Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Accompagner

 | 
Michèle-H. Salamagne
, 
Patrick Thominet

Annexes

Annexe 3. Au-delà du rapport Delbecque, un projet politique autour des soins palliatifs

Texte intégral

1Lors de la publication du rapport Delbecque, en mars 1993, Bernard Kouchner, ministre de la Santé et de l’Action humanitaire, rend publique un projet politique autour des soins palliatifs. « Il faut désormais, explique le ministre, entrer dans une étape nouvelle et plus ambitieuse […] avec la mise en œuvre des cinq mesures suivantes :

  1. Créer une fonction « soins palliatifs » sous forme d’Unités de Soins Palliatifs et/ou d’équipes mobiles dans tous les CHU s’intégrant dans le projet médical et le projet d’établissement ;

  2. Encourager le développement de petites unités dans le cadre de restructurations hospitalières et notamment dans les petits hôpitaux de proximité ;

  3. Encourager le développement de structures d’hospitalisation à domicile ;

  4. Développer des équipes mobiles dans les centres hospitaliers notamment en cancérologie et dans les services accueillant des patients séropositifs développant le sida et dans d’autres établissements de santé intéressés ;

  5. Donner une impulsion au développement de la formation permanente en matière de soins palliatifs :

  • en inscrivant ce thème comme l’une des priorités des organismes habilités en matière de formation médicale continue ;

  • en incitant les universités à créer des diplômes universitaires de soins palliatifs et des diplômes interuniversitaires de la douleur ».

2Et le ministre d’insister : « Ma préoccupation est de former de très nombreux généralistes et des formateurs motivés et expérimentés capables d’animer des unités de soins palliatifs ». Il définit trois objectifs pour une politique de soins palliatifs :

  • planifier des structures de soins palliatifs, une unité de soins palliatifs référente et formatrice dans chaque région. Les petits établissements, y compris les hôpitaux locaux, sont « susceptibles d’assumer des soins palliatifs » ;

  • développer la culture de la douleur. La formation des

  • médecins dans ce domaine comme dans celui des soins palliatifs et relationnels, doit être rendue obligatoire ;

  • permettre l’avènement des soins palliatifs à domicile. Le principal acteur, c’est le généraliste, il doit être formé.

© Demopolis, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540