Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Économies des droits d’auteur - V

 | 
Françoise Benhamou
, 
Dominique Sagot-Duvauroux

Avant-propos

Philippe Chantepie

Texte intégral

1L’économie des droits d’auteur n’est pas une mais multiple. Elle est fonction des évolutions des filières des industries culturelles, de leurs acteurs, des modes d’exploitation, des formes d’œuvres, des marchés… Les études sectorielles (livre, photographie, audiovisuel, cinéma et musique) ont dégagé des spécificités souvent fortes tenant aux caractéristiques des filières, à leurs traditions, à leur degré d’insertion sur les marchés mondiaux. Toutes, cependant, manifestent des traits communs, partagent des tendances fortes. Ces cinq filières dominent l’analyse économique des économies du droit d’auteur.

2Les pratiques contractuelles ou institutionnelles sont de plus en plus décalées des règles du Code de la propriété intellectuelle, pouvant soulever des questions d’équité ou de clarté du droit applicable. La gestion collective tend à prendre une part croissante parmi les modes de gestion sans que les conditions de simplicité, de clarté de répartition progressent toujours du même pas. La question de l’adaptation du droit des auteurs aux nouvelles formes d’activités économiques auctoriales (œuvre collective, pratiques en amateur…) est soulevée dans un plus grand nombre de filières. La généralisation des rémunérations forfaitaires est croissante et, en partie, contraire au principe de rémunération proportionnelle issue d’une négociation contractuelle. Enfin, le développement d’une économie de commande qui se manifeste dans les filières les plus intégrées (audiovisuel, cinéma, en particulier) laisse moins de place à l’effectivité de droits d’auteurs négociables.

3Ces mutations de l’économie des droits d’auteur dans les filières des industries culturelles interrogent notamment l’adéquation du droit aux pratiques, les fonctions d’arbitrage et de médiation de l’État, l’articulation des droits de la propriété intellectuelle aux droits sociaux au moment où dans leur ensemble les filières des industries culturelles sont confrontées à des recompositions issues d’une modification des chaînes de valeurs sous les effets directs ou indirects du numérique

© Département des études, de la prospective et des statistiques, 2007

Creative Commons - Attribution-NonCommercial 3.0 Unported - CC BY-NC 3.0

Lire

Open access