Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Accompagner

 | 
Michèle-H. Salamagne
, 
Patrick Thominet

Première partie. L’émergence des soins palliatifs en France

10. La Société française d’accompagnement et de soins palliatifs (SFAP) - Une société savante moteur du développement des soins palliatifs en France

Anne Richard

Texte intégral

  • 1 Voir p. 75.

1L’histoire de la Sfap est celle d’un groupe de pionniers qui, à la fin des années 1980, s’insurgent devant l’inefficacité médicale quand il s’agit de soulager les malades en fin de vie. Ils décident de se rassembler pour partager et diffuser le concept de soin qu’ils ont découvert au travers des écrits du père Patrick Verspieren, des cours et des conférences du Centre Laennec, mais également, sur le terrain, au Royaume-Uni et en particulier au St Christopher’s Hospice de Londres ou encore au Canada, au Québec plus précisément, au Royal Victoria Hospital et à l’Hôpital Notre-Dame de Montréal. Pour beaucoup de ces femmes et de ces hommes, tout commence en effet en 1974, lors d’un voyage à Londres organisé par le père Verspieren1. Quelques praticiens – et futurs praticiens – en visite au St Christopher’s Hospice sont alors confrontés à une autre manière d’appréhender les malades incurables. D’autres professionnels, à Montréal, constatent que les Canadiens ont une même approche qu’ils appellent soins palliatifs. Chacun dans leur pratique, en anesthésie, gériatrie, cancérologie ou médecine générale, ils vont faire bénéficier leurs malades de ces nouvelles pratiques en commençant par améliorer les traitements contre la douleur. Ils s’adressent aux malades hospitalisés et des consultations externes sont créées dès la fin des années 1970.

La SFAP, pour accompagner et soigner ensemble

2Parallèlement, un formidable mouvement associatif se développe dès le début des années 1980 en Rhône-Alpes (Jalmalv), à Paris (l’ASP fondatrice), en Aquitaine (Alliance), dans l’Est (Pierre-Clément) pour ne citer que les pionniers. Ces associations, réunissant des personnes issues de la société civile, proposent une nouvelle forme d’accompagnement des malades en fin de vie avec, aux côtés et en complément de l’équipe soignante, la présence de bénévoles. Les choses s’accélèrent quand en 1986, paraît la circulaire Laroque qui dresse le cadre des pratiques de soins palliatifs et donne une véritable impulsion au mouvement qui se développe. La première unité de soins palliatifs est ouverte en 1987 par le docteur Maurice Abiven à l’hôpital international de la Cité universitaire de Paris (14e). Une deuxième voit le jour en 1989 à l’initiative des docteurs Renée Sebag-Lanoe et Michèle-H. Salamagne à l’hôpital Paul-Brousse de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), à Villejuif (Val-de-Marne) tandis qu’une première unité mobile est créée à l’Hôtel-Dieu (AP-HP, Paris 4e) par le docteur Jean Michel Lassaunière.

  • 2 Membres fondateurs : Maurice Abiven (Paris), Éric Barthelme (Metz), Madeleine Berclaz (Paris), Fran (...)

3Dès l’émergence des soins palliatifs, tous les acteurs, professionnels de santé et bénévoles d’accompagnement, ont en commun de dénoncer le déni de la mort engendré par la société moderne et revendiquent la prise en compte du malade dans sa dimension globale, avec sa singularité et sa complexité. Ils s’accordent pour dire qu’il convient de le soulager physiquement tout en l’accompagnant humainement face à sa solitude. Rapidement, ils décident de conjuguer leurs efforts. Ils veulent représenter, ensemble, les intérêts du mouvement qui vient de naître, auprès des pouvoirs publics et être reconnus à la fois par les sociétés médicales et par le mouvement associatif. C’est ainsi qu’en 1989, ils créent la Société française d’accompagnement et de soins palliatifs. Le mot accompagnement est mis volontairement pour signifier qu’il n’est pas dissocié du soin. Le message de la Sfap, « accompagner et soigner ensemble », est adopté par les trente-et-un membres et les douze associations2 qui signent les statuts le 13 octobre 1989 (voir en annexe). La définition des soins palliatifs est inspirée des textes de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et constitue le préambule de ces statuts. Le 24 novembre se tient, à l’Hôtel-Dieu de Paris, le premier conseil d’administration, sous la présidence du docteur Maurice Abiven.

Dès sa création, la SFAP devient incontournable

  • 3 Journal officiel du 28 février 1990. Voir les statuts actuels et les présidents en annexe.

4L’association, déclarée à la Préfecture de Paris le 26 janvier 19903, a pour objet de :

  • développer et faire connaître les soins palliatifs et l’accompagnement des personnes en fin de vie, dans tous leurs aspects et particulièrement dans leurs implications scientifiques, cliniques, sociales et humaines concernant la pratique, l’information, la sensibilisation, l’enseignement, la formation, la recherche ;

  • réunir en une association nationale les personnes, groupes, associations ou groupes d’associations qui adhèrent aux présents statuts et à leur préambule ;

  • être une instance représentative auprès des décideurs et des pouvoirs publics ;

  • donner à ses membres un terrain de rencontres et d’action commune au niveau national, en respectant l’originalité, l’indépendance, la disposition des moyens propres de chacun ;

  • coopérer au niveau international, et en particulier européen, avec les associations ou mouvements nationaux qui poursuivent les mêmes buts.

5La Sfap représente désormais le mouvement des soins palliatifs en France. Elle souhaite avant tout sensibiliser et mobiliser tous les publics, qu’ils soient professionnels, bénévoles, associatifs, institutionnels, afin de diffuser la culture des soins palliatifs et de l’accompagnement. Dès ses débuts, elle s’organise autour de quatre collèges reflétant la diversité des membres qui la composent : le collège médical, le collège associatif et bénévole, le collège sanitaire et social, le collège interdisciplinaire. Ils se réunissent pour élaborer des réponses aux questions que peuvent se poser les équipes de soignants ou de bénévoles. L’objectif est aussi de partager des expériences, les difficultés et… les réussites.

  • 4 Voir p. 123.

6À la demande de l’association européenne de soins palliatifs (European Association for Palliative Care, EAPC), la Sfap organise le premier congrès européen de soins palliatifs à Paris4. Le succès de cette manifestation amène la Sfap à organiser un congrès tous les deux ans, en alternance avec une journée nationale réservée à ses adhérents. Devant l’ampleur de la demande, le congrès devient cependant annuel à partir de 2002.

  • 5 Voir p. 145.

7La Sfap est très rapidement incontournable dans le domaine de l’accompagnement et des soins palliatifs. C’est tout naturellement qu’elle participe au rapport sur le développement des soins palliatifs que le ministre de la Santé, Claude Évin, confie au docteur Henri Delbecque5. Pour garantir la qualité des soins prodigués, elle propose d’établir des normes planchers pour accorder l’appellation d’unité ou de centre de soins palliatifs. L’association prône également la formation aux soins palliatifs dans les écoles de soignants et en faculté de médecine, ainsi que la reconnaissance d’un temps de coordination pour les équipes de soins.

S’affranchir des pouvoirs publics et de l’industrie pharmaceutique

8C’est aussi tout aux débuts des années 1990 que la Sfap noue un partenariat durable avec la Fondation de France. Ce soutien permet à l’association de développer ses activités et de monter de nouveaux projets, tout en préservant son indépendance financière à l’égard des pouvoirs publics et de l’industrie pharmaceutique. En 1992, la Sfap s’installe dans les locaux de la maison médicale Jeanne Garnier à Paris et en 1993, après quatre ans de mandat, le docteur Maurice Abiven passe le relais au docteur Michèle-H. Salamagne. Cette dernière présidera la Sfap jusqu’en 1996. C’est elle qui, en 1994, à Strasbourg lors du quatrième congrès, reçoit du ministre de la Santé, Philippe Douste-Blazy, la réaffirmation de l’engagement de l’État dans « le développement de cette démarche de soins et de lutte contre la douleur ».

9Pour personnaliser ses publications, la Sfap crée un logo à partir de mots-clés : soins, empathie, écoute. Ce logo comporte en son centre un caducée entouré d’un cœur à gauche et d’une oreille à droite. Emblème de la science médicale, c’est le caducée d’Hermès formé d’une baguette – de laurier ou d’olivier – surmontée de deux courtes ailes et entourée de deux serpents entrelacés qui est choisi. Les initiales de l’association sont placées devant le logo pour annoncer « la trajectoire de rencontre soignants soignés par l’écoute et l’accompagnement », une représentation de l’implication des soignants (médicaux et paramédicaux) et des bénévoles. Les valeurs-force, celles qui rassemblent chacun des membres de l’association, sont ainsi symbolisées. Tout ce qui est publié par l’association, publications scientifiques, répertoire des structures de soins palliatifs, documents de présentation de l’association, courriers, etc. Reprend ce logo qui évolue, en 2009, à l’occasion des vingt ans de la Sfap. Les initiales de l’association représentent désormais les ailes du caducée d’Hermès tandis que le cœur et l’oreille sont, tout comme les serpents, préservés. Plus stylisé, sans pour autant perdre son sens symbolique, ce logo figure la diversité des membres rassemblée autour des mêmes valeurs, celles énoncées par les pionniers.

Une évolution nécessaire face à de nouvelles attentes, de nouveau besoins

10Considérés au départ comme des soins concernant uniquement les personnes au stade terminal, les soins palliatifs s’ouvrent progressivement à d’autres situations. Les équipes mobiles sont appelées à intervenir beaucoup plus tôt au cours de la maladie et jouent un rôle essentiel dans cette évolution. Progressivement, l’accent est mis également sur le développement des soins palliatifs et de l’accompagnement à domicile, pour permettre à ceux qui le souhaitent de rester dans leur lieu de vie habituel le plus longtemps possible. Aussi, en 1996 à Toulouse, sous la présidence du docteur Michèle-H. Salamagne, l’assemblée générale de la Sfap accepte-t-elle d’actualiser sa charte qui figure en préambule de ses statuts. Tout en restant fidèle à ses valeurs fondatrices, l’association s’adapte aux situations nouvelles que rencontrent les professionnels et les bénévoles comme le démontre le texte adopté :

Les soins palliatifs sont des soins actifs délivrés dans une approche globale de la personne atteinte d’une maladie grave évolutive ou terminale. Leur objectif est de soulager les douleurs physiques ainsi que les autres symptômes et de prendre en compte la souffrance psychologique, sociale et spirituelle.
Les soins palliatifs et l’accompagnement sont interdisciplinaires. Ils s’adressent au malade en tant que personne, à sa famille et à ses proches, à domicile ou en institution. La formation et le soutien des soignants et des bénévoles font partie de cette démarche.
Les soins palliatifs et l’accompagnement considèrent le malade comme un être vivant et la mort comme un processus naturel. Ceux qui les dispensent cherchent à éviter les investigations et les traitements déraisonnables. Ils se refusent à provoquer intentionnellement la mort. Ils s’efforcent de préserver la meilleure qualité de vie possible jusqu’au décès et proposent un soutien aux proches en deuil. Ils s’emploient par leur pratique clinique, leur enseignement et leurs travaux de recherche à ce que ces principes puissent être appliqués.

Une loi garantissant le droit à l’accès aux soins palliatifs

11En 1998, à Lyon, lors du sixième congrès national à Lyon, le docteur Gilbert Desfosses, président de l’association de 1996 à 2000, accueille le ministre de la Santé, Bernard Kouchner. Celui-ci reconnaît l’insuffisance du nombre de structures de soins palliatifs et annonce son intention de remédier à cette carence. Dès lors, la Sfap contribue à l’élaboration du premier plan triennal de développement des soins palliatifs (1999-2001). Ce plan permet la création de nouvelles structures de soins et la mise en place d’actions de formation, particulièrement dans les facultés de médecine et dans les instituts de formation aux soins infirmiers.

12Le travail d’information et de proposition effectué par l’association ne s’arrête pas là : il s’agit alors de faire reconnaître la place des soins palliatifs, de renforcer les acquis et de promouvoir des mesures concrètes. La Sfap reçoit alors un autre soutien politique en la personne de Lucien Neuwirth, sénateur de la Loire. Celui-ci consulte de nombreux acteurs du mouvement des soins palliatifs, travaille avec les responsables de la Sfap et publie au Sénat un rapport d’information qui aboutit à une proposition de loi. Votée à l’unanimité, cette loi du 9 juin 1999 visant à garantir le droit à l’accès aux soins palliatifs à toute personne en fin de vie, est une vraie reconnaissance des soins palliatifs sur le plan sociétal et juridique. Elle marque un tournant dans l’histoire du mouvement des soins palliatifs en France qui, en une décennie, a pris de l’ampleur. Les initiatives des soignants se multiplient dans toute la France avec cependant des réalisations très différentes du fait de la personnalité des acteurs locaux et des moyens très inégaux d’une région à une autre. De même, les associations de bénévoles se développent un peu partout avec parfois une collaboration entre elles insuffisante. Il est nécessaire de maintenir la cohésion du mouvement afin de représenter tous les acteurs, avancer ensemble et avoir un poids vis-à-vis des décideurs. C’est un objectif constant des responsables de l’association.

13Les pionniers peuvent cependant être fiers de ce qu’ils ont impulsé et du travail réalisé. Après dix années d’existence, l’association compte cinq cents adhérents individuels et cent quarante associations de bénévoles d’accompagnement. Elle prend des initiatives tant dans le champ politique que dans les champs scientifique et sociétal avec un objectif prioritaire : faire vivre la loi de juin 1999.

  • 6 D. d’Hérouville, coll. Histoire de la SFAP, JALMALV, n° 69, juin 2002.

14Sous la présidence du docteur Daniel d’Hérouville (2000-2003), la Sfap contribue activement à l’élaboration de la circulaire du 19 février 2002 relative à l’organisation des soins palliatifs et de l’accompagnement. Unités de soins palliatifs (USP), équipes mobiles de soins palliatifs (EMSP), lits identifiés « soins palliatifs », associations de bénévoles d’accompagnement, cette circulaire structure les soins palliatifs et permet la collaboration entre les différents acteurs, dans les établissements de santé ou à domicile. Elle définit également les rôles de chacun en termes d’enseignement et de recherche6.

Formation des bénévoles, formation des praticiens, recherche : la SFAP sur tous les terrains

15En application de la loi de 1999, la Caisse nationale d’assurance maladie des travailleurs salariés (Cnamts) crée une dotation pour soutenir la formation des bénévoles d’accompagnement. La gestion de ces fonds est confiée à la Sfap qui établit le cahier des charges et instruit les demandes de subvention. Depuis l’année 2000, c’est un million et demi d’euros qui a été alloué aux associations pour former leurs bénévoles. Cela va dans le bon sens, tout comme d’ailleurs l’évolution du programme qui détermine le financement des séjours hospitaliers en vue d’une meilleure valorisation de l’activité soins palliatifs pour laquelle milite l’association. En plus de la durée d’hospitalisation, il s’agit de prendre en compte la réalité des situations, l’intensité des ressources mobilisées et le travail effectué auprès de l’entourage des personnes malades.

16La Sfap participe encore très activement à la préparation du deuxième plan national de développement des soins palliatifs 2002-2005. Elle contribue aux groupes de travail qui représente les trois axes du plan : développement des soins palliatifs à domicile, renforcement et création de structures spécialisées, sensibilisation et information de l’ensemble du corps social à la démarche palliative. Cette collaboration avec le ministère de la Santé permet à l’association de témoigner des réalités de terrain, d’apporter un regard critique face aux carences ou aux dérives, tout en étant une force de propositions sur le plan politique et financier. De la même façon, par sa représentativité nationale, la Sfap peut stimuler et soutenir les différentes politiques mises en place dans les régions. Dans le domaine de la formation, tant en médecine qu’en soins infirmiers, elle avance de nombreuses propositions : reconnaissance universitaire des soins palliatifs, recommandations de programmes pour le deuxième cycle, pour les DU (diplômes universitaires) ou les DIU (diplômes interuniversitaires).

17Des relations sont tissées avec des sociétés savantes représentant d’autres disciplines médicales, d’autres spécialités (gériatrie, cancérologie, réanimation, pédiatrie, douleur, etc.). Ces échanges élargissent la réflexion et permettent des actions conjointes. Dans cet esprit, les congrès de la Sfap s’ouvrent à des sociétés savantes pour des journées thématiques : soins palliatifs et douleur, soins palliatifs et pédiatrie, soins palliatifs et gériatrie, etc.

Restructuration interne et politique de communication

18Sous la présidence du docteur Régis Aubry (2003-2005), la Sfap se restructure en cinq pôles d’activité : développement des soins palliatifs et de l’accompagnement, qualité de vie des soins et de l’accompagnement, réflexion éthique et recherche, formation, information et communication. Les membres de l’association sont désormais regroupés en huit collèges : médecins, collectifs professionnels de la santé (sociétés savantes, réseaux de santé, etc.), acteurs en soins infirmiers, psychologues, travailleurs sociaux, autres acteurs de soins, bénévoles et associations de bénévoles d’accompagnement et aux côtés de l’ensemble de ces acteurs très engagés, usagers du système de santé et personnalités qualifiées dans l’esprit de la loi du 4 mars 2002 sur les droits des malades, dite loi Kouchner. Cette réorganisation vise deux objectifs : en interne, créer des dynamiques de travail entre les groupes dont les thématiques sont proches, tout en conservant une vision globale et cohérente du projet associatif ; en externe, permettre de mieux comprendre la richesse et la diversité du travail réalisé par l’association. Cette réforme s’accompagne d’une modification des statuts votée à l’assemblée générale de juin 2004 et un peu plus tard, sous la présidence du docteur Bernard Devalois (2005-2007) de la mise en œuvre d’une politique de communication avec la refonte du site Internet et du répertoire des structures de soins palliatifs. Sous la présidence du docteur Godefroy Hirsch (2007-2009), il est décidé de transformer le bulletin à destination des adhérents et d’améliorer les outils Internet pour une meilleure communication avec les adhérents (newsletter, listes de discussion, Internet communautaire, etc.). Èvénement majeur dans l’histoire de la Sfap, le 24 juin 2008, elle est reconnue d’utilité publique.

19Quand arrive à échéance le deuxième plan triennal de développement, l’accès des soins palliatifs pour tous ceux dont l’état le requiert, est encore loin d’être acquis. La Sfap agit au niveau des décideurs politiques pour mettre en œuvre un troisième plan (2008-2012) qui comprend trois axes : développement de l’offre hospitalière et essor des dispositifs extra-hospitaliers, formation et recherche, soutien des proches et communication. Lorsqu’il quitte la présidence, le docteur Régis Aubry prend en charge la coordination d’un comité de suivi de ce troisième plan. La présence au ministère d’un professionnel de terrain est un atout pour la réalisation de ce plan. Les responsables de la Sfap, professionnels de santé, médecins, infirmiers, mais aussi bénévoles participent à ce comité de suivi.

Des débats sur la fin de vie à la loi Leonetti

202004-2005 sont des années importantes dans la vie de la Sfap et cela d’autant plus que s’amorce un débat sociétal sur l’euthanasie. Au cours de son histoire, l’association a dû, à plusieurs reprises, réaffirmer clairement sa position. La question revenant souvent dans les médias et la confrontation à des malades réclamant la mort, incite la Sfap à choisir l’euthanasie comme thème de son dixième congrès national (2004) sous la présidence de Régis Aubry. Dans les débats, les représentants de l’association insistent sur la nécessité de clarifier les différents termes utilisés et sur l’importance de ne pas faire d’amalgame entre toutes les situations de fin de vie. Il faut éviter la confusion dans l’esprit du grand public.

21Dans le même sens, de nombreux acteurs de la Sfap participent, en 2004, au débat national sur la fin de vie. Ils sont auditionnés par la mission parlementaire sur l’accompagnement de la fin de vie présidée par le député Jean Leonetti dont les recommandations sont reprises par la loi du 22 avril 2005 relative aux droits des malades et à la fin de vie. Malgré les efforts de la Sfap pour diffuser cette loi, elle reste mal connue et mal appliquée et les propositions de loi pour dépénaliser l’euthanasie et le suicide assisté se succèdent à l’Assemblée et au Sénat. À chaque fois, les responsables de l’association rappellent inlassablement la nécessité de clarifier les termes utilisés. L’opposition de la Sfap à toute légalisation ou dépénalisation de l’euthanasie ou du suicide assisté reste ferme : donner la mort ne relève pas d’un acte soignant et ne constitue pas une réponse aux inquiétudes exprimées par les malades. Quelle que soit l’évolution de la législation, la Sfap continue de représenter le mouvement des soins palliatifs. Elle préserve les valeurs énoncées dans ses statuts et maintient la cohésion entre tous les acteurs concernés. Elle continue à œuvrer pour qu’émerge une véritable culture palliative. Dans cet esprit, elle soutient l’enseignement spécialisé dispensé aux étudiants qui préparent un DU ou un DESC (diplôme d’études spécialisées complémentaire). Elle cherche aussi à unifier l’enseignement au sein du cursus des études médicales. Il reste pourtant très inégal selon les régions. La nomination des six premiers professeurs de médecine palliative témoigne cependant de la reconnaissance de la discipline au niveau universitaire. La Sfap s’en félicite mais ne s’en étonne pas car elle œuvre depuis longtemps dans ce sens. C’est ainsi que pour avoir plus de poids encore dans les milieux scientifiques et médicaux comme dans ceux de la recherche, et parce qu’elle souhaite que soient validés les travaux parfois très techniques des groupes de travail et le programme scientifique de ses congrès, elle se dote en 2008 d’un comité scientifique. Il est composé de vingt membres désignés pour leur expertise et leurs travaux. Ils représentent des professions différentes et sont placés sous la présidence du docteur Guillemette Laval. La mission de ce comité est de donner des avis sur la politique scientifique générale de l’association et sur le programme des congrès nationaux comme sur les travaux et publications des groupes de travail. Les travaux de recherche lui sont également soumis. Avec ce comité scientifique, la Sfap est en mesure de remplir pleinement son rôle de société savante et elle est reconnue comme telle.

***

22En 2010, la Sfap fête ses vingt ans. Le chemin parcouru depuis sa création est immense : les structures se sont multipliées, le nombre de professionnels concernés a considérablement augmenté, le contexte réglementaire et législatif dans le domaine de la fin de vie a évolué, la nécessité des soins palliatifs pour les personnes en fin de vie est reconnue, un cadre pour les décisions difficiles de fin de vie est défini et de nouvelles instances, l’Observatoire national de fin de vie, le Centre national de ressource soin palliatif, ont vu le jour. Le mouvement est entré dans une nouvelle ère. Le militantisme laisse la place à une institutionnalisation des structures et à la professionnalisation des acteurs. Aussi semble-t-il important à la Sfap de redéfinir son projet associatif pour redonner force au mouvement des soins palliatifs et maintenir une cohésion entre les membres de l’association. Pour cela, le conseil d’administration réalise un état des lieux à partir d’un travail de diagnostic et d’une enquête réalisée lors du congrès de Marseille en 2010, pour recueillir les attentes des professionnels et des bénévoles d’accompagnement. Les éléments fondateurs, en particulier la définition des soins palliatifs, sont totalement reconduits. Les valeurs mises en avant sont celles qui s’expriment déjà à la création de la Sfap : approche solidaire, respect de l’autonomie et de la dignité des personnes fragiles et vulnérables, approche attentive à chacun avec respect de la qualité et de la vie jusqu’à son terme, attention au travail d’équipe en interdisciplinarité, équité d’accès aux soins palliatifs, laïcité et neutralité politique. La phrase-clé des pionniers, « accompagner et soigner ensemble » reste d’actualité. La Sfap représente le mouvement des soins palliatifs et en assure la promotion. Elle est garante des valeurs, de l’éthique et des principes d’action de ce mouvement. Elle s’attache à les transmettre au plus grand nombre. En 2011, en tant que présidente, je fais voter un nouveau projet associatif et définis quatre orientations d’action :

  • mobiliser les acteurs ;

  • développer et transmettre les savoirs ;

  • promouvoir l’accès aux soins palliatifs et à l’accompagnement ;

  • diffuser la culture palliative.

23Grâce à la dynamique impulsée par les membres fondateurs, la Sfap dispose toujours d’une représentativité nationale incontestable. C’est tout à la fois une société savante qui développe la réflexion, les connaissances cliniques et la recherche et un mouvement social qui se mobilise activement pour encourager les pouvoirs publics à prendre des initiatives et faire évoluer les mentalités. Aujourd’hui sous la présidence du docteur Vincent Morel, comme hier, la richesse de la Sfap est le résultat du travail de l’ensemble de ses adhérents : partout en France, venant de tous les horizons socio-professionnels, des hommes et des femmes s’engagent au quotidien près de chez eux ou dans les groupes de travail nationaux. Cette mobilisation, à la fois individuelle et collective, a permis une avancée considérable des soins palliatifs et de l’accompagnement.

Notes

1 Voir p. 75.

2 Membres fondateurs : Maurice Abiven (Paris), Éric Barthelme (Metz), Madeleine Berclaz (Paris), François Binot (Paris), Serge Blond (Lille), Benoit Burucoa (Bordeaux), Brigitte Champenois (Paris), Geneviève Delachanal (Paris), Claude Deronzier (Vaison-La-Romaine), Robert Fresco (Marseille), Marie-Thérèse Gatt (Bobigny), Jean-Marie Gomas (Paris), Michèle Grosclaude (Strasbourg), Françoise Hennequin (Longeville-Les-Metz), Jean-Michel Lassaunière (Paris), Nicole Ledaguenel (Leffrinckoucke), Patrick Métais (Metz), Jeanne Munch (Strasbourg), Francine Petit (Metz), Ghislaine Pierre (Saint-Malo), Anne-Marie Portuondo (Binache), Luc Revillon (Saint-Malo), Marie-Sylvie Richard (Paris), Monique Robert (Montreuil), Jean-François Roche (Olivet), Michèle-Hélène Salamagne (Villejuif), Renée Sebag-Lanoe (Villejuif), Marie-Hélène Shanahan (Saint-Maur-des-Fossés), René Schaerer (Grenoble), Bernard Wary (Thionsville), Robert Zittoun (Paris). Associations fondatrices : Accompagner (Nancy), L’Accompagnement (Longeville-Les-Metz), Alliance (Bordeaux), Pierre Clément (Strasbourg), Les dames du Calvaire (Paris), JALMALV (fédération nationale), Omega-Lille (Lille), Aspaljo (Paris), ASP Fondatrice (Paris), ASP de la Côte d'Emeraude (Saint Malo), Vieillir ensemble (Villejuif), œuvres des Diaconesses de Reuilly (Versailles).

3 Journal officiel du 28 février 1990. Voir les statuts actuels et les présidents en annexe.

4 Voir p. 123.

5 Voir p. 145.

6 D. d’Hérouville, coll. Histoire de la SFAP, JALMALV, n° 69, juin 2002.

Auteur

© Demopolis, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable