Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De fumées et de sang

 | 
Gérard Chastagnaret

Deuxième partie. L’embrasement du bassin

Chapitre x

« Toutes mes sympathies sont du côté des villages »

(La tragédie, acte III)

Texte intégral

  • 1 Sur Albareda, voir ci-dessus, chap. viii. C’est lui qui prononce la phrase titre de ce chapitre, de (...)

1Le nouveau remaniement du ministère Sagasta n’est qu’une péripétie politique de plus, liée aux tensions entre les diverses factions libérales. Il ne doit rien aux fumées, mais les villages peuvent croire qu’ils ont de la chance : c’est à un Andalou, José-Luis Albareda, que revient le portefeuille de l’Intérieur le 12 novembre 18871. Il vient précisément d’être élu sénateur de la province de Séville en 1887. On l’a dit : ce n’est pas son premier poste ministériel, puisqu’il a déjà eu le portefeuille de Fomento de 1881 à 1883. Andalou, figure, certes de second rang, du parti libéral mais figure quand même, en principe déjà familier des questions économiques par son précédent poste ministériel, Albareda présente au moins trois qualités pour être sensible au problème des calcinations et imposer une solution. En réalité, l’essentiel n’est sans doute pas là, mais dans le fait qu’il est novice à la Gobernación : il va cumuler l’apprentissage de ce qui est le ministère clé de la Restauration et l’affrontement d’une crise sans équivalent dans l’Espagne de l’époque. Il ne s’agit pas de mater une révolte rurale, ni de briser une grève, ni même de traiter un problème de disette. L’ordre public n’est pas menacé. Il s’agit simplement, si l’on peut dire, de permettre à la population d’une vingtaine de villages de vivre, modestement, mais de vivre, par la simple application du droit, de la loi municipale, contre des intérêts étrangers qui traitent la moitié d’une province comme une colonie exploitable à merci. Ministre de la Gobernación, ce poste devait être la culmination d’une carrière tout entière dévolue au mouvement libéral ; après seulement trois mois d’exercice, Albareda lui-même confessera ingénument aux Cortes qu’il est devenu pour lui un véritable calvaire. Albareda, un homme incapable de s’élever à la hauteur des enjeux, comme Romero Robledo fera plus que le laisser entendre, ou le révélateur d’une impasse terrible, celle d’un pays qui a perdu, un temps, la conduite de pans entiers de sa politique, la maîtrise de son destin ?

I. — Un ministre sous pression

2Les opposants aux calcinations ne laissent guère de jours de répit au nouveau ministre. Les télégrammes reprennent dès la fin novembre, les manifestations se multiplient et Albareda découvre avec stupeur le désarmement juridique et réglementaire de l’État devant les calcinations. Il ne tarde pas à réagir, dans trois directions.

  • 2 « Aujourd’hui se présente à moi un nombre croissant de laboureurs et propriétaires de cette commune (...)

3D’abord, gagner du temps. Le 30 novembre, il envoie deux télégrammes pratiquement identiques en réponse à deux demandes d’action très insistantes reçues la veille, l’une de la Liga contra calcinaciones de Aracena, l’autre de la mairie de Castillo de las Guardas. En clair : « Je viens d’arriver, je connais encore mal le dossier, mais il est pour moi prioritaire. » De quoi gagner quelques jours, au mieux quelques semaines. En fait beaucoup moins parce que la pression se fait toujours plus forte. Les télégrammes continuent et sont de plus en plus alarmistes, comme celui du maire de Calañas du 5 décembre, au fur et à mesure de la mise à feu de nouvelles teleras en une période de germination des cultures2. Comble de l’infortune ministérielle : le 14, la Diputación de Séville, la propre province du ministre, vient se joindre au chœur des mécontents.

  • 3 Ferrero Blanco, 1999, pp. 73-74.
  • 4 Par exemple la Puebla de Guzmán, AHN, Interior, série A, 60, 1, 1, 23 décembre 1888.

4D’où une seconde réaction : la mesure d’urgence. Le 16 décembre, une Real Orden désavoue le gouverneur pour avoir annulé la délibération de Calañas3. La décision lui vaut quelques télégrammes de félicitations4, mais elle ouvre surtout la boîte de Pandore de l’interdiction des calcinations par les communes qui ont des teleras sur leur territoire.

  • 5 Ibid.

5Vient enfin la troisième réaction, le travail sur le fond. Le ministre découvre, sans doute avec quelque étonnement, l’état d’impréparation de son ministère sur ce dossier. De manière significative, il ne s’adresse pas au ministère de Fomento, qu’il a pourtant dirigé quatre ans plus tôt. La réponse, issue du Corps des mines, est trop attendue : productiviste en faveur des compagnies et lénifiante sur les dégâts environnementaux. Le 23 décembre, il fait adresser deux télégrammes de demande d’information aux ambassades espagnoles de Londres et Lisbonne sur les « dispositions légales réglementaires relatives à l’exploitation des mines de cuivre5 ». Compte tenu des relations entre les deux pays, l’intérêt d’un ministre espagnol pour la législation portugaise ne manque pas de sel et témoigne du degré d’impréparation des autorités. Elle s’explique en fait par l’activité, apparemment sans problème, de la mine de San Domingo, explicitement mentionnée dans le télégramme du ministre. Le souci d’Albareda de traiter le problème au fond est sans nul doute louable, mais il intervient bien tard, trop tard : l’heure est aux rapports de forces, à Huelva comme à Madrid.

II. — De la mobilisation à l’agitation populaire

6Jusque-là, les différentes phases de l’action des antifumées se déroulent comme à la parade : une commune en avant-garde, une mobilisation locale de plus en plus active, à peu de frais, et enfin l’opportunité de passer à un autre niveau, l’extension des arrêtés d’interdiction à toutes les communes, à l’exception de celles contrôlées par les compagnies minières. Le caractère progressif de la démarche saute aux yeux, ainsi que son succès, mais il faut se méfier des évidences. La « planification » du mouvement protestataire résulte surtout d’une lecture a posteriori. Ses promoteurs ont pu anticiper un élargissement et une intensification de la lutte, mais ils ont aussi bénéficié d’une chance, imprévue, avec l’accès, en novembre, au ministère d’une personnalité issue et élue de la région, sensible aux souffrances des habitants, soucieuse d’acquérir une vraie connaissance du dossier, mais mal informée du rapport des forces. Imposer le respect de la légalité à des compagnies habituées à dicter leur loi ne s’annonce pas une mince affaire. Dans l’Espagne de la Restauration, une R. O. suffit-elle à inverser un rapport de forces ? Encore faudrait-il qu’elle soit appliquée par le gouverneur et respectée par les compagnies. Comme par ailleurs la R. O. du 16 décembre a soulevé un espoir immense et donné aux populations locales la caution protectrice de l’État de droit, les tensions ont toutes les chances de reprendre de plus belle, sinon de s’amplifier. Si tel est le cas, Albareda aura plutôt joué les apprentis sorciers, voire les boutefeux.

