Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et quartiers durables : la place des habitants

 | 
Pascal Tozzi

4ème partie : Focus sur des technologies « impliquantes », leviers et freins dans la participation

La participation des habitants comme préalable au changement de leurs comportements ? Réflexions à partir des Smart Communities japonaises1

Benoit Granier

Texte intégral

  • 1 Ce travail a été réalisé grâce au soutien financier du Programme Avenir Lyon Saint-Etienne de l'Uni (...)
  • 2 Que l’on peut définir comme des « projet[s] d’aménagement urbain qui respecte[nt] les principes du (...)

1Depuis plusieurs décennies, une diversité d’acteurs aussi bien publics que privés s’est progressivement appropriée les principes du développement durable, à l’échelon urbain tout particulièrement (Villalba 2009, Béal et al. 2011). Parallèlement, l’action publique, bien souvent au niveau local, est de moins en moins l’apanage des acteurs publics puisque désormais, associations, entreprises et citoyens sont de plus en plus fréquemment engagés dans de multiples formes de participation (Blondiaux et Sintomer 2002, Bacqué et Gauthier 2011, etc.). C’est notamment le cas des éco-quartiers2, dans lesquels la participation des habitants s’est imposée comme un facteur crucial suite à un certain nombre d’échecs dans lesquels sont régulièrement pointées du doigt aussi bien les résistances des habitants que la mauvaise conception des projets (Boissonade 2011, Renauld 2012). Notamment, alors que les logements sont équipés de technologies économes sur le papier, les consommations réelles diminuent peu sinon augmentent. Pour les aménageurs, le problème vient des comportements des habitants qui ne seraient pas adaptés aux infrastructures techniques dont leurs habitations sont équipées (Zélem 2010, Zélem et al. 2013).

2Pour les habitants d’un logement équipé de dispositifs techniques et situé au sein d’un éco-quartier, les injonctions à changer de comportement se multiplient : il s’agit non seulement d’observer un comportement approprié vis-à-vis des équipements techniques, mais également d’adopter au quotidien des éco-gestes et des éco-attitudes censés matérialiser la conception de la durabilité inscrite dans le projet d’aménagement. Or, à l’exception notable du tri des déchets (Rumpala 1999, Barbier 2002) la plupart des mesures visant à faire adopter de nouveaux gestes éco-vertueux se sont révélées peu efficaces, malgré la mise en œuvre dans de nombreux éco-quartiers d’un certain nombre de dispositifs d’accompagnement des habitants (Faburel et Roché 2012, Renauld 2012). Par conséquent, nombreux sont les travaux à mettre en évidence la conception erronée du comportement humain sur laquelle sont fondés la plupart des politiques et dispositifs en matière de durabilité, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur des éco-quartiers (Shove 2004, Steg 2008, Maréchal 2010, Schwanen et al. 2012, Zélem et al. 2013). Face à ce constat, les décideurs politiques se baseraient désormais, aussi bien aux Etats-Unis qu’en Europe, sur les préconisations de certains chercheurs (en particulier Thaler et Sunstein 2003, 2010) de recourir aux sciences comportementales afin de parvenir enfin à orienter les comportements (Jones et al. 2013, Whitehead 2014).

  • 3 Comme mis en évidence dans un certain nombre de dispositifs participatifs (Blondiaux et Sintomer 20 (...)

3Ainsi, l’hypothèse émise dans ce texte est que l’implication des habitants aurait, dans certains projets d’éco-quartiers, pour fonction principale non pas d’améliorer la qualité ou la légitimité (Schaeffer et al. 2010) voire l’acceptation du projet3, mais d’amener à mieux comprendre les individus et à identifier des leviers permettant de modifier leur comportement.

  • 4 Le smart grid ou réseau électrique dit « intelligent » est un « réseau de distribution d'électricit (...)

4Pour mettre à l’épreuve cette hypothèse, notre étude ne porte pas sur des cas européens mais japonais. Peu présent dans les littératures francophone et anglophone sur le sujet, le Japon est pourtant riche en matière de participation habitante à la production de l’espace et des services urbains. En effet, depuis les années 1990 les projets de machizukuri ou « construction de la ville » (Watanabe 2006, Kusakabe 2013) se sont multipliés ; de même, certains projets assimilables à des éco-quartiers ont été mis en œuvre à travers les programmes Eco-Town depuis 1997 et Eco-Model City depuis 2008. Plus récemment le Ministère de l’Economie, du Commerce et de l’Industrie (METI) a sélectionné en 2010 quatre Smart Communities dans le cadre du Next-Generation Energy and Social Systems Plan. Tandis que le projet de Yokohama Smart City ne constitue pas un éco-quartier – puisqu’il concerne des logements, individuels et collectifs, disséminés dans l’ensemble de la ville, qui compte 3,7 millions d’habitants –, il en va autrement des projets de Kitakyushu Smart Community, Kyoto Keihanna et Toyota Smart Melit. En effet, ces derniers ne regroupent pas seulement des habitations individuelles isolées puisqu’ils reposent principalement sur des logements circonscrits dans un quartier précis et équipés de dispositifs techniques (panneaux solaires, compteurs communicants, batteries de stockage, etc.). De plus, si ces projets sont centrés sur les technologies liées aux smart grids4, leur sélection dépasse les seuls critères de réduction des émissions de gaz à effet-de-serre et de la consommation d’énergie, puisqu’elle repose également, d'une part sur la « participation » de l’ensemble des acteurs dont les habitants, et d'autre part sur l’innovation en termes de modes de vie (METI 2010). Néanmoins, les Smart Communities étant par ailleurs supervisées par le METI qui les conçoit comme des expérimentations, il convient d’analyser les attendus en termes de « participation » et d’« innovation des modes de vie » (METI 2010). S’agit-il de faire participer les habitants à la définition de ces nouveaux modes de vie, ou de favoriser leur adoption d’un certain nombre d’attitudes et de gestes et précis fixés en amont, voire d’étudier leurs comportements ?

Participation des habitants et transformation des modes de vie

5Les éco-quartiers forment un ensemble hétérogène de projets aux objectifs et aux logiques extrêmement variés, que l’on peut regrouper selon de multiples classifications. Deux distinctions fréquentes dans la littérature se basent sur l’importance accordée à la participation des habitants dans le projet, d'une part, et à la place conférée aux dispositifs techniques dans la réalisation des objectifs et transformations annoncés, d'autre part. Ainsi, alors que certaines initiatives reposent sur une faible dimension technologique et un fort investissement d’habitants militants (Renauld 2012), d’autres comptent à l’inverse sur les nouvelles technologies pour épargner aux résidents d’avoir à remettre en question leurs habitudes quotidiennes (Faburel et Tribout 2010). Au-delà de ces deux extrêmes, la plupart des projets combinent recours à des dispositifs techniques et mobilisation des habitants, selon des modalités là encore très variables (Souami 2009). Parmi eux, les éco-quartiers privilégiant une entrée « technico-écologique » (Faburel et Roché 2012, p. 142) et reposant sur « une forme d’organisation des conduites sociales au détriment de l’implication habitante autrement que par les seuls usages » (ibid. p. 146) sont nombreux : les habitants deviennent alors la cible d’injonctions et d’incitations censées les amener à adopter des nouveaux modes de vie, à la fois plus sobres et adaptés aux exigences des nouveaux équipements introduits. Les résultats s’avèrent souvent décevants : les résidents étant en général écartés de la phase de conception, leurs usages et les dispositifs techniques se posent mutuellement problème (Schaeffer et al. 2010, Boissonade 2011, Dureau et Lévy 2011, Renauld 2012).

6Face à ces déconvenues, à l’implication passive par les usages se sont adjoints une multitude de dispositifs d’accompagnement des habitants. Ces derniers sont destinés à faciliter l'adoption des comportements appropriés et à faire de l’éco-quartier une réussite (laquelle est en général évaluée en fonction d’indicateurs tels que les économies d’énergie ou les réductions d’émission de gaz à effet-de-serre réalisés par exemple). Cette logique « instrumentale » et « descendante » (Faburel et Roché 2012) témoigne d’un projet de faire participer les habitants non pas pour élaborer explicitement avec et selon eux la transformation des modes de vie, mais afin de s’assurer que le script se déroule comme prévu. C’est cette même logique qui semble justement prédominer dans les projets d’aménagement urbain récents principalement articulés autour des smart grids, qui auraient besoin de « smart habitants » pour atteindre leurs ambitieux objectifs d’économies d’énergie (Zélem et al. 2013).

7Par ailleurs, cette innovation technologique survient au moment même où de nouveaux savoirs et outils sont mobilisés par les acteurs publics et privés en vue de changer les comportements des individus. En effet, aussi bien aux Etats-Unis (Thaler et Sunstein 2010) qu’en Grande-Bretagne (Rainford et Tinkler 2011) et en France (CAS 2013), les préceptes du « paternalisme libertarien » et les outils en émanant, les nudges (Thaler et Sunstein 2003, 2010), sont expérimentés afin d’orienter les habitudes dans des directions jugées souhaitables, particulièrement dans le domaine de la maîtrise de la demande en énergie. Ainsi, le smart grid ne permettrait pas d’économiser l’énergie uniquement par l’ajustement – nécessaire à son bon fonctionnement technique – du mode de vie des usagers. En effet, ses technologies associées (compteur communicant, afficheur domestique, applications smartphone) deviendraient de surcroît le support de mesures qui visent à rendre les comportements plus sobres au-delà de leur contribution à un pilotage plus efficace du réseau électrique. C’est avec ces éléments à l’esprit que nous allons désormais analyser la relation entre implication habitante et transformation des modes de vie dans les Smart Communities japonaises.

Les Smart Communities japonaises

8Il convient dans un premier temps de décrire les caractéristiques de ces projets, avant de restituer analytiquement les nombreux éléments de réponse recueillis lors d’une cinquantaine d’entretiens semi-directifs réalisés auprès des parties prenantes (le METI, le comité de sélection, les collectivités territoriales, les principales entreprises impliquées ainsi que, dans le cas de Kitakyushu, de plusieurs associations) entre janvier et juillet 2014.

  • 5 La tarification dynamique de l'électricité consiste à modifier son prix selon le jour et le créneau (...)

9Les Smart Communities s’inscrivent dans la continuité d’une série de projets d’aménagement urbain durable – Eco-Town et surtout Eco-Model City – pour partie semblables, dans les grandes lignes, à ce que l’on entend traditionnellement par « éco-quartier » ou encore « quartier durable » (Boutaud 2009). Les projets portés par les villes de Yokohama, Kitakyushu et Toyota ainsi que par la préfecture de Kyoto ont été sélectionnés en 2010 suite à leur candidature à l’appel d'offre émis par le METI dans le but de soutenir et tirer des enseignements de ces expérimentations. L’appel demande en effet de mettre en place un certain nombre de technologies associées aux smart grids, à l’image des Community Energy Management System (CEMS), Home Energy Management System (HEMS), tarification dynamique ou demande-réponse5, visualisation de la consommation d’énergie, énergies renouvelables, batteries de stockage domestiques, véhicules électriques individuels en usage privé ou partagé, etc. Les critères de sélection ne sont pas uniquement technologiques puisque la « participation des parties prenantes » parmi lesquels les habitants sont explicitement cités, ainsi que « l’innovation des modes de vie », sont également présents (METI 2010). En outre, l’ensemble des acteurs interrogés – dont le METI – met en avant que les Smart Communities se distinguent des simples expérimentations de smart grids par le rôle important joué par la communauté, en particulier les habitants.

  • 6 Kansai Electric Power Company. Au Japon, chaque région dispose d’une compagnie privée détentrice du (...)

10Chaque Smart Community poursuit ses propres objectifs selon ses modalités spécifiques, lesquels font l’objet de négociations entre les collectivités territoriales mais aussi les nombreux acteurs privés impliqués (principalement Toshiba à Yokohama, IBM Japan et Nippon Steel & Sumitomo Metal Corporation à Kitakyushu, Toyota Motor Corporation à Toyota et le couple Mitsubishi Heavy Industries et KEPCO6 à Kyoto). Cependant, le METI est en contact régulier avec chaque projet qui est tenu de lui restituer des rapports précis incluant notamment un certain nombre de données relatives à l’usage des énergies renouvelables, à l’effacement de la consommation en période de point (peak shift) et aux économies d’énergie réalisées par exemple. Les Smart Communities semblent ainsi s’inscrire dans la récente logique de « gouvernement par expérience » déjà largement observée dans la stratégie de « gouvernement du changement climatique » des villes mondiales (Bulkeley et Castan Broto 2013), qui se focalisent essentiellement sur les questions énergétiques (ibid., p. 370). Néanmoins, les Smart Communities ont la spécificité de ne pas constituer un outil d’expérimentation pour les acteurs urbains, publics et privés, uniquement : leur fonction dépasse celle, hypothétique, de « laboratoires de la ville durable » (Bonard et Matthey 2010). En effet, ces projets d'aménagement sont avant tout mis en œuvre au service du METI, dont les objectifs en termes de politique nationale vont bien au-delà des enjeux urbains.

Une conception passive de la participation des habitants, entre usages et accompagnement

11En premier lieu, les entretiens réalisés avec les responsables du METI et du comité de sélection des Smart Communities ont révélé que le critère de « participation » des habitants dont il était question ne consistait pas à prendre part aux discussions ou à la prise de décision concernant les objectifs et modalités du projet, que cela soit avant ou pendant sa mise en œuvre. Lors des entretiens, le fait de participer est défini vaguement comme « réduire sa consommation d’énergie, en particulier en période de pic », « compléter des enquêtes » et plus généralement accepter que ses données de consommation soient recueillies et analysées. En réalité, ce critère n’aurait pas été un facteur discriminant et les modalités concrètes de participation sont laissées à la discrétion de chaque projet.

  • 7 Les modalités du demande-réponse partagent la même logique mais varient dans leur mise en œuvre con (...)

12Les entretiens auprès des quatre Smart Communities ont mis en évidence des conceptions et pratiques de la participation très similaires, qui peuvent être synthétisées de la manière qui suit. Tout d’abord, l’absence de participation des habitants à la conception des projets est expliquée par le manque de temps imputable au faible délai imposé par l’appel du METI, mais également dans plusieurs cas du fait de la construction des logements dans des zones jusque-là non-urbanisées. Ensuite, la participation est à l’évidence largement conçue en termes d’usages : les habitants sont invités à s’impliquer dans le projet en réduisant leur consommation d’électricité, non seulement en période de pointe (via le demande-réponse qui joue comme une incitation7), mais aussi tout au long de la journée en suivant les conseils fournis par des supports papiers et électroniques (afficheur domestique, tablette, smartphone), des réunions collectives voire des entretiens individuels à domicile avec des experts dans le cas de Kyoto Keihanna.

13La ville et les acteurs privés élaborent et mettent en œuvre, souvent conjointement, des dispositifs d’accompagnement très denses afin de s’assurer que les habitants comprennent ce qu’on attend d’eux : au début du projet puis avant et après chaque saison (estivale et hivernale) de demande-réponse, les participants sont invités à assister à des réunions d’information et de diffusion des résultats. Il s’agit d’expliquer de quelle manière utiliser les équipements et parvenir à consommer le moins possible en période de pic, et de faire ensuite le point sur les résultats et sur les difficultés rencontrées. En outre, les projets de Yokohama et Kyoto Keihanna ont mis à la disposition des participants un service d’assistance téléphonique, tandis que l’association Satoyama, dont le local est situé au cœur du projet de Kitakyushu, assure l’accueil et le conseil des habitants au quotidien. Enfin, ces derniers sont incités à répondre à de courts questionnaires chaque semaine pendant les saisons de demande-réponse et à des enquêtes plus longues une ou deux fois par an. Tout cela a également permis, au-delà de l’accompagnement des habitants dans l'adoption de gestes appropriés, à ajuster à la marge certains dispositifs techniques : dans plusieurs projets, les réactions des habitants ont ainsi conduit à revoir l’affichage et le contenu des applications des tablettes, d'une part, et le prix maximal de l’électricité en période de pic (qui est passé de 150 à 100 yens – de 1,1 à 0,7 euros – le kWh à Kitakyushu), d'autre part.

14Les Smart Communities se distinguent ainsi remarquablement d'autres éco-quartiers qui ont fait le choix de ne pas s’immiscer dans les pratiques quotidiennes des habitants (Faburel et Tribout 2010) et de nombreuses initiatives centrées sur les technologies smart grid qui laissent les usagers livrés à eux-mêmes ou à un simple mode d’emploi face aux dispositifs techniques présents dans leur espace domestique (Strengers 2013, Zélem et al. 2013). Elles témoignent néanmoins d’une conception passive de l’habitant fréquemment constatée dans la littérature (Faburel et Roché 2012, Röpke 2013 ; pour une critique, voir Emelianoff 2010) – celle d'un habitant écarté du processus de définition des différents modes de vie possibles, et qu’il convient d’accompagner dans l’adoption d’un certain nombre de nouvelles pratiques et, en définitive, d’un mode de vie smart.

15Cependant, l’usage de telles mesures de pédagogie et de sensibilisation visant à favoriser l’appropriation des dispositifs techniques et à façonner les modes de vie dans les éco-quartiers n’est pas nouvelle (Faburel et Roché 2012, Renauld 2012), tout comme la stratégie d’impliquer les habitants afin de garantir l’acceptation sociale d’un projet (Maruyama et al. 2007, Wustenhagen et al. 2007, Karlin 2012, Wolsink 2012). Ce qui fait la spécificité des Smart Communities par rapport aux éco-quartiers classiques, c’est l’échelle spatio-temporelle à laquelle se joue une partie des enjeux. En effet, pour l’ensemble des acteurs impliqués, l’objectif n’est pas uniquement d’assurer l’acceptation et de changer les comportements ici et maintenant. Les Smart Communities sont en effet le théâtre de stratégies à plus long terme, s'inscrivant dans les contextes de la déréglementation du secteur de l'électricité, du déploiement massif à l'échelle nationale des compteurs communicants et de la transition énergétique.

Des projets inscrits au cœur de stratégies plus globales

16Les nombreux dispositifs d’accompagnement des habitants n’ont pas pour but unique d’impliquer ces derniers et de les aider à adopter les comportements attendus : il s’agit également d’obtenir, en complément des données chiffrées fournies par les compteurs communicants, des informations qualitatives. En effet, aussi bien pour le METI que pour les collectivités territoriales et les entreprises privées impliquées, l’objectif est de tester une multiplicité de mesures incitatives à la fois économiques (signal-prix, avec le demande-réponse), sociales (comparaison de la consommation avec les voisins), morales (représentations de l’empreinte écologique), ludiques (classements, mini-jeux, mascottes) et sensibles (à l’image du cadre photo qui change de couleur en fonction de l’état du réseau dans les HEMS de Toyota), afin d'identifier celles qui fonctionnent pour changer les comportements. Un certain nombre de variables telles que le mode d’affichage des informations de consommation d’énergie et des alertes de demande-réponse, le moment auquel les informations sont envoyées, différents types et niveaux de signal-prix, la conduite d’entretiens individuels, etc. sont ainsi modulées.

17Des enseignements peuvent ensuite être tirés à partir des données de consommation d’énergie et des retours des habitants. Dans plusieurs projets, il est explicitement affirmé lors des entretiens qu’il s’agit de « voir jusqu’où on peut aller », au sujet à la fois des efforts demandés aux habitants et du contrôle à distance par le fournisseur d’électricité de certains appareils – principalement le chauffage et la climatisation – lors des pics de consommation. Les constats selon lesquels les comportements humains sont « extrêmement diversifiés » et parfois « irrationnels », et qu’il est nécessaire de mieux les comprendre pour que les objectifs poursuivis soient effectivement atteints, reviennent régulièrement. C’est dans cette optique que les Smart Communities ont été sélectionnées pour leur représentativité de la diversité de l’archipel : Kitakyushu est un exemple de ville en reconversion industrielle, Toyota de commune provinciale étendue très dépendante de la voiture, tandis que Kyoto Keihanna s’articule autour d’un parc scientifique et met l’accent sur les lotissements résidentiels. Chaque Smart Community procède alors à des segmentations de la population en fonction de l’âge, du niveau de revenu, des courbes de consommation, etc. dans la perspective de comprendre la diversité des comportements et d’adapter les mesures en fonction des usagers.

  • 8 Les modalités et montants de cette rémunération varient en fonction des projets, mais globalement l (...)

18L’enjeu n’est ainsi pas, comme lors de l’installation d’infrastructures de production d’énergies renouvelables, de garantir l’acceptation des populations locales : dans les Smart Communities, les habitants sont des participants volontaires à l’expérimentation, qui touchent d’ailleurs une rémunération symbolique pour leur collaboration8. Les acteurs ont évidemment des motivations diverses : pour les entreprises de l’électronique, il s’agit de tester produits et services et de mener des études marketing avant leur mise sur le marché. Du côté des compagnies électriques, il s’agit d'anticiper la libéralisation à venir du secteur ainsi que de songer aux services dont ils pourront assortir les compteurs communicants dont le METI prévoit d'équiper l'intégralité des ménages d’ici 2020. Pour ce dernier, les Smart Communities préparent donc le terrain aux réformes du secteur de l’énergie et au déploiement des compteurs communicants. Elles constituent également une mine d’informations dans la perspective de changer les comportements face aux impératifs de réduction des émissions de gaz à effet-de-serre et au défi de la transition énergétique. Les entretiens ont révélé que l’accident de Fukushima du 11 mars 2011 a fait de la maîtrise de la demande d'électricité via la demande-réponse un enjeu prioritaire. Ainsi, en parallèle des rapports qui lui sont remis par chaque projet, le METI a directement confié à une équipe de chercheurs de l’Université de Kyoto, spécialisée en économie comportementale, la tâche d’analyser les pratiques de consommation énergétique des ménages en fonction de différents types d’incitations.

De la figure du citoyen partenaire à celle du sujet expérimental ?

19Face aux difficultés de prendre en compte et d’avoir prise sur les comportements humains, les défauts des politiques publiques ont été mis en évidence par de nombreuses études (Shove 2004, Maréchal 2010, etc.). Un des principaux écueils recensés est la conception d’un individu rationnel et calculateur, à qui il suffirait d’envoyer des informations et signaux appropriés pour enclencher le changement de comportement recherché. Des travaux se sont alors attachés à identifier les conditions de l’efficacité de la transmission de ces signaux (Abrahamse et al. 2007, Baba et Tagashira 2007, Bartiaux 2008, Steg 2008). Ils s’intéressent en particulier au rôle décisif joué par un certain nombre de facteurs tels que les habitudes (Schäfer et Bamberg 2008, Schwanen et al. 2012), les normes et les interactions sociales (Zélem et al. 2013) et les facteurs structurels qui contribuent à déterminer les modes de vie tels que le temps de travail, la culture consumériste, etc. (Sanne 2002, Shove 2004, Zélem 2014). Le recours récent et encore balbutiant aux nudges théorisés par Thaler et Sunstein (2003, 2010) témoigne d’une prise de conscience de la part des décideurs politiques d’une partie des insuffisances des politiques antérieures, notamment leur tendance à privilégier la figure de l’homo economicus (Jones et al. 2013). Les dispositifs de changement de comportement observés dans les Smart Communities s’apparentent à la logique incitative promue par les nudges, et correspondent même parfois aux outils explicitement préconisés par les théoriciens du paternalisme libertaire. On y identifie en effet, à titre d'exemple, la comparaison de la consommation d’énergie entre voisins (Thaler et Sunstein 2010, p. 127-128) ou la visualisation de cette dernière via des données chiffrées (yens, kWh et kg de CO2) présentées sur des afficheurs domestiques, et des méthodes sensibles telles que des signaux lumineux colorés (ibid., p. 325).

  • 9 Cette méthode scientifique issue des sciences de la vie et de la matière est plus connue, souvent m (...)

20On retrouve également avec l’équipe de chercheurs de l’Université de Kyoto, mais aussi les enquêtes réalisées au sein de chaque Smart Community (par les entreprises principalement), la place de choix accordée aux méthodes issues du marketing (focus groups, classification des individus selon des profils de consommateurs) et plus encore celles de l’économie comportementale, notamment de la technique de l’essai randomisé contrôlé9 (ERC), révélateur du programme contemporain du « changement des comportements » (Jones et al. 2013). Les individus ne seraient ici plus appréhendés comme des citoyens impliqués dans des processus de participation mais comme des « sujets expérimentaux » (Whitehead 2014). L’objectif est en effet de tester un maximum de variables, en administrant un certain nombre d'incitations à des groupes traitement en comparaison avec un groupe témoin, afin de déterminer celles qui fonctionnent. Les habitants sont simultanément fortement incités à participer à des réunions et des entretiens afin d'assortir les résultats quantitatifs de données qualitatives. Leur participation à l'élaboration des dispositifs techniques et politiques publiques futurs est attendue de manière indirecte, en vue non pas d'identifier les enjeux et de décider des orientations à suivre et des solutions à mettre en œuvre, mais de perfectionner les options fixées au préalables part les autorités compétentes. Dans le programme du METI, c’est semble-t-il cette logique qui est à l’œuvre : les aspirations et l’imagination des habitants ne sont que très peu sollicitées, car l’objectif n’est pas de construire avec eux mais d’expérimenter un ensemble de mesures et de technologies.

Conclusion

21Les Smart Communities s'apparentent donc à la fois à des éco-quartiers classiques, impliquant collectivités territoriales, acteurs économiques privés et habitants, et à un terrain d’expérimentation pour ces mêmes acteurs ainsi que pour l’Etat japonais. Si l'implication des habitants dans les projets est, comme dans la plupart des écoquartiers, mise en avant par les promoteurs, elle semble être reliée à des enjeux plus larges qui dépassent l'échelle urbaine : la déréglementation du secteur de l'électricité, le développement des smart grids et la maîtrise de la demande d'énergie. La participation des habitants aussi bien à la transformation de leur mode de vie que celle, en tant que citoyens, à l’orientation de la politique énergétique du Japon, apparaît alors très limitée, leur rôle étant réduit à faire part de leurs réactions suite à la mise en œuvre de solutions déjà largement arrêtées en amont. On peut donc à raison s’interroger sur la dimension démocratique de telles mesures (Jones et al. 2013) et critiquer ce faible rôle des habitants dans la détermination de leurs modes de vie dans les Smart Communities (DeWit 2014). Néanmoins, le programme du METI constitue un indéniable progrès par rapport à plusieurs écueils fréquents tels que la non prise en compte et le manque d'accompagnement des usagers dans la conception écotechnique. De plus, les dispositifs de visualisation de la consommation d’énergie présentent le mérite de divulguer les conséquences économiques, énergétiques et écologiques jusqu’alors invisibles des pratiques quotidiennes (Rozès 2009). Ils sont ainsi susceptibles d’accroître la sensibilité et la compétence des habitants, et par conséquent de favoriser leur saisissement et leur engagement politiques sur ces questions. Enfin, il convient de garder à l’esprit que les Smart Communities s’intègrent dans des politiques publiques plus globales dont l’analyse reste à approfondir avant de porter des conclusions plus affirmées.

Bibliographie

Références

ABRAHAMSE W., STEG L., VLEK C., ROTHENGATTER T., 2007, “The effect of tailored information, goal setting, and tailored feedback on household energy use, energy-related behaviors, and behavioral antecedents”, Journal of Environmental Psychology, Vol. 27, p. 265 – 276.

BABA K. et TAGASHIRA N., 2007, “Local Governments’Measures on Promoting Citizens’Proenvironmental Behaviors” (en japonais), Journal of the City Planning Institute of Japan, No. 42-3, Octobre, p. 355-360.

BACQUE M. -H. et GAUTHIER M., 2011, « Participation, urbanisme et études urbaines. Quatre décennies de débats et d'expériences depuis ‘A ladder of citizen participation’ de S. R. Arnstein », Participations, n° 1, p. 36-66.

BARBIER R., 2002, « La fabrique de l’usager. Le cas de la collecte sélective des déchets », Flux, n° 48-49, avril-septembre, p. 35-46.

BARTIAUX F., 2008, “Does environmental information overcome practice compartmentalisation and change consumers’behaviours ?”, Journal of Cleaner Production, Vol. 16, p. 1170-1180.

BEAL V., GAUTHIER M. PINSON G., 2011, Le développement durable changerat-il la ville ? Le regard des sciences sociales, Saint-Etienne : Publications de l’Université de Saint-Etienne, Collection Dynamiques Métropolitaines.

BLONDIAUX L. et SINTOMER Y., 2002, « L'impératif délibératif », Politix, Vol. 15, n° 57, Premier trimestre 2002, p. 17-35.

BOISSONADE J., 2011, « Le développement durable face à ses épreuves. Les enjeux pragmatiques des éco-quartiers », Espaces et sociétés, n° 147, p. 57-75.

BONARD Y. et MATTHEY L., 2010, « Les éco-quartiers : laboratoires de la ville durable », Cybergeo : European Journal of Geography, Débats « Quartier durable ou éco-quartier ? » ; URL : http://cybergeo.revues.org/index23202.html–consulté le 04 novembre 2014.

BOUTAUD B., 2009, « Quartier durable ou éco-quartier ? », Cybergeo : European Journal of Geography, Débats « Quartier durable ou éco-quartier ? » ; URL : http://cybergeo.revues. org/22583–consulté le 04 novembre 2014.

BULKELEY H. et CASTAN BROTO V., 2013, “Government by experiment ? Global cities and the governing of climate change”, Transactions of the Institute of British Geographers, 38, p. 361 – 375.

CAS (Centre d’Analyse Stratégique), 2013, « Comment limiter l’effet rebond des politiques d’efficacité énergétique dans le logement ? », La Note d’Analyse, n° 320, Février.

DEWIT A., 2014, “Japan’s Rollout of Smart Cities : What Role for the Citizens ?”, The Asia-Pacific Journal, Vol. 11, Issue 24, No. 2, 16 Juin. URL : http://www.japanfocus.org/-Andrew-DeWit/4131–consulté le 05 janvier 2015.

EMELIANOFF C., 2010, « Durabilité urbaine, modes de vie et solidarités à long rayon d’action » in Coutard O. et Lévy J.-P. (Eds), Ecologies urbaines, Economica-Anthropos, p. 302-327.

JONES R., PYKETT J. et WHITEHEAD M., 2013, “Psychological governance and behavior change”, Policy & Politics, vol 41, no 2, pp. 159-182.

KARLIN B., 2012, “Public Acceptance of Smart Meters : Integrating Psychology and Practice”, ACEEE Summer Study on Energy Efficiency in Buildings, 7, p. 102-113.

KUSAKABE E., 2013, “Advancing sustainable development at the local level : The case of machizukuri in Japanese cities”, Progress in Planning, 80, p. 1-65.

MARECHAL K., 2010, “Not irrational but habitual : The importance of « behavioural lock-in in energy consumption”, Ecological Economics, 69, 5, p. 1104-1114.

MARUYAMA Y., NISHIKIDO M., IIDA T., 2007, “The rise of community wind power in Japan : Enhanced acceptance through social innovation”, Energy Policy, 35, p. 2761-2769.

MEDDE, 2014, site du Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie, « Ecoquartier ». URL : http://www.developpementdurable.gouv.fr/EcoQuartier,37480.html–consulté le 04 novembre 2014.

METI, 2010, Selection of Next-Generation Energy and Social Systems Demonstration Areas, Energy Conservation and Renewable Energy Department, Agency for Natural Resources and Energy. URL : http://www.meti.go.jp/english/press/data/pdf/N-G % 20System.pdf–consulté le 04 novembre 2014.

OQLF (Office québécois de la langue française), 2010, « réseau électrique intelligent ». URL : http://www.gdt.oqlf.gouv.qc.ca/ficheOqlf.aspx ?Id_Fiche=26504494 – consulté le 04 novembre 2014.

RAINFORD P. et TINKLER J., 2011, “Designing for Nudge Effects : How behaviour management can ease public sector problems”, « Innovating through Design » in Public Services Seminar Series 2010-2011, 23 Février. URL : http://eprints.lse.ac.uk/37810/1/Designing_for_nudge_effects_ %28lsero %29.pdf–consulté le 04 novembre 2014.

RÖPKE I., 2013, “Ecological macroeconomics : implications for the roles of consumer-citizens” in Maurie J. Cohen, Szejnwald Brown H. et Vergragt P. (Eds), 2013, Innovations in Sustainable Consumption : New Economics, Socio-Technical Transitions and Social Practices, Edward Elgar Publishing, p. 58-64.

ROZES S., 2009, « L'individu, l'imaginaire et la crise », Le Débat, 2009/3 n° 155, p. 46-53.

RUMPALA Y., 1999, « Le réajustement du rôle des populations dans la gestion des déchets ménagers. Du développement des politiques de collecte sélective à l'hétérorégulation de la sphère domestique », Revue française de science politique, Vol. 49, n° 4-5, p. 601-630.

SANNE C., 2002, “Willing consumers or locked-in ? Policies for a sustainable consumption”, Ecological Economics, 42, pp. 273-287.

SCHAEFFER V., RUEGG J., LITZISTORF-SPINA N., 2010, « Quartiers durables en Europe : enjeux sociaux et processuels », Urbanisme, n° 371, p. 27-32.

SCHÄFER M. et Bamberg S., 2008, “Breaking habits : linking sustainable consumption campaigns to sensitive events”, Proceedings of the 2008 SCORE Conference “Sustainable Consumption and Production : Framework for action, 10-11 Mars, Bruxelles, p. 213-228.

SCHWANEN T., BANISTER D. et ANABLE J., 2012, “Rethinking habits and their role in behaviour change : The case of low-carbon mobility”, Journal of Transport Geography, 24, p. 522-532.

SHOVE E., 2004. “Changing human behaviour and lifestyle : a challenge for sustainable consumption” in Reisch, L. A., Ropke I. (Eds.), The Ecological Economics of Consumption, Edward Elgar, Cheltenham, pp. 111 – 131. Pagination à partir du texte en ligne : http://www.psi.org.uk/ehb/docs/shovechanginghumanbehaviourandlifestyle-200308.pdf–consulté le 04 novembre 2014.

SOUAMI T., 2009, Ecoquartiers, Secrets de fabrication. Analyse critique d’exemples européens, Les Carnets de l'Info.

STEG L., 2008, “Promoting household energy conservation”, Energy Policy, 36, p. 4449-4453.

THALER R. H. et SUNSTEIN C. R., 2010, Nudge. La méthode douce pour inspirer la bonne décision, Vuibert.

THALER R. H., SUNSTEIN C. R., 2003, “Libertarian paternalism is not an oxymoron”, The University of Chicago Law Review, vol. 70 (4), p. 1159-1202.

VILLALBA B. (éd.), 2009, Appropriations du développement durable. Emergences, diffusions, traductions, Villeneuve d'Ascq : Septenrion Presses Universitaires, Collection Espaces Politiques.

WATANABE S. J., 2006, “Machizukuri in Japan : a historical perspective on participatory community-building initiatives” in Hein C. et Pelletier P., 2006, Cities, Autonomy and Decentralization in Japan, Routledge, p. 128-138.

WHITEHEAD M. J., 2014, “The experimental citizen. The Psychological State and the Experimental Subject”, Changing Behaviours, 12 juin. URL : http://changingbehaviours.wordpress.com/2014/06/12/the-experimentalcitizen/–consulté le 04 novembre 2014.

WOLSINK M., 2012, “The research agenda on social acceptance of distributed generation in smartgrids : Renewable as common pool resources”, Renewable and Sustainable Energy Reviews, 16, p. 822 – 835.

WUSTENHAGEN R., WOLSINK M., BURER M.-J., 2007, “Social acceptance of renewable energy innovation : An introduction to the concept”, Energy Policy, 35, p. 2683 – 2691.

ZELEM M.-C., 2010, Politique de maîtrise de la demande d’énergie et résistances au changement : Une approche socio-anthropologique, Paris : L’Harmattan.

ZELEM M.-C., 2014, « Les smart meters peuvent-ils contribuer à infléchir les usages domestiques vers plus de sobriété ? », Smart Grids – CRE, 24 septembre. URL : http://www.smartgrids-cre.fr/index.php ?p=consommacteur-smart-meters-sobriete–consulté le 04 novembre 2014.

ZELEM M.-C., GOURMET R. et BESLAY C., 2013, « Pas de ‘smart cities’ sans « smart habitants », Urbia, Cahiers du développement urbain durable, n° 15, février 2013, p. 45-59

Notes

1 Ce travail a été réalisé grâce au soutien financier du Programme Avenir Lyon Saint-Etienne de l'Université de Lyon (ANR-11-IDEX-0007), dans le cadre du programme "Investissements d'Avenir" géré par l'Agence Nationale de la Recherche (ANR). Par ailleurs, cette étude fait partie d’un programme de recherche plus large de l’Institut d’Asie Orientale (IAO) et du Laboratoire d’Economie des Transports (LET), financé par le PREDIT pour le compte de l’ADEME. Il bénéficie également du soutien du Labex Intelligence des Mondes Urbains (IMU) via le laboratoire junior IMU Alpha.

2 Que l’on peut définir comme des « projet[s] d’aménagement urbain qui respecte[nt] les principes du développement durable tout en s’adaptant aux caractéristiques de [leur] territoire » (MEDDE 2014). Des définitions plus exhaustives ajoutent des caractéristiques plus précises comme « une réduction de la place de l’automobile, une efficacité énergétique notable, une mixité sociale et fonctionnelle, une réduction, une éco-conception » (voir Boutaud 2009 : 3).

3 Comme mis en évidence dans un certain nombre de dispositifs participatifs (Blondiaux et Sintomer 2002, Dagnino 2007), notamment dans les cas de l’introduction d’infrastructures de production d’énergie renouvelable (Maruyama et al. 2007, Wustenhagen et al. 2007, Wolsink 2012) ou encore de réseaux électriques « intelligents » ou smart grid (Karlin 2012).

4 Le smart grid ou réseau électrique dit « intelligent » est un « réseau de distribution d'électricité dont la technologie permet d'en optimiser le rendement, tout en mettant en relation l'offre et la demande entre un producteur et les consommateurs d'électricité » (OQLF 2010).

5 La tarification dynamique de l'électricité consiste à modifier son prix selon le jour et le créneau horaire, en général de manière à refléter son coût réel et en fonction de l'état du réseau. Le demande-réponse (demand-response en anglais et en japonais) revient lui à influer sur la demande d'électricité de manière ponctuelle : il s'agit d'envoyer un signal-prix (en argent ou en points, retirés ou ajoutés à un capital de départ) qui notifie de la hausse exceptionnelle du prix, le jour même ou la veille au soir, à un ou des créneaux horaires précis.

6 Kansai Electric Power Company. Au Japon, chaque région dispose d’une compagnie privée détentrice du monopole sur la production et la distribution d’électricité : on trouve ainsi TEPCO à Tokyo et à Yokohama, KEPCO dans le Kansai et Chubu Electric Company à Toyota. Par contre, l’éco-quartier de Kitakyushu est un cas exceptionnel puisque l’électricité n’y est pas fournie par la compagnie régionale Kyushu Electric Power Company mais par Nippon Steel & Sumitomo Metal Corporation qui la produit directement à partir de ses unités industrielles et la distribue sur le réseau autonome local.

7 Les modalités du demande-réponse partagent la même logique mais varient dans leur mise en œuvre concrète selon les projets. Ainsi, à Kitakyushu, une véritable tarification dynamique est mise en place : le prix du kWh peut atteindre jusqu’à 100 yens (0,7 euros) en période de pointe, mais les participants reçoivent 9000 yens (62.6 euros) avant chaque saison. A Kyoto Keihanna, les habitants bénéficient d’un capital point de départ de 7000 points l’été et 16 000 points l’hiver, suite à quoi chaque kWh consommé en période de pointe retire 20, 40, 60 ou 80 points. A la fin de la saison de demande-réponse, les points restants sont convertis en yens et versés aux participants (7000 et 16 000 yens correspondant respectivement à 47,2 et 107,0 euros).

8 Les modalités et montants de cette rémunération varient en fonction des projets, mais globalement les habitants sont assurés de ne pas perdre d’argent en expérimentant le demande-réponse (ou dans le cas de Kitakyushu la tarification dynamique) voire, avec un minimum de bon sens, d’en gagner. La remise des questionnaires dûment complétés donne également parfois lieu à rémunération selon les projets.

9 Cette méthode scientifique issue des sciences de la vie et de la matière est plus connue, souvent même en français, sous le nom de « Randomized Controlled Trial » ou RCI. C’est celle suivie par les chercheurs de l’Université de Kyoto.

Auteur

Doctorant en science politique, Université de Lyon, Institut d’Asie Orientale UMR 5062

© Carrières Sociales Editions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540