Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les femmes dans la création audiovisuelle et de spectacle vivant

 | 
Marie Gouyon

Les femmes dans la création audiovisuelle et de spectacle vivant

Les auteurs de la SACD percevant des droits en 2011

Note de l’auteur

L’analyse statistique des données relatives aux droits gérés collectivement par la société des auteurs compositeurs dramatiques (SACD) a été produite par le DEPS. Pour leur précieuse collaboration au cours de cette étude, que soient vivement remerciés ici Pascal Rogard, directeur général de la SACD et, au sein de la direction du développement et de la coordination de la SACD, Muriel Couton, directrice, Violeta Mateo, directrice adjointe et, tout particulièrement, Christelle Finet, chargée d’études.

Texte intégral

91 400 œuvres, 135 millions d’euros de droits nets répartis entre 18 000 auteurs

1En 2011, 91 400 œuvres audiovisuelles et de spectacle vivant, dont les droits sont gérés collectivement par la société des auteurs compositeurs dramatiques (SACD), donnent lieu à la répartition de 135 millions d’euros de droits nets, pour leur diffusion ou leur représentation : diffusions télévisuelles des œuvres de cinéma et de télévision, diffusions d’œuvres radiophoniques, et représentations d’œuvres théâtrales, chorégraphiques, musicales, circassiennes ou d’arts de la rue (encadrés 1, 2 et 3, p. 10-13).

2Le montant des droits versés pour la diffusion d’une œuvre audiovisuelle ou la représentation d’une œuvre de spectacle vivant dépend de différents paramètres :

  • pour le spectacle vivant, cela dépend du type d’œuvre (pièce de théâtre, one-man show ou sketch par exemple pour une œuvre théâtrale), du succès du spectacle et de la capacité (en nombre de places) des lieux de représentation ;

  • pour l’audiovisuel, de la durée de l’œuvre (court ou long métrage par exemple), du nombre de retransmissions, des horaires de diffusion (prime time, nuit) et des canaux de diffusion (chaînes de télévision nationales gratuites ou numériques terrestres par exemple, stations de Radio France ou autres stations de radio).

3Ces droits sont versés à 18 000 auteurs – qualifiés d’auteurs « actifs » (voir glossaire p. 13) – dont 29 % sont des femmes (encadré 2, p. 11). Certaines disciplines sont plus féminisées que d’autres : la danse et la radio (34 % de femmes), le théâtre (31 %), la télévision (29 %) et le cirque (28 %) le sont plus que le cinéma (25 %), les arts de la rue (25 %) et la musique (23 %) (graphique 1).

Graphique 1 – Place des femmes parmi les auteurs de la SACD actifs, 2011

Graphique 1 – Place des femmes parmi les auteurs de la SACD actifs, 2011

Source : SACD/DEPS, Ministère de la culture et de communication, 2014

4En moyenne, en 2011, un auteur perçoit 7 520 euros nets. L’audiovisuel est nettement plus rémunérateur (11 210 euros en moyenne) que le spectacle vivant (3 750 euros).

5Les femmes représentent 29 % des auteurs mais ne perçoivent que 24 % des droits versés en 2011. Ainsi, en 2011, une femme auteur de l’audiovisuel ou du spectacle vivant reçoit en moyenne 6 130 euros contre 8 100 euros pour un homme.

6L’écart de revenus entre hommes et femmes est moins accentué dans l’audiovisuel que dans le spectacle vivant. Une femme auteur de l’audiovisuel perçoit en effet, en moyenne, 10 370 euros pour sa participation à la création audiovisuelle, et un homme 11 520 euros. Inexistant dans la radio et la télévision, l’écart est plus marqué dans le cinéma, où le revenu annuel moyen des femmes est de 27 % inférieur à celui des hommes.

7Dans le spectacle vivant, ces niveaux moyens s’établissent à 2 520 euros pour une femme et 4 290 euros pour un homme. Par rapport au revenu des hommes, le revenu moyen des femmes est moindre de 31 % (dans le cirque) à 58 % (dans les arts de la rue) (graphique 2).

Graphique 2 – Revenus moyens perçus par les femmes et les hommes pour la création audiovisuelle et de spectacle vivant, 2011 (en %)

Graphique 2 – Revenus moyens perçus par les femmes et les hommes pour la création audiovisuelle et de spectacle vivant, 2011 (en %)

Source : SACD/DEPS, Ministère de la culture et de communication, 2014

Moins de créations féminines que masculines, en particulier dans le cinéma, le théâtre et les arts de la rue

8Un premier élément d’explication de ces écarts a trait à la moindre participation des femmes à la création audiovisuelle et de spectacle vivant. Les femmes déclarent en effet 27 % des contributions aux œuvres rémunérées en 2011, qu’elles soient auteur unique de l’œuvre ou en partagent la création avec d’autres co-auteurs (voir glossaire) : en moyenne, en 2011, une femme est rémunérée au titre de 14,3 contributions, contre 16,1 contributions en moyenne pour un homme (tableau 1).

9L’écart est particulièrement marqué dans le théâtre – où la population féminine représente 31 % des auteurs mais ne contribue qu’à 27 % des créations – ainsi que le cinéma et les arts de la rue, où les femmes représentent un quart des auteurs et sont à l’origine de 21 % des contributions. Dans ces disciplines, en effet, le nombre moyen de contributions rémunérées déclarées par les femmes est inférieur de près de 20 % à celui de leurs homologues masculins. Ailleurs, comme dans la radio, la musique et le cirque, l’écart est de l’ordre de 10 %, et pratiquement inexistant dans la danse et la télévision.

Dans la plupart des disciplines, la création d’une œuvre repose sur l’écriture de texte

10Dans le registre de la SACD, les auteurs sont identifiés selon leur fonction dans la création. Ils peuvent être auteurs de texte dans les différentes disciplines audiovisuelles scénaristes, dialoguistes, etc. – et du spectacle vivant, réalisateurs pour le cinéma ou la télévision, metteurs en scène pour le théâtre, chorégraphes ou compositeurs pour le spectacle vivant.

11Dans la plupart des disciplines, l’écriture de texte est la fonction la plus couramment exercée. Elle est l’unique fonction à l’œuvre dans la création radiophonique et domine largement la création pour le théâtre (92 % des contributions à cette discipline – les 8 % restants se partageant entre mise en scène et composition musicale).

Tableau 1 – contributions moyennes et totales, masculines et féminines, rémunérées dans l’audiovisuel et le spectacle vivant, 2011

Tableau 1 – contributions moyennes et totales, masculines et féminines, rémunérées dans l’audiovisuel et le spectacle vivant, 2011

Source : SACD/DEPS, Ministère de la culture et de communication, 2014

12L’écriture de texte est également majoritaire dans le cirque (75 % des contributions), les arts de la rue (70 %), la télévision (69 %) et le cinéma (60 %) (tableau 2).

Tableau 2 – Part des différentes fonctions exercées dans la création d’une œuvre rémunérée, 2011 (en %)

Tableau 2 – Part des différentes fonctions exercées dans la création d’une œuvre rémunérée, 2011 (en %)

Source : SACD/DEPS, Ministère de la culture et de communication, 2014

13La création musicale repose d’abord sur la composition (56 % des contributions aux œuvres musicales) et la danse sur la chorégraphie (58 % des contributions à cette discipline). Compositeurs et chorégraphes interviennent également dans le cirque et les arts de la rue (autour de 20 % pour les premiers, moins de 10 % pour les seconds). La composition musicale est, de plus, une fonction couramment exercée pour créer une œuvre chorégraphique (23 % des contributions).

14La réalisation représente 40 % des contributions aux œuvres cinématographiques, mais une part nettement moindre dans la création télévisuelle (24 %), davantage investie par l’écriture de texte, où il est très fréquent que plusieurs co-auteurs participent à l’écriture d’une même œuvre télévisuelle.

Les femmes sont d’abord chorégraphes ou auteurs de l’écrit

15Une contribution sur trois en qualité d’auteur de texte est féminine, plus souvent dans la radio, la télévision, le théâtre, la danse, la musique et le cirque (autour de 30 % des contributions en tant qu’auteur de texte) que dans le cinéma et les arts de la rue (tableau 3).

16La chorégraphie est la fonction traditionnellement la plus féminisée, bien que les femmes y soient, là aussi, minoritaires : 45 % des contributions au titre de la fonction chorégraphique sont féminines, toutes disciplines du spectacle vivant confondues.

Les réalisatrices et les compositrices sont rares

17La réalisation et la composition musicale sont nettement masculinisées. Les femmes ne sont à l’origine que de 19 % des contributions en tant que réalisateur pour les œuvres de cinéma, et seulement de 7 % pour les œuvres télévisuelles. Elles déclarent autour de 10 % des contributions au titre de la composition musicale, que ce soit pour les œuvres musicales, chorégraphiques, circassiennes ou d’arts de la rue (tableau 3).

Tableau 3 – Fonctions exercées par les femmes dans la création d’œuvres audiovisuelles et de spectacle vivant, 2011

Tableau 3 – Fonctions exercées par les femmes dans la création d’œuvres audiovisuelles et de spectacle vivant, 2011

Source : SACD/DEPS, Ministère de la culture et de communication, 2014

Pour la radio et la danse, les femmes créent plus souvent seules

18La plupart des œuvres chorégraphiques, cinématographiques, musicales et, particulièrement, les œuvres théâtrales et radiophoniques sont créées ou composées par un auteur unique. À l’inverse, dans les arts de la rue, le cirque et, plus encore, la télévision, elles sont l’œuvre de la collaboration de plusieurs auteurs, parfois nombreux (tableau 4). Les œuvres à auteurs multiples représentent ainsi 83 % de l’ensemble des œuvres télévisuelles et sont créées par plus de quatre co-auteurs en moyenne. Cette multiplicité de co-auteurs est caractéristique notamment des épisodes de séries télévisées, créés au sein d’ateliers d’écriture, qui impliquent la mobilisation simultanée d’un grand nombre de contributeurs.

19Pour autant, la répartition entre femmes et hommes n’est pas la même selon que les œuvres sont créées par un auteur unique ou par plusieurs co-auteurs. Ainsi, dans la danse et la radio, les femmes représentent 41 % des auteurs uniques d’œuvres chorégraphiques et radiophoniques. Mais lorsque ces œuvres sont le fruit de plusieurs co-auteurs, les femmes sont nettement moins représentées (31 % pour la danse et 18 % pour la radio) (tableau 4).

Tableau 4 – Part des femmes dans les contributions aux œuvres à auteur unique et à auteurs multiples rémunérées, 2011

Tableau 4 – Part des femmes dans les contributions aux œuvres à auteur unique et à auteurs multiples rémunérées, 2011

Source : SACD/DEPS, Ministère de la culture et de communication, 2014

Pour la télévision, la musique et les arts de la rue, elles interviennent davantage en tant que co-auteurs

20La contribution féminine à la musique concerne un quart des œuvres à auteurs multiples, contre 14 % des œuvres à auteur unique. Les proportions sont assez semblables pour les arts de la rue (22 % des contributions aux œuvres à auteurs multiples sont féminines, soit 6 points de plus que pour les œuvres créées en solo) et la télévision (27 % de contributions aux œuvres à auteurs multiples sont féminines et 16 % des créations en solo).

Au moment de la déclaration de l’œuvre, pour une fonction donnée, la répartition des droits est égalitaire entre co-auteurs, qu’ils soient hommes ou femmes

21Sur le bulletin de déclaration de l’œuvre (voir glossaire), la répartition entre coauteurs s’opère de façon différente dans le cinéma et la télévision d’une part, dans la radio et le spectacle vivant d’autre part.

22Pour une œuvre de cinéma ou de télévision, la définition des parts (dites « parts au bulletin ») entre réalisateurs et auteurs de texte est le fruit d’un usage établi. Pour la radio et le spectacle vivant, elle s’effectue de gré à gré entre co-auteurs. Dans l’un et l’autre cas, la répartition des parts entre co-auteurs est égalitaire entre femmes et hommes, les unes ayant une part au bulletin, en moyenne, comparable à celles des autres, quelle que soit la discipline artistique et pour une fonction donnée. Par exemple, un homme réalisateur et une femme scénariste déclarant un film de cinéma n’auront pas la même part au bulletin ; suivant l’usage établi, 40 % seront attribués au réalisateur et 60 % à la scénariste. Si trois co-auteurs déclarent le film – un réalisateur, une réalisatrice et une scénariste – alors l’homme et la femme réalisateurs se répartiront 40 % à parts en moyenne égales, soit 20 % chacun, et 60 % reviendront à la scénariste.

23Toutefois, si les parts attribuées au moment de la déclaration de l’œuvre sont similaires pour les hommes et pour les femmes, il n’en va pas toujours de même des montants effectivement perçus une fois l’œuvre diffusée ou représentée.

La rémunération d’une femme au titre de la réalisation ou de l’écriture de texte est légèrement inférieure à celle d’un homme pour une œuvre de cinéma…

24Lorsque les femmes participent à la création d’une œuvre de cinéma, la rémunération de leurs contributions en tant que réalisatrices ou auteurs de texte est légèrement inférieure à celles des hommes. Une contribution en tant que réalisateur est rémunérée en moyenne 2 385 euros pour une femme et 2 770 euros pour un homme ; l’écart est moindre pour un auteur de texte : 2 400 euros en moyenne d’une part, 2 555 euros de l’autre (tableau 5). Ainsi, à fonctions identiques, les femmes perçoivent des droits légèrement inférieurs à ceux des hommes alors que le partage des droits entre co-auteurs, au moment de la déclaration de l’œuvre de cinéma, induit des parts comparables entre hommes et femmes.

25On peut faire l’hypothèse que les femmes cinéastes ne participent pas au même type d’œuvres que leurs homologues masculins (courts et longs métrages n’offrent pas les mêmes rémunérations), que ces œuvres ne bénéficient pas de la même diffusion (rediffusions sur des chaînes de télévision nationales, de la TNT ou privées, etc.), ni des mêmes plages horaires, ni de la même fréquence.

… mais de même niveau pour une œuvre télévisuelle

26En 2011, les droits moyens perçus par les femmes et les hommes pour la contribution à une œuvre de télévision sont en revanche comparables : environ 300 euros pour l’écriture de texte, 200 euros pour une réalisation. Les droits moyens associés à l’exercice de ces fonctions sont nettement moins importants à la télévision qu’au cinéma car les droits sont partagés entre un plus grand nombre de co-auteurs et concernent des œuvres de formats souvent beaucoup plus courts, moins rémunérées.

Pour une œuvre radiophonique, les femmes perçoivent des droits en moyenne plus élevés que les hommes

27La création d’une œuvre radiophonique repose presque exclusivement sur la seule fonction d’auteur de texte. Les droits que les femmes retirent, en moyenne, d’une contribution à une œuvre de radio dépassent légèrement ceux des hommes : 340 euros contre 310 euros.

Tableau 5 – droits moyens perçus par les femmes et par les hommes pour la contribution à une œuvre au titre d’une fonction donnée, 2011 (en euros)

Tableau 5 – droits moyens perçus par les femmes et par les hommes pour la contribution à une œuvre au titre d’une fonction donnée, 2011 (en euros)

Source : SACD/DEPS, Ministère de la culture et de communication, 2014

28On explique cet écart par le fait que les hommes de radio sont plus souvent co-auteurs que les femmes et donc plus souvent amenés à partager les droits d’une œuvre donnée : en effet, on l’a vu, si 59 % des œuvres de radio à auteur unique sont déclarées par des hommes, 82 % des contributions aux œuvres à auteurs multiples sont masculines dans cette discipline (tableau 4).

Dans le spectacle vivant, les droits associés aux contributions féminines sont inférieurs à ceux des hommes, quelles que soient la discipline et la fonction

29Dans le spectacle vivant aussi, quelle que soit la fonction exercée pour créer une œuvre, on relève d’importants écarts de revenus entre hommes et femmes, alors que les parts au bulletin des unes et des autres – c’est-à-dire le partage après création de l’œuvre mais avant sa diffusion – sont comparables pour l’exercice d’une fonction donnée.

30Par exemple, pour une œuvre théâtrale, un homme auteur de texte est rémunéré 1 860 euros en moyenne en 2011 ; pour l’exercice de la même fonction, une femme perçoit en moyenne 1 410 euros, soit 24 % de moins. Dans les autres disciplines du spectacle vivant, les droits moyens perçus par une femme pour son intervention en tant que chorégraphe ou compositrice sont très inférieurs à ceux des hommes (jusqu’à quatre fois moins pour une composition musicale destinée à une œuvre circassienne).

31Il est vraisemblable que ces écarts reposent sur la nature différente des œuvres proposées par les unes et les autres, leur succès, la capacité d’accueil des lieux où ces œuvres sont représentées et peut-être une moindre programmation des œuvres féminines. Ainsi, les femmes participent moins que les hommes à la création des œuvres audiovisuelles ou de spectacle vivant. Lorsqu’elles y contribuent, c’est d’abord pour la radio et la danse, moins pour le cinéma, la musique et les arts de la rue que pour le cirque, le théâtre, la télévision. Elles sont plus souvent auteurs de texte ou chorégraphes que réalisatrices ou compositrices.

32Lorsqu’elles participent à l’élaboration d’œuvres radiophoniques ou télévisuelles, elles sont rétribuées autant voire un peu plus que les hommes, tant en termes de revenus perçus en 2011 que de part des droits d’auteur prévue au moment de la déclaration de l’œuvre à la SACD. Sachant qu’elles sont rémunérées pour un nombre de contributions légèrement inférieur à celui des hommes dans ces disciplines (tableau 1), in fine, les revenus totaux qu’elles tirent de leurs créations pour la radio et la télévision sont en moyenne équivalents à ceux des hommes (graphique 2).

33À l’inverse, leurs contributions aux œuvres de cinéma et, plus encore, de spectacle vivant, quelle que soit la fonction au titre de laquelle elles interviennent, sont moins rémunérées que celles des hommes alors que les parts qui leur sont destinées sont comparables, ce qui tend à confirmer l’hypothèse selon laquelle les femmes de cinéma et du spectacle vivant ne participent pas au même type d’œuvres que leurs homologues masculins, que ces œuvres ne sont pas représentées dans les mêmes lieux ou diffusées sur les mêmes chaînes de télévision, ni aux mêmes horaires, ni à la même fréquence.

Bibliographie

GOUYON Marie, Diversité des carrières d’auteur de l’audiovisuel et du spectacle vivant. Les auteurs de la SACD, 1997-2008, Ministère de la Culture et de la Communication, DEPS, coll. « Culture chiffres », 2011-2, avril 2011

Ministère de la Culture et de la Communication (2014), « Rapport de l’Observatoire de l’égalité femmes/hommes dans la culture et la communication », mars 2014, disponible sur www.culturecommunication.gouv.fr, rubrique « Égalité entre femmes et hommes »

Table des illustrations

Titre Graphique 1 – Place des femmes parmi les auteurs de la SACD actifs, 2011
Crédits Source : SACD/DEPS, Ministère de la culture et de communication, 2014
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/470/img-1.png
Fichier image/png, 64k
Titre Graphique 2 – Revenus moyens perçus par les femmes et les hommes pour la création audiovisuelle et de spectacle vivant, 2011 (en %)
Crédits Source : SACD/DEPS, Ministère de la culture et de communication, 2014
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/470/img-2.png
Fichier image/png, 94k
Titre Tableau 1 – contributions moyennes et totales, masculines et féminines, rémunérées dans l’audiovisuel et le spectacle vivant, 2011
Crédits Source : SACD/DEPS, Ministère de la culture et de communication, 2014
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/470/img-3.png
Fichier image/png, 134k
Titre Tableau 2 – Part des différentes fonctions exercées dans la création d’une œuvre rémunérée, 2011 (en %)
Crédits Source : SACD/DEPS, Ministère de la culture et de communication, 2014
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/470/img-4.png
Fichier image/png, 119k
Titre Tableau 3 – Fonctions exercées par les femmes dans la création d’œuvres audiovisuelles et de spectacle vivant, 2011
Crédits Source : SACD/DEPS, Ministère de la culture et de communication, 2014
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/470/img-5.png
Fichier image/png, 114k
Titre Tableau 4 – Part des femmes dans les contributions aux œuvres à auteur unique et à auteurs multiples rémunérées, 2011
Crédits Source : SACD/DEPS, Ministère de la culture et de communication, 2014
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/470/img-6.png
Fichier image/png, 112k
Titre Tableau 5 – droits moyens perçus par les femmes et par les hommes pour la contribution à une œuvre au titre d’une fonction donnée, 2011 (en euros)
Crédits Source : SACD/DEPS, Ministère de la culture et de communication, 2014
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/470/img-7.png
Fichier image/png, 133k

© Département des études, de la prospective et des statistiques, 2014

Creative Commons - Attribution-NonCommercial 3.0 Unported - CC BY-NC 3.0

Lire

Open access