Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Accompagner

 | 
Michèle-H. Salamagne
, 
Patrick Thominet

Annexes

Annexe 1. Ces autres institutions issues du charisme de Jeanne Garnier

Texte intégral

1L’action de Jeanne Garnier a souvent été prise en exemple. C’est ainsi qu’à Saint-Étienne, quelques veuves stéphanoises se rassemblent et s’organisent pour accueillir des incurables, dès 1875. L’œuvre occupera différentes maisons, puis un hospice est construit à partir de 1892. L’établissement connaît des évolutions, notamment du fait de la diminution du nombre des dames. Finalement, l’établissement devient le centre de long séjour Sainte-Élisabeth, et s’organise autour des soins de longue durée, avec quelques lits identifiés soins palliatifs, et de l’hébergement pour personnes âgées dépendantes.

2À Marseille, l’idée de la création d’une maison des dames du Calvaire naît à l’initiative d’une veuve d’ambassadeur qui soigne sa fille mourante. Elle fréquente assidûment l’établissement des dames du Calvaire de Paris et c’est le 18 décembre 1881 qu’est inaugurée la quatrième maison des dames. Aujourd’hui, la clinique Sainte-Élisabeth comprend une unité de soins palliatifs, un service de soins de suite, une unité de prise en charge de patients en état végétatif permanent. Elle est agréée en tant que lieu de formation et de stage pour les étudiants en formation au DU de soins palliatifs et de la prise en charge de la douleur. Dépendant de la clinique, une équipe mobile de soins palliatifs à domicile prend en charge les patients dont l’état permet le retour à domicile.

3À Bruxelles, c’est le 8 décembre 1886 que s’ouvre l’œuvre du Calvaire. Elle bénéficie des services de Madame Dainez qui a acquis une expérience aux calvaires de Lyon et de Paris En 1901, on compte quatre dispensaires à Bruxelles, un à Gand, un à Liège et un à Seraing. L’organisation est calquée sur celle prévue à Lyon par Jeanne Garnier. Aujourd’hui, l’établissement est intégré aux cliniques universitaires Saint Luc qui comportent douze lits de soins continus et palliatifs.

4À New-York, la Maison du Calvaire est fondée en 1899 par Annie Blount Storrs et de nombreuses veuves catholiques selon le modèle créé à Lyon. Actuellement le Calvary Hospital est aux États-Unis la seule structure de soins palliatifs pleinement accréditée par le gouvernement pour les patients atteints de cancers avancés. Il regroupe deux cents lits, tous dédiés aux soins palliatifs ; il développe également des formations pour les étudiants en médecine et participe à de nombreux travaux de recherche. Des médecins américains viennent à la maison médicale Jeanne Garnier, les membres des conseils d’administration se déplacent entre les deux maisons de Paris et New York.

5À Bordeaux, l’hospice du Calvaire est ouvert le 6 juillet 1906. Aujourd’hui la maison de santé des dames du Calvaire, renommée Marie-Galène, comprend une unité de soins palliatifs, longtemps dirigée par le docteur Benoit Burucoa, une unité de soins de suite et de réadaptation et un département de formation initiale et continue en santé.

6Deux maisons ont disparu, celles de Bethléem et de Rouen.

7En 2004, les institutions qui se réclament du charisme de Jeanne Garnier ont créé la fédération des associations des dames du Calvaire. L’objectif de cette fédération est de « les aider à poursuivre la mise en œuvre d’une éthique commune dans le respect des principes qui ont animé leurs fondatrices, être un lieu de concertation stratégique et de coopération, tout en sauvegardant la spécificité de chacune des institutions ». La charte des associations issues de l’œuvre des dames du Calvaire fondée par Jeanne Garnier à Lyon, en 1842 manifeste à la fois le lien avec Jeanne, son esprit, son œuvre, et le lien avec ce qu’on définit aujourd’hui comme soins palliatifs.

Rien n’est plus respectable que la personne humaine dans toutes les dimensions de son être.
Soulager la douleur pour assurer au malade une réelle qualité de vie à l’étape où il en est, sans en hâter le terme, ni la prolonger par des thérapeutiques devenues inappropriées …
Satisfaire les besoins fondamentaux de la personne malade et l’aider à garder le plus longtemps possible sa capacité de communiquer et son autonomie. Respecter son désir d’être informée en vérité sur son état, au fur et à mesure de ses questions.
Accueillir la famille et les proches du malade, respecter leur intimité et leur donner la possibilité d’entourer le malade quand et comme ils le souhaitent… leur proposer, selon leurs besoins et les possibilités, un soutien amical, psychologique, spirituel et social.
Travailler en équipe et développer la collaboration entre tous, quelles que soient les responsabilités et les tâches de chacun.
Promouvoir cet esprit commun qui depuis plus de cent ans anime les associations et les établissements, en particulier à l’occasion de rencontres de travail en réseau avec d’autres partenaires…

8Cette fédération, et chacune des associations-membres témoignent, au fil des siècles, de la pertinence de l’intuition de Jeanne Garnier. Elles font preuve de dynamisme, d’ouverture aux problèmes posés par la fin de vie dans notre société occidentale, d’adaptation et d’innovation.

© Demopolis, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable