Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les dépenses de consommation des ménages en biens et services culturels et télécommunications

 | 
Chantal Lacroix

Les dépenses de consommation des ménages en biens et services culturels et télécommunications

Note de l’éditeur

La présente analyse dessine les contours d’un champ des dépenses pour la culture et les médias. Elle s’inscrit dans une série de travaux menés par le DEPS pour disposer d’une vision précise des dépenses et des consommations culturelles des ménages français. Voir également François ROUET, les Dépenses culture et médias des Français, à paraître dans la coll. « Culture études », DEPS/ministère de la Culture et de la Communication, 2e trimestre 2009.

Texte intégral

  • 1 En 2007, le nombre de ménages en France métropolitaine et territoires d’outre-mer est estimé à 27,4 (...)

1En 2007, les dépenses de consommation des ménages en France (métropole et départements d’outre-mer) dans le domaine des biens et services culturels et des télécommunications ont représenté 6,8 % de la consommation totale des ménages, soit 1 047 milliards d’euros tous postes confondus ou 38 300 euros par ménage1.

  • 2 Jérôme ACCARDO, « 1979-2006 : les structures de consommation évoluent et les écarts entre groupes s (...)

2Depuis 1960, la structure des différents postes de consommation des ménages a fortement évolué : tandis que les dépenses liées à l’alimentation, l’alcool, le tabac et l’habillement sont celles dont la part a le plus diminué, à l’inverse, les transports, le logement, les communications et les loisirs ont augmenté plus vite que la moyenne, mais à des rythmes différents pour chacun de ces postes2.

Plus de 70 milliards d’euros de dépenses des ménages en biens et services culturels et télécommunications en 2007

3Les 70,7 milliards d’euros de dépenses des ménages en biens et services culturels et télécommunications en 2007 représentent une dépense moyenne de 2 585 euros par ménage (tableau 1).

4Ces dépenses se répartissent en deux groupes principaux :

  • les dépenses en biens et services culturels qui sont décroissantes, ce qui s’explique par le développement de l’accès direct aux contenus et concerne les livres, la presse, les disques et vidéos, les spectacles, le cinéma, les jeux vidéo, l’accès à la télévision et les téléchargements. Elles représentent 25,9 milliards d’euros, soit 2,5 % de la consommation totale des ménages ;

  • des dépenses liées à utilisation des matériels ainsi qu’aux télécommunications qui sont croissantes et représentent 28,3 milliards d’euros, soit 2,7 % de la consommation totale des ménages. L’essentiel de ces dépenses – 24,9 milliards d’euros – est consacré aux dépenses de téléphone et d’accès à l’internet (soit 2,4 % des dépenses totales des ménages), tandis que les dépenses liées à l’utilisation des biens et services 3,5 milliards d’euros. Pour leur part, les dépenses en achats de matériels qui représentent près d’un quart des dépenses culturelles paraissent stables (16,4 milliards d’euros), mais sont en réalité caractérisées par une hausse importante des achats (évolution en volume) compensée par la baisse générale du prix des équipements (évolution en prix).

Encadré _ Postes de la nomenclature des dépenses de consommation des ménages retenus pour décrire la consommation en biens et services culturels et télécommunications

Biens et services culturels hors matériels

Livres

Journaux

Revues et périodiques

Disques

Vidéos

Logiciels y compris les jeux vidéos

Téléchargement

Redevance radio

Redevance et abonnements TV

Cinéma

Spectacles (activités marchandes)

Matériels

Postes de radio

Téléviseurs

Lecteurs et/ou enregistreurs du son et de l’image, y compris appareils photo numériques et caméscopes

Appareils photos argentiques et instruments d’optique

Ordinateurs et équipements associés

Instruments de musique

Biens et services liés à ces matériels

Pellicules, papier photo

Supports vierges audio, vidéo, informatique

Réparation de matériel électronique grand public

Entretien et réparation de machines de bureau et de matériel informatique

Activités informatiques

Télécommunications

Ce poste comprend les abonnements téléphoniques et à l’internet

  • 3 Pour les œuvres d’art et les antiquités, leur absence est due à la méthodologie utilisée pour la co (...)

5La nomenclature par produit (en correspondance avec la nomenclature d’activités française Naf) est la plus détaillée pour l’analyse des dépenses de consommation des ménages dans la comptabilité. Cependant, certains postes du domaine culturel sont identifiables, tandis que d’autres sont regroupés dans des postes plus larges, sans qu’il soit possible de les dissocier de ce qui n’entre pas dans le champ culturel. Ainsi les jeux-vidéos sont-ils assimilés aux logiciels, le matériel de dessin associé à la papeterie ou encore les activités culturelles non marchandes comme les visites patrimoniales du secteur public, intégrées à l’ensemble des activités récréatives, culturelles et sportives non marchandes. D’autre part, certaines dépenses des ménages, comme les dépenses en œuvres d’art et antiquités3 ou en visites patrimoniales du secteur privé, sont absentes des données de la comptabilité nationale.

6Enfin, des choix ont dû être faits parmi les postes existants pour refléter au mieux les dépenses de consommation des ménages dans le domaine culturel. Ainsi, les matériels tels que les téléviseurs, qui n’ont pas de contenu culturel en soi mais dont l’acquisition est une condition nécessaire pour accéder à certains biens et services culturels comme les programmes télévisés ont été retenus. Les biens et services liés à l’utilisation de ces matériels (à l’exception de l’accès à l’internet) font également partie du champ (supports vierges d’enregistrement audio et vidéo par exemple). Le développement de la dématérialisation des supports des œuvres et leur accès par l’intermédiaire d’internet implique également de prendre en compte les dépenses de télécommunication des ménages. Bien que ces derniers postes, matériels et télécommunications, puissent être a priori considérés comme connexes au champ des dépenses culturelles au sens strict, ils ont toute leur place dans cette analyse, compte tenu des arbitrages que font les ménages entre ces différentes dépenses.

Le renversement de la structure des dépenses culturelles et de télécommunications

7En cinquante ans, les poids relatifs des quatre types de dépenses ont beaucoup évolué, opérant un renversement entre la part des dépenses en biens et services culturels et celle des autres types de dépenses de consommation culturelles des ménages (graphique 1). De 58 % en 1959, cette dernière est passée à 36 % en 2007, tandis que la part cumulée des dépenses de matériels, services liés à ces matériels et dépenses de télécommunications est passée de 42 % à 63 %.

8Le développement des dépenses de télécommunication dont le poids relatif est passé de 8 % à 35 % explique l’essentiel de ce changement, alors que la part des matériels est stable (23 % en 1959 comme en 2007) et que celle des biens et services liés à l’utilisation des matériels a diminuée, passant de 23 % en 1959 à 5 % en 2007.

  • 4 Martine DAYAN et Raymond HEITZMANN, Tableau de bord des Tic et du commerce électronique, entreprise (...)

9La diffusion du téléphone au cours des années 1970 et 1980 est telle qu’en 1983, les montants des dépenses de télécommunications dépassent pour la première fois celles pour les matériels, bien avant que les dépenses liées à l’utilisation de l’internet par les ménages n’apparaissent dans leurs dépenses. On notera d’ailleurs que le taux d’équipement des ménages était de 13 % en 1960 pour les téléviseurs et de moins de 10 % en 1963 pour le téléphone. Le taux de 90 % a été atteint en 1981 pour les téléviseurs et 1983 pour le téléphone. Le développement de l’équipement des ménages en micro-ordinateur ne commence que vers la fin des années 1990, 15 % des ménages en possèdent en 1995, ils sont 27 % en 2000 et 62 % en 20074.

Tableau 1 – Dépenses de consommation des ménages en biens et services culturels et connexes

Tableau 1 – Dépenses de consommation des ménages en biens et services culturels et connexes

Source : Insee, comptes nationaux/DEPS, ministère de la Culture et de la Communication, 2009.

Graphique 1 – Évolution de la part des quatre grands postes de dépenses des ménages en biens et services culturels et de télécommunications au cours des cinquante dernières années (en %)

Graphique 1 – Évolution de la part des quatre grands postes de dépenses des ménages en biens et services culturels et de télécommunications au cours des cinquante dernières années (en %)

Source : Insee, comptes nationaux/DEPS, ministère de la Culture et de la Communication, 2009

Des disparités dans les évolutions en prix et volume depuis 2000

  • 5 Voir Régis ARTHAUD, « La consommation des ménages en Tic depuis 45 ans, un renouvellement permanent (...)

10Les tendances de consommation des ménages peuvent s’expliquer en large part en fonction de l’évolution des prix et des volumes. Peu de biens et services liés à la culture connaissent une évolution de prix supérieure à celle des dépenses totales des ménages : seuls les prix des spectacles marchands et du cinéma dépassent régulièrement celle-ci. Autrement dit, pour un ménage dont les revenus évoluent suivant l’indice des prix, la consommation en spectacles marchands et cinéma coûte de plus en plus cher, tandis que les autres biens et services culturels enregistrent une croissance des prix inférieure ou équivalente à celle des prix, en particulier en ce qui concerne les biens et services liés aux matériels, et les télécommunications5.

11Selon cette logique, on peut regrouper en cinq groupes les biens et services culturels et télécommunications à partir de leurs évolutions en prix et volume depuis 2000 (graphique2).

Premier groupe : une baisse des prix corrélée à une augmentation en volume des produits consommés

12Les biens et services culturels dont les dépenses en volume ont le plus augmenté depuis 2000 sont les téléviseurs, ordinateurs, lecteurs enregistreurs audio et vidéo dont les appareils photo numériques (graphique 2, zone 1). Les prix de ces appareils ont parallèlement fortement diminué au cours de cette même période. Un double mouvement qui s’explique par les constantes évolutions technologiques de ces appareils qui induisent des dépenses de renouvellement ou de premier équipement.

13Le marché des téléviseurs est un exemple du renouvellement d’équipement, avec le remplacement progressif des appareils cathodiques par des écrans plats. Depuis 2000, la dépense en téléviseurs des ménages, de 2,1 milliards d’euros, a plus que doublé en valeur, passant à 4,7 milliards d’euros en 2007. Les prix ayant été divisés par plus de deux (− 56,5 %), les volumes ont été multipliés par cinq. Le marché des micro-ordinateurs conjugue encore premier équipement et renouvellement pour des appareils plus performants. La dépense des ménages pour ce bien a augmenté de 30 % sur cette période, les prix baissent de 70 % et les volumes ont été multipliés par quatre.

Graphique 2 – Évolution de 2000 à 2007 des indices de prix et de volume des biens et services culturels et télécommunications

Graphique 2 – Évolution de 2000 à 2007 des indices de prix et de volume des biens et services culturels et télécommunications

Source : Insee, comptes nationaux/DEPS, ministère de la Culture et de la Communication, 2009

Deuxième groupe : baisse des prix et des volumes

14Ce deuxième groupe comprend tout ce qui est lié à la photo argentique, mais aussi les postes de radio et les disques. Les vidéos peuvent être rattachées au premier groupe (les dépenses en volume ont été multipliées par trois de 2000 à 2005 avec le développement du DVD) mais la tendance récente de la baisse du volume des ventes (– 8 % de 2005 à 2007) les rapproche plutôt du deuxième groupe.

15Le remplacement de la photo argentique par le numérique entraîne une chute du volume des ventes des appareils (– 65,5 % de 2000 à 2007) malgré une baisse des prix de 25 %, ainsi que des pellicules et des services liés comme les développements.

Troisième groupe : baisse des prix et croissances modérées en volume

16Un troisième groupe se caractérise par une baisse des prix conjuguée à une croissance en volume mais moindre que celles du groupe un. Il rassemble les biens et services liés aux nouvelles technologies : les abonnements téléphoniques et à l’internet, les dépenses de téléchargement, les logiciels dont les jeux-vidéos et les supports vierges audio, vidéo et informatique.

Quatrième groupe : évolution en prix et en volume semblable aux dépenses totales des ménages

17Le quatrième groupe correspond aux biens et services dont les évolutions en prix et en volume sont proches des évolutions de l’ensemble des dépenses de consommation des ménages. Il comprend les biens culturels qui n’ont pas connu d’évolutions technologiques majeures (les livres, les journaux, revues et périodiques) ainsi que des services comme la réparation et l’entretien des matériels, la redevance et les abonnements TV.

Cinquième groupe : une évolution des prix et des volumes différente

18Le dernier groupe comprend deux types de services culturels, le cinéma et les spectacles, qui ont connu une évolution des prix supérieure à celle de l’ensemble de la consommation, mais qui divergent pour les évolutions en volume. Tandis que l’indice de volume des spectacles augmente significativement (+ 46,5 %) celui du cinéma reste stable et est ainsi inférieur à la progression de celui de l’ensemble des dépenses des ménages (+ 18 %).

Les dépenses consacrées au livre et la presse

19En 2007, les dépenses de consommation des ménages pour l’écrit s’élèvent à 10,7 milliards d’euros dont les deux tiers pour la presse. Depuis 2000, ces dépenses ont augmenté de 8,9 % en valeur contre 33,6 % pour l’ensemble de la consommation des ménages. Toutefois, ce sont les dépenses pour le livre qui ont le plus augmenté (24,8 %), suivies par celles des revues et périodiques (9,7 %). Quant aux dépenses pour les journaux, elles ont stagné. Depuis 2003, la progression des dépenses en valeur de ces trois produits sont inférieures à celle des dépenses totales des ménages (graphique 3).

Graphique 3 – Évolution des dépenses consacrées à l’écrit (Indice de valeur base 100 l'année précédente)

Graphique 3 – Évolution des dépenses consacrées à l’écrit (Indice de valeur base 100 l'année précédente)

Source : Insee, comptes nationaux/DEPS, ministère de la Culture et de la Communication, 2009

20La diffusion de la presse payante est passée de 5,2 milliards d’exemplaires en 2000 à 4,6 milliards en 2006, une baisse qui affecte toutes les catégories de la presse payante.

Les disques et vidéos : la transition vers la dématérialisation

  • 6 . Bilan et perspectives vidéo et DVD, Syndicat de l’édition vidéo numérique, Musique info Hebdo, 7e (...)

21En 2007, les ménages ont consacré 1,7 milliard d’euros aux achats vidéos (non compris les dépenses de location) et près d’un milliard aux achats de disques (graphique 4). Ces deux biens ont connu de fortes évolutions technologiques : passage du disque vinyle et des cassettes audio au disque compact (CD) lancé sur le marché en 1992 ; apparition des premiers magnétoscopes à destination du grand public en 1974, qui a entraîné la diffusion sur le marché des vidéocassettes au format VHS dans les années 1980. Le passage au DVD s’effectue à partir de 19976, tandis que le nouveau format Blu-ray tarde à s’implanter. C’est en 2002 que le nombre de DVD vendus par les éditeurs vidéos a été pour la première fois supérieur au nombre de cassettes VHS vendues. L’apparition du numérique conjuguée à une baisse des prix (graphique 5) entraîne une forte baisse des dépenses pour les disques depuis 2002 (le montant des dépenses des ménages consacrées à ce support a été divisé par deux entre 2002 et 2007) et à un rythme analogue mais décalé de deux ans pour la vidéo.

22Les dépenses de téléchargement, qui ne concernent pas uniquement les disques et les vidéos mais aussi d’autres types de produits culturels, ne compensent pas ces baisses de consommation. En 2007, les produits les plus achetés en téléchargement ou en consultation en ligne sont les livres, journaux, revues et matériel éducatif (58 % des acheteurs en ligne sont concernés par cet achat), viennent ensuite les films et la musique (47 % des acheteurs en ligne) puis les logiciels, dont les jeux vidéo (22 % des acheteurs en ligne).

Graphique 4 – Évolution des dépenses des ménages en disques, vidéos et téléchargements (base 100 en 1975)

Graphique 4 – Évolution des dépenses des ménages en disques, vidéos et téléchargements (base 100 en 1975)

Source : Insee, comptes nationaux/DEPS, ministère de la Culture et de la Communication, 2009

Graphique 5 – Évolution des indices de prix des disques et de vidéo depuis 1975 (base 100 en 1975)

Graphique 5 – Évolution des indices de prix des disques et de vidéo depuis 1975 (base 100 en 1975)

Source : Insee, comptes nationaux/DEPS, ministère de la Culture et de la Communication, 2009

Le cinéma et les spectacles du secteur marchand

23Les dépenses des ménages en cinéma et spectacles s’élèvent à près de 5 milliards d’euros en 2007, dont près de 80 % pour les seuls spectacles du secteur marchand. Si le poids du cinéma dans les dépenses totales des ménages est identique en 1997 et 2007, il n’en est pas de même pour les spectacles dont le poids des dépenses a doublé au cours de la même période. Les évolutions des prix de ces deux services sur cette même période sont similaires et toujours supérieures à l’évolution des prix de l’ensemble des dépenses des ménages (tableau 2).

Tableau 2 – Évolution des indices de volume et de prix pour le cinéma et les spectacles du secteur marchand

Tableau 2 – Évolution des indices de volume et de prix pour le cinéma et les spectacles du secteur marchand

Source : Insee, comptes nationaux/DEPS, ministère de la Culture et de la Communication, 2009.

Annexes

Source des données sur la consommation des ménages

La comptabilité nationale est l’une des sources pour l’étude des dépenses de consommation des ménages. Elle utilise elle-même diverses sources : enquêtes auprès des entreprises, données fiscales et douanières, estimations, etc. Elle fournit annuellement une évaluation de la consommation de l’ensemble des ménages. Il s’agit d’un chiffre unique élaboré par l’Insee dans le cadre des comptes nationaux français établis selon le système européen de comptabilité et qui permet des analyses d’évolution à court et long terme7. Les dépenses de consommation totales des ménages utilisées dans cette analyse sont celles qui se limitent aux dépenses que les ménages supportent directement, elles se distinguent de la consommation finale effective des ménages qui comprend les « transferts sociaux en nature des administrations » (remboursements de sécurité sociale, aides aux logements, dépenses de la collectivité en éducation, santé etc.). Les coefficients budgétaires se définissent comme la part de consommation en valeur relative à un bien ou un service particulier dans la consommation totale.

La notion de volume

« Du fait de la hausse des prix, la monnaie se déprécie au cours du temps. On peut corriger cet effet. On produit pour cela des évolutions en valeur (évaluées à prix courants, sans correction de l’effet de l’inflation) distinctes des évolutions en volume, en intégrant une correction éliminant l’effet de l’inflation. À cette fin, on calcule la consommation d’une année aux prix de l’année précédente. Pour chaque poste élémentaire, on rapporte le montant de la consommation en valeur à l’évolution des prix par rapport à l’année précédente. En comparant le chiffre ainsi obtenu et le montant en valeur de l’année précédente, on peut ensuite évaluer des évolutions (ou des indices) entre deux années consécutives, dans lesquelles l’effet direct des hausses et des baisses de prix est effacé. Les évolutions en volume sur plusieurs années sont ensuite calculées par chaînage, c’est-à-dire en multipliant les indices obtenus pour chacune de ces années. Pour la consommation des ménages le calcul est effectué pour tous les postes de consommation et à tous les niveaux de détail. » L’Insee réalise également l’enquête Budget des familles auprès des ménages, destinée à mesurer leur consommation. Cette enquête, renouvelée tous les cinq ans environ, est plus apte à mettre en évidence les disparités internes aux populations enquêtées (disparités socioprofessionnelles, démographiques ou géographiques8).

Notes

1 En 2007, le nombre de ménages en France métropolitaine et territoires d’outre-mer est estimé à 27,4 millions. (Insee, Consommation des ménages, tableaux détaillés, les comptes de la nation en 2007 – Base 2000), http://www.insee.fr/fr/themes/comptes-nationaux/souschapitre.asp?id=73

2 Jérôme ACCARDO, « 1979-2006 : les structures de consommation évoluent et les écarts entre groupes sociaux se déplacent », France portrait social, édition 2007, Insee, novembre 2007.

3 Pour les œuvres d’art et les antiquités, leur absence est due à la méthodologie utilisée pour la construction des comptes nationaux, qui les exclut. « La consommation des ménages, sources et méthodes », Insee méthodes, version du 6 juillet 2007, p. 2. http://www.insee.fr/fr/methodes/sources/pdf/consommation_menages.pdf

4 Martine DAYAN et Raymond HEITZMANN, Tableau de bord des Tic et du commerce électronique, entreprises-ménages, ministère de l’Économie, de l’Industrie et de l’Emploi, Service des études et des statistiques industrielles, juin 2008.

5 Voir Régis ARTHAUD, « La consommation des ménages en Tic depuis 45 ans, un renouvellement permanent », Insee Première, no 1101, septembre 2006 http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=ip1101&reg_id=0

6 . Bilan et perspectives vidéo et DVD, Syndicat de l’édition vidéo numérique, Musique info Hebdo, 7e édition, 2007.

7 Les données de 2007 sont provisoires et susceptibles d’être révisées en 2009 et 2010, les données de 2006 seront définitives en 2009. Les données sont en ligne sur le serveur de l’Insee dans le thème « comptes nationaux-finances publiques » (http://www.insee.fr/fr/themes/comptes-nationaux/souschapitre.asp?id=73).

8 Voir François ROUET, Les Dépenses culture et médias des Français, à paraître dans la collection « Culture études », DEPS/ministère de la Culture et de la Communication, 2e trimestre 2009.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 – Dépenses de consommation des ménages en biens et services culturels et connexes
Crédits Source : Insee, comptes nationaux/DEPS, ministère de la Culture et de la Communication, 2009.
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/596/img-1.png
Fichier image/png, 180k
Titre Graphique 1 – Évolution de la part des quatre grands postes de dépenses des ménages en biens et services culturels et de télécommunications au cours des cinquante dernières années (en %)
Crédits Source : Insee, comptes nationaux/DEPS, ministère de la Culture et de la Communication, 2009
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/596/img-2.png
Fichier image/png, 51k
Titre Graphique 2 – Évolution de 2000 à 2007 des indices de prix et de volume des biens et services culturels et télécommunications
Crédits Source : Insee, comptes nationaux/DEPS, ministère de la Culture et de la Communication, 2009
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/596/img-3.png
Fichier image/png, 100k
Titre Graphique 3 – Évolution des dépenses consacrées à l’écrit (Indice de valeur base 100 l'année précédente)
Crédits Source : Insee, comptes nationaux/DEPS, ministère de la Culture et de la Communication, 2009
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/596/img-4.png
Fichier image/png, 28k
Titre Graphique 4 – Évolution des dépenses des ménages en disques, vidéos et téléchargements (base 100 en 1975)
Crédits Source : Insee, comptes nationaux/DEPS, ministère de la Culture et de la Communication, 2009
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/596/img-5.png
Fichier image/png, 31k
Titre Graphique 5 – Évolution des indices de prix des disques et de vidéo depuis 1975 (base 100 en 1975)
Crédits Source : Insee, comptes nationaux/DEPS, ministère de la Culture et de la Communication, 2009
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/596/img-6.png
Fichier image/png, 33k
Titre Tableau 2 – Évolution des indices de volume et de prix pour le cinéma et les spectacles du secteur marchand
Crédits Source : Insee, comptes nationaux/DEPS, ministère de la Culture et de la Communication, 2009.
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/596/img-7.png
Fichier image/png, 39k

© Département des études, de la prospective et des statistiques, 2009

Creative Commons - Attribution-NonCommercial 3.0 Unported - CC BY-NC 3.0

Lire

Open access