Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et quartiers durables : la place des habitants

 | 
Pascal Tozzi

4ème partie : Focus sur des technologies « impliquantes », leviers et freins dans la participation

La participation habitante, un objet de recherche pour la mise en durabilité de la gestion urbaine. Le cas du compostage des déchets1

Elisabeth Lehec

Texte intégral

  • 1 Les résultats exposés dans cette communication sont le fruit d’un terrain exploratoire mené dans le (...)

1Ce texte est issu d’une recherche sur les techniques urbaines, qui se saisit de la participation habitante comme objet pour explorer les modalités d’une mise en durabilité du système de gestion urbaine. Aussi, il ne s’agit pas ici de montrer un décalage entre des injonctions de l’acteur public et les motivations des habitants. Nous considérons plutôt, à rebours, que cet habitant agit déjà, et que, pleinement acteur (Gumuchian et al. 2003), il propose peut-être des solutions pour la mise en durabilité du système de gestion urbaine. Cette posture donne à voir le cœur d’un processus participatif, dans la mesure l’habitant-usager ne se contente plus d’utiliser un dispositif : il agit sur des dispositifs techniques qu’il conçoit, invente et met en place, ni plus ni moins que l’acteur public, qui a tendance à invisibiliser cette action habitante, en promouvant, pourtant, un écocitoyen acteur.

2La mise en durabilité urbaine peut être définie, dans la perspective du métabolisme urbain (Fischer-Kowalski 1998), comme un processus par lequel les sociétés humaines cherchent à fournir biens et services au citadin en limitant les rejets de matières et d’énergies nécessaires à la production et à la consommation de ces biens : un des moyens de réfléchir à cette mise en durabilité est d’observer là où elle prend corps, dans la gestion urbaine, c’est-à-dire dans les moyens techniques et organisationnels que les sociétés urbaines se donnent pour capter, rejeter, faire circuler les flux de matières et d’énergie et de personnes en ville – eau, déchets, transports, etc.

  • 2 Nous envisageons ici la gestion urbaine comme une « intermédiation », idée à l’origine attachée à l (...)

3Les injonctions à adopter des modes de vie écocitoyens, dont l’acteur public sature l’espace médiatique, la façon dont il tente de mobiliser l’habitant-usager ne laissent entrevoir que la partie émergée de la gestion urbaine : le service à l’usager – l’ensemble des dispositifs que nous utilisons pour jeter nos poubelles, boire de l’eau, nous déplacer en ville, etc. Or, la gestion urbaine est en fait un triptyque, dont les deux derniers volets, en amont du service à l’usager, sont plus souterrains, à la fois physiquement et symboliquement, quoique prépondérants : le dispositif technique et le mode d’organisation2. Ces deux dimensions indissociables se sont trouvées bouleversées, à l’aune des nouvelles exigences de mise en durabilité, depuis les années 1970, et à plus forte raison depuis les années 2000 (Coutard et Lévy 2010) :

  • D’un point de vue technique, les grands réseaux infrastructurels de gestion (matérialisés par des usines de traitement de déchets, des réseaux d’égouts, des rails et centrales de commande du métropolitain, etc.) sont aujourd’hui remis en cause, à la faveur de dispositifs dits de « proximité » (compostage des déchets in situ, récupérateurs d’eaux de pluie, micro-réseaux de chaleur, etc.). ;
  • L’organisation verticale top-down des grands réseaux est également appelé à devenir plus horizontale et territoriale. La gestion urbaine doit mobiliser les acteurs du territoire : « Les politiques au premier chef, les habitants, dont l’adhésion aux pratiques durables décidera du succès ou de l’échec de politiques publiques. Enfin les scientifiques, et les ingénieurs et les concepteurs. » (Belliot et al. 2013, p : 13)
  • 3 En s’inscrivant aux confins de l’anthropologie des techniques et de l’urbanisme (Latour, 1992 ; Sim (...)

4Il apparaît donc nécessaire d’envisager la participation de l’habitant au-delà de l’usage du service – qui semble cantonner l’habitant dans le registre dans l’utilisation d’une technique mise en place pour lui –, comme une action conjointe sur la technique, l’organisation et le service urbains3, autrement dit sur la gestion urbaine : cet angle de vue apparaît d’autant plus pertinent que la notion d’usager n’épuise plus – si tant est qu’elle l’ait déjà fait – toutes les situations où l’habitant-usager participe et se mobilise : la complexification croissante de cette gestion depuis l’irruption des nouvelles exigences environnementales se traduit notamment par l’émergence de nouveaux dispositifs techniques, qui supposent un mode d’organisation et un service particulier, sur lesquels l’habitant agit de façon différenciée, souvent collectivement, et sur lesquels l’acteur public n’a pas toujours prise.

5Autrement dit, si la participation de l’habitant-usager désigne la façon dont il « prend part » à la gestion urbaine (Merlin et Choay 2010, p. 613), elle renvoie à au moins deux réalités : elle peut être synonyme de bonne utilisation du service, produit d’une mobilisation de nature à enrôler l’usager, elle peut renvoyer à une prise en charge de ce service, via la mise en place de techniques de gestion autonomes. Elle trouve ainsi son origine dans une mobilisation spontanée, considérée comme « une action visant à rassembler et dynamiser des énergies » (Larousse). Ce texte propose donc d’exposer comment l’habitant utilise ou met en place des dispositifs techniques, une organisation et un service de gestion urbaine. Deux approches complémentaires sont nécessaires, dans une perspective interactionniste, pour avancer quelques éléments de réponse à cette question.

6Une première approche, en surplomb, est indispensable pour mettre en lumière les logiques sous-jacentes à la mobilisation et la participation envisagée du point de vue de l’acteur public. A la suite des travaux effectués sur les services de gestion de déchets (Barbier et Larédo 1997 ; Rumpala 1999 ; Barbier 2002 ; Cavé 2012 ; Montsaingeon 2014), l’analyse du triptyque de la gestion urbaine à l’aune de la durabilité montre qu’au-delà du discours, de la rhétorique de l’« éco-action », l’écocitoyen n’est qu’un avatar de l’usager-utilisateur inventé au 19e siècle avec le système de gestion urbaine en réseau qui exclut, par nature, l’usager de la gestion.

7Cette représentation et cette organisation de la gestion par les institutions, encore très verticales et surplombantes, ont tendance à invisibiliser le deuxième visage de la participation habitante à la gestion urbaine, objet de notre seconde partie, qui ne réside plus dans l’usage mais dans la prise en charge des trois volets de la gestion urbaine : un changement d’échelle vers le micro-local s’impose ici, qui nous permettra d’observer une gestion urbaine habitante. Plusieurs pistes de recherche émergent alors, qui seront présentées en conclusion.

8Ce texte est le fruit d’un travail de terrain exploratoire de thèse, effectué en Île-de-France d’avril à mai 2014 sur les dispositifs de gestion des biodéchets des ménages. Il s’appuie dans un premier temps sur l’analyse un corpus de documents institutionnels, corpus en cours de construction (documents de cadrage, Plans et programmes de prévention des déchets, supports de communication à l’usager et sites internet de collectivités franciliennes) ; la seconde partie repose sur les résultats d’observations et d’entretiens menés auprès d’élus, de techniciens et d’habitants franciliens. Si les nouveaux grands types de dispositifs techniques de gestion des biodéchets alternatifs au réseau infrastructurel sont présentés ici de façon exhaustive, nous ne prétendons pas, à notre stade de la recherche, pouvoir appréhender l’intégralité des cas présents sur notre terrain : nous cherchons ici à mettre au jour l’existence de dispositifs de gestion urbaine alternatifs au réseau et à en dégrossir les contours techniques et organisationnels. Ainsi, nous livrerons ici des exemples variés et non une étude de cas localisée, des ordres de grandeur de tonnages et de nombres d’habitants impliqués plutôt que des données chiffrées précises – données institutionnelles du reste largement inexistantes ou très incomplètes, ce qui constitue d’ores et déjà un indice de l’évolution de logiques de la gestion urbaine, dont l’acteur public ne contrôle aujourd’hui plus ni les flux de matières, ni les dispositifs présents sur son territoire, ni les modes de gouvernance.

L’usager et l’écocitoyen exclus de la gestion urbaine

L’invention de l’usager comme utilisateur du réseau de gestion

« L’usager des services publics, l’expression fait bloc (...). C’est moins l’usager en soi qui définit l’usager qu’une certaine relation établie avec la sphère publique (...). L’usager ne préexiste pas aux relations ouvertes entre les pouvoirs publics et l’individu par la mise à disposition d’un service, relation de service, relation marchande, relation de citoyenneté » (Jeannot 1998, p. 1 et s.)

9La « relation de service » que nous connaissons encore aujourd’hui n’est pas dissociable des techniques de gestion urbaine et d’une organisation mises en place au cours de la Révolution industrielle. « Les relations ouvertes entre les pouvoirs publics et l’individu » ne peuvent s’envisager sans considérer le dispositif qui en a été la courroie de transmission : technique, organisation et service (ou le triptyque de la gestion que nous avons défini plus haut) sont ainsi nées de façon concomitante autour du réseau urbain, dispositif et mode d’organisation qui revêt plusieurs caractéristiques :

  • Du point de vue technique, le réseau matérialise la gestion urbaine née au 19e siècle, visant à faire circuler, point à point, les flux de matières, de nature à relier l’ensemble des lieux et des citadins : égouts, système de collecte des déchets, câbles électriques, rails de métropolitain, etc. et une « dimension infrastructurelle croissante du métabolisme urbain au détriment de sa dimension gestuelle » (Barles 2013, p. 6) : usines d’incinération, stations d’épuration et de collecte des eaux, les matières sont traitées en dehors des centres urbains, séparés du citadin qui ne perçoit, en bout de chaîne, que le produit du procédé technique conçu par les ingénieurs.
  • Du point de vue organisationnel, la gestion des réseaux est monopolisée par l’acteur public : que les services soient organisés en régie ou en prestation, ce sont les communes, ou les EPCI (syndicats de collecte, de traitement, syndicats mixtes, etc.), qui assurent le fonctionnement du réseau et décident du rythme de collecte, du mode de traitement, de l’emplacement des infrastructures. La compétence – et l’exercice obligatoire - de la collecte et du traitement des déchets ménagers est officiellement attribuée aux communes en 1975, mais dans le cas de Paris, on peut dater la prise en charge de ce service en 1883 – même si un système de collecte existait avant –, date de l’arrêté Poubelle rendant obligatoire l’usage de la « boîte à ordures ménagères » (Jugie 1993).

10Il est important de rappeler ici que la relation service-technique-mode d’organisation est une co-construction, aucun des trois volets de ce triptyque ne préexistant aux deux autres. Ainsi, le caractère universel du service public est bien le produit d’une logique technique réticulaire, mais « il y a également, au-delà des raisons technico-économiques, un projet politique : l’universalisation des réseaux (...) s’est faite selon une logique d’offre, au nom d’une conception non marchande des services de réseaux. Le raccordement aux réseaux, davantage que le seul accès aux services, était conçu comme un symbole de l’égalité républicaine, comme un élément du lien social et comme un instrument de modernisation de la société » (Coutard et Pflieger 2002, p. 14).

11Retenons ici que la gestion urbaine telle que nous la connaissons aujourd’hui, et dont l’usager est, par définition, utilisateur, hérite d’un système né au 19e siècle, lui-même produit d’un faisceau de causes économiques, politiques, culturelles qui ont configuré une gestion urbaine monopolisée par l’acteur public et organisée autour d’une technique réticulaire et infrastructurelle (Barles 2005) sur laquelle l’habitant devenu usager n’a plus de prise. Le citadin est, depuis le 19e siècle, à la fois usager du service public et utilisateur d’un réseau : ces deux éléments se superposent, et c’est bien le caractère infrastructurel et réticulaire qui a contribué à façonner le caractère d’utilisateur, en bout de chaîne de la gestion, de l’habitant, puisque ce dernier n’avait plus prise sur le dispositif technique.

12La gestion des déchets est un cas particulier dans la mesure où l’usager est, dès la naissance du système de collecte, un outil du dispositif : c’est lui qui effectue le premier geste permettant la collecte, le dépôt des ordures dans la poubelle. Ainsi, « l’une des caractéristiques des réseaux de collecte est de faire de l’usager et de son comportement peu ou prou des éléments à part entière du réseau » (Martinand 1986, p. 79). La participation de l’usager du service d’enlèvement des ordures ménagères, sa mobilisation, est donc requise dès la fin du 19e siècle : la « fabrique de l’usager » (R. Barbier) et la « colonisation de ses comportements » (Y. Rumpala) trouvent leurs racines dans la naissance du réseau et de l’usager, à plus forte raison si l’on prend en considération les réactions peu enthousiastes des Parisiens en 1883 (Sandras 2011).

13La gestion urbaine se trouve bouleversée à partir des années 1970, à la faveur de la remise en cause du réseau comme dispositif technique de gestion par nature incompatible avec la mise en durabilité du métabolisme urbain (Coutard, in Coutard et Lévy 2010, p. 102). Si la technique de gestion urbaine est questionnée, on pourrait alors s’attendre à ce que l’organisation verticale et la relation de service évoluent également. Dans quelle mesure l’habitant-usager participe-t-il à la gestion urbaine de façon distincte depuis les années 1970 ? La mise en durabilité de la gestion urbaine a-t-elle été accompagnée par une reconfiguration du rôle de l’usager, une nouvelle forme de participation ?

L’écocitoyen et la gestion urbaine à l’aune de la mise en durabilité : l’éclatement du triptyque technique – organisation – service :

  • 4 http://www.reduisonsnosdechets.fr/particuliers, consulté le 05 septembre 2014.
  • 5 Plaquette de communication Ademe, 2011, Le compostage domestique, MEDDE.

14On pourrait opposer à la figure de l’usager-utilisateur inventée 19e siècle, celle de l’écocitoyen, « éco-acteur », née à partir des années 1980 en ce qui concerne la gestion des déchets, avec la mise en place progressive d’une collecte sélective des ordures ménagères, et à plus forte raison, à partir des années 2000, avec l’irruption de la prévention des déchets. Or, si l’on s’en tient au discours de l’acteur public, la « relation de service » n’a pas vraiment évolué : tous égaux face au service, nous sommes aujourd’hui tous responsables de son bon fonctionnement : la campagne nationale « Réduisons vite nos déchets, ça déborde », lancée par le MEDDE et mise en œuvre par l’ADEME, donne le ton en matière de sensibilisation à la réduction des déchets depuis 2005. « La réduction des déchets c'est l'affaire de tous (...). Si chacun agit à son niveau et de concert, quel que soit son statut, la tendance pourra alors favorablement s'inverser »4 ; « Chacun d’entre nous désire, à son niveau, faire un geste pour l’environnement »5, les exemples sont légion.

15A la lumière de ce que nous avons développé plus haut, on peut considérer que l’écocitoyen n’est qu’un avatar de l’usager-utilisateur, pendant durable de l’usager du 19e siècle, en fait outil d’un système technique extérieur à lui. Ainsi, là où l’injonction à l’action reposait au 19e siècle sur une idéologie hygiéniste, elle est aujourd’hui prononcée au nom d’une idéologie environnementaliste, mais la logique sous-jacente reste la même : celle du propre contre le sale, de l’ordre contre le désordre. Il faut ainsi mettre en ordre ce qui apparaît comme désordonné et potentiellement nuisible, dans le futur (« ça déborde »), aux sociétés humaines (Douglas 1992). Par ailleurs, « L’augmentation du nombre de campagnes gouvernementales nous implorant de « réduire, réutiliser et recycler » n’a pas seulement donné une place à nos pratiques quotidiennes dans la crise globale du déchet, celles-ci ont également impliqué nos corps. En problématisant ce que nous devrions faire avec nos déchets, ces campagnes ont aussi soumis les individualités » (Hawkins in Monsaingeon 2014, p. 202). La mobilisation des usagers renverrait ici à une acception militaire : un enrôlement (Rumpala 1999).

  • 6 Nous ne détaillerons pas ici les formes du discours et l’ambiguïté de « l’action » telle qu’évoquée (...)

16Nous n’observons pas de rupture dans la relation de service, si ce n’est que le développement des technologies de communication a permis une multiplication des supports, une intensification des injonctions, et une « colonisation » accrue, qui renverrait à une participation passive de l’écocitoyen6.

  • Du point de vue de l’organisation, de nouveaux acteurs sont apparus depuis les années 1980 : entreprises de recyclage, éco-organismes, mais aussi micro-sociétés de conseil en développement durable (on en compte plus d’une dizaine en Île-de-France). Cependant, si l’on se place du point de vue de l’usager-écocitoyen, le monopole de l’acteur public s’est trouvé renforcé par la mise en durabilité ; le rôle des communes et intercommunalité s’est renforcé depuis la mise en place du tri (Barbier et Larédo 1997), la prévention accentuant ce processus : les communes ou communautés mettent en œuvre les orientations politiques prises au niveau européen et national (Grenelle de l’environnement et, plus récemment, le tout nouveau Plan déchet 2014-2020) qui dictent les politiques qui doivent être mises en œuvre aux échelons territoriaux inférieurs. Ces orientations relayées et financées par l’ADEME et la Région, et enfin les collectivités locales qui, pour légitimer leurs mesures de prévention, évoquent systématiquement les décisions prises par le MEDDE. Ainsi, l’organisation est toujours verticale et monopolistique, renforcée par la multiplication des programmes et autres plans (Plan régional ou départemental de prévention des déchets, Programme local de prévention, Agenda 21, etc.).
  • Si la relation de service et l’organisation de la gestion urbaine semblent avoir peu évolué dans leur logique, il n’en est pas de même pour la troisième pièce de puzzle, la technique. La gestion urbaine repose aujourd’hui sur des dispositifs hybrides, dans un contexte général d’hésitation sur la « bonne technique » à adopter. D’un côté, la technique infrastructurelle en réseau prédomine très largement, comme l’illustrent les nombreux projets en cours en Île-de-France : construction d’une usine de tri mécano-biologique à Romainville, renouvellement du site d’Ivry Paris 13e en centre de traitement multifilières, ou encore projet d’installation d’un quai de transfert et d’une usine de méthanisation au Blanc-Mesnil. D’un autre côté, la promotion d’une logique de proximité est également de mise, depuis le début des années 2000, et à plus forte raison avec le Plan de soutien au compostage domestique lancé en 2006, sous l’égide du premier Plan national de prévention des déchets (paru en février 2004). Selon le Conseil régional d’Île-de-France, gestion infrastructurelle et de proximité ne s’opposent pas. Les élus parlent d’ailleurs de la « priorité de la prévention : le développement de la méthanisation ne doit pas inciter à une production supplémentaire de déchets conformément à la logique de prévention (lutte contre le gaspillage alimentaire et compostage de proximité sur site) » (Rapport pour le Conseil Régional, Stratégie de développement de la méthanisation en Île-de-France, p. 64)7.
  • 8 Voir pour exemple le site du Syctom, http://www.syctom-paris.fr/edi/prevention/gesteutile.htm. L’im (...)
  • 9 Un chargé de mission du Conseil régional d’Ile-de-France nous a confirmé lors d’un entretien que le (...)

17Les documents institutionnels ont tendance à invisibiliser ces nouveaux dispositifs, en les mettant sur le même plan que tous les « gestes simples » à effectuer dans le cadre de la prévention des déchets8. De plus, le compostage de proximité appartient, dans la classification Ademe, au volet « prévention » et non à la « gestion »9, ce qui contribue à lisser également la complexité de leur mise en œuvre et de l’organisation sous-jacente, qui se surcroît a souvent lieu sur des espaces privés (en pied d’immeuble).

Source : ADEME/Plan régional de réduction des déchets en Île-de-France, 2010-2014, p. 7

18La collectivité met donc en valeur la capacité de ces dispositifs à réduire les déchets collectés par l’acteur public au sein de l’espace public, dans une logique comptable. Il faut donc souligner ici que ces dispositifs connaissent une augmentation constante : opération 50 000 composteurs du Syctom, et plus largement intégration systématique d’un programme de compostage de proximité dans les Programmes locaux de prévention qui couvrent la plupart des collectivités franciliennes.

  • 10 Il ne faut pas sous-estimer la complexification et les nouveaux acteurs en jeu, nous y reviendrons (...)

19Ainsi, si la mise en durabilité de la gestion urbaine se concrétise bien par la mise en place de nouvelles techniques (1er volet du triptyque de la gestion urbaine), on ne note pas vraiment de rupture dans le mode d’organisation10 et la relation de service (2e et 3e volets), mais plus un renforcement de l’organisation verticale héritée de la Révolution industrielle, qui conforte la figure d’un usager des réseaux, autrement dit une participation passive de l’habitant – qui peut être « virtuose » (Toussaint, in Renauld 2012), mais n’en demeure pas moins utilisateur d’un dispositif technique. Nous avons ici explicité un hiatus patent dans la gestion urbaine : on délivre à l’écocitoyen discours pour le faire agir sur une gestion urbaine dont la structure même l’exclut d’emblée de la participation à la technique et à l’organisation.

20Cependant, nous n’aurions pas pu percevoir ce hiatus si la mise en durabilité n’avait pas eu des effets, en l’occurrence sur le versant technique de la gestion urbaine : c’est parce qu’il existe de nouvelles techniques de gestion urbaine, grains de sable dans la mécanique réticulaire de la gestion urbaine, que ces paradoxes affleurent. Les dispositifs de compostage de proximité donnent à voir un habitant-acteur qui ne se superpose plus à l’usager-utilisateur (si tant est qu’ils aient pu être un jour complètement confondus).

21En prenant en charge l’installation et la gestion du dispositif, l’habitant est également à la tête d’une organisation originale, et devient ainsi acteur de la gestion. La mise en durabilité n’est donc pas qu’un discours normatif mais passe bien par une évolution, même timide, des techniques de gestion et une remise en cause du réseau. Dès lors, il apparaît important d’observer de plus près ces techniques alternatives, qui révèlent des degrés divers de participation et de mobilisation des habitants.

Les techniques alternatives de gestion des biodéchets : une participation active de l’habitant à la gestion urbaine

  • 11 Qui incluent les déchets fermentescibles de cuisine et les déchets verts (classification institutio (...)

22Nous nous intéressons ici aux biodéchets des ménages11, pour brosser à grands traits les principales caractéristiques des dispositifs de gestion qui existent aujourd’hui sur le territoire francilien en matière de gestion habitante des déchets : dans quelle mesure ce dernier participe-t-il à la gestion urbaine, et intervient-il dans le triptyque décrit plus haut : dispositif technique, organisation et service ?

23On observe en Île-de-France, trois grands types de dispositifs alternatifs au réseau, dits de « compostage de proximité » : le compostage de quartier, le compostage en pied d’immeuble et le compostage individuel. Nous laissons ce dernier de côté, car il suit la même logique, du point de vue technique, que le compostage en pied d’immeuble, sans revêtir la dimension collective – et donc organisationnelle – qui nous intéresse ici.

  • 12 Ordif, Fiche départementale Paris, données 2011 actualisées en 2013. http://www.ordif.com/public/fi (...)
  • 13 Le cas de Paris concerne l’urbain dense, le compostage individuel de jardin y est quasiment inexist (...)

24Notons d’ores et déjà que ces 3 dispositifs concernent très peu de Franciliens : l’ORDIF estime à 43 00012 le nombre de foyers qui compostent, chiffre très imprécis, mais qui donne un ordre de grandeur. Pour le cas de Paris, 231 immeubles sont officiellement équipés de composteurs à Paris au 30 octobre 2014 ; il est impossible de connaître précisément le nombre d’habitants qui compostent par immeuble, les résidents eux-mêmes ne le sachant pas précisément. Nous pouvons cependant estimer que sur les 2,2 millions d’habitants parisiens, entre 1500 et 4000 compostent en pied d’immeuble, fourchette encore une fois extrêmement large, mais qui donne un ordre de grandeur. Le premier compost de quartier a vu le jour en juin 2014 dans le 12e arrondissement – un autre est en projet depuis 2009 dans le 13e arrondissement, auquel 150 familles participent. Retenons également que le premier immeuble parisien a été officiellement équipé de composteurs par la mairie de Paris en 2008 : l’opération a donc pris une ampleur considérable en quelques années, et la tendance s’accentue en 2013 et 201413.

25Fabricants de composteurs, sociétés de conseil en développement durable, sociétés fabricants les outils (le « Brass compost »® notamment, outil servant à touiller le compost), le compostage de proximité et peu visible du point de vue de l’acteur public, mais mobilise bien au-delà de l’habitant ; il incite dès lors à prendre au sérieux ce timide mouvement vers une gestion urbaine territorialisée.

La gestion urbaine de l’habitant-usager

  • 14 22 entretiens exploratoires d’une durée moyenne d’une heure ont été réalisés entre avril et juin 20 (...)

26Les tableaux ci-dessous, réalisés à partir d’observation et d’entretiens exploratoires14, visent à montrer les différentes positions de l’habitant-acteur dans de la gestion urbaine.

27Le tableau précédent synthétise la gestion en réseau. Que sa collectivité ait ou non mis en place une collecte séparée des biodéchets, la participation de l’habitant à la gestion est la même : son geste consiste à fournir, en amont, la matière, dans sa poubelle à ordures ménagères ou dans une poubelle réservée aux biodéchets. Il est, comme on l’a vu plus haut, l’outil d’un dispositif technique sur lequel il n’a pas prise. Le contenu de la poubelle est vidé dans un camion-benne et acheminé vers un centre d’incinération, un centre d’enfouissement ou une plateforme de compostage ou de méthanisation, ou encore un centre de tri mécano-biologique ou de tri-compostage. La matière produite (biogaz ou compost) est ensuite vendue à des acteurs économiques. Notons cependant qu’en grande couronne, certaines collectivités proposent une distribution de compost à leurs habitants, qui peuvent aller le récupérer sur la plateforme de compostage de la commune ou de l'intercommunalité.

28On retrouve, dans le compostage en pied d’immeuble, le triptyque de la gestion urbaine, cette fois pris en charge par l’habitant.

  • Du point de vue de la technique : le dispositif est un composteur de 600 L placé au pied de l’immeuble. La collecte se réalise en apport volontaire, les habitants apportant eux-mêmes leurs déchets collectés préalablement en cuisine, à l’aide des « bioseaux ». Ainsi, la dimension gestuelle se substitue la dimension infrastructurelle de la technique, la circulation de la matière point à point remplace la circulation en réseau.
  • En ce qui concerne l’organisation, un « référent-compost » ou « guide-composteur », habitant de l’immeuble, se charge de prévoir les retournements du compost (le compostage étant un processus aérobie qui nécessite un apport en oxygène) qui ont lieu tous les 3, 4 ou 6 mois (selon les sources, pas toujours concordantes). Ces retournements se font de façon collective, avec les voisins participant à l’opération. Le référent-compost doit également prévoir l’alimentation d’un second bac dit « de stockage », destiné à recevoir les réserves de matière carbonée (petites branches, copeaux de bois, etc., qu’il doit donc trouver par lui-même) à ajouter au composteur à chaque apport de déchets de cuisine. L’acteur public intervient tout de même dans de nombreux cas, lorsqu’il a mis en place un programme de développement du compostage domestique, pour financer les composteurs et réaliser avec les habitants une étude de faisabilité sur la résidence (via une prestataire de service, en général une société de conseil en développement durable). Le prestataire peut également effectuer un suivi de l’opération sur l’immeuble pendant les 6 à 9 premiers mois qui suivent l’installation des composteurs.
  • La relation de service est doublement présente : le référent compost apparaît comme la personne ressource auprès de laquelle s’informent les « néo-usagers ». Mais ce référent compost est souvent formé par la collectivité engagée dans un programme de compostage de proximité : une nouvelle relation de service avec l’acteur public émerge alors, qui repose sur un apprentissage de la technique.

29Le compostage de quartier est un dispositif hybride, qui se situe à mi-chemin entre le compostage industriel et le compostage en pied d’immeuble : les habitants ont souvent l’initiative de la mise en place, mais la collecte peut-être organisée par une association ou société de développement durable (comme dans le cas de « J’aime le vert », Scop qui organise une collecte à Alfortville, par exemple), ou en apport volontaire (cas de la maison des Associations à Paris, 12e arrondissement).

Degrés d’implication de l’habitant-acteur dans la gestion urbaine de proximité : l’exemple du « référent-compost »

30Le « référent-compost » ou « guide composteur » peut éventuellement passer par le service public pour acquérir des composteurs, auquel cas il suit une formation – délivrée par l’Ademe, via des « maîtres-composteurs » agréés par l’Ademe, dont les prestations sont rémunérées (ces maîtres composteurs peuvent être salarié de la collectivité ou en auto-entreprise).

  • 15 Voir http://compostaparis.blogspot.fr/, http://reimsdo.wordpress.com/(entre autres).
  • 16 blogs.paris.fr/ compost/(blog institutionnel lancée par la DPE parisienne)
  • 17 Extrait d’entretien. Sur le 10 habitants interrogés, 8 nous ont fait part de cet intérêt pour la ma (...)

31Quoi qu’il en soit, le référent-compost assure ou co-assure l’ensemble de la gestion. Etude de faisabilité, sensibilisation et information des habitants, gestion des outils, surveillance des apports, l’habitant responsable du compostage sur son immeuble se livre à un « travail » (le mot est prononcé dans nos entretiens) comparable à celui d’un chargé de mission. Autre indice de cette implication et de ces hybridations entre une action bénévole et une implication professionnelle, les référents-compost communiquent et échangent sur internet, en utilisant des blogs, dont ils ont l’initiative15 ou qui sont mis en place par la collectivité16 ; le travail de terrain exploratoire nous a montré que ce rôle de chargé de mission, cette prise de responsabilité constituait, avec l’intérêt pour la manipulation de l’outil, le plaisir de « créer de la terre et patauger dans la gadoue »17, et enfin le « lien social » avec les autres habitants, un pilier de la motivation de l’action de l’habitant sur la gestion urbaine : prendre en charge une technique et un service semble également être un moteur de l’action. Notons également que plusieurs habitants interrogés nous ont fait part de leur désir de se professionnaliser et devenir eux-mêmes « maîtres-composteurs », après plusieurs mois de pratique du compostage en pied d’immeuble.

32Les néo-usagers (terme que nous utilisons après nos observations, il n’est pas employé par les habitants), utilisateurs des composteurs mais non initiateurs de la mise en place, ont un degré d’implication moins important que le « référent-compost », une connaissance du procédé de compostage moins reconnue (parfois égale, mais ces habitants n’ayant pas suivi de formation semblent ne pas avoir la légitimité du référent-compost). Aux dires de ces derniers, le comportement des néo-usagers est souvent « incivique ». On observe ici un autre avatar de la figure l’usager du service public telle qu’elle est renvoyée par les institutions.

33Nous ne pouvons nous aventurer plus loin à ce stade de la recherche, mais pouvons néanmoins constater que ces nouvelles formes d’intervention sur la technique (ou réactivation de formes ancestrales de gestion) donnent à penser une participation à la gestion urbaine dont l’habitant a l’initiative, ce qui suppose une intention qui est de toute évidence d’un autre ordre que la seule protection de l’environnement telle qu’elle est promue par l’acteur public lorsqu’il s’adresse à l’écocitoyen. La mobilisation des habitants apparaît de façon spontanée, à l’initiative de l’habitant, et non des institutions. A rebours, il est intéressant de souligner, dans une perspective latourienne (Akrich 1989) que l’habitant ne sort pas indemne de son apprentissage et de la mise en œuvre de la technique du compostage : l’objet technique le construit aussi et le « mobilise » au-delà de ses intentions premières.

34Nos tableaux font également apparaître, plus qu’un système de gestion complètement autonome et déconnecté du système en réseau, une gestion hybridée, dans laquelle gestion de l’habitant et gestion de l’acteur public ne semblent pas s’opposer radicalement : création de blog par les institutions, services de formation au compostage, l’observation du dispositif alternatif mis en place par l’habitant a permis de révéler, en creux, une porosité des institutions à des modes d’organisation et à un service qui ont peu à voir avec les caractéristiques d’une gestion urbaine en réseau.

Conclusion et pistes de recherche

35D’un usager-utilisateur à un habitant-acteur, l’entrée par la gestion urbaine a permis de déconstruire le hiatus de l’écocitoyen acteur-passif en l’ancrant dans une gestion urbaine née au cours de la révolution industrielle. Cette première partie était indispensable pour nous permettre d’entrevoir, débarassés de l’image d’un usager intrinsèquement utilisateur, son action sur la technique. Nous avons ensuite pu faire émerger deux modes de participation habitante, entre utilisation et prise en charge de la technique et de l’organisation de la gestion urbaine ; deux modes de mobilisation surgissent également : une mobilisation par l’acteur public, et une mobilisation par les habitants eux-mêmes, qui assurent, lorsqu’ils prennent en charge les techniques de gestion, la communication et la sensibilisation de leurs voisins.

36La prise en charge de la gestion urbaine par l’habitant (ou réactivation de participations ancestrales) peut paraître éphémère et dérisoire par rapport à la gestion infrastructurelle en réseau. On aurait tôt fait de conclure que l’irruption du développement durable n’a pas vraiment fait évoluer ni les systèmes de gestion, ni la participation habitante, toujours largement fabriquée par l’acteur public, et que cette mise en durabilité n’est un écran de fumée qui masque un système encore largement basé sur des logiques réticulaires et fonctionnelles.

  • 18 Tant aux yeux des ingénieurs, que des élus et dans une certaine mesure, de l’opinion publique (l’im (...)

37Cette posture pose plusieurs problèmes. D’abord parce qu’elle est d’une certaine façon victime de l’idéologie du réseau ; le peu d’attention donné à ces nouvelles techniques réside certes dans leur caractère encore résiduel, mais elles sont aussi dissimulées derrière une organisation de la gestion des déchets dont le caractère encore monopolistique et réticulaire suit une logique fonctionnelle, donc comptable. Cette logique de « gros tuyaux » considère la gestion urbaine en termes de tonnages de matière transportée et transformée, de capacité de traitement, logique passant par toute une série d’instruments de mesure qui contribuent aussi à la conforter (Lascoumes et Le Galès 2004). Elle disqualifie ainsi ces techniques alternatives18 jusqu’à les rendre inexistantes dans de nombreux documents institutionnels (dont le Tableau de bord des déchets publié par l’Ordif).

38Deuxièmement, qu’elle soit vouée à rester résiduelle ou à disparaître, il est tout de même urgent de se saisir de cette mobilisation habitante qui revêt une grande valeur heuristique pour comprendre le système de gestion en réseau tel qu’il nous est donné à pratiquer depuis plus d’un siècle. La participation active de l’habitant et la mise en durabilité urbaine permettent d’éclairer, en creux et par comparaison, un système de gestion urbaine invisible jusqu’au tournant des années 1970, car totalisant. Le fait qu’il existe des techniques alternatives au réseau permet d’observer celui-ci avec un regard distancié : la mobilisation habitante est un objet de recherche qui contribue à déconstruire et démêler l’enchevêtrement des logiques et des acteurs du système de gestion urbaine mis en durabilité.

39Cette posture nous a déjà permis de faire apparaître une relation de service renouvelée, invisible d’un point de vue surplombant : rendre service à l’usager, c’est aussi le former à faire soi-même, en lui apprenant à composter. Du côté de l’habitant, une enquête ciblée sur un immeuble est nécessaire pour retracer en détail le processus technique par lequel les habitants fabriquent du compost : la notion de chaîne opératoire, mobilisée par les anthropologues, sera un outil méthodologique précieux pour déconstruire chaque étape du processus, donner à voir les savoirs que les habitants mobilisent, la façon dont ils les acquièrent et les interprètent, et en amont, le sens qu’ils donnent à leurs pratiques et à la durabilité.

40Le compostage de proximité est un « tout » ; cette expression revient quasi systématiquement dans nos entretiens, qu’ils concernent les habitants ou les institutionnels. Il s’agit bien de chercher, à présent, dans quelle mesure ces deux « tout » se rencontrent, c’est au point de croisement de la logique institutionnelle et de la logique habitante que l’on pourra trouver quelques éléments permettant de penser la mise en œuvre d’une gestion urbaine durable et territoriale.

Bibliographie

Références

AKRICH M., 1989, « La construction d’un système socio-technique. Esquisse pour une anthropologie des techniques », Anthropologie et Sociétés, vol. 13, n. 2, p. 31.

BARBIER R., 2002, « La fabrique de l’usager. Le cas de la collecte sélective des déchets », Flux, vol. n° 48-49, n. 2, p. 35-46.

BARBIER R. et LAREDO P., 1997, L’internalisation des déchets : le modèle de la communauté urbaine de Lille, Paris, France, Économica, 111 p.

BARLES S., 2005, L’invention des déchets urbains : France, Seyssel (01420), France, Champ vallon, 297 p.

BARLES S., 2013, « Socio-ecological trajectories : the urban dimension. Paris, 18th-20th centuries », in Actes du colloque de l’European Society for Ecologicales Economics, Ecological Economics and Institutional Dynamics, Lille, 17-21 juin 2013.

BELLIOT M., CHOCAT B. et LE FUR S., 2013, Urbanisme et services publics urbains : l’indispensable alliance, ASTEE Paris, 154 p.

COUTARD O. et LEVY J.-P., 2010, Écologies urbaines, Paris, France, Economica/Anthropos, 371 p.

COUTARD O. et PFLIEGER G., 2002, « Une analyse du rôle des usagers dans le développement des services de réseaux en France », Entreprises et histoire, vol. 30, n. 3, p. 136-152.

CURIEN N., 1993, « Réseau : du mot au concept », Flux, vol. 9, n. 13, p. 52-55.

DOUGLAS M. et DE HEUSH L., 1992, De la souillure : essai sur les notions de pollution et de tabou, Paris, France, Ed. La Découverte, 1992, 193 p.

FISHER-KOWALSKI M., 1998, « Society’s Metabolism », Journal of Industrial Ecology, vol. 2, n. 1, p. 61-78.

GOFFMAN E., 1973, La mise en scène de la vie quotidienne, Paris, France, Éd. de Minuit, impr. 1973, 251 p.

GUMUCHIAN H., GRASSET E., LAJARGE R., ROUX E., 2003, Les acteurs, ces oubliés du territoire, Paris, France, Anthropos : Economica (diff.), 186 p.

HAWKINS G., 2006, The ethics of waste : how we relate to rubbish, Lanham (Md.), Etats-Unis, Royaume-Uni, Canada, 151 p.

JEANNOT G., 1998, Les usagers du service public, Paris, France, Presses universitaires de France, impr. 1998, 126 p.

JUGIE J.-H., 1993, Poubelle-Paris : 1883-1896, Paris, France, Larousse : Sélection du Reader’s digest, 288 p.

LASCOUMES P. et LE GALES P., 2004, Gouverner par les instruments, Paris, France, les Presses Science Po, 370 p.

LATOUR B., 1992, Aramis ou L’amour des techniques, Paris, France, Éd. la Découverte, 241 p.

MARTINAND C., 1986, Le Génie urbain. Rapport au ministre de l’Équipement, du logement, de l’aménagement du territoire et des transports, Paris, La documentation française, 304 p.

MERLIN P. et CHOAY F. (dir.), 2010, Dictionnaire de l’urbanisme et de l’aménagement, Paris, France, Presses universitaires de France, xxix + 843 p.

RENAULD V., 2012, Fabrication et usage des écoquartiers français : éléments d’analyse à partir des quartiers De Bonne (Grenoble), Ginko (Bordeaux) et Bottière-Chénaie (Nantes), Thèse de doctorat, EVS - Environnement, Ville, Société, France.

RUMPALA Y., 1999, « Le réajustement du rôle des populations dans la gestion des déchets ménagers. Du développement des politiques de collecte sélective à l’hétérorégulation de la sphère domestique », Revue française de science politique, vol. 49, n. 4, p. 601-630.

SANDRAS A., 2011, « Eugène Poubelle mis en boîte », Histoire urbaine, vol. 31, n. 2, p. 69-91.

SIMONDON G., 2012, Du mode d’existence des objets techniques, Paris, France, Aubier, impr. 2012, 367 p.

Notes

1 Les résultats exposés dans cette communication sont le fruit d’un terrain exploratoire mené dans le cadre d’une thèse commencée en novembre 2013, dirigée par Sabine Barles (Géographie-cité/CRIA) et Romain Lajarge (UMR Pacte), « En marge du réseau : l'habitant-usager acteur des nouvelles techniques de gestion urbaine. Le cas du compostage des déchets organiques ».

2 Nous envisageons ici la gestion urbaine comme une « intermédiation », idée à l’origine attachée à la notion de réseau telle que la définit Nicolas Curien (Curien, 1993) – dans une perspective économique. Son approche, et notamment ce tryptique, nous intéresse à un premier niveau pour souligner l’idée que la gestion urbaine, comme le réseau, est une interaction.

3 En s’inscrivant aux confins de l’anthropologie des techniques et de l’urbanisme (Latour, 1992 ; Simondon, 2012), notre approche requiert de postuler l’habitant-usager comme un acteur à part entière, dans le sillage d’Anthony Giddens qui les définit des individus « capables de comprendre ce qu’ils font, pendant qu’ils le font », dont l’action est motivée par une réflexivité, une compétence, une « stratification du soi-agissant » (A. Giddens, in Gumuchian et al., 2003, p : 31).

4 http://www.reduisonsnosdechets.fr/particuliers, consulté le 05 septembre 2014.

5 Plaquette de communication Ademe, 2011, Le compostage domestique, MEDDE.

6 Nous ne détaillerons pas ici les formes du discours et l’ambiguïté de « l’action » telle qu’évoquée par l’acteur public, mais renvoyons plutôt aux travaux de Rémi Barbier, dont les thèses se trouvent du reste renforcées par l’irruption du discours de prévention (« le meilleur déchet est celui qu’on ne produit pas »), qui étend la fabrique de l’usager, en sus du tri, à tous les domaines de la vie quotidienne.

7 http://www.iledefrance. fr/sites/default/files/mariane/RAPCR16-14RAP. pdf

8 Voir pour exemple le site du Syctom, http://www.syctom-paris.fr/edi/prevention/gesteutile.htm. L’imagerie enfantine et la multiplication des verbes d’action listés sur la page ont tendance à lisser la complexité du compostage – cf. en bas à droite – mis sur le même plan que d’autres gestes effectivement moins engageants, comme l’impression recto-verso des feuilles de papier. Le Syctom est le principal syndicat de traitement d’Île-de-France couvrant peu ou prou Paris et sa première couronne, soit 48 % de la Région en termes de tonnages de déchets produits (source : Ordif). On remarque exactement le même lissage en première page du PREDIF (Plan régional d’élimination des déchets d’Île-de-France), disponible sur : http://www.ordif.com/repository/257/2579183347/16083495.pdf

9 Un chargé de mission du Conseil régional d’Ile-de-France nous a confirmé lors d’un entretien que le compostage se situait en amont de l’apparition du déchet, à gauche des pointillés verticaux, symbolisant son apparition. Autrement dit, hors de la prise en charge par l’acteur public, le déchet n’existe pas, pas plus que la gestion des déchets.

10 Il ne faut pas sous-estimer la complexification et les nouveaux acteurs en jeu, nous y reviendrons en conclusion mais du point de vue de l’usager, la logique d’ensemble reste la même.

11 Qui incluent les déchets fermentescibles de cuisine et les déchets verts (classification institutionnelle en vigueur, article R. 541-8 du Code de l’Environnement).

12 Ordif, Fiche départementale Paris, données 2011 actualisées en 2013. http://www.ordif.com/public/fiche/75-paris.html ?rub=16339&id=16340.

13 Le cas de Paris concerne l’urbain dense, le compostage individuel de jardin y est quasiment inexistant, le compostage en pied d’immeuble surreprésenté par rapport au périurbain. Il s’agit ici d’un exemple qui n’est pas représentatif de l’Île-de-France.

14 22 entretiens exploratoires d’une durée moyenne d’une heure ont été réalisés entre avril et juin 2014, auprès de techniciens de collectivités franciliennes, d’élus et d’habitants.

15 Voir http://compostaparis.blogspot.fr/, http://reimsdo.wordpress.com/(entre autres).

16 blogs.paris.fr/ compost/(blog institutionnel lancée par la DPE parisienne)

17 Extrait d’entretien. Sur le 10 habitants interrogés, 8 nous ont fait part de cet intérêt pour la manipulation de la matière.

18 Tant aux yeux des ingénieurs, que des élus et dans une certaine mesure, de l’opinion publique (l’image du bobo compostant ses déchets paraît peu « sérieuse » face à une usine de traitement).

Table des illustrations

Légende Source : ADEME/Plan régional de réduction des déchets en Île-de-France, 2010-2014, p. 7
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/174/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/174/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 329k
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/174/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/174/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 279k

Auteur

Doctorante en géographie, Université Paris I, UMR Géographie-cités 8504, CRIA

© Carrières Sociales Editions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540