Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Accompagner

 | 
Michèle-H. Salamagne
, 
Patrick Thominet

Deuxième partie. De l’institutionnalisation des soins palliatifs à leur structuration

16. Le Croisic - Une unité de soins palliatifs à l’hôpital local

Jacques Chrétien

Texte intégral

1Jeune médecin généraliste à la fin des années 1970, j’éprouve souvent de grandes difficultés à prendre en charge des malades en fin de vie. Je n’ai reçu aucune formation sur le traitement de la douleur. Je ne connais pas le maniement des antalgiques majeurs et je n’ai pas à ma disposition de formes et de présentations de morphine facilement maniables. Le traitement des autres symptômes est des plus incertains. Ce sont des années noires et il me faut attendre l’avancée des années 1980-1990 pour, pouvoir enfin, véritablement accompagner mes patients en fin de vie.

  • 1 La potion de Brompton ou potion de St Christopher est une forme orale de morphine associant chlorhy (...)

2Lors de mes stages hospitaliers, j’ai ressenti l’impuissance devant la souffrance des patients, la voie sans issue du mensonge : ne rien dire aux malades, prétendument incapables d’entendre la vérité, mais tout révéler aux familles. Des confrères m’ont glissé, çà et là, quelques recettes aux indications jamais très explicites, comme le cocktail lytique destiné à soulager le patient au stade terminal. Dès mon installation, je suis amené comme médecin libéral à intervenir dans l’hôpital local qui reçoit de nombreux patients en fin de vie. Je suis confronté à des mourants immergés dans la souffrance et l’angoisse. Je ne peux que partager les difficultés et le malaise des équipes soignantes. Nous écoutons ces malades et leurs familles, mais nous ne pouvons leur proposer que notre empathie. Je prescris pourtant, de manière approximative et non codifiée, de la potion de Brompton1, rencontrant alors la suspicion de mes confrères et les reproches du pharmacien avant de découvrir, au hasard de la presse médicale, quelques articles, et dans les bibliothèques, les premiers livres qui parlent des soins palliatifs.

Enfin des pratiques bien codifiées !

  • 2 B. Beth, L’accompagnement du mourant en milieu hospitalier, Doin, Paris, 1985.

3Mes premières sources sont le père Verspieren, Cicely Sanders, Elisabeth Kübler-Ross, Michèle-H. Salamagne, Monique Tavernier, Renée Sebag-Lanoë, Jean-Marie Gomas, Charles-Henri Rapin, René Schaerer, etc. Pour moi, et pour beaucoup de médecins et de soignants confrontés à la fin de vie, c’est un réel espoir, comme une médecine nouvelle. Enfin nous pouvons envisager de soulager nos malades avec des pratiques bien codifiées : évaluation de la douleur avec priorité à la parole du malade, graduation des antalgiques, augmentation progressive des doses, interdoses, réévaluation, etc. Priorité est donnée au soulagement des symptômes et non plus à la recherche d’une prolongation à tout prix de la vie. D’anciennes pratiques, comme la voie sous-cutanée pour les injections et les perfusions, alors axées sur le confort du malade, sont actualisées. Au-delà de ces pratiques médicales, c’est surtout la révélation de la notion d’accompagnement qui est un choc. Cette notion est tellement novatrice et répond si bien à ce que nous ressentions confusément depuis longtemps. Elle transforme notre attitude auprès des malades en fin de vie mais aussi, plus largement, notre exercice quotidien de soignants. Cet accompagnement redonne la parole au malade, prend en compte les composantes physique, matérielle, familiale, affective, morale et spirituelle de la personne, permet une autre approche de la fin de vie, celle que définit si bien Blandine Beth dont les mots m’ont frappé2 : « La mort et ses modalités appartiennent en totalité au mourant et à personne d’autre. Il faut lui redonner la possibilité de mener la scène de ses adieux. »

En région, des USP dans des établissements de moyenne importance

  • 3 voir p. 141.

4La circulaire Laroque3 donne une impulsion considérable à l’essor des soins palliatifs et offre un cadre officiel aux initiatives qui vont suivre. De nombreuses équipes très investies peuvent obtenir la reconnaissance officielle de leur engagement : les tutelles autorisent la création d’unités de soins palliatifs et d’équipes mobiles, sans distinction, quel que soit le type d’établissement. C’est ainsi qu’après les grandes structures parisiennes, lyonnaise ou bordelaise, les pouvoirs publics permettent la création d’unités de soins palliatifs dans des établissements de moindre importance : les docteurs Loïc Revillon à Saint-Malo (35) et Claude Duronzier à Vaison-la-Romaine (84), en 1988, sont les pionniers. C’est au début de l’année 1989 qu’est créée une USP à l’hôpital local du Croisic (44), puis c’est le tour des docteurs Guy Lamidon à Bain-de-Bretagne (35) et Pierre Souris à Châteauneuf-sur-Charente (16). Cette officialisation de la prise en charge des patients en fin de vie dans des structures hospitalières alors peu connues a participé à la mise en marche du mouvement des soins palliatifs à travers tout le territoire. Elle a été un formidable facteur de dynamisme et de progression. Ce n’est pas un hasard si c’est Claude Duronzier qui organise le deuxième congrès de la Sfap à Vaison-la-Romaine en 1992 et Loïc Revillon le troisième à Saint-Malo en 1993.

Mobilisation générale à l’hôpital local du Croisic

5Pour mettre en place l’USP au Croisic, je me rends dans différents hôpitaux pour bénéficier de l’expérience de mes collègues : une journée avec Michèle-H. Salamagne alors à l’hôpital de la Croix-Saint-Simon à Paris où elle assure une consultation de la douleur, deux journées avec le professeur Maurice Abiven à la Cité universitaire toujours à Paris, une demi-journée à l’hôpital Notre-Dame de Montréal (Québec, Canada). Une infirmière, cadre de santé, est accueillie dans le service de gériatrie de Renée Sebag-Lanoë à l’hôpital Paul-Brousse de Villejuif (94). Enfin, notre équipe visite le service de Loïc Revillon à Saint-Malo. Ces rencontres et les stages suivis par les uns et les autres provoquent une mutation complète de nos conditions de travail et de nos pratiques. Nous améliorons l’utilisation des locaux existants, déménageant la kinésithérapie et les locaux techniques, regroupant le bureau du cadre et ceux des médecins et la salle de soins. Nous concevons et aménageons des lieux nouveaux, une salle de réunion, une salle de bains avec baignoire centrale ouvrante, une pièce de séjour-détente-cuisine pour les familles, etc., et installons dans chaque chambre un lit pliant pour un accompagnant. Toutes ces réalisations sont financées sur le budget propre de l’hôpital. Le nombre de lits passe de trente à vingt-cinq dans le service de court séjour où se situe l’USP et parallèlement nous obtenons une meilleure dotation de personnel avec la création d’un demi-poste d’infirmière (IDE) au titre de l’éducation thérapeutique (un demi-équivalent temps plein ou ETP), un poste d’aide soignante (un ETP) et un poste de psychologue attaché auprès de l’équipe.

6Dans le même temps, avec l’aide de Marie-Thérèse Bal-Craquin, infirmière clinicienne, nous menons une réflexion sur les objectifs du dossier de soins et sur les améliorations nécessaires à apporter. L’organisation quotidienne des soins est complètement revue : nous décidons de mettre en place une réunion d’équipe pluridisciplinaire hebdomadaire avec la participation de tous les soignants, médecins et psychologue compris tandis qu’est créé un groupe de parole avec le psychologue. Nous créons un centre de formation associatif pour financer la venue d’intervenants extérieurs renommés comme le docteur Michèle-H. Salamagne, pour prendre en charge la formation interne des agents des services hospitaliers (ASH) par une infirmière clinicienne, et pour qu’intervienne dans le service une art-thérapeute.

7Cette mutation donne un élan créateur à toute l’équipe soignante qui s’investit dans un travail de recherche multidisciplinaire. Ainsi l’équipe du Croisic présente-t-elle un poster – une communication par affiches – dès dès le premier congrès de l’association européenne de soins palliatifs en octobre 1990 à Paris. Les médecins créent un groupe Balint et organisent un module de formation à l’accompagnement et aux soins palliatifs, dix soirées par an avec l’intervention d’experts extérieurs tandis que sont organisées des soirées grand public de réflexion sur la fin de vie avec des médecins, des soignants, des religieux, etc.

***

8La mise en route de l’unité de soins palliatifs et la pérennisation de son fonctionnement ont été une révolution professionnelle pour tous les membres de l’équipe de l’hôpital local. Cette révolution est à l’image de ce qu’est le développement des soins palliatifs à la fin des années 1980 et au début des années 1990, tardif par rapport au mouvement des hospices en Angleterre, mais très rapide pour répondre à l’attente de nombreux soignants confrontés à des malades en fin de vie. La circulaire Laroque, premier texte ministériel de référence sur les soins palliatifs, ne précise pas dans quel type de structure doivent s’implanter les unités de soins palliatifs. C’est une chance car cette officialisation permet leur éclosion dans de nombreux établissements, là où il y a la présence à la fois de soignants de terrain investis et de responsables administratifs désireux de faciliter cette prise en charge palliative. L’hôpital local du Croisic est à cet égard exemplaire.

Notes

1 La potion de Brompton ou potion de St Christopher est une forme orale de morphine associant chlorhydrate de morphine, chlorhydrate de cocaïne, éthanol, sirop aromatisé et eau chloroformée. Mis au point au début des années 1970 au Brompton Chest Hospital à Londres, largement prescrit alors pour soulager les états de fortes douleurs chroniques, il n’est plus utilisé.

2 B. Beth, L’accompagnement du mourant en milieu hospitalier, Doin, Paris, 1985.

3 voir p. 141.

© Demopolis, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540