Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De fumées et de sang

 | 
Gérard Chastagnaret

Deuxième partie. L’embrasement du bassin

Chapitre ix

« Nous démontrerons à la nation entière que nous ne sommes pas serfs »

(La tragédie, actes I et II)

Texte intégral

  • 1 Loi du 2 octobre 1877, publiée dans la Gaceta de Madrid du 4 octobre. « Demostraremos a la nación e (...)

1Le deus ex machina est pourtant déjà là, prêt à l’usage, et c’est tout simplement une loi : la loi municipale d’octobre 18771. Son article 72 confère compétence exclusive aux municipalités dans plusieurs domaines, avec mention explicite, à l’alinéa 2, de « higiene, limpieza y salubridad del pueblo » (hygiène, propreté et salubrité du village). L’article 73 fait obligation aux maires « d’assurer l’accomplissement exact, en harmonie avec les ressources et les nécessités du village, des services qui, selon la présente loi, sont confiés à son action et à sa vigilance ». L’idée est simple : ce que le législateur n’a pu faire, le maire peut le décider, et ses décisions sont immédiatement exécutoires. C’est l’efficacité par le circuit le plus court possible avec, en théorie au moins, une garantie assurée d’aboutissement. Cette nouvelle stratégie exige un décentrage par rapport à Zalamea, polluée par Rio Tinto mais sans aucun pouvoir d’intervention : Minas de Riotinto est une commune depuis 1841 et, depuis 1885, Zalamea a été amputée du territoire d’une nouvelle commune, autour du village Aldea de Río Tinto, désormais rebaptisé Nerva, au terme d’un processus engagé depuis plusieurs années avec l’appui vigoureux de la compagnie anglaise. On comprend d’ailleurs mieux ainsi l’une des motivations de cette dernière, s’affranchir d’une menace municipale dont la rumeur a sans doute commencé à se répandre dans le bassin.

2L’action ne peut provenir que d’une ou plusieurs mairies hébergeant des calcinations à l’air libre sur leur territoire. Tout cela paraît simple, trop sans doute, parce que se posent au moins deux séries de problèmes, celui de la préparation et de la coordination de cette stratégie, et celui de ses suites : les ripostes, ou plus généralement les attitudes des compagnies et des autorités envers un cadre qui conduit, à terme, à l’extinction de toutes les teleras à l’exception de celles de Rio Tinto. Rio Tinto pourrait-elle se convertir en exception durable ? Et surtout, pour une fois dans l’Espagne de la Restauration, la loi civile pourrait-elle l’emporter sur la raison du plus fort ?

3La réponse, une tragédie en cinq actes, avec un resserrement des temps au fil de la montée des tensions. Il n’y a aucune pause entre les trois premiers temps, qui s’échelonnent du printemps 1886 à la mi-janvier 1888, et l’exacerbation de la crise, entre ce moment et le 4 février. Comme dans le théâtre classique, j’observerai cependant un entracte. Il n’a rien de rhétorique. La première partie, longue de vingt mois, est très largement sous-estimée, le plus souvent faute de documentation, par une bibliographie qui s’est cristallisée sur le massacre lui-même et ses antécédents immédiats. Par ailleurs, cette phase est encore celle où les quatre catégories d’acteurs présentés aux chapitres précédents ne sont pas toutes apparues, ou ne se sont pas réellement découvertes. Enfin, ces presque deux années sont marquées par une dilatation de l’espace de la protestation et une augmentation très progressive du tempo de celle-ci. Tout bascule à partir de la mi-janvier : en même temps que le temps s’accélère, l’espace de la protestation se contracte brutalement sur Riotinto. S’ouvrent alors les deux derniers actes, ceux de l’heure de vérité, avec le basculement terrible du massacre, mais aussi toujours les faux-fuyants et les mensonges.

I. — Acte I (printemps 1886-septembre 1887) : Calañas monte au front

4L’impuissance municipale de Zalamea sonne le passage au premier plan de Calañas. Les élites du village n’ont pas le leadership modeste :

  • 2 Ibid., p. 4.

Plusieurs villages souffrent, plus ou moins directement, d’aussi grands maux, et pourtant peu d’entre eux, ont élevé, après 1878, une protestation énergique et virile contre le scandaleux abus des entreprises minières qui les appauvrissent et les ruinent, par crainte, peut-être, des caciques qui secondent les intentions de ces entreprises, à l’abri desquelles ils cimentent leur prestige comme leur influence et assurent leur avenir en s’imposant dans les localités par la corruption sociale qui dévore celles-ci2.

  • 3 Peña Guerrero, 1998, pp. 162 et 173.

5Calañas réécrit quelque peu le passé récent : 1878 est une allusion à la publication collective des villages, mais l’histoire a commencé dès 1877 dans l’action lancée par la commune de El Alosno ; elle ne cite pas spécifiquement l’action madrilène de 1880, peut-être trop au crédit du « clan » de Zalamea. La rafale, générique, contre le caciquisme complice, vendu, traître aux intérêts de la population, peut recevoir deux interprétations. La première, aisément décodée par les lecteurs de la province et même par les milieux politiques nationaux, vise une cible précise : Gregorio Arrayas, qui est à la fois l’âme des conservateurs canovistas et l’avocat implacable de toutes les compagnies minières. Sebastián Casto Borrero, conservateur dissident comme Ordóñez Rincón, non-membre du conseil mais homme fort de la vie politique de cette partie de l’Andévalo, a déjà utilisé le procédé, déjà contre Arrayas, dans un article de 18833. Joint à la sous-évaluation de l’épisode de 1880, le caractère indiscriminé de l’attaque ouvre aussi la voie à une interprétation différente, subliminale : une autre cible pourrait être le duo Serrano Lancha–Ordóñez Rincón. Ils ne peuvent être suspectés de complicité avec les compagnies, les années d’inertie apparente comme le déplacement du combat vers Calañas s’expliquent, on l’a vu, par la situation nationale et l’angle d’attaque choisi, mais tout se passe comme si le décentrage vers l’ouest du cœur de la lutte ouvrait déjà, de manière quasi imperceptible, un autre combat, pour le leadership du mouvement.

