Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De fumées et de sang

 | 
Gérard Chastagnaret

Table des matières

Prologue

Passions retrouvées
Énigmes
De l’éventail des responsabilités à la vitalité des luttes populaires : Rio Tinto 1888 ou l’histoire comme révélateur

Première partie. L’invasion des fumées

Chapitre premier

Río Tinto avant 1873

Une mine en désespoir de progrès

I. — Río Tinto années 1830 : une mine pour les romantiques
II. — Río Tinto années 1830 : une histoire déjà séculaire ou cent ans pour presque rien ?
La gestion : péripéties, ambitions et disqualification
III. — Une méthode adaptée aux pyrites : fausse découverte et vrais dégâts
Années 1860 : de l’établissement d’État au district couvert d’entreprises étrangères et de teleras
IV. — 1873 : Río Tinto, d’établissement d’État à compagnie britannique
Le capitalisme britannique sans masque

Chapitre ii

Le désarmement libéral de l’État

I. — Une présence théoriquement forte et diversifiée
II. — La réalité : une déconstruction libérale
III. — La Restauration ou le triomphe des pouvoirs de fait
IV. — La question des fumées, une mise à l’épreuve du système de la Restauration

Chapitre iii

La protestation se lève à l’ouest

I. — Partout des teleras, partout des fumées
II. — Pollution de l’air, pollution des eaux : les effets multiples de la combinaison voie sèche–voie humide
III. — El Alosno et la première municipalisation de la lutte
L’audace d’un regidor síndico
La semaine où tout a basculé
IV. — El Alosno deux fois pionnière
V. — La commune occultée, le débat lancé

Chapitre iv

1877-1880, le temps de l’expertise

I. — L’énervement du Corps des mines
II. — Une commission pour quoi faire ?
Bureau des plaintes et enquêteur de terrain
Le contenu du rapport : une victoire du Corps des mines ou de Romero Robledo ?
L’art de réduire un rapport
Une mise en carte des dommages, ou comment réduire l’image de la souffrance
III. — Un appareil d’État contrôlé, impuissant ou indifférent ?

Chapitre v

Les « Pygmées » entrent en politique

La bataille madrilène de 1880

I. — Le combat de toute une société rurale, dans un cadre clientéliste
II. — L’effeuillage des illusions
III. — Vers un nouveau round parlementaire ?
IV. — Le socle des combats à venir

Chapitre vi

1878-1887 : Bienvenue en enfer

I. — Le temps masqué par la carte : l’envolée des calcinations dans la décennie suivante
II. — D’est en ouest : les multiples dommages des calcinations
Les dommages à l’environnement et à l’économie rurale
Les atteintes à la santé : mort aux plus fragiles
III. — Une carte débordée, une crise sanitaire : explosion en vue ?

Deuxième partie. L’embrasement du bassin

Chapitre vii

Premiers rôles de la lutte

Les compagnies et la Liga

I. — Les entreprises ou l’art de ne pas éteindre les feux
II. — Retombées de la politique nationale : du blocage conservateur de 1884 à l’ouverture libérale de 1886
III. — Le maillage territorial de la Liga
IV. — Vers la recherche d’alliés dans un combat frontal ?

Chapitre viii

Seconds rôles ?

Le monde ouvrier et l’État

I. — Énigmes ouvrières
Peuple de la mine et peuple des champs
Un milieu prêt à se mobiliser ?
L’énigme Tornet
II. — L’appareil d’État : au-delà des organigrammes, le labyrinthe des pouvoirs
III. — Vers un inquiétant huis clos aux champs ?

Chapitre ix

« Nous démontrerons à la nation entière que nous ne sommes pas serfs »

(La tragédie, actes I et II)

I. — Acte I (printemps 1886-septembre 1887) : Calañas monte au front
Construire un dossier
La nouveauté : l’arme du droit public
L’État libéral : deux visages, un seul pouvoir
II. — Acte II (septembre – mi-novembre 1887) : au-delà de Calañas, l’assaut télégraphique de l’État
Une campagne bien orchestrée

Chapitre x

« Toutes mes sympathies sont du côté des villages »

(La tragédie, acte III)

I. — Un ministre sous pression
II. — De la mobilisation à l’agitation populaire
III. — Le ministre affiche son camp
IV. — Les circuits courts des compagnies
V. — Calañas de nouveau sur le front
VI. — Un affrontement plus équilibré ?

Troisième partie. Le massacre

Chapitre xi

Rio Tinto cœur de cible

(La tragédie, acte IV)

I. — La rencontre improbable entre caciques ruraux et leader ouvrier
II. — Rio Tinto : une situation sociale proche de l’explosion
Un terrain propice à la protestation
Janvier 1888 : les provocations de la compagnie
III. — Tornet et la Liga à la manœuvre
Zalamea, base arrière du mouvement
Le périlleux double jeu de Rio Tinto
La grève générale
Un temps suspendu de plus en plus bref
IV. — Rapport de forces et veillée d’armes

Chapitre xii

Tous à la manif !

(La tragédie, acte V, scène 1)

I. — « Un grueso de gente tan formidable »
« Enfin Sa Seigneurie arriva »
« Ya ven V. Señores, no se puede con esa gente »

Chapitre xiii

« Muchos muertos, infinidad de heridos »

(La tragédie, acte V, scène 2)

I. — Un commandement erratique ou une manœuvre préméditée ?
II. — « Nosotros también tenemos fuerza » : l’alibi du déclenchement du feu
III. — « Tropas hicieron fuego doce, muertos quince, heridos sesenta… »
IV. — De « treize morts et quinze ou vingt blessés » à « le nombre des morts dépasse cinquante et celui des blessés cent soixante » : la vérité, un ennemi à traquer
V. — Responsables et victimes : les multiples enjeux du pouvoir
Élargir le cercle des responsabilités publiques
The Rio Tinto Company ou la main invisible
Et Tornet ? De la responsabilité esquivée aux insinuations britanniques
Des morts sans noms, des morts sans rites, des morts sans mémoire

Quatrième partie. De la stupeur à l'oubli

Chapitre xiv

« Tout le sang versé retombe sur le banc bleu »

I. — 6 février : un ministre en péril
« Je me déclare devant la Chambre unique responsable »
II. — « Ce qui s’est commis était un assassinat »
III. — L’étouffoir parlementaire
IV. — Riotinto argument de postures politiques

Chapitre xv

« Un féodalisme industriel jamais vu »

I. — Du 8 au 11 février : émotion toujours et segmentation des attaques
II. — Miracle de carnaval : un gouverneur sauvé de la démission
« Cela servira de leçon pour l’avenir »
« Et tous ces progrès nous allons les réduire à néant, et pourquoi ? »
III. — « Là-bas il y a, pour notre honte, une colonie exploitée par l’argent étranger »
IV. — La fin du calvaire d’Albareda, entre camouflets et décisions
V. — Un jeu sur la dérobade du législateur

Chapitre xvi

« Les victimes seront oubliées »

I. — La presse madrilène, loin du terrain, loin de l’émotion
II. — « ¡Asesinos! » : le titre de El Socialista comme masque du vide
III. — Le 4 février et la conscience nationale : le peuple aux portes des Cortes, aux portes de la mémoire
IV. — Victimes interdites de mémoire

Cinquième partie. Sortir du décret, sortir des fumées

Chapitre xvii

De l’écrasement à la marginalisation

I. — Paysage après l’horreur
« La paix règne à Riotinto »
« Protester solennellement contre l’agression barbare de mitraillage d’un village sans défense »
II. — Le décret « Albareda » au village : espoirs et désillusions
Un texte opératoire avant même d’exister
Premières fissures
Remerciements – renoncements
« Ceci est une pure sottise »

Chapitre xviii

Dans l’attente de la première application du décret « Albareda »

L’offensive madrilène des compagnies

I. — « Que le conseil des ministres révise la décision du 29 février »
II. — « Le procédé incorrect des entreprises minières »
III. — L’indépendance inattendue d’un ingénieur du Corps
IV. — Vers un face-à-face entre l’État et les compagnies

Chapitre xix

En finir avec 1888

D’abord dégager le terrain

I. — 4 février 1889 : « Dans le plus grand calme »
II. — « La lutte devient donc féroce » : un dernier adversaire, Ordóñez Rincón et la Liga
III. — Préparer l’abrogation du décret
Une urgence : en finir avec l’évaluation de Jacobo Rubio
IV. — Le Conseil d’État ouvre la voie
V. — Une bonne année pour les vainqueurs

Chapitre xx

La convergence des fronts

L’assaut final contre le décret

I. — Pour l’urgence, l’arme du licenciement
II. — L’expertise médicale : l’Académie à la rescousse des compagnies britanniques
Disqualifier la Junta Nacional de Sanidad
Déjà, le tourisme médical
III. — Entre silence et parole forcée
IV. — « La santé publique n’apparaît pas affectée ni compromise par l’état actuel des calcinations » : les décrets du 18 décembre
V. — Trois fronts pour une victoire totale

Épilogue

Du massacre inutile mais révélateur aux risques de la mémoire

I. — Tout ça pour rien ?
Rio Tinto piégée par sa toute-puissance ?
Scandale d’État et capitalisme d’aventurier
II. — Les logiques d’une catastrophe
Prédation, faiblesses, indifférence
Pouvoirs publics, peuple
III. — Les pyrites de Huelva, banales, exceptionnelles, révélatrices
Une double démesure
Une béance sur la Restauration ?
IV. — Du passé au présent, du drame à sa mémoire
À défaut de mémoire, la conflictualité
El año de los tiros dans les stratégies locales  : vers des hémiplégies de la mémoire ?

Sources et bibliographie

Sources

I. — Principaux fonds d’archives consultés
II. — Sources imprimées

Annexes

Annexes ii

L’enquête de 1877-1878

II.1 — Extraits de l’article de l'alcalde de Zalamea paru dans la Gaceta agrícola del ministerio de Fomento le 15 avril 1877
II.2 — Expositions au Gouvernement
II.3 — Le problème de l’eau
II.4 — Le rapport de Juan Caballero Sánchez

Annexes iii

1886-1887

III.1 — Calañas 1886
III.2 — Rapport de la commission Moreno
Consecuencia de los daños
Consideraciones generales

Annexes iv

Janvier 1888

IV.1 — Albareda aux Cortes
IV.2 — Lettre de R. L. Thomson au ministre de la Gobernación

Annexes v

Le massacre, rapports et témoins

V.1 — Un récit officiel du 4 février 1888
V. 2 — Témoignages sur le massacre
Un témoin anonyme
V.3 — Lettre de l’alcalde de Zalamea, José González, aux députés comte de Gomar et Juan Talero
V.4 — Le massacre du 4 février : rapport de la Garde civile
V.5 — Rapport du général de brigade Castro au capitaine général de Séville, transmis au ministre de la Guerre

Annexes vi

Débats

VI.1 — Le premier débat sur le 4 février à la Chambre des députés
VI.2 — El Liberal, 7 février 1888
VI.3 — Séance du 18 février 1888 à la Chambre des députés
VI.4 — Huelva selon le député Bushell

Annexes vii

Répression et décret

VII.1 — Affiche placardée à Riotinto, le 5 février 1888
VII.2 — « La paz reina en Rio Tinto »
VII.3 — Décret du 29 février 1888, dit décret « Albareda »
Préambule (extraits)
Real Decreto

Annexes viii

1889-1890

VIII.1 — 4 février 1889 : le premier jour anniversaire du massacre
VIII.2 — Rapport de quatre médecins de l’hôpital de Huelva sur les fumées et la santé publique
VIII.3 — Décret du 18 décembre 1890 autorisant les calcinations
Préambule (extraits)
Real Decreto
 

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable