Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Théories intercontinentales

 | 
Pascale Rabault-Feuerhahn

Première partie. Edward Said ou les racines d'une entreprise comparatiste

2. Edward Said comparatiste

Innovations et héritages1

Robert J. C. Young

Texte intégral

1L’œuvre d’Edward Said a été analysée sous les angles les plus variés, mais rarement pour sa contribution à la littérature comparée, même si Internet relaie à l’envi l’allégation selon laquelle Said aurait obtenu le prix René Wellek de l’American Comparative Literature Association, qui distingue « un travail remarquable dans le domaine de la théorie littéraire et culturelle »2. Les archives de l’ACLA ne portent pourtant pas mention qu’une telle distinction eût été accordée à Said. Il semble donc que quelqu’un a, à un moment donné, confondu le prix Wellek de l’ACLA avec le cycle de Conférences René Wellek que Said a prononcées à Irvine, à l’université de Californie, et qu’il a reprises dans son ouvrage Musical Elaborations de 1989. Il n’y a aucun rapport entre le prix et le cycle de conférences auxquels Wellek a donné son nom. Néanmoins depuis lors, le « fait » que Said aurait obtenu le prix de l’ACLA est sans cesse rapporté à nouveau. Ainsi vont les mythes et les fausses représentations, ils se perpétuent d’un texte à l’autre au lieu d’être vérifiés ou confrontés aux faits – ce qui d’ailleurs, confirme assez bien l’hypothèse centrale développée par Said dans Orientalism.

2Mais dans quelle mesure Said était-il un comparatiste, et en quoi a-t-il contribué au champ de la littérature comparée ? De par sa formation, il se rattache indubitablement au comparatisme. Sa thèse de doctorat sur Joseph Conrad, publiée ensuite sous le titre Joseph Conrad and the Fiction of Autobiography (1966), a beau être consacrée à un auteur anglophone, elle est passablement influencée par l’École de Genève, et en particulier par l’œuvre de Georges Poulet et de Maurice Merleau-Ponty. Son livre suivant, Beginnings : Intention and Method (1975), conçu comme un pendant à celui de Frank Kermode The Sense of an Ending (1966), peut être considéré comme la première tentative de Said de présenter sa perspective et sa méthode de prédilection au public intellectuel profane. À cette fin, il traite d’un large éventail de philosophes et de théoriciens, dont de nombreux grands noms de la théorie dans les années 1970 : Valéry, Nietzsche, Saussure, Freud, Lévi-Strauss, Husserl, Benveniste et Foucault.

3L’originalité de Said, qui à cet égard se rattache à une tout autre lignée intellectuelle, à savoir celle du philologue de tradition allemande Erich Auerbach, fut d’ajouter le nom de Vico à cette liste. À l’époque, Beginnings reçut un accueil très favorable au sein de la high theory de la littérature comparée américaine ; le compte rendu occupa tout un numéro de la revue Diacritics. Néanmoins, il s’agit d’un livre étrangement verbeux et abstrait qui eut peu d’écho auprès du plus large public ; tout au plus fut-il commenté dans le cadre d’études critiques sur Said, très révérencieuses, qui ont fait dire beaucoup de choses à ce texte. La première édition (Basic Books, 1975) finit soldée, ce qui semble confirmer que l’ouvrage reçut à l’époque une audience assez limitée. Said n’écrivit pas d’autre livre théorique. Après cet ouvrage inclassable, il délaissa le monde étroit de la théorie américaine de la littérature comparée pour se tourner vers celui, plus vaste, de la politique et de la culture. On pourrait donc s’attendre à ce que son influence en tant que comparatiste s’achève ici. Mais en fait, elle n’avait même pas encore vraiment débuté.

L’élargissement postcolonial du littéraire

4Beginnings fut suivi trois ans plus tard par Orientalism : Western Representations of the Orient (1978), livre d’un genre totalement différent, passionné, ouvertement politique et engagé, qui balayait une période historique immense et une masse énorme de matériaux. Dans sa première édition, Orientalism fut aussi tiré à très peu d’exemplaires (cette première édition est d’ailleurs difficile à trouver) mais il eut un écho inversement proportionnel à celui de Beginnings. Said tournait désormais résolument le dos à la théorie et touchait de ce fait un public très large et très nombreux. Ses essais commencèrent à être publiés dans des magazines comme Vanity Fair, Harper’s ou The Nation, ce qui lui assura un nombre et une variété de lecteurs que la plupart des universitaires ne connaissent qu’en rêve. Touchant un lectorat très important en tant qu’écrivain et que personnalité intellectuelle, Said pratiquait donc la littérature comparée d’une manière qui intéressait beaucoup plus de monde que tous les comparatistes qui l’avaient précédé.

  • 3 Michel Foucault, L’Ordre du discours, Paris, Gallimard, 1971.

5De fait, Orientalism proposait une nouvelle méthodologie qui concernait non seulement la littérature comparée, mais aussi les études littéraires en général, car d’une certaine manière Said transformait les études littéraires en général en une littérature comparée d’un nouveau genre. Ce déplacement était rendu possible surtout par l’emprunt à Michel Foucault de son innovation méthodologique ou théorique : le concept de « discours » et la théorie du « savoir/pouvoir ». Said ne se référait pas aux raisonnements assez ésotériques de L’Archéologie du savoir (1969) mais se fondait sur la conférence inaugurale de Foucault au Collège de France, L’Ordre du discours, texte plus court et plus accessible3. On ne saurait sous-estimer l’impact de ce texte sur le travail de Said ni, à travers lui, sur les études littéraires et culturelles en général, car c’est bien Said qui montra les implications plus vastes du raisonnement de Foucault et qui en fit découvrir les potentialités au grand public.

6La thèse de Foucault est que le savoir académique ne consiste pas seulement à mettre en langage des idées ou des faits, mais que le langage crée plutôt une manière particulière de présenter le savoir qui est à la fois propagée et validée par la conformation à des normes discursives précises que les individus doivent observer s’ils veulent être reconnus comme membres de cette communauté savante spécifique. Ainsi, chaque discipline se définit par un registre discursif, une autorité et un vocabulaire qui lui sont propres. Par exemple, la médecine, la sociologie et la littérature définissent respectivement de manière tout à fait différente ce qui constitue le savoir. Si quelqu’un écrit sur la médecine dans un langage littéraire, son savoir ne sera pas reconnu par les praticiens.

7Reprenant à son compte les éclairages foucaldiens, Said cherche à montrer qu’au cours des siècles le savoir sur l’Orient s’est développé moins à partir de l’observation directe que par la lecture réciproque que les orientalistes faisaient de leurs travaux. Selon Said, ces livres ont élaboré un discours spécifique qui a été peu à peu considéré comme le savoir sur l’« Orient » mais qui était largement déterminé par une série de préjugés et de fantasmes européens sur cette partie du monde. Le savoir sur l’Orient fut donc, d’après Said, construit via la transmission de textes et l’accumulation d’images stéréotypées. Même ceux qui voyageaient en Orient s’y préparaient par des lectures préalables et finissaient par chercher sur place l’Orient « authentique » conforme à leurs attentes, un peu comme les touristes qui veulent toujours voir les lieux les plus symboliques comme la Tour Eiffel pour pouvoir dire qu’ils ont vu Paris.

8C’est cette nature livresque du savoir sur l’Orient qui a permis le développement de certains motifs qui ont structuré le savoir sur cette région du monde, et l’essor de stéréotypes auxquels l’Orient et ses habitants étaient censés se conformer. Le savoir occidental sur l’Orient s’est formé bien avant l’émergence des disciplines universitaires au XIXe siècle, si bien que le discours orientaliste a influencé des écrits de types très différents, que l’on qualifierait aujourd’hui de littéraires, philologiques, géographiques, ethnographiques, historiques ou philosophiques, ou bien encore des traités de sciences politiques ou des récits de voyage… D’après Said, toutes ces formes de savoir se sont développées selon un paradigme générique qui a produit une représentation erronée de l’Orient, elle-même mise ensuite au service du pouvoir colonial. Car, à la suite de Foucault, Said considère que tout savoir construit et incarne des arènes du pouvoir. Sa critique de l’orientalisme « tout court » le conduit à analyser des écrits de types très différents, de Silvestre de Sacy à Flaubert, Marx, Gibb ou Cromer.

