Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et quartiers durables : la place des habitants

 | 
Pascal Tozzi

4ème partie : Focus sur des technologies « impliquantes », leviers et freins dans la participation

Quelle participation habitante dans les projets locaux d’énergie renouvelable ? Retour sur un dispositif d’énergie « citoyenne » dans une commune alsacienne

Guillaume Christen et Philippe Hamman

Texte intégral

1Les systèmes énergétiques ne relèvent pas exclusivement de dimensions techniques, mais aussi de choix politiques et de société (Christen et al. 2014). Au regard du réchauffement climatique, l’Union européenne a fixé pour 2020 un objectif de 20 % d’énergies renouvelables dans la consommation totale pour les États membres. Bien que les sources renouvelables soient porteuses d’une possible reconfiguration des modèles (Rumpala 2013), le système énergétique antérieur conditionne les orientations prises par la « transition énergétique », c’est-à-dire le passage du système actuel utilisant largement des combustibles fossiles vers des ressources renouvelables, au sein d’un processus plus large de « transition écologique », venant pour certains s’encastrer dans, et pour d’autres prendre le relai du registre de la durabilité (Theys 2014).

  • 1 Voir Hamman, Frank et Mangold (2014) quant aux trajectoires de conversion au « logement durable ».

2La transition énergétique s’opère concrètement en France à partir de deux modes d’introduction différents (Christen et Hamman 2015) : une régulation par le marché, largement dominante, et une « alternative » portée par des initiatives dites citoyennes. Ceci renvoie à des intégrations différenciées des technologies énergétiques, qui traduisent la tension entre deux modèles hard path et soft path (Évrard 2014) : le premier correspond à une régulation centralisée-industrielle et le second rend compte de systèmes décentralisés, lancés notamment par des associations. Autrement dit, les énergies renouvelables peuvent se développer soit comme énergie de substitution dans un système centralisé, soit sous des formes coopératives territorialisées – ces dernières étant censées favoriser une appropriation de la question de l’énergie par les habitants (Raineau 2011), dans la mesure où l’environnement joue un rôle d’invention de processus citoyens (Barbier et Larrue 2011), à la fois collectifs et individuels1. La dimension sociale de la transition énergétique peut ainsi se lire localement à travers l’émergence de nouvelles configurations dont les « maîtres mots » se réfèrent à la « sensibilisation » et à l’« implication » (Haynes et Mougenot 2008).

3Dans ce contexte, les politiques énergétiques comportent des dispositifs dont le rôle est de socialiser les usagers aux problématiques énergétiques via des incitations à adopter des pratiques dites durables, parmi lesquelles les « éco-gestes », destinés à réduire la consommation d’énergie (ne pas laisser des appareils électriques en veille, etc.) ou le tarif de rachat préférentiel de l’électricité « verte », concernant la production. On repère des médiations qui passent par ces « objets intermédiaires » (Haynes et Mougenot 2008) et rendent visibles les possibilités d’action en les inscrivant dans des pratiques de la vie quotidienne. Parmi ces objets, on peut citer l’outillage lié à la performance énergétique des bâtiments et au chauffage du logement – ce qui a été le plus étudié s’agissant de cerner les « usages » dans les espaces urbains (Scarwell, Leducq et Groux 2015 ; Zélem et Beslay 2015). Ces prescriptions de « bonnes » manières d’habiter peuvent se comprendre à l’aune de politiques néo-hygiénistes, à présent retraduites en catégories environnementales ; elles légitiment un cadre socio-normatif qui désigne ce qu’il faut faire et sépare des pratiques dites durables de celles qui sont jugées à proscrire (Tozzi 2013). Mais il y a d’autres scènes, aussi bien en termes de dispositifs de mise en durabilité que par rapport à la participation citoyenne « affichée ». C’est pourquoi nous proposons un déplacement de la focale, en quittant les terrains d’éco-quartiers et/ou de grandes villes, et en interrogeant, comme cas jugé révélateur des espaces-enjeux de la participation façonnés par des montées en expertise croissantes, le financement coopératif d’un projet éolien à l’échelle d’une commune.

  • 2 Déjà présente dans le Rapport Brundtland de 1987 (dans le 2e chapitre) comme dans la Déclaration du (...)

4La dimension participative des projets éoliens territoriaux peut être interrogée à un double niveau : en quoi ils permettent (ou pas) d’associer les usagers à la transition énergétique, mais aussi de concevoir des modes de gouvernance qui rendent possible une appropriation sociale de la question énergétique. En France, les coopératives éoliennes se développent depuis une dizaine d’années – un premier projet à financement « citoyen » a été lancé en 2003 en Ille-et-Vilaine et a abouti à une mise en service en juin 2014. D’un point de vue empirique, notre étude s’attache à un exemple significatif : l’implantation d’un parc de dix éoliennes dans la commune alsacienne de Saâles. Le promoteur est EDF Énergies Nouvelles, filiale du groupe Électricité de France (EDF). La particularité du cas tient à la gestion de deux des dix éoliennes par un mode d’actionnariat populaire, ce qui permet de relire la croyance classique selon laquelle le meilleur moyen d’atteindre la « durabilité » consiste à inclure les citoyens. Rappelons que certains chercheurs identifient la démocratie, dans sa version participative, comme un quatrième pan du développement durable, à la suite des premiers textes internationaux eux-mêmes2. André Petitat en fait même le troisième pilier, en lieu et place du social : « La configuration normative du développement durable (DDD disent certains) (…) se trouve au carrefour de plusieurs dimensions, dont les trois principales sont l’économie (Développement), l’écologie (Durable) et la politique (Démocratie) » (Petitat 2012, p. 221). Plus largement, la mise en œuvre de politiques locales et urbaines « durables » passe par des modes collectifs de délibération et de transaction entre une diversité de groupes en tension (Hamman 2012).

5L’actionnariat populaire ne fait pas disparaître les controverses mais déplace leurs formes d’expression. Plus précisément, la professionnalisation des modèles de gestion « citoyenne » de l’énergie est susceptible de confirmer des lignes de partage ancrées dans le social au niveau d’une commune. En effet, tout ne peut se ramener à des oppositions binaires entre des « anti- » et des « pro-éoliens », plus ou moins informés, manipulés ou convaincus ; les clivages sont plus complexes, à la fois en termes socio-économiques, d’insertion dans le territoire, de maîtrise technique et relationnelle, etc. En particulier, des dualismes divergents, au sens de Georg Simmel (1995 [1908]), se cristallisent entre les habitants et une nébuleuse associative en charge de l’organisation pratique de l’actionnariat qualifié de « populaire » par cette dernière ainsi que par les municipalités adhérant à ces projets. Ce processus traduit-il une légitimation « par le haut » (Emelianoff 2008) des initiatives coopératives au risque de se déconnecter des habitants et in fine de la possibilité de les inciter à la participation ?

6Le raisonnement se déplie en quatre temps. La première partie présente le contexte de l’étude de l’actionnariat éolien. Nous analysons, dans un deuxième temps, le dispositif incitatif comme une « participation instrumentale » (Barbier et Larrue 2011). Or, le caractère techniquement et socialement sélectif des modalités d’actionnariat éolien suscite, à son tour, des tensions, compte tenu d’une double dimension de professionnalisation (troisième partie) et de procéduralisation (quatrième partie) de l’instrument participatif. Comme l’évoque Stéphane La Branche (2009), « l’amalgame participation-environnement » ne va pas de soi et se heurte à des formes d’inégalités ; les modes de participation peuvent alors non seulement refléter des inégalités sociales, mais tendent également à les institutionnaliser (Douglas 1983).

Le cas d’étude de Saâles

  • 3 http://www.dna.fr/edition-de-wissembourg/2012/06/27/les-eoliennes-font-debat

7À ce jour, un seul parc éolien a été construit en Alsace et mis en service en mai 2013, sur la commune de Dehlingen (Bas-Rhin), avec cinq éoliennes. D’autres projets ont émergé mais ont été stoppés suite à des mobilisations collectives, notamment sur la commune de Wissembourg3. Le cas de Saâles présente l’originalité d’associer deux modes de régulation a priori contradictoires, puisque la démarche d’actionnariat populaire concernant deux éoliennes est intégrée dans la conception d’un parc à échelle industrielle. On observe ainsi in concreto une forme hybridée, faisant ressortir une « alliance verte » (Grolleau, Mzoughi et Thiébaut 2008), qui emprunte à la fois à la culture des coopératives énergétiques (décentralisation de la production) et au cadre centralisé (distribution de l’énergie dans le réseau global).

8D’un point de vue méthodologique, nous avons conduit de 2012 à 2015 des observations prolongées à Saâles, ainsi que plusieurs séries d’entretiens auprès des habitants (trente entretiens) et des porteurs de projet (élus et techniciens, soit une dizaine d’entretiens), complétées par le dépouillement de la presse régionale.

9Par rapport aux cas fréquemment retenus dans les analyses de l’urbanisme durable (des quartiers durables de métropoles sélectifs socialement), Saâles se distingue comme étant une commune de petite taille, dans une région au réseau urbain dense qu’est l’Alsace, et caractérisée par des inégalités accrues : le taux de chômage des 15-64 ans est de 17,9 %, contre 10 % pour la région Alsace, en 2009, et le revenu net moyen déclaré par foyer fiscal est de 17 292 €, contre 26 691 € pour la région Alsace (source INSEE).

  • 4 Une centrale biénergie (bois et photovoltaïque) alimente depuis 2010 un réseau de chaleur (école, m (...)
  • 5 http://marchedesaales.valleedelabruche.fr/

10Dans ce contexte, le financement des deux éoliennes « citoyennes », via une société d’économie mixte, s’appuie sur deux outils. Le premier engage la commune dans l’achat de 40 % des parts, afin de susciter l’idée d’une production locale de l’énergie. Parallèlement, les élus insèrent le projet éolien dans une démarche plus globale visant à promouvoir un développement territorial durable (favoriser un mix énergétique4, soutenir les circuits courts5). Or, malgré une décentralisation des modes de gouvernance, la territorialisation de la production de l’énergie sera purement symbolique, celle-ci étant réinjectée dans le réseau EDF. La seconde source de financement est celle de l’actionnariat populaire, qui ouvre la possibilité à des particuliers d’acquérir des actions, à hauteur de 60 %. Là encore, la référence territoriale est ambiguë : si l’on affirme s’adresser aux habitants de Saâles, en fait tout un chacun peut, moyennant l’aval de l’association gestionnaire, souscrire des parts via un site Internet, sans résider ni sur place ni en Alsace. Le but n’est pas tant de réinsérer la technique dans l’environnement immédiat de l’acteur que d’inscrire la transition énergétique dans des pratiques de la vie quotidienne. Dans cette configuration, la participation citoyenne est circonscrite à une participation financière (Comby 2013).

L’actionnariat populaire, une participation instrumentale ?

11En première lecture, et en termes d’acceptabilité du projet, l’opportunité de devenir coopérateur peut être perçue comme un moyen de compenser des impacts liés à l’implantation d’un parc éolien qui, pour huit des dix éoliennes, correspond à une exploitation industrielle « classique ». Dans cette perspective, l’actionnariat populaire se lit comme une forme d’ingénierie sociale visant à atténuer des conflits – sachant que les éoliennes figurent parmi les équipements les plus contestés en France (Grijol 2012).

  • 6 Par distinction avec la « participation substantielle », consistant à améliorer la qualité des déci (...)
  • 7 Entretien, mars 2013.
  • 8 Entretien, cuisinier dans un hôtel restaurant de Saâles, juin 2013.

12À qui appartient le vent (Pilleboue 2012) ? Son usage peut soit revenir au promoteur qui a remporté un appel d’offre, à la collectivité locale ou encore à la population qui habite à proximité. Dans cette triade, l’actionnariat populaire apparaît comme une réponse possible afin de désamorcer des tensions ; Rémi Barbier et Corinne Larrue (2011) parlent de participation citoyenne « instrumentale », permettant d’éviter des remises en cause trop coûteuses d’un projet6. Le responsable de l’association locale Rabodeau-environnement, créée en 2007 pour s’opposer à l’installation d’éoliennes à Saâles, évoque cette dimension : « Moi je pense que c’est un peu un trompe l’œil. Financièrement, c’est EDF Énergies Nouvelles qui fait le parc (…) Et rien n’empêche la filiale d’EDF d’accéder à la propriété de 50 % des actions. (L’opérateur) peut vendre son projet éolien à n’importe qui, à n’importe quel financier ». Cet acteur mobilisé interprète le dispositif participatif comme une stratégie conduite par l’opérateur : « Ils profitent de l’expérience des projets qui ont été refusés, ils ont vu que ça passait pas, car les gens ont compris que ça profitait surtout à des grandes entreprises, comme EDF. L’actionnariat, c’est une solution pour rendre le projet plus acceptable »7. Et des habitants enquêtés ne disent pas autre chose : « C’est encore EDF qui prend du fric ! Moi, population, quel intérêt j’ai à faire des éoliennes ? »8.

13Le dispositif participatif ne fait pas disparaître les situations de conflits, susceptibles de se traduire de deux façons : la première concerne l’émergence d’une mobilisation collective s’opposant à la construction des éoliennes malgré la dimension coopérative affichée ; la seconde renvoie à la difficulté d’impliquer les habitants dans le projet coopératif. Sur ce plan, l’intérêt à la participation ne se présume pas ; prendre part activement à des dispositifs peut susciter des « troubles de légitimité » pour les citoyens (Barbier, Bédu et Buclet 2009).

La professionnalisation des pratiques participatives

  • 9 Énergies renouvelables citoyennes et solidaires, créée en 2010, est une société par actions simplif (...)
  • 10 Entretien, président de l’association Ercisol, mai 2013.

14La professionnalisation des modalités participatives génère également des conflictualités, qui intéressent à la fois les concepteurs de l’actionnariat et les habitants. L’émergence des coopératives énergétiques a mis sur le devant de la scène les associations qui promeuvent des modèles d’appropriation citoyenne de l’énergie, sachant qu’un univers associatif spécialisé apparaît globalement conforté par la montée en puissance des dispositifs participatifs (Nonjon 2005). Dans le cas de Saâles, les réseaux apparaissent bien structurés : Ercisol9, en charge de l’actionnariat populaire, est un relai régional d’Énergie Partagée, fédération d’une cinquantaine d’associations en France, qui promeut des modèles « citoyens » de transition énergétique. Ce fonctionnement à plusieurs échelles permet de dégager une expertise collective (Nez 2011). Le réseau d’Ercisol est constitué par ses actionnaires présents dans différentes régions françaises. On sait que les compétences expertes mobilisées dans de tels cadres associatifs ont pour origine la trajectoire professionnelle et sociale des acteurs (Claeys-Mekdade 2006). Des dynamiques de structuration et de standardisation des profils professionnels se dégagent (Bonaccorsi et Nonjon 2012) ; les ressources mobilisables traduisent en particulier des compétences techniques : « Un des dirigeants d’Ercisol est aussi président d’un Espace Info Énergie, dans le Lot-et-Garonne. Voilà, on sait quoi faire, on a les gens compétents pour le faire. (…) Cette personne est enseignante en Université dans le domaine des biocarburants. Alors tout ça, ça fait boule de neige »10.

  • 11 Entretien, mai 2013.

15Ces porteurs de l’énergie coopérative contribuent à façonner l’actionnariat populaire (Nonjon 2005) autour de référentiels experts et professionnels ; ils partagent un « savoir-faire participatif » qui repose à la fois sur des projets antérieurs et des compétences intellectuelles, entendues comme des capacités à « théoriser des pratiques participatives à produire des techniques et à les modéliser » (Nonjon 2012, p. 94). Cette tendance à la professionnalisation n’est pas dissociable d’une rhétorique militante qui accompagne la justification de l’actionnariat dit « populaire ». En particulier, Ercisol est en relation régulière avec des réseaux engagés dans le domaine de l’énergie, tels que négaWatt ou Hespul. Le président d’Ercisol souligne l’importance de telles coopérations hybridant militantisme et professionnalisme : « Hespul, c’est la première association qui a installé une centrale photovoltaïque en France. Ils ont plus de vingt ans de retours d’expériences sur le photovoltaïque, ils savent de quoi ils parlent. Ils sont dans Énergie Partagée aussi, comme nous »11. L’acteur mobilise la figure composite du « techni-mili », expert et militant, afin de « contourner et de se différencier de la posture froide et lointaine de l’expert technique » (Nonjon 2005, p. 15). Les tensions se cristallisent alors sur la manière dont le processus participatif est problématisé, c’est-à-dire la procéduralisation du dispositif affiché comme « citoyen » – à l’image d’un phénomène plus largement repérable en urbanisme durable (Hamman 2015).

La procéduralisation de l’actionnariat éolien ou l’implication des habitants réduite à un « kit participatif »

  • 12 Entretien, président de l’association Ercisol, mai 2013.
  • 13 Ibid.

