Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Accompagner

 | 
Michèle-H. Salamagne
, 
Patrick Thominet

Deuxième partie. De l’institutionnalisation des soins palliatifs à leur structuration

15. Enseigner les soins palliatifs - Des balbutiements aux diplômes universitaires

Benoît Burucoa

Texte intégral

1Déjà au milieu du XIXe siècle, Jeanne Garnier et son œuvre des dames du Calvaire avaient relevé le défi de l’accompagnement et des soins aux mourants. Le premier ouvrage de la psychiatre Elisabeth Kübler-Ross Les derniers instants de la vie fait date en 1979 en ouvrant par ses observations la spécificité du champ psychologique de l’accompagnement. À cette époque, les sciences humaines et sociales se trouvent en plein développement, marquées par le génie de Freud, contrastant avec le déni de la mort dans la société occidentale. Sans doute cette conjonction inspirat-elle l’humanisme et l’approche pragmatique de Cicely Saunders quand, en 1967, elle ouvre le St Christopher’s Hospice et initie le mouvement des hospices. L’évaluation et le traitement de la douleur et des autres symptômes, les soins corporels deviennent alors une priorité. Dans le même temps, elle explicite le concept de souffrance globale (total pain) qui unit sans jamais les dissocier les diverses dimensions de la souffrance, physique mais aussi psychoaffective, sociofamiliale et spirituelle. Cette approche systémique reste à ce jour une spécificité fondatrice des soins palliatifs.

Considérer l’être humain dans sa globalité

2Il faut se souvenir de l’importance accordée par Cicely Saunders, jusqu’à la toute fin de sa vie, au champ spirituel ou existentiel de l’accompagnement, à la recherche de sens de l’être humain telle que la suscitent les pertes et séparations et l’approche de la mort. Son parcours, successivement infirmière, travailleuse sociale et enfin médecin, la disposa sans doute à mettre l’accent sur l’importance de la vie d’équipe et sur le concept d’interdisciplinarité, au sens d’interprofessionnalité. Ce dernier représente une des forces novatrices des soins palliatifs (sans idéaliser la vie d’équipe !).

3En 1976, le Pr Balfour Mount, marqué par sa rencontre avec Cicely Saunders, ouvre la première palliative care unit spécialisée, en secteur hospitalo-universitaire avec l’intention de développer l’enseignement et la recherche en soins palliatifs. Cette appellation a été transposée en français, de manière insatisfaisante, par la notion d’unité de soins palliatifs (USP) qui donne aux soins palliatifs une connotation péjorative difficile à estomper : elle fait parfois oublier que care signifie prendre soin et non pas soigner.

4L’unicité de la personne est l’argument-clé pour considérer l’être humain dans sa globalité. La pluridimensionnalité de la souffrance est l’argument de l’interdisciplinarité. L’adaptation à réaliser des attitudes et décisions est l’argument d’un questionnement et d’une démarche éthiques. Ces spécificités, ces concepts, restent comme des constituants, des fondamentaux des soins palliatifs et d’accompagnement. Pris séparément, aucun n’apparaît très original ou spécial, mais leurs interfaces sont complexes et leur résultante difficile à mettre en application dans la pratique. Tous ces composants ont la même finalité : le confort, l’analgésie, l’apaisement, l’accomplissement de la personne gravement atteinte et le soutien de ses proches.

  • 1 B. Controverse, « Les soins palliatifs : en route vers la spécialité ? », Médecine palliative, 2008 (...)

5Les soins palliatifs constituent ainsi un corpus de connaissances, de savoirs, d’approches et de méthodes. Le mouvement des soins palliatifs apparaît comme une ré-évolution de la médecine, comme une synthèse de nombreux emprunts aux sciences biomédicales, humaines et sociales.1.

Un travail de mémoire personnelle en forme de clins d’œil

6Un travail de mémoire s’impose à nos yeux, sous la forme de sept anecdotes ou scénettes. Elles ne traduisent qu’une toute petite partie de la réalité, mais évoquent un parcours semé d’embûches, d’avancées et de reculs, un parcours comme un combat de longue haleine, si tenté que trente ans représentent une longue durée !

  • 2 Voir p. 86.

