Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Diffusion et utilisation des TIC en France et en Europe en 2009

 | 
Valérie Deroin

Diffusion et utilisation des TIC en France et en Europe en 2009

Spread and use of ICT in France and Europe in 2009

Texte intégral

L’accès des ménages aux équipements numériques

L’équipement informatique

Un Français sur deux utilise quotidiennement un ordinateur1

  • 1 L’enquête européenne ICT couvre les ménages comptant au moins une personne âgée de 16 à 74 ans.

1Depuis une décennie, l’engouement pour les produits liés aux technologies de l’information et de la communication (TIC) n’a pas faibli en Europe. Le poids des dépenses informatiques représente 7 % des dépenses culturelles et de loisirs des Français en 2008 et, depuis 1997, le poste « dépenses en informatique » est celui qui a le plus progressé dans le budget total des dépenses culturelles et de loisirs des ménages (+ 30 % environ).

2La pratique informatique confirme ce comportement : l’achat d’un ordinateur s’assortit le plus souvent d’un usage quotidien. De fait, les Français qui disposent d’un ordinateur sont de très réguliers utilisateurs : en 2009, 56 % en ont fait un usage quotidien au cours des trois derniers mois (tableau 1).

3Néanmoins, 20 % des Français déclarent encore ne jamais avoir utilisé d’ordinateur en 2009. Cette proportion atteint 26 % pour les Européens des 27 États membres.

Tableau 1 – Fréquence d’utilisation numérique des particuliers, Union européenne des 27 et France, 2008-2009 (en %)

Tableau 1 – Fréquence d’utilisation numérique des particuliers, Union européenne des 27 et France, 2008-2009 (en %)

Source : Eurostat, enquête Technologie de l’information et de la communication/DEPS, 2010

  • 2 Le découpage géographique européen de la nomenclature des unités territoriales statistiques de nive (...)

Tableau 2 – Fréquence d’utilisation numérique par région géographique en France, 2009 (en %)2

Tableau 2 – Fréquence d’utilisation numérique par région géographique en France, 2009 (en %)2

Source : Eurostat, enquête Technologie de l’information et de la communication/DEPS, 2010

Graphique 1 – Utilisation quotidienne d’un ordinateur au cours des 3 derniers mois par tranche d’âge, Union européenne des 27 et France

Graphique 1 – Utilisation quotidienne d’un ordinateur au cours des 3 derniers mois par tranche d’âge, Union européenne des 27 et France

Source : Eurostat, enquête Technologie de l’information et de la communication/DEPS, 2010

4En France, les écarts régionaux relatifs à l’utilisation de l’ordinateur et aux pratiques numériques sont importants, en particulier entre l’Île-de-France, le Nord et l’Ouest : si 15 % des Franciliens affirment ne pas avoir utilisé d’ordinateur en 2009, cette proportion concerne près d’un tiers (31 %) des particuliers résidant dans le Nord-Pas-de-Calais (tableau 2). Les régions dans lesquelles la proportion de non-utilisateurs d’ordinateur est la plus forte sont aussi celles dans lesquelles les particuliers se connectent le moins à l’internet. 65 % des Français ont eu accès à l’internet une fois par semaine en moyenne au cours des trois derniers mois. La proportion est de 55 % environ parmi les habitants du Nord-Pas-de-Calais, de l’Ouest (Bretagne, Pays de la Loire et Poitou-Charentes), et de 70 % pour les Franciliens.

5L’âge et le sexe restent deux critères discriminants dans l’usage des nouvelles technologies. Si l’utilisation quotidienne de l’ordinateur est en hausse, quel que soit l’âge, depuis 2006, les utilisateurs les plus assidus se comptent parmi les jeunes : l’écart d’utilisation quotidienne d’un ordinateur entre les 16-24 ans et les 55-64 ans est de 30 points environ. Ainsi la part d’utilisateurs quotidiens parmi la population française âgée de 16 à 24 ans est de 75 % contre 41 % pour les 55-64 ans – respectivement 77 % et 36 % dans l’Union européenne des 27 (graphique 1).

6Par ailleurs, les jeunes hommes français âgés de 16 à 24 ans sont les plus grands utilisateurs d’ordinateur, 82 % d’entre eux se servent chaque jour ou presque d’un ordinateur contre 68 % des jeunes Françaises du même âge. Il en est de même parmi les tranches d’âge des aînés : les femmes âgées de 55 à 74 ans sont moins souvent devant un ordinateur que les hommes du même âge : 29 % d’entre elles utilisaient un ordinateur chaque jour ou presque contre 36 % d’hommes en 2009.

L’accès à l’internet : six ménages sur dix accèdent à l’internet en 2009

7En France, le taux d’accès à l’internet se stabilise à 63 % en 2009. Situé au 13e rang, au même niveau d’accès et d’usage que l’Estonie, le taux français reste proche de la moyenne européenne, égale à 65 %.

8La moyenne européenne masque de fortes disparités parmi les 27 États membres : quand 8 à 9 ménages sur 10 sont raccordés à l’internet dans les pays nordiques (Pays-Bas, Luxembourg, Suède, Danemark), 3 à 4 ménages seulement le sont en Grèce, Roumanie ou Bulgarie (tableau 3 et carte 1).

L’accès au haut débit des ménages se stabilise

9En France, plus d’un ménage sur deux (57 %) dispose dorénavant d’un accès au haut débit (« à large bande »). Cette proportion est conforme à la moyenne européenne : 56 % (graphique 2). Toutefois, l’accès au haut débit des ménages n’a pas encore suivi la généralisation opérée dans le monde de l’entreprise (92 % des entreprises françaises, toutes tailles confondues, contre 82 % des entreprises à l’échelon européen).

10Entre 2008 et 2009, la progression des connexions à haut débit des ménages est de + 14% dans l’Europe des 27, mais les évolutions restent inégales selon les pays. La progression la plus forte est réalisée par la Roumanie qui, bien qu’affichant le taux européen le plus bas de connexions à haut débit des ménages, multiplie presque par 2 (+ 84 %) ce taux de connexion, avec près d’un quart des ménages (24 %) accédant à l’internet à haut débit. La France avait réalisé cette avancée entre 2006 et 2008, en développant de 38 % en moyenne par an l’accès au haut débit des ménages (graphique 3).

Tableau 3 – Évolution du taux d’accès à l’internet des ménages en Union européenne de 2002 à 2009 (en %)

Tableau 3 – Évolution du taux d’accès à l’internet des ménages en Union européenne de 2002 à 2009 (en %)

Source : Eurostat, enquête Technologie de l’information et de la communication/DEPS, 2010

Carte 1 – Taux d’accès à l’internet des ménages, 27 pays de l’Union européenne, 2002-2009

Carte 1 – Taux d’accès à l’internet des ménages, 27 pays de l’Union européenne, 2002-2009

Source : Eurostat, enquête Technologie de l’information et de la communication/DEPS, 2010

Graphique 2 – Taux d’accès au haut débit des ménages, 27 pays de l’Union européenne, 2009

Graphique 2 – Taux d’accès au haut débit des ménages, 27 pays de l’Union européenne, 2009

Source : Eurostat, enquête Technologie de l’information et de la communication/DEPS, 2010

Graphique 3 – Taux d’accès à l’internet et au haut débit des ménages en France, 2006-2009

Graphique 3 – Taux d’accès à l’internet et au haut débit des ménages en France, 2006-2009

Source : Eurostat, enquête Technologie de l’information et de la communication/DEPS, 2010

11Entre 2008 et 2009, la tendance française est à la baisse et se positionne légèrement en deçà de la moyenne européenne : l’ordinateur personnel comme unique moyen de connexion à l’internet depuis le domicile concerne 44 % des ménages français contre 49 % des Européens (tableau 4).

L’ordinateur reste le dispositif préféré pour accéder à l’internet

12Les pratiques de l’internet mobile s’intensifient néanmoins : l’utilisation de la téléphonie mobile et des ordinateurs portables comme dispositifs d’accès à l’internet, hors domicile, a progressé d’environ 30 % dans l’ensemble des 27 États membres entre 2008 et 2009. Ainsi, les Européens sont 4 % en 2009 à choisir d’utiliser un téléphone portable via le réseau UMTS (3G) pour se connecter à l’internet hors de leur domicile ou de leur lieu de travail, et 17 % un ordinateur portable relié à un réseau sans fil (graphique 4).

13Le Nord de l’Europe est en avance pour l’utilisation de ces outils : le Luxembourg se distingue très fortement par l’utilisation de l’ordinateur portable (44 %), suivi par le Danemark (31 %), la Suède (29 %), l’Estonie (28 %) et l’Irlande (27 %). La moyenne française est inférieure à celle des 27 États membres avec 14 % de connexions par l’intermédiaire d’un ordinateur portable hors domicile ou bureau.

