Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Théories intercontinentales

 | 
Pascale Rabault-Feuerhahn

Première partie. Edward Said ou les racines d'une entreprise comparatiste

3. Un humanisme nomade

Edward Said et la philologie allemande

Pascale Rabault-Feuerhahn

Texte intégral

1Dans son analyse des structures de pouvoir impérialistes qui soustendent l’orientalisme, Edward Said se concentre sur la France, la Grande-Bretagne et les États-Unis. Il ne parle pas de l’Allemagne, qui fut pourtant tout au long du XIXe siècle un haut lieu des études orientales : c’est incontestablement outre-Rhin que les chaires de langues et littératures orientales étaient les plus nombreuses du monde occidental.

  • 1 Pour une présentation et une analyse de ces débats qui restent très vifs, voir Pascale Rabault-Feu (...)

2Pourquoi alors ce silence ? Le fait que l’Allemagne n’ait eu que tardivement des colonies semble une explication un peu courte : prendre les réalisations allemandes en considération aurait justement permis de complexifier l’analyse. Dans le cadre des recherches de plus en plus nombreuses qui ont été consacrées à l’histoire des études orientales allemandes depuis les années 1990, de grandes discussions ont eu lieu pour savoir si l’orientalisme allemand pouvait ou non être interprété en lien avec le concept d’« orientalisme » défini par Said. Pour certains, l’orientalisme allemand incarne une érudition réellement désintéressée, non asservie à des objectifs colonialistes. Said l’aurait commodément écarté parce qu’il invalidait sa thèse monolithique du caractère impérialiste des discours orientalistes. Pour d’autres au contraire, le cas allemand n’est pas irréductiblement singulier et il s’agit de montrer comment il se rattache au cas général décrit par Said. La thèse est alors que les savants allemands auraient tenté de maîtriser par l’érudition des territoires qui leur échappaient sur le plan pratique. Les études indiennes et indo-européennes (indogermanisch en allemand) en seraient l’illustration paroxystique. Le concept d’« aryen » emprunté au sanskrit arya aurait servi de levier pour une « colonisation intérieure » : de l’Allemagne vis-à-vis des autres pays européens et, en Allemagne même, des non-Juifs vis-à-vis des Juifs1.

  • 2 Edward W. Said, Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, Paris, Seuil, 2005, p. 33.

3En fait, ces deux réactions opposées reflètent une ambivalence fondamentale dans la manière dont Said a lui-même caractérisé les travaux allemands dans différents textes. Il reconnaît parfois que l’orientalisme allemand aurait pu ou dû trouver sa place dans son livre, parce qu’il constituait nécessairement, au même titre que les orientalismes français et britannique, une « espèce d’autorité sur l’Orient à l’intérieur de la culture occidentale »2. Mais en d’autres occasions, il insiste au contraire sur le fait que l’orientalisme allemand ne saurait être identifié aux projets orientalistes des puissances coloniales :

  • 3 Hassan Arfaoui, Subhi Hadidi, « Entretien avec Edward Said », M. A. R. S. Le Monde Arabe dans la R (...)

J’ai bien précisé que j’étudiais l’orientalisme non pas du point de vue de tout ce qui avait été écrit sur l’Orient, mais seulement du point de vue des puissances qui avaient des intérêts coloniaux au Moyen-Orient : la France, la Grande-Bretagne, et les États-Unis après la Seconde Guerre mondiale. On peut étudier l’orientalisme allemand autant qu’on voudra. Mais il s’est simplement trouvé que, de mon point de vue, je ne suis pas intéressé par l’épistémologie de toutes les études orientales, mais par celles qui étaient liées à un projet impérial. La stupidité de ceux qui continuent à utiliser cette critique non pertinente, s’il s’agit d’une critique, me fait penser qu’ils veulent uniquement montrer qu’ils sont intelligents, et qu’ils savent qu’il y avait quelques ouvrages allemands sur l’Orient.3

  • 4 Said, Orientalisme, op. cit., p. 32.

4Dans l’introduction d’Orientalism, Said exonérait la philologie orientaliste allemande des plus lourdes accusations d’impérialisme en avançant que « l’Orient allemand était presque exclusivement un Orient érudit, ou du moins classique […] L’œuvre de l’érudition allemande a été de raffiner et de perfectionner des techniques s’appliquant à des textes, à des mythes, à des idées et à des langues recueillis presque littéralement en Orient par l’Angleterre et la France impériales. »4

  • 5 Goethe s’inspira des traductions de Hafez de Chiraz réalisées par Joseph von Hammer Purgstall. L’o (...)

5La position de Said concernant l’orientalisme allemand est donc loin d’être claire et l’on sent pointer, à peine dissimulée, une réelle forme de respect pour ses accomplissements philologiques. West-Eastern Divan Orchestra (Orchestre du Divan occidental-oriental), le nom choisi pour l’orchestre symphonique israélo-arabe fondé à son initiative et celle de Daniel Barenboïm pour promouvoir la paix entre Juifs et Arabes au Proche-Orient, apparaît comme un symbole éclatant de cette révérence. Composé de poèmes inspirés par la littérature persane, le West-östlicher Diwan (1819-1827) de Goethe qui a donné son nom à l’orchestre fait le pont entre érudition orientaliste et littérature, et fut à l’origine de la vocation de bien des orientalistes allemands.5

  • 6 Maire Said, Edward Said, Introduction à « Erich Auerbach, Philology and Weltliteratur », The Cente (...)

6Ces louanges des mérites méthodologiques de l’orientalisme allemand sont tout sauf anodines. Elles rappellent que Said, professeur de littérature, se concevait lui-même comme philologue. Les méthodes d’exploration des textes non seulement l’intéressaient au titre d’objets de son analyse critique, mais aussi l’interpellaient quant à sa propre pratique d’analyse textuelle. Le respect qu’il exprime pour le travail des orientalistes allemands n’est rien encore en comparaison de l’admiration qu’il voue à la philologie allemande dans son ensemble. Dès 1969, dans l’introduction qu’il écrit avec sa première femme, Maire Said, à leur traduction de « Philologie der Weltliteratur » d’Erich Auerbach, il emploie l’expression de « tradition générale de la philologie allemande »6. Il n’aura de cesse d’ériger cette « tradition » en modèle interprétatif et persistera à voir dans Auerbach le savant emblématique de cette tradition.

  • 7 Edward W. Said, « Preface (2003) », in Orientalisme, op cit., pp. I-IX. La traduction française de (...)

7En convoquant Erich Auerbach, Said fait preuve vis-à-vis de la philologie allemande d’une attitude tout aussi ambiguë que celle qu’il adopte vis-à-vis de l’orientalisme allemand. La figure d’Auerbach est indissociable de son grand œuvre, la Mimésis, monument de l’érudition romaniste et surtout de la littérature comparée, dont Said est pourtant bien obligé d’admettre qu’elle n’échappe pas totalement à l’eurocentrisme qu’il condamne si vivement. Qu’il revienne malgré tout sans cesse à ce modèle est donc suffisamment intrigant pour que l’on cherche à comprendre ce qui liait si profondément Said à l’Allemagne. Prenant le contrepied de l’image souvent austère et poussiéreuse de la pratique philologique, Said affirme avec un certain militantisme : « Pour les jeunes de la génération actuelle, la philologie évoque une science aussi antique que surannée, alors qu’elle est la plus fondamentale et la plus créative des méthodes d’interprétation »7. Palestinien d’origine ayant reçu son éducation dans des écoles coloniales de différents pays du Moyen-Orient avant de faire sa carrière aux États-Unis, il incarne pourtant un ambassadeur inattendu de cette vieille tradition allemande. Said n’est certes, et de loin, pas le seul représentant des études postcoloniales à puiser dans un réservoir théorique typiquement occidental. Mais le paradoxe prend ici un relief supplémentaire du fait que ses autres références majeures sont des philosophes de la veine de Foucault, peu compatibles a priori avec la tradition philologique allemande qu’il célèbre.

