Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De fumées et de sang

 | 
Gérard Chastagnaret

Remerciements

Texte intégral

1La préparation et l’écriture de ce livre furent des années de bonheur, de retour aux archives, d’excitation de la réflexion, de plaisir d’écriture, qui rendent encore plus grande ma dette envers tous ceux qui m’ont encouragé et soutenu dans cette entreprise proche du rivage des Hespérides.

2Mes premiers remerciements s’adressent à mes collègues et amis de l’UMR Telemme. Xavier Daumalin a été à l’origine même de la recherche en me suggérant de réaliser moi-même la contribution sur Rio Tinto qui me paraissait nécessaire dans un colloque consacré à l’histoire des pollutions industrielles dans les pays méditerranéens. Martine Chalvet et Isabelle Renaudet m’ont invité à présenter les premiers résultats des travaux qui ont suivi. Eric Carroll, ingénieur informaticien, a réalisé un travail remarquable de restitution et traitement des documents iconographiques. L’appui de Maryline Crivello, directrice, et celui du conseil de laboratoire de Telemme ne m’ont jamais fait défaut. L’UMR a contribué au financement de plusieurs campagnes de collecte documentaire en Andalousie occidentale ainsi qu’à la publication de cet ouvrage.

3Mes semaines de travail madrilènes doivent beaucoup à l’efficacité de l’accueil que j’ai reçu à l’Archivo Histórico Nacional. L’Archivo General Militar de Madrid et la Hemeroteca municipal de Séville ont fait preuve aussi d’une parfaite disponibilité et intelligence pour faciliter mon travail sur place ou répondre à mes demandes. Je dois une gratitude particulière à tous ceux qui m’ont accueilli sur le théâtre même des affrontements décrits dans ce livre. Aussi bien à Rio Tinto que plus tard lors de nos échanges par courrier, Juan Manuel Pérez López, directeur des archives de la Fondation Rio Tinto et lui-même historien du drame, a fait preuve d’une générosité, toujours discrète, mais totale et jamais démentie, pour me communiquer plusieurs corpus documentaires fondamentaux, pour répondre à toutes les questions aussi surprenantes qu’elles aient pu lui paraître, pour m’encourager à aboutir rapidement. J’ai volontairement concentré mes recherches sur les trois villages de la cuenca minera les plus impliqués dans la longue décennie du conflit sur la question des fumées, Alosno, Calañas, Zalamea. L’accueil qui m’a été réservé dans chacun d’eux pour la consultation de leurs archives municipales a été tout simplement exceptionnel, en termes de simplicité, de chaleur, de disponibilité et d’aide matérielle et humaine. Au-delà même des archives, la préparation de ce travail nous a donné, à mon épouse et à moi-même, l’opportunité de moments exceptionnels de rencontres et de partage au cœur de cette Andalousie rurale occidentale à l’écart des circuits touristiques.

4La pollution par combustion des pyrites m’a conduit à solliciter le talent et la générosité de collègues et amis chimistes. Paul Tordo, professeur émérite et ancien président de l’université de Provence, a reconstitué l’ensemble des réactions à l’œuvre dans le traitement des pyrites ainsi que dans les phénomènes de pollution subséquents. Robert Gauthier, maître de conférences honoraire de l’université de Lyon I, a élaboré une estimation des quantités de soufre envoyées quotidiennement dans l’atmosphère. Que tous deux en soient grandement remerciés.

5À différentes étapes de la rédaction, j’ai soumis le manuscrit au regard vigilant de plusieurs collègues et amis, Armando Alberola, Gérard Dufour, Antonio Escudero, Eduardo González Calleja, Xavier Huetz de Lemps, Emilio La Parra et Jordi Nadal. J’ai reçu de chacun d’eux des encouragements, des observations toujours justifiées et des conseils pertinents et utiles que je me suis employé à suivre.

6Je tiens à exprimer une gratitude toute particulière à María Ángeles Casado. Son rôle ne s’est pas limité à traduire le manuscrit en castillan, avec précision, intelligence et élégance. En historienne chevronnée de l’Espagne du xixe siècle, elle en a été aussi une lectrice vigilante : même la version française de ce travail lui est redevable de ses remarques sur des aspects ponctuels de ma lecture des événements ou de l’histoire de l’Espagne du temps. Enfin, c’est grâce à la générosité de son accueil et à celui d’Emilio que plusieurs chapitres de ce livre ont pu être écrits à El Campello, au plus près de cette université d’Alicante à laquelle m’unissent tant de liens, personnels et institutionnels.

7Un immense merci à Michel Bertrand, directeur de la Casa de Velázquez, pour avoir voulu que je retrouve une institution qui me reste chère, pour m’avoir proposé d’accueillir dans la prestigieuse collection de la Bibliothèque de la Casa de Velázquez cet ouvrage singulier, qui essaie de conjuguer la rigueur de la démarche et la simplicité du propos, l’équilibre de l’analyse avec le démontage de l’action des pouvoirs et la compassion à l’égard des victimes, au fond la distance et la passion de l’historien. Coordonné par Richard Figuier, le service éditorial de l’institution a accompli un travail de tout premier ordre. Anne-Laure Couvreur en a porté la responsabilité. J’ai pu apprécier sa vigilance, ses conseils et mesurer tout son engagement sur le texte et ses annexes, en particulier iconographiques, ainsi que sur l’organisation générale du livre. Solenne Louis a accompli elle aussi de manière remarquable ses missions de correction, de mise aux normes et de maquettage du texte. Le résultat doit beaucoup au professionnalisme de chacune d’elles, fait de rigueur et de minutie, mais aussi d’ouverture et de capacité de dialogue. Je tiens à leur exprimer ici ma gratitude la plus sincère.

8Enfin, je tiens à dire une fois de plus tout ce que je dois à mon épouse et à nos enfants, qui m’ont porté pour l’aboutissement rapide d’un défi que je m’étais lancé à moi-même. Claude a partagé ces années de travail, dans les phases de tension comme dans les moments d’enthousiasme. Elle m’a accompagné dans toutes mes campagnes andalouses, dans les archives mais aussi au cœur des villages dont elle m’a aidé à mieux comprendre la richesse humaine et les ressorts de fonctionnement social. Grâce à elle, grâce à tous ceux qui m’ont entouré, cette aventure est devenue une nouvelle rencontre avec une Espagne populaire trop souvent oubliée de l’histoire et dont le passé comme le devenir sont, plus que jamais, au cœur de nos passions communes.

© Casa de Velázquez, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540