16La réception de l’actionnariat éolien par les habitants correspond à un contexte social, où les acteurs ne sont pas tous ni intéressés, ni en capacité de s’approprier le « mode d’emploi » de l’outil. Élaboré par un réseau expert, l’actionnariat, comme mode de participation financière, est devenu une prestation, sous la forme d’un « kit participatif » (Bonaccorsi et Nonjon 2012), que l’association peut diffuser pour différents projets : « Il y a des projets que nous on porte, et puis il y a des projets qui sont portés par d’autres, pour lesquels on s’associe. On est derrière, mais en seconde main, on est là en appui, éventuellement s’il faut apporter notre expérience. Bon, déjà simplement le fonctionnement d’Ercisol qu’on peut dupliquer »12. C’est une prestation transférable d’une commune à une autre qui se dégage, où le modèle d’intéressement sert de grille de lecture commune, aussi bien en milieu urbain que rural : « Un parc éolien dans le Jura, on a monté une association qui s’appelle les Vents du Grimont. (…) On est aussi sur un projet hydraulique dans le Lot-et-Garonne : la commune qui est propriétaire du moulin nous demande de faire une étude, puisque c’est un moulin qui est arrêté depuis perpète, refaire une centrale hydraulique dessus, mais avec une participation de la population »13. La procéduralisation de l’actionnariat facilite la « captation d’un marché de la participation » (Nonjon 2012) des projets de coopérative énergétique, autour de dispositifs « clefs en main ».

  • 14 Entretien, cuisinier dans un hôtel restaurant de Saâles, juin 2013.

17On repère la formation d’une élite associative forgeant des instruments qui emportent une représentation spécifique de la participation ; ils assignent aux habitants certaines modalités d’implication, par définition réductrices, voire désarticulées avec la réalité sociale locale. La transposition d’un agir professionnel situé dans la construction des modalités de l’actionnariat a pour effet de donner un « style technique » à l’outil (Akrich 2006), faisant que ce dernier demeure confiné aux identités professionnelles des concepteurs. Les habitants de Saâles le traduisent, entre désintérêt et sentiment d’une maîtrise insuffisante : « Il y a des papiers, c’est pas clair ! Les gens, ils ne comprennent pas. Il faudrait faire des papiers plus simples, ils rentrent dans des détails trop techniques. Je lis des trucs, je ne comprends rien du tout. Il faudrait faire un papier : voilà ce que ça nous coûte, ce que ça nous rapporte, ce que ça va changer pour nous. Là, les gens lisent pas, c’est trop technique, mis à part quelques personnes qui ont un peu le niveau »14.

  • 15 Entretien, ancien responsable logistique au centre médical de Saâles, août 2013.
  • 16 Entretien, aide-soignante au centre médical de Saâles, juin 2013.
  • 17 Entretien, mécanicien auto, juillet 2013.

18Cet extrait pose la question d’inégalités d’appropriation. Celles et ceux qui ne disposent pas d’un « savoir-faire et savoir-être de la participation » (Claeys-Mekdade 2006) méconnaissent la possibilité même de devenir actionnaire d’une éolienne : « Vous voyez, je ne pensais pas qu’on pouvait faire ça, que c’était possible d’acheter des parts d’éoliennes »15. Les acteurs qui restent à la marge des réseaux associatifs porteurs des initiatives dites « citoyennes » confondent fréquemment les deux éoliennes gérées par l’actionnariat « populaire » et celles qui le seront par l’opérateur industriel. Leur appropriation partielle de l’instrument se lit dans l’idée commune selon laquelle l’électricité produite sera consommée localement : « Ça permettra de faire des économies si on consomme notre propre électricité. Ça pourra servir à alimenter la mairie, la salle des fêtes »16. Certains habitants identifient et imaginent des postes de consommation, tels que l’école, la bibliothèque, pour l’énergie produite – alors qu’en réalité elle sera redistribuée dans le réseau centralisé. On comprend de la sorte que nombre de personnes interrogées n’ont pas identifié l’association comme étant l’interlocuteur privilégié afin de souscrire une action : « Si on veut bien jouer le jeu, il faut demander à qui ? Qui organise ça ? Ça doit être la commune, je pense qu’il faudra demander à la mairie pour avoir des parts, non ? C’est eux qui gèrent le tout ? »17. Les acteurs sont inégaux « dans les possibilités d’une implication à agir » (Gadrey 2007), alors même que la production d’énergie renouvelable est aujourd’hui élevée comme un bien commun valorisant.

  • 18 Entretien, maire de Saâles, mars 2013.

19L’importance accordée par les associatifs spécialisés au dispositif technique finit par entretenir « l’illusion que l’outil peut se suffire à lui-même et qu’il incarne à lui seul la participation » (Bonaccorsi et Nonjon 2012, p. 12). Cette dernière est alors limitée à la diffusion d’une méthode qui repose sur un « contrat de lecture » (Comby 2013), dans lequel les acteurs sont considérés comme un public homogène et stable. La souscription d’une action, voire l’existence même de l’actionnariat ne vont pas de soi pour les habitants de Saâles. Or, les associatifs élaborent les modalités de fonctionnement à partir d’un « usager normalisé » (Barbier 2002), c’est-à-dire un acteur préalablement fabriqué et « encapsulé », selon la formule de Madeleine Akrich (2006), vu comme disposant d’une expérience pratique antérieure. Pour les porteurs, la question ne se pose pas : « Pff, d’abord y’a tous ceux qui sont intéressés par nos valeurs, donc l’énergie d’origine renouvelable, et puis les valeurs éthiques de consommation, enfin tout ce qui est dans ce domaine-là ». Dans cet entre-soi des concepteurs, les modalités d’implication sont réduites à la souscription d’une action : « Les gens prennent des actions à Énergie Partagée France, en disant : “cette action, je la veux sur le projet”. Parce qu’Énergie Partagée a des tas de projets. Donc ça sera ce qu’on appelle un fléchage, en disant : “voilà, je vends là, mais ce que je veux, c’est une action sur le parc éolien X” »18.

  • 19 Entretien, président de l’association Ercisol, mai 2013.

20Un flou se révèle ainsi entre dispositif et participation. Pour les associations ad hoc, les modalités qui rendent la participation possible sont limitées à la diffusion du « kit participatif » : « Ah non, mais aux habitants je ne vais pas leur apporter de l’expertise, je dis simplement qu’ils peuvent s’associer au projet, en devenant… ben actionnaires tout simplement. Voilà, c’est comme ça qu’on peut s’impliquer dans un projet »19. On constate un effacement des conditions de la participation derrière l’instrument proposé, pour des acteurs fonctionnant dans une logique de « club ».

  • 20 Entretiens, retraitée et ancienne comptable, juin 2013.

21Un hiatus se dégage in fine entre la représentation des enjeux contenus dans l’instrument participatif et ceux formulés par les habitants de Saâles. En effet, les réseaux associatifs déterminent et imposent une formulation légitime de la question énergétique et des solutions à y apporter. Ils délimitent ainsi un cadre d’action, qui établit une hiérarchie entre des savoirs bénéficiant d’une reconnaissance inégale (Hatzfeld 2011). Les concepteurs définissent des usages prédéterminés de l’actionnariat : l’utilisation légitime de l’innovation renvoie à une participation financière via la souscription d’une action. Or, ce cadrage ne reconnaît pas la relation particulière que les habitants entretiennent à l’énergie, à savoir des flux entre les éoliennes et les bâtiments publics susceptibles de consommer l’énergie produite localement. Citons cet interviewé : « Les énergies renouvelables doivent servir à l’autonomie. À Saâles, je suppose qu’on aura une électricité, grâce aux éoliennes, un peu moins chère »20. La matérialisation des éoliennes dans un environnement proche permet aux usagers de redonner une valeur sociale à l’énergie et aux flux de matières. Quand bien même il est erroné – primat des huit éoliennes sur schéma « industriel », et production des deux autres qui gagne le réseau EDF –, ce savoir d’usage recrée une appropriation pratique et urbaine de l’énergie. Or, ces formes de savoirs ne trouvent pas d’écho auprès des porteurs du projet et se retrouvent en contradiction avec les pratiques prédéfinies dans le dispositif d’intéressement. Cette disjonction révèle l’existence de rapports de force : les arènes de conception des instruments participatifs restent confinées et dominées par une élite associative, et dès lors peu incitatives pour le plus grand nombre.

Conclusion

22Le parc éolien de Saâles donne à voir une participation citoyenne enserrée dans un prêt à penser et à faire, reproductible de site en site, à partir d’une lecture technique, celle de la communauté de spécialistes qui l’a produite. Il y a là une confusion entre l’enjeu participatif et son outillage, doublée par un postulat que véhicule l’instrument d’actionnariat : celui d’une réception des innovations d’urbanisme durable qui fait l’économie de la diversité des contextes sociaux. Or, l’implication nécessite la mobilisation de savoirs de la participation et de connaissances pratiques du secteur des énergies. Ce qui fait inégalité n’est alors pas tant une sensibilité à l’écologie (Christen et Hamman 2015, chap. 4) que la normalisation technique des modalités d’engagement et des possibilités d’agir en faveur de l’environnement et du climat – le parc éolien étant présenté comme un levier en ce sens. En cela, la problématisation des enjeux énergétiques autour de référentiels experts ne joue pas comme facteur de cohésion sociale locale (Faburel 2008) ; au contraire, les inégalités environnementales peuvent redoubler les inégalités sociales existantes.

Bibliographie

Références

AKRICH M., 2006, « La construction d’un système sociotechnique. Esquisse pour une anthropologie des techniques », in M. Akrich, B. Latour, M. Callon (dir.), Sociologie de la traduction. Textes fondateurs, Paris, Presses des Mines, p. 109-134.

BARBIER R., 2002, « La fabrique de l’usager. Le cas de la collecte sélective des déchets », Flux, 48-49, p. 35-46.

BARBIER R., BEDU C., et BUCLET N., 2009, « Portée et limites du dispositif “jury citoyen”. Réflexions à partir du cas de Saint Brieuc », Politix, 86, p. 189-207.

BARBIER R. et LARRUE C., 2011, « Démocratie environnementale et territoires : un bilan d’étape », Participations, 1, p. 67-104.

BONACCORSI J. et NONJON M., 2012, « La “participation en kit” : l’horizon funèbre de l’idéal participatif », Quaderni, 79, p. 29-44.

CHRISTEN G. et HAMMAN P., 2015, Transition énergétique et inégalités environnementales : énergies renouvelables et implications citoyennes en Alsace, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg.

CHRISTEN G., HAMMAN P., JEHLING M., WINTZ M. (dir.), 2014, Systèmes énergétiques renouvelables en France et en Allemagne. Synergies et divergences, Paris, Éditions Orizons, p. 74-86.

CLAEYS-MEKDADE C., 2006, « La participation environnementale à la française : le citoyen, l’État… et le sociologue », VertigO, 7 (3), http://vertigo.revues.org/8446 (accès le 05/10/2015).

COMBY J. B., 2013, « Faire du bruit sans faire de vagues », Communication, 31 (2) ; URL : http://communication.revues.org/4439.

DOUGLAS A., 1983, « The Politics of Environmental Mediation », Ecology Law Quarterly, 11 (1), p. 1-19.

EMELIANOFF C., 2008, « Enjeux et figures d’un tournant urbanistique en Europe », Annales des Mines, 52, p. 15-20.

ÉVRARD A., 2014, « Les énergies renouvelables et l’électricité », Écologie & Politique, 49, p. 67-80.

FABUREL G., 2008, « Les inégalités environnementales comme inégalités de moyens des habitants et des acteurs territoriaux », Espace Populations Sociétés, 1, p. 111-126.

GADREY J., 2007, « Évaluation des biens environnementaux et nouveaux indicateurs de richesse », Cahiers Français, 337, p. 55-61.

GRIJOL K., 2012, La faiblesse du vent : impacts, enjeux et contradictions de l’éolien en France, Paris, François Bourin éditeur.

GROLLEAU G., MZOUGHI N. et THIEBAUT L., 2008, « Les “alliances vertes” entre les entreprises et les associations de protection de l’environnement : une réelle réconciliation ou une “instrumentalisation” réciproque ? », Revue d’Économie Régionale & Urbaine, 4, p. 617-633.

HAMMAN P., 2012, Sociologie urbaine et développement durable, Bruxelles, De Boeck.

HAMMAN P., 2015, « La gouvernance de la “ville durable” ou les enjeux d’une perspective procédurale », in I. Hajek, P. Hamman (dir.), La gouvernance de la ville durable entre déclin et réinventions. Une comparaison Nord/Sud, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 33-61.

HAMMAN P., FRANK C. et MANGOLD M., 2014, « Les trajectoires de conversion écologique face aux enjeux socio-économiques du “logement durable” en France », VertigO, 14 (2), http://vertigo.revues.org/15018 (accès le 05/10/2015).

HATZFELD H., 2011, Les légitimités ordinaires. Au nom de quoi devrions-nous nous taire ?, Paris, L’Harmattan.

HAYNES I. et MOUGENOT C., 2008, « La socialisation des politiques environnementales par les objets intermédiaires », in F. Mélard (dir.), Écologisation. Objets et concepts intermédiaires, Bruxelles, PIE, p. 139-159.

LA BRANCHE S., 2009, « L’insoutenable légèreté environnementale de la participation : une problématisation », VertigO, 9 (1), http://vertigo.revues.org/8346 (accès le 05/10/2015).

NEZ H., 2011, « Nature et légitimité des savoirs citoyens dans l’urbanisme participatif. Une enquête ethnographique à Paris », Sociologie, 4 (2), p. 387-404.

NONJON M., 2005, « Professionnels de la participation : savoir gérer son image militante », Politix, 70, p. 89-112.

NONJON M., 2012, « De la “militance” à la “consultance” : les bureaux d’études urbaines, acteurs et reflets de la “procéduralisation” de la participation », Politiques et Management Public, 29, http://pmp.revues.org/4760 (accès le 05/10/2015).

PETITAT A., 2012, « Le développement durable comme pluralité normative », in J. Stoessel-Ritz, M. Blanc, N. Mathieu (dir.), Développement durable, communautés et sociétés. Dynamiques socio-anthropologiques, Bruxelles, PIE - Peter Lang, p. 221-226.

PILLEBOUE J., 2012, « À qui appartient le beau vent ? Petite histoire significative d’un projet de parc éolien », in M.-J. Menozzi, F. Flipo, D. Pécaud (dir.), Énergie et société. Sciences, gouvernances et usages, Aix-en-Provence, Édisud, p. 119-137.

RAINEAU L., 2011, « Vers une transition énergétique », Natures Sciences Sociétés, 19 (2), p. 133-143.

RUMPALA Y., 2013, « Formes alternatives de production énergétique et reconfigurations politiques. La sociologie des énergies alternatives comme étude des potentialités de réorganisation du collectif », Flux, 92, p. 47-61.

SCARWELL H., LEDUCQ D. et GROUX A. (dir.), 2015, Réussir la transition énergétique. Quelles dynamiques de changement ?, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion.

SIMMEL G., 1995 [1908], Le conflit, Paris, Circé.

THEYS J., 2014, « Le développement durable face à sa crise : un concept menacé, sous-exploité ou dépassé ? », Développement durable et territoires, 5 (1), http://developpementdurable.revues.org/10196 (accès le 05/10/2015).

TOZZI P., 2013, « Ville durable et marqueurs d’un “néo-hygiénisme” ?

Analyse des discours de projets d’écoquartiers français », Norois, 227, p. 97-113.

ZELEM M.-C. et BESLAY C. (dir.), 2015, Sociologie de l’énergie. Gouvernance et pratiques sociales, Paris, CNRS Éditions.

Notes

1 Voir Hamman, Frank et Mangold (2014) quant aux trajectoires de conversion au « logement durable ».

2 Déjà présente dans le Rapport Brundtland de 1987 (dans le 2e chapitre) comme dans la Déclaration du Sommet de Rio de 1992 (principe n° 10), la dimension participative fait l’objet d’une insistance en France dans le texte de la Stratégie nationale de développement durable du 3 juin 2003.

3 http://www.dna.fr/edition-de-wissembourg/2012/06/27/les-eoliennes-font-debat

4 Une centrale biénergie (bois et photovoltaïque) alimente depuis 2010 un réseau de chaleur (école, mairie, logements communaux). http://sitemap.dna.fr/articles/201005/11/du-bois-et-du-soleil,molsheim,000004864.php

5 http://marchedesaales.valleedelabruche.fr/

6 Par distinction avec la « participation substantielle », consistant à améliorer la qualité des décisions en mobilisant les savoirs d’usage des groupes affectés, et la participation « normative », qui s’inscrit dans une dynamique de « démocratisation de la démocratie » en associant les habitants à la construction des décisions.

7 Entretien, mars 2013.

8 Entretien, cuisinier dans un hôtel restaurant de Saâles, juin 2013.

9 Énergies renouvelables citoyennes et solidaires, créée en 2010, est une société par actions simplifiées qui encourage des coopératives « citoyennes » de production d’énergies renouvelables.

10 Entretien, président de l’association Ercisol, mai 2013.

11 Entretien, mai 2013.

12 Entretien, président de l’association Ercisol, mai 2013.

13 Ibid.

14 Entretien, cuisinier dans un hôtel restaurant de Saâles, juin 2013.

15 Entretien, ancien responsable logistique au centre médical de Saâles, août 2013.

16 Entretien, aide-soignante au centre médical de Saâles, juin 2013.

17 Entretien, mécanicien auto, juillet 2013.

18 Entretien, maire de Saâles, mars 2013.

19 Entretien, président de l’association Ercisol, mai 2013.

20 Entretiens, retraitée et ancienne comptable, juin 2013.

Auteurs

Post-doctorant en sociologie, Université de Strasbourg, UMR SAGE 7363

Professeur en sociologie, Faculté des sciences sociales, Université de Strasbourg, UMR SAGE 7363

© Carrières Sociales Editions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540