Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le poids économique direct de la culture en 2015

 | 
Tristan Picard

Annexe_Le poids économique direct de la culture en 2015

Texte intégral

Comment mesurer le poids de la culture dans l’économie ?

1Mesurer le poids de la culture dans l’économie nécessite, d’une part, de définir le contour statistique de la culture et, d’autre part, de réussir à résumer en un seul indicateur macroéconomique l’activité d’acteurs culturels pour le moins divers : des grandes entreprises de l’audiovisuel aux petites associations culturelles locales, ou encore des théâtres subventionnés aux architectes non salariés.

2La définition du champ de la culture est à elle seule une question à part entière, à laquelle les réponses apportées n’ont cessé de diverger dans le temps ou selon les pays. Au-delà d’activités que tout le monde considérera comme indiscutablement culturelles (spectacle, lecture de livres, cinéma, etc.), doit-on prendre en compte toutes celles qui interviennent à un moment donné dans la chaîne de production des biens et des services culturels (imprimerie pour un livre par exemple), ou encore toutes celles qui comportent un aspect artistique ou créatif (la gastronomie, la confection de chaussures) ? Ou, pour aller plus loin encore, toutes celles dont une partie du chiffre d’affaires n’existerait peut-être pas sans la culture (tourisme, BTP) ?

3Se fonder sur une définition très extensive de la culture pose différents problèmes : elle implique des doubles comptes entre les différentes branches d’activité, ce qui rend inopérantes les comparaisons entre secteurs (les restaurants pourraient par exemple apparaître à la fois dans le tourisme et dans la culture), et elle nécessite des choix méthodologiques délicats, voire impossibles : quelle est la part culturelle dans la gastronomie ou la confection de chaussures et comment la mesurer de manière fiable et indiscutable ?

4Une fois le champ défini, la valeur ajoutée de la culture est calculée à l’aide des données et selon les concepts de la comptabilité nationale qui servent à l’Insee à établir le PIB (Jauneau, 2013). L’une des particularités de l’activité économique culturelle est la place non négligeable qu’y occupe le non-marchand. Rapporter le poids de la culture à celui de l’économie doit intégrer cette particularité.

1 - Le champ statistique de la culture défini de manière harmonisée au niveau européen

5Les données présentées dans cet article se fondent sur une définition harmonisée de la culture, décidée de façon conjointe par les différents services statistiques européens de la culture en 2009, sous l’égide d’Eurostat, l’Office statistique de l’Union européenne (Deroin, 2011). Le champ de la culture est ici défini en référence à la nomenclature d’activités française (NAF), par la sélection de 34 codes parmi les 732 qui composent la nomenclature à son niveau le plus désagrégé (voir « Tableau des activités culturelles »). C’est un contour relativement large, qui englobe l’ensemble du périmètre de compétences du ministère de la Culture et de la Communication en France, ainsi que les agences de publicité, prises en compte dans le champ statistique de la culture pour leur aspect créatif ; les activités des régies publicitaires ne sont en revanche pas prises en compte, car non créatives. Le groupe de travail d’Eurostat a suivi en cela les pratiques de la plupart des autres travaux internationaux du même type.

6N’ont en revanche pas été retenues par Eurostat les activités industrielles qui ne permettent que la reproduction de produits culturels mais qui n’y apportent pas de valeur qu’on aurait pu considérer comme culturelle : l’imprimerie, les équipements et matériaux (depuis la fabrication des optiques jusqu’à celle des peintures ou autres encres et vernis d’imprimerie) et, pour les mêmes raisons, la reproduction et la fabrication d’instruments de musique.

7Le champ harmonisé au niveau européen retenu ici correspond donc au poids direct des branches culturelles, à l’exclusion des activités indirectement culturelles (l’imprimerie par exemple) et des activités induites par ces branches (la part du BTP dédiée à la rénovation du patrimoine par exemple).

8

Tableau des activités culturelles(*)

Tableau des activités culturelles(*)

(*) Le code 85.52Z exclut les établissements d’enseignement supérieur (dont ceux relevant de la Culture), qui sont classés en code 85.42Z (Enseignement supérieur). Ces établissements (une centaine environ) sont ici pris en compte dans l’estimation de la valeur ajoutée.
Note : les activités culturelles sont regroupées en neuf domaines : AV : audiovisuel ; SV : spectacle vivant ; PAT : patrimoine ; EC : enseignement culturel ; LIV : livre ; PR : presse ; ART : arts visuels ; ARCHI : architecture ; PUB : agences de publicité.

2 - Estimation de la production des branches de la culture

9En 2015, les branches culturelles (audiovisuel, spectacle vivant, livre, presse, agences de publicité, architecture, arts visuels, patrimoine, enseignement culturel) totalisent une production de 87 milliards d’euros. Cette production se divise en deux parties : la production marchande et la production non marchande (tableau 2).

10La production marchande culturelle (71 milliards d’euros en 2015) correspond à la production de biens et de services culturels destinée à être vendue sur le marché à un prix économiquement significatif, c’est-à-dire un prix couvrant plus de 50 % des coûts de production, par convention de la comptabilité nationale. Cette production marchande inclut la production immobilisée constituant un actif générateur de recettes ultérieures, par exemple les films ou les programmes de télévision réalisés dans l’année pour une diffusion ultérieure (de l’ordre de 4 à 5 milliards d’euros).

11Les niveaux à deux chiffres de la NAF (« division ») sont les niveaux les plus fins disponibles pour lesquels les données comptables (valeur ajoutée, production) sont diffusées par la comptabilité nationale à l’Insee. Il est donc nécessaire, pour chacun des niveaux comportant au moins une activité culturelle, d’estimer la part culturelle et la part non culturelle pour parvenir à estimer la production de chacune des sous-classes de la NAF, niveau à 5 caractères (voir « Tableau des activités culturelles » ci-dessus).

12Pour ce faire, on part de la production marchande diffusée par la comptabilité nationale au niveau de la division (codes à 2 chiffres) et on calcule la production marchande au niveau de la sous-classe (codes à 5 caractères) en lui appliquant un coefficient calculé à partir des enquêtes sectorielles annuelles (ESA) de l’Insee. Ces enquêtes donnent en effet la décomposition du chiffre d’affaires des entreprises marchandes, décomposition détaillée par produits vendus, à un niveau très fin. Elles permettent donc de disposer de la répartition d’une branche identifiée par une division (2 chiffres) en chacune des sous-classes (5 caractères) retenues pour définir le champ de la culture. Cette clé de répartition est ensuite appliquée à la production au sens de la comptabilité nationale diffusée par division (2 chiffres) et qui diffère légèrement de la somme des productions enquêtées par l’ESA, en raison de traitements spécifiques opérés par la comptabilité nationale. Les premiers résultats de l’ESA ont été publiés fin 2012 par l’Insee pour l’exercice comptable 2010, puis fin 2013 pour l’exercice 2011.

13La production non marchande culturelle (16 milliards d’euros en 2015) correspond quant à elle à des biens et des services culturels proposés aux ménages à un prix économiquement non significatif, car bénéficiant de l’apport de dépenses publiques : partie du budget venant de l’État ou des collectivités territoriales, subventions versées à des associations, aides versées par les sociétés civiles. La production non marchande est par convention évaluée à son coût de production, qui regroupe majoritairement trois types de dépenses : la rémunération des salariés, la consommation intermédiaire et les dépenses d’investissement.

14Alors que la production marchande est exclusivement produite par les entreprises, la production non marchande provient des administrations, des établissements publics ou encore des associations. Pour estimer la production non marchande des divisions 90-91 (création artistique et patrimoine), on part du total de la production non marchande donnée par l’Insee (total 90-91). Afin de mieux situer les branches culturelles que ne le faisait la comptabilité nationale avant la révision de 2014, la méthode élaborée par le DEPS en 2013 a réparti ce total en trois domaines (spectacle vivant, arts plastiques, patrimoine) à l’aide de plusieurs sources du ministère de la Culture et de la Communication (enquêtes sur les dépenses culturelles des collectivités territoriales, budget des établissements publics culturels notamment) permettant de répartir la dépense publique culturelle (rémunérations, investissement). La révision des comptes nationaux par l’Insee en 2014 a ensuite permis de rapprocher les chiffres de l’Insee de ceux estimés par le DEPS.

15Pour l’enseignement culturel, on établit la production non marchande comme la somme de la dépense des centres de formation artistique (conservatoires régionaux, etc.), donnés par les comptes de l’Éducation élaborés par le ministère de l’Éducation nationale et des dépenses du ministère de la Culture et de la Communication pour les établissements d’enseignement supérieur Culture.

16En 2015, environ 18 % de la production culturelle est non marchande, soit davantage que la moyenne de l’ensemble de l’économie (12 %), mais beaucoup moins que dans d’autres branches économiques telles que l’action sociale et la santé (45 % de production non marchande) ou encore l’enseignement (82 %). L’activité non marchande culturelle est concentrée dans trois domaines : le patrimoine (93 % de la production y est non marchande), l’enseignement culturel (84 %), le spectacle vivant (56 %). Les arts visuels (photographie, design, activités artistiques) comportent aussi une partie non marchande, néanmoins marginale.

17De 1995 à 2001, la part de la culture dans l’ensemble de l’économie a augmenté pour les deux composantes de la production, marchande et non marchande (graphique A).

Graphique A - Part des branches culturelles dans la production de l’ensemble de l’économie en valeur, 1995-2015

Graphique A - Part des branches culturelles dans la production de l’ensemble de l’économie en valeur, 1995-2015

p : données provisoires pour 2015.

Source : Insee, comptes nationaux – base 2010/DEPS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2016

18À partir de 2001 en revanche, la part des branches culturelles marchandes a reculé. La part culturelle de la production non marchande n’a cependant pas suivi la même évolution : continuant à augmenter entre 2001 et 2008 (ce qui a permis de limiter le recul du poids économique de la culture sur cette période), elle s’est ensuite maintenue à environ 3,5 % de l’ensemble de la production non marchande en moyenne sur 2008-2015.

3 - Estimation de la valeur ajoutée des branches culturelles

19À cette production culturelle totale de 87 milliards d’euros correspond une valeur ajoutée des branches culturelles de 43 milliards d’euros en 2015 (tableau 1). Cette valeur ajoutée correspond à la production totale culturelle diminuée des consommations intermédiaires, c’est-à-dire de l’ensemble des produits ou services transformés ou consommés au cours du processus de production (matières premières, électricité par exemple). Mais les données de consommations intermédiaires manquent au niveau fin de la nomenclature.

20Pour calculer la valeur ajoutée, on utilise le ratio valeur ajoutée VA/Production, issu, là encore, des enquêtes structurelles annuelles de l’Insee (ESA) auprès des entreprises marchandes. Les valeurs ajoutées ainsi estimées par sous-classe (tous secteurs, y compris non culturels) sont ensuite sommées et calées au niveau de chaque division sur celles données par la comptabilité nationale (cette valeur ajoutée diffère en effet de celle issue de l’ESA en raison des traitements propres à la comptabilité nationale). La somme de ces valeurs ajoutées prises comme référence dans la comptabilité nationale ne donne pas tout à fait le PIB car il s’agit des valeurs ajoutées dites « aux prix de base », c’est-à-dire hors impôts et subventions sur les produits, qui ne sont pas diffusés par branche.

21Pour les domaines partiellement non marchands (spectacle vivant, patrimoine, enseignement culturel), le ratio VA/Production n’est pas fourni par l’ESA et on utilise, faute de mieux, le rapport VA/Production donné au niveau de la division (2 chiffres) par la comptabilité nationale.

22On estime ainsi une valeur ajoutée pour chacun des neuf domaines culturels, dont la somme donne la valeur ajoutée des branches culturelles pour 2015.

23Cette méthode a le triple avantage d’être relativement simple à mettre en œuvre, d’être cohérente avec les données publiées à un niveau plus agrégé par la comptabilité nationale et d’être stable dans le temps. En revanche, elle est soumise aux règles propres à la comptabilité nationale, notamment en ce qui concerne le partage entre marchand et non-marchand et elle ne permet pas de prendre en compte certaines spécificités de la culture. On ne peut donc pas lui préférer, avec les données dont on dispose, un partage entre les entreprises subventionnées et non subventionnées, ou moduler le critère des 50 % des coûts de production pour distinguer le secteur marchand du secteur non marchand.

4 - Estimation des trois années les plus récentes et rétropolation des séries chronologiques

24L’enquête structurelle annuelle (ESA) nous permet d’estimer la valeur ajoutée pour l’année couverte par cette enquête. On utilise les données 2011 de l’enquête ESA comme référence. Cette estimation se fait en mobilisant deux ratios : les décompositions des chiffres d’affaires des divisions en sous-classes détaillées, et le rapport entre valeur ajoutée et production pour chaque sous-classe.

  • 1 Harmonisation des indices de chiffres d’affaires.

25Pour estimer le poids économique de la production marchande en 1995-2010 et en 2012-2015, on fait évoluer ces coefficients à partir des évolutions annuelles de chiffre d’affaires (indices mensuels élaborés par l’Insee à partir des déclarations de TVA) pour chacune des sous-classes d’une division. Ces séries présentaient le défaut de ne pas prendre en compte la démographie des entreprises (création, cessation) et elles pouvaient donc être très éloignées de la réalité sur des secteurs en forte croissance ou en crise. Une nouvelle version de ces séries a été publiée par l’Insee en 2016 (projet Harmonica1 ), modifiant par conséquent les coefficients et donc la production et la valeur ajoutée (encadré : Révision des données 2014, p. 4). Les données obtenues sont ensuite multipliées par un coefficient de redressement afin d’obtenir comme total la production marchande donnée par la comptabilité nationale au niveau de chaque division.

26Pour la production non marchande des autres domaines, le partage entre spectacle vivant/arts plastiques/patrimoine en 1996, en 2002, en 2006 et en 2010 est actualisé à partir des sources précédemment évoquées (enquêtes sur les dépenses culturelles des collectivités territoriales, sources ministérielles sur le budget des écoles supérieures Culture, comptes de l’Éducation, etc.) et on fait évoluer ce partage sur les années manquantes. Le total de la production non marchande des branches 90-91 est toujours donné par la comptabilité nationale. Pour l’enseignement culturel non marchand, on estime directement chacune des deux composantes (centres de formation artistique et enseignement supérieur) à partir des données annuelles des sources déjà mentionnées.

27On calcule ainsi une production marchande et non marchande par domaine et pour chaque année. Pour calculer la valeur ajoutée en euros courants (en « valeur »), on procède comme pour le calcul sur 2011.

5 - Estimation de la valeur ajoutée en volume

28Pour estimer la valeur ajoutée des branches culturelles en euros constants (en volume), on divise la valeur ajoutée estimée en valeur au niveau le plus fin de la nomenclature d’activités par un indice des prix de la valeur ajoutée. Les indices des prix utilisés proviennent de deux sources : d’une part, les indices des prix de la valeur ajoutée par branche disponibles dans les comptes nationaux (au niveau division de la nomenclature, à 2 chiffres), d’autre part, pour les agences de publicité et les activités des divisions 58 et 59 (édition et une partie de l’audiovisuel), les indices des prix à la consommation des ménages du produit culturel se rapprochant le plus du poste considéré (par exemple, l’indice des prix à la consommation des journaux pour la branche 58.13Z – Édition de journaux). En effet, pour ces branches, il apparaît indispensable de scinder l’évolution des prix en sous-activités détaillées pour mieux considérer les comportements de chaque branche (par exemple, la hausse des prix des billets de cinéma ou la baisse des prix des dvd et des disques sur la période considérée ; pour la division 73, des évolutions très différentes des prix des activités créatives des agences publicitaires et de ceux des autres branches non culturelles comme les études de marché). Une voie d’amélioration de cette étape pourrait être d’utiliser les indices de prix de production des services, indices trimestriels diffusés par l’Insee depuis quelques années pour certains secteurs.

29Enfin, la valeur ajoutée en volume ainsi obtenue est multipliée par un coefficient de redressement qui permet de retrouver, par sommation, la valeur ajoutée en volume publiée au niveau division par les comptes nationaux.

30L’indice des prix de la valeur ajoutée des branches culturelles est alors obtenu en divisant la valeur ajoutée des branches culturelles en valeur (à prix courants) par celle en volume (à prix constants).

Bibliographie

Éléments de bibliographie et données en ligne

Olivier DONNAT, les Pratiques culturelles des Français à l’ère numérique. Éléments de synthèse 1997-2008, Paris, Ministère de la Culture et de la Communication, DEPS, coll. « Culture études », 2009-5, octobre 2009.

Olivier DONNAT, les Pratiques culturelles des Français à l’ère numérique, Paris, Ministère de la Culture et de la Communication/La Découverte, 2009 – www.pratiquesculturelles.culture.gouv.fr

Mélanie VANDERSCHELDEN, « La place du secteur associatif et de l’action sociale dans l’économie. Deux dimensions de la vie sociale à l’aune des comptes nationaux », Insee Première, no 1356, juin 2011.

Valérie DEROIN, Conceptualisation statistique du champ de la culture, Paris, Ministère de la Culture et de la Communication, DEPS, coll. « Culture méthodes », 2011-3, décembre 2011.

“ESSnet Culture, Final report” (eurostat grant agreement no 10401.2008.002-2009.352), octobre 2012 – http://ec.europa.eu/culture/news/20121026-ess-net_en.htm

Yves JAUNEAU et Xavier NIEL, « La culture : quel poids dans le PIB ? », Cahiers français, no 382, août 2014, La Documentation française.

Yves JAUNEAU et Xavier NIEL, le Poids économique direct de la culture en 2013, Paris, Ministère de la Culture et de la Communication, DEPS, coll. « Culture chiffres », 2014-5, octobre 2014.

Chiffres clés 2016, statistiques de la culture, Paris, Ministère de la Culture et de la Communication, diffusion La Documentation française, 2016.

Thierry MÉOT, « Les services marchands en 2015. La croissance s’affermit », Insee Première, no 1609, juillet 2016.

Données et documents méthodologiques sur la comptabilité nationale

Données détaillées et répartition de la valeur ajoutée par branche : http://www.insee.fr/fr/themes/theme.asp?theme=16&sous_theme=5.2

Données détaillées sur la consommation des ménages : http://www.insee.fr/fr/themes/theme.asp?theme=16&sous_theme=2.3

Données détaillées sur la dépense des administrations publiques par fonction : http://www.insee.fr/fr/themes/theme.asp?theme=16&sous_theme=3.3

Notes méthodologiques sur les concepts et les méthodes d’estimation : http://www.insee.fr/fr/themes/comptes-nationaux/default.asp?page=base_2005/methodologie/methodologie.htm

Notes

1 Harmonisation des indices de chiffres d’affaires.

Table des illustrations

Titre Tableau des activités culturelles(*)
Légende (*) Le code 85.52Z exclut les établissements d’enseignement supérieur (dont ceux relevant de la Culture), qui sont classés en code 85.42Z (Enseignement supérieur). Ces établissements (une centaine environ) sont ici pris en compte dans l’estimation de la valeur ajoutée.Note : les activités culturelles sont regroupées en neuf domaines : AV : audiovisuel ; SV : spectacle vivant ; PAT : patrimoine ; EC : enseignement culturel ; LIV : livre ; PR : presse ; ART : arts visuels ; ARCHI : architecture ; PUB : agences de publicité.
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/1218/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Graphique A - Part des branches culturelles dans la production de l’ensemble de l’économie en valeur, 1995-2015
Légende p : données provisoires pour 2015.
Crédits Source : Insee, comptes nationaux – base 2010/DEPS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2016
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/1218/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 25k

© Département des études, de la prospective et des statistiques, 2017

Creative Commons - Attribution-NonCommercial 3.0 Unported - CC BY-NC 3.0

Lire

Open access