Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De fumées et de sang

 | 
Gérard Chastagnaret

Résumés

Résumé

Texte intégral

1Cette étude d’une catastrophe écologique et d’un massacre de population inouï en Europe occidentale en temps de paix civile se fonde sur des sources originales — à la fois nationales et locales —, élargit la perspective et interroge le fonctionnement même du système de la Restauration. Au niveau national, il s’agit de la documentation du ministère de la Gobernación conservée à l’Archivo Histórico Nacional et du dossier de l’intervention militaire conservé à l’Archivo General Militar de Madrid. Localement, la documentation de la Fundación Rio Tinto a été complétée par une enquête dans les archives des principales communes concernées. L’ouvrage s’organise en cinq parties chronologiques, depuis la genèse du problème des « fumées de Huelva » jusqu’à son épilogue et sa postérité mémorielle.

2La première partie, « L’invasion des fumées », est consacrée à une double ouverture : temporelle, depuis la genèse de l’exploitation minière et la mise en œuvre de la calcination des pyrites à l’air libre par le système des teleras, et spatiale, en prenant en compte l’ouest du bassin d’où est parti le premier mouvement de protestation, en 1877 à El Alosno, contre la compagnie britannique de Tharsis, pionnière dans la pollution massive par le soufre. Les travaux de la commission d’experts envoyée à cette occasion minimisent les dommages et sont dévoyés par les compagnies. Quelques années plus tard, la pollution à grande échelle gagne l’est du bassin, avec le rachat de l’entreprise d’État par la Rio Tinto Company, en 1873, et la calcination de tonnages toujours plus importants, dépassant rapidement un et bientôt deux millions de tonnes. Un nouveau mouvement de protestation pendant l’hiver 1880 n’aboutit pas mais donne pour la première fois une dimension nationale au dossier par une mission auprès des Cortes de représentants des villages affectés. Cette partie s’achève sur le constat, effarant pour les observateurs du temps, de l’extension et de la gravité des atteintes à l’environnement, aux cultures, aux personnes. La région est en train de devenir, stricto sensu, invivable.

3La deuxième partie, « L’embrasement du bassin », analyse d’abord les forces en présence : des compagnies étrangères sûres de leur puissance, des élites locales sans relais national puissant mais de mieux en mieux organisées, un monde ouvrier apparemment inerte, conduit par un leader énigmatique, Tornet, et un appareil d’État dont le formalisme de fonctionnement masque d’autres réalités, comme le pouvoir des grands caciques ou l’autonomie de fait d’un gouverneur civil mal contrôlé. La chronologie de la reprise du mouvement fait ressortir le rôle de la conjoncture politique dans le décalage entre l’intensification de la pollution et le déclenchement de la protestation, puis dans le démarrage vigoureux de celle-ci, au printemps 1886, à Calañas. La stratégie adoptée, désormais juridique et « municipaliste », se fonde sur les responsabilités et prérogatives des maires en matière de santé publique. Le mouvement s’amplifie à l’automne 1887, avec une campagne d’assaut télégraphique de l’État, en riposte aux manœuvres des compagnies minières et des élites de la capitale de la province favorables aux calcinations. Le nouveau ministre de la Gobernación, Albareda, découvre l’ampleur du problème alors que le Conseil d’État valide la décision d’une municipalité protestataire. Cette victoire et la déclaration du ministre se proclamant, devant les députés, sensible aux malheurs des populations locales, déclenchent des espoirs chez les villageois sans apaiser les esprits, d’autant plus que les intérêts britanniques et notamment la Rio Tinto Company lancent une contre-offensive politique par des voies singulières.

4À partir de la mi-janvier 1888, début de la troisième partie de l’ouvrage, le temps s’accélère, tout comme les échanges télégraphiques, avec une concentration des tensions sur Riotinto et la conjonction des deux protestations, ouvrière et environnementale, Zalamea jouant le rôle de base arrière du mouvement. Le durcissement puis le refus de toute concession de la part de la nouvelle direction locale de la Rio Tinto Company facilitent la mobilisation ouvrière et conduisent les autorités à préparer explicitement une répression violente, dans un bassin en situation de sous-effectif des forces de l’ordre. De nombreux témoignages, tous non officiels, confirment l’ampleur et le caractère pacifique de la manifestation du 4 février. Le déroulement des faits a pu être reconstitué en détail, jusqu’à l’arrivée du gouverneur et le déclenchement des tirs, sans sommation, de la part de soldats placés à dessein au cœur de la foule. Les archives permettent d’analyser la collusion des autorités présentes pour masquer le bilan et éluder les responsabilités individuelles.

5La quatrième partie, « De la stupeur à l’oubli », montre que les débats conduits à la Chambre des députés, en dépit des dénonciations, fortes, de Francisco Romero Robledo et Juan Talero, servent à l’étouffement de l’affaire. Le système de la Restauration ne sort pas ébranlé des débats et la seule décision est un décret d’interdiction progressive des fumées. À cela s’ajoute l’oubli rapide de la part d’une presse nationale demeurée dépendante des débats parlementaires, y compris pour la presse ouvrière.

6Dans une cinquième et dernière partie intitulée « Sortir du décret, sortir des fumées » sont analysés les deux volets de la sortie de crise. Le premier est la terreur pour les populations rurales et ouvrières du bassin. Le second est une offensive sur trois fronts, menée par les compagnies et surtout par Rio Tinto pour obtenir la suspension du décret d’interdiction : front politique, local et national, front juridique et front médical. Ce dernier, fondamental pour justifier le retrait d’une mesure prise au nom de la santé publique, conduit à mettre en lumière des personnalités et des institutions médicales impliquées dans chaque bord de ce combat. La fin de l’affaire des fumées, au début du xxe siècle, relève d’autres ressorts, innovations techniques et disparitions d’intérêts personnels. Restent les cicatrices et la mémoire, avec ses lacunes et ses réinterprétations.

© Casa de Velázquez, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable