Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De fumées et de sang

 | 
Gérard Chastagnaret

Cinquième partie. Sortir du décret, sortir des fumées

Chapitre xviii

Dans l’attente de la première application du décret « Albareda »

L’offensive madrilène des compagnies

Texte intégral

1Jusqu’au 4 février, la lutte contre les calcinations a été dominée, pendant presque deux ans, par un affrontement entre les compagnies et les municipalités, autour des décisions locales d’interdiction des teleras, fondées sur la loi municipale de 1877. Alcaldes contre directeurs de site parfois « irresponsabilisés » : ce combat-type conserve un sens pendant quelques semaines, des décisions locales sont encore prises, mais l’attente d’une mesure globale rend l’affrontement direct de plus en plus virtuel. Ce combat en sursis se trouve soudain périmé, par le décret du 29 février. Celui-ci se substitue, en fait sinon en droit, à la loi municipale et aux arrêtés locaux dont le bien-fondé juridique avait été validé par le Conseil d’État. Les interventions du ministre et du gouverneur contribuent, on l’a vu, à marginaliser les municipalités au profit du pouvoir d’État.

2Les compagnies l’ont vite compris, surtout Rio Tinto. Elles entreprennent aussitôt le siège du pouvoir, par de multiples voies, juridiques et politiques, pour obtenir la suspension ou l’abrogation d’un décret qui, à échéance de deux ans et demi, devrait mettre un terme aux calcinations. En fait, chacun sait, dans les deux camps, que l’issue de la bataille dépendra moins des argumentaires, des mémoires et des brochures que des rapports de forces et des connivences avec l’appareil d’État. Le décret a désarmé les villages qu’il prétend protéger. Alors, une énième version du pot de terre contre le pot de fer ou, enfin, un réveil de l’appareil d’État ?

I. — « Que le conseil des ministres révise la décision du 29 février »

  • 1 AHN, Interior, série A, 60, 1, 1, télégramme du 28 mars 1888. Le ministre fait adresser au gouverne (...)
  • 2 Diario de sesiones, 26 mars 1888, p. 2076.

3Les débats aux Cortes contre le massacre ont été portés par deux mouvements dépourvus de vrai poids politique, les républicains de Pedregal et les réformistes de Romero Robledo. Ils se sont fait entendre, jusqu’à humilier le ministre, mais ils n’ont rien changé à la marche des décisions, maintien du gouverneur et décret. Une fois clos le débat, ils pèsent encore moins, même si le ministre est attentif aux contestations juridiques émanant du parti réformiste1. L’essentiel pour le ministre et le gouvernement est désormais la lutte acharnée qu’entreprend Rio Tinto dès la fin mars, avec trois angles d’attaque. Le premier est la protestation populaire. Le 26 mars, l’inévitable Bushell transmet la pétition de 7 500 ouvriers « qui vont rester sans pain ni travail2 » par la faute du décret, document appuyé le jour suivant par un texte de même nature émis par les municipalités de Riotinto et Nerva.

  • 3 Excellent rappel des procédures engagées par la compagnie dans Compañía de Rio Tinto, Los humos de (...)
  • 4 J. G. H. [Juan Gómez Hemas], « La representación a las Cortes de la Compañía de Rio Tinto », Revist (...)

4Le second est l’argumentaire juridique, avec trois cibles simultanées, le 31 mars 1888 : le président du Conseil, le ministre des Finances, les Cortes3. Avec des adaptations en fonction du destinataire, le fond reste identique. Ainsi le long document adressé aux Cortes, dont le ton et l’argumentaire attirent l’ironie du directeur de la Revista Minera4, comprend deux demandes principales :

  • 5 Carballo, Los humos de Huelva. Exposiciones presentadas a las Cortes y al Gobierno, p. 101.

Que le Conseil des ministres révise la décision du 29 février du ministre de la Gobernación, avec suspension immédiate de son application […]
Que le gouvernement veuille bien déclarer que l’on ne peut imposer à la compagnie acquéreuse de Rio Tinto, ni l’interdiction de calcination de ses minerais à l’air libre ni la stérilisation de fumées soufrées produites par d’autres méthodes de calcination, sans l’indemniser en même temps de tous les préjudices provoqués à ses droits et intérêts légitimes par l’altération fondamentale que de telles limitations produiraient dans les conditions du contrat par lequel la compagnie a acheté ces mines de l’État5.

5Abrogation du décret avec suspension immédiate, sortie de Rio Tinto du champ d’application : les deux demandes, apparemment contradictoires, sont en fait complémentaires puisque la seconde est une position de repli. Elles illustrent parfaitement la double stratégie de Rio Tinto au cours des années suivantes : d’un côté se poser en défenseur de l’ensemble des compagnies, d’un autre exciper de son contrat d’achat d’une mine d’État pour exiger le remboursement du préjudice en cas d’interdiction des teleras. La compagnie considère que le droit de calciner à l’air libre était compris dans la vente et que l’interdiction constituerait une rupture contractuelle ouvrant droit à indemnisation. Les autres compagnies se gardent de protester contre ce « privilège » de Rio Tinto. Bien au contraire, elles s’en félicitent parce que, si le risque de préjudice est reconnu, le décret sera de fait inapplicable.

  • 6 Massó, 2002.
  • 7 Diario de sesiones, 30 avril 1888, pp. 2963-2964, 9 mai, p. 3259, 22 mai, pp. 3546-3548.

6Troisième manœuvre : le harcèlement du ministre. L’opération est confiée à un obscur député libéral galicien, Álvaro López Mora, élu de la circonscription de Padrón, naguère occupée par Eduardo Gasset Artime, fondateur de El Imparcial, grand-père du philosophe. La circonscription est d’ailleurs restée dans la famille puisque, en 1886, López Mora a épousé l’une des filles de Gasset Artime, devenant ainsi oncle par alliance du philosophe6. Pour l’heure, López Mora n’est que le sicaire verbal de la compagnie britannique. Le 30 avril, il formule, sans avertissement de courtoisie préalable, une demande forte auprès du ministre : la remise des documents de toute nature ayant servi à l’élaboration du décret, en particulier le rapport du Real Consejo de Sanidad et les rapports de l’épisode 1879-1880. La manœuvre est claire : sur le fond, il s’agit de faire ressortir des documents favorables aux entreprises, parce qu’ils concernent un autre temps et surtout parce qu’ils ont été produits par des instances complaisantes. Sur la forme, il s’agit de pousser à bout le ministre. De ce côté-là, c’est réussi : Albareda répondra scrupuleusement à la demande quelques jours après seulement, mais il la prend très mal. Il y voit « una censura a mi determinación » et évoque l’idée d’une démission pour retourner au Sénat. López Mora peut alors jouer les incompris, mais il poursuit son harcèlement quelques semaines après, sous prétexte de présentation incorrecte des documents produits. Albareda fait alors semblant de s’en amuser7, mais López Mora confirme à ce moment-là qu’il est digne de devenir député de Huelva : ce sera fait en 1905. L’épisode pourrait aussi conduire à s’interroger sur les mobiles de la faible indignation de El Imparcial, toujours contrôlé par la famille Gasset, dans sa relation du massacre.

II. — « Le procédé incorrect des entreprises minières »

  • 8 Ibid., 24 mai, p. 3622, 28 mai, p. 3752, 1er juin, p. 3866, 5 juin, p. 3963 et 3 juillet 1888, p. 4 (...)

7Le décret ne commencera à s’appliquer qu’au 1er janvier suivant mais, on l’a dit, il est déjà porteur d’une nouveauté : les municipalités ont d’ores et déjà perdu leurs pouvoirs d’intervention au nom de la santé publique. C’en est fini des arrêtés d’interdiction et aussi, provisoirement au moins, des télégrammes au ministre nourris de plaintes contre les compagnies. Ils ne serviraient à rien parce que la réponse serait imparable : attendez le 1er janvier 1889. Le lieu de l’action s’est déplacé vers Madrid, vers ces Cortes qui ont ruiné leurs espérances quelques années plus tôt. Il leur faut préserver leur seul espoir, le décret du 29 février, mais Romero Robledo ne s’investit plus beaucoup dans le dossier et ils n’ont plus leur meilleur député local : du fait de sa maladie, Juan Talero est hors jeu au moins deux mois avant son décès le 20 mai. Bushell comme López Mora en ont d’ailleurs profité. Reste l’autre député, beaucoup moins combatif, le comte de Gomar. Il ressent lui-même tout le poids de la charge de devoir représenter seul les communes du bassin et s’en acquitte par le service minimum, en transmettant leurs pétitions. Santa Bárbara et la Puebla de Guzmán le 24 mai, Zufre, Alajar et Almonaster la Real le 28, Santa Ana la Real, Cortegana, Zalamea la Real, Villanueva de las Cruces, Berrocal, El Cerro, La Granada, Campofrío, Paymogo et Cabezas Rubias le 1er juin, El Alosno le 5 et enfin Valverde le 3 juillet8 : dix-sept communes et autant de pétitions transmises aux commissions sans autre accompagnement que quelques mots, le 1er juin, pour en résumer le contenu :

  • 9 Ibid., 1er juin 1888, p. 3866.

L’attention de la Chambre est attirée sur le fait qu’il convient de ne pas abroger le décret. Ce décret a reconnu le caractère juste des réclamations des villages lésés par les calcinations à l’air libre dans leurs intérêts et dans leur santé. Et en même temps, on fait remarquer le procédé incorrect des entreprises minières qui se sentent affectées par ce décret, pour obtenir que leurs ouvriers signent les pétitions adressées aux Cortes contre ce décret9.

  • 10 Ibid.

8Le tout accompagné d’un bref hommage à Talero « qui représentait si dignement cette province et défendait ses intérêts légitimes avec tant de foi et d’intelligence10 ». Le propos ne manque pas de fond, mais il est singulièrement dépourvu de flamme et de sens de la tribune. Procédé incorrect : une expression de notaire là où il faudrait un procureur ! Rio Tinto et ses amis ou séides n’ont rien à craindre.

  • 11 Revista Minera, 1er mai 1888, p. 135.
  • 12 AHN, Interior, A, 60, 1,1, télégramme du 6 mai 1888.
  • 13 Ibid., télégramme du 25 avril 1888.
  • 14 Coto, Pérez, Reyes, Tello, Los humos de Rio-Tinto, pp. 19-21.

9En fait, le seul débat se produit au Sénat, à la fin avril, à la demande d’un sénateur ingénieur du Corps des mines, Fernández de Castro, radicalement hostile au décret. Celui-ci trouve aussi des défenseurs, Ortiz de Pinedo et Bosch. Albareda assume jusqu’au bout la procédure : le 26 avril, il prononce un discours qui lui vaut l’admiration du directeur de la Revista Minera11 et les félicitations de la Liga contra calcinaciones de El Alosno12 ! Il n’a pourtant pas eu de chance : la veille, attaqué par des orateurs qui affirment l’innocuité des calcinations, il a demandé en urgence la confirmation de la rumeur de soldats intoxiqués par les fumées. Pour l’infortune du ministre, les médecins militaires n’en trouvent aucun, tout au moins aux dires du gouverneur13. En fait, le ministre est, une fois de plus, mal informé par son subordonné : deux soldats du régiment de Grenade, qui a remplacé celui de Pavía, sont atteints et mourront quelques mois plus tard à l’hôpital provincial de Huelva14. Pauvre Albareda, toujours mal servi sinon trahi ! Le directeur de la Revista Minera note que l’action de Rio Tinto a continué de monter et en déduit que les milieux financiers croient aux alternatives techniques. Et s’ils étaient surtout convaincus que le décret ne serait pas appliqué ?

III. — L’indépendance inattendue d’un ingénieur du Corps

10En dépit des attaques, le décret est finalement validé. Il reste à l’appliquer. Or Talero meurt le 20 mai, Albareda quitte le ministère le 14 juin, après seulement sept mois de présence, remplacé par Moret, l’homme des intérêts miniers, dont j’ai dit la sensibilité aux intérêts britanniques. Le changement est lié à une crise, une de plus, entre factions libérales, avec comme motif ou prétexte la réforme de l’armée portée par le ministre de la Guerre, le général Cassola. Rien à voir donc avec le 4 février ni avec le décret de disparition progressive des teleras. Albareda est écarté comme d’autres membres de la mouvance la plus progressiste du parti. Néanmoins, sa gestion de l’affaire des calcinations, depuis sa caution à l’action municipale, ses prestations aux Cortes parfois calamiteuses et surtout ce décret du 29 février qui indispose tellement une compagnie riche de tant d’amis politiques ont contribué à sa fragilisation et, on l’a vu, il est gagné par la lassitude. Pourtant, jusqu’au bout, il a porté son décret en commençant à le mettre en œuvre, par la nomination du délégué du Corps des mines prévu à l’article 5 du décret.

  • 15 Puche Riart, Ayala Carcedo, Jordá Bordehore et alii, 2004, pp. 465-473.
  • 16 Revista Popular, 11 janvier 1885, pp. 19-20. Jacobo Rubio décède en 1898.

11Son choix s’est porté sur un vétéran du Corps, Jacobo Rubio. Né à Lorca en 1824, entré à l’École des mines en 1843, il est alors au terme d’une longue carrière. Après avoir été notamment professeur à l’École, il est désormais inspecteur général des Mines, mais le relais familial est assuré par son fils César, sorti major de l’École en 1880. Impliqué dans la vie des entreprises et scientifique éminent, très reconnu à l’étranger, ce fils sera appelé aux plus hautes fonctions dans le service public des Mines pendant les premières décennies du xxe siècle15. En 1888, Rubio père accomplit l’une de ses dernières missions officielles, mais l’âge ne paraît pas le porter à d’éventuelles complaisances : sa démission du Consejo de Sanidad de Madrid à la fin de 1884 montre que c’est manifestement un homme de caractère16. C’est aussi un vieil ingénieur, déjà à l’ancienne pour l’Espagne de l’époque. Ainsi, au cours de sa mission, il prend beaucoup de notes, sur les calcinations mais aussi sur tous les aspects de l’activité des sites du bassin, à partir desquelles il rédige un mémoire, de près de 150 pages manuscrites sur la minería de la province. Il explique lui-même l’origine de ce travail :

  • 17 Une copie manuscrite du mémoire Memoria Huelva. Minería y Metalurgia 1888 est conservée dans AFRT, (...)

Les notes pour la rédaction de ce mémoire ont été prises pendant le court séjour que dans chacun [des principaux établissements] nous a permis l’accomplissement d’une mission spéciale et urgente dans cette province. Elles souffrent forcément d’insuffisance et peut-être d’erreurs, mais celles-ci ne touchent ni n’altèrent le fond et la signification de l’ensemble17.

  • 18 Ibid., p. 809.
  • 19 Chastagnaret, 2000b.

12Le titre, Memoria Huelva. Minería y Metalurgia 1888 fleure les années 1850, ces temps où cohabitaient l’inventaire de l’espace national et la présentation des premières réussites régionales d’une minería d’exportation, encore largement aux mains du capital national. Compte tenu de l’existence d’une bibliographie désormais abondante, à laquelle il a lui-même contribué, son entreprise descriptive est riche d’informations, mais date quelque peu. Jusqu’à la conclusion : cet exercice personnel qui le renvoie apparemment vers sa jeunesse, lui, il le projette vers le futur. « Tels sont, sommairement indiqués, et sans en exclure d’autres, les moyens par lesquels, selon nous, l’État peut contribuer à la grande tâche de faire de la province de Huelva la plus importante région industrielle de l’Europe18. » Le propos traduit une forme « prérégénérationniste » d’illusion minière, l’idée que la ressource minérale peut être un pilier décisif d’industrialisation19, mais s’agit-il pour autant d’une rhétorique dans la ligne de l’intervention de Bushell aux Cortes quelques mois plus tôt ? Certainement pas, d’abord parce qu’il indique que l’industrie reste encore largement à construire, et aussi parce que sa vision de l’avenir sera partiellement concrétisée par son propre fils. Marqué par son père mais aussi par un autre ingénieur des Mines, le régénérationniste Lucas Mallada, César Rubio jouera, au tout début du xxe siècle, comme chef du district minier, un rôle décisif dans l’implantation d’une usine chimique de la United Alkali Company, devenant ainsi l’un des artisans majeurs de l’industrialisation de Huelva. Jacobo et César Rubio, chacun selon sa mission, chacun à sa manière, le père et le fils sont les marqueurs d’une absence, celle du véritable démarrage industriel de la capitale de la province.

  • 20 CLM, III, pp. 141-144, décret du 22 juillet 1887 et Chastagnaret, 2000a, p. 1070.
  • 21 Ministerio de Fomento, Dirección General de Agricultura, Industria y Comercio. Comisión ejecutiva d (...)

13La visite de terrain a eu lieu au début du mois de juin, mais la mission n’est en fait pas destinée à une inspection des sites, qui n’aurait d’ailleurs de sens qu’une fois engagée la diminution imposée des calcinations : il faut d’abord procéder à une estimation des tonnages calcinés. L’article 3 du décret prévoyant l’utilisation de « statistiques officielles » est en effet inapplicable, pour une raison simple : ces statistiques n’existent pas. Les chiffres de la Estadística minera portent sur l’extraction, mais non sur le volume des calcinations. Les données utilisées au chapitre vi proviennent de la documentation interne de Rio Tinto, complétées par les statistiques du commerce extérieur. De plus, en juillet 1887, le ministère de Fomento a transféré l’élaboration du document de la Junta Superior Facultativa de minería à une Comisión ejecutiva de la Estadística minera avec passage à des années « économiques », de juillet à juin de l’année suivante20. La nouvelle commission est plus attentive à la fiabilité des chiffres qu’à la ponctualité des livraisons annuelles : le premier volume de la nouvelle série, celui de 1887-1888, paraît seulement en 1890 tandis que celui de l’année 1887 n’est pas publié21. Méconnaissance par le ministère de la Gobernación des décisions de celui de Fomento ou, plutôt, signe d’une écriture précipitée, le décret « Albareda » a ignoré une double lacune des statistiques officielles, traditionnelle sur les calcinations, conjoncturelle pour l’année 1887.

  • 22 Sur le séjour de Rubio à Rio Tinto, voir AFRT, 100, D, 7, mss., pp. 999-1001, Gabriel Rodríguez, av (...)
  • 23 Revista Minera, 24 juin 1889, pp. 188-189.
  • 24 Compañía de Rio Tinto, Los humos de Huelva, p. 10.
  • 25 Voir ci-dessus, chap. vi. Par ailleurs, pour le second semestre 1889, première période pour laquell (...)

14Rubio remplit scrupuleusement sa mission d’élaboration d’un document ad hoc. Il ne bâcle pas le travail : il reste par exemple cinq jours à Rio Tinto, du 5 au 9 juin et, devant le refus de l’entreprise de lui communiquer les chiffres de tonnages calcinés, il construit lui-même sa propre information22. Il aurait remis son rapport au ministère dès le début du mois de juillet23, mais les réactions des entreprises n’apparaissent qu’en décembre. Et pour cause : la R. O. fixant les limitations des tonnages calcinés à compter du 1er janvier suivant n’est prise que le 30 novembre et envoyée aux entreprises le 10 décembre, soit le dernier jour de Moret au ministère de la Gobernación24. Comme si le successeur d’Albareda avait voulu servir, non l’exécution du décret, mais les protestations des entreprises devant un délai intenable. Rio Tinto est surtout très mécontente de l’évaluation faite par Jacobo Rubio à 197 000 tonnes des pyrites en cours de calcination, lors de sa visite le 8 juin. Compte tenu des tonnages traités à cette époque, toujours supérieurs à 900 000 tonnes annuelles25, le chiffre est faible, mais il n’est pas possible de savoir dans quelle mesure il relève d’un niveau estival normal ou plutôt des conditions de la mission, marquée par l’obstruction à peine masquée de la compagnie. Or cette évaluation est appelée à servir de base pour le calcul de la réduction progressive des calcinations. La stratégie de Rio Tinto s’est très probablement retournée contre elle.

15Rio Tinto avait eu sans doute connaissance beaucoup plus tôt de la teneur du rapport. Après avoir déjà attaqué le décret devant le Conseil d’État, elle a protesté dès le mois de juillet par l’intermédiaire de son principal vassal municipal : le 28 juillet, le nouvel alcalde de Riotinto, Manuel Mora Wert, réclame

  • 26 AHN, Interior, série A, 60, 1, 1, télégramme de l’alcalde de Minas de Riotinto au ministre de la Go (...)

la suspension immédiate du décret du 29 février interdisant les calcinations au profit d’intérêts privés très réduits, au grave préjudice des intérêts généraux, de la région, de la province et de l’État. Que vienne une commission scientifique offrant des garanties, qu’elle étudie à fond la question, que l’on écoute des centres techniques de haut niveau et que la question soit résolue définitivement26.

  • 27 Ibid., télégramme de José Vázquez, alcalde de Paymogo au ministre de la Gobernación, juillet 1888 [ (...)
  • 28 AMA, leg. 11, Libro de actas capitulares, session ordinaire du 11 novembre 1888.

16Le rapport Rubio n’est pas mentionné. L’argumentaire et la confiance dans une expertise scientifique de haut niveau renvoient aux mois et années passés, mais l’attaque est ciblée. À défaut de pouvoir attaquer personnellement un membre de ce Corps des mines si précieux pour la compagnie, Rio Tinto en appelle au collectif, en espérant qu’une commission de plusieurs ingénieurs saura corriger les conclusions d’un vétéran au sommet de la hiérarchie du Corps. La réaction ne se fait pas attendre : dès la nouvelle du télégramme connue localement, l’alcalde de Paymogo renonce au silence en télégraphiant à son tour au nouveau ministre, pour le supplier de ne pas céder à la pression, au nom de « la santé publique et de la richesse de la région27 ». Des communes continuent la lutte contre les teleras, mais d’autres n’y croient manifestement plus guère, à commencer par El Alosno, longtemps en première ligne. La pression de la population demeure, mais elle a changé d’objectif. Toujours par la voix du regidor síndico, le problème se limite désormais à l’indemnisation, refusée par chacune des deux sociétés polluantes, Tharsis et Lagunazo, qui se rejettent la « propriété » des fumées toxiques. La commune reçoit très positivement la demande et engage une longue procédure pour délimiter les zones d’influence de la nocivité de chacun, sous l’autorité du gouverneur, avec demande de nomination d’une commission d’ingénieurs28. L’évolution est sans doute favorisée par les appartenances politiques locales, mais elle est significative du changement de climat : la perte du pouvoir de décision sur les calcinations, le respect de l’autorité, de l’expertise et, plus profondément, l’idée qu’il y a très probablement plus que deux ans à attendre la fin des fumées toxiques. La délibération municipale ne permet pas de saisir l’état d’esprit de chacun, entre résignation et satisfaction, mais le constat est terrible : la fin des teleras, théoriquement programmée par le décret, n’est même pas évoquée. El río vuelve a su cauce, la rivière retrouve son lit, c’est-à-dire l’ordre, la réalité de la pollution comme norme, avec comme seule perspective le retour des ingénieurs à leur mission de dix ans en arrière, de météorologues des vents mauvais, de géomètres des désastres.

17La présence de Moret au ministère de la Gobernación est un coup dur pour les intérêts des populations. En fait, ses six mois au ministère, puisqu’il reste en fonction jusqu’au 11 décembre de la même année, sont surtout marqués par l’inertie la plus complète : le dossier s’enlise. Son successeur, Ruiz Capdepón, est dans les meilleurs termes avec Bushell, mais comprend qu’il faut en sortir et choisit la voie de la légalité. Le 31 décembre, il adresse au gouverneur un message de fermeté à retransmettre aux compagnies :

  • 29 AHN, Interior, série A, 60, 1, 1, télégramme du ministre de la Gobernación au gouverneur, 31 décemb (...)

Bien que le Conseil d’État n’ait pas encore envoyé son rapport sur la requête des entreprises minières qui demandent la suspension du décret du 29 février, et que ce ministère ne se soit pas prononcé, le gouvernement a décidé de maintenir en vigueur cette disposition et de vous le communiquer pour que vous le compreniez ainsi et le fassiez respecter immédiatement. D’ici peu de jours, l’inspecteur des Mines et délégué de ce ministère, M. Rubio, fera le déplacement pour cela afin d’inspecter la mise en œuvre du décret et veiller à sa stricte application29.

18En principe, tout est clair. Un décret « définitif », une expertise réalisée par un ingénieur indiscutable, confirmé dans sa mission, une volonté politique réaffirmée : janvier 1889 devrait voir, enfin, diminuer le cauchemar des populations avec la réduction du nombre de nouvelles teleras. Dans les faits, les incertitudes ne manquent pas, sur la décision du Conseil d’État comme sur l’attitude des compagnies dont la contestation du rapport Rubio augure mal de l’application concrète du décret. Une fois de plus, le droit est renvoyé aux acteurs, aux rapports de forces.

