Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De fumées et de sang

 | 
Gérard Chastagnaret

Première partie. L’invasion des fumées

Chapitre ii

Le désarmement libéral de l’État

Texte intégral

1Résumons. À la fin des années 1870, le district des pyrites est désormais doté de tous les ingrédients d’un drame digne de la frontière américaine à la même époque. Un affrontement simpliste, brutal, entre deux camps : d’un côté, des conquérants venus d’ailleurs, dotés de moyens immenses, de légitimités juridiques, de protections et d’appuis locaux, de l’autre, des populations locales agressées dans leurs ressources et leur cadre de vie. Un vrai thème de western, bon ou mauvais : tout dépend du scénario et de la qualité des acteurs, les dominés comme les puissants qui veulent imposer leur loi. Le cadre ne manque pas d’allure : un recoin perdu d’Espagne, isolé au sein même de l’Andalousie du Sud-Ouest, coincé loin de l’océan entre les reliefs occidentaux de la boucle du Guadalquivir et la frontière portugaise, méconnu de presque tous, sauf de voyageurs romantiques en quête de sensations visuelles et de nourritures pour leurs imaginaires. L’espace a mis du temps à se constituer et à se structurer : on savait depuis toujours que son cœur était à l’est, à Río Tinto, mais le paysage restait flou, entre taillis, pinèdes, roches entaillées et fumées naissantes. Puis le district a fini par être occupé tout entier, avec même un temps une polarisation à l’ouest, grâce à des pionniers français et à la proximité du Guadiana, avant que la logique minérale ne reprenne ses droits : Río Tinto retrouve sa position dominante et le site est désormais capable d’émettre les fumées à la mesure de ses ressources. Le résultat est superbe : un espace de près de 2 000 kilomètres carrés, cloisonné en multiples vallées, plus dégagé vers l’ouest, assez vaste pour ménager diverses scènes d’affrontement, en fonction des points chauds ou du mouvement des troupes, assez réduit pour concilier mobilité et unité du thème et des acteurs.

  • 1 Checkland, 1967, p. 171.

2Le scénario a été long à s’esquisser, puisque cela fait une quarantaine d’années que les teleras ont commencé à disperser des composés soufrés à tous les vents, trente ans déjà que les dégâts ont commencé à être comptabilisés. Il lui reste à s’ajuster, en fonction de la position de chacun. Les compagnies minières achèvent de s’installer. Leur profil aurait été impensable un quart de siècle plus tôt : à quelques exceptions près, secondaires ou marginales, elles sont étrangères, presque toutes britanniques ; leurs promoteurs incluent des représentants de l’industrie chimique la plus puissante et de la grande finance européenne, même si les Rothschild ne sont pas encore présents. On peut être sûr qu’elles sauront tenir leur rôle, de puissant sinon de méchant. Elles sont prises par l’urgence, de se fournir en matières premières pour certaines d’entre elles et, pour toutes, d’amortir les investissements. Celles qui ont les moyens — c’est-à-dire avant tout Tharsis et Río Tinto — se hâtent de construire un chemin de fer qui constitue de loin l’équipement le plus coûteux. La population locale n’est perçue et traitée qu’en termes de main-d’œuvre, toujours insuffisante et pas assez productive. L’habitat ne suit pas l’afflux de main-d’œuvre. Les constructions sont toujours en retard par rapport aux besoins. D’où un entassement, avec des pratiques de sous-location, ou la construction de cabanes, de chozas analogues à celles des journaliers agricoles éloignés de leurs villages pendant les travaux des champs dans les latifundia andalouses. Les préoccupations qualitatives sont rares, toujours liées à des objectifs économiques. Dans les années 1870, les logements hérités de la compagnie française sont si médiocres que le rendement des ouvriers en est affecté : Tharsis fait reconstruire de nombreuses maisons, en s’assurant que les loyers procureront une rentabilité de 8 % au capital investi1. L’hébergement ouvrier est aussi un moyen de contrôle : loger la main-d’œuvre, c’est avoir un moyen de pression. Habiter dans les nombreux villages alentour, c’est, au prix de déplacements quotidiens pas assez longs pour peser à ces marcheurs, disposer d’une première liberté, de réunion, d’expression et de choix de la mine en cas de désaccord ou de renvoi. La question du logement préoccupe donc les compagnies pour des motifs qui n’ont rien de social. Les soins médicaux, lorsqu’ils existent, entrent aussi dans une stratégie de contrôle de la main-d’œuvre, en dépit de leur coût pour l’entreprise, limité d’ailleurs par les prélèvements obligatoires sur les salaires, par exemple près de la moitié du coût du service à Rio Tinto. Malgré l’intérêt des deux principales compagnies pour l’éducation, la mainmise britannique présente aussi un avantage : elle simplifie la lecture de l’affrontement par une ségrégation complète des deux types d’acteurs. L’encadrement est uniquement britannique, il vit à part, et toutes les entreprises prennent garde d’éviter toute contamination sociale ou culturelle avec une masse de jornaleros dont il est hors de question d’étudier et encore moins d’apprécier la spécificité culturelle. On peut être sûr que les Britanniques ne décevront pas la force et la limpidité du scénario.

3Entre les deux, le législateur et les pouvoirs publics, en charge de l’élaboration et de l’application de la norme, et plus profondément, en charge du bien public et de l’intérêt général. C’est aux différentes instances de l’État qu’est consacré ce chapitre au moment où se cristallisent une situation et un rapport de forces désormais constitué pour plusieurs décennies, voire un demi-siècle ou plus. L’enjeu est simple : c’est le moment du premier rapport de forces, décisif parce qu’il détermine tous les autres, entre l’État et les compagnies minières. Par la loi, la réglementation, les procédures de terrain et l’action de tous ses représentants locaux, politiques, techniques ou judiciaires, l’État joue-t-il effectivement son rôle de régulateur, remplit-il sa mission de défense de l’intérêt général au service de toutes les populations ? Si la réponse est affirmative, l’allusion initiale au Far West américain devient dépourvue de sens. Río Tinto ou Río Bravo ? Comment imaginer que, d’un continent à l’autre, l’histoire pourrait se caricaturer elle-même ?

I. — Une présence théoriquement forte et diversifiée

4L’État n’a nullement vocation à être absent, d’autant plus que son appareil est déjà amplement et solidement structuré, sur le modèle centralisé français, avec une représentation territoriale du pouvoir central et des administrations spécialisées. Le gouvernement est représenté par le gouverneur, équivalent du préfet français. Depuis la capitale de la province, en l’occurrence Huelva, il est en contact permanent avec le ministère de l’Intérieur (la Gobernación), par courrier et par télégrammes, toujours chiffrés pour les affaires délicates. Il a la haute main sur l’administration provinciale ainsi que sur la Garde civile et il peut demander le concours de l’armée. L’administration spécialisée est celle des Mines. Amorcée à la fin du xviiie siècle, reconstruite à partir des années 1830, elle est désormais présente sur la totalité du territoire national. Elle est forte d’une histoire réglementaire et d’une pratique de terrain de près d’un demi-siècle. La compétence technique des ingénieurs est reconnue par tous, leur esprit de corps a été fortifié par le passage à l’École des mines de Madrid, et leur déontologie, construite non sans mal notamment à la fin des années 1820, ne souffre désormais aucune discussion. Enfin, pour arbitrer les litiges qui ne trouveraient de solution ni dans la conciliation ni dans la décision administrative, il reste le recours à la justice, représentée localement par le juge du district de Valverde del Camino. L’État dispose donc en théorie de tous les leviers pour faire appliquer la loi. L’observation vaut pour Rio Tinto : la vente de l’entreprise d’État n’enlève à celui-ci aucune de ses prérogatives en termes de réglementation ou de protection des populations.