7À la rentrée universitaire 1983, le Centre Sèvres2 inaugure le tout premier cycle de formation continue sur les soins palliatifs. Quelques provinciaux avertis ont la chance de se trouver là. Le père Verspieren et le docteur Michèle-H. Salamagne en sont les principaux initiateurs et intervenants. Le docteur Thérèse Vanier du St Christopher’s Hospice, invitée et conférencière, introduit cette formation. Elle sillonne ensuite la France pendant des années pour diffuser les pratiques palliatives.

8Au printemps 1989, dans la salle de réunion de la première unité de soins palliatifs (USP) française, celle de l’hôpital international de la Cité universitaire, quatre personnes – le docteur Maurice Abiven responsable de cette unité, le professeur René Schaerer oncologue au CHU de Grenoble, Mme Ziegler, psychologue de l’association Accompagner de Nancy et moi-même qui dirige l’USP de la maison des dames du Calvaire de Bordeaux (créée en 1988) – sont chargés de rédiger les statuts de la future Société française d’accompagnement et de soins palliatifs (Sfap). Une question est soulevée d’emblée : l’association devra-t-elle être une société savante et si oui, quid des bénévoles d'accompagnement ? Pour nous, cela ne fait aucun doute : ils doivent être admis au sein de la SFAP. C'est le sens de proposition que nous faisons et qui est adoptée. Le « savoir du bénévolat » fera, plus tard, l’objet d’un enseignement et d’une recherche spécifiques en soins palliatifs.

9En 1990, lors du premier congrès de l’association européenne de soins palliatifs (EAPC), le président de la République, François Mitterrand, prend la parole sur la fin de vie, sur sa dimension existentielle et sur l’importance des soins palliatifs. C’est ensuite au professeur Jan Stjernsward, chargé de mission à l’OMS pour la lutte contre la douleur et le développement des soins palliatifs, de s’exprimer. De mémoire, il a ces mots : « Il faudra que de jeunes médecins consacrent leur carrière professionnelle aux soins palliatifs, afin que fort d’une expérience clinique éprouvée, ils puissent devenir enseignants et chercheurs pour fonder la médecine palliative dont le monde a besoin, particulièrement dans les pays pauvres. »

10L’ordre du jour d’un conseil d’administration de la Sfap de 1993 comprend dix points, le dernier est : « L’enseignement universitaire des soins palliatifs. » Ce point ne pourra pas être traité faute de temps, au grand regret de certains acteurs qui mettent en place la commission pédagogique de la Sfap en 1995 (les docteurs Burucoa, Filbet, Leboul, Marmet, etc.).

  • 3 Circulaire DGES/DGS relative aux enseignements de 1er et 2e cycles des études médicales, n˚ 15, 9 m (...)

11En 1995, Philippe Douste-Blazy, ministre de la Santé, prononce cette phrase mémorable : « Les soins palliatifs sont un véritable problème de santé publique et leur développement est une des priorités de mon cabinet. Tout étudiant en médecine doit être formé aux soins palliatifs. » De fait, on lui doit la circulaire ministérielle du 9 mai 1995, puis l’arrêté ministériel du 4 mars 1997, rendant obligatoire l’enseignement des soins palliatifs en deuxième cycle des études médicales. Mais leur application sera de courte durée3.

  • 4 B. Burucoa, R. Hermet, A. Sentilhes-Monkam, « La recherche en soins palliatifs, approches et méthod (...)

12La journée d’information du 20 octobre 2000 intitulée « Sensibilisation à la recherche en soins palliatifs » est prometteuse. Soutenue par la Fondation de France, elle est le premier acte de la nouvelle commission « Recherche » de la Sfap (réunissant les docteurs Burucoa, Hermet, Malaquin-Pavan, Marchand, etc.). Quelques dizaines de « fans » s’initient aux approches méthodologiques et partagent leurs premières expériences de chercheur. Cette commission organisera des séminaires de formation à la recherche, mènera une enquête nationale, tentera l’offre de chèques-recherche.4.

13Sept ans plus tard, le 3 mai 2007, un colloque est organisé par une nouvelle commission de recherche de la Sfap, sur le thème « Interfaces entre sociétés savantes pour la recherche en soins palliatifs ». Dix associations sont représentées et semblent volontaires pour initier des travaux en partenariat. La commission cherche à devenir un pôle recherche à part entière, s’élargit à une vingtaine de membres pluriprofessionnels, tous peu ou prou expérimentés en recherche. Elle détermine des modalités de fonctionnement pour impulser la recherche en soins palliatifs, trouve des financements potentiels auprès de fondations et de laboratoires pharmaceutiques. Mais au bout de dix-huit mois d’élaboration, le conseil d’administration de la Sfap pourtant en accord initial avec cette démarche ne donnera pas son feu vert. La commission cesse toute activité en 2008.