6Calañas se lance-t-il de son propre chef ou agit-il comme fer de lance de la Liga ? Quel rôle a pu jouer Juan Talero dans l’acceptation de cette stratégie par le pouvoir libéral ? L’absence de sources sur ces deux points interdit de répondre avec sûreté, mais, au-delà même de la probabilité de fuites expliquant la hâte de Rio Tinto à obtenir l’émancipation de Nerva, plusieurs faits incitent à émettre l’hypothèse d’une concertation beaucoup plus large et très en amont. Les élus de Calañas, qui jouent la vertu anticaciquiste pourraient bien faire preuve d’un défaut de modestie. Cela dit, le coup est bien préparé, juridiquement comme sur le fond du problème, et Calañas ouvre une nouvelle page, celle de la rupture et de l’affrontement, une rupture lourde de conséquences puisque, moins d’un an et demi plus tard, elle débouchera, à Riotinto, sur les événements meurtriers du début de 1888.

Construire un dossier

  • 4 La sociedad de propietarios y el Ayuntamiento de Calañas, Al Gobierno, a las autoridades, pp. 14-20
  • 5 Ibid.
  • 6 « Devant le péril imminent que […] nos fils doivent abandonner le sol qui les a vus naître et sur l (...)
  • 7 Selon la brochure, les compagnies minières emploieraient 13 500 ouvriers, faisant vivre 40 000 pers (...)

7Le dossier est ouvert dès avant les législatives d’avril 1886 par une pétition, adressée le 18 mars à la municipalité de Calañas et forte de quatre cent vingt signatures d’habitants adultes, « propriétaires, éleveurs, laboureurs, munis de leurs respectives cédules personnelles4 ». L’insistance sur la qualité des signataires atteste de l’authenticité d’un mouvement collectif responsable. Quatre cent quatre-vingt-une signatures à El Alosno en 1877, quatre cent vingt à Calañas près d’une décennie plus tard : les deux démarches sont très proches à plusieurs titres. Tout d’abord, elles regroupent largement exploitants agricoles et propriétaires terriens, mais n’associent pas les simples journaliers : ils ne sont pas concernés par les dommages à la végétation et aux récoltes ; la défense de l’emploi ne serait guère crédible puisque les compagnies offrent précisément de l’emploi et la mobilisation des jornaleros pourrait inquiéter les autorités. Le mouvement se veut en effet responsable, c’est-à-dire contrôlé par des propriétaires importants. À El Alosno, ils agissaient à travers le seul conseil municipal. À Calañas, les premiers rôles sont partagés entre la municipalité et la « société de propriétaires », dont le président, Cristóbal Romero, cosigne avec le maire Bartolomé Ramírez Vélez la présentation de la brochure éditée à l’automne5. En dépit de cette stabilité, une nouveauté significative se fait jour avec la mise en avant des problèmes de santé publique et plus largement, de la vie de la population. Un paragraphe enflammé, quelque peu boursouflé, est consacré à l’avenir menacé de la jeunesse locale6. L’essentiel reste néanmoins l’économie. Le « collectif », pour reprendre un mot d’aujourd’hui, insiste non seulement sur l’insuffisance des indemnisations, mais aussi sur l’absurdité d’un système dont la rentabilité repose sur la spoliation des populations et la défense sur un ensemble de contresens économiques. Le réquisitoire se transforme ainsi en un appel à renverser les idées communément admises. Non, la minería ne rapporte pas davantage au pays que l’agriculture, bien au contraire : localement, la première fait vivre moins de deux fois moins de personnes, et les rendements fiscaux réels vont du simple au décuple, y compris en incluant les nouvelles taxes. Oui, l’extraction des pyrites peut continuer, mais sur des bases différentes, avec la suppression des calcinations, comme dans la mine voisine de San Domingo, au Portugal, où elles sont remplacées par un allongement des processus de traitement comme des durées d’investissement des capitaux7. C’est là une différence sensible avec El Alosno, témoignant sans doute de l’avancée de la réflexion collective. Calañas ne demande pas seulement l’arrêt des teleras : elle propose une révolution technique et par là même une lecture visionnaire de ce que sera la sortie de l’enfer.

8Avant même la publication de la brochure récapitulative, la pétition suffit à déclencher l’alarme. Tharsis commande aussitôt un rapport sur son site de La Zarza, sur la commune de Calañas. Chacun des trois ingénieurs en charge de la mission représente une spécialité : Mines, Agriculture et Eaux et Forêts. En revanche, le rapport, remis dès le 20 avril 1886, est parfaitement monocolore en faveur de la mine. Il conclut en affirmant que

  • 8 AFRT, 100, D, 7, pp. 375-387, « Informe sobre La Zarza, Huelva 20 abril 1886 » [signé « Iznardi, mi (...)

l’importance de l’industrie minière est sans aucun doute supérieure et préférentielle par rapport à celle de l’agriculture à laquelle elle a causé préjudice et pourrait encore le faire si la calcination ne se maintenait pas au niveau auquel la maintient la compagnie depuis quelques années, mais s’élevait au contraire au double ou au triple8.

La nouveauté : l’arme du droit public

  • 9 AMC, leg. 12, Libro de actas capitulares, séance ordinaire du 13 janvier 1887.
  • 10 AMC, leg. 12, Libro de actas capitulares, séances ordinaires des 12 juin 1887 et 4 mars 1888.

9L’engagement rapide de l’affrontement n’est sans doute pas pour déplaire aux caciques locaux : c’est une pression supplémentaire, d’abord sur les candidats, puis sur les nouveaux députés. Cela signifie aussi que, pour avoir une chance de gagner, il faut un dossier sans faille. Peu de propriétaires fonciers ont une véritable formation juridique, acquise alors notamment à l’université de Séville, mais ils ont pratiquement tous une familiarité avec les questions de droit en relation avec la propriété ou l’exploitation de leurs domaines. Ils ont l’habitude du milieu judiciaire local, celui des avocats, celui des juges dont la nomination est un véritable enjeu politique : que de manœuvres pour obtenir des juges complaisants, voire complices ! Ils n’ont pas peur de la chicane ni des procès qui s’éternisent. C’est sur ce terrain du droit privé que Rebollo, maire de El Alosno en mars 1877, avait engagé et gagné sa première bataille en 1866. C’est à ce type de procédure, longue, coûteuse, inaccessible aux petits propriétaires et de plus en plus contrôlée par les compagnies, que les promoteurs de la stratégie législative de 1880 voulaient faire échapper les victimes des calcinations. Six ans après, les notables de Calañas ouvrent une voie nouvelle, véritable synthèse des deux cultures sous-jacentes aux tentatives antérieures, celle du droit et celle de la politique. Le droit est toujours présent, mais désormais sous la forme du droit public à travers sa composante de droit administratif. Ce glissement d’un domaine à l’autre est si important, le droit public si extérieur à la culture de droit privé rural dont sont pénétrés ou simplement barbouillés les notables locaux, qu’il est difficile de croire qu’il n’y ait pas eu une phase de préparation préalable, appuyée sur de véritables spécialistes. De fait, plusieurs délibérations ultérieures font apparaître les noms de deux avocats. Le premier, de Valverde, Juan José Casto, peut-être parent de Sebastián Casto, est désigné en janvier 1887 pour représenter la municipalité dans la commission madrilène évoquée plus loin9. L’autre, Sánchez Gómez, sévillan, est chaleureusement remercié à deux reprises, une première fois dès juin 1887, puis en mars de l’année suivante, après la publication du décret Albareda censé régler la question des calcinations10.

  • 11 R. O. du 26 mai 1880.
  • 12 La sociedad de propietarios y el Ayuntamiento de Calañas, Al Gobierno, a las autoridades, pp. 44-46
  • 13 Ibid., p. 11.

10On l’a vu : la nouvelle stratégie repose entièrement sur la loi municipale de 1877 qui a conféré aux municipalités la charge de la salubrité et de la santé publiques. Un conseil municipal peut et même doit assumer sa mission de protection des populations. Trois ans plus tard, une R. O. a apporté une nouvelle incitation à l’action en confirmant que les délibérations du conseil en ces matières sont « immédiatement exécutoires », même si elles sont susceptibles d’appel devant une commission provinciale11. Juridiquement imparable, l’angle d’attaque touche au seul point faible de l’argumentation ultralibérale : la santé des populations. Les entreprises comme l’administration minière en ont parfaitement conscience. D’où leur prudence ou leurs habiletés sur ce terrain, déjà soulignées : on n’en parle pas, on nie ou minimise les effets des fumées sur les personnes, on en souligne même les effets bénéfiques. Chacun devrait connaître et apprécier les bienfaits du soufre pour le traitement des bronches et même contre les épidémies ! J’aurai l’occasion d’y revenir. Sans parade apparente, cette attaque frontale n’en demeure pas moins très risquée, précisément parce qu’elle n’offre aucune échappatoire en cas de validité de la délibération. Le conseil municipal s’emploie donc à verrouiller sa démarche, dans plusieurs sens. En juillet 1886, il la fait valider par trois juristes de Séville12. Il s’abrite aussi derrière la loi minière en vigueur, celle de 1859, réformée en mars 1868, dont la majorité des articles n’a pas été abolie par le décret de décembre 1868. Celui-ci, de caractère provisoire, se limitait pour l’essentiel à deux domaines, fondamentaux pour les libéraux : la création d’une véritable propriété minière, contre le système de concessions révocables jusque-là en vigueur, et la liberté d’exploitation. Les articles non dérogés de la loi demeurent en vigueur. Dans les faits, Calañas se réfère plutôt à la loi de 1859 qu’à celle de 1868, plus discrète sur le sujet. L’article 66 de la loi de 1859 précise que les entreprises minières doivent respecter les règles de police minière et de salubrité prescrites par les règlements, ceux établis par les ingénieurs (de l’État) « et ceux que, sur la salubrité exclusivement, leur dictent les autorités locales, après rapport d’expertise13 ». C’est dans cette logique que la municipalité commande des rapports à des ingénieurs agronomes et au médecin local : il ne faut donner aucune prise à la contestation juridique. Cet ensemble documentaire est produit de mai à juillet 1886. Le pouvoir local est désormais fondé à agir.

  • 14 Ibid., p. 49.

11La session décisive du conseil municipal se tient deux mois plus tard, le 26 septembre. La délibération, votée à l’unanimité, prescrit l’arrêt de toutes les calcinations dans un délai de trente jours, faute de quoi, « la municipalité, en accomplissement de ses obligations, procédera de sa propre autorité […] à éteindre le foyer de maux et dommages répétés aux dépens des entreprises mentionnées14 ».

  • 15 Ibid., pp. 50-52.

12La guerre est donc déclarée. Tharsis réagit aussitôt en introduisant un recours auprès du gouverneur de la province. Celui-ci attend la limite du délai de trente jours, compté à partir de la date de remise de la décision à l’entreprise, le 1er octobre, pour suspendre, le 28, l’exécution de la délibération du conseil municipal, dans l’attente d’une résolution sur le fond. Deux jours après, c’est la riposte du conseil municipal de Calañas, manifestement préparée tant la réaction du gouverneur — et derrière lui, du gouvernement — était attendue. Les considérants sont nombreux et détaillés. Le conseil récuse la décision du gouverneur au motif que le recours n’est pas suspensif et que, selon la loi municipale de 1877, le seul habilité à prendre une décision de suspension de la délibération municipale est le maire lui-même. Par ailleurs, il insiste sur le fait que la délibération du 26 septembre n’est pas en contravention avec le droit minier : elle « ne limite pas la liberté des entreprises minières dans l’exercice de leur industrie et tend seulement à rendre compatibles avec celle-ci les intérêts les plus respectables du voisinage ». Il ajoute : « aucun précepte de la loi minière ne restreint les droits de la municipalité pour dicter, dans la sphère de ses attributions, les mesures qui préservent les intérêts généraux de ses administrés15 ».

13La décision du gouverneur est donc considérée comme nulle et non avenue, mais elle s’applique de fait et les compagnies continuent à allumer de plus en plus de teleras et à polluer les villages, sans se rendre compte que Calañas vient de lâcher une véritable bombe à retardement. Calañas élève un recours au ministère contre la décision du gouverneur et la délibération de son conseil municipal sera érigée en modèle tandis que le déni de droit ainsi affiché va se révéler catastrophique pour les compagnies, impossible à gérer correctement par le gouvernement et mobilisateur pour les populations de l’ensemble des villages affectés, bien au-delà de Calañas.

L’État libéral : deux visages, un seul pouvoir

  • 16 AMC, leg. 12, Libro de actas capitulares, séance ordinaire du 26 décembre 1886.

14On l’a dit : il est impossible de savoir dans quelle mesure l’offensive communale a fait partie de l’accord préélectoral entre les libéraux, à travers leurs candidats locaux, Talero et le comte de Gomar, et les notables locaux, libéraux et surtout conservateurs dissidents. À défaut de soutien affirmé et de promesse de résultats, il semble bien y avoir eu un accord pour laisser se développer le mouvement, voire pour lui apporter une aide sous diverses formes. La concomitance entre le retour au pouvoir et cette offensive est un premier indicateur. Par ailleurs, en décembre 1886, Juan Talero interpelle le ministre de Fomento sur la question des fumées, ce qui lui vaut les remerciements du conseil de Calañas16. Toujours dans le même sens, une commission représentant les villages affectés est installée à Madrid dans les mois suivants, au moins avec l’appui discret du pouvoir et à la fureur de Bushell, porte-parole de fait de Rio Tinto aux Cortes. Tout se passe comme si l’initiative de 1880, si mal reçue en son temps, recevait enfin un label de légitimité et même des facilités de travail. Ce changement de climat doit sans doute beaucoup au nouveau député Juan Talero, dont tous les interlocuteurs s’accorderont à reconnaître la prise de conscience rapide de la gravité du problème et la sincérité de son engagement.

  • 17 AHN, Diversos, títulos, Familias, leg. 3189, n° 19, « Informe de la Comisión Moreno, 19 de marzo de (...)

15En revanche, un autre point est d’interprétation beaucoup plus ambiguë : la commission Moreno de 1887. Celle-ci, nommée formellement par le gouverneur de Huelva le 10 février 1887, pourrait être lue comme un geste du gouvernement en direction des populations ou au moins une tentative pour faire baisser la tension. Si tel était le cas, sa composition est déjà une maladresse. En 1877, même si le Corps des mines avait la présidence, les trois ingénieurs représentaient les Mines, les Eaux et Forêts et l’Agriculture, tout comme celle composée par Tharsis pour La Zarza au printemps 1886. La commission de 1887 comprend trois ingénieurs des Mines, dont le président, Emilio Moreno, pour un seul ingénieur agronome. Par ailleurs, l’enquête est bouclée, pour ne pas dire bâclée, en un seul mois, comme le regrette d’ailleurs Moreno lui-même, dans son rapport remis dès le 19 mars17. La méthode est tout aussi singulière. Les enquêteurs ne rencontrent que les compagnies minières et leurs observations sont dépourvues de nuances. En dépit de l’exemple de San Domingo, ils affirment qu’il n’existe pas de procédés de substitution. Ils reconnaissent sans fard l’importance des dommages, y compris pour les eaux d’abreuvage des troupeaux, et affirment que ces dégâts sont appelés à s’étendre, même à volume constant de calcinations. Voici leur première conclusion sur les conséquences des dommages :

  • 18 Ibid., fo 17, p. 1.

Que les zones sont appelées à connaître une augmentation de leur extension, parce qu’il ne fait aucun doute, que même en supposant constante la quantité de minerai traité, et donc celle des produits émis dans l’atmosphère, l’acide sulfureux tout spécialement, faute de rencontrer des végétaux sur lesquels exercer son action, s’en ira, sous l’influence des courants atmosphériques, affecter des plantes situées à plus grande distance18.

16Les sols pourront toujours se régénérer, mais à très longue échéance. La franchise du ton se retrouve dans les « considérations générales » finales :

  • 19 Ibid., fos 22-23 et annexe III.2. La dernière phrase, de formulation confuse dans le rapport, n’est (...)

Étant donné que nous avons déjà fait connaître, dans la mesure de notre compétence, l’intensité des dommages causés à l’agriculture par les calcinations et démontré l’impossibilité actuelle de les éviter par la suppression de celles-ci, ce qui équivaudrait à supprimer la minería du cuivre dans cette province, le problème suivant est posé : en cas d’absence d’accord entre les entreprises minières et les agriculteurs au sujet des indemnisations que ceux-ci exigent de celles-là pour accepter qu’elles continuent à calciner leurs minerais de cuivre, l’État pourrait résoudre le conflit soit en déclarant d’utilité publique le traitement des minerais employé par les entreprises minières pour permettre l’expropriation des terrains affectés de manière sensible, conformément à la loi du 10 janvier 1879, afin de ne pas tuer l’industrie minière, soit en interdisant les calcinations pour le bien de l’agriculture de la zone attaquée par les fumées.
Après avoir présenté le problème sous la forme de ce dilemme, fatal et nécessaire, tant il est évident qu’il n’est ni tolérable, ni convenable, ni pour les propriétaires, ni pour les entreprises minières, ni pour la province, une lutte continuelle de prétentions des uns et des autres, souvent au-delà des limites de ce qui est juste, produisant inquiétude et malaise, les ingénieurs soussignés n’essaient donc pas de formuler un avis, qui, à coup sûr, serait jugé partial et injuste par les passions […] moins importantes que les intérêts publics. Ils se sont limités à réunir tous les faits statistiques à leur disposition19.

17La neutralité affichée du propos et le refus de prendre parti à la place des autorités ne doivent pas tromper. Le rapport omet de dire que la prétendue loi du 10 janvier 1879 est restée à l’état de projet. Les statistiques fiscales de la fin du rapport veulent illustrer l’écrasante prépondérance de la minería sur l’agriculture tandis que les problèmes de santé publique sont parfaitement ignorés. La commission Moreno se présente comme une opération vérité, mais c’est une vérité très orientée, en forme de prémisses de syllogisme : la minería et l’agriculture ne peuvent cohabiter ; or la minería pèse économiquement infiniment plus. La conclusion s’impose au politique. Reste à savoir si c’était là le dessein du gouvernement. A-t-il joué double jeu à l’égard des populations ou a-t-il été manipulé par les grands intérêts miniers ? Deux hypothèses. Soit l’initiative s’est trouvée à la conjonction d’un souci d’information et de la recherche d’une voie d’apaisement avec rééquilibrage de la démarche en direction des entreprises. Soit elle a été une pure manœuvre de justification du statu quo. Premier élément de réponse : le rapport Moreno devient la principale référence officielle des compagnies minières au cours des années suivantes. En revanche, il est parfaitement ignoré par les populations dans leurs propres documents, à la mesure de l’ignorance de la commission à leur égard pendant ses travaux. Pour l’apaisement, c’est un échec. Le ministère de la Gobernación ne tarde pas à le comprendre. Dès la mi-avril 1887, il ouvre un dossier spécifique, rassemblant télégrammes et courriers, publics, discrets ou secrets, sur la question des fumées. Le dossier commence par la consigne donnée au gouverneur d’appuyer les recours contre les arrêtés municipaux. Mais l’alarme est déjà là, tout comme la réponse, tellement favorable aux compagnies qu’elle éclaircit l’interprétation de la commission Moreno : cette enquête, officiellement purement technique, a su répondre aux attentes, voire même à une commande du pouvoir.

18Alors un pouvoir libéral ambigu, allié des compagnies sous une apparence de bienveillance envers les populations ? Plutôt un libéralisme à deux visages : d’un côté plusieurs élus de la majorité libérale proches des populations, dans le fil de leur engagement électoral, de l’autre un gouvernement prêt à protéger jusqu’au bout les intérêts des compagnies. Deux visages certes, perceptibles par les populations locales, mais sans aucun bicéphalisme du pouvoir : comme les gouvernements Cánovas, ceux de Sagasta défendent très clairement les intérêts des grandes compagnies étrangères et donc la poursuite des calcinations.

  • 20 Revista Minera, 24 mars 1887, pp. 89-90, 1er avril 1887, pp. 97-101.

19L’État a clairement choisi son camp, tout comme le Corps des mines. Alors, un combat de plus des villages contre le pouvoir d’État, contre Madrid ? Contre l’appareil d’État sans doute, contre Madrid pas tout à fait : les protestataires reçoivent en effet un allié de poids et inattendu, celui du directeur de la Revista Minera, Juan Gómez Hemas. Dans une série de deux articles, qui font largement référence au rapport Botella, avec des sous-entendus suggestifs, mais ignorent le rapport Moreno, juste achevé, l’économiste démolit une bonne partie de l’argumentaire des compagnies. Pour lui, la montée des tensions est liée à un décuplement des calcinations dont un des motifs est l’effondrement des cours du cuivre : on produit plus pour étaler les coûts fixes. Il est inexact de prétendre que seuls les minerais de faible teneur sont calcinés. La calcination s’est généralisée à la faveur de la faible résistance foncière dans la province de Huelva : les compagnies ne se hasardent pas à introduire les teleras à Aznalcóllar, près des riches cortijos sévillans, alors que les fumées ont produit des ravages scandaleux par leur étendue et leur profondeur dans la province de Huelva. Le manque d’eau pour étendre le procédé de dissolution peut être facilement surmonté par divers moyens et n’est qu’un prétexte pour préserver le statu quo. Sa conclusion n’est pas un appel à la suppression sans délai des teleras, mais, au moins dans l’immédiat, à une limitation, qui pourrait être obtenue par une taxation forte de chacune d’elles20. Les villages ne citeront jamais ces articles, mais Rio Tinto leur porte la plus grande attention en les archivant soigneusement : on n’est jamais trop prudent envers les plumes que l’on n’a pas su stipendier.

II. — Acte II (septembre – mi-novembre 1887) : au-delà de Calañas, l’assaut télégraphique de l’État

Une campagne bien orchestrée

  • 21 Ferrero Blanco, 1999, pp. 63-75.
  • 22 Sánchez Aranda, Barrera del Barrio, 1992, pp. 230-231 et 234-235.

20Les principales protestations repérables contre les fumées sont alors celles de la presse, à la faveur surtout de deux facteurs : le poids de notables antihumistas locaux, en particulier José María Ordóñez Rincón, et un phénomène politique national, la création du parti réformiste, rejoint par des personnalités locales en rupture avec l’un ou l’autre des deux grands partis du turno, y compris Ordóñez Rincón lui-même. Avec El Reformista à Huelva et El Cronista à Séville, une nouvelle presse d’opposition régionale émerge et porte les thèmes antihumistas. El Cronista, mobilisé sur le sujet à partir du printemps 1887, fait notamment ressortir les différences de traitement des questions de pollution entre la France et l’Espagne21. Ces journaux sont les relais médiatiques de l’action de Calañas, relais peut-être concertés dans le cas de El Reformista. Ces titres viennent s’ajouter à des journaux républicains, régionaux dans le cas de La Coalición Republicana et la República, madrilène pour El Liberal, né en 1879 d’une scission au sein de El Imparcial et seul journal de la capitale à s’engager, des mois avant les événements de février, dans la lutte contre les calcinations22. Ces titres, récents pour la plupart, constituent désormais un contrepoids, pratiquement absent jusque-là, au journal dominant de Huelva, La Provincia, politiquement pseudo-impartial, mais en fait largement dédié à la défense des intérêts miniers.

  • 23 « L’objet de cette rencontre est de leur soumettre des considérations que le gouvernement juge du p (...)
  • 24 Compañía de las minas de Rio Tinto, Nota sobre las calcinaciones, p. 4.
  • 25 Ibid.

21Tout cela ne semble pas inquiéter les autorités. Calciner et laisser écrire : tel semble être le mot d’ordre. En fait, derrière la façade, l’état d’esprit change, la préoccupation pointe. Le 28 juillet, le ministre de l’Intérieur intérimaire convoque au ministère le 10 août suivant, par l’intermédiaire du gouverneur, tous les directeurs des compagnies utilisant la calcination à l’air libre23. L’inquiétude est perceptible : il exige un compte rendu immédiat d’exécution, avec une liste des compagnies contactées et une copie du courrier qui leur sera adressé. La réunion se tient finalement le 15 septembre, en l’absence de Rio Tinto « parce que [ses] mines […] se trouvent en dehors et loin du territoire de Calañas, auquel n’arrivent pas les effets de ses calcinations24 ». Les compagnies minières se voient remettre une série de questions, avec un délai d’un mois pour y répondre25.

22Le ministère a raison d’être préoccupé, parce que la lutte cesse désormais d’être limitée à l’affrontement d’une mairie avec une ou deux compagnies minières, surtout Tharsis en fait, pour gagner l’ensemble des villages de la région. L’embrasement est si soudain, les protestations si semblables dans leurs supports et jusque dans leurs mots que l’existence d’une coordination ne fait aucun doute. On peut choisir l’image : nouvelle étape, deuxième étage de la fusée protestataire dont Calañas a assuré le lancement, ou tout simplement engagement décisif de la lutte collective. Nouvel outil, le télégramme, adressé directement au ministre, dans une stratégie de communication qui court-circuite le gouverneur, sans aucun doute à dessein. Qui les envoie ? On verra que la Liga apparaît tardivement sous son propre nom. Les signataires sont des associations de propriétaires, des groupements de protestation contre les calcinations et surtout les municipalités. Les mairies justifient chaque envoi par des motifs précis : allumage de nouvelles teleras, el pueblo en masa reunido, « le village réuni en masse », en fait des manifestations devant l’hôtel de ville aux effectifs largement surestimés. Les envois n’émanent pas seulement des maires, mais aussi des adjoints de villages, ces alcaldes pedáneos sans autre statut que d’avoir été désignés par le maire avec accord du conseil. Ces simples relais du pouvoir municipal se muent ainsi en voix de leur village, en voix du peuple, du pueblo llano, transmise ainsi jusqu’à Madrid, depuis les hameaux ou villages même les plus isolés. Dans les faits, ils démultiplient surtout la parole des maires, dont ils reprennent largement le texte, parfois au mot près. Un exemple parmi d’autres : les télégrammes adressés tous le même jour, le 28 septembre, par les alcaldes pedáneos de Campillo, Pozuelo, Marigenta, El Buitrón, Membrillo Alto, Traslasierra, sont autant d’échos de la voix du maire de la commune, Zalamea, autant dire de Serrano Lancha et Ordóñez Rincón.

  • 26 AHN, Interior, série A, 60, 1, 1.

23Le télégramme s’affiche donc désormais comme la voix des sans-voix, comme le tambour des opprimés, avec une invitation à le lire comme un baromètre des préoccupations et des urgences, à la faveur d’une pratique nouvelle : des rafales de télégrammes adressés au ministère de l’Intérieur. En fait, paradoxalement, l’initiative ne revient pas aux opposants aux calcinations, mais à leurs défenseurs. La première salve est du 14 septembre, la veille du jour où les compagnies sont convoquées au ministère et elle est manifestement en appui de celles-ci, avec en figure de proue la mairie de Huelva, suivie de la chambre de commerce, du Cercle mercantile et agricole, désavoué aussitôt par une partie de ses membres. La Société d’amis du pays suit, le lendemain, avec un télégramme chèvre-chou qui témoigne surtout de son embarras. Rafale en riposte, moins d’une semaine après : entre le 20 septembre et le 11 octobre, trente télégrammes sont adressés au ministre pour protester contre celui de la mairie de Huelva et dénoncer les fumées. Le feu est ouvert par la municipalité de la Puebla de Guzmán, poursuivi par d’autres conseils municipaux, mais aussi, je l’ai dit, par des représentants de simples aldeas ainsi que par des associations de propriétaires, comme la Liga agrícola del Alosno. Le télégramme de Zalamea du 26 septembre est emblématique de la forme et de la tonalité d’ensemble : « Ce village réuni en masse vous supplie par mon entremise de présenter au gouvernement de Sa Majesté l’urgence de l’interdiction immédiate des calcinations à l’air libre puisque, outre les dommages à la santé, les préjudices à l’agriculture sont chaque fois plus alarmants26. »

  • 27 Ibid., télégramme de la Puebla de Guzmán, 20 septembre 1887.

24Les termes sont souvent répétitifs, avec des mots-clés repris à la lettre, parfois un peu trop visiblement même, ce qui sera dénoncé plus tard. Il est cependant trop facile de ne retenir que la manœuvre, en occultant le fond du problème, formulé aussi parfois de manière originale et toujours forte, « l’exaspération régnante dans les villages accablés27 ». L’expression « village en masse », utilisée par Zalamea, relève certes de la rhétorique, mais s’inscrit aussi dans la pratique collective du village au moins depuis l’hiver 1880, et appuie l’idée que, au-delà de ses représentants légitimes, c’est l’ensemble d’une population qui crie son désespoir et réclame justice. Sous la forme moderne du télégramme, ce mouvement rappelle la campagne éclair de signatures de la convention inaboutie de El Alosno de 1877 et surtout, plus récemment, le texte collectif de Calañas. Outil de communication politique, le télégramme remplit aussi une autre fonction pour les villageois, d’exutoire du malheur et de participation collective à une entreprise de libération.

  • 28 Villanueva de las Cruces, télégramme du 2 octobre 1887.
  • 29 Sociedad de propietarios, Calañas, 2 octobre 1887.
  • 30 Comisión de labradores y propietarios, Alosno, 17 janvier 1888.
  • 31 Liga contra calcinaciones al aire libre, Aracena, 29 novembre 1887, 3 décembre, etc., Alosno, 6 mai (...)
  • 32 Junta provincial defensa propiedad contra calcinaciones, 17 janvier 1888.
  • 33 6 août 1889.

25Le mouvement est lancé, il ne s’arrêtera plus. À chaque mise à feu d’une batterie de teleras, les villages ou communes environnants protestent pour dénoncer les dégâts irrémédiables aux cultures et l’asphyxie des vivants. La protestation municipale initiée en 1886 à Calañas s’est désormais étendue à l’ensemble du bassin. Spontanément ou pas ? En dépit des accusations de Rio Tinto, les preuves formelles manquent : les archives d’Ordóñez Rincón ne font apparaître aucune consigne écrite. Il y a cependant peu de doutes qu’une stratégie concertée est désormais en place, animée par un mouvement antihumista qui n’affiche pas de structures officielles, mais qui est pour autant bien réel. D’une grande plasticité, il change de contours et de noms selon les moments. Son expression passe souvent par le canal municipal, parfois avec des mentions complémentaires, comme celle-ci : « la municipalité, les ouvriers, laboureurs et éleveurs28 ». Il s’affiche aussi implicitement à travers des regroupements de propriétaires et d’exploitants comme la Société de propriétaires29, la Commission de laboureurs et propriétaires30, mais, au fil des mois, il se présente aussi, de plus en plus clairement, par son objectif : Ligue contre les calcinations à l’air libre31, Comité provincial de défense de la propriété contre les calcinations32 et parfois simplement Ligue contre les calcinations33. Au-delà des signataires, le réseau n’apparaît pas officiellement structuré : c’est plutôt une nébuleuse, présente dans toutes les communes, jusqu’aux hameaux les plus isolés. Sa force et sa cohésion au moins provisoire tiennent à son objectif, unique, simple et indiscutable pour les habitants : la disparition de la calcination à l’air libre. La stratégie de mobilisation locale et de harcèlement télégraphique du pouvoir central coûte peu, elle suscite ou maintient une forte mobilisation des populations locales, elle procure une sensibilisation médiatique facile, pourvu que l’on fasse connaître son action, elle disqualifie les entreprises comme interlocuteurs et elle finit par rendre intenable la position des pouvoirs.

  • 34 AFRT, 100, D, 7, pp. 388-391.
  • 35 Compañía de las minas de Rio Tinto, Nota sobre las calcinaciones.
  • 36 Comisión de propietarios, Las calcinaciones al aire libre en la provincia de Huelva. Les membres de (...)

26Rio Tinto ne reste pas inerte. Dès le 24 septembre, une délibération de la mairie de Nerva vient opportunément soutenir les calcinations et, le 11 octobre, le maire de la commune adresse une supplique au ministre, compte tenu des « compensations avantageuses » fournies par l’activité minière34. Trois jours plus tard, la compagnie remet au gouvernement un long mémoire en réponse aux questions posées lors de la réunion du 15 septembre à laquelle elle avait pourtant refusé de participer. Elle y défend sa position propre, comme propriétaire d’une ancienne mine d’État, mais elle défend aussi, plus généralement, les calcinations dans la province de Huelva, menacées par la décision de Calañas35. Le rapport Moreno est abondamment utilisé et même reproduit en annexe. Riposte immédiate : la Comisión de propietarios créée à Madrid en janvier publie, quelques jours après seulement, le 23 octobre, un mémoire en défense des intérêts ruraux36. L’installation de cette commission se révèle fructueuse : l’information s’est grandement améliorée, les analyses se sont affinées dans tous les domaines, documents administratifs, stratégie personnelle de Doetsch, administrateur de Rio Tinto et défenseur acharné des calcinations, techniques alternatives par voie humide, économie du cuivre et coûts de production. Sans la mentionner, ils contredisent complètement la commission Moreno sur le terrain même de l’expertise. Ils citent un professeur de l’École des mines de Paris pour qui les calcinations à l’air libre sont la méthode la plus simple, mais aussi la plus imparfaite et ils insistent sur le fait que, déjà en cours dans plusieurs pays, la voie humide intégrale est plus utilisée dans le monde que ne disent les défenseurs des teleras. Le ton a changé aussi, y compris à l’égard du gouvernement. À la différence d’Ordóñez Rincón en 1880, les protestataires ne cherchent plus l’entremise d’un député, n’acceptent plus la rebuffade et s’adressent directement au gouvernement, pour exiger l’application de la loi et la réponse à des questions sans nuances :

Doit-on accepter que les Anglais et les Portugais fassent en Espagne ce qu’ils ne peuvent faire ni en Angleterre ni au Portugal ? C’est ce que demandent les villages.
Doit-on laisser détruire une région espagnole, exproprier ses villages, pour qu’ils soient remplacés par des compagnies anglaises et des milliers de prolétaires sous leurs ordres ?

27Questions qui débouchent sur un avertissement au gouvernement :

  • 37 Ibid., pp. 29-30.

Le gouvernement doit méditer. Cela fait des années qu’il repousse la solution et les calcinations sont toujours plus importantes. En novembre de l’année dernière, en réponse à la question d’un député, le ministre de Fomento disait que les Alcaldes qui interdisaient les calcinations étaient dans leur droit.
À cette heure, cela n’a pas été rendu effectif37.

  • 38 Ferrero Blanco, 1999, pp. 195-198.

28Deux semaines après, le 3 novembre, sous l’impulsion de José María Ordóñez Rincón, chef de la ligue antihumista et alors député provincial, la Diputación de Huelva adopte un long document, destiné au ministre38. Le texte souligne l’étendue des ravages des calcinations qui ne cessent de progresser : plus d’un tiers de la superficie de la province de Huelva, ainsi que des régions limitrophes des provinces de Cáceres et Séville sont désormais touchées. Il insiste sur les atteintes au « plus inviolable de tous les droits », « le droit à la santé et à la vie ». Il alerte enfin sur la prétention, manifestement toujours d’actualité, des compagnies et surtout de Rio Tinto, à l’expropriation pour utilité publique. L’indignation fait retrouver les accents du début de la décennie, sur la prétention des puissants à écraser les faibles, mais l’argumentaire se nourrit désormais d’un volet technique directement inspiré du mémoire de la commission madrilène. L’invocation de noms de plusieurs spécialistes, dont le même professeur à l’École des mines de Paris, et la mention de l’exemple portugais de San Domingo débouchent sur l’affirmation « qu’existent des procédés plus scientifiques que celui, rudimentaire et primitif, des calcinations à l’air libre ». Et naturellement, la conclusion est un appel pressant à une décision rapide et favorable à la population.

  • 39 Public Record Office (PRO), F. O., 72, 1792. La planche est archivée comme émanant du journal madri (...)
  • 40 Ibid., lettre du 28 octobre 1887.

29On savait déjà que les fronts étaient clairs pour les deux adversaires principaux : d’un côté presque tous les villages, à l’exception de Nerva et Riotinto, la Diputación, de l’autre les compagnies, avec Rio Tinto en fer de lance. Désormais, les deux parties se rendent coup pour coup télégrammes contre télégrammes, rapports contre rapports, avec une pugnacité croissante du côté des opposants aux calcinations. Pugnacité et aussi innovation médiatique. Le 26 octobre, l’affaire des fumées de Huelva fait l’objet d’une planche illustrée en couleurs sous le titre « El Motín », probablement publiée par El Liberal, qui veut s’adresser à un lectorat populaire aussi bien qu’aux élites (voir fig. 4)39. Avec, au centre, une tête de mort marquée « Huelva », elle se compose de quatre vignettes dénonçant successivement la pollution produite par les teleras, la toute-puissance des intérêts privés, l’hypocrisie et les dérobades des autorités, et enfin la justice au service de la richesse au détriment du respect du droit. À l’exception de celle dédiée aux autorités, toutes les vignettes identifient le puissant à l’Anglais, représenté de manière très expressive, par le vêtement et surtout le casque. L’ambassadeur britannique ne témoigne d’aucun humour, mais il sait conserver son flegme. Il adresse à Salisbury un dossier nourri, incluant un exemplaire de la planche de vignettes, mais il indique que, sauf impensable déni de justice, une intervention diplomatique lui paraîtrait inopportune40. L’épisode n’est donc pas monté en épingle, mais la vigilance est là, sur les intérêts des compagnies comme sur le risque de montée d’un sentiment anti-anglais.

Fig. 4. — « El Motín ». Planche de caricatures publiée par El Liberal le 26 octobre 1887 selon l’ambassade britannique à Madrid © Public Record Office [PRO, F. O. 72/1792]

Fig. 4. — « El Motín ». Planche de caricatures publiée par El Liberal le 26 octobre 1887 selon l’ambassade britannique à Madrid © Public Record Office [PRO, F. O. 72/1792]

30Le mouvement contre les calcinations acquiert une telle vigueur, une telle présence, qu’à la fin d’octobre une question nouvelle se pose, inouïe en 1880 et même inconcevable encore en 1886 : le rapport de forces n’est-il pas en train de s’équilibrer, voire de s’inverser ? Une chose est sûre : pour le gouvernement, et d’abord pour le ministre de la Gobernación, le temps des louvoiements, des fausses promesses, des manœuvres dilatoires, touche à sa fin. Il lui faut rapidement décider, donc choisir son camp.

Notes

1 Loi du 2 octobre 1877, publiée dans la Gaceta de Madrid du 4 octobre. « Demostraremos a la nación entera que no somos siervos », phrase titre de ce chapitre, est une citation de : La sociedad de propietarios y el Ayuntamiento de Calañas, Al Gobierno, a las autoridades, p. 12.

2 Ibid., p. 4.

3 Peña Guerrero, 1998, pp. 162 et 173.

4 La sociedad de propietarios y el Ayuntamiento de Calañas, Al Gobierno, a las autoridades, pp. 14-20.

5 Ibid.

6 « Devant le péril imminent que […] nos fils doivent abandonner le sol qui les a vus naître et sur lequel ils ont reçu les premières et les plus joyeuses impressions de la vie, le foyer familial où ils ont trouvé, en leur tendre jeunesse, les caresses paternelles, le ciel qui a éveillé dans leurs âmes le doux sentiment de l’infini, faisant surgir dans leur imagination une effervescence d’images et de riantes espérances, et cela pour aller chercher en des terres lointaines la subsistance amère que donne l’expatriation » (ibid., p. 8). Voir original en annexe III.1.

7 Selon la brochure, les compagnies minières emploieraient 13 500 ouvriers, faisant vivre 40 000 personnes, tandis que l’agriculture en ferait vivre près de 100 000. L’écart serait encore plus grand pour le rendement fiscal : 234 000 pesetas pour le secteur minier local, près de dix fois plus pour l’agriculture, ibid., pp. 5-8.

8 AFRT, 100, D, 7, pp. 375-387, « Informe sobre La Zarza, Huelva 20 abril 1886 » [signé « Iznardi, minas, Martínez, agrónomo, López, montes »]. Citation p. 12 du Rio Tinto Report.

9 AMC, leg. 12, Libro de actas capitulares, séance ordinaire du 13 janvier 1887.

10 AMC, leg. 12, Libro de actas capitulares, séances ordinaires des 12 juin 1887 et 4 mars 1888.

11 R. O. du 26 mai 1880.

12 La sociedad de propietarios y el Ayuntamiento de Calañas, Al Gobierno, a las autoridades, pp. 44-46.

13 Ibid., p. 11.

14 Ibid., p. 49.

15 Ibid., pp. 50-52.

16 AMC, leg. 12, Libro de actas capitulares, séance ordinaire du 26 décembre 1886.

17 AHN, Diversos, títulos, Familias, leg. 3189, n° 19, « Informe de la Comisión Moreno, 19 de marzo de 1887 (Emilio Moreno, Andrés Pellico, otro ingeniero de minas y uno de agrónomos), Al gobernador civil de la provincia de Huelva » [document manuscrit de 25 folios, soit 50 pages]. Extraits de l’original en annexe III.2.

18 Ibid., fo 17, p. 1.

19 Ibid., fos 22-23 et annexe III.2. La dernière phrase, de formulation confuse dans le rapport, n’est pas une traduction littérale, mais un rendu du sens.

20 Revista Minera, 24 mars 1887, pp. 89-90, 1er avril 1887, pp. 97-101.

21 Ferrero Blanco, 1999, pp. 63-75.

22 Sánchez Aranda, Barrera del Barrio, 1992, pp. 230-231 et 234-235.

23 « L’objet de cette rencontre est de leur soumettre des considérations que le gouvernement juge du plus grand intérêt, sur la manière de traiter leurs minerais. L’objet de la convocation sera obligatoirement mentionné dans la lettre que vous leur adresserez » (AHN, Interior, série A, 60, 1, 3, télégramme du ministre de la Gobernación au gouverneur de Huelva, 28 juillet 1887).

24 Compañía de las minas de Rio Tinto, Nota sobre las calcinaciones, p. 4.

25 Ibid.

26 AHN, Interior, série A, 60, 1, 1.

27 Ibid., télégramme de la Puebla de Guzmán, 20 septembre 1887.

28 Villanueva de las Cruces, télégramme du 2 octobre 1887.

29 Sociedad de propietarios, Calañas, 2 octobre 1887.

30 Comisión de labradores y propietarios, Alosno, 17 janvier 1888.

31 Liga contra calcinaciones al aire libre, Aracena, 29 novembre 1887, 3 décembre, etc., Alosno, 6 mai 1888.

32 Junta provincial defensa propiedad contra calcinaciones, 17 janvier 1888.

33 6 août 1889.

34 AFRT, 100, D, 7, pp. 388-391.

35 Compañía de las minas de Rio Tinto, Nota sobre las calcinaciones.

36 Comisión de propietarios, Las calcinaciones al aire libre en la provincia de Huelva. Les membres de la commission sont Pedro Borrero, Juan J. Casto, Rafael Villechenou, Juan Bautista Lancha, Francisco Serrano y Cornejo.

37 Ibid., pp. 29-30.

38 Ferrero Blanco, 1999, pp. 195-198.

39 Public Record Office (PRO), F. O., 72, 1792. La planche est archivée comme émanant du journal madrilène El Liberal, mais elle n’est pas conservée avec le numéro du jour de la hemeroteca municipal de Madrid.

40 Ibid., lettre du 28 octobre 1887.

Table des illustrations

Titre Fig. 4. — « El Motín ». Planche de caricatures publiée par El Liberal le 26 octobre 1887 selon l’ambassade britannique à Madrid © Public Record Office [PRO, F. O. 72/1792]
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/3756/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M

© Casa de Velázquez, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540