Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et quartiers durables : la place des habitants

 | 
Pascal Tozzi

3ème partie : Opportunités d'appropriations et de « résistances » citoyennes/habitantes

La gestion communale des déchets en Tunisie. De la transition à la durabilité : le cas de la commune de Sfax

Ridha Abdmouleh

Texte intégral

  • 1 CFSC (en anglais : communication fort social changment).
  • 2 Cette expérience est le fruit d’une collaboration entre le ministère de l’environnement – l’Agence (...)
  • 3 Notons que ce programme a vu le jour en 2010 (et lequel s’intégrant au sein d’une nationale de la g (...)

1La situation par laquelle est passée la Tunisie depuis la révolution (2011) était si explosive et si fragile qu’elle menaçait l’équilibre du pays et le bien être de la population. L’état de l’environnement en est un indice (détérioration des lieux public, entassement des déchets dans les rues, multiplication des points noirs et des décharges sauvages, pollutions de toutes sortes…). Une telle situation a entrainé un dysfonctionnement social et a incité le citoyen ainsi que les responsables locaux et nationaux à trouver une alternative afin de stopper ce processus et trouver de nouvelles perspectives susceptibles de relancer une nouvelle dynamique de gouvernance durable et participative. C’est dans cette perspective que se situe cette contribution. Elle vise à montrer l’importance de la communication participative (nommée également communication pour le changement social1) dans la réhabilitation de l’environnement et la gestion des déchets dans la commune. Cette approche se situe au sein d’un cadre institutionnel et politique : le Programme communal de gestion des déchets (PCGD)2. La communication constitue un de ses quatre volets (administratif, financier et technique)3. Elle a pour ambition d’impulser l’approche participative entre la commune et le citoyen par la médiation de la société civile pour une meilleure gestion des déchets.

  • 4 Le gouvernorat de Sfax est situé dans l'Est du pays et couvre une superficie de 7545 km ² soit 4,6  (...)

2S’agissant de la spécificité de la communication pour le changement social ou participative, celle-ci tient au fait qu’elle constitue un processus permettant aux citoyens de se définir, de définir ce qu’ils veulent, ce dont ils ont besoin, et les modalités d’action collective pour satisfaire leurs besoins et améliorer leur vie. Elle débouche à la mise en place d’un environnement communicationnel et conduit à une meilleure appropriation de leurs espaces et leur destin par les individus et les groupes. Elle est basée sur l’écoute, le dialogue et l’oralité et privilégiant les aspects locaux (consortium de la communication pour le changement social). La question est de savoir dans quelle mesure cette nouvelle approche communicative peut-elle faciliter cette période transitoire, apporter un plus pour le PCGD et contribuer à l’émergence d’une dynamique participative au sein de la commune de Sfax4… Autrement dit, est-ce que cette approche communicationnelle peut contribuer à l’émergence d’un modèle de gestion des déchets communal durable ? Il s’agit au fait de mettre en relief les mérites de cette approche communicative appliquée aux déchets, mais aussi ses lacunes et ses insuffisances ; enfin les défis à sa réussite.

  • 5 En tant que psychosociologue chargé de la communication.

3Soulignons que notre apport5 consistait à jouer le rôle de catalyseur et de facilitateur du processus de dialogue entre les différents partenaires sociaux concernés par la gestion des déchets et tendre vers un modèle de gestion participatif et durable. Cette position nous a permis d’exercer un regard critique et d’analyser la dynamique entre les différents acteurs impliqués dans le processus.

Méthodologie et mise en application de la communication participative

4La spécificité de la technique de communication communautaire et participative implique une démarche qualitative basée essentiellement sur le rapport direct avec les différents acteurs impliqués dans la réalité locale en rapport avec la gestion des déchets. Pour la mise en application de ce projet pilote, des associations se sont portées volontaires pour travailler dans certains quartiers. Elles étaient censées jouer le rôle de médiateur entre commune et population afin de faciliter la gestion des déchets et de contribuer à la réhabilitation de l’environnement des quartiers pilotes.

Prospection, échange, information et formation

5Une série de réunions préliminaires a été organisée dans la mairie de Sfax avec les responsables de la commune, ses arrondissements et les acteurs impliqués dans la gestion des déchets (chargés du servie propreté), l’Agence Nationale de la Gestion des Déchets (ANGED) et ce, afin d’élaborer un projet sur la région de Sfax en rapport avec la question des déchets. Dans une seconde phase, des débats et dialogues avec les associations engagées dans cette expérience ont été organisés, suivis par une formation sur la communication participative, sur les problèmes des déchets et enfin sur leur rôle de communicateur, catalyseur et médiateur entre la commune et la population. Des réunions regroupant ouvriers, cadres et élus communaux (représentant la Délégation spéciale) et associations ont été tenues afin de débattre des problèmes des quartiers respectifs et des moyens pour y remédier. Celles-ci ont révélé la nature d’une relation conflictuelle au sein de la commune due au manque de communication à la fois interne et externe (entre commune et citoyens) ainsi qu’à l’état de crise que traverse le pays et à l’attitude négative du citoyen vis à vis de l’autorité de l’Etat et de l’administration en général. Cet aspect conflictuel se constate entre les représentants/personnel de la commune et la population où chaque partie tente de faire endosser la responsabilité de la dégradation des quartiers à l’autre. Ces réunions ont reflété également un désir d’entamer un nouveau mode relationnel entre les différents acteurs. Ces débats ont montré surtout l’importance de la communication participative et le besoin (des différents acteurs locaux) d’un tel outil afin de pouvoir coopérer ensemble pour le bien de la commune.

  • 6 Il s’agit de quatre quartiers : Attwithi, Al Habib, Gaddour et Al Khiria.

6Parallèlement, nous avons effectué des visites de terrain et des entretiens avec les populations dans les quartiers sélectionnés6 dans le but de mieux appréhender leurs problèmes et leurs attentes. Dans le même esprit, les associations ont entamé des contacts/réunions privés avec les habitants des quartiers (porte à porte), puis des réunions semi-publiques regroupant des habitants des quartiers et des représentants de la commune/Mairie (essentiellement le responsable du service propreté). Ces débats ont révélé l’ampleur du « ras le bol » de la population et sa révolte contre l’administration (qui constitue à ses yeux le prolongement de l’ancien régime, synonyme de répression et de corruption). De son coté l’administration communale s’est plainte du manque de coopération de la part de la population et d’être injustement négligée voire humiliée par le citoyen et incapable de mener convenablement son travail (notamment dans la gestion des déchets). Cette situation explique en partie la détérioration de l’environnement et la régression de la gestion des déchets dans la région. Le manque et le délabrement du matériel spécifique à la collecte des déchets y est également pour quelque chose. A cela s’ajoute la précarité de l’infrastructure routière et du réseau de l’ONAS (assainissement des eaux) pour assombrir le paysage environnemental et social de la commune.

7Ces données ont persuadé les observateurs et les acteurs sociaux de l’intérêt de faire appel à la nouvelle approche communicationnelle pour temporiser et « amortir le choc » de la confrontation entre les divers intervenants ayant des points de vue et des stratégies divergentes, voire contradictoires, surtout après la révolution. Elles ont crée les conditions favorables au dialogue entre citoyen et responsables communaux ainsi qu’un élan d’espoir pour la réussite de cette phase de transition.

L’élaboration des audits de communication de la commune

8L’approfondissement et la multiplication des entretiens et visites sur terrain ont permis l’élaboration de l’audit de communication de la commune, lequel a mis en lumière la situation de la communication informelle et formelle dans la commune de Sfax et particulièrement dans les quartiers pilotes autour des déchets. Celle-ci a mis en relief la spécificité de la culture locale dans la gestion du processus de communication et de décision au sein des quartiers. Elle a confirmé aussi le caractère conflictuel des relations au sein de certains quartiers dû notamment au dysfonctionnement social et institutionnel et à l’état de crise que traverse le pays. Cet audit a permis également de préparer les conditions nécessaires au lancement d’une stratégie de communication pour le changement social (plan d’action) visant l’implication du citoyen dans les affaires de sa collectivité et en particulier dans la gestion des déchets dans les quartiers. Une telle ambition se devait de passer par le dialogue et la coopération entre citoyen et commune. Les associations ont constitué un partenaire privilégié dans ce processus de réconciliation et de cohésion sociale. Enfin, cet audit a servi de base méthodologique aux associations pour élaborer leur diagnostic et leur propre audit spécifique par quartier.

L’élaboration des plans d’action

  • 7 Deux réunions publiques ont été organisées : une à la cité tawithi et l’autre à la cité El Habib. N (...)

9Une fois les audits de communication/quartier élaborés, on été entamés les préparatifs pour l’élaboration des plans d’action par quartier et ce, à partir des dialogues publics réunissant plusieurs parties : habitants du quartier, représentants de la commune, associations et experts en communication7. Le plan d’action constitue en ce sens une tentative d’opérationnalisation de la nouvelle approche communicationnelle. Sa méthodologie se base sur les composantes suivantes :

  • L’identification des principaux problèmes (par les participants au débat public) ;
  • La détermination des objectifs spécifiques et appropriés aux problèmes identifiés ;
  • Les orientations stratégiques (débouchant sur des actions de dialogue, de concertation et de sensibilisation et impliquant les différents partenaires et acteurs sociaux ayant un rapport avec la question des déchets) ;
  • Les indicateurs : qui permettent d’évaluer l’ampleur du problème et l’efficacité des actions appropriées.
  • Les actions et activités spécifiques qui peuvent avoir un caractère technique (acquisition et décoration de poubelles), social (réunion, débat…) ou culturel et artistique (théâtre, chants, arts plastiques pour la valorisation des déchets…) ;
  • Les moyens matériels, les responsables, le calendrier des activités et les sponsors ou bailleurs et partenaires impliqués dans le financement et le soutien de ces actions.

10En bref, le plan d’action/communication est l’expression d’une volonté collective. Il constitue un outil objectif qui permet la rationalisation puis l’évaluation de l’action associative (spécifique aux déchets) au sein des quartiers et offre donc la possibilité de son amélioration et sa perfection en vue de sa généralisation.

Apports et contributions de la communication participative à la durabilité du programme communal de la gestion des déchets

11La communication participative a été accueillie avec enthousiasme par les différents acteurs sociaux impliqués dans ce secteur. Un tel constat reflète l’originalité de cette approche, peu familière au public tunisien, et à contre-sens de la logique behavioriste qui imprègne les techniques de communication (Pagès 1986). Dans le même temps, il traduit une prise de conscience de l’importance de la communication et de son incidence sur les différentes activités et secteurs de la commune. Ce constat montre enfin l’apport concret et pertinent de cette approche aux divers acteurs impliqués dans la gestion des déchets pris dans la tourmente de la conjoncture politique et sociale du pays.

Implication des acteurs communaux dans une nouvelle logique de gouvernance

  • 8 Soulignons que les représentants de l’ANGED (Agence Nationale de la Gestion des Déchets) et en dépi (...)

12Pour le technicien et le personnel chargé de la collecte, la communication participative permettait de sensibiliser le citoyen à la propreté de son quartier, aux contraintes que rencontrent la commune et le personnel dans leurs taches et enfin de compte d’obtenir son adhésion et sa coopération. La finalité était d’œuvrer pour un mode de gouvernance participatif et responsable pour la propreté du quartier et le bien être de ses habitants8. Cette approche communicationnelle constituait pour les gestionnaires et financiers un outil et une occasion pour persuader le citoyen de l’intérêt de payer ses redevances. Ces dernières permettant à la commune de trouver les fonds nécessaires pour couvrir les frais de collecte et de gestion des déchets, d’acquisition de nouveaux matériaux afin d’assurer la propreté des quartiers et des lieux publics. L’urgence financière étant renforcée par le refus de nombreux citoyens de payer ses impôts communaux après la révolution..

  • 9 C’est ce que certains représentants de la centrale syndicale ont clairement signifié juste après le (...)
  • 10 D’autant plus qu’ils manquent d’expérience et de cadre « fidèles » au sein de l’administration (not (...)