Un déclic pour l’enseignement des soins palliatifs

  • 5 B. Burucoa, D. Leboul, M. Filbet et al., « recommandations pour l’enseignement des soins palliatifs (...)
  • 6 Les principales questions du questionnaire sont les suivantes : - Une adaptation à la demande des e (...)
  • 7 W. Boston et J. Scott, « The Canadian palliative care undergraduate curriculum », Cancer Education,(...)

14Le mouvement des soins palliatifs est encore récent : une génération seulement s’est écoulée depuis le tout début. Très vite l’enseignement a été une préoccupation, un projet à construire et dès 1993, une commission de la Sfap a élaboré un projet de statuts et un contenu pédagogique pour un diplôme interuniversitaire (DIU) de soins palliatifs et d’accompagnement. Elle a émis des recommandations pour l’enseignement des soins palliatifs dans le cursus des études médicales en se penchant sur les thèmes d’enseignement, leurs objectifs respectifs, leur répartition selon le cycle d’enseignement et les modalités pédagogiques, en proposant notamment un séminaire obligatoire type en deuxième cycle5. Ainsi, une élaboration pédagogique concernant les soins palliatifs accompagne la pratique clinique. Les initiateurs de l’enseignement universitaire des soins palliatifs, et particulièrement des DU, élaborent un questionnaire afin d’évaluer et d’optimiser la pédagogie de cet enseignement (commission pédagogique Sfap, rapport 1999)6. Les thèmes listés ne sont pas exhaustifs. Ils représentent une base d’élaboration : mort, accompagnement, continuité des soins, souffrance globale, douleurs et autres symptômes, relations et communications, proches : familles et amis, équipe, bénévolat, éthique, deuil… Certains d’entre eux composent un premier corpus de connaissances qui fait l’objet de curriculum nationaux ou étrangers (Boston 1993)7.

  • 8 B. Paternostre, G. aiguier, Jacquemin D, J. Chevallier, J. Mazzucotelli, « enquête et réflexions su (...)
  • 9 D. Leboul, D. Varin, JM. Lassaunière, J. Jouquan, « évaluation qualitative du diplôme interuniversi (...)

15Dès 1991, des diplômes universitaires (DU) de soins palliatifs et d’accompagnement sont mis en place. À partir d’un travail mené entre 1991 et 2001 par la commission pédagogique de la Sfap, en 2002, un DIU est créé pour Bordeaux, Brest, Lyon, et Toulouse, puis en 2008 pour vingt-et-une facultés de médecine françaises. Depuis, ces facultés partagent un règlement et un contenu d’enseignement. En 2004, une enquête par questionnaire montre une hétérogénéité des DU sous l’angle des méthodes, de l’enseignement, des propositions d’accompagnement pédagogique de l’étudiant et des modalités de validation8. En 2007, une étude sur l’évaluation qualitative des DIU révèle de nouveau des disparités pédagogiques importantes entre les sites9.

16L’enseignement dispensé par les DU répond à l’objectif de la transmission de contenus théoriques et pratiques susceptibles d’apporter des compétences à des soignants pouvant exercer en unité de soins palliatifs, modèle de référence unique à l’époque. Le contenu théorique biomédical s’enracine dans l’expérience anglosaxonne et dans les prémices d’une activité clinique française auprès des patients en phase terminale, le plus souvent suite à un cancer. Le cadre théorique en respect duquel s’opèrent les choix stratégiques du programme est fortement corrélé aux valeurs humanistes du soin. L’enseignement dispensé au sein des DIU favorise la mise en place de stratégies censées favoriser une plus grande autonomie d’apprentissage des étudiants. La transmission des contenus est ainsi hiérarchisée : acquisition des connaissances de base en première année, formation à la pratique des soins palliatifs en deuxième année. En 2014, on compte trente DIU de soins palliatifs, ce qui est une exception française !

Les premières pierres d’un enseignement des soins palliatifs

  • 10 Arrêté du 4 mars 1997 relatif à la 2e partie du 2e cycle des études médicales, art. 7, Journal offi (...)
  • 11 D. Mallet, S. Amar, JL. Beal et al., « La formation en soins palliatifs : une chance pour la médeci (...)

