Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Théories intercontinentales

 | 
Pascale Rabault-Feuerhahn

Deuxième partie. Trajectoires biographiques , parcours intellectuels, transferts conceptuels

Trajectoires biographiques, parcours intellectuels, transferts conceptuels

Texte intégral

1Les historiens le savent bien : parmi les matériaux d’archives, leses biographies sont à la fois les plus précieux et les plus redoutables tant ils requièrent de faire la part des choses entre les faits et leur mise en récit. Mais au-delà de la mesure d’un écart entre ce qui serait la réalité objective d’un côté et le vécu subjectif d’un autre côté, l’intérêt des biographies tient à ce que les sélections et les prismes mis en œuvre par leurs auteurs révèlent de ces derniers : le processus même de la mise en récit, s’il situe la biographie dans un entre-deux entre documentaire et fiction, participe déjà en soi à raconter son auteur.

2Profondément marqués par le linguistic turn et le déconstructionnisme postmoderne, les représentants des études postcoloniales ont particulièrement joué de ce double niveau. Partant toujours de la question de savoir quelle est la situation de l’énonciateur et mettant sans cesse au jour les stratégies discursives, ils n’avaient sans doute d’autre choix que de mettre ces pratiques en abyme en les appliquant à leur propre cas. Il en résulte un jeu particulièrement intime et maîtrisé entre récit biographique, articulation théorique, évocations fictionnelles et discours politiques.

3Avec le concept de traveling theories ou « théories voyageuses », Edward Said caractérisait un processus de transferts culturels, de passage et d’adaptation de schèmes de pensée d’un espace culturel à un autre. En un sens, nombre de théoriciens du postcolonialisme ne sont pas autre chose que des « théoriciens voyageurs » vecteurs de ces « théories voyageuses », même si les voyages en question prennent des formes très différentes selon les cas : changement de pays puis de continents pour Edward Said, comparatiste Palestino-Américain nourri de la tradition intellectuelle européenne et engagé auprès de la cause palestinienne ; déracinement de sa communauté indigène et formation transculturelle de son identité pour un écrivain tel que Gerald Vizenor, élevé en alternance dans une famille d’accueil et dans la réserve des Indiens Anishinabe de White Earth ; jeunesse dans le Cameroun corrompu de Paul Biya puis séjour à Paris au milieu d’intellectuels engagés, départ pour les États-Unis et enfin installation en Afrique du Sud pour le philosophe Achille Mbembe ; ou encore la dépossession de la citoyenneté (et celle, corrélative, de l’appartenance linguistique) des Juifs algériens sous le régime de Vichy dans le cas de Jacques Derrida, auteur d’une œuvre dont s’inspireront différents théoriciens postcoloniaux, à commencer par Gayatri Spivak.

4Tous ces exemples le font bien apparaître : l’expérience personnelle est une composante essentielle de la formation des théories postcoloniales. On pourrait de prime abord y voir une tendance narcissique de la part d’auteurs souvent célèbres, qui mettraient en scène leur trajectoire pour mieux en faire ressortir la dimension épique et existentielle. Mais ce qui ressort surtout de ces textes, ce n’est pas tant une tendance à l’autocélébration, ni une apologie des vertus de l’hybridité culturelle. La plupart de ces textes-témoignages mettent plutôt en évidence que la construction transculturelle de l’identité ne peut constituer un tout harmonieux qu’au prix d’immenses efforts. Dans bien des cas, pour féconde qu’elle soit, elle reste pour son auteur porteuse d’interrogations existentielles et d’anxiétés fondamentales quant à sa place dans le monde : une question qui vaut sur le plan tant géographique, que culturel ou encore éthique. Le chapitre qui clôt cette partie quitte l’analyse pour retrouver le plan du témoignage direct – de la part, non pas d’un théoricien du postcolonialisme cette fois, mais d’un observateur de la (non) importation des études postcoloniales sur le sol russe. Occasion de constater qu’en aval aussi, les voyages du comparatisme postcolonial occasionnent, encore et toujours, des retours sur soi autant que sur les autres.

© Demopolis, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540