Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Théories intercontinentales

 | 
Pascale Rabault-Feuerhahn

Première partie. Edward Said ou les racines d'une entreprise comparatiste

6. Lectures en contrepoint

L’invention d’une méthode et son application à la littérature germanophone

Axel Dunker

Texte intégral

1Né en 1935 à Jérusalem et décédé à New York en 2003, Edward Said occupa après ses études à Harvard et Princeton un poste de professeur de littérature anglaise et comparée à l’université de Columbia, à New York. Il doit sa célébrité surtout à son livre Orientalism (1878), qui fit de lui l’un des fondateurs des études postcoloniales aux côtés de Gayatri Spivak et Homi Bhabha, les deux autres membres qui composent la triade tutélaire du postcolonialisme.

  • 1 María do Mar Castro Varela, Nikita Dhawan, Postkoloniale Theorie. Eine kritische Einführung, Biele (...)
  • 2 Edward W. Said, Orientalism. 25th anniversary edition with a new preface by the author, New York, (...)
  • 3 Gabriele Dürbeck, Stereotype Paradiese. Ozeanismus in der deutschen Südseeliteratur 1815-1914, Tüb (...)

2Il ne s’agit pas ici de revenir plus avant sur le débat suscité par ce livre très controversé et violemment combattu, dont les faiblesses méthodologiques sont désormais largement avérées. À l’encontre de son propre objectif, Said aurait lui-même essentialisé l’Orient comme l’Occident, il les aurait traités comme des entités homogènes ; ses références à Foucault seraient superficielles et inconséquentes ; on lui reproche également le fait que sa « tentative » d’allier « les traditions marxistes de la théorie de la culture avec une théorie poststructuraliste s’appuyant sur Foucault » ne pouvait être exempte de contradictions1. Surtout, il aurait négligé des aspects de la théorie du genre pourtant essentiels pour son sujet. Said a concédé certaines de ces faiblesses dans l’avant-propos à la réédition de son ouvrage en 20032. Avec le concept d’« orientalisme », il a toutefois élaboré une construction théorique sur laquelle ont pu se fonder de nombreuses recherches ultérieures. On a également cherché à généraliser ce concept en parlant par exemple d’« africanisme », d’« océanisme » etc3. Même si ses méthodes d’analyse de discours restent trop abstraites pour l’étude de productions esthétiques plus complexes, avec Orientalism Said a indubitablement initié un champ de recherche tout à fait novateur en études littéraires et culturelles : les postcolonial studies.

  • 4 Edward W. Said, Culture and Imperialism, Londres, Vintage, 1994, p. XII.
  • 5 Ibid., p. 12.

3C’est dans Culture and Imperialism, paru quinze ans après Orientalism, que la méthode de Said a pris un tour nettement plus concret. Il s’attelle dans cet ouvrage à donner une définition beaucoup plus précise du rapport entre la littérature et la réalité sociale extra-littéraire qui, au XIXe siècle, période sur laquelle est centré le livre, est essentiellement marquée par le colonialisme et l’impérialisme. Il qualifie la narration, et surtout le roman, genre qui domine la prose du XIXe siècle, d’« immensément importante pour la formation d’attitudes, de références et d’expériences impériales »4. « Le grand roman réaliste européen » a selon lui largement contribué à préparer le terrain à « l’acquiescement de la société à l’expansion coloniale »5. Le roman du XIXe siècle exprime et catalyse en même temps le colonialisme en tant qu’idéologie dominante de l’époque, du moins dans les puissances coloniales telles que la France et l’Angleterre. Selon Said, il n’est pas nécessaire de thématiser le colonialisme dans les romans ; au contraire, la mentalité consistant à considérer les rapports (de pouvoir) assymétriques entre l’Europe et le reste du monde comme évidents et indiscutables est essentiellement confirmée, et même instaurée, par la facture esthétique même du roman réaliste au sens large. Le roman réaliste dissocie en apparence la sphère culturelle de l’action des structures de domination politique, et suggère une autonomie de l’art qui, par là-même, renforce justement l’action des idéologèmes qu’elle contient de manière sous-jacente. Cette thèse de l’autonomie apparente du roman du XIXe siècle est aussi à l’origine de la méthode et du mode de lecture que Said souhaite appliquer à ces textes, et qu’il nomme « lecture en contrepoint » (contrapuntal reading).

4Said introduit justement cette méthode en se confrontant à l’histoire de la littérature comparée :

  • 6 Ibid., p. 49.

Je suggère que nous commencions par regarder ce que la littérature comparée était à l’origine en tant que vision et que pratique. De manière ironique, comme nous allons le voir, l’étude de la « littérature comparée » prend sa source à l’époque de l’impérialisme européen triomphant et elle y est liée de façon irrécusable.6

5Certes, les figures traditionnelles de l’érudition humaniste – Said cite Vico, Herder, Rousseau et les frères Schlegel – avaient véhiculé la représentation selon laquelle :

  • 7 Ibid., p. 50.

L’humanité formait un tout merveilleux, presque symphonique, dont le progrès et les formations, constituant elles-mêmes un tout, pouvaient être étudiées exclusivement comme une expérience historique laïque et concertée7.

6Mais il était aussi :

  • 8 Ibid., p. 51.

[...] évident que lorsque les penseurs européens célébraient l’humanité ou la culture, ils célébraient principalement des idées et des valeurs qu’ils assignaient à leur propre culture nationale ou à l’Europe par opposition à l’Orient, l’Afrique et même les Amériques8.

  • 9 Ibid., p. 51.
  • 10 Ibid., p. 52.

7Said réitère donc la thèse centrale de son livre sur l’orientalisme, selon laquelle l’Europe construirait son identité par opposition au monde extra-européen. Mais il l’applique ici explicitement à la tradition de la littérature comparée. Erich Auerbach, Ernst Robert Curtius, Karl Vossler et Leo Spitzer auraient certes compensé le « nationalisme strident » par une « vision plus généreuse de la culture » et ils auraient conçu le nationalisme comme une « question transitoire, et finalement secondaire »9. Le prix à payer pour comprendre la culture comme une symphonie, un « concert » harmonieux « de peuples et d’esprits » était cependant le fait qu’on pensait (et Said suggère que cela vaut aussi pour la littérature comparée des années 1990) que ce concert couvrait le son du « domaine médiocre de la bureaucratie, de l’armée, des barrières douanières et de la xénophobie ». Pour lui, cela impliquait d’une part que « le champ thématique » de la littérature comparée était « organisé sur le plan épistémologique comme une sorte de hiérarchie avec l’Europe et les littératures latine et chrétienne au centre et au sommet »10, et d’autre part que la littérature comparée commandait entre autres de considérer la littérature et l’art comme autonomes vis-à-vis de la réalité sociale, et donc aussi de l’impérialisme et du colonialisme.

  • 11 Ibid., p. 59.

8C’est surtout ce dernier principe que Said tente de remettre en cause dans Culture and Imperialism. Le premier principe conduisait à remettre en cause le canon eurocentrique, ce qui restera un objectif majeur des études postcoloniales jusqu’au livre de Gayatri Spivak Death of a Discipline : comment les peuples anciennement colonisés peuvent-ils prendre la parole et faire connaître leurs idées ? Mais c’est le deuxième principe qui débouche sur l’idée de « lecture en contrepoint ». Celle-ci doit être appliquée à « l’archive culturelle du monde occidental »11, qui ne disparaît pas purement et simplement avec l’injonction de revoir le canon traditionnel ni avec le développement de nouvelles formes d’écritures de l’hybridité ou du métissage.

  • 12 Ibid.
  • 13 Ibid., p. 60.

9Le but est de montrer l’aspect processuel de l’impérialisme, la manière dont « les cultures nationales britannique, française et américaine ont maintenu leur hégémonie sur les régions périphériques. Comment, en leur sein, un consensus sur le gouvernement à distance de peuples et de territoires indigènes fut-il obtenu et sans cesse consolidé ? »12 Le concept de contrepoint emprunté à la théorie musicale est mobilisé contre une compréhension de « l’archive culturelle » comme « univoque ». Il s’agit d’une « conscience simultanée de l’histoire métropolitaine qui est narrée et des autres histoires contre lesquelles (et avec lesquelles) s’exerce le discours dominant »13. Pour formuler sa propre identité, celui-ci a lui-même besoin de voix qui le contredisent, « d’opposés, de négatifs et d’oppositions ».

  • 14 Ibid., p. 71.

10Même les romans qui sont une composante importante de cette archive culturelle contiennent certainement de telles voix opposées, seulement elles ne sont pas audibles. Il faut donc relire le canon pour en faire apparaître la polyphonie, par exemple en donnant une attention nouvelle à des auteurs occidentaux comme Kipling ou Conrad, ou bien en mettant au jour « l’enjeu manifestement impérialiste (qui) a une longue vie souterraine ou implicite et proleptique dans les œuvres de jeunesse d’écrivains comme Austen ou Chateaubriand »14 :

  • 15 Ibid., p. 78.

Nous devons par conséquent lire les grands textes canoniques et peut-être même l’archive tout entière de la culture européenne et américaine moderne et prémoderne, en nous efforçant d’extraire ce qui est silencieux ou présent à la marge ou représenté de façon idéologique […] dans ces œuvres, de l’élargir, de le souligner et de le verbaliser.15

  • 16 Doris Bachmann-Medick, Cultural Turns. Neuorientierungen in den Kulturwissenschaften, Reinbek, Row (...)

11Edward Said a appliqué à titre d’exemple ce type de lecture au roman de Jane Austen Mansfield Park. La question est alors de savoir quelle est la pertinence d’une telle approche pour la littérature d’un pays et d’une langue qui n’ont pendant longtemps pas été impliqués dans les processus coloniaux ni impérialistes. Peut-on appliquer à la littérature allemande une méthode contrapuntique, une polyphonie, une sous-textualité semblables à celles qui sont opérantes pour les littératures anglaise, française ou italienne ? En d’autres termes, qu’est-ce qu’une approche purement comparative comme la postcoloniale, qui cherche toujours à prendre en considération l’Autre qui était occulté, peut apporter dans le cas d’une littérature dont cet Autre, compris comme l’extra-européen aux prises avec l’impérialisme et le colonialisme, semble absent ? Dans sa présentation du « tournant postcolonial », Doris Bachmann-Medick a décrit comme particulièrement fructueuses « les approches ayant un ancrange disciplinaire et qui ont retiré de l’horizon de la problématique et des instruments postcoloniaux des impulsions méthodologiques concrètes pour l’analyse, permettant par exemple d’étudier en quoi des textes littéraires témoignent de phénomènes hybrides ou de stratégies littéraires de l’altérité »16 ; dans cette perspective, elle renvoie précisément à la « lecture en contrepoint » de Said.

Wilhelm Raabe : le colonialisme en creux

  • 17 Pour une analyse plus détaillée sur ce sujet, voir Axel Dunker, Kontrapunktische Lektüren. Kolonia (...)

12Un livre qui pourrait faire office de modèle pour l’application de tout ceci est le roman de Wilhelm Raabe Stopfkuchen, de 189117. Eduard, le narrateur, éleveur de moutons sur les rives du fleuve Oranje, note sur le bateau qui le ramène dans sa patrie sud-africaine les mésaventures qu’il a connues en Allemagne, son pays d’origine. Il y avait rendu visite à son ami d’enfance Heinrich Schaumann, surnommé Stopfkuchen (gâteau fourré) depuis tout petit en raison de sa corpulence. Schaumann, dont les récits sont retranscrits mot pour mot par Eduard dans la plus grande partie du livre, a entre temps connut la chance et épousé l’héritière d’une ferme située sur la « redoute rouge ». Enfant déjà, il était fasciné par cette redoute, propriété du fermier Andreas Quakatz qui avait été mis au ban parce qu’on le soupçonnait du meurtre non prouvé d’un certain Kienbaum.

  • 18 Wilhelm Raabe, Stopfkuchen. Eine See-und Mordgeschichte, Stuttgart, Reclam, 1998, p. 195.
  • 19 Ibid., pp. 104 et 55.

13Schaumann profite des retrouvailles avec son ami d’enfance pour lui raconter en détail comment il a découvert le vrai meurtrier, à savoir Störzer, un autre ami d’enfance d’Eduard, facteur de campagne et tout juste décédé. Stopfkuchen met en scène le récit d’une façon telle que toute la ville en entend parler. Eduard est si choqué par cette révélation qu’il quitte la ville dès le lendemain matin, sans prendre congé : « si j’avais tué Kienbaum », écrit-il, « et si j’avais eu les agents à mes trousses, je ne me serais pas évaporé avec davantage de prudence »18. Les études menées sur ce livre ont toujours négligé la situation du narrateur. Le fait qu’au moment où il rédige son récit, Eduard se trouve sur un bateau à destination de l’Afrique du Sud a été considéré comme ne jouant aucun rôle, même si le roman porte pour sous-titre « Une histoire de mer et de crime » (Eine See-und Mordgeschichte). Ce sous-titre entraîne aussi une inversion des attentes du public contemporain qui, de la part d’un narrateur d’Afrique du Sud, aurait plutôt attendu une histoire palpitante, dans le style de la littérature coloniale de l’époque et de ses « récits d’aventures triviaux », comme ils sont désignés dans le roman lui-même. Au lieu de cela, les vraies aventures s’avèrent avoir lieu dans la patrie d’origine. Le « journal de bord et manuscrit de voyage » qu’Eduard rédige pendant son trajet en bateau traite en fait de « l’affaire criminelle Stopfkuchen »19.

  • 20 Ibid., p. 134.
  • 21 Ibid., p. 16.
  • 22 Philip J. Brewster, « Onkel Ketschwayo in Neuteutoburg. Zeitgeschichtliche Anspielungen in Raabes (...)

14Dans le roman, c’est surtout l’intertextualité qui est utilisée et cet usage est commenté à un niveau méta-textuel et auto-réflexif qui anticipe sur les procédés de la modernité classique. « Heinrich », lui dit son épouse, « maintenant tu n’as vraiment plus besoin d’arriver avec des personnages et des histoires littéraires pour dire ce que tu as à dire »20. C’est exactement ce que fait Raabe. Dès la première page du roman, des références à une pièce de théâtre d’August von Platen établissent clairement qu’Eduard a acquis ses possessions en Afrique du Sud en lien avec une affaire de meurtre. Cela fait écho à l’histoire relatée par Eduard puisqu’elle concerne la découverte d’un cas d’homicide en Allemagne qui s’était produit il y a longtemps. Schaumann découvre que le vrai meurtrier était le facteur qui vient de mourir. De manière ironique, c’est justement ce facteur qui est à l’origine de l’émigration d’Eduard en Afrique du Sud, car lorsqu’ils étaient enfants il lui racontait toujours son « livre préféré » : « Le voyage de M. Le Vaillant dans l’intérieur de l’Afrique, traduit du français et annoté par Johann Reinhold Forster. » C’est à cause de ce « Levalljang », comme l’appelle Störzer, qu’Eduard « est venu jusqu’aux Cafres et aux Boers et a acquis une fortune convenable »21. Avec « L’histoire de Le Vaillant à propos d’ânes sauvages, de girafes, d’éléphants, de rhinocéros, de filles Namaqua bien propres, et à partir de l’histoire de Swanepoel le plus brave des plus braves Hottentots », Eduard s’est préparé à son « Eldorado des cafres », comme le dit Schaumann. Le « symbole ‘ Le Vaillant’et les images qui y sont associées apparaissent dans des passages centraux de la structure d’ensemble du roman »22. Mais lorsqu’Eduard découvre que Störzer, qui incarnait pour lui la bonne vieille patrie et qui était aussi à l’origine de la relation entre son ancienne et sa nouvelle patrie, est responsable de la mort de Kienbaum, le monde s’effondre pour lui.

  • 23 Ibid., p. 106
  • 24 Julia Hell, « Wilhelm Raabes Stopfkuchen : Der ungleichzeitige Bürger », Jahrbuch der Raabe Gesell (...)

15On interprète d’ordinaire « l’enthousiasme » de Störzer « pour le lointain exotique » comme une « forme plus profonde d’escapisme »23, ou bien on affirme que Störzer vit en fait dans l’Afrique des descriptions de voyage de Le Vaillant pour « refouler les souvenirs de sa réalité, c’est-à-dire le meurtre de Kienbaum »24. C’est possible, mais il me semble plus décisif de faire le lien entre les deux niveaux du texte, c’est-à-dire l’histoire du meurtre et celle de la mer, qui renvoie dans son prolongement à l’Afrique du Sud, et donc d’étendre l’analyse herméneutique à la structure même du roman et ainsi de faire entrer en jeu la « lecture en contrepoint » de Said. Un exemple majeur de cette lecture saidienne est, comme nous l’avons dit plus haut, le roman de Jane Austen Mansfield Park. Said montre que l’existence d’une plantation de sucre à Antigua qui n’apparaît que de manière marginale dans le texte a en fait une signification centrale pour la structure sociale exposée dans le roman, et donc aussi pour la structure du roman elle-même :

  • 25 Said, Culture and Imperialism, op. cit., p. 40.

Plus particulièrement, l’extraordinaire dépendance formelle et idéologique des grands romans réalistes français et anglais concernant les réalités de l’Empire n’a jamais non plus été étudiée d’un point de vue théorique général.25

  • 26 Ibid., p. 115.

16Dans les romans germanophones de la même époque, du fait de l’importance bien moindre des colonies pour la stabilité du système dans son ensemble, il est difficile de trouver quelque chose de comparable à cette dépendance décrite par Said. Certes, les auteurs de langue allemande auraient justement pu traiter beaucoup plus librement l’existence du colonialisme que leurs homologues français ou anglais. Ce n’est en fait pas le cas, et la recommandation de Said de « lire ce qui est là ou ce qui n’y est pas » vaut aussi pour eux26. Parmi ce qui n’est pas là ou ce qui n’y est plus, il y a par exemple dans Stopfkuchen le nom qu’aurait dû porter le navire qui ramène Eduard en Afrique du Sud et sur lequel il compose son livre : « L’Allemagne ». On ne peut naturellement que spéculer sur les raisons pour lesquelles ce nom a été supprimé. Il aurait peut être rendu trop apparente l’orientation du roman de Raabe, il lui aurait donné une dimension presque allégorique.

17Mais dans ce texte nous n’avons pas seulement affaire à cette suppression, qui n’est d’ailleurs pas si visible à la lecture. Dans la version publiée du roman, le silence est thématisé en soi. La véritable faute du facteur, qui n’avait en fait pas du tout l’intention de commettre un meurtre, a en effet été de ne rien faire pour empêcher qu’un autre soit considéré comme coupable. Certes, faute de preuves celui-ci n’a pas été condamné, mais il n’en est pas moins devenu un paria. La véritable faute morale est donc de s’être tu. À la place, le facteur parlait sans arrêt de Le Vaillant et de l’Afrique. Le fait de taire le meurtre et celui de parler de l’Afrique sont donc étroitement liés, ce qui tend aussi à montrer que dans la littérature du XIXe siècle, les atrocités du colonialisme ont rarement été traitées de manière explicite.

18D’autres éléments importants du texte sur lesquels je ne peux revenir plus en détail ici, comme les références intertextuelles à Schiller ou James Fenimore Cooper, montrent que le texte de Raabe est presque un modèle quant à la manière allemande de se confronter au phénomène du colonialisme, qui au XIXe siècle était présent partout. Mais cela ne devient manifeste qu’en appliquant le principe saidien de la « lecture en contrepoint ».

Genre et colonialisme

19Avant d’en venir à des considérations plus générales, il est utile de traverser d’autres textes, à commencer par Die Verlobung in St Domingo (Les Fiancés de Saint Domingue) d’Heinrich von Kleist (1811), qui est la représentation la plus célèbre de cette époque d’une rencontre interculturelle. Au moment des révoltes d’esclaves contre le pouvoir français à Saint Domingue (Haïti), en 1803, un Suisse prénommé Gustav qui fuit les révoltés arrive devant deux femmes « noires ». Celles-ci le recueillent « mais seulement pour le mettre en sécurité » jusqu’à ce que Congo Hoango, « un terrible vieux nègre », comme le dit la première phrase du texte, revienne pour le tuer. Mais Toni, la plus claire de peau des deux femmes, qui devait servir d’appât, couche avec le Suisse et s’éprend de lui. Alors qu’il dort encore dans le lit, Congo Hoango revient plus tôt que prévu. Toni attache Gustav au lit pour le faire passer pour prisonnier et pouvoir ensuite le sauver. Mais Gustav pense qu’elle l’a trompée et il la tue avant de se donner la mort.

20Même pour un texte aussi commenté que celui-ci une lecture comparatiste et postcoloniale peut faire émerger de nouvelles strates de signification.

  • 27 Heinrich von Kleist, Sämtliche Werke und Briefe in vier Bänden, éd. par Ilse-Marie Barth, Klaus Mü (...)
  • 28 Hans Jakob Werlen est du même avis : « La gratitude que le narrateur attendait de la part de Congo (...)
  • 29 Kleist, op. cit., p. 222.

21Parmi les germanistes, la question a été longtemps débattue de savoir si le lieu de l’action n’était pas une manière déguisée de parler de Napoléon. On peut toutefois montrer que Kleist situe très précisément l’action dans les Caraïbes. Par exemple, au début Congo Hoango est présenté en détail. Il vient d’Afrique, semblait « dans sa jeunesse d’un caractère fidèle et droit »27 et avait sauvé un jour la vie à son maître. À la suite de quoi celui-ci l’avait affranchi et l’avait nommé gardien d’une de ses propriétés. Mais les attentions patriarcales28 de son maître s’expriment surtout dans le statut quasi marital qu’il lui octroie : « En lieu et place de femme, puisqu’il ne voulait pas se marier, il lui adjoignit une vieille mulâtresse de sa plantation, nommée Babekan, dont il était un lointain parent par sa première femme qui était décédée. »29 On voit ici combien est relative la liberté redonnée à l’esclave : la mulâtresse est traitée comme un objet et mise dans le lit du Noir. En outre, le comportement de Villeneuve, le maître, est typique de la manière d’agir des colons dont le soin paternaliste va jusqu’à prendre en charge les besoins sexuels de leurs esclaves. Richard Ligon, auteur au XVIIe siècle d’une histoire de La Barbade, rapporte des comportements semblables :

  • 30 Richard Ligon, A True and Exact History of the Island of Barbadoes, 1673, édité et annoté par J. E (...)

Les hommes qui ne sont pas mariés iront voir leur maître et se plaindront qu’ils ne peuvent pas vivre sans femmes, et lui feront part de leur désir d’avoir des femmes. Et il leur dit qu’il leur achètera des femmes au prochain bateau qui viendra.30

  • 31 Stewart, op. cit., p. 107.

22Et d’ajouter : « Car les planteurs ne refuseront pas deux ou trois femmes à un esclave qui est un brave homme et qui a des qualités extraordinaires. »31 Le Villeneuve de Kleist ne va pas aussi loin, il se limite à une femme.

  • 32 À ce sujet voir Sigrid Weigel, « Der Körper am Kreuzpunkt von Liebesgeschichte und Rassendiskurs i (...)
  • 33 Kleist, op. cit., p. 233.

23En même temps il s’agit là de l’élément ultime d’une chaîne de discours sur le genre qui s’étire d’un bout à l’autre du texte et à travers laquelle Kleist mène à bien le programme très complexe de son récit. Ce discours sert d’emblée à attaquer la relation indissociable entre le colonialisme et les questions de sexe ou plutôt de genre, car le traitement réservé à Babekan fait apparaître non seulement sa situation spécifique en tant que membre du genre féminin (elle est la femme que l’on peut rabrouer comme l’on veut) mais aussi son genre social (elle est la « femme de couleur » dont on dispose arbitrairement)32. En situation coloniale, genre biologique et genre social ne sont pas séparables. Mais comment s’explique à vrai dire la parenté éloignée de Monsieur de Villeneuve, un Blanc que son nom relie déjà à l’idée de construction récente – en l’occurrence, les colonies – avec la mulâtresse, relation qu’on nous explique par sa première femme ? Le colonisateur blanc a-til d’abord eu des relations avec des femmes non blanches ? Appartientil de ce fait à la lignée du riche marchand marseillais Bertrand, le père de Toni (la fille de Babekan désignée comme métisse) qui a renié sa paternité et fait donner soixante coups de fouet à la mère de sa fille, et de l’homme « de l’espèce des Bancs » qui avait « maltraité une fille noire et l’avait ensuite vendue à un planteur créole, parce qu’elle s’était montrée rétive à ses souhaits » et à qui la fille en question avait, pour se venger, donné la fièvre jaune ?33

  • 34 Stewart, op. cit., p. 110.
  • 35 Ibid., pp. 106-109.

24Les anglicistes ont montré que dans Mansfield Park, le roman de Jane Austen, les îles des Antilles autour d’Antigua constituent pour les colonisateurs un espace quasiment au-dessus des lois, dans lequel peuvent être menées des « activités sexuelles extra-légales » qui seraient impossibles en Angleterre. Maaja Stewart cite une série de sources qui montrent que dans les Caraïbes les relations sexuelles entre hommes blancs et femmes noires ou bien mulâtresses étaient d’actualité et qu’elles étaient brandies comme un argument majeur en faveur de l’abolition de l’esclavage par les mouvements anti-esclavagistes de l’époque, dont Kleist connaissait les équivalents allemands, parce que la générosité sexuelle était considérée comme un danger pour la stabilité des structures familiales de la métropole anglaise34. Le discours correspondant pénètre la sphère domestique et « de ce fait change la perception des relations de pouvoir et affecte les expériences quotidiennes »35.

25Mais chez Kleist le lit dans lequel on est couché, dans lequel on se couche soi-même ou auquel on est attaché est un des lieux principaux de la démonstration de la politique des corps exposée dans le récit.

26Les concepts de centre et de périphérie de Said font porter l’attention sur l’existence de structures similaires dans « Katzensilber », nouvelle d’Adalbert Stifter tirée du recueil Bunte Steine (1853). Dans cette histoire, les habitants d’une ferme autrichienne tombent dans la forêt sur une « fille à la peau brune » qui semble y être livrée à elle-même et mener une vie presque sauvage. Cette fille de la périphérie de la civilisation autrichienne sauve par deux fois des membres de la famille « du centre ». La réaction du centre n’est alors pas de reconnaître la périphérie dans son altérité, mais d’essayer de la rendre identique à lui : il fait pression en faveur de son acculturation.

  • 36 Robert Louis Stevenson, Der gefährliche Archipel. In der Südsee I, traduit de l’anglais par Margue (...)
  • 37 Jeter, op. cit., p. 138.

27Vu sous cet angle, le récit de Stifter présente un parallèle étonnant avec l’histoire de la colonisation au XIXe siècle qui a transformé en un siècle le paradis, terme appliqué par Bougainville, Commerson et d’autres à Tahiti et d’autres îles des mers du Sud, en un lieu où « les créatures douces et patientes […] comme les enfants attendent leur mort en baillant dans une prison »36, pour le dire avec Robert Louis Stevenson. La « fille à la peau brune » échappe à ce destin parce qu’elle peut s’enfuir, parce que son domaine originel est mythique et qu’il ne peut donc être colonisé. Dans le récit le mode d’existence de cette fille en dehors de sa rencontre avec les membres de la famille n’est pas décrit, preuve que le texte lui ménage « une sphère d’existence extra-narrative distincte »37. Cet espace réservé est justement une des raisons de l’aura mythique qui entoure ce personnage. Il peut toutefois aussi se lire comme un renoncement à l’appropriation. Le texte n’exécute pas ce que les personnages des parents font subir à la fille. Il l’amène dans le récit mais la laisse ensuite à nouveau du côté de ce qui n’est pas raconté. La fille peut échapper à l’acculturation parce qu’il y a un espace vide, non exploré et également non explorable par le lecteur. Ici encore, la perspective postcoloniale qui, appliquée à la littérature germanophone, est toujours comparatiste, donne aux structures textuelles une signification tout différente de celle que leur avaient attribuée les recherches menées antérieurement (en l’occurrence, dans le cadre des études stiftériennes).

Le double fond du roman réaliste allemand

  • 38 Said, Culture and Imperialism, op. cit., p. xv.
  • 39 Ibid.
  • 40 Ibn Warraq, Defending the West. A Critique of Edward Said’s Orientalism, Amherst, New York, Promet (...)
  • 41 Ibid., p. 391.

28Ainsi la littérature, du fait même de son caractère littéraire et de sa formation esthétique, structurelle, s’avère certes en lien « avec le processus impérialiste dont (ces éléments) font manifestement et indéniablement partie » – ce qui corrobore tout à fait l’analyse de Said38. S’applique aussi ce que Said ajoute ensuite : « plutôt que de condamner ou d’ignorer leur participation à ce qui était une réalité non questionnée dans leurs sociétés, je suggère que ce que nous apprenons sur cet aspect ignoré jusqu’ici renforce réellement notre manière de les lire et de les comprendre »39. À cet égard la critique souvent adressée à Said (notamment de manière très véhémente par Ibn Warraq)40 de ne vouloir que « mettre en pièces » Jane Austen41, par exemple, passe à côté de sa véritable pratique de la lecture. Certes, son ton volontiers moralisateur semble indiquer que dans Culture and Imperialism il cherchait aussi à critiquer des auteurs individuels, comme le pensent et le relaient nombre de ses lecteurs. Mais dès lors qu’on adopte son mode de lecture, qui fait porter l’attention sur les structures sociales (coloniales) et aussi textuelles, la pluridimensionalité des textes littéraires se révèle et cela les rend effectivement plus riches et plus profonds.

  • 42 Said, Culture and Imperialism, op. cit., p. 79.
  • 43 Paul Michael Lützeler (éd.), Der postkoloniale Blick. Deutsche Schriftsteller berichten aus der Dr (...)

29Dans la littérature germanophone du XIXe siècle, le colonial est immergé dans la structure du littéraire, surtout dans la dimension « à double fond » du réalisme qui joue de la différence entre espace extérieur et espace souterrain, entre discours de surface et sous-texte. À cet égard, concernant la littérature allemande on constate aussi une différence par rapport au programme de « lecture en contrepoint » de Said : pour les littératures des principaux pays coloniaux, comme l’Angleterre, il développe une attitude de lecture dont l’enjeu est d’« inclure ce qui autrefois était nécessairement exclu » : « Quand on lit un texte, on doit l’ouvrir à la fois à ce qui y est entré et à ce que l’auteur en a exclu. »42 Chez Jane Austen cette méthode de calfeutrage laisse entrevoir une stratégie finalement conforme au discours dominant, qu’elle ait ou non été voulue par l’auteur. Concernant Raabe et d’autres auteurs de langue allemande du XIXe siècle, on se rend compte que le problème est plutôt lié à la réception des textes et au défaut d’attention portée à la construction des sous-textes. De toute évidence, un « regard postcolonial »43, pour reprendre une expression de Paul Michael Lützeler, est ici requis sur ces textes car lui seul permet de reconnaître leur potentiel critique ou d’opposition au discours dominant.

  • 44 Judith Ryan, « The Chinese Ghost. Colonialism and Subaltern Speech in Fontane’s Effi Briest », in (...)

30Sur le plan du contenu, l’ambivalence récurrente vis-à-vis de l’étranger et du colonial peut être mise en parallèle avec la littérature des grandes puissances coloniales de l’époque. Que le colonial se voit attribuer des traits féminins et vice versa (que l’on pense à la Toni de Kleist), constitue un nouveau point commun entre la littérature allemande et la littérature européenne. Si l’on veut, on peut non seulement voir là un point commun sur le plan thématique, mais aussi constater avec Judith Ryan que la littérature germanophone du XIXe siècle ne doit pas s’abriter derrière un caractère provincial mais qu’elle traite des mêmes problèmes globaux que les littératures anglaise ou française et ce, au même niveau littéraire qu’elles44.

  • 45 « La meilleure des subversions ne consiste-t-elle pas à défigurer les codes, plutôt qu’à les détru (...)

31Bien souvent (ce que je ne pouvais pas montrer en détail ici), le rapport à la structure coloniale est instauré par la participation à des discours introduits dans le texte. À cet égard, le discours de découverte du XVIIIe siècle joue un rôle très important, en particulier dans la première moitié du XIXe siècle, par exemple chez Hoffmann ou Eichendorff. Chez ces deux écrivains romantiques, cette participation peut être qualifiée de subversive, si l’on considère avec Roland Barthes le fait de défigurer des discours comme quelque chose de subversif45. Des auteurs comme Wilhelm Raabe, chez qui la structure du texte est inséparable de la sémantique du texte, sont justement susceptibles de réagir d’une manière subversive à l’asymétrie des rapports au sein d’une rencontre, asymétrie qui assigne toujours (et jusqu’à aujourd’hui) la même structure aux contacts entre les cultures. Une subversion bien cachée puisque cette participation a longtemps échappé à l’attention de la critique, ou du moins qu’elle n’a pas été discutée. Associée à la technique du close reading, l’approche en termes d’analyse du discours proposée par les postcolonial studies peut ici mener à des découvertes heuristiques. La représentation coloniale du monde est sous-tendue par une structure a priori, qui est une structure d’inégalité, de disproportion, d’asymétrie, de hiérarchisation des genres. On retrouve cette structure dans la littérature, au-delà de ce qui est thématisé, et donc, justement au niveau des structures esthétiques du texte.

***

32Lire des textes dans cette perspective n’implique cependant pas de les lire de manière normative ou dénonciatrice. En ce sens, une lecture postcoloniale doit précisément être attentive à ne pas retomber dans une lecture « coloniale » de la littérature des époques passées, à ne pas la juger à l’aune de nos propres critères et à ne pas projeter sur elle ces critères, mais à lui reconnaître ses droits y compris dans la rencontre entre les époques (ou, pour employer un vocabulaire herméneutique : entre les horizons). Ici non plus, l’enjeu n’est ni de juger, ni de fusionner, mais de tenter d’appréhender avec précaution une production dans toutes ses facettes, y compris le déploiement de l’implicite. C’est dans cette mesure qu’une lecture postcoloniale peut apporter des éléments décisif à la compréhension du texte dans une perspective esthétique et donc devenir intéressante même pour les études littéraires qui sont concernées surtout par des questions d’ordre esthétique.

  • 46 Gayatri Chakravorty Spivak, Death of a Discipline, New York, Columbia University Press, 2003, p. 7 (...)
  • 47 Ibid., p. 77.

33Ce n’est pas là, bien sûr, la reconfiguration radicale de la littérature comparée que Gayatri Spivak préconise dans Death of a Discipline, mais un élargissement plus prudent qui permet du moins de porter de nouveaux regards sur la littérature (allemande, en l’occurrence) à partir non pas de l’extérieur, mais de l’intérieur ; mais qui peut aussi rendre inquiétante et étrangère la littérature, sur laquelle on pensait tout savoir. Même sans s’allier aux area studies, la littérature comparée postcoloniale réalise donc bien ce que Spivak appelle « planétarisation » (par opposition à globalisation), en rendant notre chez-nous étranger et inquiétant : « notre effort pour montrer comment la planétarité rend notre chez-nous unheimlich ou étrange »46 ; « la relation Heimlich/Unheimlich est en effet, sur le plan formel, la défamiliarisation d’un espace familier »47. Le paysage bien connu de la littérature allemande du XIXe siècle dont on a toujours pensé que l’étranger, l’Autre extra-européen et même le colonial n’y jouait aucun rôle, ne se présente plus de la même manière. Et à mes yeux, ce n’est pas rien.

Notes

1 María do Mar Castro Varela, Nikita Dhawan, Postkoloniale Theorie. Eine kritische Einführung, Bielefeld, Transcript, 2005, p. 46

2 Edward W. Said, Orientalism. 25th anniversary edition with a new preface by the author, New York, Vintage, 2003.

3 Gabriele Dürbeck, Stereotype Paradiese. Ozeanismus in der deutschen Südseeliteratur 1815-1914, Tübingen, Niemeyer, 2007.

4 Edward W. Said, Culture and Imperialism, Londres, Vintage, 1994, p. XII.

5 Ibid., p. 12.

6 Ibid., p. 49.

7 Ibid., p. 50.

8 Ibid., p. 51.

9 Ibid., p. 51.

10 Ibid., p. 52.

11 Ibid., p. 59.

12 Ibid.

13 Ibid., p. 60.

14 Ibid., p. 71.

15 Ibid., p. 78.

16 Doris Bachmann-Medick, Cultural Turns. Neuorientierungen in den Kulturwissenschaften, Reinbek, Rowohlt, 2007 (2e édition), p. 209.

17 Pour une analyse plus détaillée sur ce sujet, voir Axel Dunker, Kontrapunktische Lektüren. Koloniale Strukturen in der deutschsprachigen Literatur des 19. Jahrhunderts, Munich, Fink, 2008, pp. 129-149

18 Wilhelm Raabe, Stopfkuchen. Eine See-und Mordgeschichte, Stuttgart, Reclam, 1998, p. 195.

19 Ibid., pp. 104 et 55.

20 Ibid., p. 134.

21 Ibid., p. 16.

22 Philip J. Brewster, « Onkel Ketschwayo in Neuteutoburg. Zeitgeschichtliche Anspielungen in Raabes Stopfkuchen », Jahrbuch der Raabe Gesellschaft, 1983, pp. 96-118, ici p. 103.

23 Ibid., p. 106

24 Julia Hell, « Wilhelm Raabes Stopfkuchen : Der ungleichzeitige Bürger », Jahrbuch der Raabe Gesellschaft, 1992, pp. 165-193, ici p. 189.

25 Said, Culture and Imperialism, op. cit., p. 40.

26 Ibid., p. 115.

27 Heinrich von Kleist, Sämtliche Werke und Briefe in vier Bänden, éd. par Ilse-Marie Barth, Klaus Müller-Salget, Stefan Ormanns et Hinrich C. Seeba, vol. 3. Erzählungen Anekdoten Gedichte Schriften, éd. par Klaus Müller-Salget, Francfort-sur-le-Main, Deutscher Klassiker Verlag, 1990, p. 222.

28 Hans Jakob Werlen est du même avis : « La gratitude que le narrateur attendait de la part de Congo Hoango reflète la manière particulière dont le colonialisme européen se comprend lui-même : la relation père-enfants entre les maîtres blancs et les esclaves noirs » (Hans Jakob Werlen, « Seduction and Betrayal : Race and Gender in Kleist’s Die Verlobung in St. Domingo », Monatshefte 84/1, 1992, pp. 459-471, ici p. 461).

29 Kleist, op. cit., p. 222.

30 Richard Ligon, A True and Exact History of the Island of Barbadoes, 1673, édité et annoté par J. Edward Hutson, St. Michael, La Barbade, Barbados National Trust, 2000, p. 47. Cité d’après Maaja A. Stewart, Domestic Realities and Imperial Fictions. Jane Austen’s Novels in Eighteenth-Century Contexts, Athènes, Londres, University of Georgia Press, 1993, p. 106.

31 Stewart, op. cit., p. 107.

32 À ce sujet voir Sigrid Weigel, « Der Körper am Kreuzpunkt von Liebesgeschichte und Rassendiskurs in Heinrich von Kleists Erzählung Die Verlobung in St. Domingo », Kleist-Jahrbuch, 1991, pp. 202-217.

33 Kleist, op. cit., p. 233.

34 Stewart, op. cit., p. 110.

35 Ibid., pp. 106-109.

36 Robert Louis Stevenson, Der gefährliche Archipel. In der Südsee I, traduit de l’anglais par Marguerite Thesin, Zurich, Diogenes, 1986, p. 59.

37 Jeter, op. cit., p. 138.

38 Said, Culture and Imperialism, op. cit., p. xv.

39 Ibid.

40 Ibn Warraq, Defending the West. A Critique of Edward Said’s Orientalism, Amherst, New York, Prometheus Books, 2007.

41 Ibid., p. 391.

42 Said, Culture and Imperialism, op. cit., p. 79.

43 Paul Michael Lützeler (éd.), Der postkoloniale Blick. Deutsche Schriftsteller berichten aus der Dritten Welt, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1997 ; ibid ., Schriftsteller und « Dritte Welt ». Studien zum postkolonialen Blick, Tübingen, Stauffenburg, 1998.

44 Judith Ryan, « The Chinese Ghost. Colonialism and Subaltern Speech in Fontane’s Effi Briest », in William S. Donahue, Scott Denham (éds.), History and Literature. Essays in Honor of Karl S. Guthke, Tubingen, Stauffenburg, 2000, pp. 367-384, ici p. 383.

45 « La meilleure des subversions ne consiste-t-elle pas à défigurer les codes, plutôt qu’à les détruire ? » (Roland Barthes, Sade, Fourier, Loyola, Paris, Seuil, 1971).

46 Gayatri Chakravorty Spivak, Death of a Discipline, New York, Columbia University Press, 2003, p. 74.

47 Ibid., p. 77.

Auteur

Professeur d’histoire littéraire contemporaine et de théorie littéraire à l’université de Brême. Kontrapunktische Lektüren. Koloniale Strukturen in der deutschsprachigen Literatur des 19. Jahrhunderts, Munich, Fink, 2008 ; (éd.) (Post-) Kolonialismus und Deutsche Literatur. Impulse der angloamerikanischen Literatur-und Kulturtheorie, Bielefeld, Aisthesis Verlag, 2005 ; (éd. avec G. Dürbeck) Postkoloniale Germanistik. Bestandsaufnahme, theoretische Perspektiven, Lektüren, Bielefeld, Aisthesis, 2014.

© Demopolis, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540