  • 6 AMA, leg. 11, Libro de actas capitulares, session extraordinaire du 20 décembre 1887.

7La réaction villageoise est immédiate. Le désaveu du gouverneur donne un nouvel élan à la mobilisation. Rio Tinto contrôlant les municipalités où elle allume des teleras, la pression populaire affecte surtout l’ouest du bassin, et notamment la commune d’El Alosno, où Tharsis possède une grande partie de ses installations de calcination. Une manifestation forte a lieu le 19 décembre. Les esprits sont échauffés. Le gouverneur, averti, a envoyé un détachement de la Garde civile pour prévenir tout débordement. Le conseil municipal est convoqué dès le 20 en session extraordinaire. Il se réunit d’abord en présence de plus de vingt représentants de la population6. Ceux-ci sont porteurs des plaintes des habitants contre les calcinations, sur les trois thèmes désormais classiques, les arbres, les cultures et la santé publique, mais il se disent aussi « fortifiés par la Real Orden émise par le ministre de la Gobernación le 16 de ce mois ». Après le départ des porteurs de la demande,

  • 7 Ibid.

l’affaire […] fut longuement débattue, et comprenant que dans une certaine mesure est juste et raisonnée la réclamation présentée aujourd’hui à la considération de la municipalité et qui, sous forme de manifestation, a été demandée par une partie croissante de la population se plaignant des préjudices causés par les fumées sulfureuses, désirant d’autre part satisfaire les désirs exprimés par l’opinion publique7,

  • 8 Télégramme du maire de El Alosno au gouverneur, en date du 20 décembre 1887, mentionné dans AHN, In (...)

8le conseil vote finalement à l’unanimité l’extinction complète des calcinations à échéance de trente jours. Le gouverneur est informé le jour même par l’alcalde, avant de l’être ensuite par courrier8.

  • 9 Peña Guerrero, 1998, p. 184.

9On est loin de la commune pionnière de 1877 : l’unanimité est finalement acquise, mais elle n’allait pas de soi. Tout se passe comme si le conseil avait cédé à la foule de la veille sans être complètement convaincu par une argumentation juste et raisonnée dans une certaine mesure seulement. On aurait aimé disposer de la teneur des débats. Quelles considérations, ou quels intérêts ont pu freiner l’ardeur antihumista de plusieurs conseillers ? Ce ne peut être la réalité des dégâts, admise par tous. Comme en 1877, l’emploi a pu être un argument de poids en faveur du statu quo dans une commune populeuse et pauvre. Comme souvent, l’hypothèse des intérêts personnels ne peut être écartée : Tharsis rechigne à indemniser, mais elle finit par payer, au point de faire de l’indemnisation des dommages un revenu régulier pour certains. Les compagnies ont beau jeu de dénoncer une pratique qui discréditerait la lutte. L’hypothèse la plus sérieuse, non exclusive des précédentes, est cependant celle de la proximité d’au moins une partie du conseil avec la compagnie de Tharsis. Je n’ai pu déterminer la couleur politique de l’alcalde Juan de los Santos Orta Blanes, mais le conseil comprend notamment un certain Antonio Limón Ponce. Or, dans sa reconstruction du parti conservateur dans la région de Valverde, Gregorio Arrayas, l’homme de Tharsis et Rio Tinto, s’appuie alors localement sur Francisco Limón Ponce, probablement frère du précédent et membre du conseil dix ans plus tôt, avec Rodrigo Rebollo9. Compte tenu des solidarités politiques familiales, de l’appui sans faille du parti de Cánovas aux compagnies minières et de la proximité, évoquée au chapitre vii, entre Gregorio Arrayas et Tharsis, l’étonnant ne réside pas dans les réticences, mais dans l’unanimité du vote final. On comprend mieux pourquoi les protestataires ne se sont pas contentés de manifester puis d’adresser une motion. L’envoi d’une commission nombreuse, soutenue par la population, au début du conseil, a dû peser dans la réflexion des hésitants, par ailleurs convaincus de la vanité ou de la réversibilité d’une décision que le gouverneur ne manquerait pas d’annuler.

10Quel changement depuis 1877 ! La commune pionnière semble devenue une suiveuse, qui avance presque à reculons. En réalité, la situation de 1877 était-elle si différente ? C’était déjà la population qui avait imposé le débat à la municipalité, non par une manifestation, mais par son porte-parole statutaire, le regidor síndico. Et le conseil municipal avait fait évoluer le débat en donnant la priorité à la question de l’indemnisation sur celle de la suppression des calcinations. Au fond, en 1887, les caciques conservateurs de El Alosno se découvrent, en même temps qu’ils doivent s’incliner devant la protestation populaire, qui contraint la municipalité à l’action. Paradoxalement, les fortes réticences municipales, liées à une combinaison d’intérêts et de solidarités politiques, illustrent la force de la vague populaire, une lame de fond à laquelle rien ne résiste. La défaite du clan d’Arrayas est celle de Tharsis : comment ne pas penser dès lors à vaincre la plus grande compagnie britannique ? Si El Alosno a cédé, pourquoi Riotinto ne finirait-elle pas par tomber ?

  • 10 Ferrero Blanco, 1999, pp. 73-74.
  • 11 AHN, Interior, série A, 60, 1, 2, 1, « Manifestaciones en El Alosno ».
  • 12 Récit des faits confirmé dans AHN, Interior, série A, 60, 1, 5, p. 3, Apuntes sobre los sucesos ocu (...)
  • 13 « Quelques habitants ont envahi la mine La Joya. Une enquête est en cours pour vérifier les faits e (...)
  • 14 Ibid., lettre de Moret à Albareda, 15 janvier 1888.
  • 15 Ibid., télégrammes échangés les 13 et 14 janvier 1888. Dans son courrier du 15, Moret dit avoir ave (...)

11Calañas, El Alosno, deux des trois communes les plus chargées en teleras ont désormais interdit les calcinations. Le mouvement est lancé. D’autres communes rurales hébergeant des teleras votent à leur tour des dispositions analogues : El Cerro, suivi par Cabezas Rubias, Villanueva de las Cruces, Puebla de Guzmán et Paymogo. Face à ce mouvement, deux types de réaction se font jour. La première, qui est le fait des compagnies, se situe sur le terrain du droit. Trois membres de la famille Arrayas, la « Trinité » des défenseurs des mines selon un sobriquet local, montent aussitôt au créneau, comme juges ou avocats10. La seconde réaction, associant les autorités, les compagnies et les représentants consulaires de Grande-Bretagne et de France, concerne l’ordre public. Le vote du 20 a apaisé les esprits à El Alosno d’où la Garde civile a été retirée mais, peut-être encouragée par une R. O. perçue comme une forme de caution du gouvernement aux antihumistas, la protestation franchit un nouveau degré, en s’orientant vers des actions de terrain, dans les mines elles-mêmes. À titre préventif, mais sans nul doute averti, le gouverneur envoie, le 22 décembre, des gardes civils sur les sites miniers de Tharsis, Sotiel Coronada et Los Silos. Lorsque, le jour suivant, le vice-consul britannique et l’agent consulaire français lui demandent d’assurer la protection des personnes et des biens, il peut ainsi répondre que les mesures de garantie nécessaires ont déjà été prises11. Ce qu’il ne dit pas, c’est que les sites sont tellement nombreux que la Garde civile ne peut être présente sur tous12. Le 27 décembre, survient « l’invasion » de la mine « La Joya », exploitée par une compagnie anglaise secondaire, la Bede Metal and Chemical Company. Le lendemain, le gouverneur avertit succinctement le ministre et annonce l’ouverture d’une enquête, sans plus13. L’affaire est aussitôt exploitée par les compagnies, promptes à dénoncer l’incapacité du pouvoir à protéger des droits légitimes. Informé des violences commises, avec des dégâts évalués à 12 500 duros — 50 000 pesetas —, l’ambassadeur britannique Ford annonce oralement à Moret l’envoi d’une note écrite14. Pour la diplomatie britannique, la stratégie de non-intervention recommandée deux mois plus tôt est désormais caduque. L’habileté est toujours de mise, parce que le choix de l’interlocuteur n’est pas innocent : ministre d’État mais aussi détenteur d’intérêts miniers, Segismundo Moret est une figure libérale, membre de l’aile gauche du parti comme son collègue Albareda et andalou comme lui. Très probablement alerté par Moret, Albareda demande le 13 janvier des informations complémentaires au gouverneur. Dans sa réponse, celui-ci continue à minimiser l’affaire : « quelques habitants de la colline avaient envahi mine La Joya » et il ne paraît pas spécialement actif sur le dossier : l’affaire suit son cours judiciaire et il veille à l’ordre public15. En fait, c’est le point de départ d’une mobilisation des compagnies qui ont trouvé là un argument pour déstabiliser le ministre. Moret le sent bien : le 15, il adresse une courte note à Albareda pour qu’elle lui serve de pense-bête sur un dossier épineux.

III. — Le ministre affiche son camp

  • 16 Diario de sesiones del Congreso, séance du 12 janvier 1888, pp. 525 sq.

12En fait, ce qu’envoie Moret à son ami est un avertissement à peine déguisé, celui de prendre garde aux compagnies. Albareda doit en être déjà conscient. Le 12 janvier, il a été interpellé par Bushell sur la R. O. du 16 décembre16. Le député à la solde de Rio Tinto considère que ce texte ne peut s’appliquer, notamment parce qu’il entre en contradiction avec la R. O. de juillet 1879, ce qui revient d’ailleurs à avouer la crispation des compagnies sur une cartographie dévoyée dans sa réalisation même et depuis longtemps dépassée. Albareda répond sans se dérober, par la distinction de deux problèmes, une question de droit, et une autre d’intérêt général, qui touche la santé publique et l’agriculture. Sur le premier point, il révèle le cheminement de la procédure : tandis que les compagnies obtenaient du gouverneur la suspension du décret, « des habitants » de Calañas ont élevé un recours au ministère, qui l’a porté au Conseil d’État. À l’unanimité moins deux voix, celui-ci a tranché juridiquement, contre la décision du gouverneur de Huelva de suspendre la délibération de Calañas. Le ministre n’a fait que s’incliner. En réalité, il a sans doute fait beaucoup plus, tant le politique est habitué à prendre ses aises avec le droit dans l’Espagne de la Restauration. On savait déjà que la délibération de Calañas avait exercé un fort pouvoir de subversion. Albareda lui permet d’afficher sa vraie mission : agir aussi comme une bombe juridique. Il n’en reste pas là et en vient à l’autre point, celui de l’intérêt général. Atacado, con rudeza y sobre todo con injusticia, il assume sa posture. Sans prétendre détenir la solution, sans méconnaître le poids de l’industrie du cuivre contrôlée par de poderosas empresas, il appelle à un vaste débat sur le sujet et formule une véritable profession de foi :

  • 17 Ibid., p. 526. Extrait plus long en annexe IV.1.

Je dois faire, à Votre Seigneurie et devant toute la Chambre, une déclaration, qui est la suivante : sur la question des fumées, toutes mes sympathies (que Votre Seigneurie n’oublie pas le poids et la signification des mots) sont du côté des villages. Des entreprises puissantes, […] exercent dans la province de Huelva, comme vous le savez tous, l’industrie qui consiste à extraire les riches trésors de cuivre […] La province de Huelva connaît la croissance avec le développement de cette richesse et de cette industrie, on fait des chemins de fer, on construit un quai magnifique ; […] en résumé, se développe une richesse d’une grande importance pour l’État espagnol […]
Mais, Messieurs ! De l’autre côté s’élèvent les plaintes et clameurs de quarante villages. Leurs habitants, selon des rapports dignes de foi, souffrent et endurent parce qu’un intérêt, étranger au leur mais tout proche, convertit l’air pur, qui était un don de la nature et une prodigalité du ciel, en un climat pestilentiel dans lequel ils voient tomber malades leurs femmes et leurs enfants. Ces fumées, qui produisent une richesse si digne d’estime, dévastent les champs ; la fertilité disparaît, les arbres sèchent, les eaux des rivières sont empoisonnées, la pêche disparaît, la nourriture devient difficile, et l’on ne sait pas où cela va s’arrêter : les fumées s’arrêtent de détruire, et le jour suivant, après avoir converti en un véritable désert un bout de terrain naguère fertile et agréable, elles avancent implacables et, selon des justifications qui méritent toute ma confiance, arrivent à produire leurs ravages à des lieues de distance17.

  • 18 Ibid., p. 527.

13La dénonciation des atteintes aux cours d’eau, à la végétation, aux cultures, est forte, emphatique même, mais sans véritable originalité. En revanche, c’est la première fois qu’un discours officiel reconnaît le problème de santé publique, même s’il le limite aux catégories perçues comme faibles, les femmes et les enfants. La nouveauté est presque imperceptible, elle est en fait annonciatrice d’un changement politique décisif. La portée du discours n’a sans doute pas échappé à Bushell, mais il se garde bien de le dire. Sa réponse est double. D’une part, il minimise en se livrant à un argumentaire juridique, sur les limites de la portée de la décision du Conseil d’État. D’autre part, il se livre à une tentative de déplacement du problème : « Lorsqu’il s’agit de questions comme celles-ci, elles ne peuvent être résolues ni par les sentiments humanitaires, dont Votre Seigneurie a donné un si brillant échantillon dans son discours, ni par l’intérêt d’entreprises déterminées, mais en répondant aux intérêts généraux du pays18. »

14Le compagnonnage de parti et même les amitiés éventuelles comptent peu dans ce choc frontal entre les intérêts économiques et le sort des populations, qui peut se résumer en une dispute sémantique sur le sens de « l’intérêt général ». Chacun se l’approprie, avec une nuance : le porte-parole des compagnies emploie un pluriel involontairement chargé de sens puisque multiplier les intérêts généraux revient à ne pas revendiquer une priorité impérative.

IV. — Les circuits courts des compagnies

  • 19 AHN, Interior, série A, 60, 1, 1, note du ministre d’État à Albareda, 18 janvier 1888.

15La séance du 12 janvier n’était pas consacrée à la question des fumées, Albareda n’a pas cherché une tribune : il a simplement répondu à un député de sa propre majorité dans ce qui serait aujourd’hui une séance de questions–réponses. Tous les bords ont néanmoins conscience de l’importance du moment. Entre le 16 et le 23 janvier, Albareda reçoit une nouvelle série de télégrammes de félicitations. Ils émanent de six villages : Castillo de las Guardas, Villanueva de las Cruces, la Puebla de Gúzman, Aracena, Alosno, El Cerro. La liste est courte, beaucoup plus que celle des protestations de septembre. Ce n’est qu’une demi-surprise dans la mesure où, cette fois, les alcaldes pedáneos n’avaient pas à être mobilisés. Il n’en reste pas moins des absences étonnantes, à commencer par celles de Calañas ou Zalamea, comme si les responsables des deux principales communes du mouvement ne pouvaient remercier pour de simples paroles. Le ministre aurait pourtant besoin de soutien et de réconfort en un moment où le front des entreprises se révèle, enfin, très inquiétant. Aucune compagnie ne lui écrit directement, comme si tout dialogue direct était devenu impossible avec un ministre qui a pris publiquement parti contre leurs intérêts. On ne discute plus : on contourne, on écrase ou on abat. Trois circuits sont utilisés. Le premier est classique : c’est la voie diplomatique, par l’ambassadeur britannique. Celui-ci, on l’a vu, ne s’adresse d’ailleurs pas directement à Albareda, mais au ministre d’État. Il utilise de nouveau le même circuit pour demander vigilance devant l’annonce d’une manifestation à El Alosno le 2119.

  • 20 AHN, Interior, série A, 60, 1, 1, lettre de R. L. Thomson à Son Excellence Sr D. José María Albared (...)

16La seconde voie est beaucoup plus étonnante. C’est celle d’un Anglais, R. L. Thompson, apparemment un simple particulier, qui a fait imprimer un papier à lettre à en-tête de sa résidence madrilène, assez familier du ministre Albareda pour le rencontrer en tête-à-tête puis adresser, le 18 janvier, à son distinguido amigo, une lettre personnelle dépourvue d’aménité20. Il lui rappelle leur entrevue récente, au cours de laquelle il a attiré son attention sur les troubles survenus à La Joya, ainsi qu’à Nerva et Rio Tinto. Il lui demande de prévenir les troubles annoncés à El Alosno pour le 21, coupure de presse à l’appui, et lui rappelle son engagement : « Vous m’avez promis que justice se fera. Vous “poursuivrez et emprisonnerez” (selon les ordres donnés en ma présence), toute personne qui a pris ou prend une part directe dans le non-respect de la loi, déshonorant ainsi le ministère que vous occupez dignement. »

17Cette demande pressante s’accompagne de deux manœuvres. La première est une habileté personnelle à l’égard du ministre. Il lui offre une porte de sortie honorable en l’invitant à démentir la rumeur selon laquelle

on a laissé entendre au gouverneur, en abusant bassement de votre bonne réputation, qu’il devait laisser toute liberté d’action aux bandits formant les bandes armées dont se sont servis, à leurs propres fins, les « agitateurs » de Huelva, commandés dans cette capitale par d’éminents représentants.

18Et il se vante d’obtenir le fin mot de l’histoire :

Je tiens déjà les fils et j’espère qu’ils ne rompront pas jusqu’à ce que j’arrive là où je veux aller — au châtiment exemplaire des vrais coupables, quels qu’ils soient. S’il y a des troubles à El Alosno le 21 de ce mois, j’obtiendrai du gouverneur la vérité, du pourquoi à cette occasion comme dans les autres, on a laissé agir aussi impunément. J’ai plus que des soupçons que vous avez été abusé de la manière la plus indigne.

19La porte de sortie, offerte sous forme de démenti, est immédiatement assortie d’une menace : des troubles à El Alosno le 21 donneraient corps à la rumeur. Vient ensuite la seconde manœuvre, une lecture exclusivement politique de la protestation antifumées :

La même campagne que j’ai faite sans relâche durant six années contre Ruiz Zorrilla, je la ferai contre des personnes qui sont pour moi de la même catégorie que Zorrilla, parce qu’elles emploient pratiquement les mêmes procédés révolutionnaires pour décrier et discréditer l’Espagne à la face du monde civilisé.
La question de la calcination à l’air libre, à laquelle je cherche une solution, est la moins importante dans cette écœurante affaire.

  • 21 Voir Tuñon de Lara, 1968, pp. 269 et 284 ; Varela Ortega, 2001a, pp. 206-211.

20Assimiler le mouvement pour la suppression des teleras aux soulèvements républicains fomentés par Ruiz Zorrilla, contre lesquels Thomson se vante d’avoir mené une campagne pendant six ans ne repose sur aucun fondement factuel ; Thomson ne croit probablement pas en sa propre rhétorique, mais celle-ci vise deux buts précis. D’abord menacer le ministre, tout en faisant semblant de croire en son innocence. Derrière la courtoisie, on perçoit la sûreté arrogante d’un homme qui s’est déjà immiscé dans la vie politique espagnole. Le second objectif, plus subtil, consiste non seulement à déplacer le débat sur le terrain politique, mais à rappeler des solidarités. D’où l’affichage du pedigree politique et l’évocation d’un ennemi politique qui prend le masque de la lutte contre les fumées. L’énigme est aisément décryptable, surtout pour le ministre. Cet ennemi est un mouvement, le parti réformiste. Il a aussi des visages dans la capitale de la province : le premier d’entre eux n’est pas cité, mais l’allusion à Ordóñez Rincón est très claire. Thomson laisse entendre que les fils peuvent mener aussi beaucoup plus haut. En ce cas, c’est Romero Robledo qui est visé, aussi hostile aux libéraux qu’aux calcinations. L’assimilation implicite entre protestataires et réformistes permet de transférer le débat sur un autre terrain que celui de la pollution. La dernière phrase de la lettre est révélatrice : « La question de la calcination à l’air libre, à laquelle je cherche une solution, est la moins importante dans cette écœurante affaire. » Conclusion implicite : au lieu de se laisser manœuvrer par la pseudo-affaire des calcinations, Albareda ferait mieux de revenir à la politique et d’appuyer ses vrais amis confrontés à une agression masquée contre le pouvoir libéral et, plus profondément, contre le système de la Restauration. La lutte contre Ruiz Zorrilla est un label d’amitié pour les libéraux, pour qui le conspirateur républicain est devenu une vraie bête noire au cours des dernières années, avec notamment deux soulèvements, l’un le 5 août 1883 à Badajoz, l’autre à Madrid même le 19 septembre 188621.

  • 22 AFRT, leg. no 1622, Staff, staff book no 1, p. 19, no 2, p. 268.

21Mais qui est donc ce citoyen britannique qui affiche ses intrusions répétées dans la vie politique espagnole, qui se permet d’adresser au ministre un ultimatum, des conseils et des offres de service, qui lui dit avec quelles lunettes lire les affaires de son propre département ? Les archives de Rio Tinto proposent une réponse, possible sinon probable. Robert Thomson est un « clerk in accountant office at mines », un simple employé de comptabilité sur le site minier engagé en février 1883. La mention, dans son courrier au ministre, d’une lutte de six années contre Ruiz Zorrilla signifie qu’il réside en Espagne au moins depuis 1882. Rio Tinto aurait embauché un résident britannique à Madrid, pour une activité et un salaire que n’indique pas le staff book. En revanche, les augmentations y figurent : son salaire annuel est porté à 137 livres à compter du 28 février 1884, 150 livres à compter du 5 mars 1885, 160 à compter du 8 avril 1886 et enfin 180 à compter du 17 mars 188722. Initialement plutôt basse dans l’échelle des salaires de la colonie anglaise, la rémunération de Thomson se rapproche de celle d’un cadre moyen. Plus de 30 % de progression en trois ans : le mouvement est assez fort pour retenir l’attention, surtout s’agissant d’un employé aux fonctions comptables plutôt subalternes. Deux hypothèses sont possibles. La première serait que Robert Thomson aurait rapidement adjoint à ses fonctions officielles une seconde mission, de plus en plus reconnue, de lobbying politique pour la compagnie, à Huelva mais aussi à Madrid. L’autre hypothèse, plus vraisemblable compte tenu de sa résidence préalable en Espagne, est que, repéré pour sa connaissance de la langue espagnole — il écrit avec correction et fermeté —, son entregent et ses entrées politiques, le personnage, au profil d’agent britannique, aurait été recruté d’emblée pour cette mission de pénétration de la vie politique espagnole. En ce cas, son statut de comptable aurait été surtout un moyen de le rémunérer et de lui donner une couverture. Il n’est pas possible de trancher définitivement, mais plusieurs éléments sûrs apparaissent. Il est à l’aise à Madrid, où il a pignon sur rue et ses entrées chez les responsables du parti libéral : le ton de sa lettre ne laisse aucun doute sur sa familiarité avec Albareda. Il l’est aussi à Huelva : il connaît les réseaux politiques locaux, il a ses entrées chez le gouverneur. Ses efforts antizorrillistes ont dû se déployer, au moins partiellement, dans le cadre de la province d’autant plus que le soulèvement de 1883 suit de quelques mois son recrutement par la compagnie.

22Les mois et années qui suivent le 4 février confortent l’hypothèse d’un personnage aux talents multiples reconnus et valorisés par l’entreprise. Ils font apparaître aussi l’autre face de son entregent et de son agressivité politique, l’absence de scrupule. Le 6 juillet 1888, il quitte son poste à Rio Tinto pour en retrouver un autre, le 4 octobre suivant, toujours dans la même compagnie, mais à Huelva, de comptable d’un dépôt, au salaire de 250 livres annuelles. 39 % de plus ! L’augmentation de salaire et l’affectation à Huelva sonnent à la fois comme une reconnaissance des mérites passés et l’installation dans une ville où il pourra plus aisément déployer ses talents politiques. En même temps, toute ambiguïté disparaît : le voici désormais effectivement intégré à l’activité de la compagnie. Le salaire n’augmente plus, mais la carrière continue à évoluer. Une enquête interne, réalisée en mars 1892, aboutit à une conclusion positive à son égard et, le 31 décembre 1894, le voici nommé chef du magasin général de Huelva. C’est un des postes importants de la compagnie en Espagne ; c’est aussi un poste à forte visibilité locale, qui l’impose dans les réseaux de pouvoir et de notabilité. Il en profitera peu. Deux mois après, le 28 février, des irrégularités sont détectées dans sa gestion et, le 15 mars, il est autorisé à démissionner. Rio Tinto le sacrifie d’autant plus facilement que la compagnie n’a plus besoin de ce genre de personnage. L’assimilation entre le Thomson madrilène et le Thomson de Rio Tinto attend de nouvelles preuves, positives ou négatives, mais la trajectoire globale de l’individu donne corps à l’hypothèse.

  • 23 Ferrero Blanco, 1999, pp. 74-75.
  • 24 Il lui annonce l’arrivée du courrier pour le 20 janvier en principe… AHN, Interior, série A, 60, 1, (...)

23L’intervention de l’ambassadeur relève de la pratique courante ; le rôle politique d’un personnage douteux, qui peut fort bien avoir été recruté à cette fin par la compagnie, est déjà beaucoup plus singulier, mais la troisième voie est la plus étonnante dans un État construit sur le principe d’une administration centralisée. C’est le court-circuit du ministre par les compagnies qui traitent directement avec le gouverneur. Le problème est l’expiration de l’échéance fixée par la commune d’El Alosno pour l’extinction des teleras, un délai d’un mois à compter de la notification aux compagnies. Tharsis et la Compagnie des mines de cuivre de l’Alosno ayant fait appel de la décision dès le 23 décembre, le gouverneur convoque la commission provinciale issue de la Diputación pour recueillir son avis. Jusque-là, rien que de normal : à la différence de ce qui s’est passé pour Calañas, la procédure réglementaire est respectée. Le recours des compagnies est rejeté par quatre voix sur cinq. La suite est stupéfiante. Le résultat reste le même que pour Calañas : le 17 janvier, le gouverneur annule la délibération municipale23. La décision ne peut que nourrir les rumeurs, relayées par la presse d’opposition de Séville — celle de Huelva ne peut se le permettre — sur la corruption des gouverneurs de Huelva à la solde des compagnies minières. Le ministre n’est pas consulté : il apprend la décision de son subordonné par un journal romerista, El Reformista. Interrogé par télégramme, le gouverneur confirme sèchement, en disant seulement qu’il a adressé une communication « étendue et détaillée » au ministre, que celui-ci n’a pas encore reçue24. L’annonce, par un journal libéral local, d’une manifestation à El Alosno le 21, annonce relayée par l’ambassadeur anglais et par Thomson, ne s’accompagne d’aucune explication sur son mobile, alors même que la décision du gouverneur est connue localement depuis plusieurs jours.

  • 25 AMA, leg. 11, Libro de actas capitulares, séance extraordinaire du 20 janvier 1888.
  • 26 Ibid.

24Le conseil municipal de El Alosno se réunit en session extraordinaire dès le 20 janvier et vote à l’unanimité, cette fois sans tension apparente, une délibération très argumentée25. Celle-ci rappelle les fondements juridiques de la décision d’interdiction prise le 20 décembre 1887, disqualifiant au passage l’un des arguments du gouverneur sur ce terrain : l’annulation, par lui-même, d’une décision municipale analogue de Calañas, constituerait un précédent recevable ! Le conseil insiste sur le fait « que les villages, lassés de souffrir des préjudices irréparables, qui sont ceux qui touchent la santé, ne cessent de se plaindre en réclamant à grand cri l’arrêt d’un système aussi nocif26 ». Cela le conduit à réfuter ensuite le principal argument du gouverneur, le trouble à l’ordre public. Le conseil peut en effet

  • 27 Ibid.

démontrer que la délibération annulée, loin d’encourager des tendances agressives ou d’inciter au tumulte, comme dit le gouverneur dans l’un de ses attendus, a calmé les esprits exaltés et que l’annulation est ce qui pourrait rendre plus difficile la situation qui se vit actuellement avec l’état d’esprit des villages27.

  • 28 Ibid.

25Il termine en soulignant que d’autres villages, affectés eux aussi par des fumées en provenance de El Alosno, « se sont adressés à ce conseil en le suppliant de décider l’interdiction d’un système si destructeur qui ravage la région28 ». La décision est double : introduire un recours contre la décision du gouverneur, recours adressé directement au ministre de la Gobernación, avec copie au gouverneur. Dans l’attente de son examen, la municipalité se plie à la décision du gouverneur, mais la notifie personnellement à chacun des habitants qui avaient été à l’origine de la décision d’interdiction. Le conseil s’engage à aider dans la constitution de leur dossier ceux qui décideraient de porter l’affaire en justice à titre personnel. L’attitude est donc strictement juridique, mais elle est double : d’un côté une grande fermeté, de l’autre une prudence de fait, dans le respect d’une décision manifestement illégale. L’unanimité facile entre les conseillers municipaux de tous bords est en réalité une victoire des prohumistas. Les arguments contre les calcinations sont fermes, sans concession, mais en fait, les teleras continueront à brûler, de nouvelles seront mises à feu.

  • 29 AHN, Interior, série A, 60, 1, 5, p. 4, Apuntes sobre los sucesos ocurridos en el pueblo de Minas d (...)

26La manifestation du 21 janvier est une réponse à une décision lourde, illégale et cachée au ministre. Elle devient aussi une alternative à l’impuissance à court terme de la municipalité. À défaut d’être éclairé sur leurs motifs immédiats, Albareda est informé des risques de troubles pour les jours suivants. Obligé de jouer le jeu du pouvoir, il ne sanctionne pas le gouverneur et demande une stricte vigilance sur le maintien de l’ordre. Le ministre se trouve donc triplement marginalisé, par les compagnies minières, par le gouverneur qui relève de son autorité directe, et même par des responsables locaux, comme si ceux-ci opéraient une lecture duale d’Albareda : un homme sensible à leur problème, sincèrement engagé à leurs côtés, mais un ministre faible, manipulé par les intérêts et incapable de s’imposer à sa propre administration. Curieusement, la Garde civile elle-même s’interroge sur le lieu du pouvoir réel. Le 23 janvier, le chef des forces envoyées à Tharsis rend compte de la demande d’appui de la force publique formulée par une commission d’habitants de El Alosno pour l’extinction des teleras dans un délai de vingt-quatre heures. Il consulte aussitôt le gouverneur dont la réponse est immédiate et sans nuances : « […] une fois annulée la délibération municipale, il fallait soutenir cette annulation et maintenir l’ordre public29 ». La volonté du gouverneur l’emporte sur la décision du Conseil d’État et occulte les incertitudes du ministre.

V. — Calañas de nouveau sur le front

27Retour à Calañas, là où tout a commencé, ou recommencé, en 1886. Ce n’est plus le même conseil municipal : il a changé en juin 1887. Mais la volonté, la rage d’en finir avec les teleras sont toujours là. Calañas : un village pionnier, têtu, méthodique, y compris dans la correction de ses propres erreurs. Il n’est pas le seul à repartir au combat, mais il est le premier après la décision du gouverneur du 17 janvier, et il mérite encore de servir d’exemple de cette lutte pour faire valoir le droit. Il s’agit toujours de répondre au mieux à l’abus de pouvoir du gouverneur. La suspension, le 28 octobre suivant, de la délibération du 26 septembre 1886, avait entraîné, dès le 5 novembre, un recours de la part de la municipalité. Jusque-là, aucune faute. Le problème vient de ce que la municipalité s’est montrée moins réactive devant une seconde décision du gouverneur, prise le 17 juin 1887, d’annulation pure et simple de la même délibération. La date, à deux semaines d’un changement d’équipe municipale, peut expliquer ce manque de vigilance et n’était sans doute pas choisie au hasard. Résultat : aussi illégal soit-il dans son fondement juridique, le décret du gouverneur peut difficilement être contesté faute de l’avoir été dans le délai de rigueur. C’est pourquoi, après consultation de plusieurs juristes, la Commission de propriétaires résidant à Madrid recommande au conseil municipal de prendre une nouvelle délibération d’interdiction des calcinations. Ce lien avec la commission madrilène montre que la démarche de Calañas n’est pas solitaire, mais la commune continue à jouer un rôle de premier plan dans la stratégie d’ensemble de lutte contre les calcinations.

  • 30 AMC, leg. 12, Libro de actas capitulares, séance extraordinaire du 19 janvier 1888.
  • 31 Ibid.

28Le nouveau conseil municipal joue le jeu, mais il le fait à sa manière : le 19 janvier 1888, il adopte une délibération de plus de six pages, dont cinq d’attendus30 ! Les références à la santé publique et aux expertises médicales sont traitées brièvement, tout comme la présentation des effets des fumées sur la végétation et les cultures : tout cela sonne comme un renvoi implicite aux documents de 1886. L’argumentaire juridique est très détaillé, appuyé sur le droit minier aussi bien que sur le droit municipal. Il va jusqu’à traiter de la loi autorisant la vente de Río Tinto, alors même que la commune n’est pas touchée par les fumées de cette compagnie : Calañas reprend manifestement, presque mot pour mot, le résultat des travaux et consultations de la commission madrilène, sans éliminer ce qui ne la concerne pas. On retrouve le même usage de la commission dans les considérations techniques sur le procédé des calcinations, distribuées en deux passages disjoints, avec comme conclusion l’urgence de supprimer « un système aussi rudimentaire que préjudiciable, accepté seulement à Boston et dans la province de Huelva31 ». Allusions à des expertises techniques non commandées par la commune, référence à Boston comme unique autre lieu de survivance de la technique, mention d’une hausse des prix du cuivre, en l’occurrence bien réelle et liée à la spéculation organisée par le Comptoir des Métaux : tout cela renvoie à un dossier préparé à l’extérieur, à un « prêt-à-voter » concocté par la Liga et ses experts.

29Comme en 1886, Calañas est un bon soldat d’une cause qui le dépasse. Un combattant moins autonome ? Sans doute, mais comme en 1886, la commune sait aussi fabriquer ses propres munitions. Elles ne relèvent plus de l’expertise construite in situ, mais de l’invocation et de l’appel au sursaut. Le point de départ est archiconventionnel : l’éloge de l’agriculture, puis celui de la transmission de patrimoines forgés dans la sueur. L’originalité vient ensuite. C’est d’abord l’avertissement des deux risques inhérents à l’arrêt de l’activité minière, qui surviendra un jour : la misère et l’émigration. C’est ensuite l’appel au respect prioritaire de la vie :

  • 32 Ibid.

Comme la vie est ce qu’il y a de plus respecté par les lois et de plus respectable pour les hommes, […] tous doivent veiller à ce que ce droit sacré de l’homme soit accompli et respecté y compris au prix de toutes les richesses positives et de tous les biens terrestres32.

30C’est enfin, dix ans avant Costa, un appel au sursaut national, déjà cité dans le prologue de cet ouvrage. Empreint d’une hostilité à peine voilée à l’égard de l’Angleterre, il se conclut par une citation attribuée à l’un des grands romanciers français du xixe siècle :

  • 33 Ibid.

C’est un motif de dépression pour tout Espagnol que l’on accepte dans sa patrie ce qui est interdit dans la patrie de ceux qui exploitent notre province. Cette tolérance criminelle conduit les nations européennes à construire un concept humiliant et vexatoire de notre nationalité et à croire imagée et véridique la célèbre expression de Dumas, que l’Afrique commence aux Pyrénées33.

  • 34 La paternité de la phrase, incertaine, est généralement attribuée soit à Alexandre Dumas, soit à Th (...)

31À la différence des analyses juridiques ou techniques, ces passages portent la marque de la rhétorique, ou plus positivement du lyrisme local, ainsi que d’une culture ouverte sur l’extérieur : Alexandre Dumas apparaît bien dans la liste des pères putatifs de la célèbre formule34. Calañas retrouve le ton de 1886 : se battre pour la commune, servir aussi un combat qui la dépasse.

  • 35 Voir ci-dessus, chap. ix.
  • 36 AMC, leg. 12, Libro de actas capitulares, séance ordinaire du 22 janvier 1888.

32La décision est attendue : c’est l’interdiction de toutes les calcinations sur le territoire de la commune, avec une reprise textuelle des termes de la délibération de septembre 1886, aussi bien pour le délai, de trente jours, que pour les conséquences en cas de non-accomplissement35. Trois jours plus tard, une nouvelle délibération étend l’action au procédé de la voie humide, appelé cémentation, qui provoque l’acidification (vitriolización) de tous les cours d’eau. En vertu des pouvoirs que lui confère la loi sur les Eaux, le gouverneur est sollicité de mettre un terme aux causes qui provoquent cet empoisonnement des eaux36. Ce ne sont plus les seules calcinations à l’air libre qui sont visées, mais bien toute la chaîne productive associant voie sèche et voie humide : la posture va bien au-delà de ce que réclamaient les municipalités moins de deux ans plus tôt et elle est beaucoup plus exigeante pour les compagnies, puisqu’elles ne pourront même plus se convertir à une voie humide intégrale sans réformer profondément celle-ci. Cimentée de tous les types de justifications, c’est la ligne dure qui s’impose désormais : plus de délai ni de compromis productif.

  • 37 AHN, Interior, série A, 60, 1, 2, 1.

33Calañas est un exemple, mais nullement une exception. D’autres communes poursuivent ou reprennent le combat, y compris El Alosno, à la différence que, en ce cas, la lutte n’est pas, ou plus, le fait de la municipalité, mais de la population elle-même. À la fin du mois, la rumeur court que la société du Lagunazo a allumé de nouvelles teleras. Le maire avertit le gouverneur de la menace d’invasion des mines par la population. Il faut un démenti de la rumeur et une lettre du ministre à l’alcalde pour apaiser provisoirement les esprits37. Les compagnies pourront-elles longtemps poursuivre leur activité dans de telles conditions ?

VI. — Un affrontement plus équilibré ?

34Que de changements en un an et demi ! La stratégie « territoriale » engagée à Calañas au printemps 1886 a eu de multiples effets : une mobilisation des élus et des populations, une alerte du gouvernement avec, de la part du ministre en charge du dossier, une expression forte de solidarité devant la chambre des députés et enfin une victoire juridique, avec le droit reconnu aux maires d’interdire les calcinations. Pourquoi alors tous, ou presque, ont-ils le sentiment que rien n’a encore basculé ? Tout simplement parce que, de fait, rien n’a changé. En dépit de la R. O. de décembre, les compagnies ne reconnaissent pas la validité des arrêtés municipaux, elles ont toute confiance dans la protection de l’appareil judiciaire local et même dans celle du gouverneur.

35Les villageois voient donc toujours s’allumer de nouvelles teleras. Au demeurant, le principal territoire, celui de Rio Tinto, échappe de fait à la stratégie « municipaliste », puisque la compagnie contrôle les mairies de Riotinto et Nerva. Toujours en janvier 1888, la municipalité de Zalamea télégraphie au ministre pour exprimer son refus du système d’indemnisations auquel s’agrippe toujours la compagnie. Les opposants ont-ils au moins gagné l’appui des pouvoirs publics autrement qu’en paroles ? Dans les faits non seulement la force publique n’intervient toujours pas contre les teleras, mais le pouvoir donne des signes en sens inverse. On vient d’en voir un exemple pour le gouverneur, mais le ministre lui-même répond à l’attente des compagnies : le 19 janvier, le gouverneur de Huelva lui télégraphie pour l’assurer qu’il a exécuté ses directives et pris toutes les dispositions pour faire respecter l’ordre public, notamment par l’usage de la Garde civile, probablement à El Alosno. Thomson peut donc être rassuré : l’État n’est pas du côté des émeutiers.

  • 38 Le 3 février encore, le maire adresse au ministre un télégramme alarmiste : « Esprits hautement exc (...)

36La victoire juridique de Calañas devant le Conseil d’État n’est donc pas le terme du combat protestataire, tant s’en faut, mais elle est néanmoins porteuse d’une nouveauté désagréable pour les compagnies : l’insécurité juridique. C’est peu, mais c’est déjà beaucoup, parce que, à l’exception de Rio Tinto, elles vont être désormais obligées de prendre au sérieux le harcèlement juridique des mairies auquel s’ajoute la pression des manifestations, surtout là où la municipalité semble peu sûre, comme à El Alosno38. Même si la justice a peu de chances d’évoluer, les compagnies n’auront pas toujours comme interlocuteur un gouverneur aussi complaisant. La situation devient difficile à décrypter : faut-il parler d’une immobilité apparente et de mouvement de fond, en référence à la dernière observation, ou au contraire d’agitation de surface et d’immobilité profonde, du fait de la permanence des calcinations ?

37Les premiers actes du drame ont noué l’intrigue, mais ils l’ont aussi figée dans un face-à-face insoluble entre les compagnies et les protestataires contre les calcinations. Insoluble parce que les compagnies ne peuvent éteindre la protestation pas plus que celle-ci ne peut éteindre les teleras. L’État a bougé : sa position ne se confond plus avec l’idéologie du Corps des mines et il n’apparaît plus comme l’instrument docile des compagnies, mais il fait très peu, sinon rien : l’appel d’Albareda, dans son intervention du 12 janvier aux Cortes, est avant tout l’expression d’une absence de doctrine sur le sujet et d’une forte capacité d’indécision. Dix-huit mois de lutte entre deux acteurs acharnés tandis que le troisième ne sait plus trop où il en est : le principal résultat est une montée des tensions, une montée des périls. Cet équilibre instable des forces ne va pas tarder à être rompu par l’entrée en scène du quatrième acteur, le monde des ouvriers, au sein d’une compagnie qui se croyait à l’abri de tout parce qu’elle échappait à la vindicte des mairies.

Notes

1 Sur Albareda, voir ci-dessus, chap. viii. C’est lui qui prononce la phrase titre de ce chapitre, devant le Congrès des députés, lors de la séance du 12 janvier 1888.

2 « Aujourd’hui se présente à moi un nombre croissant de laboureurs et propriétaires de cette commune expliquant qu’ils ne peuvent résister plus longtemps aux nuages de fumées sulfureuses qui les enveloppent rendant la vie impossible à la fois parce qu’on ne peut respirer et que les semailles, sorties florissantes, deviennent brûlées — époque de germination. Du fait de la proximité de la mine avec l’agriculture, ils demandent à mon autorité de faire savoir au gouvernement de S. M. que faute de solution rapide du dossier des fumées en question, ils ne répondront pas de ce que, à un moment donné, ils se lancent à détruire leurs foyer destructeurs. Signé Bartolomé Ramírez » (AHN, Interior, série A, 60, 1, 1, télégramme de l’alcalde Calañas au ministre de la Gobernación, 5 décembre 1887).

3 Ferrero Blanco, 1999, pp. 73-74.

4 Par exemple la Puebla de Guzmán, AHN, Interior, série A, 60, 1, 1, 23 décembre 1888.

5 Ibid.

6 AMA, leg. 11, Libro de actas capitulares, session extraordinaire du 20 décembre 1887.

7 Ibid.

8 Télégramme du maire de El Alosno au gouverneur, en date du 20 décembre 1887, mentionné dans AHN, Interior, série A, 60, 1, 2, 1, « Manifestaciones en El Alosno ».

9 Peña Guerrero, 1998, p. 184.

10 Ferrero Blanco, 1999, pp. 73-74.

11 AHN, Interior, série A, 60, 1, 2, 1, « Manifestaciones en El Alosno ».

12 Récit des faits confirmé dans AHN, Interior, série A, 60, 1, 5, p. 3, Apuntes sobre los sucesos ocurridos en el pueblo de Minas de Riotinto, de la provincia de Huelva, el día 4 de febrero de 1888 [Rapport du directeur général de la Sécurité dépêché à Riotinto après les événements du 4 février].

13 « Quelques habitants ont envahi la mine La Joya. Une enquête est en cours pour vérifier les faits et je donne des instructions à la Garde civile pour maintenir l’ordre » (AHN, Interior, série A, 60, 1, 1).

14 Ibid., lettre de Moret à Albareda, 15 janvier 1888.

15 Ibid., télégrammes échangés les 13 et 14 janvier 1888. Dans son courrier du 15, Moret dit avoir averti oralement Albareda la veille. C’est en fait plus probablement l’avant-veille, ce qui expliquerait le télégramme de relance au gouverneur.

16 Diario de sesiones del Congreso, séance du 12 janvier 1888, pp. 525 sq.

17 Ibid., p. 526. Extrait plus long en annexe IV.1.

18 Ibid., p. 527.

19 AHN, Interior, série A, 60, 1, 1, note du ministre d’État à Albareda, 18 janvier 1888.

20 AHN, Interior, série A, 60, 1, 1, lettre de R. L. Thomson à Son Excellence Sr D. José María Albareda, Madrid, 18 janvier 1888. Plusieurs passages sont soulignés dans le texte original (« en abusant bassement… », « commandés dans cette capitale… », « au châtiment… »). Voir original en annexe IV.2.

21 Voir Tuñon de Lara, 1968, pp. 269 et 284 ; Varela Ortega, 2001a, pp. 206-211.

22 AFRT, leg. no 1622, Staff, staff book no 1, p. 19, no 2, p. 268.

23 Ferrero Blanco, 1999, pp. 74-75.

24 Il lui annonce l’arrivée du courrier pour le 20 janvier en principe… AHN, Interior, série A, 60, 1, 1.

25 AMA, leg. 11, Libro de actas capitulares, séance extraordinaire du 20 janvier 1888.

26 Ibid.

27 Ibid.

28 Ibid.

29 AHN, Interior, série A, 60, 1, 5, p. 4, Apuntes sobre los sucesos ocurridos en el pueblo de Minas de Riotinto, de la provincia de Huelva, el día 4 de febrero de 1888.

30 AMC, leg. 12, Libro de actas capitulares, séance extraordinaire du 19 janvier 1888.

31 Ibid.

32 Ibid.

33 Ibid.

34 La paternité de la phrase, incertaine, est généralement attribuée soit à Alexandre Dumas, soit à Théophile Gautier, soit à des historiens, notamment Jules Michelet. Uria, 2011.

35 Voir ci-dessus, chap. ix.

36 AMC, leg. 12, Libro de actas capitulares, séance ordinaire du 22 janvier 1888.

37 AHN, Interior, série A, 60, 1, 2, 1.

38 Le 3 février encore, le maire adresse au ministre un télégramme alarmiste : « Esprits hautement excités par provocation Lagunazo qui allume nouvelles teleras attaquant santé publique et végétation. Multitude d’habitants protestent contre semblable abus » (AHN, Interior, série A, 60, 1, 1).

© Casa de Velázquez, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540