Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le poids économique direct de la culture en 2015

 | 
Tristan Picard

Le poids économique direct de la culture en 2015

Texte intégral

La culture, un poids économique direct de 43 milliards d’euros en 2015

  • 1 Les données présentées dans cette étude sont issues d’une méthode d’estimation mise au point en 201 (...)

1En 2015, le poids économique direct de la culture, c’est-à-dire la somme des valeurs ajoutées des branches culturelles (voir « Comment mesurer le poids de la culture dans l’économie ? », p. 12), est de 43 milliards d’euros1  et représente 2,2 % de l’économie française en 2015 (graphique 1 et tableau 1). Somme des valeurs de tous les biens et services produits et proposés par les branches culturelles, la production totale s’établit quant à elle à 87 milliards d’euros. Ces branches culturelles (agences de publicité, arts visuels, architecture, audiovisuel, enseignement culturel, livre et presse, patrimoine et spectacle vivant) sont définies selon un périmètre harmonisé au niveau européen (voir « Comment mesurer le poids de la culture dans l’économie ? », p. 12). Cette estimation du poids de la culture ne prend pas en compte les retombées économiques indirectes, en particulier le tourisme.

Graphique 1 - Part des différentes branches culturelles dans la valeur ajoutée de l’ensemble de l’économie, 1995-2015

Graphique 1 - Part des différentes branches culturelles dans la valeur ajoutée de l’ensemble de l’économie, 1995-2015

Tableau 1 - Poids (en valeur ajoutée) et part relative des branches culturelles dans le champ de la culture et dans l’ensemble de l’économie, 1995-2015

Tableau 1 - Poids (en valeur ajoutée) et part relative des branches culturelles dans le champ de la culture et dans l’ensemble de l’économie, 1995-2015

2Les branches contribuant le plus au poids économique de la culture en 2015 sont l’audiovisuel (28 % de l’ensemble des branches culturelles), le spectacle vivant (16 %) puis la presse (13 %). Cette répartition est similaire à celle de 1995, à l’exception du poids de la presse, passé de 22 % à 13 % en vingt ans.

Une croissance nulle depuis 2008

3Depuis 2008, le poids économique direct de la culture stagne : il a progressé de 300 millions d’euros en sept ans, soit un taux de croissance annuel moyen de 0,1 % (tableau 2). À titre de comparaison, le taux de croissance annuel moyen de l’économie sur cette période est de 1,2 %. Ainsi, le poids de la culture dans le PIB est passé de 2,38 % en 2008 à 2,21 % en 2015. Cette forte diminution touche particulièrement l’architecture, la presse, l’édition de livres et les agences de publicité. Elle est la conséquence de plusieurs facteurs : la crise économique de 2008, la révolution numérique mais aussi l’évolution des pratiques.

4Face à ces branches en crise, les branches culturelles liées aux activités non marchandes (spectacle vivant, patrimoine et enseignement) se maintiennent ou ont connu une réelle croissance au cours de ces dernières années. Moins dépendantes de la conjoncture économique, elles ont pu faire face à la crise et, jusqu’à présent, l’attrait des consommateurs pour les musées ou le spectacle vivant ne s’est pas démenti. Toutefois, les attentats de novembre 2015 et la baisse du tourisme qui en résulte pourraient avoir un impact significatif sur ces branches en 2016.

5Enfin, l’audiovisuel continue de profiter d’une croissance solide (+ 1,7 % en moyenne annuelle depuis 2008) et confirme donc son statut de première branche culturelle.

