Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De fumées et de sang

 | 
Gérard Chastagnaret

Première partie. L’invasion des fumées

Chapitre iv

1877-1880, le temps de l’expertise

Texte intégral

  • 1 Le Verrier, Cours de métallurgie professé à l’École des mines de Saint-Étienne, pp. 98-99.
  • 2 Ibid., pp. 144-145.

1L’État doit répondre à l’attente d’El Alosno. Il en est surpris et il n’est manifestement pas prêt. Après des années sans tension notable autour des calcinations, voici un conflit d’une tout autre dimension et dans des cadres nouveaux. L’établissement public a disparu, et ce n’est plus à la justice que l’on s’adresse. C’est l’État que l’on interpelle, sa haute administration, voire ses responsables politiques. Les plaintes qui surgissent ne peuvent être traitées de manière aussi ponctuelle, sinon légère, qu’elles l’ont été jusque-là. Les conservateurs sont les premiers à devoir affronter le problème de la norme publique pour les calcinations à l’air libre. Les moyens peuvent être divers, depuis la loi et les règlements jusqu’aux instructions données à l’appareil administratif ou judiciaire, mais une chose est sûre : l’Espagne ne peut se contenter de copier une norme extérieure, anglaise ou française, pour une raison simple : nulle part en Europe ni même dans le monde, il n’y a de situation analogue à celle de Huelva. Certes, le « grillage en tas », selon la formule du professeur Le Verrier, se retrouve dans d’autres bassins1, mais, hors du cas espagnol, les « tas » ne vont jamais au-delà de 300-400 tonnes et ne sont pas exclusifs d’autres procédés permettant de récupérer les vapeurs soufrées et, surtout, les tonnages traités n’ont aucun équivalent avec ceux calcinés en Andalousie. Le bassin espagnol des pyrites se distingue à la fois par des volumes hors normes et par le recours à un unique procédé, celui de la calcination en teleras. Enfin, une mine, San Domingo, située dans le même bassin, mais de l’autre côté de la frontière avec le Portugal, a recours à la voie humide intégrale sans aucun grillage2. Dans ces conditions, le gouvernement espagnol se trouve, dès avant la fin des années 1870, au croisement de plusieurs voies. Les deux plus faciles sont des chemins de démission : considérer la situation comme normale ou enregistrer à la fois sa gravité et l’impossibilité d’y répondre. L’État est-il en mesure d’inventer la loi, de dicter la loi, de dicter sa loi ? Une dizaine d’années avant le drame de Riotinto, le moment est déjà décisif.

I. — L’énervement du Corps des mines

  • 3 AHN, Diversos, títulos, Familias, leg. 3189, no 10, Junta Superior Facultativa de minería, « Inform (...)

2Le directeur général de l’Agriculture, de l’Industrie et du Commerce transmet la demande du gouverneur de Huelva à la Junta Superior Facultativa de minería, dont la réaction, aisément perceptible à travers son rapport, peut se résumer en trois mots : surprise, défausse, énervement3. La surprise tient à ce que la demande est réellement une nouveauté pour eux : ils n’ont rien en magasin, ou presque, qui puisse alimenter une réponse assise sur une jurisprudence. La défausse est double. Ils renvoient d’abord aux dispositions en vigueur, notamment l’article 87 du règlement de juin 1868 et l’article 22 du décret de décembre 1868 : il est inutile de créer une commission pour appliquer une norme claire et pertinente. Le procès Rebollo de 1866 leur permet enfin d’évacuer leur responsabilité vers les tribunaux : la victoire du plaignant est la preuve de l’impartialité de la justice, par ailleurs accessible à tous, puisqu’elle est gratuite pour les pauvres. La première défausse est totalement infondée : le règlement de juin 1868 s’applique aux fours des usines et se trouve totalement inadapté aux calcinations à l’air libre. Le fameux article 22 « autorisant les entreprises à exploiter librement leurs mines sans sujétion à prescriptions techniques d’aucune sorte, sauf celles, générales, de police et de sécurité », n’est pas une solution, mais un problème, puisqu’il sert d’argument à la pollution. L’État ne peut éviter de se construire une doctrine sur le sujet. Le renvoi vers les tribunaux et le discours sur l’impartialité de la justice sont d’une parfaite mauvaise foi. Chacun sait alors combien la justice locale est aux mains des pouvoirs du lieu : Rebollo est un gros propriétaire, tandis que la société Victor Mercier et Cie, aux prises avec de multiples soucis, juridiques et financiers, n’a pas eu les moyens de peser sur l’appareil judiciaire comme peuvent le faire Tharsis et Río Tinto en 1877. La perte du procès Rebollo peut d’ailleurs avoir contribué à accélérer la décision de transfert de l’exploitation à la société anglaise. Si tel est le cas, Rebollo aurait, si l’on ose dire, joué avec le feu… Reste l’énervement, dont le principal mobile est facile à décrypter : il est inadmissible que le Corps des mines ne soit pas représenté dans la commission :

  • 4 Ibid.

Le rapporteur observe que si l’on cherche, à juste titre, la meilleure compétence dans l’accomplissement de cette mission, il n’y a ni motif ni raison légitime pour éliminer d’une telle commission le corps technique le plus autorisé et le plus compétent en la matière, qui est celui des ingénieurs des Mines, le premier à avoir connu les effets destructeurs des fumées de la calcination des pyrites, à avoir signalé le mal et à s’être opposé à ses ravages, le plus intéressé à déterminer son extension et son intensité pour le contenir, et enfin celui qui a produit le plus d’études et de travaux de terrain sur le sujet et connaît le mieux son histoire4.

  • 5 Ibid.
  • 6 Ibid.

3On pourrait ironiser sur le fait que le Corps des mines connaît bien mieux les calcinations qu’il ne s’est opposé à leurs ravages, mais l’essentiel est ailleurs. Non seulement il exige de participer à la commission, mais il donne par avance les grandes lignes de la mission : fixer l’étendue des dommages en fonction de la direction des vents et produire « un rapport qui indique avec le plus d’exactitude possible les zones correspondant à chacun des trois centres de calcination, l’étendue du dommage en relation avec les quantités de pyrites soumises à la calcination à l’air libre selon un gradient descendant avec les distances5 ». Le but est clair : contribuer à « l’adoption de décisions harmonisant tous les intérêts et, dans tous les cas, servir de point de départ pour l’appréciation des dommages et de l’importance des indemnisations correspondantes6 ». Les bornes des travaux de la commission sont fixées : il n’est pas question d’interdiction mais seulement d’indemnisation, et d’une indemnisation sélective fondée sur le postulat que la pollution est elle-même territorialement sélective. Le rapport n’est qu’une aide à la décision du ministre de Fomento. Il se révèle pourtant décisif. Ses arguments sur la compétence technique des ingénieurs des Mines conduisent d’abord à imposer la présence d’un membre du Corps au sein de la commission, aux côtés d’un ingénieur des Eaux et Forêts et d’un ingénieur agronome. Le représentant du Corps des mines préside même la commission. Premier round donc pour les libéraux.

  • 7 Sur le parcours professionnel de Botella, voir AHN, Diversos, títulos, Familias, leg. 3179, no 5. V (...)
  • 8 Le 10 juillet 1877 exactement, soit presque trois mois après la création de la commission, mais la (...)
  • 9 AHN, Diversos, títulos, Familias, leg. 3179, no 5 et López de Azcona, González Casasnovas, Ruiz de (...)
  • 10 AHN, Diversos, títulos, Familias, leg. 3179, nos 59-62. Sur Lino Peñuelas, voir chap. ii.
  • 11 Botella y de los Hornos, Federico, « Consideraciones acerca de los establecimientos mineros del Est (...)
  • 12 Sur la fraude fiscale dans les mines, voir Escudero, 1994 ; Chastagnaret, 2015.
  • 13 AHN, Diversos, títulos, Familias, leg. 3189, no 13. Selon sa hoja de servicios especiales, Botella (...)

4Mais il y a un deuxième round : le nom de la personnalité désignée pour représenter le Corps. Le choix se porte sur Federico de Botella y Hornos et il est significatif, idéologiquement et même politiquement7. C’est un ingénieur de haut grade — il est promu inspecteur général des mines précisément en 18778 —, ce qui montre que le pouvoir ne prend pas l’affaire à la légère, mais c’est aussi une personnalité atypique à plusieurs points de vue. Tout d’abord, fait déjà exceptionnel, né à Alicante en 1823, ce fils d’un négociant libéral exilé après le Trienio a suivi les cours de l’École des mines de Paris, où il n’a pas achevé le cursus. Venu en Espagne, il a obtenu la validation de son parcours parisien, son admission à la Escuela de Minas de Madrid et enfin, en juin 1847, son intégration dans le Corps des mines9. Admis, mais marginal et suspecté de compromission avec les « modérés » au pouvoir qui honnissent les ingénieurs libéraux : à la fin de 1849, quatre ingénieurs l’accusent de manœuvres pour un avancement plus rapide. Il lui faut deux ans et demi pour laver son honneur de deux manières : d’abord un duel, précisément contre l’ultralibéral Lino Peñuelas, puis trois lettres d’excuses des autres accusateurs10. La réalité du grief est difficile à établir, mais il n’est pas impossible que, en plein affrontement avec des ingénieurs désormais issus de l’École de Madrid, le pouvoir modéré ait voulu favoriser un profil extérieur au moule corporatiste de l’École. Botella ne sera d’ailleurs jamais dans le moule, et surtout pas dans le moule libéral en dépit de son ascendance. En 1866, il rédige un rapport dans lequel il exprime son opposition de fond avec la vente des établissements d’État, avec un argumentaire fourni : la vente procurera un capital immédiat, mais ce sera au détriment d’un revenu ; il ne faut pas perdre de vue que les gisements miniers sont des ressources non renouvelables et donc des chances qu’il ne faut pas gâcher ; enfin, la vente fera perdre à la fois des lieux de formation pour les élèves ingénieurs et des emplois ouvriers du fait des très probables gains de productivité. En d’autres termes, comme le grand ancêtre Elhuyar honni des libéraux, il est surtout sensible à l’impact régional de l’activité. Pour ne pas se mettre ses collègues davantage à dos, il ne donne ce rapport à publication que deux ans plus tard et il est alors remercié pour cette « délicatesse11 ». Cette hostilité réciproque entre Botella et les libéraux pourrait expliquer une nomination que ne justifie pas son profil professionnel : c’est avant tout un géologue, disciple et correspondant de Verneuil, membre de la commission de la carte géologique en 1868, dont il devient l’un des responsables en 1870. En 1876, il fait partie du premier comité directeur de la Société de géographie de Madrid. En 1879, il établit une carte géologique d’Espagne et du Portugal et il publiera de multiples travaux sur l’eau : sécheresse, inondations, irrigation, eaux thermales. Son autre passion, qu’il développera à partir des années 1880, est la statistique, qu’il mettra au service de la Estadística minera, en luttant contre la fraude dans les déclarations des entreprises, au prix de l’ironie, une fois de plus, de plusieurs de ses collègues12. Son profil personnel en résumé : compétent, passionné, emmerdeur et ambitieux. Cela peut faire un bon chef de commission, à un détail près : ce n’est nullement un spécialiste du cuivre ni de Río Tinto, même si, comme tout ingénieur stagiaire, il a travaillé dans l’établissement, ainsi qu’à Almadén, entre 1847 et 1849. Cela dit, cette distance peut lui éviter le risque de conflit d’intérêt ou même de simple connivence. Il n’est donc pas invraisemblable que cet aspect même ait contribué au choix du gouvernement. Botella apparaît donc comme la parade trouvée par les conservateurs à l’impossibilité d’échapper au Corps des mines : un ingénieur des Mines, oui, mais pas un libéral. Le 21 avril 1877, une commission de trois membres est donc constituée par le gouverneur de Huelva : un ingénieur des Eaux et Forêts, un professeur à l’École des ingénieurs agronomes et Botella, qui la préside13.

II. — Une commission pour quoi faire ?

  • 14 La formule est celle de la lettre du 14 mai 1877, incluant Minas de Riotinto dans le champ de la co (...)
  • 15 Ibid., leg 3179, no 112.

5Reste un troisième round, le plus décisif : le travail même de la commission, sous la présidence d’une personnalité très active. Officiellement, sa mission est « d’examiner les dommages et préjudices que l’on dit provoqués par les calcinations des mines de Tharsis et Los Silos », avec extension à Minas de Riotinto quelques semaines après, à la demande de la Junta Superior Facultativa de minería14. L’influence de cette dernière ne s’arrête pas là. Un exemplaire manuscrit du rapport qu’elle a élaboré en mars, avant même la constitution de la commission, est remis officiellement à Botella comme viatique pour la conduite de sa mission15. Plusieurs passages sont soulignés en rouge, sans aucun commentaire, probablement par Botella lui-même : ils concernent très précisément les deux objectifs évoqués plus haut : la délimitation des zones affectées et la nécessité « d’harmoniser tous les intérêts ». Le Corps des mines veut peser donc, et de tout son poids, sur la commission. C’est là une faille majeure dans l’effort probable du gouvernement pour verrouiller les conclusions de celle-ci.

  • 16 Original manuscrit conservé dans les papiers personnels de Botella. AHN, Diversos, títulos, Familia (...)
  • 17 AHN, Diversos, títulos, Familias, leg. 3189, no 19, fo 1, p. 2, « Informe de la Comisión Moreno, 19 (...)

6Les travaux du trio durent quelques mois. Le contenu du rapport montre que les trois ingénieurs sont bien allés sur le terrain, mais l’ampleur des développements miniers incite à penser que Botella y est sans doute resté le plus longtemps. Je l’ai dit au chapitre précédent : le gouverneur lui-même mentionne la présence de Botella à El Alosno au cours de l’été 1877. Le rapport achevé, signé le 30 novembre par les trois membres de la commission, est remis le 14 décembre 187716. Dix ans après, la commission Moreno se plaindra de ne pouvoir consacrer huit mois à l’enquête sur site, comme l’aurait fait la commission Botella. Celui-ci dément vigoureusement, en marge de son exemplaire manuscrit du rapport Moreno : « ce n’est pas exact pour ce qui concerne les mois sur le terrain qui n’ont occupé qu’environ deux mois complets17 ».

Bureau des plaintes et enquêteur de terrain

  • 18 AHN, Diversos, títulos, Familias, leg. 3189, no 12. Voir original en annexe II.1.

7Outre son enquête sur place, la commission a utilisé des documents d’origine très différente. Certains sont issus de l’administration provinciale, notamment dans le domaine fiscal. D’autres viennent des villages eux-mêmes. Il en est ainsi de la copie d’un article publié le 15 avril 1877, donc avant même la constitution de la commission, dans la Gaceta agrícola del ministerio de Fomento18. Le maire de Zalamea, village proche de Río Tinto, relaie l’inquiétude et la demande d’un habitant de la commune. L’inquiétude d’abord devant la multiplication des teleras :

L’augmentation en cours de la calcination des minerais de cuivre dans les mines de Rio Tinto et Tharsis situées dans cette province est d’une ampleur telle qu’elle nous fait craindre la disparition de toute végétation dans le rayon affecté par les fumées dégagées par les calcinations.
Notre crainte repose sur le fait que, à l’époque où les mines de Rio Tinto étaient exploitées par l’État, seules trois cents teleras, tout au plus, étaient en calcination, ce qui avait provoqué la destruction progressive des grands bois de pins, propriétés aussi de l’État, ainsi que des espaces cultivés et autres propriétés privées comprises alors sur le territoire de ce village, d’un diamètre d’une demi-lieue environ, enclavé dans celui de cette commune (Zalamea), où des dommages importants avaient commencé à être observés dans les propriétés proches des limites de Rio Tinto. Aujourd’hui, plus de deux mille teleras sont en calcination, leur nombre augmente de sept à dix par jour, jusqu’à porter leur total à six mille à ce qu’on dit. Avec les deux mille existantes, on observe déjà la destruction des cultures et prairies éloignées d’une lieue et plus des points de calcination. Il faut en déduire obligatoirement que les arbres et la végétation vont être attaqués jusqu’à cesser de produire, comme c’est déjà le cas dans le périmètre originel des mines, avec comme conséquences la disparition de l’élevage, des ruches et de toute l’activité agricole.

8La demande est simple, mais angoissée et urgente :

Les grandes entreprises propriétaires de ces mines ont-elle le droit de traiter ces minerais sans aucune limitation et sans tenir compte des intérêts et de la richesse du pays où s’effectue l’exploitation ? Ne peut-on les obliger à effectuer ce traitement dans le cadre de certaines conditions destinées à harmoniser les intérêts de l’industrie et de l’agriculture ? Si tel est le cas, quelle sera, selon la rédaction (de ce journal) la voie la plus courte et la plus simple que devront emprunter les propriétaires, colons et éleveurs des zones affectées par les fumées pour éviter la propagation du mal et obtenir l’indemnisation des dommages déjà survenus ?

  • 19 AHN, Diversos, títulos, Familias, leg. 3189, no 15. Une fanega vaut environ 0,55 hectolitre. En dép (...)

9La commission reçoit aussi, peut-être à sa demande, « par le canal du gouverneur » des états statistiques spécifiques, précis à défaut d’être toujours complets, permettant d’apprécier l’impact des calcinations sur treize communes, avec comparaison entre deux quinquenios : 1850-1855 et 1871-1876. Le seul document communal conservé est celui d’El Alosno, dont la protestation est à l’origine de l’enquête. Le tableau établi par cette commune en juillet 1877, a d’ailleurs pu servir de modèle à l’enquête générale, sauf pour l’arboriculture, absente dans ce document19.

Tableau 1.  — Activités et productions rurales à El Alosno.
Comparaison des périodes 1850-1855 et 1871-1876

Blé (Fanegas) Avoine, seigle, etc. Porcs à l’engraissement Bovins Chèvres Moutons Porcelets pour élevage Ruches
1850-1855 21 500 33 456 950 620 12 000 15 500 2 400 9 800
1871-1876 2 550 2 400 1 000 3 000 220 120

10Établi par l’alcalde, Rodrigo Rebollo, le tableau montre l’effondrement de toutes les productions agricoles, végétales ou animales : la dégringolade est des neuf dixièmes en général, avec une mention spéciale pour les ruches, dont presque 99 % ont disparu : au-delà de la perte d’une des principales ressources locales, le miel, l’extinction des abeilles est le meilleur révélateur de la dégradation extrême de l’environnement, comme le signale l’un des commentaires adjoints au tableau : « Les abeilles, si délicates, ne peuvent vivre dans cette commune parce qu’elles sont complètement détruites par les fumées. » Au demeurant, les autres chiffres, apparemment moins désespérants, sont en partie factices. Le maire souligne que la majeure partie des productions des années 1871-1876 sont obtenues par les habitants d’El Alosno sur les terroirs de communes voisines, moins touchées par les fumées, pour les bovins mais aussi pour les porcs : les chênes souffrent tellement que la glandée y est devenue impossible. Inutile de parler des jardins potagers. Le tableau est-il volontairement noirci ? Sans nul doute, parce qu’il s’agit de défendre les intérêts d’un territoire, mais la réalité ne peut être travestie : la commission vient vérifier sur place et surtout les compagnies traquent les exagérations pour disqualifier les plaignants.

  • 20 AHN, Diversos, títulos, Familias, leg. 3188, no 44.

11À partir des données des treize communes qui ont répondu, la commission construit un tableau synoptique global distinguant trois grandes rubriques, elles-mêmes subdivisées en produits : production céréalière, arboriculture, élevage20. Les rubriques sont inégalement renseignées, mais toutes traduisent un double phénomène, d’une part une forte diminution ou même un effondrement de la production, et d’autre part une forte inégalité géographique des ravages des fumées. Compte tenu de l’importance locale de l’apiculture et de la sensibilité, déjà soulignée, des abeilles à la pollution, l’exemple le plus significatif est celui des ruches, colonne renseignée par dix villages :

Tableau 2. — Évolution du nombre de ruches dans dix communes du bassin des pyrites entre 1850-1855 et 1871-1876

1850-1855

1871-1876

El Alosno

9 800

120

Cabezas Rubias

6 908

1 325

Villanueva de Las Cruces

1 000

200

Calañas

4 380

300

Zalamea

8 000

2 000

El Cerro

4 000

700

Minas de Riotinto

4 000

0

Gibraleon

854

766

Puebla de Guzmán

5 500

2 157

Paymogo

6 000

2 117

Total

47 410

10 413

12Le constat est clair : une baisse d’ensemble de 78 %, près de quatre ruches sur cinq, avec des zones mortelles pour les abeilles, près des teleras, Riotinto et Zalamea à l’est, et surtout à l’ouest, El Alosno, Calañas, Villanueva de las Cruces, El Cerro, Cabezas Rubias. Rien d’étonnant à cette prépondérance de la partie occidentale de la région : en 1876, la nouvelle compagnie de Rio Tinto ne fait que commencer sa progression, alors que les calcinations de Tharsis, La Zarza ou Los Silos empestent la campagne depuis des années.

  • 21 Achevé à Huelva, le 26 juin 1877, il est signé par José Yñigue, AHN, Diversos, títulos, Familias, l (...)

13Le périmètre de ces communes ne suffit pas pour traiter de la pollution des cours d’eau qui reçoivent les effluents des bacs de cémentation. Une contribution spécifique sur cette question est demandée à un ingénieur, qui produit un rapport bref mais alarmant21 :

Ce n’est pas la petite quantité de cuivre soluble charriée (par les courants) qui affecte le plus les qualités que doit posséder une eau naturelle pour la végétation, les usages domestiques et l’élevage, mais plutôt la réaction acide des sulfates de fer dissous dans cette eau, dont l’action est analogue à celle de l’acide sulfurique libre plus ou moins divisé […], les eaux qui ont servi à la cémentation artificielle pouvant contenir jusqu’à vingt fois plus de sels de cette nature (sulfates de fer) que l’eau d’écoulement ordinaire de ces mines.

14Et, compte tenu des sécheresses d’été andalouses, la nature est impuissante à corriger les dégâts des hommes :

Comme ce cours d’eau est d’habitude à sec en été, ces hypo-sels restent déposés jusqu’aux premières crues qui les emportent dans un volume d’eau insuffisant pour neutraliser leur action nocive : il faut en effet avoir présent à l’esprit que c’est là le résultat ou dépôt de plusieurs mois et surtout de ceux d’été pendant lesquels l’évaporation est forte.

  • 22 Voir annexe II.4.
  • 23 Naranjo de la Garza, Felipe, « Memoria sobre el estado de la minería del distrito de Murcia », Revi (...)
  • 24 Botella a été chef du district de Murcie de février 1861 à février 1865. López de Azcona, González (...)

15Reste enfin, dans les archives de Botella, un document exceptionnel, reproduit en annexe, sur lequel je reviendrai à plusieurs reprises22. Il s’agit d’un rapport remis à Botella, en réponse à une demande qui émane probablement de la commission elle-même, sur la pollution et ses effets à Riotinto et ses environs. Son auteur, Juan Caballero Sánchez, demeure une énigme. Les seules certitudes possibles à son sujet sont négatives. Il est extérieur à Riotinto où il séjourne exclusivement dans le cadre de l’enquête, extérieur aussi au bassin, dont il découvre certains usages onomastiques. Il n’est pas issu de l’École des mines de Madrid et ne s’intéresse nullement ici à la technique minière. C’est tout et c’est peu. Une coïncidence néanmoins doit être relevée : prénom et noms correspondent à ceux d’un auxiliaire du service des Mines de Murcie, distingué comme « travailleur et compétent » par un inspecteur général des Mines en visite dans le district à l’automne 186423. Federico de Botella, chef de ce district au début des années 1860, aurait pu remarquer ce collaborateur de qualité et obtenir sa mise à disposition ponctuelle24. L’hypothèse est plausible, mais aucune preuve ne vient l’étayer. Le rapport ne fait apparaître qu’une date, le 28 mars, jour où il quitte Riotinto, sans mention d’année, mais ce ne peut être que 1878. Les tonnages de calcination correspondent à la période. En 1877, la commission n’est pas encore constituée et en 1879, tout est bouclé. Le mémoire sur Riotinto est donc rédigé début avril 1878, plus de quatre mois après l’achèvement du rapport. Quel devait être son objectif : meilleure compréhension des effets des fumées dans tous les domaines, complément ou correction de la carte ? Je reviendrai plus loin sur cette question. En tout cas, le dossier d’accompagnement de la Real Orden (R. O.) de juillet 1879 ne contient aucune allusion à un document qui paraît être demeuré enfoui dans les papiers personnels du président de la commission.

Le contenu du rapport : une victoire du Corps des mines ou de Romero Robledo ?

  • 25 « Voici la description industrielle qu’il nous a paru opportun de présenter pour permettre de juger (...)

16Le rapport final est long : un peu plus de cent pages manuscrites. Il est déséquilibré au profit de l’ouest du bassin. Botella s’est rendu sur tous les sites, y compris Rio Tinto, mais il a manifestement donné la priorité à la zone de El Alosno–Tharsis. Rien d’étonnant : c’est de là qu’émanent les principales plaintes. Le rapport traduit cette différence d’attention : plus de cinquante pages sur Tharsis, dix-sept sur Los Silos–La Zarza, une vingtaine seulement sur Rio Tinto. La surprise tient au contenu même du rapport. La mission concernait un inventaire des dommages à l’environnement et des propositions de solution. Pendant quatre-vingts pages, le mémoire offre, pour chacun des trois sites, une étude géologique de la zone, une description technique de l’extraction, et s’achève par une présentation du traitement en teleras, des bacs de cémentation, le tout sans autre originalité que de fournir un tableau statistique des calcinations depuis les années 1850 et un ensemble de photographies exceptionnelles (voir fig. 3a, 3b et 3c, chap. iii). Un bloc minéro-métallurgique tellement lourd, envahissant, que, au terme de l’exercice, les rapporteurs éprouvent le besoin de se justifier25. L’affaire paraît entendue : le président de la commission a étouffé la voix de ses collègues pour faire passer sa passion géologique et sa curiosité d’ingénieur avant l’objet de sa mission. Comme s’il était resté dans la ligne de sa prise de position dans l’affaire de La Lapilla en août : son odorat était alors moins faible que sélectif, au bénéfice de la société pollueuse. Le Corps devrait être heureux : plus des trois quarts du rapport peuvent se lire comme un exemple de la science du Corps et de son adhésion sans faille au progrès, à la toute-puissance de l’homme sur la nature, en l’occurrence celle des compagnies minières sur le monde rural alentour.

  • 26 « Un sol généralement pauvre, une agriculture dans l’ensemble peu soignée, et de plus divers insect (...)
  • 27 « Pour les régions nord et sud de la province, compte tenu de la prépondérance des intérêts agricol (...)

17Tout se complique en fait avec les conclusions pratiques, curieusement appelées « résumé ». Certains aspects peuvent être interprétés comme l’aboutissement de cette lecture industrialiste prométhéenne. L’agriculture des villages affectés est pauvre parce qu’elle est victime d’abord des difficultés naturelles et de sa propre médiocrité26. La commission propose de distinguer trois zones orientées est-ouest dans la province de Huelva, deux zones à la fois forestières et agricoles au nord et au sud, et, au centre, une « ceinture étroite » d’une largeur moyenne de 25 kilomètres et d’une superficie de plus de 2 000 kilomètres carrés. Dans chaque zone, l’activité dominante serait déclarée prioritaire : une égalité apparente de traitement bien commode pour déclarer « d’attention préférentielle » l’industrie dans la zone centrale et « subordonnées » les activités rurales, moyennant indemnisation des dommages27. L’insistance sur l’apparition de nouveaux villages et la prospérité des anciens, sur la différence entre les rentrées fiscales provenant des villages affectés et ceux des deux compagnies minières — du simple au quadruple —, la proposition de déclarer comme « zone minière », soumise à régime spécial, l’ensemble des dix-sept villages touchés par les pollutions : tout cela peut se lire comme le sacrifice annoncé de la vie rurale. Certes, mais cette lecture est largement contredite par les mesures concrètes proposées :

  • interdiction aux compagnies de dépasser à l’avenir leurs tonnages respectifs de calcination, soit 250 000 tonnes pour Rio Tinto et autant pour Tharsis (180 000 à Tharsis et 70 000 à La Zarza) ;
  • classement des terrains en quatre zones numérotées de 1 à 4 dans l’ordre suivant : ravagée, très affectée, notoirement affectée, peu affectée ;
  • obligation pour les compagnies d’acheter les terres dans les zones 1 et 2, d’indemniser les dommages dans les zones 3 et 4 ;
  • simplification des procédures, avec remplacement de la voie judiciaire par la voie administrative, plus rapide et moins coûteuse ;
  • intervention obligatoire d’un ingénieur de l’un des trois corps pour le classement des terrains ;
  • pour le rachat de terres, prise en compte de l’année de meilleur rendement des terres avant pollution et expertises contradictoires, suivies éventuellement d’arbitrage ;
  • exemption d’un cinquième de la contribution sur les cultures et l’élevage des dix-sept villages concernés, compensée par un impôt spécial sur les entreprises pratiquant la calcination à l’air libre, dont le produit serait versé aux municipalités des villages affectés ;
  • mesures spécifiques pour la pollution des eaux, avec insertion de Gibraleón dans la liste des villages affectés, interdiction de polluer de nouveaux cours d’eau, sauf à fournir des solutions équivalentes aux villages ;
  • établissement d’une carte de la pollution, avec marquage des contours de chaque zone à la fin du document.

18Dernier élément, important, la commission souligne que son dispositif doit être évolutif, dans les deux sens : les limites du zonage peuvent changer en fonction des circonstances, le niveau et même l’existence de la taxation additionnelle seront fonction de la capacité des entreprises à s’orienter vers des solutions alternatives à la calcination à l’air libre.

19Pollution de l’air, pollution de l’eau, catastrophe environnementale et agricole : la réponse la plus efficace à l’angoisse des protestataires et plus encore à l’urgence environnementale aurait été de recommander l’arrêt de l’activité ou un changement immédiat du système technique désormais en place, fondé sur le couple calcination en teleras–cémentation artificielle. Compte tenu des enjeux économiques, fiscaux et sociaux, la perspective n’était pas réaliste : les maires eux-mêmes le reconnaissent à demi-mot, quelques mois après dans leur mémoire au ministre. Dans le cadre de cette contrainte, lourde, le rapport va très loin, en termes de rachat, d’indemnisations, de procédures et surtout de blocage de la progression des calcinations. Strictement appliqué, le plafond indiqué bloque toute évolution de Tharsis et, plus encore, empêche Rio Tinto d’atteindre le volume d’extraction et de traitement qu’elle s’est fixé : la compagnie britannique n’a commencé à produire qu’à partir du second semestre 1875 et prévoit plusieurs années de montée en puissance. Derrière le conformisme apparent, il n’y a aucun doute : avec l’aide de ses deux collègues, Botella reste bien un électron libre du Corps des mines. Le rapport ne transgresse pas l’instruction majeure donnée par la Junta Superior Facultativa de minería, mais il la contourne de plusieurs manières, surtout par la fixation d’un plafond, insupportable stricto sensu pour les compagnies minières. Cette fidélité à des convictions antilibérales ne va pas améliorer ses relations avec ses collègues du Corps. Consciemment ou non, Botella a parfaitement joué double jeu, ou plutôt joué le jeu de Romero Robledo pour imposer un coup d’arrêt aux compagnies, et d’abord à Rio Tinto. Les recommandations du rapport posent surtout un problème, sérieux, immédiat, aux compagnies, à la Junta Superior Facultativa de minería, et à l’administration de Fomento, que ne contrôle pas Romero Robledo. Le rapport de Botella, voulu comme une solution, est de fait un problème : une fois de plus, Botella ou comment s’en débarrasser ?

L’art de réduire un rapport

  • 28 Sur la chronologie de remise et le traitement des documents, Compañía de las minas de Rio Tinto, «  (...)
  • 29 Ce document, ainsi que celui élaboré par les communes présenté plus loin est publié sous le titre : (...)

20Heureusement pour les entreprises, le rapport des experts n’est qu’une première étape dans l’élaboration de la décision éventuelle et un élément parmi d’autres au sein d’un dossier constitué sous la responsabilité du gouverneur28. Ainsi, la Diputación provincial de Huelva adresse deux lettres, l’une au ministère de la Gobernación, l’autre à celui de Fomento29. Chaque document, d’à peine quatre pages, dénonce les calcinations de manière assez générale, mais le premier est nettement plus alarmiste et apporte une information précise : 400 tonnes de soufre sont émises chaque jour dans l’atmosphère. Il ajoute un autre thème, les dangers que fait courir aux maisons et aux habitants l’usage nouveau de la dynamite au lieu de la poudre traditionnelle pour les travaux à ciel ouvert. Absent des documents produits par les villages concernés, l’argument peut se lire comme un détournement du cœur du problème. La seconde lettre, en partie consacrée à un récapitulatif historique, est encore plus évasive ou timorée. Or c’est peut-être la seule transmise en février 1878, dans le cadre de la constitution du dossier, à l’administration de Fomento, son destinataire initial. De toute manière, dans les deux cas, les conclusions sont également molles : un simple appel à l’édiction de règles de police et de sécurité, dans la ligne de la R. O. de 1863, en fait inadéquate. Comme si l’unanimité provinciale en faveur de la défense des populations ne pouvait se réaliser qu’à minima, sinon du bout des lèvres : ni Huelva ni la plaine du Condado ne souffrent des fumées et la capitale de la province commence à ressentir les retombées des exportations sur son économie. On le verra encore mieux dix ans plus tard : les intérêts d’une bourgeoisie embryonnaire l’emportent de loin sur les solidarités.

  • 30 Ces neuf communes sont : Zalamea, Campofrío, La Granada, Almonaster La Real, El Berrocal, Santa Ana (...)

21Quelques semaines après, le gouverneur de Huelva reçoit aussi un mémoire signé le 22 avril 1878 par les conseils municipaux de neuf communes de la province, y compris El Alosno, adressé au ministre de Fomento30. Le texte résume avec force les deux vecteurs de pollution, l’air et l’eau.

22Les entreprises

  • 31 Exposiciones al Gobernio…, p. 5. Voir original en annexe II.2.

ont multiplié leurs calcinations d’une manière si extraordinaire que les fumées des teleras, après avoir desséché et détruit tous les espaces forestiers de leur propriété, avancent progressivement sur le territoire de ces villages, desséchant et stérilisant tous les champs ensemencés et les arbres qu’elles touchent.
De plus, les eaux recueillies dans leurs immenses réservoirs, destinées au traitement des minerais, au sortir des mares et bassins où s’effectue cette opération, sont répandues sur nos terres sans règle ni précaution d’aucune sorte et se déversent dans les ruisseaux et rivières de plus ou moins d’importance. Elles contiennent de grandes quantités de sels, à base de cuivre, de fer, d’arsenic, qui empoisonnent les eaux courantes au point de les rendre inutilisables et même pernicieuses pour l’abreuvage du bétail et autres usages agricoles31.

23Suit un long argumentaire juridique, fondé sur la législation minière, y compris le décret libéral de décembre 1868, ainsi que sur la législation sanitaire générale.

  • 32 Ibid., p. 8.

24Ces textes s’inscrivent dans la logique d’instruction du dossier, mais ils sont aussi une réponse à une initiative de la compagnie de Rio Tinto. Dès avril 1877, donc avant même la mise en place de la commission, la compagnie a demandé, par son représentant juridique, Daniel Carballo, que soit déclaré d’intérêt général le procédé de calcinations à l’air libre de manière à permettre l’expropriation forcée des terrains32. La démarche est confirmée par les archives de Botella : un bordereau, non daté, mentionne une demande adressée à la direction générale de l’Agriculture, de l’Industrie et du Commerce par la compagnie de Rio Tinto :

  • 33 AHN, Diversos, títulos, Familias, leg. 3189, no 14.

Cette direction vous remet l’exposition du représentant de la compagnie de Rio Tinto, concessionnaire des mines du même nom, demandant que soit déclaré d’utilité publique le traitement des minerais pauvres, et que soit autorisée l’expropriation des terrains rendus stériles par les fumées produites par les calcinations33.

  • 34 Exposiciones al Gobernio…, pp. 13-15.
  • 35 Ibid., p. 17.

25L’initiative illustre déjà la capacité de la compagnie à être informée de décisions publiques encore en gestation. Le canal de transmission adopté — la voie hiérarchique — est discret et habile. Par ailleurs, comme l’avenir le montrera souvent, Rio Tinto agit seule, mais elle est de fait le porte-parole des intérêts de l’ensemble des compagnies étrangères quelque peu alarmées par des mécontentements qui pourraient gêner l’extension de leurs activités. Elles commencent, pour la première fois, à se préoccuper de la réaction collective des villages et à chercher une solution « définitive » au problème. Dans les faits, la discrétion n’est pas maintenue et l’initiative a un effet d’alerte et de mobilisation, y compris partiellement à contresens. Ignorantes des circonstances réelles de création de la commission, les municipalités y voient une manœuvre dilatoire : l’expertise est juridiquement infondée, techniquement inutile tant les dégâts sont évidents34. La seule solution : imiter ce qu’a fait le Portugal pour San Domingo, juste au-delà de la frontière : « donner ordre au gouverneur qu’il suspende ou tout au moins limite ces calcinations à l’air libre pour que l’action destructrice des fumées qu’elles rejettent ne débordent pas des limites de leurs propriétés35 ».

  • 36 Compañía de las minas de Rio Tinto, « Apendice 6°, Real Orden… », pp. 296-304.

26Le mémoire de Juan Caballero ne figure pas dans le dossier d’instruction, mais le rapport de la commission n’a pas été oublié. Première consultée pour donner son avis, la Junta Superior Facultativa de minería effectue, sans surprise, un véritable travail de sabrage dans les propositions de la commission. Elle refuse le plafonnement, « l’expérience ayant démontré que les fumées n’affectent pas la santé des personnes36 », disqualifie le zonage parce qu’il peut changer alors même qu’elle avait demandé moins d’un an plus tôt la délimitation des terrains à indemniser, dénonce les dangers d’un abandon de la voie judiciaire au profit de la voie administrative pour les rachats de terre, rejette les propositions d’indemnisation, d’imposition spécifique ainsi que l’exigence de remplacement des eaux nouvellement polluées. Une affirmation de pouvoir, qui est aussi affirmation idéologique, au profit de la liberté d’exploitation, et un véritable règlement de comptes avec Botella, qui trouve un seul soutien parmi ses pairs.

  • 37 Ibid., p. 83.

27Le dossier reste entièrement entre les mains du ministère de Fomento, le ministère des Finances, sollicité, ayant considéré qu’il n’entrait pas dans sa compétence. Les Secciones de Fomento ont peu à redire : l’essentiel vient d’être fait. Elles prennent acte de la paralysie de l’État : l’article 22 du décret de décembre 1868 lui interdit d’interdire les teleras, puisque « les mineurs exploiteront librement leurs mines, sans sujétion à prescriptions techniques d’aucune sorte, à l’exception des prescriptions générales de police et de sécurité ». Toute action en ce sens ouvrirait la voie à une action de la compagnie de Rio Tinto contre l’État pour demander, soit l’annulation de la vente, soit une indemnisation correspondant au préjudice. Elles défendent néanmoins le principe du zonage, ainsi que la carte. Elles insistent surtout sur l’idée qu’on ne peut faire l’économie d’une loi pour le rachat de terres : la législation générale n’autorise les expropriations que pour les travaux publics et la législation minière ne permet que l’expropriation des terrains situés à l’intérieur des concessions ou nécessaires pour le transport37.

  • 38 Ibid., pp. 79-84. Décision seule dans CLM, III, p. 349.
  • 39 Document reproduit dans le Diario de sesiones del Congreso, 4 juillet 1889, p. 432.
  • 40 Il évoquait « le nuage permanent de gaz sulfureux, qui porte atteinte jusqu’à la santé des petits e (...)
  • 41 Compañía de las minas de Rio Tinto, « Apendice 6°, Real Orden… », p. 83.

28Alors que le dernier acte du gouverneur sur le dossier est de septembre 1878, la première décision officielle, sous forme de Real Orden, intervient seulement en juillet 187938. Elle enregistre les éliminations demandées par la Junta Superior Facultativa de minería et des ajustements introduits pas les Secciones, sans prise en compte des demandes villageoises. Le document, très court, se limite à quatre articles. Les deux premiers portent sur l’expropriation de terrains dans le cadre d’une nouvelle loi. Celle-ci aurait pour but de « déclarer d’utilité publique le système actuellement utilisé par les entreprises de la province de Huelva pour procéder à l’expropriation des propriétés comprises [dans ces zones] ». Elle concernerait les zones 1, arrasada (ravagée) et 2, muy influida (très affectée) déterminées par la commission. Les deux derniers confirment la législation et la réglementation en vigueur pour le règlement des dommages aux cultures. Une absence mérite d’être relevée, celle de toute mention relative à la santé publique. Il est vrai qu’aucun document publié — l’adjectif est important — ne fait état d’un quelconque problème en ce domaine. Cette absence sera soulignée, dix ans plus tard, en janvier 1889, dans le cadre d’un avis du Conseil d’État, par un conseiller, dont le vote minoritaire (voto particular) est alors manifestement proche des vœux des compagnies : il y verra le signe du seul souci des populations d’indemnisation rapide et du caractère peu sérieux du problème sanitaire39. Pourquoi alors, en se fondant sur la croissance démographique, la Junta a-t-elle souligné l’innocuité des fumées ? Parce que l’argument aurait été recevable, sinon imparable, pour justifier un plafonnement des calcinations, et surtout parce que le problème est déjà sous-jacent : le propos du regidor síndico, transmis au gouverneur, évoquait déjà des problèmes pour les jeunes enfants40. Il importe donc de fermer la possibilité — qui serait même une obligation — d’intervention réglementaire de l’État. Soyons clair : pour être juridiquement fondée, la posture de l’État implique la non-reconnaissance de pathologies liées aux calcinations. Ce verrouillage permet une interprétation très restrictive de l’article 22 du décret de Bases, fondement juridique d’une intervention de l’État : la sécurité n’a pas à inclure la protection des populations, puisque la santé publique n’est pas compromise. La R. O. ne mentionne pas les deux dernières zones, exclues du périmètre expropriable. Selon les Secciones, pour ces zones, « la commission n’a pu vérifier que le mauvais état de l’agriculture était dû à l’action des fumées41 ».

29Deux constats s’imposent. Tout d’abord, le document final a été conçu pour inverser les priorités, de la protection de l’agriculture à celle des compagnies minières. On peut y voir le respect de la lecture zonale de la province par la commission, à la différence près que celle-ci proposait une prépondérance minière contrôlée et assortie de compensations correctes. Le second constat est celui d’une pure instrumentalisation du rapport de la commission Botella. La décision finale a choisi les éléments d’analyse et de conclusion qui convenaient aux intérêts dominants en jeu. Que reste-t-il du travail de la commission ? Pour l’essentiel, deux points : l’idée même du zonage et la carte qui le reproduit.

Une mise en carte des dommages, ou comment réduire l’image de la souffrance

  • 42 AHN, Diversos, títulos, Familias, leg. 3188, no 43.

30La solution retenue est celle préconisée par la Junta Superior Facultativa de minería dans son intervention initiale : une cartographie des dommages autour des trois zones de calcination, Tharsis, Los Silos et Riotinto, dont le tracé est indiqué à la fin du rapport final. Cette œuvre de belle qualité formelle (voir fig. 2a) se prête à deux lectures très contrastées, l’une pessimiste, sinon catastrophiste, l’autre beaucoup plus rassurante dans l’appréciation de la pollution. La première se fonde sur l’ampleur de l’espace concerné : 80 kilomètres d’ouest en est, 30 kilomètres dans la plus grande largeur, entre Cabezas Rubias au nord et les abords de San Bartolomé de la Torre au sud, plus de 2 000 kilomètres carrés, soit 20 % de la superficie de la province selon le rapport de la commission. Les compagnies elles-mêmes admettront ces chiffres en 188642. L’aire est très vaste, immense même, mais pour les entreprises, ce n’est pas celle des dommages effectifs. L’important n’est pas l’ensemble de l’espace touché par les fumées, mais uniquement les zones où les retombées soufrées provoquent de vrais dégâts, c’est-à-dire les trois taches roses allongées de la carte, à l’ouest, au centre et à l’est, qui ressemblent à des boutonnières ou à ces formes molles chères à Dali. Chacune correspond à une exploitation minière. La plus importante se situe à l’ouest. Elle enveloppe Tharsis d’ouest en est, sur une longueur d’environ 10 kilomètres et une largeur de 2 kilomètres. La seconde, au nord-est de la précédente et au centre de la carte, est due à la mine de Los Silos, sur la commune de Calañas. Sa forme rappelle celle du célèbre chapeau de Napoléon, avec une longueur de 6 kilomètres d’ouest en est et une épaisseur maximale de 2 kilomètres. La dernière tache rose, celle de Riotinto, présente les mêmes dimensions que celle de Los Silos, mais avec une forme plus ramassée, en chausson, si bien qu’elle est légèrement plus étendue (voir fig. 2b et 2c). À cette échelle, 50 kilomètres carrés environ, le problème est sérieux, mais reste localisé : les entreprises peuvent faire face sans difficultés majeures, surtout Rio Tinto qui possède déjà une bonne part des terrains dévastés. Le seul dommage grave reconnu en dehors de la zone ravagée est la pollution acide de deux rivières, déjà soulignée dans le rapport. À l’est, celle du Río Tinto est d’une gravité minime, tant son acidité originelle, avec un PH naturel de 2,5, suffit à éliminer toute vie aquatique et tout usage normal des eaux. Il n’en va pas de même à l’ouest : la carte fait bien ressortir l’acidité du río Odiel et de ses affluents venant de Tharsis, et cela jusqu’à Gibraleón au moins.

Fig. 2a. — Carte de la pollution due aux calcinations à l’air libre dans le bassin des pyrites de la province de Huelva, établie en 1877 par la commission de trois ingénieurs nommée en avril 1877 © Archivo Histórico Minero de la Fundación Río Tinto [« Plano Botella », AFRT, PLANOS, A-2034]

Fig. 2a. — Carte de la pollution due aux calcinations à l’air libre dans le bassin des pyrites de la province de Huelva, établie en 1877 par la commission de trois ingénieurs nommée en avril 1877 © Archivo Histórico Minero de la Fundación Río Tinto [« Plano Botella », AFRT, PLANOS, A-2034]

Fig. 2bFig. 2c. — Pollution officielle (2b.) et extension réelle de la pollution (2c.) dans le bassin de Riotinto, reconstituée par l’auteur à partir du rapport de Juan Caballero © Archivo Histórico Minero de la Fundación Río Tinto [« Plano Botella », AFRT, PLANOS, A-2034]

Fig. 2bFig. 2c. — Pollution officielle (2b.) et extension réelle de la pollution (2c.) dans le bassin de Riotinto, reconstituée par l’auteur à partir du rapport de Juan Caballero © Archivo Histórico Minero de la Fundación Río Tinto [« Plano Botella », AFRT, PLANOS, A-2034]

31En réalité, cette représentation des dommages est biaisée à plusieurs titres. Tout d’abord, elle donne une image réductrice de la situation réelle au moment de son établissement. Elle ne prend en considération que les zones dévastées (arrasadas) et nullement le périmètre des zones « très influencées ». Or, celles-ci enveloppent partout les espaces dévastés en faisant comme une coquille d’au moins un kilomètre de large et parfois beaucoup plus, notamment au sud-est de Tharsis. Les populations locales réclament immédiatement, en vain, l’unification des deux zones. Peut-être le problème majeur est-il en fait déjà ailleurs, dans la marginalisation des zones 3 et 4, tout particulièrement de la zone 3, reconnue comme « influencée », donc susceptible d’une simple indemnisation des dégâts annuels, sans rachat de biens fonciers par les compagnies : sa prise en compte dans la géographie des dommages lourds augmenterait très fortement la superficie concernée, surtout au nord de Tharsis et au sud de Riotinto, si bien que l’ensemble des surfaces dépasserait largement 1 000 kilomètres carrés. Enfin, les contours de la zone « peu influencée » semblent relever le plus souvent davantage de la nature de la végétation que de l’ampleur des dégâts : ce sont en général moins des cultures que des espaces boisés, souvent de chênes. La marginalité économique supposée, qui oublie le poids dans l’économie rurale d’un élevage porcin appuyé précisément sur la glandée, tient lieu d’appréciation de la pollution.

  • 43 AHN, Diversos, títulos, Familias, leg. 3188, no 58, Juan Caballero y Sánchez, « Datos referentes a (...)

32Plus sérieusement encore, le classement des terrains dans les différentes zones sous-estime fortement la gravité de la situation. La comparaison de la carte avec l’enquête de terrain de Juan Caballero ne laisse aucun doute sur le sujet43. Tout se passe comme si la commission, doutant de ses propres observations, avait voulu une information complémentaire en une saison décisive pour les cultures, le début du printemps, sur un espace bien déterminé : l’aire exposée aux fumées de Rio Tinto. Le choix peut aussi traduire une attention spécifique envers un site où les calcinations sont en forte progression. Caballero ne fait pas œuvre de cartographe, mais se révèle un collaborateur exceptionnel. Écrite dans un style sobre, marqué néanmoins par des lourdeurs dues au souci de précision, sa contribution témoigne d’une capacité d’observation remarquable, associant profondeur du champ chronologique, souci de la nuance spatiale, de l’exactitude et de la qualité du détail. Elle se distingue aussi par son ton : Caballero décrit sans complaisance ni exagération parce qu’il doit informer rigoureusement et il ne pratique ni l’autocensure ni la litote parce que son texte n’a aucune vocation à être publié. Les qualités d’observation s’expriment d’abord dans la description de l’invasion des fumées :

Les grandes couvertures de fumée ont commencé à être observées un peu avant les fortes crues et, tout en laissant quelques jours dégagés, elles ont continué jusqu’au 28 mars, jour où l’auteur de ces lignes est parti de Riotinto. Elles étaient si intenses et de telle nature que, sur les personnes, les équidés et la végétation, elles ont produit des sensations telles que personne n’a échappé à l’étonnement ou n’a oublié, quel que soit l’épisode qui l’ait atteint.
L’heure la plus fréquente de la venue des fumées se situait entre le début de l’aube et 10 heures du matin, avec parfois une reproduction à la fin du crépuscule, jusqu’à 9 heures ou 10 heures du soir. L’épaisseur de la couverture était telle qu’on ne pouvait reconnaître les personnes à 10 mètres de distance et que du soleil on ne voyait que le disque, ardent ou rougeoyant. L’atmosphère ne commençait à s’éclaircir qu’à partir de 10 heures du matin, comme si le soleil ne s’était pas levé jusqu’à cette heure. Et si c’était le soir, à 10 mètres, la lumière artificielle ressemblait à une très faible étoile. […]
Une fois constituée la grande couverture qui porte un si lourd préjudice aux travaux et au village de la mine, ainsi qu’à la Aldea de Río Tinto, les fumées se répandent à travers la campagne, ou, s’il y a un courant d’air constant et stable, elles se répandent selon l’ordre de leurs formations successives. Mais dans un cas comme dans l’autre, la fumée avance plus ou moins groupée, en suivant les directions générales, du río Tinto à l’est, du río San Dionisio à l’ouest, et de chaque côté elles se divisent à travers les ravines, drailles et vallées qui débouchent plus ou moins directement sur le système général d’écoulement des eaux.
[…] et, comme durant les six ou sept mois que dure le cycle des cultures, il faut admettre l’existence d’une infinité de mouvements dans l’atmosphère, les vents au cours de cette période se sont croisés plusieurs fois dans toutes les directions. C’est pourquoi, tout au long de cette période et à l’intérieur du rayon d’action des fumées, il n’y aura aucun point du terrain qu’elles n’aient parcouru.
Pour résumer l’ensemble de mes indications précédentes, je dirai :
Que dans la mesure où les calcinations de Río Tinto ne dépassent pas beaucoup le chiffre de deux mille teleras, les terrains affectés en premier par les fumées seront seulement ceux de :

  • Minas de Riotinto ;

  • Aldea de Río Tinto ;

  • Aldea del Ventoso ;

  • Aldea de las Delgadas ;

  • Aldea del Campillo ;

  • Aldea de Traslasierra.

En second lieu, il y a une grande partie des zones est et nord du territoire de Zalamea auquel appartiennent tous ces villages. Une autre partie de l’est et du nord du village de Marigenta, qui relève aussi de la commune de Zalamea, et une autre partie de l’ouest et du nord du village de El Madroño qui appartient au Castillo de Las Guardas.

33Ces indications permettent de proposer, pour la seule zone de Rio Tinto, une esquisse de la géographie réelle des dommages d’une ampleur sans commune mesure avec celle de la carte officielle, aussi bien pour la zone 1, dévastée ou ravagée, que pour la zone 2, très affectée (voir fig. 2c). À l’exception notable du village de Riotinto, les sites mentionnés par Juan Caballero au printemps 1878 étaient pour la plupart moins haut classés dans l’échelle des dommages sur la carte de l’automne précédent. La Aldea de Río Tinto (la future Nerva), les villages de Traslasierra et El Campillo appartenant alors à la commune de Zalamea, que le mémoire recommande de classer tous en zone 1, n’étaient même pas en zone 2 (muy influenciada), mais au début de la zone 3 (influenciada). La plus grande partie de la commune de Zalamea, qui devrait être en zone 2, était au mieux en zone 3. Quant au Madroño, il se retrouvait carrément hors du périmètre indemnisable. Même limité à Rio Tinto, même sommaire dans ses contours, le test de réalité suffit à faire ressortir les décalages entre la carte et les observations complémentaires. Pourquoi alors la commission n’a-t-elle pas corrigé la première mouture de son œuvre ? L’hypothèse la plus plausible est qu’elle a été écartée de son propre travail après la remise du rapport, surtout après la démolition en règle de celui-ci par la Junta Superior Facultativa de minería. La carte était le seul élément utilisable pour l’administration et les compagnies. Il importait surtout de ne pas la toucher, d’autant plus que, sans doute involontairement, elle était bienveillante envers les entreprises. Paradoxalement, si la photographie n’est pas trop moche, c’est qu’on a empêché de la retoucher.

III. — Un appareil d’État contrôlé, impuissant ou indifférent ?

  • 44 AHN, Diversos, títulos, Familias, leg. 3189, no 10.
  • 45 Chastagnaret, 2015a.

34« L’harmonisation des intérêts » entre agriculture et industrie, selon la formule la plus utilisée par la rhétorique libérale du temps44, a donc assumé deux fonctions : d’une part masquer, spatialement et qualitativement, l’ampleur de la fracture entre les deux activités, d’autre part assurer la toute-puissance des compagnies en proposant de donner force de loi aux calcinations et donc à la destruction de la végétation comme de l’économie rurale, une proposition plus que singulière, portée par le ministère de Fomento. Pourquoi une telle orientation de l’intervention publique ? La pression des compagnies, surtout de Rio Tinto, est fondamentale, sinon décisive — j’y reviendrai —, mais ne peut constituer la seule explication. Deux autres facteurs au moins méritent d’être soulignés ici. Le plus évident est une logique de l’impuissance, dérivée de ce désarmement réglementaire évoqué plus haut, voulu par l’État libéral et mis en pratique à partir du décret dit « de Bases » de décembre 1868. Le second tient à l’origine sociale du Corps des mines. De manière implicite mais parfaitement claire pour les contemporains, la haute administration et notamment le Corps des mines font explicitement le choix de la mine contre l’agriculture, au nom des intérêts de l’État et de la région. Ce choix se veut celui de la modernité contre l’archaïsme, du progrès contre la stagnation. C’est en fait aussi un révélateur social, celui de groupes aux liens personnels très faibles avec le monde rural, en particulier les ingénieurs des Mines. Compte tenu des études exigées, ceux-ci ne sont pas issus de la paysannerie pauvre ni même moyenne. Ils ne proviennent pas non plus de ces terratenientes, propriétaires fonciers dont le pouvoir peut être utilement renforcé par des études juridiques dans le cadre d’une instrumentalisation bien connue du droit au service des pouvoirs de fait, mais nullement par une formation technique. Les élèves de l’École des mines sont principalement issus de ces classes moyennes urbaines qui ont les moyens d’une éducation poussée de leurs enfants et orientent ceux-ci vers des qualifications élevées. Leur objectif : des métiers sûrs, à statut social valorisant dans le cadre de la fonction publique ou des professions libérales. La grande propriété foncière n’a nul besoin d’assurer la promotion de ses enfants, ses alliances matrimoniales restent dans l’entre-soi, mais en désertant les corps techniques de l’État, en négligeant l’ouverture vers des professions spécialisées, elle se laisse marginaliser dans plusieurs combats frontaux avec les nouveaux secteurs économiques : le plus sensible au niveau national est celui de la fiscalité, outrancièrement favorable, dans ses taux et encore plus dans ses pratiques, au pillage minier du pays45. Localement, les enjeux sont rarement perceptibles, ou se règlent à l’amiable : l’Ouest andalou est à cet égard une exception, en même temps qu’une illustration terrible des effets de la désertion par les élites rurales des grands enjeux des changements induits par l’industrialisation.

35Faussement équilibrée, la réponse de l’État à l’exaspération et à l’angoisse des populations est appuyée par les compagnies elles-mêmes qui ont pu voir dans le rachat des terres une perspective d’issue à une situation de plus en plus tendue. Rio Tinto surtout a pu être intéressée par une carte aussi favorable à ses intérêts. Mais, de toute façon, l’issue n’est encore que provisoire. La Real Orden est un texte de faible statut juridique et surtout la loi sur l’élargissement des expropriations pour utilité publique doit être votée par les Cortes et par le Sénat. On peut y voir une formalité dans un système de la Restauration facilement présenté comme verrouillé au profit du gouvernement en place. La réalité est sans doute moins simple : en 1879, le système canoviste en est encore à ses débuts ; la mise en place du contrôle caciquiste des élus par le pouvoir en place n’est pas achevée. Dans le cas de Huelva, les notables ruraux de l’intérieur de la province subissent fortement le préjudice des fumées et ne peuvent être facilement contrôlés. Plus profondément, les débats publics qui vont s’ouvrir peuvent être une occasion d’expression publique vigoureuse, avec remontée jusqu’à Madrid de l’enfer que vivent les populations. Aussi ahurissante soit-elle, la proposition de loi déclarant d’intérêt public les calcinations a au moins un mérite : arracher le monopole de la parole et de la décision aux experts pour le redonner, sinon au peuple puisque le système est encore censitaire, tout au moins aux communautés villageoises si elles trouvent les canaux adéquats pour se faire entendre.

Notes

1 Le Verrier, Cours de métallurgie professé à l’École des mines de Saint-Étienne, pp. 98-99.

2 Ibid., pp. 144-145.

3 AHN, Diversos, títulos, Familias, leg. 3189, no 10, Junta Superior Facultativa de minería, « Informe del 7 de marzo de 1877 ».

4 Ibid.

5 Ibid.

6 Ibid.

7 Sur le parcours professionnel de Botella, voir AHN, Diversos, títulos, Familias, leg. 3179, no 5. Voir aussi Chastagnaret, 2000a, p. 245.

8 Le 10 juillet 1877 exactement, soit presque trois mois après la création de la commission, mais la décision, prise en fonction de l’ancienneté, était attendue.

9 AHN, Diversos, títulos, Familias, leg. 3179, no 5 et López de Azcona, González Casasnovas, Ruiz de Castañeda, 1992, p. 58.

10 AHN, Diversos, títulos, Familias, leg. 3179, nos 59-62. Sur Lino Peñuelas, voir chap. ii.

11 Botella y de los Hornos, Federico, « Consideraciones acerca de los establecimientos mineros del Estado », Revista Minera, 1868, pp. 289-311.

12 Sur la fraude fiscale dans les mines, voir Escudero, 1994 ; Chastagnaret, 2015.

13 AHN, Diversos, títulos, Familias, leg. 3189, no 13. Selon sa hoja de servicios especiales, Botella est en fait nommé dès le 7 avril. Ibid., leg. 3179, no 229.

14 La formule est celle de la lettre du 14 mai 1877, incluant Minas de Riotinto dans le champ de la commission. Elle est reprise par Botella dans sa hoja de servicios especiales. Ibid., leg. 3179, nos 113 et 229.

15 Ibid., leg 3179, no 112.

16 Original manuscrit conservé dans les papiers personnels de Botella. AHN, Diversos, títulos, Familias, leg. 3189, no 17. Sur la date de sa remise, Compañía de las minas de Rio Tinto, « Apendice 6°, Real Orden de 22 de julio de 1879 », pp. 296-304. AFRT, 100, D, 7, pp. 230-305.

17 AHN, Diversos, títulos, Familias, leg. 3189, no 19, fo 1, p. 2, « Informe de la Comisión Moreno, 19 de marzo de 1887 (Emilio Moreno, Andrés Pellico, otro ingeniero de minas y uno de agrónomos) ». La mauvaise graphie introduit un doute sur le nombre de mois, mais comme celui-ci, écrit en lettres, n’en comporte que trois, ce ne peut être que le chiffre 2 (dos). Les huit mois pourraient correspondre à la durée totale du travail de la commission.

18 AHN, Diversos, títulos, Familias, leg. 3189, no 12. Voir original en annexe II.1.

19 AHN, Diversos, títulos, Familias, leg. 3189, no 15. Une fanega vaut environ 0,55 hectolitre. En dépit des apparences, ces quinquenios sont bien de cinq ans, parce qu’il s’agit d’années « économiques », du 1er juillet au 30 juin de l’année suivante.

« El Alosno. Pueblo del Alosno : Estado comparativo de las producciones, agrícolas y pecuarias, de este término municipal, en los periodos o quinquenios que se expresan »

 / Date et signature au bas du document. Alosno, 30 de julio de 1877. / 

El Alcalde, Rodrigo Rebollo y Rebollo.

20 AHN, Diversos, títulos, Familias, leg. 3188, no 44.

21 Achevé à Huelva, le 26 juin 1877, il est signé par José Yñigue, AHN, Diversos, títulos, Familias, leg. 3189, no 21. Voir texte original en annexe II.3.

22 Voir annexe II.4.

23 Naranjo de la Garza, Felipe, « Memoria sobre el estado de la minería del distrito de Murcia », Revista científica del Ministerio de Fomento, t. VI, no 95, mars 1865, p. 144. Juan Caballero Sánchez est qualifié de « laborioso y entendido ».

24 Botella a été chef du district de Murcie de février 1861 à février 1865. López de Azcona, González Casasnovas, Ruiz de Castañeda, 1992, p. 60.

25 « Voici la description industrielle qu’il nous a paru opportun de présenter pour permettre de juger en toute connaissance les causes à l’origine des effets produits » (AHN, Diversos, títulos, Familias, leg. 3189, no 17, fo 34).

26 « Un sol généralement pauvre, une agriculture dans l’ensemble peu soignée, et de plus divers insectes qui attaquent les arbres et les végétaux » (ibid.).

27 « Pour les régions nord et sud de la province, compte tenu de la prépondérance des intérêts agricoles et forestiers, nous proposerions que tous les autres intérêts leur soient subordonnés. En revanche, les intérêts miniers dominant dans la zone centrale, si l’on suit les mêmes règles, l’industrie qui en est dérivée aurait droit à une attention préférentielle, avec néanmoins, dans les deux cas, les justes indemnisations auxquelles il y aurait lieu de procéder » (ibid., fos 35-36). Plusieurs passages sont soulignés.

28 Sur la chronologie de remise et le traitement des documents, Compañía de las minas de Rio Tinto, « Apendice 6°, Real Orden… », pp. 79-80.

29 Ce document, ainsi que celui élaboré par les communes présenté plus loin est publié sous le titre : Exposiciones al Gobierno de S. M. sobre los daños que ocasionan a la salud pública y a la agricultura los humos de las calcinaciones de los minerales cobrizos, Huelva, 1878, 26 p.

30 Ces neuf communes sont : Zalamea, Campofrío, La Granada, Almonaster La Real, El Berrocal, Santa Ana La Real, El Alosno, Calañas et El Cerro.

31 Exposiciones al Gobernio…, p. 5. Voir original en annexe II.2.

32 Ibid., p. 8.

33 AHN, Diversos, títulos, Familias, leg. 3189, no 14.

34 Exposiciones al Gobernio…, pp. 13-15.

35 Ibid., p. 17.

36 Compañía de las minas de Rio Tinto, « Apendice 6°, Real Orden… », pp. 296-304.

37 Ibid., p. 83.

38 Ibid., pp. 79-84. Décision seule dans CLM, III, p. 349.

39 Document reproduit dans le Diario de sesiones del Congreso, 4 juillet 1889, p. 432.

40 Il évoquait « le nuage permanent de gaz sulfureux, qui porte atteinte jusqu’à la santé des petits enfants » (AMA, leg. 10, Libro de actas capitulares, séance du 3 février 1877).

41 Compañía de las minas de Rio Tinto, « Apendice 6°, Real Orden… », p. 83.

42 AHN, Diversos, títulos, Familias, leg. 3188, no 43.

43 AHN, Diversos, títulos, Familias, leg. 3188, no 58, Juan Caballero y Sánchez, « Datos referentes a los humos de Río-Tinto según observaciones del que suscribe », s. d. Voir le document complet en annexe II.4.

44 AHN, Diversos, títulos, Familias, leg. 3189, no 10.

45 Chastagnaret, 2015a.

Table des illustrations

Titre Fig. 2a. — Carte de la pollution due aux calcinations à l’air libre dans le bassin des pyrites de la province de Huelva, établie en 1877 par la commission de trois ingénieurs nommée en avril 1877 © Archivo Histórico Minero de la Fundación Río Tinto [« Plano Botella », AFRT, PLANOS, A-2034]
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/3750/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 2bFig. 2c. — Pollution officielle (2b.) et extension réelle de la pollution (2c.) dans le bassin de Riotinto, reconstituée par l’auteur à partir du rapport de Juan Caballero © Archivo Histórico Minero de la Fundación Río Tinto [« Plano Botella », AFRT, PLANOS, A-2034]
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/3750/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/3750/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 380k

© Casa de Velázquez, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540