14C’est aussi dans les pays du Nord que la téléphonie mobile 3G est la plus pratiquée ; elle a réalisé la plus forte progression au Luxembourg depuis 2008 et concerne 11 % des connexions. La Suède (14 %) et le Danemark (10 %) restent en tête de cette pratique, accompagnés de pays du Centre et du Sud de l’Europe : Slovaquie (10 %), Slovénie (9 %) et Espagne (9 %). La France, bien qu’ayant doublé son taux de connexion par téléphonie mobile, est bien en deçà, avec 2 % des connexions réalisées par l’intermédiaire de la téléphonie mobile.

Tableau 4 – Équipement numérique et accès des ménages à l’internet, Union européenne et France, 2008-2009 (en %)

Tableau 4 – Équipement numérique et accès des ménages à l’internet, Union européenne et France, 2008-2009 (en %)

Source : Eurostat, enquête Technologie de l’information et de la communication/DEPS, 2010

Graphique 4 – Dispositifs d’accès mobile à l’internet, 27 pays de l’Union européenne, 2009

Graphique 4 – Dispositifs d’accès mobile à l’internet, 27 pays de l’Union européenne, 2009

Source : Eurostat, enquête Technologie de l’information et de la communication/DEPS, 2010

Les usages numériques

L’internet : un outil de communication et de loisirs

15En 2009, la communication reste la principale activité des Français et des Européens : 6 Français sur 10 utilisent l’internet pour envoyer et lire des messages. Par ailleurs, 4 Français sur 10 recourent à des services bancaires en ligne (tableau 5).

16Concernant les activités de loisirs, la recherche d’informations liées aux voyages et à l’hébergement occupe une place importante (37 %), suivie par le téléchargement en flux (streaming) d’émissions radiophoniques ou télévisuelles (25 %) et la lecture de la presse (24 %). L’analyse de l’évolution des activités pratiquées sur l’internet entre 2006 et 2009 suggère un élargissement des usages vers les services, notamment culturels et d’information (graphique 5) : progression des téléchargements (jeux, images, musique, presse, radio et télévision en ligne), recours croissant aux services relatifs aux voyages et, plus encore, aux services bancaires. Encore en retrait par rapport à la moyenne européenne en 2006, la France a rattrapé son retard, particulièrement pour les activités de communication, les services bancaires, les services liés aux voyages.

17En 2006, 9 % seulement des Français et 18 % des Européens avaient utilisé l’internet au cours des trois derniers mois pour lire et télécharger jeux, images, films ou musique, tandis qu’en 2009, plus d’un quart des Français (26 %) et des Européens (25 %) ont pratiqué cette activité. De même, quand 10 % des Français et 11 % des Européens avaient écouté la radio ou la télévision sur le web en 2006, ils sont respectivement 25 % et 24 % à l’avoir fait en 2009.

18Enfin, près d’un tiers des Français (32 %) ont acheté ou commandé des biens et services pour leur usage privé par l’intermédiaire de l’internet au cours du dernier trimestre, et ils sont 45 % à l’avoir fait au cours des douze derniers mois.

Graphique 5 – Activités des particuliers sur l’internet, Union européenne des 27 et France, 2006-2009

Graphique 5 – Activités des particuliers sur l’internet, Union européenne des 27 et France, 2006-2009

Source : Eurostat, enquête Technologie de l’information et de la communication/DEPS, 2010

Tableau 5 – Activités des particuliers sur l’internet au cours des 3 derniers mois, Union européenne des 27 et France, 2009 (en %)

Tableau 5 – Activités des particuliers sur l’internet au cours des 3 derniers mois, Union européenne des 27 et France, 2009 (en %)

Source : Eurostat, enquête Technologie de l’information et de la communication/DEPS, 2010

Nette progression du commerce en ligne auprès des particuliers : un Français sur quatre y a recours

19Depuis 2006, le commerce en ligne pour usage personnel a fortement progressé en Europe (+ 42 % dans l’ensemble des 27 États membres) et a concerné, en 2009, 37 % des Européens. Le Royaume-Uni (66 %), le Danemark (64 %), les Pays-Bas et la Suède (63 %) se démarquent dans leur pratique du commerce électronique. La France, en 8e position, est au-dessus de la moyenne européenne (45 %).

20Les consommateurs français ont particulièrement choisi de faire leurs achats par l’internet : la progression d’e-commerce en France entre 2006 et 2009 est parmi les plus fortes de l’Union européenne ; elle a doublé pour atteindre 45 % en 2009 (graphique 6).

Graphique 6 – Évolution des commandes réalisées par l’internet, Union européenne des 27 et France, 2006-2009

Graphique 6 – Évolution des commandes réalisées par l’internet, Union européenne des 27 et France, 2006-2009

Source : Eurostat, enquête Technologie de l’information et de la communication/DEPS, 2010

Graphique 7 – Cartographie du haut débit et de l’e-commerce, 27 pays de l’Union européenne, 2009

Graphique 7 – Cartographie du haut débit et de l’e-commerce, 27 pays de l’Union européenne, 2009

Source : Eurostat, enquête Technologie de l’information et de la communication/DEPS, 2010

21Le recours au commerce en ligne est corrélé aux capacités de connexion des particuliers : si l’on rapproche le taux de connexions au haut débit et la part des commandes réalisées par l’intermédiaire de l’internet au cours de l’année 2009, quatre groupes de pays se distinguent (graphique 7).

22Le premier groupe est composé des pays dont l’équipement des ménages ne s’est développé qu’au début des années 2000. Ces États sont situés au Sud-Est de l’Union européenne : Roumanie, Bulgarie et Grèce forment cet ensemble pour lequel l’accès à l’internet reste inférieur à 40 % et le taux de connexions à l’internet à haut débit inférieur à 30 %. Ce groupe se caractérise par une pratique émergente du commerce en ligne, inférieure à 10 %.

23Un deuxième groupe rassemble des pays du Sud, du Centre et de la Baltique, assez proches en termes d’équipement numérique (accès à l’internet compris entre 45 % et 60 % et accès au haut débit entre 30 % et 55 %). Ces pays consomment faiblement par l’intermédiaire de l’internet : leur taux de commandes reste inférieur à 30 %. Trois pays ont des comportements spécifiques : la Lettonie, et plus encore l’Estonie, ont des taux d’équipement numérique élevés et, dans le cas de l’Estonie, supérieurs par exemple à ceux de la France, mais des taux de commerce électronique faibles. La Slovaquie, a contrario, se distingue par un accès au haut débit relativement bas (42 %) mais une proportion de commerce électronique se rapprochant de la moyenne européenne (presque 30 %).

24Le troisième groupe réunit les quatre pays proches des moyennes européennes en termes d’équipement et de comportement d’achat par l’internet : la France, l’Autriche, l’Irlande, la Belgique et Malte.

25Enfin, le dernier groupe rassemble les pays où les ménages sont les mieux équipés en termes d’équipement numérique et de haut débit et qui ont largement adopté la consommation par l’internet : de 58 % à 64 % de leurs populations y ont eu recours en 2009.

26On constate un lien évident entre le taux d’équipement numérique, le développement du commerce électronique et le niveau général de développement économique, élevé (tableau 6) : Luxembourg, Pays-Bas, Danemark, Suède, Finlande, Royaume-Uni et Allemagne illustrent ce trait. La France se caractérise par des positionnements intermédiaires, que ce soit en termes de développement ou de pratiques (tableau 6).

Les non-consommateurs en ligne préfèrent voir les produits et être fidèles à leurs commerçants

27En 2009, près d’un tiers des Européens n’ont rien acheté par l’intermédiaire de l’internet dans l’année. Les habitants des pays Baltes sont les plus réticents au commerce en ligne : un Estonien sur deux et un Lituanien sur deux n’ont pas acheté par ce canal de vente en 2009.

28Les Français ont un comportement proche de la moyenne européenne : 27 Français sur 100 n’ont jamais acheté par l’internet au cours des douze derniers mois. Le premier motif évoqué par les non-consommateurs français est le même que celui mis en avant dans quatorze autres États membres : l’absence de contact avec le produit et avec le commerçant (« préférence pour acheter en personne et voir le produit par habitude ou par fidélité à des magasins »), pour 28 % des consommateurs français et pour 46 % des Estoniens.

29La sécurité des transactions financières sur l’internet est un autre motif de préférence pour le commerce physique chez les Français (21 %), les Slovènes (28 %), les Portugais (21 %) et les Hongrois (23 %). Enfin, l’absence de besoin motive également l’absence de consommation sur l’internet, un motif particulièrement évoqué en Estonie (53 %), Lettonie (40 %) et en Lituanie (48 %).

30En Europe comme en France, les jeunes (16 à 24 ans) et les adultes âgés de 35 à 44 ans sont les plus nombreux à n’avoir effectué aucun achat sur l’internet au cours des douze derniers mois, pour les mêmes raisons que l’ensemble des consommateurs : la préférence pour l’achat en magasin, l’absence de besoin d’achat et de sécurité de paiement.

Tableau 6 – PIB, accès à l’internet et e-commerce, 27 pays de l’Union européenne, 2009

Tableau 6 – PIB, accès à l’internet et e-commerce, 27 pays de l’Union européenne, 2009

Source : Eurostat, enquête Technologie de l’information et de la communication/DEPS, 2010

Livres, magazines et billets de spectacle en tête des produits culturels achetés en ligne

  • 3 Tous secteurs d’activités sauf secteur financier. Concerne les entreprises de 10 personnes employée (...)

31En 2008, la part du chiffre d’affaires des entreprises3 réalisée par commerce électronique est de 12 % dans l’Union européenne : 13 % en France contre 28 % en Irlande. En France, les industries alimentaires et d’imprimerie réalisent 26 % de leur chiffre d’affaires par l’internet, les agences de voyages et les services de réservation, 16 %.

32Les acheteurs en ligne ont privilégié, depuis 2008, les projets de vacances, les voyages et l’hébergement, qui ont progressé de + 20 % dans l’ensemble des 27 États membres, et jusqu’à + 50 % en France. L’achat de logiciels, dont les jeux vidéo, est également en net développement : 29 % des Français en ont commandé en ligne en 2009.

33Les produits culturels se prêtent particulièrement bien à l’achat en ligne : 35 % des consommateurs français achètent des livres, magazines et du matériel d’apprentissage ; 33 % réservent des spectacles en ligne ; 27 % commandent des films et de la musique (tableau 7).

Le niveau d’éducation et le sexe influent sur la consommation en ligne

34La cartographie des consommateurs internautes français révèle des différences entre grandes régions : le Nord-Pas-de-Calais et l’Ouest concentrent les plus faibles adeptes du commerce électronique, avec respectivement 28 % et 33 % d’achats pour usage personnel de biens ou services au cours de l’année 2009. À l’opposé, les consommateurs d’Île-de-France (49 %) et de la Méditerranée (48 %) ont des habitudes d’achat par l’internet légèrement supérieures à la moyenne française (45 %).

  • 4 Dans la nomenclature choisie par Eurostat, les niveaux d’éducation sont regroupés en trois grandes (...)

35Bien plus que la densité des zones de résidence, le niveau d’éducation des consommateurs semble être un facteur influant sur le choix des habitudes de consommation physique ou en ligne, dans l’Union européenne comme en France, où l’écart entre les particuliers ayant reçu une éducation scolaire formelle de base4 et ceux titulaires d’un diplôme de l’enseignement supérieur est de 40 points.

Tableau 7 – Commandes des particuliers pour leur usage privé par l’intermédiaire de l’internet au cours des 12 derniers mois, Union européenne des 27 et France, 2006-2009 (en %)

Tableau 7 – Commandes des particuliers pour leur usage privé par l’intermédiaire de l’internet au cours des 12 derniers mois, Union européenne des 27 et France, 2006-2009 (en %)

Source : Eurostat, enquête Technologie de l’information et de la communication/DEPS, 2010

36À l’échelon européen, les particuliers possédant une éducation scolaire de base sont 18 % à avoir commandé par l’internet au cours de l’année 2009, contre 61 % d’internautes consommateurs diplômés de l’enseignement supérieur. En France, 29 % des personnes ayant été scolarisées jusqu’à la fin du collège ont consommé sur l’internet, contre 72 % de personnes diplômées du supérieur (graphique 8).

37En général, les hommes achètent plus par l’internet que les femmes : en 2009, 40 % des hommes de l’Union européenne âgés de 16 à 74 ans ont commandé par l’internet pour leur usage personnel, contre 34 % de femmes. En France, ces taux s’élèvent à 46 % et 43 %, la proportion des hommes étant légèrement supérieure à la moyenne européenne et celle des femmes légèrement inférieure. Les femmes d’un niveau scolaire de base consomment moins par l’internet que les hommes.

38En revanche, le sexe n’est pas un critère discriminant parmi les personnes diplômées puisque 72 % de femmes et autant d’hommes ont commandé par l’internet en 2009. En 2008, la proportion de femmes était même supérieure à celle des hommes (67 % contre 65 %).

Graphique 8 – Particuliers ayant commandé des biens ou des services sur l’internet au cours de l’année, par niveau d’éducation, Union européenne des 27 et France, 2006-2009

Graphique 8 – Particuliers ayant commandé des biens ou des services sur l’internet au cours de l’année, par niveau d’éducation, Union européenne des 27 et France, 2006-2009

Source : Eurostat, enquête Technologie de l’information et de la communication/DEPS, 2010

Graphique 9 – Commandes par l’internet de biens ou services pour usage privé, par origine des vendeurs, 27 pays de l’Union européenne, 2009

Graphique 9 – Commandes par l’internet de biens ou services pour usage privé, par origine des vendeurs, 27 pays de l’Union européenne, 2009

Source : Eurostat, enquête Technologie de l’information et de la communication/DEPS, 2010

39Enfin, à l’exception du Luxembourg, de Malte, de Chypre et de l’Autriche, les consommateurs de l’Union européenne ont privilégié des vendeurs nationaux au cours de l’année 2009. Les particuliers français sont 95 % à avoir commandé des biens ou services par l’internet auprès de vendeurs nationaux au cours des douze derniers mois ; 26 % auprès des vendeurs d’autres pays de l’Union européenne et 14 % auprès de vendeurs du reste du monde (autres que l’Union européenne) (graphique 9).

Annexes

Éléments de méthodologie

L’enquête communautaire sur les technologies de l’information et de la communication (TIC ou, en anglais, ICT Information and Communication Technologies”) réalisée auprès des ménages a pour objectif de collecter des informations :

  • décrivant l’équipement et les usages des ménages dans le domaine des technologies de l’information et de la communication (informatique, dispositifs d’accès à l’internet et au haut débit, téléphonie) ;

  • concernant les fréquences d’utilisation, les compétences en la matière ainsi que les obstacles au recours aux nouvelles technologies, les achats en ligne, les services en ligne, la sécurité.

Cette enquête s’inscrit dans le cadre du règlement no 808/2004 adopté le 21 avril 2004 par le Parlement européen et le Conseil de l’Union européenne concernant les statistiques communautaires sur la société de l’information.

Les résultats présentés sont extraits de la base de données d’Eurostat, l’office statistique de la Commission européenne chargé de fournir des statistiques permettant des comparaisons entre les États et les régions (http://ec.europa.eu/​eurostat). En France, l’enquête est réalisée par l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee).

Le champ communautaire couvre les ménages comptant au moins une personne âgée de 16 à 74 ans et les particuliers âgés de 16 à 74 ans : en 2009, l’échantillon de l’Union européenne des 27 contenait 161 140 ménages et 209 843 individus.

Depuis 2002, l’enquête est de périodicité annuelle ; la période de référence est le premier trimestre de l’année courante. De plus elle évalue chaque année des thèmes spécifiques : en 2008, elle concernait les usages ; en 2009, les achats en ligne : les particuliers étaient interrogés sur leurs achats de biens ou services en ligne pour usage personnel au cours des douze derniers mois précédant l’enquête.

Code des pays

Définitions de quelques termes techniques

Technologies de l’information et de la communication (TIC) : l’acronyme qui désigne les technologies de l’information et de la communication est un concept vaste qui englobe non seulement les équipements et les techniques utilisés dans le traitement et la transmission des informations, que ce soit dans les domaines de l’informatique, de l’internet, de la télévision et des télécommunications, mais aussi les usages qui se développent autour de l’utilisation de ces nouveaux supports. Par extension, on parle aussi de société de l’information.

Ordinateur de bureau : ordinateur avec clavier et écran qui demeure dans un endroit déterminé.

Ordinateur portable (laptop) : ordinateur assez petit pour être transporté et capable d’effectuer les mêmes tâches qu’un ordinateur de bureau. Les ordinateurs de poche, bien que portables, n’en font pas partie.

Ordinateur « à main » ou « de poche » (palmtop ou PDA pour Personal digital assistant) : ordinateur ou assistant numérique personnel qui peut être utilisé tenu dans la main et stocké dans un étui ou une poche.

Modem (abréviation de modulateur-démodulateur) : appareil servant à traduire des informations numériques en signaux analogiques, et inversement.

Haut débit ou « à large bande » : caractérise une liaison permettant de transmettre de grandes quantités de données. Toute connexion dont le débit (ascendant) est de 128 ko (kilo-octet) au minimum sera considérée comme du haut débit.

DSL (Digital Subscriber Line) : ligne d’accès qui permet un débit de transmission des signaux numériques supérieur à celui d’un modem à fréquence vocale (débit supérieur à 144 kbit/seconde).

ADSL (Asymmetrical Digital Subscriber Line) : l’ADSL permet de transporter plusieurs mégabits par seconde sur les fréquences hautes des deux fils de cuivre du téléphone. Les données peuvent être transmises jusqu’à 20 Mbits/seconde en téléchargement.

SDSL (Symmetric Digital Subscriber Line) : la SDSL est une technique qui, contrairement à la ligne ADSL, a des débits symétriques : son débit en réception (download) est égal au débit en envoi (upload).

Autre connexion à large bande : tout accès haut débit à l’internet qui n’utilise pas les technologies DSL (exemples : le câble modem, le réseau Lan – Local area network –, la technologie FWA – Fixed Wireless Access).

Accès sans fil à l’internet : accès à l’internet par des moyens de radiocommunication, par exemple selon les normes internationales dites Wifi (abréviation de l’anglais wireless fidelity) et Wimax (Worldwide Interoperability for Microwave Access).

Clé 3G : troisième génération de téléphones basée sur l’UMTS.

WAP (Wireless Application Protocol) : protocole de communication qui permet d’accéder à l’internet à partir d’un appareil sans fil, par exemple un téléphone portable ou un assistant personnel.

GPRS (Global Packet Radio Services) : support de transmission de données entre un téléphone portable 2G et l’internet. Le débit de transmission peut atteindre 115 kbit/seconde.

UMTS : Universal Mobile Telecommunications System. Système de téléphonie mobile de troisième génération (3G). Elle permet des débits numériques jusqu’à 2 Mbits/seconde.

Mesures informatiques : en informatique, l’unité de base est le bit (binary digit), 8 bits forment un octet. 1 kg-octet (ko) = 103 =1 024 octets ; 1 méga-octet (Mo) = 106 =1 048 576 octets ; 1 giga-octet (Go) = 109 =1 073 741 824 octets. Le kilobit par seconde (kbit/s) est une unité permettant de mesurer la vitesse de transfert de données.

Notes

1 L’enquête européenne ICT couvre les ménages comptant au moins une personne âgée de 16 à 74 ans.

2 Le découpage géographique européen de la nomenclature des unités territoriales statistiques de niveau 1 (NUTS 1) correspond à la zone d’études et d’aménagement du territoire (ZEAT) française. Le Bassin parisien comprend les régions suivantes : la Bourgogne, le Centre, la Champagne-Ardenne, les Basse et Haute-Normandie, la Picardie. L’Est regroupe l’Alsace, la Franche-Comté, la Lorraine. L’Ouest : la Bretagne, les Pays de la Loire et le Poitou-Charentes. Le Sud-Ouest : l’Aquitaine, le Limousin et Midi-Pyrénées. Le Centre-Est : l’Auvergne et Rhône-Alpes. La Méditerranée : le Languedoc-Roussillon, la Provence-Alpes-Côte d’Azur et la Corse. L’Île-de-France et le Nord-Pas-de-Calais correspondent aux deux régions administratives françaises.

3 Tous secteurs d’activités sauf secteur financier. Concerne les entreprises de 10 personnes employées ou plus.

4 Dans la nomenclature choisie par Eurostat, les niveaux d’éducation sont regroupés en trois grandes catégories : l’éducation scolaire « formelle de base » inclut l’éducation maternelle, l’enseignement primaire et le premier cycle de l’enseignement secondaire ; l’éducation scolaire « formelle moyenne » inclut le deuxième cycle de l’enseignement secondaire, l’enseignement postsecondaire qui n’est pas du supérieur ; l’éducation scolaire « formelle élevée » inclut l’enseignement supérieur.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 – Fréquence d’utilisation numérique des particuliers, Union européenne des 27 et France, 2008-2009 (en %)
Crédits Source : Eurostat, enquête Technologie de l’information et de la communication/DEPS, 2010
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/559/img-1.png
Fichier image/png, 62k
Titre Tableau 2 – Fréquence d’utilisation numérique par région géographique en France, 2009 (en %)2
Crédits Source : Eurostat, enquête Technologie de l’information et de la communication/DEPS, 2010
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/559/img-2.png
Fichier image/png, 30k
Titre Graphique 1 – Utilisation quotidienne d’un ordinateur au cours des 3 derniers mois par tranche d’âge, Union européenne des 27 et France
Crédits Source : Eurostat, enquête Technologie de l’information et de la communication/DEPS, 2010
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/559/img-3.png
Fichier image/png, 67k
Titre Tableau 3 – Évolution du taux d’accès à l’internet des ménages en Union européenne de 2002 à 2009 (en %)
Crédits Source : Eurostat, enquête Technologie de l’information et de la communication/DEPS, 2010
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/559/img-4.png
Fichier image/png, 107k
Titre Carte 1 – Taux d’accès à l’internet des ménages, 27 pays de l’Union européenne, 2002-2009
Crédits Source : Eurostat, enquête Technologie de l’information et de la communication/DEPS, 2010
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/559/img-5.png
Fichier image/png, 90k
Titre Graphique 2 – Taux d’accès au haut débit des ménages, 27 pays de l’Union européenne, 2009
Crédits Source : Eurostat, enquête Technologie de l’information et de la communication/DEPS, 2010
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/559/img-6.png
Fichier image/png, 51k
Titre Graphique 3 – Taux d’accès à l’internet et au haut débit des ménages en France, 2006-2009
Crédits Source : Eurostat, enquête Technologie de l’information et de la communication/DEPS, 2010
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/559/img-7.png
Fichier image/png, 26k
Titre Tableau 4 – Équipement numérique et accès des ménages à l’internet, Union européenne et France, 2008-2009 (en %)
Crédits Source : Eurostat, enquête Technologie de l’information et de la communication/DEPS, 2010
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/559/img-8.png
Fichier image/png, 112k
Titre Graphique 4 – Dispositifs d’accès mobile à l’internet, 27 pays de l’Union européenne, 2009
Crédits Source : Eurostat, enquête Technologie de l’information et de la communication/DEPS, 2010
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/559/img-9.png
Fichier image/png, 41k
Titre Graphique 5 – Activités des particuliers sur l’internet, Union européenne des 27 et France, 2006-2009
Crédits Source : Eurostat, enquête Technologie de l’information et de la communication/DEPS, 2010
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/559/img-10.png
Fichier image/png, 75k
Titre Tableau 5 – Activités des particuliers sur l’internet au cours des 3 derniers mois, Union européenne des 27 et France, 2009 (en %)
Crédits Source : Eurostat, enquête Technologie de l’information et de la communication/DEPS, 2010
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/559/img-11.png
Fichier image/png, 102k
Titre Graphique 6 – Évolution des commandes réalisées par l’internet, Union européenne des 27 et France, 2006-2009
Crédits Source : Eurostat, enquête Technologie de l’information et de la communication/DEPS, 2010
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/559/img-12.png
Fichier image/png, 19k
Titre Graphique 7 – Cartographie du haut débit et de l’e-commerce, 27 pays de l’Union européenne, 2009
Crédits Source : Eurostat, enquête Technologie de l’information et de la communication/DEPS, 2010
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/559/img-13.png
Fichier image/png, 86k
Titre Tableau 6 – PIB, accès à l’internet et e-commerce, 27 pays de l’Union européenne, 2009
Crédits Source : Eurostat, enquête Technologie de l’information et de la communication/DEPS, 2010
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/559/img-14.png
Fichier image/png, 89k
Titre Tableau 7 – Commandes des particuliers pour leur usage privé par l’intermédiaire de l’internet au cours des 12 derniers mois, Union européenne des 27 et France, 2006-2009 (en %)
Crédits Source : Eurostat, enquête Technologie de l’information et de la communication/DEPS, 2010
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/559/img-15.png
Fichier image/png, 77k
Titre Graphique 8 – Particuliers ayant commandé des biens ou des services sur l’internet au cours de l’année, par niveau d’éducation, Union européenne des 27 et France, 2006-2009
Crédits Source : Eurostat, enquête Technologie de l’information et de la communication/DEPS, 2010
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/559/img-16.png
Fichier image/png, 44k
Titre Graphique 9 – Commandes par l’internet de biens ou services pour usage privé, par origine des vendeurs, 27 pays de l’Union européenne, 2009
Crédits Source : Eurostat, enquête Technologie de l’information et de la communication/DEPS, 2010
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/559/img-17.png
Fichier image/png, 50k
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/559/img-18.png
Fichier image/png, 50k

© Département des études, de la prospective et des statistiques, 2010

Creative Commons - Attribution-NonCommercial 3.0 Unported - CC BY-NC 3.0

Lire

Open access