17En 1995 et 1997, un tiers des universités seulement ont mis en place des séminaires de soins palliatifs, pourtant obligatoires en deuxième cycle10. En 2002, dans le cadre de la réforme du deuxième cycle des études médicales, ces séminaires sont remplacés par un module 6 : douleurs et soins palliatifs. Cet enseignement est, en théorie, obligatoire, mais en réalité c’est son organisation qui l’est, et non la participation des étudiants ! Le nombre d’heures consacrées à ce module pour la part soins palliatifs varie de deux à dix-huit heures… Par ailleurs, selon les facultés, quelques heures de cours sont insérées dans l’enseignement en sciences humaines, dans des mini-certificats ou dans le troisième cycle de médecine générale, la plupart du temps sans programmation véritable. Si les progrès accomplis sont indéniables, ils restent insuffisants : malgré de nombreux rapports et quelques timides orientations réglementaires, l’enseignement de la médecine de la douleur et de la médecine palliative, de la psychologie et de l’éthique, est réduit à la portion congrue. On ne manque pourtant pas d’enseignants. En effet, depuis une douzaine d’années, le Collège national des enseignants pour la formation universitaire en soins palliatifs (Cnefusp) intégré à la Société française de soins palliatifs (Sfap), réunit cent trente enseignants en université qui interviennent pour les soins palliatifs. Le Collège permet un échange de pratiques pédagogiques, l’élaboration de propositions, des travaux de recherche et une interface avec les ministères et les sociétés savantes concernés. Le Cnefusp a défini quatre grandes compétences de la pratique médicale à développer par l’enseignement des soins palliatifs11 :

  • une compétence technoscientifique qui ne se réduit pas à des connaissances théoriques, mais est composée d’un savoir, d’une capacité pratique d’utilisation de ce savoir et d’une capacité de critique méthodologique des données scientifiques ;

  • une compétence relationnelle qui concerne la relation avec la personne malade, avec son entourage et les autres acteurs du soin. Cette compétence s’applique à la transmission d’informations médicales, à l’établissement d’une relation authentique établie dans le temps, à un potentiel d’accompagnement, à la capacité d’établir un dialogue avec les autres soignants ;

  • une compétence en éthique qui concerne toutes les décisions que le médecin prend au chevet du patient. Ce peut être la réflexion sur la pertinence de faire ou ne pas faire des investigations, de mettre en route des traitements, d’accueillir ou de transférer un patient dans une structure ;

  • une compétence en gestion et management est aussi requise. Il s’agit de connaître les fondements et l’organisation du système de santé, de coopérer en interdisciplinarité, de faire preuve de qualités d’animation voire de management lorsque le médecin responsable d’une unité ou d’un service de soins, d’être capable d’une gestion administrative.

18D’année en année, les choses bougent et des pierres pédagogiques sont ajoutées à l’édifice.

19Un diplôme d’études spécialisées complémentaires (DESC) « médecine palliative-médecine de la douleur », non classant, obtenu sur deux ans, a été créé en 2007 tandis que depuis 2010, dix postes de professeurs associés de médecine de la douleur et de médecine palliative sont financés. Un master de médecine palliative « soins, éthique, maladies graves » s’est ouvert à la rentrée 2014-2015 (master 1 clinique et master 2 recherche) et des cas cliniques pour l’examen classant national (ECN) sont élaborés pour la banque nationale depuis 2013. Cette même année, des recommandations ont été éditées pour les formations non universitaires et pour les stages des internes.

  • 12 J. Tardif, « Développer un programme par compétence : de l’intention à la mise en œuvre », Pédagogi (...)

20Le Cnefusp s’engage désormais vers une approche par compétence intégrée (APCI). Il retravaille la cohérence interne du scénario pédagogique d’un diplôme à visée de professionnalisation. « La compétence est un savoir agir complexe prenant appui sur la mobilisation et la combinaison efficaces d’une variété de ressources internes et externes à l’intérieur d’une famille de situations. »12

Le déclic pour la recherche en médecine palliative

  • 13 R. Hermet, B. Burucoa, « Identification du besoin d’une médecine basée sur la preuve pour les soins (...)