8On pourrait s’en tenir à ne voir là qu’une manifestation des approximations et du patchwork théorique dont Orientalism souffre à divers niveaux. Donner consistance à une tradition savante à partir d’un panthéon personnel et combiner cette référence à d’autres d’un tout autre tonneau, cela révèle bien un défaut de méthode philologico-historique.

9Au lieu de chercher à élucider ces paradoxes, l’honnêteté intellectuelle exige de les maintenir pour ne pas lisser l’œuvre de Said. Toutefois, comme le montre déjà le parallèle que je viens d’esquisser entre son appréciation de la philologie allemande en tant qu’objet de l’étude et méthode pour l’étude, les différents éléments de sa réflexion sont profondément reliés les uns aux autres. Préserver les tensions inhérentes à l’œuvre de Said, c’est donc aussi se donner les moyens d’explorer les différents étages de sa pensée et d’en restituer les articulations.

  • 8 Edward W. Said, Beginnings : Intention and Method, New York, Basic Books, 1975 ; The World, the Te (...)
  • 9 Je ne développerai pas ici l’ensemble des références théoriques de Said (par exemple sa lecture de (...)

10En France, on a eu tendance à se concentrer sur Orientalism (1978). Mais il ne faut pas perdre de vue que Said est aussi l’auteur d’une vaste œuvre théorique avec des ouvrages comme Beginnings (1975), The World, the Text and the Critic (1983), Culture and Imperialism (1993), ou encore Humanism and Democratic Criticism (2003) et que le projet mis en œuvre dans Orientalism ne peut être compris indépendamment de cet entourage théorique8. En effet – et c’est là un autre de ses leitmotives – Said ne conçoit pas de travail scientifique déconnecté des enjeux éthiques, sociaux et politiques du monde qui l’entoure. S’il qualifie sa propre démarche d’« humaniste », il reste persuadé qu’elle ne pourra honorer ce titre qu’en ne s’isolant pas dans une tour d’ivoire du pur esthétique ou du pur littéraire – si tant est que ces derniers existent – mais en assumant pleinement l’ancrage et les implications proprement politiques des textes étudiés. Pourquoi et comment Said envisage-t-il la philologie allemande en général, et sa tradition de littérature comparée en particulier, comme le trait d’union permettant de réconcilier humanisme et engagement citoyen ?9

Le projet de l’humanisme10

  • 10 Au cours des dernières années, l’humanisme de Said a fait l’objet de travaux en nombre conséquent (...)
  • 11 Said, « Préface (2003) », in Orientalisme, op. cit, pp. i-ii.
  • 12 Edward W. Said, Humanisme et démocratie, Paris, Fayard, 2005, p. 30. Publié en anglais juste avant (...)

11Polémique, l’œuvre de Said l’est très certainement quand il lance des attaques frontales dans le but très clair de provoquer des réactions, quand il opère des démonstrations souvent forcées, comme dans Orientalism, ou encore quand il met un point d’honneur à répondre à ses détracteurs. Mais elle est surtout une œuvre écrite « en réaction à », motivée par des événements précis : la guerre du Liban pour Orientalism, puis la seconde intifada, les attentats suicides, le 11 septembre, la guerre en Afghanistan, en Irak11, les transformations de l’économie mondiale et le nouveau paysage culturel12.

  • 13 Said, Orientalisme, op. cit., p. 40.
  • 14 Said, « Préface (2003) », in ibid., p. III.

12Plus précisément, Said entend réagir à la manière dont ces événements sont traités en Occident. Ses cibles sont explicites : les théories du type « choc des civilisations » sont les plus visées car leurs promoteurs pensent qu’elles donnent la clé des conflits actuels, tandis que pour Said, c’est plutôt la formulation de telles théories qui mène à la guerre. À ses yeux, leurs antécédents sont à chercher dans les area studies développées sous l’effet de la guerre froide13. Mais elles ont trouvé leur forme paroxystique sous la plume de ceux qu’il appelle les « experts », c’est-à-dire les intellectuels (chercheurs et médias) qui mettent leur pensée au service du Pentagone et du conseil national de Sécurité américain, « trahissant » ainsi « leur vocation de chercheurs »14.

  • 15 Said, Orientalisme, op. cit., pp. 21-22, 24.
  • 16 Said, Humanisme et démocratie, op. cit., p. 42.
  • 17 Ibid., p. 51.
  • 18 Ibid., p. 39.

13Said n’en conclut pas pour autant que les intellectuels et les écrivains doivent renoncer à leur lien au monde. Il s’agit bien plutôt de repenser les formes de l’engagement, en le faisant repasser du domaine de l’expertise à celui de l’exercice de la raison critique. Le danger le plus grand naît selon lui lorsque les intellectuels (il pense plus particulièrement aux universitaires) ignorent la dimension nécessairement politique des humanités. Ils ne sont en effet pas toujours lucides sur le fait que leur identité culturelle, géographique et sociale conditionne toujours leur rapport au monde15. Surtout, quand ils assistent à l’apparition de nouveaux courants de pensée qui viennent remettre en cause les repères anciens, certains se replient sur le passé censé incarner les vraies valeurs. Selon Said, l’émergence du postcolonialisme, des études ethnologiques, culturelles, féministes, etc., dans les années 1960 ont ainsi provoqué en retour aux États-Unis la résurgence d’une version réactionnaire de l’humanisme16, qui se manifeste par un « excès d’humanisme », c’est-à-dire une valorisation extrême du canon ancien des œuvres occidentales ; une attitude réactivée avec le 11 septembre17. Par un effet en chaîne, cet humanisme de repli discrédite l’humanisme tout court18. Approprié par une élite, écartant tout ce qui est étranger au canon reconnu, il est désormais synonyme d’exclusion.

  • 19 Ibid., p. 79.
  • 20 Ibid., p. 52 ; Edward W. Said, Culture and Imperialism, New York, Vintage Books, 1993, p. 58.

14Par contraste avec ce tableau des formes « négatives » de l’humanisme, Said estime que l’humanisme véritable ne peut se définir que par l’action – et non par la recherche de ce que seraient des qualités intrinsèquement humanistes, car l’on retomberait sinon dans l’essentialisme. Sa réflexion se veut donc « une méditation approfondie sur les possibilités concrètes de l’humanisme comme pratique durable et non comme propriété ». Said souligne également que l’humanisme ne peut se déployer pleinement qu’à l’échelle individuelle. Envisagé sur un plan collectif (par exemple en tant que revendication nationaliste), il comporte toujours un risque de dérive xénophobe19 et, de toute façon, aucune communauté ne peut prétendre représenter une réalité historique exclusive ni, donc, être plus dépositaire de l’humanisme que les autres. En effet, « nous sommes tous du même monde », et cela est encore plus vrai pour la société américaine, née dans l’hybridité culturelle20.

  • 21 « L’humanisme se nourrit de l’initiative individuelle et de l’intuition personnelle, et non d’idée (...)
  • 22 Said, Humanisme et démocratie, op. cit., p. 55.
  • 23 Ibid., p. 105.

15Toutes ces préventions envers les tentations de définir l’humanisme n’empêchent pas Said d’indiquer en quoi consiste l’attitude humaniste. Il s’agit d’abord de mobiliser des capacités individuelles d’interprétation contre le discours idéologique dominant et simplificateur21. Il faut ensuite parvenir à envisager l’intégration de ce qui est nouveau (y compris les cultures qui veulent faire entendre leur voix) non comme un danger, mais comme une chance22. Enfin, un troisième impératif exige de ne pas considérer l’humanisme comme un ornement, mais comme une partie intégrante du monde.23 Distance critique, ouverture d’esprit et engagement existentiel sont donc les composantes axiomatiques de l’humanisme selon Said.

  • 24 Pour une analyse critique du « retour contemporain à la philologie », voir Geoffrey Galt Harpham, (...)

16On entrevoit comment la philologie a pu apparaître à Said comme le lieu par excellence de la mise en œuvre d’un humanisme défini par l’action et la mobilisation des capacités individuelles de raisonnement. Promouvant l’approche de détail contre les vues globalisantes, elle permet une prise de distance critique. Requérant en outre une connaissance linguistique et culturelle réelle des objets sur lesquels elle se penche, elle limite le risque que la critique dérive en idéologie. Dans le même temps, on ne peut pas s’empêcher de penser que la charge sévère que Said mène contre les universitaires américains fait peser un soupçon sérieux sur le bien-fondé du recours à la philologie : après tout, l’humanisme réactionnaire qu’il dénonce ne prétend-il pas s’appuyer sur la lecture philologique d’œuvres canoniques ? Ce que propose Said relève donc d’une œuvre de reconquête : il s’agit ni plus, ni moins, de revenir à l’humanisme véritable en renouant avec une pratique philologique digne de ce nom – et c’est précisément là qu’intervient la référence allemande24.

La philologie allemande et l’unité de l’humanité

  • 25 Said, Orientalisme, op. cit., p. 289-292.

17La mobilisation de la « tradition de la philologie allemande » est proprement frappante d’une œuvre de Said à l’autre, y compris dans Orientalism25. Said la présente comme la source véritable de sa formation :

  • 26 Said, « Preface (2003) », op. cit., pp. V-VI.

Humaniste œuvrant dans le domaine de la littérature, je suis assez vieux pour avoir reçu, il y a quarante ans, un enseignement en littérature comparée dont les idées fondatrices remontent à l’Allemagne de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècle.26

  • 27 L’insistance sur l’appartenance régionale de Vico est aussi, pour Said, une manière de ne pas lui (...)
  • 28 Dans l’introduction à « Philology and Weltliteratur », Maire et Edward Said citent d’abord Goethe, (...)

18Quels sont précisément les auteurs qui reviennent sous sa plume ? Said en donne la liste : Johann Gottfried Herder, Friedrich August Wolf, Wolfgang von Goethe, Wilhelm von Humboldt, Wilhelm Dilthey, Friedrich Nietzsche, Hans-Georg Gadamer, Erich Auerbach, Leo Spitzer, Ernst Robert Curtius, Karl Vossler, auxquels il ajoute le « napolitain » Vico27 érigé en précurseur de ces penseurs allemands, ainsi que Benedetto Croce et Antonio Gramsci. Ce panthéon que Said revendique dès la fin des années 1960 se retrouve jusque dans ses ultimes textes, datés de 2003. Il est à géométrie variable : certains noms y entrent, d’autres en sortent pour y revenir une fois suivante28.

  • 29 Maire et Edward Said, Introduction, art. cit, p. 1 (« German Romance philology »).
  • 30 Toujours dans leur Introduction, Maire et Edward Said insistaient déjà sur le lien de cette philol (...)
  • 31 Maire et Edward Said, Introduction, art. cit., p. 1.

19Plusieurs constantes se dégagent néanmoins. La première est que le caractère allemand de ce panthéon est régulièrement rappelé ; le fait que dans le même souffle il cite Croce, voire Gramsci n’a manifestement pas d’incidence sur cette désignation. La deuxième est la prééminence frappante, au sein de ce panthéon, de la « philologie romaniste allemande »29 et en particulier de l’école idéaliste promue par Karl Vossler30. De quoi s’agit-il ? Dans un opuscule de 1904, Positivismus und Idealismus in der Sprachwissenschaft, Vossler avait rejeté le positivisme linguistique des néogrammairiens. Contre eux, il reprenait la définition humboldtienne de la langue comme energeia et envisageait les réalités linguistiques et littéraires comme les productions d’un esprit conçu de façon idéaliste. La troisième constante du panthéon de Said réside dans l’importance qu’il accorde à l’histoire. La philologie qu’il convoque a une forte dimension historique. Cela vaut bien sûr de la Mimésis d’Auerbach, qui veut embrasser les périodes successives des littératures romanes, mais aussi de la plupart des auteurs qu’il cite. Dans l’introduction à la traduction de « Philologie der Weltliteratur », Said évoque expressément le rôle joué par la tradition philologique allemande dans le développement de l’historicisme31.

20L’ensemble n’est donc pas aussi hasardeux que ne le laissait supposer l’alignement de grands noms empruntés à des périodes diverses. Le lien est à la fois subjectif et objectif. Il provient d’abord de la représentation que Said se fait d’une véritable chaîne ou même d’une généalogie intellectuelle qui relierait ces noms les uns aux autres. Mais il découle surtout des relations tangibles existant entre ces auteurs : ainsi Wolf et Humboldt, qui étaient très proches, incarnent les racines du néohumanisme allemand, Herder et Nietzsche peuvent être vus comme deux faces de l’historicisme allemand, Dilthey se situe dans la lignée de l’idéalisme humboldtien, Croce et Vossler ont entretenu une dense correspondance et se revendiquent de Humboldt, Gramsci est perçu par Said comme la version vichienne et crocéenne du marxisme, Auerbach a succédé à Spitzer à la chaire de « philologie ouest-européenne » à l’université d’Istanbul et fut le traducteur de la Science nouvelle de Vico etc.

  • 32 Said, Humanisme et démocratie, op. cit., p. 168.

21La liste mentionnée met en évidence une familiarité réelle de Said avec l’histoire de la pensée allemande. En s’intéressant à des romanistes (Vossler, Spitzer, Auerbach, Curtius), il pointe une discipline dans laquelle les philologues allemands eurent un rôle pionnier, dès le XIXe siècle. Ce que relève Said dans la romanistique allemande, c’est surtout une attitude foncièrement « accueillante et hospitalière »32 car, vu d’Allemagne, valoriser la tradition des pays latins voisins n’avait rien d’une évidence. Même si cette ouverture n’excédait pas les frontières de la culture européenne, elle représentait déjà un pas vers l’élargissement de l’humanisme, puisqu’elle dépassait la seule valorisation des qualités nationales allemandes. À travers les études romanes dont il inscrit les représentants dans une ligne de pensée remontant à Nietzsche et même Herder, Said valorise donc la tradition philologique allemande comme un exemple de l’humanisme ouvert qu’il souhaite promouvoir.

  • 33 Said, Culture and Imperialism, op. cit., pp. 44-45.
  • 34 Ibid., p. 45. Pour une lecture beaucoup plus critique de la romanistique allemande, voir Michael N (...)

22Dans la représentation commune, cette tradition est pourtant accusée de sombrer dans le relativisme culturel ou, pire, dans la hiérarchisation des peuples, notamment via la notion de Volksgeist (esprit du peuple) et la fortune qu’elle a connue à la suite de Herder. Conscient de cette difficulté, Said tente de la résoudre en dissociant la philologie allemande de courants nationalistes qui, selon lui se seraient développés par ailleurs en Allemagne33. Il se sert de la métaphore musicale pour expliquer que, de Vico aux Schlegel en passant par Herder et Rousseau, se serait mis en place un courant de pensée humaniste profondément lié à l’émergence de l’anthropologie profane. Ce courant serait parvenu à penser « le tout symphonique » que représente l’humanité. Certes, dans sa rencontre avec le nationalisme en plein essor au XIXe siècle, il aurait contribué à alimenter un eurocentrisme extrême : en célébrant l’humanité, les penseurs européens saluaient en fait les idées et les valeurs qu’ils attribuaient à leur propre culture. Au XXe siècle encore, Curtius et Auerbach eux-mêmes s’intéressent peu ou pas aux littératures extraeuropéennes ; néanmoins, ni eux, ni leurs « ancêtres intellectuels » dans l’Allemagne pré-impériale ne peuvent être identifiés au courant nationaliste car ils défendaient, estime Said, une vision « plus généreuse » de la culture et s’intéressaient avant tout au « concert des peuples et des esprits qui transcendait le domaine politique mesquin de la bureaucratie, des armées, des barrières douanières et de la xénophobie »34.

  • 35 Said, « Préface (2003) », in Orientalisme, op. cit., p. VI.
  • 36 Ibid., pp. VI-VII.

23Comme outils caractéristiques de la philologie allemande, Said identifie principalement : premièrement, une connaissance intime des langues et de l’histoire35 ; deuxièmement, une capacité, résumée dans la notion d’Einfühlung, à comprendre les cultures étrangères à partir d’elles-mêmes, dans un esprit d’hospitalité qui s’oppose en tout point à une attitude distante et hostile – ou, pour le dire autrement, une aptitude à « pénétrer de manière subjective et empathique dans la matière vivante du texte à partir de la perspective de son temps et de son auteur »36 ; troisièmement et en dernier lieu, un effort, subsumé par Goethe sous le terme de Weltliteratur, pour appréhender les littératures du monde entier comme un tout sans pour autant perdre de vue leur individualité. Au bout du compte, Said considère qu’il s’agit d’une approche « concrète, sensible et intuitive » – toutes caractéristiques qui s’opposent donc point pour point aux dérives de l’humanisme dans sa version nord-américaine.

  • 37 Said, Humanisme et démocratie, op. cit., p. 36.

24« Critiquer l’humanisme au nom de l’humanisme »37, tel est bien l’objectif affiché par Said allant puiser aux sources allemandes. Perspective stimulante que celle d’une œuvre portée par un véritable souffle, par une vision personnelle et politique qui ne se démentira pas. Mais la référence allemande revendiquée évoque d’emblée une série de problèmes. Il y a, déjà, le fait que Said brandisse le panthéon qu’il construit non pas seulement comme une proposition méthodologique, mais comme l’incarnation de l’humanisme authentique : dès lors, entre en jeu la question de la fidélité à une tradition qui est pourtant elle-même l’effet d’une construction a posteriori et dont la mesure du caractère authentique est forcément subjective. On a, ensuite, reproché à Said de retomber de Charybde en Scylla en se référant toujours à un modèle occidental comme clé d’entrée pour aborder les cultures autres. Face à cette objection, Said fut amené à affirmer sa conviction que l’humanisme ne saurait être l’apanage d’une nation particulière – il ne peut, au contraire, commencer à exister que lorsqu’on prend acte de son caractère universel ; ce qui l’amena à relativiser la position absolue de la philologie allemande en rappelant ses équivalents dans d’autres cultures : ijtihad et ta’wil du monde musulman, tradition exégétique judaïque, ou encore œuvre vichienne.

  • 38 Ibid., pp. 99-100.

25En effectuant de tels rapprochements méthodologiques, Said poursuivait toujours son but de lutter contre le schéma du « nous contre eux », de rappeler l’unité de l’humanité et de renouer avec la mission humaniste consistant à fournir des modes de coexistence harmonieux38. Le crédit profond qu’il accordait à la notion goethéenne de Weltliteratur et à son projet de faire droit à la polyphonie des nations explique qu’il ait considéré la littérature comparée comme le lieu par excellence de réalisation de cet objectif et qu’il ait identifié la philologie humaniste à la pratique comparatiste.

  • 39 Said, « Préface (2003) », in Orientalism, op. cit., p. IX.

26N’y a-t-il pas là une nouvelle difficulté ? Les ouvrages comparatistes de Said comme Culture and Imperialism ou Orientalism ont davantage suscité de polémiques qu’ils n’ont eu d’effet réconciliateur. En outre, lorsque Said annonce que « loin d’un choc des civilisations préfabriqué, nous devons nous concentrer sur un lent travail en commun de cultures qui se chevauchent »39, ou bien encore lorsqu’il souligne l’hybridité culturelle, il évoque des situations qui semblent appeler une analyse en termes de circulations, de métissages ou de transferts, tandis que la comparaison, même lorsqu’elle tend à mettre en évidence des points communs ou des universaux, garde un point de départ contrastif. S’inscrire dans la tradition goethéenne de la Weltliteratur permet-il vraiment de faire émerger la dimension transnationale du littéraire, et quels sont les outils concrets à mettre en œuvre pour ce faire ? Répondre à cette question conduit à revenir sur le rapport que l’œuvre de Said entretient à celle d’Erich Auerbach, car c’est bien à ce philologue allemand émigré aux États-Unis que Said se réfère dès lors qu’il s’agit de montrer la fécondité de la littérature comparée pour l’objectif humaniste qu’il s’est fixé.

La littérature comparée comme parangon philologique

  • 40 Parmi ces travaux très utiles, voir Aamir R. Mufti, « Auerbach in Istanbul : Edward Said, Secular (...)
  • 41 Edward W. Said, Reflections on Exile and Other Essays, Cambridge, Harvard University Press, 2000, (...)
  • 42 Said, Humanisme et démocratie, op. cit., pp. 155-156.

27Dans l’œuvre de Said, le nom d’Auerbach apparaît comme une figure tutélaire, voire identificatoire, au point que Said est rarement évoqué sans référence à sa figure tutélaire, et que les monographies consacrées à Auerbach se dispensent désormais rarement d’un ou plusieurs chapitres sur sa reprise par Said40. Said le présente comme le véritable initiateur de son œuvre : c’est en traduisant avec sa première épouse, Maire Said, le célèbre essai Philologie der Weltliteratur qu’il aurait franchi un cap et réussi à donner sens à son travail critique en découvrant « tout un système de correspondances entre histoire et littérature »41. Mais l’importance d’Auerbach ne se limite pas à cette impulsion initiale, elle reste séminale pour l’ensemble du parcours de Said, qui présente la Mimésis comme « la meilleure œuvre humaniste [qu’il] connaisse », « un modèle de pratique humaniste à son plus haut niveau »42.

  • 43 Maire et Edward Said, « Philology and Weltliteratur » art. cit, p. 1.
  • 44 Ibid., p. 1.
  • 45 C’est l’hypothèse stimulante proposée par Jérôme David dans Spectres de Goethe : les métamorphoses (...)

28Au-delà de ces déclarations emphatiques, Said expose les raisons de cet attachement intellectuel. À travers Auerbach, c’est toute la tradition philologique allemande tant admirée qu’il pense retrouver. Dans l’introduction à la traduction de « Philologie der Weltliteratur », il explique avoir fait le choix de garder intraduit le terme allemand de Weltliteratur au motif qu’il y aurait « des traditions assez uniques derrière [ce terme] »43. L’expression véhiculerait non seulement l’idée de concert des littératures du monde, mais aussi une définition dialectique et profondément historique de l’homme, par opposition à la vision statique défendue par la philosophie. Ce choix manifestait probablement une hostilité envers les « collection(s) sélective(s) de classiques mondiaux ou de grands livres »44 et visait probablement des anthologies du type de la Norton Anthology of World Masterpieces45.

  • 46 Said, Orientalisme, op. cit., p. 28.

29Said s’est intéressé de près aux outils utilisés par Auerbach. La méthode du choix aléatoire des textes le séduit tout particulièrement. Fondée sur la notion de Ansatzpunkt ou point de départ, elle consiste à sélectionner des extraits pour les soumettre à des études de détail, mais sans jamais perdre de vue que la partie doit être lue et interprétée pour le tout et que l’étude de détail doit venir nourrir une perspective générale. La lecture de la partie pour le tout explique l’insistance de Said sur l’importance de procéder à « un acte de délimitation par lequel on prélève quelque chose dans une grande masse de matière, par lequel on le sépare de cette masse, par lequel on fait qu’il représente, qu’il soit, un point de départ, un commencement »46. On retrouve cette méthode par exemple dans Culture and Imperialism qui propose, à travers l’étude de textes précis, une théorie du roman basée sur la fonction de l’espace et de la géographie. On remarquera que la manière dont Said inscrit Auerbach dans une tradition allemande plus large tout en en faisant la figure emblématique et subsumante est assez proche de cette recommandation d’envisager la partie pour le tout. Elle en manifeste d’ailleurs autant la dimension érudite et stimulante, que le danger du prisme totalisant.

  • 47 Ibid., p. 25.

30Dans Mimésis, la perspective globale était d’analyser les variations de style et le développement du réalisme comme autant de révélateurs des tensions parcourant la civilisation occidentale. C’est dans le cadre de cette démarche qu’Auerbach, marqué par sa lecture de Vico, entreprend de rétablir le lien entre philologie et histoire ; ce, non seulement dans la mesure où son étude se présente de manière diachronique et couvre une part majeure de l’histoire littéraire européenne : plus fondamentalement, Auerbach estime que les cultures, les époques historiques sont identifiées par le type de relation qu’elles établissent entre deux styles, et que l’étude de ces rapports (stylistiques) révèle les structures sociales de l’époque concernée. Si la Mimésis se présente par bien des aspects comme une célébration de la littérature occidentale, Said considère qu’elle n’en a pas moins un caractère de déconstruction. Ce que Said veut montrer, c’est que la littérature comparée s’est développée de manière parallèle à la géographie impériale et qu’il y a par conséquent une « distribution d’une certaine conception géo-économique dans [les] textes d’esthétique, d’érudition, d’économie, de sociologie, d’histoire et de philologie »47.

  • 48 Said, Culture and Imperialism, op. cit., p. 51.

31Le défi consiste alors à s’opposer au discours universaliste de l’Occident moderne qui entérine le silence du monde colonisé et à remettre en cause la prétention des observateurs occidentaux à occuper une position d’autorité et d’objectivité48. La « lecture en contrepoint » (contrapuntal reading) est, selon lui, le plus sûr moyen d’y parvenir. Ce n’est pas un hasard si Said choisit une métaphore qui relève du domaine musical comme c’était déjà le cas de celle de « concert des nations ». La « lecture en contrepoint » désigne en effet plusieurs démarches complémentaires : faire entendre la voix des dominés pour former un canon ou ensemble de voix harmonieuses, ouvrir les œuvres « canoniques » à l’infinité des relectures, savoir lire les productions de l’Occident sur le fond de leur arrière-plan impérial et reconnaître que les identités se sont forgées dans l’opposition à d’autres identités ; et enfin mettre les textes en relation avec les institutions séculières qui les ont produits.

  • 49 Cette interprétation de l’exil comme isolement a été fortement critiquée par Kader Konuk, East-Wes (...)
  • 50 Cette problématique a été commune à différents exilés allemands sous le nazisme : Auerbach, Spitze (...)
  • 51 Edward W. Said, Réflexions sur l’exil et autres essais, Nîmes, Actes Sud, 2008, p. 255 (ce texte q (...)
  • 52 Edward W. Said, The World, The Text and The Critic, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1 (...)
  • 53 Ibid., p. 8.

32Said présente les travaux d’Auerbach comme une œuvre de l’exil – manière aussi, sans doute, de renforcer l’analogie entre leurs parcours et leurs démarches respectives49. Il insiste à divers endroits sur la situation biographique spécifique d’Auerbach, Juif allemand de Berlin ayant choisi la romanistique, exilé en Turquie pendant la guerre avant de s’installer aux États-Unis ; une situation qui le plaçait toujours à la fois dans et hors de la culture européenne et qui explique qu’il ait pu prendre cette culture pour objet d’étude50. Said salue notamment la capacité d’Auerbach à retourner l’exil en une expérience positive51. La Mimésis se présente en effet, selon lui, comme « une œuvre de survie »52, « une tentative de sauvetage du sens et des significations cueillis à partir des fragments de la modernité au travers desquels, depuis son exil turc, il voyait l’effondrement de l’Europe et de l’Allemagne », autrement dit, une réaffirmation de la culture européenne doublée d’une prise de distance critique par rapport à elle53. Cette attitude n’est pas contradictoire, selon Said. Elle exprime bien plutôt le fait que Auerbach soit passé d’un rapport de filiation (une sorte d’appartenance naturelle) à une relation d’affiliation (de l’ordre de la culture, du choix conscient) avec sa culture d’origine « grâce à l’exercice de sa conscience critique et à son travail d’érudition ».

(Af)filiations

  • 54 Ibid., p. 29. C’est une leçon que Said dit avoir reçue… d’Auerbach lui-même : « Ce travail (d’Auer (...)
  • 55 Said, Culture and Imperialism, op. cit., p. 45.

33Ces deux notions – filiation et affiliation – occupent une place très importante dans la pensée de Said. À ses yeux, la relation d’affiliation représente assurément un gain dans la mesure où elle procède de la mise en œuvre de la rationalité individuelle. Il faut donc tout faire pour éviter qu’elle ne se raidisse et ne redevienne une position dogmatique. Cela vaut pour le rapport à la culture comme pour celui aux modèles théoriques. Reconnaître dans certains penseurs des modèles auxquels on s’affilie ne doit pas conduire à perdre toute distance critique visà-vis d’eux54. Et précisément, Said cesse d’adhérer à Auerbach sur au moins un point : celui d’avoir persisté à placer l’Europe au centre de l’intérêt et en haut de la hiérarchie culturelle et littéraire. Il relève que, dans « Philologie der Weltliteratur », Auerbach ne prend acte des littératures extra-européennes que du bout des lèvres et envisage la prise en compte de ce corpus dans la littérature mondiale plus comme une nécessité imposée par le contexte que comme une évolution souhaitable en soi ; ne risque-t-elle pas de miner le privilège culturel de la Romania55 ?

34L’œuvre du philologue allemand ne constitue pas un modèle au sens où elle devrait être imitée, mais au sens où des notions telles que celles d’Ansatzpunkt, incitant au choix aléatoire du corpus, constituent un tremplin méthodologique vers l’internationalisation de la perspective. Elle demande donc plutôt à être prolongée. Said n’a réalisé que partiellement cet objectif, dans la mesure où ses livres se concentrent toujours très largement sur des œuvres de la tradition occidentale, même si Culture and Imperialism intègre des auteurs comme Salman Rushdie ou Chinua Achebe.

  • 56 Said, Humanisme et démocratie, op. cit., p. 33.
  • 57 Paul Reitter, art. cit., p. 23.
  • 58 Said, The World…, op. cit., p. 242.

35Que Said ait pris acte de la dimension ethnocentrique de l’œuvre d’Auerbach n’a pas toujours été porté à son crédit. Il a ainsi été accusé à plusieurs reprises de duplicité : James Clifford56 lui reprocha de recourir, avec l’humanisme, à une approche qui venait contredire celle, d’avant-garde, pour laquelle il prétendait opter par ailleurs, à savoir Foucault et sa déconstruction des rapports entre savoir et pouvoir ; Aijaz Ahmad le critiqua encore plus durement au motif qu’en persistant à présenter Auerbach comme son modèle privilégié, Said aurait réhabilité implicitement l’occidentalisme et l’européocentrisme qu’il prétendait ouvertement dénoncer lorsqu’il s’appuyait sur Foucault. Il aurait tout à la fois prétendu imiter et dépasser, rallier et critiquer ces deux auteurs, augmentant ainsi la confusion57. Cette interprétation passe toutefois à côté du fait que la liberté prise par Said vis-à-vis de ces deux modèles procède de sa conviction que « la clôture théorique, comme la convention sociale ou le dogme culturel, est un anathème pour la conscience critique »58. Surtout, on a trop souvent lu la prise de position de Said en faveur de la tradition humaniste allemande comme un correctif apporté sur le tard à son œuvre polémique, sans voir que la revendication humaniste traversait et même fondait son œuvre.

  • 59 Edward Said, « Vico, Autodidact and Humanist », The Centennial Review XI/3, été 1967, pp. 336-352.
  • 60 D. Combe, art. cit., p. 131.
  • 61 Ibid., p. 129.
  • 62 La soutenance eut lieu en 1964. La thèse parut en 1966 sous le titre : Joseph Conrad and the Ficti (...)

36L’un des tout premiers articles de Said, publié en 1967, était déjà consacré à Vico59. La traduction de « Philologie der Weltliteratur » paraît deux ans plus tard. Dominique Combe note à raison que dans les années 1990, « la référence à la philologie est […] une exception, un ‘hapax’ dans la constellation des études postcoloniales et ‘culturalistes’, dominées par des références bien plus avant-gardistes (« post-structuralistes », selon l’appréciation en vigueur) »60. Mais la situation dans les années 1960 – à une époque où ces études n’existaient pas – était quelque peu différente. Certes, « le formalisme et le textualisme de l’École de Yale »61 dominaient le champ des études littéraires à l’échelle des États-Unis, mais à Harvard où Said soutint son doctorat sur Joseph Conrad, les choses étaient différentes62.

  • 63 Cette correspondance est conservée à la Houghton Library de l’université de Harvard (Harry Levin P (...)
  • 64 Harry Levin, « Two Romanisten in America : Spitzer and Auerbach », Perspectives in American Histor (...)
  • 65 Levin, « Two Romanisten », art. cit, p. 469.
  • 66 Ibid., p. 479.
  • 67 Ibid., p. 481.
  • 68 Ce dont témoigne sa correspondance entretenue de 1963 à 1991 (Harry Levin Papers, 1920-1995 ; MS A (...)

37Il importe de relever que le directeur de Said n’était autre qu’Harry Levin (1912-1994). Ce dernier, professeur de littérature anglaise et comparée, correspondait dans les années 1950 avec Auerbach63 et avait publié en 1968, soit un an avant la parution de la traduction de « Philologie der Weltliteratur » un article resté fameux sur l’exil de deux « romanistes » aux États-Unis : Leo Spitzer et Erich Auerbach64. Levin y attribuait à Auerbach plusieurs des traits que l’on retrouvera dans le jugement porté par Said sur l’auteur de Mimésis. Il y loue les effets élucidants de l’exil, qui a permis à Auerbach d’avoir une vision unifiée de l’Europe65 ; l’arrivée des philologues exilés a aussi offert aux collègues des États-Unis le moyen de sortir de l’« impasse » du New Criticism et de son mépris pour les « contextes historiques et linguistiques »66. Elle a, surtout, contribué à véritablement asseoir la littérature comparée aux États-Unis, par l’entremise de Leo Spitzer en particulier67. De la même manière que Said après lui, Levin ne traite jamais Auerbach seul, mais l’inscrit dans une lignée qui inclut Vico, Croce, Vossler, Curtius ou encore Spitzer. Said, resté toute sa vie en contact avec son directeur de thèse68, ne faisait donc pas œuvre originale en publiant cette traduction. De façon plus générale, ses éloges répétés de ces auteurs sont une marque de fidélité aux idéaux de son maître.

Les textes et l’histoire

38En fait, si Said était séduit par le poststructuralisme et les travaux de Foucault, c’était surtout pour leur préservation de la perspective historique et pour les instruments qu’ils offraient de déconstruction des mécanismes de pouvoir. Il critiquait en revanche ces courants sur tous les points où ils s’avéraient en porte-à-faux avec l’humanisme traditionnel ; une position qui s’est précisément accentuée avec le temps, Said constatant une véritable dérive du poststructuralisme en particulier et de la philosophie française contemporaine en général à mesure de son implantation aux États-Unis.

  • 69 E. Said, The World, op. cit., p. 236.
  • 70 Le texte « Traveling Theory », de 1982, finissait sur une note sombre, les appropriations de la th (...)
  • 71 Said, Humanisme et démocratie, op. cit., p. 118.

39Dans The World, the Text and the Critic, Said développe sous le terme traveling theory (théorie voyageuse) ce qui rétrospectivement évoque une théorie du transfert culturel et explique que les idées se déplacent, au même titre que les biens ou les personnes, à travers l’espace comme à travers le temps. Ces déplacements suivent immuablement les quatre étapes : point de départ, distance traversée, confrontation au contexte d’accueil, adaptation à ce contexte. Ils sont, en règle général, positifs et ne doivent de toute façon pas être évalués en fonction des transformations qu’ils font subir à la théorie concernée69. Si Said s’en prend toutefois aux modifications qui ont affecté le cœur de la philosophie française lors de son adaptation américaine, c’est parce qu’il y voit l’effet d’une pression idéologique des instances au pouvoir, qui auraient favorisé son institutionnalisation de manière à la rendre davantage contrôlable, à neutraliser son potentiel militant70. Derrida comme Foucault auraient été complices de cette transformation en jouant le jeu de la « canonisation et de la domestication ». Concernant Foucault, cela aurait affecté directement le contenu de ses théories ; une fois « transporté hors de France et implanté dans le travail de ses disciples d’outre-atlantique », sa théorie du pouvoir se serait retournée contre elle-même. Foucault aurait de plus en plus tendu à voir « le pouvoir partout », à considérer que la justice elle-même en est une expression et finalement à ne plus tenir compte du fait que des résistances restent toujours possibles. D’où une déshistoricisation de son travail puisque ces résistances occultées sont précisément ce qui constitue le moteur de l’histoire. Ce reproche est d’autant plus grave que, pour Said, la démarche de résistance comme la démarche historique sont des composantes essentielles de l’humanisme71.

  • 72 Ibid., p. 136.

40L’anti-humanisme supposé de Foucault est donc bien la pierre d’achoppement. Selon Said, la surestimation du pouvoir qui a envahi l’œuvre de Foucault découle de sa concentration exclusive sur les textes, qui l’empêche par exemple de voir les mouvements émergents. Le philosophe français avait beau être un exemple d’« opposition au formalisme anhistorique et asocial », il a été « victime de la dégradation systématique de la théorie » et a sombré dans un textualisme qui se présente comme un mode de lecture… décontextualisant. Il déconnecte la littérature de son environnement de production, et la philologie de ses enjeux citoyens en l’enfermant dans un excès de professionnalisation. Si l’acte de résistance auquel se livrent les humanistes se fonde sur la critique, qui doit toujours tendre à son propre éclaircissement72, la French Theory domestiquée se mue en un discours technocratique et jargonnant. Elle permet d’autant moins au lecteur d’exercer sa responsabilité qu’elle a remplacé la notion de cogito par celle de système – l’individu appartient toujours à un ensemble qui le dépasse – et nié la réalité du texte, censée être illusoire : le texte ne peut donc plus être matière à confrontation.

  • 73 Said, Culture and Imperialism, op. cit., p. 216.
  • 74 Said, Humanisme et démocratie, op. cit., p. 73.
  • 75 Said, The World, op. cit., p. 290.

41Face à cette surprofessionnalisation, à la surspécialisation des savoirs, à la dérive de l’idée d’autonomie esthétique en un pur formalisme73, Said ne voit qu’une solution : « la seule façon réellement utile d’affronter ce nouveau contexte est de revenir à un modèle philologico-interprétatif plus ancien et plus largement fondé que celui qui a prévalu en Amérique à partir de l’introduction des humanités scolaires dans ses universités, il y a cent cinquante ans »74 et qui a encore été alimenté par l’assimilation de la théorie française. On se souvient que Said relie la naissance de la tradition philologique humaniste allemande à la sécularisation de la perspective anthropologique. Se rattachant une fois de plus à cette tradition, il définit sa propre pratique comme une « critique profane » (secular criticism) et l’oppose à la « critique religieuse » dont participerait également la French Theory et surtout le New Criticism des formalistes américains75. En effet, l’oubli de la dimension historique des productions humaines, l’occultation du fait qu’elles sont bien le produit d’individus, même ancrés dans un contexte qui les déterminent, poussent à sacraliser le texte, à faire de la culture une véritable abstraction. Pour contrecarrer ces tendances irrationalistes et simplificatrices, pour cesser de s’abriter derrière des systèmes de croyance plutôt que d’exercer notre conscience critique, Said estime urgent de revenir à la position vichienne, source de l’humanisme allemand, selon laquelle les hommes sont les acteurs véritables de l’histoire et, en tant que tels, absolument aptes à écrire l’histoire de l’histoire. C’est le seul moyen de lutter contre ces formes de réductionnisme qui, décidément, ne sont pas l’apanage des orientalistes, mais sont largement partagées par les « critiques modernes ».

***

42L’implantation durable des études postcoloniales dans les instituts de littérature comparée trouve dans Said une de ses clefs, mais cette clef n’est bien évidemment pas exclusive, tant il est vrai que son utilisation de la philologie allemande vise explicitement à corriger des théories, celle de Foucault, mais aussi celle de Derrida, qui furent absolument fondatrices pour d’autres courants de ces études postcoloniales.

43Si Said se comprend à juste titre comme une incarnation du multiculturalisme, celui-ci ne correspond pas seulement à un croisement entre Orient et Occident, mais bien aussi au regard critique porté sur l’Occident nord-américain par un intellectuel largement formé aux méthodes de l’Occident européen. L’œuvre de Said se présente ainsi comme un transfert en escalier : des transferts déjà effectués étant rectifiés via d’autres formes de transferts. Si la philologie humaniste allemande reste le socle le plus stable de l’édifice, elle n’en subit pas moins elle-même un certain nombre de corrections : les « nouveaux champs académiques » et notamment l’étude des littératures extra-européennes doivent l’inciter à compléter l’approche par la « prise en compte de l’aspect politique de leur objet d’études ». L’étagement de sa pensée et son effort pour articuler les éléments théoriques qui la composent expliquent que, à rebrousse-poil de sa réputation de polémiste, Said conçoive son travail comme une œuvre de conciliation, aussi improbable soit-elle :

  • 76 Said, Orientalisme, op. cit., p. 39. Sur l’autodéfinition de Said comme « Oriental » et ses implic (...)

J’ai tenté, tout au long de mon travail, avec toute la rigueur et la rationalité dont j’ai été capable, de conserver un esprit critique, ainsi que d’utiliser les instruments de recherche historique humanistes et culturels dont mon éducation m’a rendu l’heureux bénéficiaire. Rien de tout cela, malgré tout, ne m’a fait perdre le contact avec la réalité culturelle d’un Oriental, avec l’implication personnelle qui me constitue comme tel.76

Notes

1 Pour une présentation et une analyse de ces débats qui restent très vifs, voir Pascale Rabault-Feuerhahn, L’Archive des origines. Sanskrit, philologie, anthropologie dans l’Allemagne du XIXe siècle, Paris, Cerf, 2008, pp. 10-18, ainsi que la bibliographie actualisée dans l’édition anglaise : Archive of Origins. Sanskrit, Philology, Anthropology in 19th Century Germany, Wiesbaden, Harrassowitz, 2013.

2 Edward W. Said, Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, Paris, Seuil, 2005, p. 33.

3 Hassan Arfaoui, Subhi Hadidi, « Entretien avec Edward Said », M. A. R. S. Le Monde Arabe dans la Recherche Scientifique, n° 4, hiver 1994, p. 17.

4 Said, Orientalisme, op. cit., p. 32.

5 Goethe s’inspira des traductions de Hafez de Chiraz réalisées par Joseph von Hammer Purgstall. L’orchestre dispose d’un site internet : www.west-eastern-divan.org. Il a été fondé en 1999 à Weimar, à l’occasion des deux-cent cinquante ans de la naissance de Goethe.

6 Maire Said, Edward Said, Introduction à « Erich Auerbach, Philology and Weltliteratur », The Centennial Review, vol. XIII/1, hiver 1969, p. 1. Voir notre traduction dans ce volume. Par contraste, on ne trouve pas sous la plume de Said de caractérisation nationale (allemande) lorsqu’il parle de la « théorie critique » ou d’Adorno. Cette caractérisation est bien réservée au domaine philologique.

7 Edward W. Said, « Preface (2003) », in Orientalisme, op cit., pp. I-IX. La traduction française de cette préface est due à Sylvestre Meininger.

8 Edward W. Said, Beginnings : Intention and Method, New York, Basic Books, 1975 ; The World, the Text and the Critic, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1983 ; Culture and Imperialism, New York, Vintage Books, 1993 ; Humanism and Democratic Criticism, New York, Columbia University Press, 2003.

9 Je ne développerai pas ici l’ensemble des références théoriques de Said (par exemple sa lecture des critiques américains), ni ses appartenances politiques (par exemple son rapport au marxisme), qui ont déjà été bien étudiés, mais ce sont naturellement des éléments qu’il faut garder présents à l’esprit.

10 Au cours des dernières années, l’humanisme de Said a fait l’objet de travaux en nombre conséquent à l’échelle internationale : Marc Nichanian, « Retour d’humanisme. Humanisme, orientalisme et philologie chez Edward Said », in Catherine Coquio (éd.), Retours du colonial ? Disculpation et réhabilitation de l’histoire coloniale, Nantes, L’Atalante, 2008, pp. 259-276 ; Dominique Combe, « Théorie postcoloniale, philologie et humanisme. Situation d’Edward Said », Littérature 154, juin 2009, pp. 118-134 ; Sophie Basch, « Un autre Orientalisme : situation de Raymond Schwab (1881-1956), entre Elémir Bourges et Edward Said », in Michel Espagne et Perrine Simon-Nahum (éds.), Passeurs d’Orient. Les Juifs dans l’orientalisme, Paris, Éditions de l’Éclat, 2013, pp. 84-106. À cette liste, il faut ajouter les autres références mobilisées plus bas dans ce texte ainsi que, plus généralement, des numéros spéciaux de revues francophones consacrés à Edward Said : Tumultes 35, novembre 2010 : Edward Said, théoricien critique ; Critique, n° 793-794, juin-juillet 2013 : Edward Said (Jérusalem, 1935 – New York, 2003). La question de l’humanisme sera traitée ici dans la perspective d’éclairer la constitution et l’usage du panthéon allemand de Said.

11 Said, « Préface (2003) », in Orientalisme, op. cit, pp. i-ii.

12 Edward W. Said, Humanisme et démocratie, Paris, Fayard, 2005, p. 30. Publié en anglais juste avant son décès (Humanism and Democratic Criticism, New York, Columbia University Press, 2003), cet ouvrage regroupe cinq conférences présentées en l’an 2000, mais considérablement remaniées après les événements du 11 septembre 2001.

13 Said, Orientalisme, op. cit., p. 40.

14 Said, « Préface (2003) », in ibid., p. III.

15 Said, Orientalisme, op. cit., pp. 21-22, 24.

16 Said, Humanisme et démocratie, op. cit., p. 42.

17 Ibid., p. 51.

18 Ibid., p. 39.

19 Ibid., p. 79.

20 Ibid., p. 52 ; Edward W. Said, Culture and Imperialism, New York, Vintage Books, 1993, p. 58.

21 « L’humanisme se nourrit de l’initiative individuelle et de l’intuition personnelle, et non d’idées reçues et de respect de l’autorité ». (Said, « Préface (2003) », in Orientalisme, op. cit., p. IX).

22 Said, Humanisme et démocratie, op. cit., p. 55.

23 Ibid., p. 105.

24 Pour une analyse critique du « retour contemporain à la philologie », voir Geoffrey Galt Harpham, « Roots, Races and the Return to Philology », Representations 106, 2009, 34-62. Markus Messling, « Nach der Theorie ? Der “philological turn” und das Erkenntnisinteresse der Fachgeschichte », Geschichte der Germanistik 43/44, 2013, pp. 70-78.

25 Said, Orientalisme, op. cit., p. 289-292.

26 Said, « Preface (2003) », op. cit., pp. V-VI.

27 L’insistance sur l’appartenance régionale de Vico est aussi, pour Said, une manière de ne pas lui prêter de manière anachronique une identité italienne.

28 Dans l’introduction à « Philology and Weltliteratur », Maire et Edward Said citent d’abord Goethe, puis Herder, Grimm, les Schlegel, Auerbach, Giambattista Vico, Dilthey et Ernst Troeltsch. Trente ans plus tard, dans Culture and Imperialism, op. cit., p. 44-45, Said présente Auerbach, Curtius, Goethe, De Sanctis, Vossler, Spitzer comme des auteurs rassemblés par des « idées qui ont émergé dans l’Allemagne pré-impériale […] et un peu plus tard en France ».

29 Maire et Edward Said, Introduction, art. cit, p. 1 (« German Romance philology »).

30 Toujours dans leur Introduction, Maire et Edward Said insistaient déjà sur le lien de cette philologie romane avec la « tradition idéaliste allemande en historiographie » (op. cit ., p. 2). Sur l’idéalisme philologique de Vossler et ses implications politiques, voir : Wolf Feuerhahn, Pascale Rabault-Feuerhahn, « Heidelberg um 1900 : eine Festburg des Idealismus ? Max Weber und Karl Vossler », in Kay Waechter (éd.), Grenzüberschreitende Diskurse. Festschrift für Hubert Treiber, Wiesbaden, Harassowitz, 2010, pp. 279-300.

31 Maire et Edward Said, Introduction, art. cit., p. 1.

32 Said, Humanisme et démocratie, op. cit., p. 168.

33 Said, Culture and Imperialism, op. cit., pp. 44-45.

34 Ibid., p. 45. Pour une lecture beaucoup plus critique de la romanistique allemande, voir Michael Nerlich, Romanistik : zur komparatistischen Konsolidierung der Frankreichforschung », in Romanistische Zeitschrift für Literaturgeschichte 20/1996, pp. 396-426.

35 Said, « Préface (2003) », in Orientalisme, op. cit., p. VI.

36 Ibid., pp. VI-VII.

37 Said, Humanisme et démocratie, op. cit., p. 36.

38 Ibid., pp. 99-100.

39 Said, « Préface (2003) », in Orientalism, op. cit., p. IX.

40 Parmi ces travaux très utiles, voir Aamir R. Mufti, « Auerbach in Istanbul : Edward Said, Secular Criticism, and the Question of Minority Culture », Critical Inquiry, vol. 25/1, automne 1998, pp. 95-125 ; Jane O. Newman, « Nicht am ‘falschen Ort’ : Saïds Auerbach und die ‘neue’ Komparatistik », in Martin Treml, Karlheinz Barck (éds.), Erich Auerbach. Geschichte und Aktualität eines europäischen Philologen, Berlin, Kadmos, 2007, pp. 341-356 ; Herbert Lindenberger, « Aneignungen von Auerbach : Von Saïd zum Postkolonialismus », in ibid ., pp. 357-370 ; Paul Reitter, « Comparative Literature in Exile : Said and Auerbach », in Alexander Stephan (éd.), Exile and Otherness. New Approaches to the Experience of the Nazi Refugees, Bern, Peter Lang, 2005, pp. 21-30.

41 Edward W. Said, Reflections on Exile and Other Essays, Cambridge, Harvard University Press, 2000, p. 454. Voir Reitter, « Comparative Literature in Exile », art. cit., p. 22.

42 Said, Humanisme et démocratie, op. cit., pp. 155-156.

43 Maire et Edward Said, « Philology and Weltliteratur » art. cit, p. 1.

44 Ibid., p. 1.

45 C’est l’hypothèse stimulante proposée par Jérôme David dans Spectres de Goethe : les métamorphoses de la « littérature mondiale », Paris, Les Prairies ordinaires, 2012 (sur cette tradition des anthologies, voir p. 111-119). En 2003, dans Humanisme et démocratie, Said revint de façon très critique sur cette pratique académique états-unienne (op. cit., pp. 24-26).

46 Said, Orientalisme, op. cit., p. 28.

47 Ibid., p. 25.

48 Said, Culture and Imperialism, op. cit., p. 51.

49 Cette interprétation de l’exil comme isolement a été fortement critiquée par Kader Konuk, East-West Mimésis. Auerbach in Turkey, Stanford (CA), Stanford University Presss, 2010.

50 Cette problématique a été commune à différents exilés allemands sous le nazisme : Auerbach, Spitzer. Sur la question de la nationalité de la philologie et de son exportabilité, voir : Wolf Feuerhahn, Pascale Rabault-Feuerhahn, « La philologie peut-elle s’exporter ? À propos de l’itinéraire identitaire et disciplinaire de Leo Spitzer », Revue Germanique Internationale, 19/2014, pp. 155-177.

51 Edward W. Said, Réflexions sur l’exil et autres essais, Nîmes, Actes Sud, 2008, p. 255 (ce texte qui donne son titre au recueil fut initialement publié en 1984) ; Lindenberger, art. cit, p. 209.

52 Edward W. Said, The World, The Text and The Critic, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1983, p. 6.

53 Ibid., p. 8.

54 Ibid., p. 29. C’est une leçon que Said dit avoir reçue… d’Auerbach lui-même : « Ce travail (d’Auerbach) nous apprend aussi à être critique plutôt que d’appartenir bravement à une école ». Elle peut se traduire de diverses manières. Sur le plan politique, elle explique le choix de Said de ne pas être marxiste mais de s’intéresser à des marxistes : « J’ai été plus influencé par des marxistes que par les marxismes ou par toute forme de-ismes » (ibid.)

55 Said, Culture and Imperialism, op. cit., p. 45.

56 Said, Humanisme et démocratie, op. cit., p. 33.

57 Paul Reitter, art. cit., p. 23.

58 Said, The World…, op. cit., p. 242.

59 Edward Said, « Vico, Autodidact and Humanist », The Centennial Review XI/3, été 1967, pp. 336-352.

60 D. Combe, art. cit., p. 131.

61 Ibid., p. 129.

62 La soutenance eut lieu en 1964. La thèse parut en 1966 sous le titre : Joseph Conrad and the Fiction of Autobiography, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1966. Dès 1963, E. Said avait été recruté comme lecturer à Columbia University.

63 Cette correspondance est conservée à la Houghton Library de l’université de Harvard (Harry Levin Papers, 1920-1995 ; MS Am 2461, dossier (50)).

64 Harry Levin, « Two Romanisten in America : Spitzer and Auerbach », Perspectives in American History, 2, 1968, pp. 463-484. Le texte sera reproduit d’abord dans : Donald Fleming, Bernard Baylin (éds.), The Intellectual Migration : Europe and America (1930-1960), Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1969, pp. 463-484 puis dans Harry Levin, Grounds for Comparison, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1972, pp. 114 sqq.

65 Levin, « Two Romanisten », art. cit, p. 469.

66 Ibid., p. 479.

67 Ibid., p. 481.

68 Ce dont témoigne sa correspondance entretenue de 1963 à 1991 (Harry Levin Papers, 1920-1995 ; MS Am 2461, dossier (859)).

69 E. Said, The World, op. cit., p. 236.

70 Le texte « Traveling Theory », de 1982, finissait sur une note sombre, les appropriations de la théorie de la réification de Lukács par Lucien Goldman à Paris puis Raymond Williams à Cambridge témoignaient, selon lui, de la perte de son esprit de rébellion et en faisaient un « dogme culturel » (ibid., p. 247). En 1994, dans « Traveling Theory Reconsidered » (« Retour sur la théorie voyageuse »), Said revint sur cette question et montra à l’exemple de l’usage par Fanon de cette même théorie de la réification comment le voyage pouvait aussi susciter de nouvelles puissances subversives (Said, Réflexions sur l’exil, op. cit., pp. 564-572). Sur ces textes, voir aussi : Seloua Luste Boulbina, « La décolonisation des savoirs et ses théories voyageuses », Rue Descartes, 2013/2, n° 78, pp. 19-33.

71 Said, Humanisme et démocratie, op. cit., p. 118.

72 Ibid., p. 136.

73 Said, Culture and Imperialism, op. cit., p. 216.

74 Said, Humanisme et démocratie, op. cit., p. 73.

75 Said, The World, op. cit., p. 290.

76 Said, Orientalisme, op. cit., p. 39. Sur l’autodéfinition de Said comme « Oriental » et ses implications tant épistémologiques que politiques, voir la contribution de Markus Schmitz dans le présent ouvrage.

Auteur

Chercheur au CNRS en histoire des sciences humaines (épistémologie et institutions savantes). Spécialiste d’histoire des philologies orientalistes, et du rôle des études orientales dans la genèse et la diffusion du comparatisme au sein des sciences humaines. L’Archive des origines. Sanskrit, philologie, anthropologie dans l’Allemagne du XIXe siècle, Paris, Cerf, 2008 (édition anglaise : Archive of origins. Sanskrit, Philology, Anthropology in 19 th century Germany, Wiesbaden, Harrassowitz, 2013) ; (éd. avec Céline Trautmann-Waller) Itinéraires orientalistes entre France et Allemagne. Revue germanique internationale 7/2008 ; (éd. avec N. Lafi, M. Espagne) Silvestre de Sacy. Le projet européen d’une science orientaliste, Paris, Cerf, 2014.

© Demopolis, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540