  • 4 Maire et Edward W. Said, « Introduction » à Erich Auerbach, « Philology and Weltliteratur », The C (...)

9Said cherche à montrer l’uniformité des attitudes, des représentations et des stéréotypes au-delà de ces différents types de discours et c’est cette grande étendue du corpus qui rend l’ouvrage si important du point de vue du comparatisme. En se référant à la tradition philologique allemande à laquelle il se rattachait explicitement, et dont il soulignait que les matériaux « n’étaient pas nécessairement littéraires mais pouvaient aussi être des écrits sociologiques, juridiques ou philosophiques », Said a élargi la notion de « littéraire » en la ramenant à son sens ancien d’« écrit » en général et en discutant différentes œuvres sur l’Orient indépendamment des genres disciplinaires variés auxquelles elles se rattachaient4. Par conséquent, sa démarche consiste moins à comparer des textes différents, écrits dans des langues différentes et rattachés à des disciplines différentes, qu’à montrer la cohérence d’une perspective discursive qui se retrouve d’un texte à l’autre.

10Ce faisant, Said a encouragé une manière tout à fait novatrice de commenter les textes occidentaux ; désignée, dans un premier temps, comme « analyse de discours colonial », elle consistait à étudier le discours colonial à travers n’importe quel support textuel. Les études postcoloniales, comme elles finirent par s’appeler, se sont ainsi émancipées de tout cadre disciplinaire conventionnel pour analyser les modalités de la construction du savoir dans une perspective transdisciplinaire. Cette pratique et cette perspective comparatistes ont permis aux études postcoloniales d’être désormais reprises dans presque toutes les disciplines des sciences humaines et sociales, des études médiévales au droit et à la théologie. D’une certaine manière, c’est donc sous l’influence de Said que les études littéraires ont cessé de se concentrer exclusivement sur des textes littéraires ou quasi-littéraires pour prendre en compte tous les types d’écrits, puisqu’elles sont pratiquées indépendamment des cloisonnements disciplinaires habituels, annihilant au passage la division traditionnelle entre études littéraires et études culturelles.

Entre Foucault et Merleau Ponty

  • 5 En 2006-2007, par exemple, parurent au moins quatre livres critiquant Orientalism de différents po (...)

11L’influence d’Orientalism fut énorme, comme en témoignent les nombreuses critiques que le livre continue de susciter plus de trente ans après sa publication – ce qui évoque un peu le cas de Freud, que certains commentateurs s’efforcent toujours de réfuter, avec d’ailleurs tout aussi peu de succès.5 Le paradoxe, c’est que tandis qu’Orientalism a généré tout un champ nouveau d’études universitaires (« le postcolonialisme »), même ceux qui appartiennent à ce champ ont eu tendance à le critiquer sur le plan théorique, tandis que d’autres ont mis en cause la thèse générale de Said sur les représentations déformées de l’Orient.

12Le problème que pose le livre de Said – problème qui a assuré sa puissance argumentative mais aussi rendu sa méthodologie impossible à suivre telle quelle – est d’ordre théorique et nous ramène aux références de Said dans le domaine de la littérature comparée. D’un côté, Said reprend et adapte la théorie du discours et du rapport savoir/pouvoir de Foucault ; d’un autre côté, il garde toujours des traces de l’approche phénoménologique qui était patente dans sa thèse sur Conrad. Cette approche consiste à rechercher dans les textes des métaphores et des termes récurrents qui permettent ensuite au critique de reconstituer la structure de la conscience qui les sous-tend. À certains égards, la méthode phénoménologique est toujours présente dans Orientalism, car la force (et par certains aspects, la faiblesse) de ce livre réside dans le fait qu’en dépit de la richesse historique et textuelle du corpus, Said traite l’écriture orientaliste d’un point de vue phénoménologique, comme un seul et même vaste texte dans lequel il identifie la structure et les tournures récurrentes d’une conscience orientaliste apparemment monolithique.

13Cette composante phénoménologique qui, à un certain niveau, a conduit Said à traiter tous les textes orientalistes comme un seul texte produit par une conscience occidentale homogène, déshistoricisant donc le panorama historique qu’il avait construit, a toujours été jugée problématique. Tandis que la méthodologie foucaldienne présente dans le livre a été très bien accueillie, l’influence refoulée et méconnue, mais néanmoins puissante et permanente, de Poulet et de Merleau-Ponty, n’a généralement pas connu la même fortune, et Said n’est pas le dernier à l’avoir reniée.

Talking back

14Les vestiges phénoménologiques que l’on trouve encore dans Orientalism disparaissent en effet complètement par la suite : c’est peut-être pour cette raison que de nombreux critiques affichent leur préférence pour des œuvres plus tardives, comme Culture and Imperialism (1993). D’autres, toutefois, ont reproché à ce livre d’être trop exclusivement focalisé sur des textes occidentaux ; en cela, ils reprennent d’ailleurs implicitement à leur compte un argument de type « nativiste » selon lequel les non-Occidentaux sont censés écrire sur leurs propres cultures plutôt que sur celle des autres (étant entendu que seuls les Occidentaux sont censés étudier d’autres cultures).

15Arabe palestinien, Said est devenu une autorité sur la culture occidentale : inversion puissante s’il en est de la manière dont les orientalistes qu’il critiquait étaient devenus des autorités sur la sienne. Selon lui, ces derniers avaient fait passer pour l’« Orient véritable » des représentations (déformées) en fait déterminées par leurs propres attitudes, elles-mêmes prédéterminées, envers cette région du monde ; tandis que Said voulait analyser de manière critique les représentations culturelles à l’œuvre dans la littérature occidentale ; un projet initié dans Orientalism mais poursuivi plus vigoureusement dans Culture and Imperialism. Au lieu de démontrer les limites des récits occidentaux sur l’Orient, il élargissait en effet son propos à la relation entre savoir et pouvoir afin de montrer dans quelle mesure l’impérialisme et les attitudes impériales s’incarnaient dans la culture dominante de l’Europe.

16Said était bel et bien un indigène who talked back, qui n’hésitait pas à répliquer, étudiant notamment une littérature européenne (principalement anglophone et francophone) qu’il connaissait étonnamment bien. Ces connaissances détaillées lui permettaient de révéler systématiquement la complicité entre savoir et pouvoir qu’il exhumait du plus profond des productions de la culture européenne. Tout comme Orientalism, le livre est guidé par une idée directrice forte – la relation entre culture et impérialisme – mais les textes qu’il commente ne sont plus réduits au paradigme d’une seule et unique conscience européenne transcendante, même si la grande variété des auteurs traités semble déjà indiquer que sa thèse caractérise une attitude endémique, commune à tous.

17Orientalism et Culture and Imperialism critiquent spécifiquement la culture occidentale. Mais en pratique, dans ses autres écrits, notamment ses recueils d’essais comme Reflections on Exile (2000), Said discutait facilement des textes de langues et de cultures différentes : européenne, arabe, africaine, sans percevoir de barrières entre elles. Il n’écrivait pas en comparatiste, au sens habituel du terme, c’est-à-dire en se consacrant à un assortiment de littératures distinctes, généralement européennes, et en les confrontant sciemment les unes aux autres, selon une forme de mutualisation institutionnelle typique de l’après-guerre ou de la guerre froide, un peu semblable aux jumelages entre villes européennes mais à cette différence que la comparaison de textes exclusivement européens impose une hiérarchie culturelle implicite. L’approche de Said s’écarte de ce schéma. Ses textes ne témoignent jamais d’une représentation discontinue, cloisonnée, des écrits appartenant à différentes langues et à différentes disciplines. Il défend une conception très large de la littérature, comme le montre l’agencement même de ses livres.

18Par exemple, dans les premiers chapitres de Reflections on Exile, il commence par un essai sur Merleau-Ponty, puis il poursuit avec des études sur R. p. Blackmur, Georges Poulet et E. D. Hirsch, avant de proposer des essais sur le philosophe et essayiste franco-roumain Emil Cioran, T. E. Lawrence, la prose arabe après 1948, et le critique hongrois Georg Lukács. Said passe insensiblement d’un auteur à l’autre, sans aucune notion d’une division fondamentale à opérer entre eux du fait de leurs langues et de leurs origines nationales respectives. Bien sûr, il est conscient de ces différences, mais il cherche à les situer dans des contextes communs ; généralement il s’agit de l’histoire politique de leur temps, qui par définition est tissée d’interrelations. Se plaçant dans une perspective historique, Said n’avait, en un sens, pas besoin de la littérature comparée comme méthode formelle, puisque ses sujets étaient toujours déjà reliés à un autre niveau par les connexions de l’histoire elle-même.

Le défi de la synthèse

  • 6 Edward W. Said, Humanism and Democratic Criticism, New York, Columbia University Press, 2003.

19Même dans un recueil d’essais indépendants comme Reflections on Exile, une certaine unité est assurée entre les chapitres par les questions insistantes et conséquentes soulevées par Said, ainsi que par le thème général de l’humanisme confronté à la lutte historique et politique. À cet égard, Said reste proche de la méthode développée par Erich Auerbach dans « Philologie und Weltliteratur », essai qu’il traduisit lui-même en anglais en collaboration avec sa femme Maire, et auquel il se référa toute sa vie, jusqu’à son dernier livre, Humanism and Democratic Criticism6. Dans cet essai, Auerbach réfléchit sur les difficultés méthodologiques posées par la littérature comparée qui prétend étudier un sujet trop vaste pour être jamais maîtrisé conceptuellement. Il anticipe ce faisant sur les nombreux débats du XIXe siècle sur la relation entre la littérature comparée et son aînée et alter ego, la Weltliteratur. Said souligne qu’Auerbach ne défend pas une méthodologie mais le fait d’avoir un point de départ individuel, spécifique car c’est ce qui déterminera la direction que prendra le chercheur et donc, la manière dont il va sélectionner son matériau. « Pour accomplir un important travail de synthèse », nous dit Auerbach,

  • 7 Erich Auerbach, « Philology and Weltliteratur », art. cit., pp. 13-14.

Il est impératif d’identifier un point de départ [Ansatzpunkt], une poignée, pour ainsi dire, par laquelle le sujet peut être saisi. Le point de départ doit être l’élection d’un ensemble nettement circonscrit et facilement compréhensible de phénomènes, ensemble dont l’interprétation émane de ces phénomènes et qui ordonne et interprète une plus grande région que celle qu’ils occupent eux-mêmes.7

  • 8 Emily Apter, The Translation Zone : A New Comparative Literature, Princeton, Princeton University (...)

20Dans les faits, l’Ansatzpunkt d’Auerbach a aussi formé la base de la pratique saidienne de la critique. Retracer les grandes lignes de la littérature comparée ou de la littérature mondiale, ou encore de la formation des canons l’intéressait peu, pas plus que les tentatives de réduction systématique de la littérature du monde entier à une somme maîtrisable de textes. On le voit bien dans le fait que son intérêt pour Jane Austen ne tenait ni à sa situation de romancière anglaise de la fin du XVIIIe siècle, ni d’ailleurs d’écrivaine précoce, mais à la manière dont ses romans révèlent, entre les lignes, à quel point les enjeux impériaux affectaient et même déterminaient les aspects les plus intimes de la vie privée en Angleterre à l’époque. C’est pour cette même raison que, pour Said, Jane Austen pouvait être rattachée à d’autres romanciers anglais comme Joseph Conrad ou à d’autres auteurs comme V. S. Naipaul. Dans cette perspective, les intérêts transnationaux de Said sont un exemple précoce de ce qu’Emily Apter a qualifié de « nouvelle littérature comparée » (the new comparative literature), c’est-à-dire une littérature comparée libérée de la perspective eurocentrée qui avait forgé son identité jusque dans les années 1970 et même au-delà8. En ce sens, Said ne pratiquait pas la littérature comparée, mais la littérature mondiale.

  • 9 Franco Moretti, « Conjectures on World Literature », New Left Review I, January-February 2000, pp. (...)

21Mais accorder une telle confiance à son Ansatzpunkt, son propre point de départ, impliquait que Said fût capable de ne pas s’aventurer dans le débat inextricable sur la manière de conceptualiser ce type de littératures, question qui vaut surtout d’un point de vue institutionnel et qui a énormément retenu l’attention ces derniers temps. Comme l’a souligné Franco Moretti, la masse de matériaux entrant en considération défie à elle seule toute catégorisation ou même toute capacité humaine à lire l’ensemble. Dans ces circonstances la méthodologie auerbachienne de Said est plus importante qu’on ne le pense en général9. Cela présuppose naturellement que chaque critique a bien un point de départ, une perspective particulière à partir de laquelle il ou elle sélectionne, interprète et ordonne son matériau. En bref, le ou la critique doit être engagé (e).

***

  • 10 « The Music Itself : Glenn Gould’s Contrapuntual Vision » (1983), in Edward W. Said, Music a the L (...)

22La dernière innovation de Said en tant que comparatiste est liée à ses travaux sur la musique, qui furent de plus en plus au centre de ses préoccupations intellectuelles à la fin de sa vie. Avec tout d’abord des articles sur le pianiste Glenn Gould, sur l’Aida de Verdi ou sur Tahia Carioca, puis des travaux plus inspirés par les écrits d’Adorno sur la musique, Said a développé un modèle théorique dans lequel la musique a formé la base d’une théorie plus générale des relations culturelles. Celles-ci répondaient, selon cette théorie, à un motif « en contrepoint » – Said a développé le concept de « forme contrapuntique » dès ses essais sur Gould10. Il recourt donc à un vocabulaire musical désignant la différence qui produit de l’harmonie mais qui en même temps suggère un échange dialogique (de la même façon que dans les livres de Bakhtine, dont Said n’a toutefois jamais discuté l’œuvre), ces deux versants épousant parfaitement la ligne dialectique du raisonnement de Said. En même temps, en défendant l’idée d’une posture contrapuntique, Said reprenait surtout l’idée d’Adorno selon laquelle, à un niveau plus général, l’art doit exister dans une relation critique à son époque. Les écrits de Said sur la musique et son usage de la musique comme d’un paradigme théorique pour son écriture critique lui offraient de nouveaux moyens d’échapper aux limites conventionnelles de l’écriture universitaire ou discursive de son temps.

  • 11 Edward W. Said, « Traveling Theory », Raritan I/3 (Winter 1982), pp. 41-67.

23En ce sens, le comparatisme de Said s’est exercé à travers les arts et non pas simplement à travers différents champs littéraires, de la même manière que ses écrits ont franchi les frontières entre l’esthétique et le politique. Le caractère abstrait de la musique, son absence de « signification » ostensible, ont fait que les échanges entre elle et les autres arts ont rarement été couronnés de succès ; pourtant, dans l’œuvre de Said ils sont devenus de plus en plus fondamentaux, tant pour sa vision du monde que pour sa pratique politique. Bien qu’ils se situent strictement en dehors des limites du concept de « littérature comparée », les écrits de Said sur la musique montrent à quel point ses propres idées sur la créativité inhérente à toute théorie, dès lors qu’elle voyage entre différents domaines, sont tout à fait transposables dans la pratique11. Selon Said, la théorie aussi devrait être commandée par le point de départ critique. Il lui donnerait un plan spécifique de la direction interprétative à suivre.

  • 12 Maire et Edward Said, « Introduction », art. cit., p. 1.
  • 13 Thimothy Brennan, « Edward Said and Comparative Literature », Journal of Palestine Studies 33/3, S (...)

24Les écrits de Said sur la musique sont le seul domaine où il dut s’éloigner du modèle philologique allemand qu’il avait choisi, et en particulier de la tradition d’Auerbach qui, comme il l’affirmait avec sa femme Maire Said, « a inauguré la pratique de l’historicisme et a aussi considérablement élargi le rôle de la philologie pour inclure l’étude de toute l’activité verbale humaine, ou presque »12. En se référant si fermement et si constamment à Auerbach tout au long de sa vie, Said, qui le souligna lui-même à plusieurs reprises, s’identifiait très profondément à la tradition judéo-allemande de la philologie historique – celle d’Auerbach, de Spitzer, de Dilthey –, plutôt qu’aux paradigmes théoriques contemporains, notamment déconstructionnistes, qui l’avaient largement supplantée au sein des départements de littérature comparée13. Ce n’est pas la moindre des ironies que dans Orientalism, en attaquant la philologie orientaliste, Said ait critiqué précisément l’autre branche de cette tradition à laquelle il se sentait si profondément affilié. Tel est le paradoxe contrapuntique majeur de Said – s’être rattaché à une tradition qui avait aussi produit ce qu’il rejetait avec le plus de vigueur.

Notes

1 Une version anglaise de cet article est parue dans Comparative Critical Studies, 7.2-3, 2010, pp. 357-366 sous le titre « The Legacies of Edward W. Said in Comparative Literature » ; je remercie Robert J.-C. Young de m’avoir confié le soin de cette version française (p. R.-F.).

2 http://www.acla.org/levinandwellek.html [consulté le 16 mai 2010]. Elizabeth M. Richmond-Garza, secrétaire et trésorière de l’American Comparative Literature Association, m’a confirmé dans une lettre privée que Said n’avait jamais remporté le prix Wellek.

3 Michel Foucault, L’Ordre du discours, Paris, Gallimard, 1971.

4 Maire et Edward W. Said, « Introduction » à Erich Auerbach, « Philology and Weltliteratur », The Centennial Review 13 janvier, 1969, pp. 1-17, citation p. 2.

5 En 2006-2007, par exemple, parurent au moins quatre livres critiquant Orientalism de différents points de vue : Robert Irwin, For Lust of Knowing : The Orientalists and their Enemies, Londres, Allen Lane, 2006, publié aux États-Unis sous le titre Dangerous Knowledge : Orientalism and its Discontents, Woodstock, New York, Overlook Press, 2006 ; Chandreyee Niyogi (éd.), Reorienting Orientalism, Londres, Sage, 2006 ; Daniel Martin Varisco, Reading Orientalism : Said and the Unsaid, Seattle, University of Washington Press, 2007 ; Ibn Warraq, Defending the West : A Critique of Edward Said’s Orientalism, Amherst/New York, Prometheus, 2007.

6 Edward W. Said, Humanism and Democratic Criticism, New York, Columbia University Press, 2003.

7 Erich Auerbach, « Philology and Weltliteratur », art. cit., pp. 13-14.

8 Emily Apter, The Translation Zone : A New Comparative Literature, Princeton, Princeton University Press, 2006.

9 Franco Moretti, « Conjectures on World Literature », New Left Review I, January-February 2000, pp. 54-68 ; Graphs, Maps, Trees, Londres, Verso, 2005.

10 « The Music Itself : Glenn Gould’s Contrapuntual Vision » (1983), in Edward W. Said, Music a the Limits : Three Decades of Essays and Articles on Music, Londres, Bloomsbury, 2008, pp. 3-10.

11 Edward W. Said, « Traveling Theory », Raritan I/3 (Winter 1982), pp. 41-67.

12 Maire et Edward Said, « Introduction », art. cit., p. 1.

13 Thimothy Brennan, « Edward Said and Comparative Literature », Journal of Palestine Studies 33/3, Special Issue in Honour of Edward W. Said (Spring 2004), p. 23-37. Voir aussi Aamir R. Mufti, « Auerbach in Istanbul : Edward Said, Secular Criticism, and the Question of Minority Culture », Critical Inquiry 25/1, 1998, pp. 95-125 ; Emily Apter, « Global Translatio : The ‘Invention’ of Comparative Literature, Istanbul, 1933 », Critical Inquiry 29 février, 2003, pp. 253-281.

Auteur

Professeur de littérature anglaise et de littérature comparée à l’université de New York, rédacteur en chef de la revue Interventions : International Journal of Postcolonial studies. Spécialiste des littératures et cultures postcoloniales, de l’histoire du colonialisme et de l’anticolonialisme, de théorie de la littérature et de la culture. Colonial Desire : Hybridity in Culture, Theory and Race, Londres, New York, Routledge 1995 ; Postcolonialism : An Historical Introduction, Oxford and Malden, Mass., Blackwell Publishers, 2001 ; Postcolonialism. A Very Short Introduction, Oxford University Press, 2003.

© Demopolis, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540