21En matière de recherche et de publications, la France est en véritable décalage par rapport aux pays anglo-saxons et aux pays du Nord de l’Europe. La structuration d’une recherche sur les pratiques et l’organisation des soins palliatifs n’a pas encore abouti, malgré les efforts de la Sfap et de quelques équipes hospitalo-universitaires13. Les projets restent très fragiles et il n’y a pas d’équipes de recherche « labellisées » dans le champ de la médecine palliative. Pour les professionnels, la charge de travail est trop lourde, le temps et les moyens dédiés à la recherche sont insuffisants. La faiblesse des financements, le manque de formation et de ressources méthodologiques adaptées à la complexité des sujets, le manque de temps dédié, la rareté des collaborations internationales sont les principaux freins au développement de la recherche interdisciplinaire sur la fin de vie. Inclure les soins palliatifs dans les thématiques prioritaires du programme hospitalier de recherche clinique (PHRC) est une mesure insuffisante pour permettre l’émergence et le développement de la recherche. Toutefois, il existe quelques avancées notables : des projets multicentriques, faisant appel à des méthodes variées, ont trouvé des appuis méthodologiques et des sources de financement.

22Il faut aussi noter que le Centre national de ressources et de documentation sur les soins palliatifs et l’accompagnement (CNDR) a contribué au déclic en faveur de l’enseignement et de la recherche en proposant des outils d’accès à l’information. Il a mis en place un accueil pour toute personne présentant un intérêt pour les soins palliatifs, la thanatologie et l’accompagnement. Mieux encore, le CNDR a initié une veille documentaire, une aide des professionnels pour la pédagogie et la recherche, des revues de la littérature et une valorisation des travaux de recherche : ce sont là des points forts de son activité. Il faut aller plus loin. Ce sera sans doute possible avec la création d’une filière universitaire pour la médecine palliative et d’un master 2 de recherche en médecine palliative « soins, éthique et maladies graves ». Il semble en effet important de jeter les bases d’une structuration de la recherche qui fait défaut et situe la France très en deçà d’autres pays.

  • 14 Bilan du Programme national de développement des soins palliatifs 2008-2012, ministère chargé de la (...)
  • 15 Observatoire national de la fin de vie, rapport 2011 : Fin de vie : état des lieux, La Documentatio (...)

23Pour leur part, les professeurs associés de médecine palliative, l’Observatoire national de la fin de vie, le Collège national des enseignants pour la formation universitaire en soins palliatifs et le CNDR souhaitent créer une plate-forme collaborative pour la recherche en médecine palliative et sur la fin de la vie14. Les trois objectifs principaux de cette plate-forme seront de faciliter les collaborations, de contribuer à la structuration de la recherche, d’œuvrer à la valorisation des travaux de recherche15.

De la nécessité des questionnements éthiques

  • 16 M. Frasca, S. Salas, « réflexion sur la recherche clinique en soins palliatifs à travers un essai t (...)

24Dès lors que l’on aborde la fin de vie, les questions éthiques sont une nécessité16. La vulnérabilité des patients en situation palliative avancée rend nécessaire cette réflexion singulière visà-vis des pratiques de recherche. La médecine palliative, centrée sur la personne souffrante et donnant une place au sujet, intègre avec plus de difficulté voire de réticence, la nécessaire objectivité propre à la recherche. La réalisation d’études n’entraînant pas de bénéfices directs pour le patient renforce le questionnement éthique. L’obtention du consentement éclairé, règle juridique, pose des questions en phase palliative. Il n’est pas aisé de donner une information impartiale et complète au patient sans l’informer du caractère péjoratif de son affection ! Est-il possible d’éviter les pressions, de s’assurer de son autonomie de pensée, de sa compréhension réelle, de prendre en compte ses mécanismes défensifs ?

25L’évaluation des risques et des désagréments impose un questionnement particulier vis-à-vis de ces patients. Le risque de majorer les symptômes d’inconfort ou de réduire la qualité de vie doit toujours être évalué. Le bénéfice direct et immédiat n’existe pas toujours en situation palliative avancée, notamment dans le domaine de la recherche qualitative ou évaluative. Par ailleurs, le statut clinique des patients avec une dégradation progressive de leur état général et une fluctuation de leur état émotionnel est responsable d’un recueil de données souvent incomplet. L’évolutivité de la situation clinique en cours d’étude peut rendre certaines analyses difficiles.

26L’hétérogénéité des patients, concernant les pathologies, les traitements, les données psycho-sociales, mais également la difficulté à évaluer le pronostic complique encore la constitution de groupes homogènes de patients. Pourtant des repères éthiques permettent de mieux cerner les enjeux éthiques : au-delà d’une exigence de compétences, il faut s’interroger sur la pertinence dans le choix des thèmes de recherche, avoir une réflexion autour du consentement du patient et sur l’évaluation des conséquences de la recherche pour le patient comme sur les adaptations méthodologiques. Il faut encore intégrer la recherche dans l’interdisciplinarité du soin et enfin s’assurer du respect de principes éthiques telles que la bienveillance, l’autonomie, la justice, la proportionnalité.

Des contraintes pour la pratique de la recherche en soins palliatifs

  • 17 Sfap, Société française d’étude et de traitement de la douleur (SFETD), association francophone pou (...)

27« La pratique de la recherche en médecine palliative rencontre des contraintes de faisabilité, de ressources, de logistique », constatait en 2012 le comité scientifique de la Sfap. Ces limites invitent le chercheur débutant à composer un portefeuille équilibré de projets de recherche selon ses ressources en temps, compétences, partenariats. À court terme, il est possible d’envisager une étude de cas, une étude rétrospective, une lettre à éditeur. À moyen terme, il peut programmer une étude pilote, une revue systématique, une étude contrôlée. À long terme, il est possible d’envisager un essai randomisé en double aveugle. Dans tous les cas, il importe de trouver une synergie et une convergence d’intérêts avec les thèmes retenus par les sociétés savantes17 pour leurs appels d’offres et la constitution de groupes de travail.

  • 18 LR. Salmi, Lecture critique et rédaction médicale scientifique. Comment lire, rédiger et publier un (...)
  • 19 M. Huguier, H. Maisonneuve, La rédaction médicale. De la thèse à l’article original. La communicati (...)

28Contacter un centre, un institut ou un organisme de recherche peut être considéré comme une priorité. Il peut s’agir du département ou du service d’information médicale ou de biostatistique d’un hôpital, d’un centre d’investigation clinique ou d’une unité INSERM, d’une université, du CNRS, d’associations ou de fondations comme la Ligue contre le cancer, la Fondation de France, la Société de thanatologie, etc. En pratique, il existe peu de centres de recherche en sciences humaines et sociales de la santé. Pourtant, le thème des soins palliatifs peut intéresser des chercheurs qui travaillent en éthique, en sociologie des professions ou institutions de santé, sociologie de la maladie, sociologie de la médecine. Une dernière question mérite d’être posée, un dernier obstacle doit être surmonté : où publier ? Les revues de soins palliatifs ont un impact-factor faible. Il faut leur préférer, mais les difficultés sont plus grandes, de publier dans d’autres revues spécialisées, de cancérologie par exemple1819.

***

29Le mouvement palliatif a encore besoin de beaucoup de lisibilité, de visibilité y compris médiatique. D’où l’importance des mots utilisés pour parler et écrire sur les soins palliatifs : il faut veiller à ce qu’ils ne soient pas considérés uniquement comme des soins de fin de vie et faire en sorte que la médecine palliative soit intégrée en tant que spécialité médicale à part entière.

30L’accompagnement de la personne qui requiert des soins palliatifs est maintenant encadré par des textes officiels. Il reste cependant toujours subtil, singulier car il s’adresse à une personne unique. En situation relevant des soins palliatifs, souvent emblématique et problématique, l’accompagnement nécessite des repères théoriques. Il exige surtout un apprentissage et un compagnonnage sur le terrain, trop peu établis en formation initiale.

31Une nouvelle discipline a été instaurée : la médecine palliative, avec de nouvelles modalités pédagogiques pour la formation des acteurs de santé, avec une recherche dans le champ de la médecine palliative et de la fin de vie et la volonté de créer une filière universitaire spécifique. L’avancée est certaine. Pourtant, le goulet d’étranglement pour accéder à la spécialité médicale des soins palliatifs existe toujours. Le faire sauter exige, paradoxalement, une ouverture volontariste à des partenaires multiples, sans pré carré ni exclusivité des territoires, sans dilution ni amputation de l’identité conceptuelle des soins palliatifs.

Notes

1 B. Controverse, « Les soins palliatifs : en route vers la spécialité ? », Médecine palliative, 2008 ; 7 : 215-21.

2 Voir p. 86.

3 Circulaire DGES/DGS relative aux enseignements de 1er et 2e cycles des études médicales, n˚ 15, 9 mai 1995, p. 7.

4 B. Burucoa, R. Hermet, A. Sentilhes-Monkam, « La recherche en soins palliatifs, approches et méthodes », Paris, Cahiers de la SFAP, 2004, 120 p.

5 B. Burucoa, D. Leboul, M. Filbet et al., « recommandations pour l’enseignement des soins palliatifs dans le cursus des études médicales », rapport de la commission pédagogique de la SFAP, Paris, 1999.

6 Les principales questions du questionnaire sont les suivantes : - Une adaptation à la demande des enseignés est-elle recherchée ? Leurs besoins et attentes sont-ils analysés ? Une vérification continue de la réponse est-elle effectuée ? L’enseignement est-il suivi par un responsable pédagogique ou « fil rouge » ?

  • Une pédagogie particulière a-t-elle été élaborée ? Est-elle interactive et participative (cas cliniques, mises en situation, commentaires de textes, analyses de documents audiovisuels) ? Est-elle interdisciplinaire ? Est-elle documentée par une bibliographie ?

  • une évaluation a-t-elle été mise en place ? Est-elle à la fois écrite et orale, immédiate et à distance, selon des critères mesurables ? Existe-t-il des modalités de validation de l’enseignement ?

  • Quelle est la qualité des enseignants ? Ont-ils une expérience professionnelle de terrain en soins palliatifs ? relèvent-ils de professions différentes et complémentaires ?

7 W. Boston et J. Scott, « The Canadian palliative care undergraduate curriculum », Cancer Education, 1993 ; 8 (3) : pp. 197-201.

8 B. Paternostre, G. aiguier, Jacquemin D, J. Chevallier, J. Mazzucotelli, « enquête et réflexions sur les mémoires du diplôme interuniversitaire d’accompagnement et soins palliatifs en France en 2004 », Med Pal, 2006, 5 (1) : pp. 14-20.

9 D. Leboul, D. Varin, JM. Lassaunière, J. Jouquan, « évaluation qualitative du diplôme interuniversitaire d’accompagnement et de soins palliatifs en tant que dispositif national de formation professionnelle – résultats préliminaires », Med Pal, 2011, 10, pp. 109-119.

10 Arrêté du 4 mars 1997 relatif à la 2e partie du 2e cycle des études médicales, art. 7, Journal officiel de la République française, 26 mars 1997, p. 4685.

11 D. Mallet, S. Amar, JL. Beal et al., « La formation en soins palliatifs : une chance pour la médecine », Med Pal, 200 7, 6 (5), pp. 289-298.

12 J. Tardif, « Développer un programme par compétence : de l’intention à la mise en œuvre », Pédagogie collégiale, 2003, 16 (3) : pp. 34-44.

13 R. Hermet, B. Burucoa, « Identification du besoin d’une médecine basée sur la preuve pour les soins palliatifs », J. Eur. Soins Palliat, 2002, pp. 104-7.

14 Bilan du Programme national de développement des soins palliatifs 2008-2012, ministère chargé de la Santé, Paris, 109 p.

15 Observatoire national de la fin de vie, rapport 2011 : Fin de vie : état des lieux, La Documentation Française, Paris, 2012.

16 M. Frasca, S. Salas, « réflexion sur la recherche clinique en soins palliatifs à travers un essai thérapeutique sur l’effet antalgique de l’association kétamine-morphine », Med. Pall., 2009, 8 : pp. 7-14.

17 Sfap, Société française d’étude et de traitement de la douleur (SFETD), association francophone pour les soins oncologiques de support (AFSOP), Société française de pédiatrie (SFP), Société de réanimation de langue française, Société française d’anesthésie-réanimation (SFAR), Société française de psycho-oncologie, Société française de neurologie, Société française de gérontologie et gériatrie (SFGG), etc.

18 LR. Salmi, Lecture critique et rédaction médicale scientifique. Comment lire, rédiger et publier une étude clinique ou épidémiologique, elsevier, Paris, 1998.

19 M. Huguier, H. Maisonneuve, La rédaction médicale. De la thèse à l’article original. La communication orale, Doin, Paris, 1990.

© Demopolis, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540