles se dessinent : le premier est formé de secteurs dans lesquels l’essentiel des effectifs et des résultats d’exploitation sont pris en charge par de petites entreprises. Ainsi la quasi-totalité des entreprises de design comptent moins de 10 salariés et réalisent plus des deux tiers du chiffre d’affaires et de la valeur ajoutée. Les petites entreprises, très majoritaires dans les activités créatives, artistiques et de spectacle, réalisent aussi l’essentiel des résultats pour plus de la moitié du chiffre d’affaires et de la valeur ajoutée. Dans ces deux groupes, les entreprises moyennes entre 20 à 249 salariés ETP réalisent le tiers des activités économiques.

13Un deuxième ensemble est composé d’un grand nombre de petites entreprises de moins de 10 salariés ETP qui réalisent de 30 % à 50 % du CA et de la VA. Parallèlement coexiste un petit nombre d’entreprises moyennes à grandes. Dans les activités de production et de distribution cinématographiques et télévisuelles ainsi que dans l’édition vidéo, les entreprises de 10 à 19 salariés ETP représentent moins de 3 % du total et réalisent 13 % du CA et de la VA. Celles de 20 à 249 salariés ETP représentent aussi environ 3 % en nombre mais réalisent jusqu’à 51 % du CA et 44 % de la VA. Dans la musique enregistrée, l’importance économique des très grandes entreprises de 250 salariés ETP est établie : bien que représentant moins de 1 % du total des unités du secteur, elles réalisent 27 % du CA et 23 % de la VA. Dans ce secteur, les petites entreprises de moins de 10 salariés et les entreprises de 20 à 249 salariés réalisent environ les deux tiers du chiffre d’affaires (34 % pour les moins de 10 salariés et 36 % pour les 20 à 249).

14Enfin un troisième ensemble atteste d’une concentration encore plus marquée des très grandes entreprises : il réunit les secteurs culturels dans lesquels plus de la moitié et jusqu’à la presque totalité des résultats sont réalisés par un très faible nombre de grandes unités de plus de 250 salariés ETP (moins de 4 % en nombre d’unités du secteur). Il s’agit des secteurs audiovisuels de la radio et de la télévision qui concentrent 53 % à 82 % du CA et 65 % à 85 % de la VA. À l’opposé, 80 % des petites entreprises de moins de 10 salariés de la radio ne génèrent que 6 % de la VA et 63 % des petites entreprises de moins de 10 salariés de la télévision produisent une valeur ajoutée négative qui s’explique en partie par des charges élevées, en particulier de sous-traitance.

Avec 6 milliards d’euros de chiffre d’affaires réalisés à l’export, des activités économiques qui s’exportent peu, à l’exception du jeu vidéo

15Avec un chiffre d’affaires total à l’export d’environ 6 milliards d’euros, la proportion des ventes à l’export de l’ensemble des secteurs culturels marchands apparaît faible (8 %) en 2010, comparée au taux moyen de l’ensemble des secteurs marchands (15 %). Cependant ce taux peut être rapproché du taux moyen des secteurs de l’information et de la communication (9 %), et il est bien supérieur au taux moyen de l’ensemble des autres activités de services (2 %).

Tableau 2 – Caractéristiques économiques des secteurs culturels marchands en 2010

Domaine

Libellé

Code NAF 2008

Nombre d’unités légales

Effectifs salariés équivalent en temps plein

Chiffre d’affaire
hors taxes
en millions

Valeur ajoutée y compris autres et produits autres charges
en millions

Patrimoine

Gestion des bibliothèques et des archives

91.01Z

S

S

S

S

Gestion des musées

91.02Z

S

S

42

14

Gestion des sites et monuments historiques

et des attractions touristiques similaires

91.03Z

323

2 042

230

110

Livre et presse

Édition de livres

58.11Z

4 193

12 820

5 942

1 504

Édition de journaux

58.13Z

809

27 279

5 183

1 797

Édition de revues et périodiques

58.14Z

2 433

24 042

6 433

2 187

Agences de presse

63.91Z

2 025

4 428

835

513

Arts visuels

Création artistique relevant des arts plastiques

90.03A

6 441

S

S

S

Autre création artistique

90.03B

13 819

S

S

S

Activités photographiques

74.20Z (p)

11 013

5 911

1 217

500

Activités spécialisées de design

74.10Z

20 024

6 584

1 693

724

Architecture

Arts du spectacle vivant

90.01Z

11 097

8 090

1 721

574

Activités de soutien au spectacle vivant

90.02Z

5 922

8 522

1 759

694

Gestion de salles de spectacles

90.04Z

514

3 739

959

183

Audiovisuel/multimédia

Production de films et de programmes Production de films institutionnels et publicitaires

59.11B

4 368

5 058

1 316

531

Production de films pour le cinéma

59.11C

2 114

4 901

1 929

1 402

Postproduction de films cinématographiques, de vidéo et de programmes de télévision

59.12Z

3 913

10 230

2 027

996

Distribution de films cinématographiques

59.13A

498

1 841

1 803

377

Édition et distribution vidéo

59.13B

786

1 361

783

168

Projection de films cinématographiques

59.14Z

863

6 746

1 385

443

Édition de jeux électroniques

58.21Z

189

1 811

1 197

385

Édition d’enregistrements sonores

59.20Z

3 532

3 575

1 182

428

Édition et diffusion de programmes radio

60.10Z

362

9 044

1 375

694

Édition de chaînes généralistes

60.20A

26

14 622

7 691

3 139

Édition de chaînes thématiques

60.20B

154

4 533

1 664

231

Publicité

Activités des agences de publicité

73.11Z (p)

18 254

70 853

12 462

4 712

Éducation/formation

Enseignement culturel

85.52Z

8 571

1 025

247

134

Total secteurs culturels marchands

156 579

280 984

70 814

28 656

Tous secteurs des services marchands (hors agriculture)

3 324 331

12 259 209

3 597 967

1 033 389

(p) = code statistique partiellement culturel, S = donnée soumise au secret statistique.
Champ : France, ensemble des unités légales des secteurs marchands, y compris auto-entrepreneurs et holdings financières.

Source : Insee, Ésane 2010/DEPS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2012

Graphique 1a – Répartition par taille d’effectifs de 6 groupes culturels : nombre d’unités, chiffre d’affaires et valeur ajoutée en 2010

Graphique 1a – Répartition par taille d’effectifs de 6 groupes culturels : nombre d’unités, chiffre d’affaires et valeur ajoutée en 2010

Source : Insee, Ésane 2010/DEPS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2012.

Graphique 1b – Répartition par taille d’effectifs de 6 groupes culturels : nombre d’unités, chiffre d’affaires et valeur ajoutée en 2010

Graphique 1b – Répartition par taille d’effectifs de 6 groupes culturels : nombre d’unités, chiffre d’affaires et valeur ajoutée en 2010

Source : Insee, Ésane 2010/DEPS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2012.

Graphique 1c – Répartition par taille d’effectifs de 6 groupes culturels : nombre d’unités, chiffre d’affaires et valeur ajoutée en 2010

Graphique 1c – Répartition par taille d’effectifs de 6 groupes culturels : nombre d’unités, chiffre d’affaires et valeur ajoutée en 2010

Source : Insee, Ésane 2010/DEPS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2012.

Tableau 3 – Répartition du chiffre d’affaires à l’export selon la taille des entreprises en 2010

Tableau 3 – Répartition du chiffre d’affaires à l’export selon la taille des entreprises en 2010

Champ : France, unités légales des secteurs marchands (y compris auto-entrepreneurs et sociétés holding).

Source : Insee, Ésane 2010/DEPS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2012

16De plus, de fortes différences s’observent selon les secteurs : tandis que les entreprises d’édition de jeux électroniques réalisent plus de 50 % de leur chiffre d’affaires à l’étranger, certains secteurs dont les activités sont traditionnellement proposées sur le marché national tels les musées, les salles de cinéma, l’enseignement culturel, ont des taux d’exportation nuls. Entre ces deux pôles, les secteurs culturels marchands ont des comportements d’exportation différents, avec un taux déterminant autour de 20 % pour les entreprises d’édition de chaînes thématiques, les agences de presse, la musique enregistrée, la distribution de films cinématographiques et le design. La production cinématographique et de films publicitaires, l’édition de livres, de périodiques et de vidéos, les activités créatives et techniques de spectacles vivants réalisent environ 10 % de leur chiffre d’affaires à l’exportation. Enfin un dernier groupe de secteurs culturels comprenant l’architecture, la photographie, les activités de la radio, la gestion de salles de spectacles ou encore les chaînes généralistes réalisent moins de 5 % de leur chiffre d’affaires en exportant leurs activités.

17Il est intéressant de noter la position favorable à l’exportation des petites structures, quelle que soit leur activité (tableau 3) : à l’exception de la programmation télévisuelle, la proportion des unités de moins de 10 salariés à se tourner vers le commerce extérieur atteint 20 % à 40 % de l’ensemble des entreprises du secteur concerné. Avec les entreprises de 20 à 249 salariés ETP, elles sont les plus dynamiques sur le marché extérieur. Le secteur de la musique enregistrée (43 % du chiffre d’affaires réalisé à l’export) et celui de la programmation télévisuelle (81 % à l’export) sont fortement engagés sur le marché international grâce à l’activité des plus grandes entreprises, celles de plus de 250 salariés.

Tableau 4 – Taux de marge des secteurs culturels en 2010 (en millions d’euros)

Codes NAF

Libellé du secteur d’activité

Valeur ajoutée

+

 =

Taux de marge (en %)

2008

Subventions

d’exploitation

Impôts,

taxes

et versements assimilés

Frais

de personnel

EBE

58.11Z

Édition de livres

1 504

11

69

878

569

38

58.13Z

Édition de journaux

1 797

87

74

1 830

– 20

– 1

58.14Z

Édition de revues et périodiques

2 187

9

71

1 698

426

20

58.21Z

Édition de jeux électroniques

385

1

7

117

262

68

59.11A

Production de films et de programmes pour la télévision

2 084

99

43

1 006

1 134

54

59.11B

Production de films institutionnels et publicitaires

531

5

16

438

82

15

59.11C

Production de films pour le cinéma

1 402

93

27

648

820

59

59.12Z

Postproduction de films cinématographiques, de vidéo et de programmes de télévision

996

7

43

809

151

15

59.13A

Distribution de films cinématographiques

377

14

17

132

243

64

59.13B

Édition et distribution vidéo

168

2

9

96

64

38

59.14Z

Projection de films cinématographiques

443

29

51

257

164

37

59.20Z

Enregistrement sonore et édition musicale

428

9

20

317

100

23

60.10Z

Édition et diffusion de programmes radio

694

38

38

635

59

8

60.20A

Édition de chaînes généralistes

3 139

198

472

1 262

1 602

51

60.20B

Édition de chaînes thématiques

231

214

34

365

46

20

63.91Z

Activités des agences de presse

513

5

13

429

76

15

71.11Z

Activités d’architecture

4 135

19

163

2 623

1 368

33

73.11Z (p)

Activités des agences de publicité

4 712

10

216

3 954

552

12

74.10Z

Activités spécialisées de design

724

4

31

489

208

29

74.20Z (p)

Activités photographiques

500

2

23

330

148

30

85.52Z

Enseignement culturel

134

5

7

78

53

40

90.01Z

Arts du spectacle vivant

574

152

38

545

144

25

90.02Z

Activités de soutien au spectacle vivant

694

13

26

607

73

11

90.04Z

Gestion de salles de spectacles

183

86

24

230

17

9

91.02Z

Gestion des musées

14

5

1

15

3

22

91.03Z

Gestion des sites et monuments historiques et des attractions touristiques similaires

110

19

6

98

26

23

Total

Moyenne secteurs culturels marchands

28 656

1 137

1 541

19 883

8 369

29

(p) : code statistique partiellement culturel.
Champ : France, unités légales des secteurs marchands (y compris auto-entrepreneurs et sociétés holding).

Source : Insee, Ésane 2010/DEPS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2012

Des performances d’exploitation contrastées selon les secteurs

18Les frais de personnel (salaires et charges sociales) constituent une part conséquente de la différence entre la valeur ajoutée et l’excédent brut d’exploitation. Ils sont plus ou moins élevés selon les secteurs et leur incidence sur la rentabilité de l’exploitation courante peut être importante (tableau 4) : l’édition de journaux, par exemple, est le seul secteur culturel où l’insuffisance d’exploitation se traduit par un solde négatif en 2010, ce qui s’explique par des frais de personnel élevés non compensés par des subventions d’exploitation.

19Le taux moyen de rémunération du travail (soit la part de la valeur ajoutée consacrée aux frais de personnel) dans l’ensemble des secteurs marchands (hors agriculture) est de 66 % (tableau 6), il est très légèrement supérieur pour les seuls secteurs culturels (69 %). Dans le cas de l’édition de journaux, ce taux atteint 102 % (tableau 5) : la valeur ajoutée dégagée ne suffit pas à couvrir les frais de personnel qui lui sont supérieurs, ce qui grève largement la richesse produite. Trois autres secteurs affichent des frais de personnel égaux ou supérieurs à leur valeur ajoutée : les musées (111 %), les salles de spectacles (125 %) et l’édition de chaînes thématiques (158 %). Pour ces secteurs, en revanche, les frais de personnel élevés sont compensés par des subventions d’exploitation, elles aussi élevées (respectivement de 38 %, 47 % et 92 % de la valeur ajoutée) et très supérieures à la moyenne des secteurs culturels (4 %).

20Le profit dégagé par les secteurs est lié à l’équilibre entre rémunération du travail (elle-même liée à la politique d’emploi et au niveau de qualification du personnel) et impôts sur la production, auxquels s’ajoutent l’ensemble des transferts courants des administrations publiques et les choix d’investissement. Les subventions d’exploitation, au sens de la comptabilité, correspondent à tout type de transferts courants versés par les administrations publiques. Ces subventions d’exploitation sont destinées à financer le fonctionnement de l’entreprise et sont accordées pour différentes destinations : elles peuvent, par exemple, être demandées pour faciliter l’emploi de certaines catégories d’actifs (primes à l’emploi de chômeurs âgés de 45 ans et plus, Rmistes, etc.) ou encore en tant que soutien pour l’acquisition de matériels radiophoniques. Ces transferts courants des administrations permettent aux entreprises de compenser l’insuffisance de certains postes de leur exploitation régulière en équilibrant le budget et en générant ainsi une marge brute positive.

21En 2010, la part des subventions d’exploitation rapportée au total de la valeur ajoutée est de 2 % pour l’ensemble des secteurs marchands non agricoles (tableau 6) ; dans les secteurs culturels marchands, ce taux moyen est proche, supérieur de 2 points seulement (4 %). Comparés à cette moyenne, cinq secteurs bénéficient de subventions considérables sur les produits ou sur l’exploitation (tableau 5) : l’édition de chaînes thématiques (92 % de la VA), la gestion de salles de spectacles (47 %), les musées (38 %), les arts du spectacle vivant (26 %), les sites et monuments historiques (18 %). À l’exception de ces cinq secteurs, les taux de subventions d’exploitation des secteurs culturels sont comparables à la moyenne des secteurs culturels marchands (4 %), avec des variations qui n’excèdent pas de 3 points la moyenne (plus ou moins). Le volume des subventions d’exploitation est anecdotique par rapport à la valeur ajoutée dans le cas de l’architecture, la photographie, l’édition de jeux électroniques et de revues, ainsi que les agences de publicité (tableau 5).

22Dans les analyses futures permises par la définition récente du champ des activités culturelles, il sera intéressant de retenir ces indicateurs de répartition de la valeur ajoutée pour mesurer la stabilité ou l’évolution des salaires, des taxes et des subventions d’exploitation sur plusieurs années.

Tableau 5 – Répartition de la valeur ajoutée en 2010 (en %)

  • 4 NB : cette proportion élevée est à rapprocher en partie du programme de l’audiovisuel extérieur de (...)

Code NAF

2008

Libellé du secteur d’activité

Part des subventions d’exploitation par rapport à la valeur ajoutée

Part des impôts, taxes par rapport à la valeur ajoutée

Part des frais de personnel par rapport à la valeur ajoutée

58.11Z

Édition de livres

1

5

58

58.13Z

Édition de journaux

5

4

102

58.14Z

Édition de revues et périodiques

0

3

78

58.21Z

Édition de jeux électroniques

0

2

30

59.11A

Production de films et de programmes pour la télévision

5

2

48

59.11B

Production de films institutionnels et publicitaires

1

3

82

59.11C

Production de films pour le cinéma

7

2

46

59.12Z

Postproduction de films cinématographiques, de vidéo et de programmes de télévision

1

4

81

59.13A

Distribution de films cinématographiques

4

5

35

59.13B

Édition et distribution vidéo

1

5

57

59.14Z

Projection de films cinématographiques

7

12

58

59.20Z

Enregistrement sonore et édition musicale

2

5

74

60.10Z

Édition et diffusion de programmes radio

5

5

92

60.20A

Édition de chaînes généralistes

6

15

40

60.20B

Édition de chaînes thématiques

924

15

158

63.91Z

Activités des agences de presse

1

3

84

71.11Z

Activités d’architecture

0

4

63

73.11Z

Activités des agences de publicité

0

5

84

74.10Z

Activités spécialisées de design

1

4

68

74.20Z

Activités photographiques

0

5

66

85.52Z

Enseignement culturel

4

5

59

90.01Z

Arts du spectacle vivant

26

7

95

90.02Z

Activités de soutien au spectacle vivant

2

4

87

90.04Z

Gestion de salles de spectacles

47

13

125

91.02Z

Gestion des musées

38

6

111

91.03Z

Gestion des sites et monuments historiques et des attractions touristiques similaires

18

6

88

Champ : France, unités légales des secteurs marchands (y compris auto-entrepreneurs et sociétés holding).

Source : Insee, Ésane 2010/DEPS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2012.

23Le taux de marge, soit le rapport de l’excédent brut d’exploitation sur la valeur ajoutée, mesure la rentabilité en précisant la part de la valeur créée par l’entreprise qui sert à rémunérer les apporteurs de capitaux et à renouveler le capital investi (graphique 2). Les taux de marge élevés sont plutôt le fait de secteurs qui ont une importante activité capitalistique, tels les secteurs des télécommunications par satellite (86 % en 2010) ou les activités de commerce des agents immobiliers (71 %). À l’inverse, les taux de marge faibles dénotent d’un relatif faible emploi du capital par rapport au travail.

Tableau 6 – Taux de marge des secteurs d’activités culturels en 2010

Tableau 6 – Taux de marge des secteurs d’activités culturels en 2010

Graphique 2 – Taux de marge des secteurs d’activités culturels en 2010

Graphique 2 – Taux de marge des secteurs d’activités culturels en 2010

Source : Insee, Ésane 2010/DEPS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2012

24Le taux de marge moyen de l’ensemble des services marchands est de 29 % en 2010 : onze secteurs culturels ont un taux de marge supérieur à cette moyenne. Le taux de marge le plus élevé est celui des activités d’édition de jeux électroniques (68 %). Les activités de distribution de films, de production cinématographique et télévisuelle et l’édition de chaînes généralistes suivent avec des taux de 64 % à 51 %. L’enseignement culturel, l’édition vidéo et l’édition de livres, la projection de films cinématographiques ont des taux de marge brute d’environ 40 %. Les activités techniques d’architecture, de photographie et de design réalisent des taux proches de 30 %. La création en spectacle vivant, la gestion de musées et monuments, la musique enregistrée, l’édition de chaînes thématiques et de journaux suivent avec des taux d’environ 20 %. Les taux les plus faibles de 15 % ou moins concernent la production de films publicitaires, la publicité et les agences de presse, la postproduction audiovisuelle, les activités techniques et de salles de spectacle vivant et les activités de la radio.

Résultats comptables positifs et profitabilité ne sont pas toujours synonymes

25Le résultat courant avant impôts ne tient pas compte des événements qui pourraient perturber l’activité des entreprises alors même qu’ils ne lui seraient pas directement liés (par exemple des opérations de gestion non récurrentes comme la vente d’actifs ou de matériels) : il mesure donc l’impact direct de l’endettement de l’entreprise sur son activité et sa rentabilité économique.

  • 5 Le taux de profitabilité rapporte le bénéfice au chiffre d’affaires : c’est le rapport du résultat (...)

26Il est ainsi intéressant de constater que, parallèlement à des résultats de production positifs et à un taux de marge élevé, l’édition de jeux électroniques affiche un résultat net courant avant impôts négatif équivalent à – 102 millions d’euros en 2010. En effet, même si la production totale de biens et services est élevée dans ce secteur, son niveau d’endettement, constaté dans ses dotations d’exploitation aux provisions et aux amortissements (exemple : amortissement d’un emprunt correspondant au remboursement de capitaux empruntés pour un investissement en matériels) l’est lui aussi et conduit à fortement amputer son résultat courant en 2010. D’autres secteurs sont dans des situations comparables conduisant à des taux de profitabilité5 négatifs en 2010 (tableau 7) : il s’agit de l’édition de chaînes thématiques, de l’édition de journaux et de la distribution de films cinématographiques. À l’opposé, les activités du champ culturel marchand dont la profitabilité est la plus élevée en 2010 sont celles de l’architecture (16 %), de l’enseignement culturel (16 %) et du design (10 %). Cinq secteurs culturels marchands ont un taux de profitabilité égal ou supérieur au taux moyen de l’ensemble des services marchands (hors agriculture) qui est égal à 8 %.

Tableau 7 – Profitabilité des secteurs d’activités en 2010 (en millions d’euros)

Secteur d’activité

Activité

Résultat courant avant impôts

Chiffre d’affaires hors taxes

Résultat net comptable

Profitabilité

(en %)

90.03A

Création artistique relevant des arts plastiques

S

S

S

S

90.03B

Autre création artistique

S

S

S

S

91.01Z

Gestion des bibliothèques et des archives

S

S

S

S

85.52Z

Enseignement culturel

41

247

40

16

71.11Z

Activités d’architecture

1 289

7 320

1 156

16

74.10Z

Activités spécialisées de design

192

1 693

171

10

58.11Z

Édition de livres

552

5 942

548

9

59.20Z

Enregistrement sonore et édition musicale

212

1 182

95

8

59.14Z

Projection de films cinématographiques

99

1 385

102

7

74.20Z (p)

Activités photographiques

85

1 217

88

7

59.11A

Production de films et de programmes pour la télévision

194

2 420

169

7

59.11C

Production de films pour le cinéma

56

1 929

102

5

90.01Z

Arts du spectacle vivant

88

1 721

78

5

73.11Z (p)

Activités des agences de publicité

562

12 462

396

3

59.13B

Édition et distribution vidéo

29

783

24

3

58.14Z

Édition de revues et périodiques

383

6 433

190

3

90.04Z

Gestion de salles de spectacles

17

959

27

3

59.11B

Production de films institutionnels et publicitaires

51

1 316

34

3

91.02Z

Gestion des musées

1

42

1

1

90.02Z

Activités de soutien au spectacle vivant

36

1 759

24

1

60.20A

Édition de chaînes généralistes

311

7 691

89

1

91.03Z

Gestion des sites et monuments historiques et des attractions touristiques similaires

6

230

2

1

59.12Z

Postproduction de films cinématographiques, de vidéo et de programmes de télévision

7

2 027

16

1

63.91Z

Activités des agences de presse

16

835

1

0

60.10Z

Édition et diffusion de programmes radio

10

1 375

–2

0

59.13A

Distribution de films cinématographiques

16

1 803

– 29

–2

58.13Z

Édition de journaux

159

5 183

-327

–6

60.20B

Édition de chaînes thématiques

99

1 664

– 124

–7

58.21Z

Édition de jeux électroniques

102

1 197

– 147

– 12

Secteurs culturels marchands

3 946

70 814

2 721

4

Tous secteurs des services marchands (hors agriculture)

330 827

3 597 967

285 490

8

(p) = code statistique partiellement culturel, S = donnée soumise au secret statistique.
Champ : France, ensemble des unités légales des secteurs marchands, y compris auto-entrepreneurs et holdings financières.

Source : Insee, Ésane 2010/DEPS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2012

Notes

1 Voir Valérie DEROIN, Approche statistique européenne de la culture, Paris, Ministère de la Culture et de la Communication, DEPS, coll. « Culture études », 2011-8, décembre 2011.

2 Personnes physiques et personnes morales, y compris les auto-entrepreneurs. Voir rubrique « Définitions », p. 10.

3 Seuls 6 niveaux « groupes » de la NAF Rév.2, 2008 sont retenus pour la ventilation par taille d’effectifs car seuls ces groupes sont entièrement culturels, c’est-à-dire composés uniquement d’activités culturelles. Il s’agit de : 59.1 – Activités cinématographiques, vidéo et de télévision ; 59.2 – Enregistrement sonore et édition musicale ; 60.1 – Édition et diffusion de programmes radio ; 60.2 – Programmation de télévision et télédiffusion ; 74.1 – Activités spécialisées de design ; 90.0 – Activités créatives, artistiques et de spectacle.

4 NB : cette proportion élevée est à rapprocher en partie du programme de l’audiovisuel extérieur de la France.

5 Le taux de profitabilité rapporte le bénéfice au chiffre d’affaires : c’est le rapport du résultat net comptable sur le chiffre d’affaires hors taxe. C’est une mesure de la performance économique globale et non une mesure de la rentabilité.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 – Part des secteurs culturels marchands sur l’ensemble des secteurs marchands en 2010
Crédits Source : Insee, Ésane 2010/DEPS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2012
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/769/img-1.png
Fichier image/png, 86k
Titre Graphique 1a – Répartition par taille d’effectifs de 6 groupes culturels : nombre d’unités, chiffre d’affaires et valeur ajoutée en 2010
Crédits Source : Insee, Ésane 2010/DEPS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2012.
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/769/img-2.png
Fichier image/png, 86k
Titre Graphique 1b – Répartition par taille d’effectifs de 6 groupes culturels : nombre d’unités, chiffre d’affaires et valeur ajoutée en 2010
Crédits Source : Insee, Ésane 2010/DEPS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2012.
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/769/img-3.png
Fichier image/png, 96k
Titre Graphique 1c – Répartition par taille d’effectifs de 6 groupes culturels : nombre d’unités, chiffre d’affaires et valeur ajoutée en 2010
Crédits Source : Insee, Ésane 2010/DEPS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2012.
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/769/img-4.png
Fichier image/png, 85k
Titre Tableau 3 – Répartition du chiffre d’affaires à l’export selon la taille des entreprises en 2010
Légende Champ : France, unités légales des secteurs marchands (y compris auto-entrepreneurs et sociétés holding).
Crédits Source : Insee, Ésane 2010/DEPS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2012
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/769/img-5.png
Fichier image/png, 74k
Titre Tableau 6 – Taux de marge des secteurs d’activités culturels en 2010
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/769/img-6.png
Fichier image/png, 47k
Titre Graphique 2 – Taux de marge des secteurs d’activités culturels en 2010
Crédits Source : Insee, Ésane 2010/DEPS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2012
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/769/img-7.png
Fichier image/png, 58k

© Département des études, de la prospective et des statistiques, 2012

Creative Commons - Attribution-NonCommercial 3.0 Unported - CC BY-NC 3.0

Lire

Open access