Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Théories intercontinentales

 | 
Pascale Rabault-Feuerhahn

Première partie. Edward Said ou les racines d'une entreprise comparatiste

Edward Said ou les racines d’une entreprise comparatiste

Texte intégral

1S’il est un auteur que le terme de « postcolonialisme » évoque spontanément, c’est bien Edward Said. Celui-ci n’en a certes pas inventé l’étiquette, mais lorsque ses travaux ont commencé à être désignés comme tels, il ne l’a pas récusée et les études postcoloniales comme l’œuvre de Said elle-même ont certainement tiré de cet étiquetage des bénéfices respectifs en terme d’audience, de diffusion et de structuration.

2Mais pourquoi Said en a-t-il été le récipiendaire privilégié ? La question se pose autant en amont (les éléments de son œuvre qui pouvaient le rattacher à ce que l’on définit ensuite par postcolonialisme) qu’en aval (les facteurs de sa notoriété particulière). Nul doute que la diffusion très large de l’œuvre de Said a été favorisée par un triple faisceau de facteurs : sa position d’enseignant à la prestigieuse université américaine de Columbia ; l’ampleur d’une œuvre alliant études littéraires, ouvrages théoriques et prises de position politiques ; enfin, une écriture fluide et vigoureuse, évitant soigneusement tout jargon universitaire. Sur le plan du contenu, avec Orientalism (1978) qui reste aujourd’hui encore son œuvre la plus connue, la plus citée et la plus commentée, Said signait un livre attaquable sur de nombreux aspects en termes d’érudition et de démonstration, mais dont la thèse principale – « l’Orient » n’existe que comme réalité discursive créée par l’orientalisme occidental et témoigne de la manière dont les rapports de pouvoir se jouent et se lisent dans la représentation – eut des retentissements inouïs sur la manière d’appréhender non seulement l’histoire coloniale, mais aussi les textes littéraires en général.

3Analysant non pas un, mais plusieurs textes, issus qui plus est de cultures différentes (principalement française et britannique), Said se plaçait dans le cadre de la littérature comparée mais proposait de nouveaux outils pour l’appréhender : l’analyse des stratégies discursives de domination, l’appréhension du tout à travers une partie choisie comme point de départ (Ansatzpunkt), ou encore la méthode de lecture en contrepoint (contrapuntal reading) en forment les éléments les plus éminents. Il importe toutefois de les replacer dans le contexte chronologique et général de son œuvre afin de mieux en saisir la constitution et leur articulation avec sa pensée politique.

4Car les différents versants de l’activité de Said ne sauraient être envisagés indépendamment les uns des autres. S’il enseignait la littérature anglaise et comparée, et si ses travaux portèrent prioritairement sur des corpus littéraires, Said n’eut de cesse de souligner l’artificialité et la porosité des frontières disciplinaires. Homme du passage et des appartenances multiples, Edward Wadie Said l’était aussi de par sa biographie – Arabe, de confession anglicane, né à Jérusalem d’une mère libanaise et d’un père palestinien naturalisé américain, avant d’émigrer au Caire puis de faire sa carrière aux États-Unis – et par ses références intellectuelles : tout en ayant en commun avec les autres auteurs « postcoloniaux » de s’inspirer très largement de courants de pensée contemporains : le New Criticism, la French Theory, il s’en démarquait par sa référence appuyée et révérencieuse de la « grande tradition » de l’humanisme allemand. Mais en en restant au constat de l’identité, de la trajectoire et des références transculturelles (et postcoloniales) de Said, le risque serait de perdre de vue les enjeux épistémologiques et politiques de son œuvre. Plutôt que de discuter de la pertinence de ses auto-caractérisations (par exemple dans sa biographie Out of Place) ou de ses références théoriques, il s’agit de les prendre au sérieux et de démontrer la force performative des métadiscours biographiques, politiques et scientifiques.

5Les chapitres de cette partie exploreront donc l’articulation entre les différentes facettes de l’œuvre de Said et tenteront de caractériser les tensions constitutives du comparatisme qu’il appliquait et tâchait de promouvoir.

© Demopolis, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540