II. — La réalité : une déconstruction libérale

5Les optimistes ou les amateurs de préfabriqué intellectuel ont coutume d’appeler « construction de l’État libéral » la période qui va de la fin de l’Ancien Régime, en 1833, au début des années 1870. En réalité, les libéraux, héritiers de plus en plus lointains des Cortes de Cadix et du Trienio, ne sont au pouvoir que par intermittence, d’abord de 1835 à 1837, avec Mendizábal, qui engage notamment la phase décisive de vente des biens d’Église, puis, sous le nom de progressistes, de 1840 à 1843, de 1854 à 1856, et surtout en 1868, avec la révolution de septembre — La Gloriosa. Ils restent alors à la tête de l’État jusqu’à la proclamation d’une éphémère République fédérale au printemps 1873. Ces moments ne sont pas des jalons, douloureux mais fondateurs, de la construction d’un État moderne. Avec les conservateurs, baptisés modérés, au pouvoir le plus souvent, la vie politique est faite surtout de coteries au service des intérêts de camarillas, parfois même royales. Avec les libéraux, c’est au mieux un vrai effort de modernisation, souvent interrompu par la chute du régime, au pire le règne d’une rhétorique souvent empruntée au-delà des frontières. L’enthousiasme pour les textes de Frédéric Bastiat, « notre grand Bastiat », n’hésitent pas à dire certains, masque en réalité l’impuissance à construire une approche autonome, spécifique, de la réalité nationale.

  • 2 Sur cette évolution, Chastagnaret, 2015b.

6Le secteur minier constitue peut-être le plus bel exemple de cette passivité — pour ne pas dire paresse — intellectuelle. La première génération d’ingénieurs libéraux, ceux nés au début du siècle qui avaient eu à souffrir, parfois très durement, des derniers soubresauts de l’Ancien Régime, avait fait preuve d’une énergie remarquable pour régénérer les mines d’État pendant la régence libérale d’Espartero à partir de 1840. Leur enthousiasme efficace mais éphémère s’est heurté, dès 1843, à une répression professionnelle mise en œuvre par les modérés, compromettant à la fois leur carrière et leur action : en particulier, c’est toute l’œuvre de redressement des mines d’État, surtout Almadén et Río Tinto, qui s’est trouvée disqualifiée et largement compromise. Le sommet est atteint avec une loi minière de 1849, qui, sous prétexte de modernisation, est une loi-sanction contre les ingénieurs des Mines et un pousse-au-crime pour les spéculateurs. Ces années noires nourrissent l’aversion pour l’État des nouvelles générations d’ingénieurs, désormais formés à l’École des mines de Madrid sans ces longs séjours à l’étranger, en Saxe, Angleterre ou France, qui avaient forgé la compétence et nourri la réflexion de leurs aînés. D’une formation économique indigente — le « cours d’économie » n’est en fait qu’un simple enseignement de comptabilité minière — les ingénieurs des Mines apportent la caution de leur savoir technique à une doxa libérale qui se réduit de plus en plus à de simples slogans, tels que « El Estado no debe ser productor » (L’État ne doit pas être producteur). Un temps député, l’ingénieur Lino Peñuelas, qui répète à l’envi la formule, est l’emblème de ce militantisme libéral sans nuances et d’une normalisation idéologique du corps2.

  • 3 Colección legislativa de minas [CLM], I, 1889, pp. 582-595.