IV. — Vers un face-à-face entre l’État et les compagnies

  • 30 Hobsbawm, 1963.

19Les onze mois qui suivent le massacre constituent un moment étrange, où les passions et les sentiments se sont succédé sans toujours s’effacer les uns les autres. D’abord, l’indignation et la douleur, immenses, impossibles à exprimer, même de manière rituelle, du fait de l’occultation des morts et de la militarisation de fait du bassin. Une douleur sans exutoire, surtout pour les populations des trois villages les plus concernés, Riotinto, Nerva et Zalamea, où il a fallu retrouver le chemin de la mine, sous les ordres de ceux qui avaient voulu une reprise en main définitive. Puis une espérance, que ce sacrifice de tant de vies serve au moins la solution du problème, l’extinction de ces teleras qui asphyxient les habitants, la vie de toute une région. Cet espoir d’une « solution globale » est porté par les députés libéraux des deux circonscriptions, relayés par des alcaldes issus pour beaucoup du renouvellement libéral de 1886. Il conduit à un apaisement réel des tensions sur le terrain, au point que l’on ne peut s’empêcher aussi de rapprocher son succès de l’imprégnation anarchiste qui marque les milieux populaires andalous. Ne peut-on voir dans les mois qui suivent le massacre une expression de ce millénarisme populaire cher à Eric Hobsbawm30 ? Le 4 février vécu comme la culmination d’un malheur si grand qu’il ne pouvait que s’atténuer ? D’une douleur immense à un espoir de renaissance : quel qu’en soit le substrat, ce cheminement semble bien marquer, au moins pendant quelques mois, l’état d’esprit de la population. La phase de doute, de plus en plus critique, est très précoce chez les réformistes qui n’ont guère partagé l’espoir et ont aussitôt rejeté le décret. Elle commence à poindre sans doute chez beaucoup, mais l’attentisme domine, jusqu’à cette fin d’année 1888, et il est porteur d’une démobilisation ravageuse : les municipalités baissent la garde et ne maintiennent pas de forte pression sur les autorités pendant la phase préalable à l’application effective du décret.

20Le pouvoir peut avoir le sentiment d’avoir gagné la partie. À partir de la fin avril, la vigilance du ministère sur la tranquillité publique du bassin se relâche, les télégrammes se font plus espacés, comme si la zone minière était devenue, ou redevenue, un territoire banal. Ce calme peut se lire comme le succès d’une stratégie en deux temps. Le premier est la répression sauvage, sans borne, de ce qui n’était en rien une rébellion, mais un appel à l’application du droit, c’est l’invention d’un péril pour justifier un massacre. Le second est la combinaison de la terreur avec la mise en place d’une solution présentée comme définitive. Derrière tout cela, apparemment pas de chef d’orchestre unique : la première phase est conduite sous l’autorité du gouverneur et très probablement sous l’inspiration de la compagnie ; la seconde marque, en principe, une reprise en main par le pouvoir central. En principe seulement, parce que les éléments de continuité ne manquent pas : Bravo y Joven quitte son poste en juin, mais son successeur est aussi compréhensif à l’égard des compagnies. Celles-ci commencent très vite à rejouer sur la suspension du décret ou sur sa non-application et, plus masqués mais bien présents, les partis de gouvernement restent attentifs, y compris pour des raisons individuelles, aux intérêts de la grande compagnie britannique.

21Désormais hors jeu, Albareda ne peut être suspecté d’un machiavélisme élaboré. Son intérêt pour les populations, son émotion même à partir de sa prise de fonctions, ont été sincères et se sont traduits en discours et en actes à partir de décembre 1887. Mais les bons sentiments ne font pas les grands politiques. Rappelons-nous : Romero Robledo lui reprochait déjà d’avoir joué les pyromanes avant de cautionner les massacreurs. La séquence qui suit le massacre et les séances des Cortes peut être lue comme un retour à la posture de protection des populations, avec une défense sans faiblesse d’un décret ferme sur l’objectif. En réalité, l’application effective doit être encore vérifiée d’autant plus que, par son existence même, le décret a provoqué un glissement des enjeux et des acteurs. Avant le 4 février, « l’affaire des fumées » pouvait se lire comme un conflit à trois parties : la société locale, les compagnies, l’État. En enlevant tout pouvoir aux communes, l’État a mis la société hors jeu. C’est lui-même qui se trouve confronté directement aux compagnies étrangères et surtout à la première d’entre elles, pour l’application du décret comme pour l’élaboration de la loi promise à l’article 4. Voulu comme une solution définitive, le décret Albareda a été d’abord une habileté à court terme. Il est devenu ensuite l’outil d’un second écrasement des populations, cette fois par la marginalisation. C’est enfin une bombe, prête à exploser à tout moment, laissée à ses successeurs.

Notes

1 AHN, Interior, série A, 60, 1, 1, télégramme du 28 mars 1888. Le ministre fait adresser au gouverneur un numéro du Reformista sur ce sujet.

2 Diario de sesiones, 26 mars 1888, p. 2076.

3 Excellent rappel des procédures engagées par la compagnie dans Compañía de Rio Tinto, Los humos de Huelva.

4 J. G. H. [Juan Gómez Hemas], « La representación a las Cortes de la Compañía de Rio Tinto », Revista Minera, 24 avril 1888, pp. 121-122.

5 Carballo, Los humos de Huelva. Exposiciones presentadas a las Cortes y al Gobierno, p. 101.

6 Massó, 2002.

7 Diario de sesiones, 30 avril 1888, pp. 2963-2964, 9 mai, p. 3259, 22 mai, pp. 3546-3548.

8 Ibid., 24 mai, p. 3622, 28 mai, p. 3752, 1er juin, p. 3866, 5 juin, p. 3963 et 3 juillet 1888, p. 4830.

9 Ibid., 1er juin 1888, p. 3866.

10 Ibid.

11 Revista Minera, 1er mai 1888, p. 135.

12 AHN, Interior, A, 60, 1,1, télégramme du 6 mai 1888.

13 Ibid., télégramme du 25 avril 1888.

14 Coto, Pérez, Reyes, Tello, Los humos de Rio-Tinto, pp. 19-21.

15 Puche Riart, Ayala Carcedo, Jordá Bordehore et alii, 2004, pp. 465-473.

16 Revista Popular, 11 janvier 1885, pp. 19-20. Jacobo Rubio décède en 1898.

17 Une copie manuscrite du mémoire Memoria Huelva. Minería y Metalurgia 1888 est conservée dans AFRT, 100, D, 7, pp. 660-809. Citation pp. 661-662.

18 Ibid., p. 809.

19 Chastagnaret, 2000b.

20 CLM, III, pp. 141-144, décret du 22 juillet 1887 et Chastagnaret, 2000a, p. 1070.

21 Ministerio de Fomento, Dirección General de Agricultura, Industria y Comercio. Comisión ejecutiva de la Estadística minera, Datos estadísticos correspondientes al año económico de 1887-1888. Les années « naturelles » ne font en fait l’objet que de quelques tableaux très généraux.

22 Sur le séjour de Rubio à Rio Tinto, voir AFRT, 100, D, 7, mss., pp. 999-1001, Gabriel Rodríguez, avocat de Rio Tinto, « Al tribunal de lo contencioso administrativo », 7 novembre 1889.

23 Revista Minera, 24 juin 1889, pp. 188-189.

24 Compañía de Rio Tinto, Los humos de Huelva, p. 10.

25 Voir ci-dessus, chap. vi. Par ailleurs, pour le second semestre 1889, première période pour laquelle la compagnie communique des données à la commission en charge de la statistique, Rio Tinto déclare un volume d’extraction de 584 000 tonnes, sans indication de leur destination, exportation ou calcination in situ. AHN, Diversos, títulos, Familias, leg. 3183 ; Chastagnaret, 2000a, p. 666.

26 AHN, Interior, série A, 60, 1, 1, télégramme de l’alcalde de Minas de Riotinto au ministre de la Gobernación, 28 juillet 1888.

27 Ibid., télégramme de José Vázquez, alcalde de Paymogo au ministre de la Gobernación, juillet 1888 [jour non précisé].

28 AMA, leg. 11, Libro de actas capitulares, session ordinaire du 11 novembre 1888.

29 AHN, Interior, série A, 60, 1, 1, télégramme du ministre de la Gobernación au gouverneur, 31 décembre 1888.

30 Hobsbawm, 1963.

© Casa de Velázquez, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable