Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fréquentation des établissements publics sous tutelle du ministère de la Culture et de la Communication

 | 
Chantal Lacroix

Fréquentation des établissements publics sous tutelle du ministère de la Culture et de la Communication

34 millions d’entrées en 2009

Visitors to public institutions under Ministry of Culture and Communication authority : 34 million admissions in 2009

Note de l’auteur

Établissements publics, sous tutelle du ministère de la Culture et de la Communication, ayant été créés avant le 31 décembre 2009. Certains établissements peuvent être sous tutelle conjointe de plusieurs ministères (ministère chargé de la recherche pour Universcience, de l’agriculture et de l’environnement pour le domaine national de Chambord par exemple).

Texte intégral

  • 1 N’ont pas été retenus les établissements publics gestionnaires de musées ou monuments comme la Réun (...)

1Parmi les 73 établissements publics placés sous la tutelle du ministère de la Culture et de la Communication, près d’une trentaine ont pour vocation d’accueillir du public, hors établissements d’enseignement (annexe 2). Il s’agit d’établissements à caractère patrimonial (musées et monuments), de deux bibliothèques, de six établissements de spectacle (théâtres et opéras) et d’établissements gérant des espaces polyvalents et proposant des activités culturelles diversifiées1.

  • 2 Dominique JAMET, Jean FOSSEYEUX, Christian PATTYN (sous la dir. de), les Établissements publics sou (...)

2Ces établissements accueillant du public ont été créés à des dates différentes. Pour une bonne part, ils préexistaient sous un statut différent2 à celui d’établissement public même si certains, comme le musée du Quai Branly ou le Centre national d’art et de culture Georges-Pompidou (CNAC-GP), ont bénéficié de ce statut dès leur création. Parmi les plus anciens, créés suite à des legs ou à des donations au début du XXe siècle, on trouve les musées Henner (loi du 27 août 1926), Gustave-Moreau (loi du 30 mars 1902) et Rodin (loi du 28 juin 1918 et décret du 2 février 1993 définissant son statut d’établissement public à caractère administratif). Les trois plus récents ont été créés en 2009 : l’établissement public du château de Fontainebleau ; Universcience, établissement public qui regroupe le Palais de la découverte et la Cité des sciences et de l’industrie ; Sèvres-Cité de la céramique, qui regroupe la manufacture nationale de Sèvres et le musée national de la Céramique.

  • 3 Voir Olivier DONNAT, Pratiques culturelles des Français, Enquête 2008, Paris, Ministère de la Cultu (...)

3Parmi leurs missions, extrêmement variées d’un établissement à l’autre, tous en ont une commune à l’égard du public : « rendre accessible au plus grand nombre », « élargir le public », « présenter au public le plus large », « offrir à tous… », « concevoir et mettre en œuvre des actions de diffusion visant à assurer l’égal accès de tous à la culture ». La fréquentation de ces établissements recevant du public fait ici l’objet d’un essai de mesure afin de caractériser les évolutions à long terme, selon le type d’établissement. L’approche reste délibérément quantitative et n’épuise pas l’analyse sociologique des publics qui permet de qualifier la fréquentation3.

34 millions d’entrées en 20094

  • 4 Il s’agit de la fréquentation physique, la fréquentation de leurs sites internet n’a pas été prise (...)

4Pluridisciplinaires, ces établissements peuvent disposer de plusieurs équipements : musée, bibliothèque, auditorium avec une programmation de cinéma, conférences ou spectacles, lieu d’exposition… Cinq établissements en particulier proposent, autour d’une thématique commune, plusieurs types d’activités sans dominante désignée : le Centre national d’art et de culture Georges-Pompidou, lieu d’expositions permanentes et temporaires et de projections cinématographiques ; la Cité de la musique, à la fois auditorium, médiathèque et musée de la Musique ; Universcience (Palais de la découverte et Cité des sciences) qui regroupe des collections permanentes, des expositions temporaires, une médiathèque, la cité des métiers et une salle de projection (la Géode) ; l’établissement public du parc et la grande halle de la Villette qui dispose, au sein et à proximité de la Halle, de plusieurs lieux de programmation musicale, chorégraphique et d’exposition. Enfin, dernier-né des établissements publics, Sèvres-Cité de la céramique, créé par le décret du 24 décembre 2009, réunit un musée national et un établissement de production de porcelaine.

Graphique 1 – Répartition de la fréquentation des établissements en 2009

Graphique 1 – Répartition de la fréquentation des établissements en 2009

Source : DEPS, ministère de la Culture et de la Communication, 2010

  • 5 Une ventilation détaillée selon les différentes activités de visites de collections permanentes ou (...)

5Ces cinq établissements pluridisciplinaires, hors Bibliothèque publique d’information (BPI), concentrent un quart de la fréquentation de l’ensemble des établissements publics accueillant du public (24 %), les musées et monuments plus de la moitié (62 %), les deux bibliothèques BnF et BPI, 8 %, et les établissements de spectacles, soit les cinq théâtres nationaux et les deux opéras (Opéra de Paris et Opéra Comique), 6 %5 (graphique 1).

Paris et l’Île-de-France concentrent la plupart des établissements

6Ces établissements sont presque tous situés à Paris, trois dans des départements d’Île-de-France − les châteaux de Fontainebleau (Seine-et-Marne) et de Versailles (Yvelines), la Cité de la céramique à Sèvres (Hauts-de-Seine) −, et deux seulement en région : le domaine national de Chambord (Loir-et-Cher) et le théâtre national de Strasbourg (Bas-Rhin).

7La fréquentation des musées et monuments franciliens est favorisée par l’attractivité touristique de la capitale. En 2008, 32 millions de touristes6 ont visité l’Île-de-France, dont 55 % de Français (17,6 millions) et 45 % d’étrangers, tous pays confondus (14,4 millions). 65 % des touristes européens de loisir7 et 88 % de l’ensemble des touristes étrangers déclarent que la visite des musées et monuments a motivé le choix de leur séjour à Paris8.

Répartition entre entrées payantes et entrées gratuites

  • 9 Pour les établissements ayant communiqué la répartition de leurs entrées entre entrées payantes et (...)

8En 2009, les entrées payantes représentent plus des deux tiers (68 %) de la fréquentation totale des établissements9. Pour les six établissements de spectacle, la part des entrées payantes est toujours supérieure à 85 % de la fréquentation totale (tableau 1). La gratuité peut concerner des publics spécifiques : les moins de 18 ans, les ressortissants de l’Union européenne âgés de 18 à 25 ans, les enseignants en activité, les personnes handicapées ou autres catégories spécifiques ; elle peut aussi s’appliquer pour l’ensemble de l’établissement ou seulement à un type de visite, comme les collections permanentes dans un musée par exemple. Elle peut enfin s’appliquer à tous les publics certains jours : le premier dimanche de chaque mois ou lors d’événements exceptionnels comme les Journées du patrimoine ou la Nuit des musées.

9Ces mesures ne sont pas identiques pour l’ensemble des établissements, elles relèvent soit de dispositifs nationaux, soit de leur propre politique d’incitation à la fréquentation.

Les musées et monuments10

  • 10 Trois musées intégrés à des établissements pluridisciplinaires s’ajoutent aux musées établissements (...)

10Cinq musées et monuments dépassent le million d’entrées annuelles : le musée du Louvre (8,4 millions en 2009), le domaine de Versailles (5,7 millions), le musée national d’Art moderne (3,5 millions), le musée d’Orsay (3 millions) et le musée du Quai Branly (1,5 million), soit 22 millions au total en 2009 (graphique 2).

11Huit établissements enregistrent entre 100 000 et un million d’entrées soit, par ordre décroissant du nombre d’entrées : le domaine national de Chambord (717 000), le musée Rodin (696 000), le Palais de la découverte (517 000), le château de Fontainebleau (346 000), la Cité de l’architecture et du patrimoine (333 000), le musée Guimet (247 000), le musée de la Musique (196 000) et la Cité nationale de l’histoire de l’immigration (104 000).

Graphique 2 – Évolution des entrées totales des cinq musées nationaux accueillant plus d’un million de visiteurs chaque année

Graphique 2 – Évolution des entrées totales des cinq musées nationaux accueillant plus d’un million de visiteurs chaque année

Source : DEPS, ministère de la Culture et de la Communication, 2010

Tableau 1 – Part des entrées payantes en 2009 (en %)

Tableau 1 – Part des entrées payantes en 2009 (en %)

Source : DEPS, ministère de la Culture et de la Communication, 2010

12Trois établissements plus modestes accueillent moins de 100 000 visiteurs : les musées Delacroix, de la Céramique et Gustave-Moreau (de 30 000 à 50 000 entrées chacun par an).

13Les musées Jean-Jacques Henner, Hébert (rattaché au musée d’Orsay depuis 2004) et celui d’Ennery (rattaché au musée Guimet depuis 2004), dont la fréquentation a toujours été modeste, ont été fermés pour travaux pendant plusieurs années.

14Entre 2008 et 2009, les entrées dans les cinq grands musées nationaux ont progressé de 4 %, alors qu’elles décroissent d’une façon générale dans l’ensemble des autres établissements publics (– 4 %).

15Sur longue période, le musée du Louvre a connu une progression constante de sa fréquentation, de 3 millions de visiteurs dans les années 1980 à 5 millions dans les années 1990, pour atteindre les 8 millions en 2006, tous types de fréquentation confondus. Les activités non muséales restent marginales en termes de fréquentation : 66 000 entrées à l’Auditorium du Louvre en 200911, 663 000 entrées aux expositions, qui attirent un public de plus en plus nombreux puisque la part des entrées aux expositions (8 % en 2009) a doublé depuis 2004 (graphiques 3 et 4).

16Deux autres établissements ont connu de fortes progressions : le domaine national de Versailles dont la fréquentation est passée de moins de 3 millions d’entrées au début des années 1980 à 5,7 millions en 2009 ; le musée Rodin dont les entrées ont plus que doublé sur la même période, passant de 250 000 à 696 000.

Graphique 3 – Fréquentation de l’établissement public du musée du Louvre (hors musée Delacroix)

Graphique 3 – Fréquentation de l’établissement public du musée du Louvre (hors musée Delacroix)

Source : musée du Louvre/DEPS, ministère de la Culture et de la Communication, 2010

Graphique 4 – Répartition des visiteurs de l’établissement public du musée du Louvre en 2009

Graphique 4 – Répartition des visiteurs de l’établissement public du musée du Louvre en 2009

Source : musée du Louvre/DEPS, ministère de la Culture et de la Communication, 2010

Les établissements publics polyvalents

17Quatre grands établissements polyvalents ont bénéficié, dès leur création, du statut d’établissement public : le Centre national d’art et de culture Georges-Pompidou, la Cité des sciences et de l’industrie, l’établissement public du parc et de la grande halle de la Villette, la Cité de la musique. Le Centre Pompidou, inauguré en 1977, est le plus ancien ; les trois autres établissements font partie du vaste ensemble culturel du site des anciens abattoirs de la Villette (graphique 5).

Mesure de la fréquentation

Le décompte des entrées a évolué au cours des années et peut être différent d’un établissement à l’autre. Si, auparavant, seules les entrées faisant l’objet d’une billetterie payante étaient enregistrées, les fréquentations afférentes aux diverses activités ont été progressivement prises en compte à mesure de la diversification des offres. Ainsi les entrées des expositions temporaires, des visites guidées, des conférences, des ateliers en direction des scolaires, des spectacles sont désormais comptabilisées.

De plus, la mesure de la fréquentation gratuite d’établissements est plus précise aujourd’hui : faute de contremarques, elle pouvait, auparavant, être le résultat d’un coefficient d’estimation identique plusieurs années consécutives, tandis que les entrées lors d’événements gratuits comme les Journées du patrimoine échappaient à tout comptage. Depuis quelques années, le développement des cartes de fidélité et des ventes à distance a rendu nécessaire leur comptabilisation par les établissements. Des enquêtes de publics sont réalisées dans la plupart des établissements dont les résultats, centralisés au niveau des différentes activités, contribuent à une connaissance plus précise de la fréquentation.

Pour autant, l’analyse de l’évolution sur le long terme et la répartition entre entrées payantes et gratuites restent difficiles à mener pour l’ensemble des établissements publics.

Graphique 5 – Évolution des entrées générales du Centre Pompidou, de la Cité des sciences et de l’industrie et du parc et de la grande halle de la Villette

Graphique 5 – Évolution des entrées générales du Centre Pompidou, de la Cité des sciences et de l’industrie et du parc et de la grande halle de la Villette

Source : Cité de la musique/DEPS,

  • 12 Décret n° 76-82 du 27 janvier 1976 portant création de la Bibliothèque publique d’information : htt (...)

18Depuis sa réouverture en 2000 après des travaux de rénovation qui se sont déroulés de 1997 à fin 1999, les entrées générales12 du Centre Pompidou se sont stabilisées à 5 millions.

19La moyenne annuelle des entrées générales à la Cité des sciences et de l’industrie depuis son ouverture est de 3,2 millions, auxquelles il faut ajouter les 500 000 à 600 000 du Palais de la découverte, qui fait désormais partie du même établissement public, Universcience, créé en décembre 2009.

  • 13 Non compris les 310 000 spectateurs de la salle Pleyel, société filiale de la Cité de la musique, q (...)

20Depuis sa création, la fréquentation moyenne du parc et de la grande halle de la Villette est de 454 000 visiteurs. En 2009, on compte 317 000 entrées avec une répartition identique pour les expositions et le cinéma en plein air d’une part, et les spectacles d’autre part. Quant à la Cité de la musique, elle attire près de 400 000 visiteurs13 chaque année, dont la moitié pour visiter le musée de la Musique (graphique 6).

Graphique 6 – Répartition de la fréquentation de la Cité de la musique en 2009

Graphique 6 – Répartition de la fréquentation de la Cité de la musique en 2009

Source : Cité de la musique/DEPS,

Les bibliothèques

21Les deux bibliothèques nationales bénéficiant du statut d’établissement public ont des missions distinctes : une mission patrimoniale et encyclopédique pour la BnF  « collecter, cataloguer, conserver et enrichir dans tous les champs de la connaissance, le patrimoine national14 » avec, en particulier, la gestion du dépôt légal ; une mission tournée vers l’actualité pour la BPI : « Offrir à tous, et dans la mesure du possible en libre accès, un choix constamment tenu à jour de collections françaises et étrangères de documents d’information général d’actualité15. »

  • 16 Fréquentation de la BPI incluse.

22Depuis 1998, date d’ouverture de la bibliothèque François-Mitterrand (site Tolbiac), la BnF accueille, sur ses deux sites, un million de lecteurs environ par an dans ses différentes salles de lecture. En 2009, la fréquentation des expositions, des colloques et conférences et des services pédagogiques totalisait 359 000 entrées (graphique 7). Si les entrées moyennes par jour16 (graphique 8) tendent à s’éroder pour les salles de lecture du Haut-de-jardin accueillant le grand public (– 16 % entre 2000 et 2009) de même que pour les salles spécialisées des autres sites (Richelieu, Opéra, Arsenal et bibliothèque Jean-Vilar à Avignon), elles ont augmenté de 5 % pour la salle réservée aux chercheurs (Rez-de-jardin du site Tolbiac).

Graphique 7 – Répartition de la fréquentation de la Bibliothèque nationale de France en 2009

Graphique 7 – Répartition de la fréquentation de la Bibliothèque nationale de France en 2009

Source : BnF/DEPS, ministère de la Culture et de la Communication, 2010

  • 17 Rapport d’activité 2009 du Service études et recherche de la Bibliothèque publique d’information, h (...)

23En 2009, 1,4 million de lecteurs, soit près de 5 000 lecteurs par jour, ont fréquenté la BPI, liée par convention au centre Pompidou. De 2000 à 2009, la baisse (– 25 %) est plus importante que celle du Haut-de-jardin (tous publics) de la BnF, site Tolbiac. Pour la BPI toutefois, cette baisse s’accompagne d’une augmentation de la durée de la visite. Or, pour des raisons de sécurité, la capacité maximale d’accueil (2 134 personnes) limite mécaniquement le nombre d’entrées. De fait, la durée moyenne de visite est passée de 2h 08 en 1982 à 3 heures en novembre 2000, pour atteindre 3 h 23 en novembre 2009. « Aussi, le résultat paradoxal est-il que le nombre d’entrées chute les jours où l’établissement est le plus saturé, notamment le dimanche, jour de grande affluence. C’est ainsi que la moyenne des entrées dominicales s’établit, en 2009, à 4 726, contre 5 408 les lundis17. » D’autre part, l’usage de l’internet, en modifiant les pratiques de recherche documentaire des lecteurs, en particulier des étudiants, explique sans doute pour partie la baisse de fréquentation des salles de lecture des deux bibliothèques.

Graphique 8 – Évolution des entrées moyennes par jour des salles de lecture de la Bibliothèque nationale de France

Graphique 8 – Évolution des entrées moyennes par jour des salles de lecture de la Bibliothèque nationale de France

Source : BnF/DEPS, ministère de la Culture et de la Communication, 2010

Les établissements de spectacle

24Quatre théâtres (Comédie-Française et théâtres nationaux de Chaillot, de la Colline, de l’Odéon et de Strasbourg) et deux opéras (Opéra national de Paris et théâtre national de l’Opéra Comique) bénéficient du statut d’établissement public. Pour la saison 2008-2009, le nombre de spectateurs s’est élevé à 1,6 million. L’Opéra national de Paris, outre ses 700 000 à 800 000 spectateurs annuels, accueille également de nombreux visiteurs pour les visites patrimoniales du Palais Garnier (500 000 entrées en 2008) et, dans une moindre mesure, aux visites guidées de l’Opéra Bastille (moins de 10 000 entrées).

25Les quatre théâtres nationaux ont reçu, quant à eux, 743 000 spectateurs pour 1 500 représentations au cours de la même saison.

Graphique 9 – Évolution du nombre de représentations et du nombre d’entrées à l’Opéra national de Paris

Graphique 9 – Évolution du nombre de représentations et du nombre d’entrées à l’Opéra national de Paris

Source : Opéra national de Paris/DEPS, ministère de la Culture et de la Communication, 2010

Tableau 2 – Nombre de spectateurs des établissements de spectacle pour la saison 2008-2009

Tableau 2 – Nombre de spectateurs des établissements de spectacle pour la saison 2008-2009

Source : DEPS, ministère de la Culture et de la Communication, 2010

26L’exercice de comparaison quantitative avec les autres types d’établissements publics atteint ici ses limites dans la mesure où la fréquentation des spectacles est limitée de fait par la jauge de la salle d’une part, et par le nombre de représentations programmées au cours de la saison d’autre part, comme le montre bien l’évolution du nombre de représentations et des entrées de l’Opéra national de Paris (graphique 9), dont les spectacles sont le plus souvent complets.

Annexes

Annexe 1 – Entrées des établissements publics sous tutelle du ministère de la Culture et de la Communication (hors établissements de spectacle)

Source : Direction générale des patrimoines et établissements publics/DEPS, ministère de la Culture et de la Communication, 2010

Annexe 2 – Liste des établissements publics concernés

Source : Direction générale des patrimoines et établissements publics/DEPS, ministère de la Culture et de la Communication, 2010

Sources des données

Plusieurs sources de données ont été exploitées pour comparer la fréquentation des établissements publics :

  • les statistiques administratives produites par la Réunion des musées nationaux pour les années les plus anciennes ;

  • l’enquête « Muséostat » relative aux musées de France réalisée annuellement, depuis 2004, par la direction de la politique des publics de la Direction générale des patrimoines du ministère de la Culture et de la Communication, source privilégiée pour les entrées des musées ;

  • les rapports publiés par les établissements publics disponibles en ligne ;

  • les statistiques des théâtres nationaux rassemblées par la Direction générale de la création artistique du ministère de la Culture et de la Communication ;

  • l’Opéra national de Paris, l’Opéra Comique, l’établissement public du parc et de la grande halle de la Villette, le Centre d’art et de culture Georges-Pompidou, Universcience, le Comité départemental du tourisme du Loir-et-Cher.

Notes

1 N’ont pas été retenus les établissements publics gestionnaires de musées ou monuments comme la Réunion des musées nationaux et le Centre des monuments nationaux.

2 Dominique JAMET, Jean FOSSEYEUX, Christian PATTYN (sous la dir. de), les Établissements publics sous tutelle du ministère de la Culture, Paris, Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication, la Documentation française, 2004.

3 Voir Olivier DONNAT, Pratiques culturelles des Français, Enquête 2008, Paris, Ministère de la Culture/La Découverte, 2009 ; O. DONNAT, Sylvie OCTOBRE (sous la dir. de), Les Publics des équipements culturels. Méthodes et résultats d’enquêtes, Paris, Ministère de la Culture et de la Communication, coll. « Les travaux du DEPS », 2001.

4 Il s’agit de la fréquentation physique, la fréquentation de leurs sites internet n’a pas été prise en compte dans cette analyse.

5 Une ventilation détaillée selon les différentes activités de visites de collections permanentes ou d’expositions temporaires, de spectacles, de concerts, de conférences, d’ateliers n’a pu être réalisée pour chaque établissement, les fréquentations ont donc été affectées à la dominante de l’établissement.

6 http://www.tourisme.gouv.fr/stat_etudes/tableaux/tableaux2008.php

7 Hors tourisme d’affaires.

8 Enquête sur les activités et les dépenses des touristes européens à Paris réalisée par MKG Qualiting en juin et juillet 2008, pour l’Office du tourisme et des congrès de Paris, http://www.parisinfo.com/uploads/18//Enquete_2008_Activites_Depenses.pdf

9 Pour les établissements ayant communiqué la répartition de leurs entrées entre entrées payantes et gratuites. Non compris : la Bibliothèque nationale de France, la Bibliothèque publique d’information, le domaine national de Chambord et la Cité des sciences et de l’industrie.

10 Trois musées intégrés à des établissements pluridisciplinaires s’ajoutent aux musées établissements publics : le musée national d’Art moderne, entité du Centre Pompidou, le musée de la Musique et le musée de la Céramique.

11 La fréquentation du musée du Louvre, chiffres clés 2009, http://www.louvre.fr

12 Décret n° 76-82 du 27 janvier 1976 portant création de la Bibliothèque publique d’information : http://www.legifrance.gouv.fr/

13 Non compris les 310 000 spectateurs de la salle Pleyel, société filiale de la Cité de la musique, qui accueille en résidence l’Orchestre de Paris et l’orchestre philharmonique de Radio-France.

14 Décret n° 94-3 du 3 janvier 1994 portant création de la Bibliothèque nationale de France : http://www.legifrance.gouv.fr/

15 http://www.bnf.fr/fr/la_bnf/pro_publics_sur_place_et_distance/a.publics_sur_place_enquetes.html

16 Fréquentation de la BPI incluse.

17 Rapport d’activité 2009 du Service études et recherche de la Bibliothèque publique d’information, http://www.bpi.fr/

Table des illustrations

Titre Graphique 1 – Répartition de la fréquentation des établissements en 2009
Crédits Source : DEPS, ministère de la Culture et de la Communication, 2010
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/549/img-1.png
Fichier image/png, 27k
Titre Graphique 2 – Évolution des entrées totales des cinq musées nationaux accueillant plus d’un million de visiteurs chaque année
Crédits Source : DEPS, ministère de la Culture et de la Communication, 2010
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/549/img-2.png
Fichier image/png, 60k
Titre Tableau 1 – Part des entrées payantes en 2009 (en %)
Crédits Source : DEPS, ministère de la Culture et de la Communication, 2010
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/549/img-3.png
Fichier image/png, 82k
Titre Graphique 3 – Fréquentation de l’établissement public du musée du Louvre (hors musée Delacroix)
Crédits Source : musée du Louvre/DEPS, ministère de la Culture et de la Communication, 2010
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/549/img-4.png
Fichier image/png, 62k
Titre Graphique 4 – Répartition des visiteurs de l’établissement public du musée du Louvre en 2009
Crédits Source : musée du Louvre/DEPS, ministère de la Culture et de la Communication, 2010
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/549/img-5.png
Fichier image/png, 24k
Titre Graphique 5 – Évolution des entrées générales du Centre Pompidou, de la Cité des sciences et de l’industrie et du parc et de la grande halle de la Villette
Crédits Source : Cité de la musique/DEPS,
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/549/img-6.png
Fichier image/png, 26k
Titre Graphique 6 – Répartition de la fréquentation de la Cité de la musique en 2009
Crédits Source : Cité de la musique/DEPS,
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/549/img-7.png
Fichier image/png, 22k
Titre Graphique 7 – Répartition de la fréquentation de la Bibliothèque nationale de France en 2009
Crédits Source : BnF/DEPS, ministère de la Culture et de la Communication, 2010
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/549/img-8.png
Fichier image/png, 31k
Titre Graphique 8 – Évolution des entrées moyennes par jour des salles de lecture de la Bibliothèque nationale de France
Crédits Source : BnF/DEPS, ministère de la Culture et de la Communication, 2010
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/549/img-9.png
Fichier image/png, 27k
Titre Graphique 9 – Évolution du nombre de représentations et du nombre d’entrées à l’Opéra national de Paris
Crédits Source : Opéra national de Paris/DEPS, ministère de la Culture et de la Communication, 2010
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/549/img-10.png
Fichier image/png, 57k
Titre Tableau 2 – Nombre de spectateurs des établissements de spectacle pour la saison 2008-2009
Crédits Source : DEPS, ministère de la Culture et de la Communication, 2010
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/549/img-11.png
Fichier image/png, 24k
Crédits Source : Direction générale des patrimoines et établissements publics/DEPS, ministère de la Culture et de la Communication, 2010
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/549/img-12.png
Fichier image/png, 183k
Crédits Source : Direction générale des patrimoines et établissements publics/DEPS, ministère de la Culture et de la Communication, 2010
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/549/img-13.png
Fichier image/png, 117k

© Département des études, de la prospective et des statistiques, 2010

Creative Commons - Attribution-NonCommercial 3.0 Unported - CC BY-NC 3.0

Lire

Open access