7De retour au pouvoir en 1854, les libéraux engagent pourtant une action de modernisation importante par les lois ferroviaire et bancaire. Ils redonnent vie aux réformes en lançant le désamortissement « général » des biens de mainmorte, incluant notamment les biens communaux. En revanche, pour les mines, ils s’enferment dans une démarche idéologique et se crispent, presque sans résultat, sur la vente des mines d’État. C’est l’Union libérale — en fait des modérés très modérés — au pouvoir depuis 1856, qui promulgue, en 1859, une loi minière conciliant à la fois un contrôle correct de la part de l’État et la possibilité de constitution de grandes compagnies minières. L’orientation est confirmée par la loi de mars 1868 et ses textes d’application, mais tout cela est mis à bas au lendemain de La Gloriosa : le 29 décembre est promulgué un décret « jetant les bases générales pour la nouvelle législation minière », couramment appelé par la suite « décret de Bases »3. Ce décret, de validité provisoire, restera en fait en vigueur jusqu’au franquisme : en dépit de toutes les nominations et réunions de commissions, de l’élaboration de plusieurs projets, la loi annoncée ne verra jamais le jour. Le décret a pour ambition de substituer à l’ancien système de concessions, accordées et exploitées sous contrôle de l’Administration, une véritable propriété minière. Le préambule du décret est très clair sur ce point : « La propriété dans le secteur minier comme dans toutes les branches de l’industrie humaine est d’autant plus féconde qu’il coûte moins cher de l’acheter et que plus ferme est sa possession. » Concrètement, la concession est accordée sans vérification de l’existence du minerai ; le contrôle d’une activité réelle, en vigueur jusque-là pour éviter les stérilisations spéculatives de concessions, est supprimé, et la redevance annuelle n’a plus de fonction fiscale : elle est simplement recognitive de propriété. L’État libéral se vante d’élargir ainsi au sous-sol le désamortissement du sol, à la différence près que, en dépit de ses conditions pour le moins laxistes, les ventes des biens de l’Église et des biens communaux avaient contribué à alléger la dette de l’État.

8À partir de décembre 1868, l’État garantit la propriété minière et ne contrôle plus la réalité de l’activité : les concessions peuvent rester inexploitées. Cependant, il ne renonce pas, au moins en théorie, à exercer un contrôle sur les pratiques d’extraction ou de traitement du minerai. L’article 29 du décret annonce un prochain règlement de police minière qui « fixera en détail les devoirs et les droits des mineros, ainsi que les attributions de l’administration, et tout principalement les préceptes de salubrité publique auxquels les mines sont assujetties ». Un premier projet de loi est présenté en 1872, mais sa discussion traîne en longueur, au Sénat comme aux Cortes, où il s’enlise pour longtemps. Il faut attendre le 15 juillet 1897 pour que soit enfin promulgué un règlement de police minière. Près de trente ans après son annonce ! Et encore sa publication a-t-elle été sans doute accélérée, si l’on peut dire, par la multiplication des accidents graves : vingt-huit morts par intoxication à l’oxyde de carbone dans une mine de plomb à Mazarrón, dans la province de Murcie en 1893, vingt et un à Sotiel Coronada en 1895 — dans une mine de l’ouest du bassin des pyrites, par asphyxie due à une machine mal réglée, et tant d’autres accidents silencieux qui font de un à dix morts chaque année. Nous sommes très loin des fumées ? Pas du tout, nous sommes au cœur de la question, pour deux raisons : parce que le règlement de police minière aurait dû être l’un des outils d’intervention de l’État, parce qu’il faut s’interroger sur le rôle des compagnies minières dans cette étrange dilatation du temps. La question concerne tout particulièrement le secteur des pyrites : il a le plus de répercussions sur l’économie régionale et la santé publique et les entreprises, même étrangères, y sont très puissantes.

9En théorie, la loi de mars 1868 et le règlement du 24 juin de la même année restent en vigueur pour tout ce qui n’est pas dérogé par le décret de décembre : en mars 1877, à l’occasion de l’affaire évoquée plus loin, la direction de l’administration minière brandit pompeusement les articles 55 et 74 de la première et l’article 87 du second. Ce ne sont en fait que des sabres de théâtre : la réglementation est faite pour des usines, notamment les usines à plomb, et non pour la calcination à l’air libre, et par ailleurs, elle ne saurait entraver la liberté d’exploitation, garantie par l’article 22 du décret de décembre 1868, qui autorise les entreprises à « exploiter librement leurs mines sans sujétion à prescriptions techniques d’aucune sorte, sauf celles relatives à la police minière et à la sécurité ». Concrètement, cela veut dire que seuls des arguments de santé publique pourraient conduire à la suspension ou à l’interdiction des calcinations. D’où l’acharnement des entreprises à démontrer l’innocuité sanitaire des calcinations, voire même leurs bienfaits sur les populations.

  • 4 Chastagnaret, 2000a, p. 468.

10Dans ce vide sidéral de presque trente ans, quelques astéroïdes de réglementation : ainsi, pendant l’éphémère Première République, la loi du 25 juillet 1873 sur les conditions de travail dans les usines, ateliers et mines, impose notamment l’installation d’une infirmerie et la signature d’un contrat avec un médecin chirurgien établi à moins de 10 kilomètres4. C’est tout et c’est bien peu. Cela explique pourquoi la lutte contre les fumées suscitera le recours, soit à des textes plus anciens, de statut juridique faible — de simples arrêtés, de portée partielle et le plus souvent oubliés —, soit à des textes relevant d’un autre cadre juridique, notamment la loi municipale. L’empreinte libérale dans les mines, ce n’est pas seulement la vente de Río Tinto, l’attribution sans contrôle de concessions, c’est aussi la déconstruction obstinée, consciente, de l’œuvre de Fausto de Elhuyar, auteur de la législation de 1825. Ce représentant tardif des Lumières était convaincu que les mines pouvaient être porteuses de prospérité, surtout locale, et que l’État devait limiter ses ambitions productrices sans y renoncer complètement ni surtout définitivement. L’encouragement à l’initiative privée allait de pair avec un devoir de contrôle strict de la réalité et des modalités de l’activité. Un aspect de sa pensée et de son œuvre qui lui vaut, à partir des années 1850, une disqualification obtuse et sans nuances de la part des nouvelles générations libérales. À peu de frais, sinon ceux de l’ignorance de la personnalité et du rôle de ce fondateur de la minería moderne en Espagne, les ingénieurs libéraux se construisent un repoussoir réactionnaire.

  • 5 Gómez de Salazar, Ignacio, « Ley del trabajo menor », La Minería, 23 août 1873, p. 1.

11En ce domaine au moins, les ultralibéraux, qui donnent le ton à l’ensemble du Corps des mines, font preuve d’une vraie cohérence, poursuivie jusqu’à l’extrême, c’est-à-dire jusqu’à la déraison. Un illustre ingénieur, alors directeur de la Revista Minera et promoteur d’une nouvelle revue, plus orientée vers les affaires, La Minería, s’indigne de la loi de juillet 1873 non seulement parce qu’elle soumet l’ouverture de tout nouvel établissement au respect de conditions d’hygiène et de sécurité, mais aussi parce qu’elle réglemente le travail des enfants. Au nom de quoi cette indignation ? « Parce que la vie n’est pas possible sans risque » et, plus généralement, au nom de la liberté, comme le proclame la conclusion de l’article : « La Liberté, la Liberté seule est féconde, morale et juste5. » À l’argument de la liberté de l’entrepreneur, du contrat, même entre parties inégales, s’ajoute celui du progrès. Un progrès identifié au désarmement d’un État représenté comme rétrograde, identifié au progrès technique, identifié enfin à l’industrie et aux mines en opposition à une agriculture érigée en symbole de l’archaïsme du pays. Les teleras ont une image doublement positive, d’innovation et d’innovation espagnole. Non seulement l’État ne doit pas les interdire, mais il doit les protéger. Les ingénieurs doctrinaires du milieu du xixe siècle ou la légitimation de l’impuissance.

  • 6 Luis, 2002.

12Le repli de l’État n’est pas une originalité espagnole. On en trouve des manifestations dans d’autres pays européens, y compris en France à la même époque. L’Espagne est un pays suiveur, mais elle n’est pas hors du temps européen. Il y a pourtant bien une spécificité espagnole, mais elle est liée moins au mouvement lui-même qu’à la situation qu’il vient ainsi perturber. Le repli libéral vient affecter un État, dont la construction, voulue selon le modèle centralisé français, était à la fois inachevée et bancale. Au-delà des débats sur la construction et l’identité nationales, les historiens s’accordent à souligner les carences du processus d’édification de l’État espagnol contemporain. Ainsi, les bases de la fonction publique moderne ont été jetées en pleine década ominosa, cette décennie de restauration absolutiste qui va de la fin du Trienio liberal en 1823 à la mort de Ferdinand VII dix ans plus tard. D’où les lacunes et les travers de cette « utopie réactionnaire » : lacunes, asservissement au politique, conception du poste comme statut plus que comme métier6. Les décisions et les postures libérales ne font qu’aggraver cette faiblesse de l’État. C’est dire les défis qui attendent le nouveau régime.

III. — La Restauration ou le triomphe des pouvoirs de fait

13Faute d’assises sociales, le libéralisme ne parvient pas à acquérir des bases solides dans le pays. Il en va de même pour le fédéralisme directement inspiré de Proudhon. La République fédérale, proclamée en février 1873 à la suite du blocage de toute solution dynastique, sombre vite dans ses propres contradictions, avec le soulèvement cantonaliste et le long siège de Carthagène de juillet 1873 à janvier 1874. La République mettra un peu moins d’un an à agoniser, le temps d’un général-président, jusqu’au coup d’État final d’un autre général en décembre de la même année. Dans un pays essentiellement rural, les classes moyennes urbaines sont trop faibles pour soutenir aussi bien un système libéral centralisé qu’une démocratie fédéraliste. À partir de 1875 se met en place un nouveau régime, formalisé par la Constitution de 1876, celui de la Restauration, en vigueur jusqu’à la proclamation de la Seconde République, en avril 1931. La longévité du régime doit beaucoup à l’habileté de celui qui l’a conçu, Cánovas del Castillo. L’Espagne se trouve désormais dotée d’une monarchie à l’anglaise, avec une Constitution et l’alternance au pouvoir de deux partis, conservateur et libéral. Voilà pour l’apparence. La réalité est sensiblement différente. Au moins jusqu’au début du xxe siècle, les élections ont peu de sens. L’alternance, le turno político, est organisée en amont par entente entre les deux partis de gouvernement. Le changement de gouvernement intervient avant les élections, à charge pour le nouveau pouvoir d’obtenir, à travers des gouverneurs de province intégralement renouvelés, les résultats souhaités, qui incluent naturellement une minorité de l’autre bord pour faire vivre le parlementarisme. D’où l’impression que tout est organisé depuis Madrid par les responsables de partis, les grands caciques. Derrière cette première réalité s’en cache en fait une autre, celle du terrain. Le gouverneur doit négocier avec les notables — les caciques locaux — pour obtenir leur accord sur les résultats. Cette phase est fondamentale, à plusieurs titres : elle permet d’arriver à un accord, el pacto, qui ne concerne pas les grandes orientations nationales, mais la vie locale, en termes d’équipements, de traitement fiscal, ou d’avantages personnels. L’élu peut être soit un notable local, soit un parachuté, affublé du sobriquet de cunero, souvent un juriste qui aide à l’élaboration du pacto.

  • 7 « Situation » est le mot utilisé alors pour désigner la majorité parlementaire du moment : « situat (...)

14Le caciquismo va donner à la Restauration l’assise politique qui faisait défaut aux autres régimes. Le système est bien adapté aux réalités de la société rurale, notamment dans le Sud marqué par de fortes inégalités et une grande dépendance à l’égard des notables. Loin d’être marginalisés, ces derniers sont indispensables au fonctionnement harmonieux de ce jeu d’apparences qu’est la vie électorale. Il faut aussi à Madrid, et surtout au ministère de l’Intérieur, de vrais experts en carte électorale et maniement des hommes. Au début de la Restauration, pendant les « situations7 » conservatrices qui dominent jusqu’en 1885, le maître incontesté est Francisco Romero Robledo, dont le fief politique personnel est la ville andalouse d’Antequera, dans l’intérieur de la province de Malaga.

15Ce mode de fonctionnement du régime de la Restauration va se révéler lourd de conséquences dans la gestion politique des « fumées de Huelva », selon le nom donné à Madrid, dès 1880, au problème des calcinations. Province périphérique de l’Espagne, Huelva connaît le pouvoir des grands latifundiaires bien avant la mise en place du nouveau régime. Sauf pour des militants historiques, souvent républicains, de la capitale de la province, ces notables sont moins attachés aux sensibilités idéologiques qu’à des réalités plus concrètes : leur présence dans les sphères de pouvoir, l’obtention d’avantages pour leurs proches ou leur circonscription. Par ailleurs, aucun des deux grands partis n’est vraiment homogène, encore moins soudé : les conservateurs dominent au départ, mais les grandes familles de la côte contrôlent mal l’Andévalo ou la sierra, dans l’intérieur, une région marquée par le poids, en dehors de tout mandat, d’un cacique au réseau local exceptionnel, Juan de la Cruz Durán Blanco. D’où une situation bien résumée par María Antonia Peña :

  • 8 Peña Guerrero, 1998, p. 142.

Au début des années 1880, la vie politique de la province se trouvait encore immergée dans un véritable marasme de confusions : à la division interne des partis s’ajoutaient leur absence de structures définies, la multiplicité et faiblesse de leurs directions et l’absence d’enracinement effectif de leurs leaders8.

16La question des fumées va ajouter encore à la confusion, à plusieurs titres. Le positionnement et l’action de chacun vont devenir, au moins pour les habitants des villages concernés et les notables locaux, à la fois un marqueur et un enjeu, beaucoup plus décisifs que l’appartenance partisane. Peu importe, ou presque, d’être conservateur ou libéral : ce qui compte est d’être pour ou contre l’interdiction des calcinations. Par ailleurs, avec les compagnies étrangères, les grands propriétaires voient arriver des concurrents, puissants et redoutables, dans le jeu politique de la Restauration, où les postes et positions politiques portent souvent l’empreinte de pouvoirs de fait. Les compagnies minières ne manquent pas d’atouts pour s’insérer dans un jeu qui se pratique simultanément dans le cadre local et dans celui de la capitale, et sur plusieurs terrains : technique, politique, judiciaire. À partir de 1877 s’ouvre une première mise à l’épreuve de la capacité d’intervention de l’État comme de la puissance acquise par les compagnies.

IV. — La question des fumées, une mise à l’épreuve du système de la Restauration

17Curieusement, les deux crises majeures liées à la pollution produite par le traitement des pyrites, entre 1877 et 1880, puis entre 1887 et 1890, interviennent dans deux situations politiques différentes, la première conservatrice, la seconde libérale. Les conservateurs, sous l’égide de Cánovas, sont au pouvoir de 1876 à 1886, à l’exception d’un premier intermède libéral du début de 1881 au début de 1883. Les libéraux, sous la présidence de Sagasta, reviennent aux affaires au printemps 1886 dans le cadre du Pacte du Pardo conclu en novembre 1885 entre les deux formations dynastiques pour garantir la continuité du régime pendant la régence qui suit le décès d’Alphonse XII. En principe, les relations de chaque parti avec le dossier devraient être différentes. Les bouleversements intervenus dans les années qui suivent La Gloriosa, depuis le décret du 29 décembre 1868 jusqu’à la vente de Río Tinto, se sont produits dans un moment idéologique et politique dominé par les libéraux. Les conservateurs pourraient donc rejeter sur leurs adversaires la responsabilité politique des dossiers tandis que les libéraux devraient être appelés à assumer les politiques qu’ils ont inspirées ou exercées. En fait, au-delà des postures, ce sont les actes qui importent, pour les élus de terrain comme pour le gouvernement et les Cortes. Fixer une règle ou devoir traiter les crises : le gouvernement espagnol est vite appelé à choisir. Faute de quoi, l’alternative risque de se transformer en double obligation, en double fardeau.

Notes

1 Checkland, 1967, p. 171.

2 Sur cette évolution, Chastagnaret, 2015b.

3 Colección legislativa de minas [CLM], I, 1889, pp. 582-595.

4 Chastagnaret, 2000a, p. 468.

5 Gómez de Salazar, Ignacio, « Ley del trabajo menor », La Minería, 23 août 1873, p. 1.

6 Luis, 2002.

7 « Situation » est le mot utilisé alors pour désigner la majorité parlementaire du moment : « situation » conservatrice ou « situation » libérale.

8 Peña Guerrero, 1998, p. 142.

© Casa de Velázquez, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable