Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et quartiers durables : la place des habitants

 | 
Pascal Tozzi

4ème partie : Focus sur des technologies « impliquantes », leviers et freins dans la participation

L’habitant, acteur du logement « durable » ? Le cas de constructions individuelles écologiques et à haute performance énergétique en Alsace

Marie Mangold

Texte intégral

1Dans une perspective de développement durable, tel qu’il est défini par le rapport de Brundtland (1987), la construction de logements individuels et collectifs est principalement orientée vers une réduction des dépenses énergétiques. Cette dernière est donnée à voir dans des éco-quartiers et des projets « modèles », alliant prouesses architecturales et performances énergétiques. Le contrepoint de cette vitrine de projets-phares repose dans son caractère techno-centré : « les technologies ou dispositifs sont pensés indépendamment des cultures et font fi des particularités des acteurs, des systèmes et des environnements auxquels ils s’adressent » (Zélem 2010, p. 13). En parallèle de ce focus énergétique, on observe l’élaboration de consignes, « une pensée moralisante » et « un apprentissage à "bien habiter" son logement » (Roudil 2014), impactant directement l’habitant dans son quotidien. De fait, la question de l’habitant au sein de ce développement d’un champ de logement « durable » se comprend en relation aux injonctions au citoyen actif, à situer plus largement dans un processus de gouvernementalisation de la consommation et des conduites (Rumpala 2010). A l’échelle individuelle de la consommation durable et de l’éco-citoyenneté, les habitants sont intimés à adapter leurs comportements et choix de vie aux nouvelles recommandations légitimées par la notion de « bien commun » à préserver. Dès lors, quelle est la place de l’habitant recevant la consigne d’éco-citoyenneté, et comment se l’approprie-t-il ou non ?

2En regard du dispositif technique incitant l’habitant à adopter des comportements sobres en énergie, nous questionnons les marges de manœuvres individuelles pour négocier et résister à ce cadre normatif s’insinuant dans le quotidien. Nous interrogeons par conséquent les possibilités d’action des habitants, car nous estimons qu’ils participent à l’avènement d’une « ville durable », dont ils sont les acteurs par leurs réflexions et choix d’habitat et de consommation, pouvant même traduire pour certains d’entre eux un engagement environnementaliste (Emelianoff 2010). Nous cherchons ainsi à faire émerger leurs propres appropriations de la durabilité et des dispositifs techniques en lien avec cette dernière, en nous situant hors des lectures plus classiques sur les mobilisations associatives (Barbier 2012) et/ou le cadrage de la participation par les décideurs locaux (Blondiaux 2001), grâce à une réflexion sur l’échelle de l’habitat.

  • 1 Le Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie comprend ainsi un volet « bâti (...)

3Impulsées au courant du XIXe siècle par la question ouvrière et le maintien de l’ordre social, les politiques du logement se sont succédées en s’institutionnalisant jusqu’à l’industrialisation de la production de logements au courant du XXe siècle (Flamand 2001). Bien qu’elles aient adopté des orientations différentes, leur objectif est de faire évoluer la société via l’habitat. En effet, le logement a continuellement été utilisé et perçu comme l’outil vecteur d’un changement social, un instrument de régulation sociale et territoriale (Lévy et Fijalkow 2010). A la suite de la montée en puissance dans les années 1970 du concept d’« environnement », co-construit politiquement et scientifiquement (Theys 2010), puis de celui de développement durable, les politiques du logement se sont progressivement et tardivement vues investir par des problématiques environnementales1. Etudié généralement sous l’angle des « éco-quartiers » et de l’évaluation des politiques publiques, nous proposons ici une contribution sur l’habitat « durable » à l’échelle de constructions individuelles récentes et s’inscrivant dans des politiques environnementales et de logement actuelles, en mettant en lumière les liens entre trajectoires résidentielles, choix d’habitat et modes de vie.

4Notre raisonnement se dépliera en trois temps. Nous présenterons d’abord brièvement certains éléments de contexte sur l’émergence au concret du logement « durable ». Puis, nous interrogerons le processus de normalisation des conduites des habitants à travers l’appropriation des innovations techniques intégrées au logement, permettant d’évoquer la construction d’une « expertise habitante ». Enfin, nous aborderons la question des modes de vie « durables » et les différents registres de justification ressortant des discours des ménages enquêtés, en les inscrivant au sein de trajectoires biographiques. Ceci nous conduit à considérer la « durabilité » au sein de l’habitat comme un mot d’ordre ne prenant sens dans le discours de l’habitant que dans la conciliation de différentes valeurs et motivations, loin de toute formulation unique et linéaire.

  • 2 Cette thèse prend place au sein d’un projet de recherche collectif nommé CIMBEES (Conception et ind (...)
  • 3 Selon l’Insee, l’Alsace se caractérise par l’importance de son espace périurbain, couvrant 60 % du (...)

5Nos analyses s’appuient sur une enquête qualitative conduite dans le cadre de notre thèse2, retenant pour terrain l’Alsace et fondée sur différents matériaux : de nombreuses observations (portes ouvertes, réunions avec des constructeurs, évènements autour du bâtiment), l’analyse de la documentation sur les projets immobiliers, le suivi de la presse locale (Logic Immo, Hopla Immo) et nationale (Batiactu), la visite de salons de l’habitat, ainsi que 56 entretiens semi-directifs dont 16 exploratoires, 12 avec des promoteurs, constructeurs ou architectes, 13 avec des acteurs « intermédiaires » (bailleurs sociaux, acteurs institutionnels, collectivités locales etc.) et 15 entretiens biographiques avec des acquéreurs ou futurs acquéreurs de logements « écoconstruits » en zone périurbaine3 ou dans des communes plus isolées des grands pôles urbains.

Le logement, une focale pour saisir la concrétisation de la « durabilité » urbaine

  • 4 Nous utiliserons ici indifféremment les expressions de « logement durable » ou d’« éco-construction (...)
  • 5 Source : http://www.observatoirebbc.org/site/accueil/bilan (consulté le 30/01/2015)
  • 6 Ce ne sont pas des maisons catalogues mais des maisons d’architectes ou de constructeurs, individua (...)

6Le logement « durable »4 est un champ très évolutif, au sein duquel nous abordons véritablement des démarches en cours. L’Observatoire des Bâtiments Basse Consommation – BBC – fait état de 408 000 logements certifiés BBC-Effinergie au 31 décembre 2014 en France (dont 77 200 logements individuels), indiquant à titre de comparaison que 11 450 logements ont été certifiés chaque mois durant l’année, tandis qu’en 2011 ils étaient au nombre de 2 100 et de 7 000 en 20125. Cette logique exponentielle de labellisation concorde avec l’établissement de critères de performance énergétique comme arguments de vente ou d’investissement (Espaces et sociétés 2011, p. 201-207). De fait, le contexte d’émergence du terme de « logement durable » est pour une bonne part celui d’une réglementation reflétant un engagement politique sur des enjeux avant tout énergétiques. Plus concrètement, en 2011, Sophie Némoz faisait référence à trois types de stratégies collectives au sein du logement « durable » : les « francs-tireurs » de l’éco-construction à la campagne, les pouvoirs publics à l’initiative de projets innovants et érigés en « modèles », et les industries de maisons préfabriquées. Or, il apparaît, au vu du développement récent d’une offre de constructeurs et d’architectes dans le domaine de l’éco-construction, que cette classification a évolué pour laisser place à des projets de constructions individuelles se situant dans une offre immobilière « classique » tout en intégrant en partie une réflexion écologique. Ces projets se distinguent sur deux plans ; d’un côté, par le fait qu’ils sont non standardisés6, et font modèle, non tant pour les politiques publiques locales que pour les constructeurs se renouvelant dans ce domaine ; et de l’autre, parce qu’ils touchent de futurs acquéreurs voulant investir dans une maison éco-construite, mais sans opter pour l’auto-construction et la recherche de techniques traditionnelles de construction. Cette évolution rapide se comprend en regard de la production de normes et de labels, nouveaux moyens de l’Etat pour réguler les conduites individuelles et collectives (Bergeron et al. 2014) : en France, la norme BBC est obligatoire pour les nouvelles résidences depuis 2012, et en 2020 les bâtiments devraient être à énergie positive – norme Bépos. De plus, les entreprises du bâtiment, leviers de l’action publique qui conditionnent l’accessibilité de l’offre aux ménages, ont un rôle essentiel dans la diffusion du « logement durable » et des innovations afférentes. Sur ce plan, certaines réticences à l’évolution des modes d’organisation (Zélem 2010) sont progressivement dépassées via des formations spécifiques pour la construction de maisons labellisées.

  • 7 Analyse des encarts publicitaires des numéros du magazine LogicImmo de janvier à octobre 2014, port (...)
  • 8 LogicImmo, n° 241, Bas-Rhin, 04/2014 : 71.
  • 9 LogicImmo, n° 248, Bas-Rhin, 09/2014 : 84.
  • 10 Les autres critères mis en avant dans les précédents numéros sont : maison ossature bois, extension (...)
  • 11 Règlementation thermique 2012 : règlementation thermique en vigueur, elle correspond à un engagemen (...)
  • 12 LogicImmo, n° 248, Bas-Rhin, 09/2014 : 89.

Afin de donner un exemple de l’évolution des offres de constructeurs et architectes et de l’actualité de ces enjeux, en Alsace, on relève dans la publication régionale immobilière LogicImmo7 les modifications d’encarts publicitaires de constructeurs tels que Maisons Hanau, entreprise fondée en 1966, qui met en avant les nouvelles performances énergétiques de ses réalisations comme « Première maison positive de France labellisée BEPOS-Effinergie et certifiée NF HQE »8, faisant même des performances énergétiques de ses maisons une boutade en lançant l’interrogation « Passive ou positive ? »9. On peut aussi citer le cas de l’entreprise Avenir & Bois, constructeur de maisons à ossature bois, qui s’affiche dans dix des onze numéros du Bas-Rhin étudiés, et s’adapte régulièrement ; ainsi, à partir du numéro de juillet 2014 ajoute-t-elle être « fabricant labellisé de maisons passives »10, et en septembre 2014, elle organise des journées portes ouvertes comprenant des « conférences sur la RT 201211 et la maison passive »12. Autre indicateur corrélatif, la « Fédération française de la construction passive », qui regroupe plusieurs entreprises (entre autres, La Maison Innovante, Maison Voegelé-Chloé, Macc 3 Innovalys…) construisant tout ou en partie aux normes de bâtiment passif, occupe un stand au salon spécialisé énergie-habitat de Colmar en 2014, ce qui n’était pas le cas l’année précédente

Choix et appropriations d’innovations techniques : la construction d’une « expertise habitante » ?

  • 13 Gaz à effet de serre.

7Les innovations techniques produites en vue d’améliorer, d’une part, la performance énergétique des bâtiments et, de l’autre, de les intégrer dans une réflexion émergente sur les impacts environnementaux de la construction – notion d’« empreinte environnementale », sont nombreuses et en constante évolution. Systèmes de construction, de chauffage, de ventilation contrôlée et autorégulée, matériaux utilisés pour l’ossature, l’isolation, construction bioclimatique, vitrage des fenêtres, installation d’équipements solaires afin de chauffer l’eau ou de produire de l’énergie, domotique, préfabrication en atelier : un ensemble complexe d’éléments et de choix techniques s’offre au futur habitant, qui, de fait, se retrouve alors souvent à réaliser des compromis entre surface désirée, performance énergétique et qualité environnementale des matériaux. Ceci fait écho à la reproduction d’un modèle d’éco-pouvoir (Lascoumes 1994), de savoirs technocentrés définis par les experts, ingénieurs et techniciens imposant leur propre vision de la place de l’environnement. A l’image de l’institutionnalisation de l’environnement s’étant produite en opposition aux critiques de savoirs techniques et scientifiques sur la nature des premiers militants écologistes, l’institutionnalisation du logement « durable », avec une standardisation industrielle des innovations, relègue à l’arrière-plan l’éco-construction des premiers militants désirant un habitat « alternatif ». Ce recours à la technologie « verte » et aux innovations s’inscrit également au sein d’un « néo-hygiénisme », intégrant « de nouvelles "émissions" à combattre, bien que parfois invisibles et inodores » (Tozzi 2013, p. 102), dont font partie les émissions de GES13 et les polluants atmosphériques ayant un impact sur la santé. Ainsi le logement qualifié d’insalubre n’est-il plus seulement celui privé, comme l’énonçait le crédo hygiéniste, « d’air, de lumière et d’espace », mais également celui rejetant des polluants nocifs et consommant une énergie non « propre », c’est-à-dire non renouvelable.

  • 14 A ce titre, la Maison Passive France organise chaque année en novembre des journées portes ouvertes (...)

8Cependant, l’habitant n’est plus incité à une attitude passive, comme il l’était par le modèle énergétique centralisé en France construit autour de réseaux de gaz et d’électricité (Zélem 2010). Au contraire, la construction d’un logement en développement durable l’invite voire le contraint à la réflexion. Face à ces nouvelles injonctions, notamment à la « sobriété énergétique » (Roudil 2014) les habitants enquêtés se sont informés longuement, via des magazines ou des livres consacrés à l’éco-construction, sur des sites Internet, en visitant des maisons témoins14, et sont devenus familiers de techniques de construction innovantes. Pour le couple K., en cours de projet au moment de l’entretien, les choix s’avèrent compliqués :

« Ca fait bien un an et demi qu'on est en galère sur la définition du chauffage de la maison : la géothermie, l'aérothermie, du fuel, du gaz, de l'électrique, du mix, du combiné… j'ai passé des heures épouvantables de recherche et de recherche. » (Homme, 38 ans, cadre dans la fonction publique, Horbourg-Wihr, près de Colmar, 25/02/2013).

9Au cours de la visite de la maison nous est apparue une pièce nouvelle, pièce-maîtresse de la maison éco-construite : le local technique. Quelques mètres carrés où se côtoient VMC double-flux, puits canadien, chauffe-eau thermodynamique, tableau électrique, échangeur thermique, variant selon les choix d’équipements.

Image 1 : Deux exemples de locaux techniques de maisons passives. Source : Marie Mangold, août 2014

  • 15 La VMC double-flux autorégule le renouvellement de l’air en insufflant de l’air frais dans les pièc (...)

10Dès lors, peut-on qualifier l’habitant gestionnaire de cet outillage technique d’acteur d’un processus d’« expertise habitante », compris comme le transfert d’un savoir produit par des experts au sein d’« espaces de normalisation technique » (Cauchard 2013) ? Selon nous, ce serait négliger l’appropriation différenciée de ces innovations conduisant les habitants à les mettre en pratique d’après leur propre « savoir habiter », c’est-à-dire leur savoir vécu et « profane » de ce qui constitue la « bonne » utilisation de tel ou tel équipement technique. L’exemple des appropriations de la Ventilation Mécanique Contrôlée (VMC) double-flux15 est éloquent à ce sujet. Pour le couple P., venant d’emménager, la VMC sera la « chaudière » de leur maison passive, mais aussi la garantie d’un air « sain », et ils la laissent donc tourner en continu :

« [Homme] : Il y a trois vitesses, selon que [la maison] est inoccupée c'est vitesse 1, vitesse 2 c'est quotidien, et si on reçoit beaucoup de monde il y a une vitesse 3, surtout pour éliminer le CO2, c’est un gaz mortel...
[Femme] : Si je suis en plein été et qu'il fait 40° et que j'ouvre ma fenêtre la chaleur va rentrer, donc après quand je ferme il va faire 25 puisque c'est super isolé, donc je mets la VMC en vitesse 3. Et en hiver quand le froid va rentrer ça sera pareil, je mettrai la VMC plus fort pour que ça aille plus vite à réchauffer ». (Couple P., femme, 40 ans, cadre bancaire, homme, 38 ans, technicien informatique, Hochfelden, ouest Haguenau, 27/08/2014).

11D’autres enquêtés, à l’inverse, ne font pas confiance à cet équipement et se posent des questions sur la qualité de l’air intérieur de la maison :

« Moi je suis pas trop à l'aise avec la VMC double-flux c'est [mon mari] qui la voulait vraiment pour des problèmes d'isolation et d'économies de chauffage. Mais moi dès que je peux j'ouvre, je trouve qu'on a quand même beaucoup d'odeurs. Moi je sais pas comment faire confiance, je sais pas si ça suffit à ce que l'air soit bien renouvelé, les filtres on n’est pas très précis… on les change pas très régulièrement, je me dis si il y a des choses qui s'encrassent dans les tuyaux... » (Femme, 33 ans, enseignante, Surbourg, nord Haguenau, 18/10/2014).

12La VMC double-flux contredit les représentations courantes d’un air « sain », liées au fait d’ouvrir les fenêtres :

« Je dois tout le temps me dire faut penser que ça va s'aérer sur 24h et pas tout de suite. Parce que moi j'ai toujours le réflexe, on ouvre la fenêtre on sent un air frais d'un coup, et ça on l'a jamais finalement. Parfois ça me manque. Je suis contente quand il y a le printemps [mon mari] ne râle plus quand j'ouvre les fenêtres ! » (Ibid.)

13Ce ressenti est important : il a conduit plusieurs couples que nous avons rencontrés à choisir une performance énergétique moindre et une VMC simple flux (Hamman, Frank et Mangold 2014). Ainsi, à la suite de plusieurs recherches ayant montré que des ressources symboliques, matérielles et sociales inégalement partagées induisent des appropriations différenciées de pratiques économes et/ou écologiques dans le logement, à la fois en habitat individuel mais aussi collectif (Roudil et Flamand 2013 ; Brisepierre 2011 ; Renauld 2014), on voit ici que la conception technique d’un « logement durable » peut heurter des pratiques quotidiennes et intériorisées. Corrélativement, ces technologies qui s’intègrent dans un « néo-hygiénisme » dicté par des objectifs de durabilité, semblent contredire les pratiques intériorisées d’un hygiénisme diffusé il y a plusieurs décennies, où l’air extérieur venait assainir l’air intérieur dans une « maison qui respire ». La place de l’habitant est donc essentielle pour la diffusion d’un modèle de « logement durable » axé sur des performances énergétiques, dans une posture active de choix techniques dont les appropriations différenciées montrent a contrario la difficulté à imposer un processus de normalisation des conduites.

Modes et trajectoires de vie, un croisement d’enjeux : quelle « durabilité » de l’habitat dans leur conciliation ?

14Le concept de mode d’habiter (Mathieu 2014 ; Morel-Brochet et Ortar 2012) traduit le fait que le logement ne constitue qu’un élément parmi d’autres (circuler, travailler, vivre ensemble) de l’habiter. En ce sens nous avons cherché à enquêter à la fois les pratiques d’habitat au sein du logement, en lien avec une consommation « durable », mais également les déplacements extérieurs, pendulaires ou moins fréquents, le réseau social, le lieu de travail, les lieux de consommation et d’activités des individus. Notre focale a principalement porté sur la description des modes de vie – soit « un ensemble restreint de pratiques » (Faburel et Tribout 2011). Ce discours recueilli sur les pratiques, lorsqu’il est confronté au registre des valeurs et des justifications (Martouzet 2014) permet de saisir le système faisant sens pour l’individu dans ses choix de vie. Le recours aux trajectoires biographiques est alors pertinent pour percevoir l’origine et l’évolution des comportements, l’individu construisant le récit de l’analyse des changements opérés ou des habitudes maintenues dans son mode de vie depuis l’enfance.

15Nous avons observé à travers nos entretiens une diversité des profils de « conversion » aux modes de vie écologiques, ne serait-ce que dans la description de pratiques concrètes telles que la consommation alimentaire et les modes d’approvisionnement, l’utilisation de produits labellisés ou non (produits ménagers, lessive…), la fréquence d’utilisation de véhicules motorisés et de modes de transport « doux » (vélo, transports en commun, covoiturage). De l’achat « bio » au végétarisme, de l’arbitrage entre « bio » ou « local » à l’utilisation de produits connus et ancrés dans les habitudes (efficacité versus protection de l’environnement), de la rentabilisation d’une seule voiture à la nécessité d’en avoir deux pour assurer sa « liberté », les choix et leurs motivations s’avèrent ici aussi complexes et croisant de multiples enjeux. On rejoint ainsi les analyses sociologiques sur l’acquisition de modes de vie écologiques et ses multiples ressorts (Dobré et Juan 2009 ; Morel-Brochet et Ortar 2014). Suivant Denis Martouzet, les injonctions sociétales de durabilité peuvent être intégrées par les individus comme « une dimension culturelle parmi d’autres et non plus en tant que contrainte » (2014, p. 127-128). Nous ne percevons néanmoins pas la « durabilité » comme une valeur mais davantage comme une catégorie réifiante ne prenant de sens pour l’habitant que lorsqu’elle est associée à des registres de justification concrets, soit la conciliation de différentes valeurs et motivations. A notre stade d’analyse, nous avons distingué quatre répertoires de justification des pratiques et des choix intervenant à différents moments de l’entretien, et dont l’ordre d’importance serait a priori décroissant :

  • Le confort et le bien-être (référence à un « confort » d’habitat, notamment lié à une sensation de chaleur et luminosité, en opposition au vécu de l’humidité, du froid, et de pièces sombres).
  • La santé, en étroite corrélation au premier registre (référence à un logement « sain » en particulier en rapport à la qualité de l’air intérieur et des matériaux utilisés, en opposition au vécu d’un logement « pollué », de la présence de moisissures, d’une mauvaise aération).
  • Le geste pour l’environnement (référence à une prise en compte des enjeux environnementaux, réflexion sur l’impact de ses choix, à l’avenir de ses enfants, volonté de faire sa part de « bonne action », sensibilité à la « nature »).
  • Les aspects économiques et sociaux (référence à la rentabilité économique sur le long terme tenant compte de la hausse des prix de l’énergie, choix d’utiliser une main d’œuvre locale, capacité d’accueil et lien avec les proches).

16Ces quatre répertoires sont mobilisés soit de manière séparée, en constituant quatre groupes de motivations possibles à une même pratique, soit de manière conjointe, à l’exemple de la notion de « qualité de vie » – qui a émergé dans les années 1970 et recouvre à la fois des enjeux de confort, de bien-être et de santé. En cela, il semble improbable d’adopter de nouvelles pratiques plus écologiques si celles-ci sont synonymes de perte de confort. Par ailleurs, la définition du confort, de la santé ou du geste écologique peuvent varier selon les individus. A un second niveau d’interprétation, on repère que des actions communément admises comme « durables », signalées comme des « éco-gestes » à adopter (tri des déchets, récupération de l’eau, consommation biologique, réduction des déplacements motorisés etc.), peuvent être basées sur des motivations ne faisant pas forcément référence à la durabilité (habitude de l’enfance, allergie alimentaire, économie d’argent, activité sportive). Afin d’illustrer nos propos, nous présentons un parcours biographique et les différentes motivations des choix d’habitat apparues dans l’entretien.

M., 50 ans, a fait construire une maison écologique en ossature et bardage bois avec son mari, qu’ils habitent depuis un an. Cette maison est située dans un petit village, à proximité de forêts. Au début de l’entretien, revenant sur son enfance et les lieux habités, elle explique que malgré son passé de citadine dans la Communauté Urbaine de Strasbourg, elle a « toujours eu ce petit côté proche de la nature », car les parents de son futur mari (ils se fréquentent depuis l’âge de 12 ans) avaient un potager, un verger, et pratiquaient l’aviculture. Ce contact avec une nature domestiquée l’amène alors à dire : « On avait déjà avant l'heure un peu une démarche écologique [elle sourit], parce qu’on aimait la nature ». Plus tard, commerçants sur Strasbourg, ayant repris l’entreprise de son père, le couple rêve des grands espaces naturels du Québec et d’y mener un projet de location de chalets en rondins de bois ; ils lanceront finalement en Alsace une entreprise de location de chalets et leur construction en parallèle de leur commerce. M. connaît alors une rupture dans son parcours de vie ; une maladie grave l’immobilise : « Ça fait quand même un sacré poids qui pèse sur nos épaules et beaucoup de travail, et je suis tombée malade ». Ils choisissent de vendre l’entreprise et de s’installer à proximité de leurs chalets, respectant une démarche « écologique », dans la mesure du possible, car « l'écologie coûte cher ». Les matériaux choisis pour sa maison sont exclusivement naturels et bien d’autres paramètres ont été pris en compte tels que le positionnement des pièces selon les cours d’eau dans le sous-sol, les ondes magnétiques, etc. La maison comprend de nombreuses nouvelles technologies que M. qualifie d’« extraordinaires ». Elle se sent « bien » dans sa maison, et même ses problèmes d’asthme ont été améliorés par un enduit à l’argile posé sur les murs et une régulation hygrométrique de l’air. Ne voulant pas d’une maison « confinée » et « mise sous cloche » et estimant que l’air est suffisamment « sain » dans leur lieu de vie, elle n’a pas choisi un système de VMC double-flux. Leur maison fait également office de chambre d’hôtes, son mari a commencé un potager et s’est lancé dans l’apiculture. Des comportements écologiques qui ne vont pas jusqu’à s’engager dans une association environnementaliste, puisque pour M. : « On est très investi dans notre activité ici donc on n’en éprouve pas le besoin, on le fait déjà à notre niveau quoi. »
La maison a été volontairement « vieillie » de l’intérieur : « On veut que cette nouvelle maison ait un aspect assez vite plutôt ancienne. Il y a des gens qui aiment que ce soit lisse, et nous pas du tout, on aime quand ça a une âme ». Au final, M. ponctue : « c'est vraiment un ensemble, il n’y a pas juste l'habitat, juste un certain nombre de comportements écologiques. L'écologie était importante mais c'était plus le bien-être aussi, c’est un art de vivre pour nous ». Enfin, lorsqu’on l’invite à définir le terme de développement durable, elle déclare simplement que sa maison « c’est ça ».

17On voit ici que l’habitat constitue bien plus qu’un assemblage de technologies choisies et appropriées. Étroitement liée à la sphère de l’intime, l’histoire des logements vécus et des choix réalisés amène à parler de la vie privée, des problèmes de santé, d’argent, de la naissance des enfants, de leur départ, des prises de conscience au fil du temps, etc. Si M. fait référence à « l’écologie » et à son lien avec la « nature » – n’utilisant ainsi ni le terme d’« environnement », ni celui de « durabilité » – d’autres éléments, bien plus personnels, sont venus se greffer à ses premiers intérêts déclarés. Le bien-être, la qualité de vie, un « art de vivre », la santé, garder le lien avec ses enfants, sont autant de raisons évoquées correspondant aux quatre répertoires cités. Ces éléments reviennent régulièrement à travers les entretiens, bien que chaque histoire ait sa propre logique et ses détours particuliers ayant mené l’habitant au choix d’un logement « durable ».

Conclusion

18La structuration actuelle d’une offre de logement « durable », orientée par la production de normes et de labels, correspond aux injonctions politiques à la sobriété énergétique adressée à la fois aux acteurs du bâtiment et aux habitants. Dans ce contexte, nous avons voulu montrer la place des habitants à travers les appropriations différenciées des innovations techniques produites dans le logement à haute performance énergétique et à dimension écologique. Puis, à un second niveau d’analyse, nous avons restitué la densité des trajectoires de vie ayant conduit au choix d’habiter un logement « durable ». L’arbitrage entre injonctions à la « durabilité » et intérêts personnels n’est jamais similaire d’un parcours à l’autre et ne correspond pas uniquement à une sensibilisation aux enjeux environnementaux. On rejoint alors la distinction de Daniel Miller (2012) sur les questions éthiques et les questions morales : les pratiques sont orientées à la fois par des valeurs relevant de questions éthiques portant sur le « bien-être de la planète » et des « problèmes abstraits », et des valeurs relevant de questions morales, portant sur « le bien-être de sa maisonnée » et des « problèmes concrets ». Des aspects bien plus tangibles qu’une sensibilité aux enjeux environnementaux, tels que la présence dans l’enfance d’un jardin, d’un potager, la consommation de produits fermiers, le soin par des plantes médicinales ou des médecines alternatives, ou encore le contact récurrent avec un espace naturel, sont autant d’éléments à prendre en compte et qui apparaissent dans le discours des enquêtés sur la trajectoire les ayant menés à choisir une telle offre de logement. Nous nous interrogeons enfin sur la construction d’un rapport à l’écologie qui diffèrerait de celle des générations précédentes, se recentrant au sein de l’espace domestique lui-même contraint par un dispositif sociotechnique.

19Que nous dit cette entrée in fine de la ville « durable » ? Acquérir un logement éco-performant nécessite des moyens financiers conséquents : précisément, les budgets de construction des ménages enquêtés habitant déjà dans leur logement et dont les travaux sont terminés varient de 2 200euros/m² à 2 500euros/m² (hors terrain), pour des logements dont la surface oscille entre 105 et 160m2. On peut alors se demander si ces politiques ne renforcent pas les processus de discrimination socio-spatiale au sein de la ville, ainsi que l’ont analysé Hélène Reigner, Thierry Brenac et Frédérique Hernandez (2013) à partir des discours et des outils des politiques publiques sur la mobilité « durable ». A l’image du « bon » citoyen qui jardine dans l’espace public (Mangold 2015) et composte ses déchets, le « bon » habitant est celui qui, responsable, « choisit » d’investir dans un logement « durable », adaptant son mode de vie et d’habiter aux nouvelles injonctions. Si, dans sa définition, la « durabilité » renvoie à une temporalité longue et par conséquent à l’avenir, l’habitant ne répondant pas favorablement à cet ordre sera non seulement rendu coupable de ses propres choix, mais également de leurs impacts sur les générations suivantes. De plus, la question de l’impact écologique des ménages de classes moyennes et supérieures, même en tenant compte de leur adhésion aux pratiques écologiques, en regard de celui des classes populaires touchées par la précarité énergétique et des mobilités contraintes (Wallenborn et Dozzi 2007), pose question. N’y a-t-il pas une ambivalence de la ville « durable », ne remettant pas en question une marchandisation du logement et une standardisation des innovations, et masquant la dimension de l’accessibilité du « logement durable » ?

Bibliographie

Références

BARBIER R., 2012, « Les controverses environnementales publiques », in R. Barbier, P. Boudes, J.-P. Bozonnet, J. Candau, M. Dobré, N. Lewis, F. Rudolf (dir.), Manuel de sociologie de l’environnement, Laval, Presses de l’Université de Laval, p. 187-201.

BERGERON H. et al., 2014, « Gouverner par les labels. Une comparaison des politiques de l’obésité et de la consommation durable », Gouvernement et action publique, 3, n° 3, p. 7-31.

BLONDIAUX L., 2001, « Démocratie locale et participation citoyenne : la promesse et le piège », Mouvements 5, n° 18, p. 44-51.

BRISEPIERRE G., 2011, Les conditions sociales et organisationnelles du changement des pratiques de consommation d’énergie dans l’habitat collectif, thèse de sociologie, Université Paris V, 847 p.

CAUCHARD L., 2013, « L'organisation de l'expertise dans les espaces de normalisation technique. Le cas de la haute qualité environnementale (HQE) des bâtiments en France », Revue d'anthropologie des connaissances, 1, Vol. 7, n° 1, p. 173-193.

DOBRE M. et SALVADOR J., 2009, Consommer autrement : La réforme écologique des modes de vie, Paris, L’Harmattan, 320 p.

EMELIANOFF C., 2010, « Durabilité urbaine, modes de vie et solidarités à long rayon d’action », in O. Coutard et J.-P. Lévy (dir.), Écologies urbaines, Paris, Économica-Anthropos, p. 302-327.

Espaces et sociétés, 2011, rubrique Controverses : « Les écoquartiers, un laboratoire pour la "ville durable " ? », 1, n° 144-145, p. 191-212.

FABUREL G. et TRIBOUT S., 2011, « Les quartiers durables sont-ils durables ? De la technique écologique aux modes de vie », in G. Faburel (coord.), T. Manola, E. Geisler, S. Tribout, Les quartiers durables : moyens de saisir la portée opérationnelle et la faisabilité méthodologique du paysage multisensoriel ?, Rapport Intermédiaire, Lab'Urba de l’IUP/IFU et ENSPV, pour le Programme Interdisciplinaire de Recherche Ville et Environnement du CNRS et du PUCA, novembre, 82 p.

FLAMAND J. -P., 2001 [1989], Loger le peuple. Essai sur l’histoire du logement social, Paris, Editions La Découverte.

HAMMAN P., FRANK C. et MANGOLD M., 2014, « Les trajectoires de conversion écologique face aux enjeux économiques et sociaux du "logement durable" en France », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 14, n° 2, septembre ; http://vertigo.revues.org/15018.

LASCOUMES P., 1994, L’éco-pouvoir. Environnements et politiques, Paris, La Découverte.

LEVY J.-P. et FIJALKOW Y., 2010, « Les politiques du logement », in O. Borraz, V. Guiraudon (dir.), Politiques publiques. 2. Changer la société, Sciences Po. Les Presses, p. 113-138.

MANGOLD M., 2015, « Mobilisations citoyennes aux États-Unis et à Strasbourg : les collectifs d’habitants comme acteurs de la gouvernance écologique des villes », in I. Hajek, P. Hamman (dir.), La gouvernance de la ville durable entre déclin et réinventions. Une comparaison Nord/Sud, Presses Universitaires de Rennes.

MARTOUZET D., 2014, « Systèmes de valeurs vs pragmatisme dans les choix de pratiques spatiales : la place de la durabilité », Norois, n° 231 ; URL : http://norois.revues.org/5119

MATHIEU N., 2014, « Mode d’habiter : un concept à l’essai pour penser les interactions hommes-milieux », in R. Chenorkian, S. Robert (dir.), Les interactions hommes-milieux. Questions et pratiques de la recherche en environnement, Quæ.

MILLER D., 2012, Consumption and its consequences, Cambridge, Polity press, 200 p.

MOREL-BROCHET A. et ORTAR N., 2014, « Introduction : Les modes d’habiter à l’épreuve de la durabilité », Norois, n° 231 ; URL : http://norois.revues.org/5119

MOREL-BROCHET A. et ORTAR N. (dir.), 2012, La fabrique des modes d’habiter. Homme, lieux et milieux de vie, Paris, L’Harmattan, 313 p.

NEMOZ S., 2011, La construction impérative de l’habitat durable, Émulations, 3, URL : https ://sites.google.com/a/revue-emulations.net/www/enligne/Nemoz. Consulté le 8 janvier 2014.

REIGNER H., BRENAC T. et HERNANDEZ F., 2013, Nouvelles idéologies urbaines. Dictionnaire critique de la ville mobile, verte et sûre, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

RENAULD V., 2014, Fabrication et usage des écoquartiers. Essai critique sur la généralisation de l’aménagement durable en France, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, 122 p.

ROUDIL N. et FLAMAND Amélie, 2013, « Moins consommer d’énergie, mieux habiter ? », Métropolitiques, 15 avril, URL : http://www.metropolitiques.eu/Moins-consommer-d-energiemieux.html.

ROUDIL N., 2014, « Le citadin entre injonction à "bien habiter" et normalisation des conduites en milieu urbain », in G. Christen, P. Hamman, M. Jehling, M. Wintz (dir.), Systèmes énergétiques renouvelables en France et en Allemagne. Synergies et divergences, p. 93-11.

RUMPALA Y., 2010, Développement durable. Ou le gouvernement du changement total, Lormont, Editions Le Bord de l’eau.

THEYS J., 2010, « Trois conceptions irréductibles de l’environnement », in O. Coutard, J.-P. Lévy (dir.), Écologies urbaines, Paris, Economica-Anthropos, p. 15-24.

TOZZI P., 2013, « Ville durable et marqueurs d’un "néo-hygiénisme" ? Analyse des discours des projets d’éco-quartiers français », Norois, 227 ; URL : http://norois.revues.org/4700

WALLENBORN G. et DOZZI J., « Du point de vue environnemental, ne vaut-il pas mieux être pauvre et mal informé que riche et conscientisé ? », in Cornut P., Bauler T., Zaccai E. (dir.), Environnement et inégalités sociales, Bruxelles, Editions de l’Université de Bruxelles, 2007, p. 47-60.

ZELEM M.-C., 2010, Politiques de Maîtrise de la Demande d’Énergie et résistances au changement. Une approche socio-anthropologique, Paris, L’Harmattan, 323 p.

Notes

1 Le Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie comprend ainsi un volet « bâtiment et ville durables » dont une partie « bâtiment et construction », que reprend le Ministère du Logement, de l’Egalité des Territoires et de la Ruralité. Dans ce contexte, la politique de construction est axée en priorité sur la performance énergétique du bâti. (Source :http://www.territoires.gouv.fr/batiment-et-construction ; http://www.developpementdurable.gouv.fr/-Batiment-et-construction-.html, consultés le 31/10/2014)

2 Cette thèse prend place au sein d’un projet de recherche collectif nommé CIMBEES (Conception et industrialisation de modules de bâtiment à haute qualité environnementale et sociale, FUI-Oséo-Feder, 14e AAP, 2012-2015), porté par le laboratoire SAGE (Sociétés, Acteurs, Gouvernement en Europe). Que soit ici remercié Philippe Hamman, mon directeur de thèse.

3 Selon l’Insee, l’Alsace se caractérise par l’importance de son espace périurbain, couvrant 60 % du territoire, le maillage des huit grands pôles urbains expliquant cette situation. Le ressenti des enquêtés est par contre celui d’habiter « à la campagne », en s’étant éloignés des villes majeures comme Strasbourg et sa Communauté Urbaine où ils ont pour la plupart fait leurs études ou débuté leur carrière professionnelle.
(Source : http://insee.fr/fr/themes/document.asp ?reg_id=15&ref_id=17923, consulté le 16 octobre 2014)

4 Nous utiliserons ici indifféremment les expressions de « logement durable » ou d’« éco-construction », « habitat durable » ayant remplacé « éco-construction » en 1966 à Istanbul, lors du « Sommet des villes » (Némoz, 2011). De plus, nous choisissons ici le terme de « logement » et non d’« habitat » car il s’agit de la construction matérielle, du bâtiment, ses matériaux et ses innovations qui sont proposés par les constructeurs, et non pas de l’habitat qui a un sens beaucoup plus large, engageant l’acte d’« habiter » (Mathieu, 2014).

5 Source : http://www.observatoirebbc.org/site/accueil/bilan (consulté le 30/01/2015)

6 Ce ne sont pas des maisons catalogues mais des maisons d’architectes ou de constructeurs, individualisées.

7 Analyse des encarts publicitaires des numéros du magazine LogicImmo de janvier à octobre 2014, portant sur treize numéros (dont onze diffusés dans le Bas-Rhin et deux dans le Haut-Rhin).

8 LogicImmo, n° 241, Bas-Rhin, 04/2014 : 71.

9 LogicImmo, n° 248, Bas-Rhin, 09/2014 : 84.

10 Les autres critères mis en avant dans les précédents numéros sont : maison ossature bois, extension, charpente, auto-construction, projets sur-mesure, tout budget, conception et fabrication régionale.

11 Règlementation thermique 2012 : règlementation thermique en vigueur, elle correspond à un engagement du Grenelle de l’Environnement et est ciblée sur l’efficacité énergétique du bâtiment et le développement de nouvelles technologies. Le label BBC (bâtiment basse consommation) est alors devenu la norme correspondant à cette RT 2012.

12 LogicImmo, n° 248, Bas-Rhin, 09/2014 : 89.

13 Gaz à effet de serre.

14 A ce titre, la Maison Passive France organise chaque année en novembre des journées portes ouvertes chez des particuliers ayant construit une maison labellisée passive. (Source : http://www.lamaisonpassive.fr/spip/index.php, consulté le 06 octobre 2014)

15 La VMC double-flux autorégule le renouvellement de l’air en insufflant de l’air frais dans les pièces dites sèches (séjour et chambres) et en l’extrayant des pièces dites humides (cuisine, salle de bain, WC). Aujourd’hui couplée à un échangeur thermique, elle permet de préchauffer l’air entrant à l’aide de l’air sortant et vice-versa selon les saisons.

Table des illustrations

Légende Image 1 : Deux exemples de locaux techniques de maisons passives. Source : Marie Mangold, août 2014
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/172/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 106k

Auteur

Doctorante en sociologie, Université de Strasbourg, UMR SAGE 7363

© Carrières Sociales Editions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540