Révision des données 2014, moins 1,1 milliard pour la culture

Chaque année, l’Insee révise les séries de comptabilité nationale des années précédentes : les séries de la comptabilité nationale pour 2014 étaient provisoires lors de la publication précédente, celles de 2013 semi-définitives. Ces révisions ont en général peu d’impact sur le montant total du poids économique de la culture.
Pour 2014, ces révisions impliquent une diminution du poids économique direct de la culture de 450 millions d’euros à 43,5 milliards d’euros, notamment en raison d’une correction de près de 300 millions d’euros pour l’audiovisuel.
Cependant, l’Insee a également procédé à une refonte de ses séries d’indice d’évolution annuelles de chiffres d’affaires (voir « Comment mesurer le poids de la culture dans l’économie ? », p. 12) qui sont utilisées dans cette étude pour calculer la production marchande et la valeur ajoutée à un niveau fin. Cette refonte majeure permet de disposer de séries prenant mieux en compte la démographie des entreprises dans les différents secteurs, mais elle a un impact non négligeable sur l’estimation du poids économique direct de la culture.
En effet, en prenant en compte ces nouvelles séries, le poids économique direct de la culture pour 2014 passe ainsi de 43,5 milliards d’euros à 42,8 milliards d’euros, soit une diminution supplémentaire de 640 millions d’euros. La baisse totale par rapport à l’édition précédente de l’étude est donc de 1,1 milliard d’euros (tableau de l’encadré).
Les branches les plus touchées par cette révision sont l’audiovisuel (- 490 millions d’euros), les arts visuels (- 290 millions d’euros) et la publicité (- 240 millions d’euros). À contre-courant, l’architecture bénéficie d’une correction de + 250 millions d’euros.

Révision du poids économique direct de la culture pour 2014

Révision du poids économique direct de la culture pour 2014

La nouvelle estimation pour les données 2013 est de - 600 millions d’euros, ce qui a un impact sur les évolutions décrites entre 2013 et 2014 dans la publication précédente. Les nouveaux taux d’évolution sont disponibles dans le tableau 2.

Tableau 2 - Taux de croissance de la valeur ajoutée entre 2008 et 2015

Tableau 2 - Taux de croissance de la valeur ajoutée entre 2008 et 2015

L’architecture, sept ans de crise

6Très liée à la conjoncture économique de l’immobilier, l’architecture est la branche culturelle qui a le plus subi la crise économique de 2008. Sa valeur ajoutée a diminué de 14 % entre 2008 et 2009. Depuis ce décrochage massif, l’activité peine à redémarrer : après une brève embellie de 2009 à 2012, la branche est revenue à son niveau de 2009 suite à une baisse de 2,4 % entre 2014 et 2015 (graphique 2).

7Parmi les possibles voies d’amélioration de la branche, la loi 2016-925 du 7 juillet 2016 relative à la liberté de la création, à l’architecture et au patrimoine a baissé le seuil de surface à partir duquel il devient obligatoire de faire appel à un architecte, désormais fixé à 150 m2 au lieu de 170 m2 antérieurement.

Graphique 2 - Valeur ajoutée de la branche architecture, 1995-2015

Graphique 2 - Valeur ajoutée de la branche architecture, 1995-2015

En crise structurelle, la presse revient à son niveau de 1995

8La presse n’en finit plus de chuter. Depuis 2008, le taux de croissance annuel moyen est de - 2,1 % (graphique 3). La valeur ajoutée de la branche est passée de 6,3 milliards d’euros en 2008 à 5,4 milliards d’euros en 2015, ce qui correspond, en euros courants, à son niveau de 1995. Très fortement touchée par la diminution du nombre de lecteurs d’exemplaires papier payants, la chute des revenus publicitaires et la difficulté à rentabiliser l’activité numérique (la presse numérique représente 5 % du chiffre d’affaires en 2014), la branche est confrontée à une crise structurelle qui risque de se poursuivre dans les années à venir.

  • 2 La mesure de la valeur ajoutée en valeur se fait en euros courants, alors que la mesure de la valeu (...)

9En volume2 , la baisse est encore plus brutale (- 5,4 % par an depuis 2008). En effet, même si la diffusion de la presse nationale et locale reste relativement stable, la presse gratuite d’annonces est en voie de disparition : de 1,7 milliard d’exemplaires en 2008, elle est passée à 185 millions en 2013. Conséquence logique de cette disparition, l’indice de prix de la branche est à la hausse (+ 2,9 % par an depuis 2008).

Graphique 3 - Activités de la presse et du livre : valeur ajoutée des différentes branches, 1995-2015

Graphique 3 - Activités de la presse et du livre : valeur ajoutée des différentes branches, 1995-2015

Le livre, stabilisation après trois ans de chute

10Autre branche concernée par l’évolution des pratiques culturelles, la branche livre se stabilise après trois années de chute (- 0,1 % entre 2014 et 2015, - 4,5 % par an entre 2012 et 2014, graphique 3). Au sein de cette branche, ce sont les activités de traduction et d’interprétation qui sont le plus en difficulté (- 6,3 % par an depuis 2008), tandis que le secteur des librairies résiste (- 0,2 % par an depuis 2008) et que l’édition de livres s’érode (- 1,6 % par an depuis 2008).

11Le support numérique progresse fortement dans l’édition (+ 53 % de chiffre d’affaires en un an) mais reste encore très largement minoritaire puisqu’il ne représente encore que 6 % du chiffre d’affaires des éditeurs. Certains secteurs ont, toutefois, fortement investi le support numérique pour leur diffusion. Ainsi, les éditions de sciences humaines réalisent, en 2014, 40 % de leur chiffre d’affaires dans ce format.

Les agences de publicité, une embellie qui n’efface pas la crise

12L’activité des agences de publicité progresse légèrement en 2015 (+ 1,2 %, graphique 4) mais le secteur reste en deçà de son niveau de 2008 (4,7 milliards d’euros en 2015 contre 5,2 milliards d’euros en 2008). La branche est confrontée à une chute massive de ses prix (- 4,7 % par an depuis 2008) qui s’accélère en 2015 (- 5,6 %). La montée en puissance de la publicité sur Internet et les mobiles ne parvient pas, pour l’instant, à compenser la perte de revenus sur les médias traditionnels, et ce, même si ces deux supports sont de plus en plus prisés des investisseurs publicitaires.

Graphique 4 - Valeur ajoutée des agences de publicité, 1995-2015

Graphique 4 - Valeur ajoutée des agences de publicité, 1995-2015

Les arts visuels portés par le design et les arts plastiques

13Affectées par la crise économique de 2008, les activités des arts visuels s’étaient progressivement relancées jusqu’en 2012 (2,5 milliards d’euros contre 2,4 milliards d’euros en 2008), mais la période 2012-2014 a été marquée par une crise des activités photographiques et de design qui a provoqué une chute de près de 10 % de la valeur ajoutée de la branche. Après une année 2014 catastrophique (- 6,1 %), la branche renoue avec la croissance en 2015 (+ 3,3 %, graphique 5).

14Cette embellie est le fait des arts plastiques (+ 4,5 %) ainsi que des activités de design (+ 4,6 %). La chute des activités photographiques ralentit (- 2,6 % contre – 12 % en 2014 et - 13,5 % en 2013) mais le secteur reste très fragilisé par le développement du support et de la technologie numérique.

Graphique 5 - Valeur ajoutée des branches des arts visuels, 1995-2015

Graphique 5 - Valeur ajoutée des branches des arts visuels, 1995-2015

Le spectacle vivant stable depuis 2008

15Après une période de très forte croissance entre 1995 et 2008 (+ 6,3 % par an en moyenne) qui a placé ce secteur au deuxième rang des branches culturelles par ordre d’importance économique, le spectacle vivant s’est stabilisé ces dernières années (+ 0,6 % par an depuis 2008). Cette stabilisation est le reflet de la consommation des ménages en activités créatives, artistiques et de spectacles, qui, après avoir atteint un pic en 2010 est restée stable jusqu’à une nette progression en 2015 (+ 4,5 % par rapport à 2014).

16Le spectacle vivant associe une production marchande significative (5,2 milliards d’euros, soit 44 % de la production de la branche) à une production non marchande (6,6 milliards d’euros). Depuis 2008, la croissance de la production est portée par la production non marchande (+ 1,2 % par an en moyenne) tandis que la production marchande stagne à son niveau de 2008 (5,2 milliards d’euros, graphique 6).

Graphique 6 - Production du spectacle vivant, 1995-2015

Graphique 6 - Production du spectacle vivant, 1995-2015

L’audiovisuel poursuit sa croissance

17La première branche culturelle continue sa croissance à un rythme légèrement plus faible que sa moyenne depuis 2008 (+ 1,2 % en 2015 contre + 1,7 % par an en moyenne depuis 2008), mais, ce faisant, elle continue d’être le moteur principal de la croissance du poids économique de la culture. Les secteurs principaux de la branche sont l’édition de chaînes généralistes (2,8 milliards d’euros), la production de films et de programmes pour la télévision (2,6 milliards d’euros) et la production de films pour le cinéma (1,2 milliard d’euros).

18Au sein de la branche, trois secteurs sont en très grande difficulté, voire en voie de disparition : le commerce de détail d’enregistrements musicaux et vidéo en magasin spécialisé (- 83 % depuis 2008), la location de vidéo (- 71 %) et l’édition et la distribution de vidéogrammes (- 41 %, graphique 7). Le modèle économique de ces trois secteurs a subi de plein fouet la concurrence directe des offres de téléchargement et de diffusion en flux sur Internet. Également contraint de s’adapter à la transition numérique, le secteur de l’enregistrement sonore et de l’édition musicale a réussi à se stabiliser depuis 2008, après une chute de 41 % entre 2000 et 2008.

19À l’inverse, certains secteurs sont en très forte croissance, comme l’édition de chaînes thématiques (+ 100 % depuis 2008), un secteur qui inclut les services de télévision à la demande, mais aussi l’édition de jeux vidéo (+ 77 %) et la projection de films (+ 37 %).

Graphique 7 - Branches de l’audiovisuel présentant les plus fortes variations depuis 2008

Graphique 7 - Branches de l’audiovisuel présentant les plus fortes variations depuis 2008

Le patrimoine reste stable en 2015, mais suscite des inquiétudes pour 2016

20Portée par une forte croissance depuis 2008 (+ 2,8 % par an en moyenne), la branche du patrimoine marquait un coup d’arrêt en 2014 (- 1,7 %) qui se confirme en 2015 (- 0,2 %). Les perspectives pour 2016 sont inquiétantes car le secteur dépend très fortement du tourisme, notamment étranger, qui a brutalement chuté après les attentats de novembre 2015 : on compte 11 % de nuitées hôtelières en moins en région parisienne sur les neuf premiers mois de 2016 par rapport à la même période en 2015 (graphique 8). Toutefois, cette baisse de la fréquentation touristique est moins marquée sur l’ensemble de la France (- 2 % par rapport à 2015), ce qui laisse espérer un impact moindre sur le patrimoine à l’échelle nationale.

Graphique 8 - Nombre de nuitées hôtelières en France depuis janvier 2014

Graphique 8 - Nombre de nuitées hôtelières en France depuis janvier 2014

Un cinquième de la production de la culture est non marchande

21La production des branches culturelles se répartit en production marchande et non marchande (tableau 3). La production marchande culturelle correspond à la production de biens et de services culturels destinée à être écoulée sur le marché à un prix économiquement significatif, c’est-à-dire couvrant plus de 50 % des coûts de production. La production non marchande culturelle correspond à des biens et des services culturels proposés aux ménages à un prix représentant moins de 50 % des coûts de production, car bénéficiant de l’apport de dépenses publiques (partie du budget de l’État ou des collectivités territoriales, subventions versées à des associations, aides versées par les sociétés civiles).

22Plus important dans la culture (18 %) que dans le reste de l’économie (12 %), le poids de la production non marchande s’explique par la présence de branches où la production non marchande est très importante (patrimoine, enseignement et, dans une moindre mesure, spectacle vivant). Ces branches affichent une croissance positive depuis 2008 même si le constat est plus mitigé depuis 2014.

Tableau 3 - Répartition de la production des branches culturelles, 2015

Tableau 3 - Répartition de la production des branches culturelles, 2015

Moins de 600 000 personnes travaillent dans les branches culturelles en 2015

23En 2015, 597 000 personnes travaillent dans les branches culturelles, soit 20 000 de moins qu’en 2014 (- 3,6 %, tableau 4). Cette réduction du nombre d’emplois s’inscrit dans le prolongement de ce que l’on observe depuis 2011 : les branches culturelles ont perdu 80 000 emplois en quatre ans (- 12 %). L’année 2015 est marquée par un repli généralisé de l’emploi dans les différentes branches culturelles ; seuls le spectacle vivant et l’enseignement présentent une évolution positive (+ 1,4 %).

Tableau 4 - Emploi dans les branches culturelles en 2014 et 2015*,**

Tableau 4 - Emploi dans les branches culturelles en 2014 et 2015*,**

24L’architecture, le patrimoine et les arts visuels concentrent le tiers de l’emploi des branches culturelles, suivies de près par l’audiovisuel et les agences de publicité (28 % de l’emploi culturel). Ces proportions étaient similaires en 2011, à l’exception des branches livre et presse qui ont perdu près d’un tiers de leurs emplois en quatre ans (- 46 000 emplois). L’audiovisuel et les agences de publicité perdent 20 000 emplois depuis 2011 (- 12 %), principalement en raison de la crise dans le secteur de la publicité.

Notes

1 Les données présentées dans cette étude sont issues d’une méthode d’estimation mise au point en 2013 par le DEPS (Jauneau, 2013). Les données précédemment publiées ont toutefois été révisées : les séries de la comptabilité nationale pour 2014 étaient provisoires lors de la publication précédente, celles de 2013 semi-définitives. Les résultats présentés ici annulent donc et remplacent les données publiées précédemment. Ces révisions sont commentées dans l’encadré « Révision des données 2014, moins 1,1 milliard pour la culture », p. 4.

2 La mesure de la valeur ajoutée en valeur se fait en euros courants, alors que la mesure de la valeur ajoutée en volume ou en euros constants tient compte de l’évolution des prix de la branche.

Table des illustrations

Titre Graphique 1 - Part des différentes branches culturelles dans la valeur ajoutée de l’ensemble de l’économie, 1995-2015
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/1217/img-1.png
Fichier image/png, 57k
Titre Tableau 1 - Poids (en valeur ajoutée) et part relative des branches culturelles dans le champ de la culture et dans l’ensemble de l’économie, 1995-2015
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/1217/img-2.png
Fichier image/png, 65k
Titre Révision du poids économique direct de la culture pour 2014
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/1217/img-3.png
Fichier image/png, 48k
Titre Tableau 2 - Taux de croissance de la valeur ajoutée entre 2008 et 2015
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/1217/img-4.png
Fichier image/png, 38k
Titre Graphique 2 - Valeur ajoutée de la branche architecture, 1995-2015
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/1217/img-5.png
Fichier image/png, 29k
Titre Graphique 3 - Activités de la presse et du livre : valeur ajoutée des différentes branches, 1995-2015
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/1217/img-6.png
Fichier image/png, 46k
Titre Graphique 4 - Valeur ajoutée des agences de publicité, 1995-2015
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/1217/img-7.png
Fichier image/png, 27k
Titre Graphique 5 - Valeur ajoutée des branches des arts visuels, 1995-2015
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/1217/img-8.png
Fichier image/png, 36k
Titre Graphique 6 - Production du spectacle vivant, 1995-2015
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/1217/img-9.png
Fichier image/png, 29k
Titre Graphique 7 - Branches de l’audiovisuel présentant les plus fortes variations depuis 2008
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/1217/img-10.png
Fichier image/png, 40k
Titre Graphique 8 - Nombre de nuitées hôtelières en France depuis janvier 2014
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/1217/img-11.png
Fichier image/png, 37k
Titre Tableau 3 - Répartition de la production des branches culturelles, 2015
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/1217/img-12.png
Fichier image/png, 47k
Titre Tableau 4 - Emploi dans les branches culturelles en 2014 et 2015*,**
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/1217/img-13.png
Fichier image/png, 52k

© Département des études, de la prospective et des statistiques, 2017

Creative Commons - Attribution-NonCommercial 3.0 Unported - CC BY-NC 3.0

Lire

Open access