13Le dysfonctionnement de la collecte des déchets est attribué tantôt au délabrement du matériel de la collecte après la révolution. Il s’explique aussi par la conjoncture politique et plus précisément par la vague des grèves du personnel technique et des ouvriers chargés de la collecte des déchets qui exigeaient leur intégration dans la fonction publique, l’amélioration de leur salaire et de leur condition de travail… Cela reflétant du coup les jeux et les stratégies politiques des acteurs communaux. En ce sens, ces mouvements de grève ont en partie été instrumentalisés par l’opposition de gauche (représentée essentiellement par la principale centrale syndicale-UGTT) pour contrer ou mettre en échec le gouvernement de la Troïka9 (composée majoritairement par les islamistes du parti Ennehdha). Cette situation qualifiée de chaotique a persuadé les responsables politiques de la commune à miser davantage sur le secteur privé, en tant contrepoids, pour surmonter le blocage politique et la « dictat du syndicat »10. Cette phase a constitué pour ce secteur une opportunité afin de s’imposer dans le paysage social – à 440 travers la collecte, le tri et la revalorisation des déchets – et d’acquérir une forme de légitimation sociale notamment auprès de l’opinion publique jusqu’alors réticente à la libéralisation du secteur public. Force est de reconnaitre que l’approche communicative était un facteur d’intégration des acteurs sociaux (ici privés) dans le processus de dialogue social, une stratégie de consolidation de leur rôle dans la dynamique communale post-révolution par le biais de la question des déchets.

14Notons que la confrontation politique se laisse voir au sein même de l’administration communale (la mairie) entre cadres/gestionnaires (appartenant en partie à l’ancien régime) et les élus (issus de la révolution-suite aux élections de 2011). Ceci aggravant ainsi le blocage politique et le dysfonctionnement de la gestion des déchets dans la commune. Le mérite de la communication participative était de dévoiler ces jeux politiques tous en poussant les divers protagonistes à trouver un terrain de dialogue, ne serait-ce vis-à-vis de l’opinion publique et des acteurs de la société civile. Pour les élus/représentants locaux (de la délégation spéciale issue de la troïka), la communication communautaire représentait une approche originale et une opportunité pour rétablir des liens de confiance et de coopération entre commune et population. Elle semblait permettre de réhabiliter l’image de leur commune auprès de l’opinion publique, entachée par la période qui a précédé la révolution, et de dissiper l’état de malaise, d’indifférence et de tension accumulée durant des décennies et d’élargir par la même occasion leur assise politique.

15Force est d’admettre que la communication participative était canalisée par cette dynamique sociopolitique. En retour, elle a eu le mérite de créer et de favoriser le dialogue et la reconnaissance mutuelle entre les divers protagonistes et de faciliter pour ainsi dire le processus de transition. C’est un « déclic » que cette approche communicative a pu provoquer et a contribué par la même occasion à l’émergence d’une nouvelle synergie et une tradition participative au sein de la commune. Persuadés de l’importance de l’approche communicationnelle, et suite à l’initiative de la coordination régionale chargée de la communication participative, les responsables communaux se sont lancés dans une perspective de consolidation de la société civile. Dans cet esprit, et dans le but de renforcer le processus d’échange entre associations et commune, mais aussi de réhabiliter la société civile locale et de l’impliquer davantage dans la participation aux décisions, un réseau associatif local a vu le jour (en 2013). Il s’agit du Forum associatif de Sfax qui regroupe environ deux cents associations locales, et qui est doté d’un cadre juridique. Cette initiative a donné suite à un cadre de coopération entre le forum et l’administration communale. Désormais, la société civile locale constitue une partie prenante dans le processus de dialogue, de réflexion, d’élaboration, de suivie et d’évaluation des programmes communaux relatifs aux déchets, et en conséquent un garant de leur durabilité.

16Enfin, cet élan participatif déclenché par la communication participative s’est révélé à travers les journées de sensibilisation et de propreté menées périodiquement dans les quartiers où les différents acteurs se voient impliqués (habitants du quartier, associations, élus locaux, agents de propreté, écoles du quartier, clubs d’enfant, scouts, mass-média locaux…). L’approche et le dialogue avec les habitants sont des facteurs importants dans leur motivation et leur implication. « Ce que vous faites nous intéresse et nous touche… C’est une façon de nous signifier qu’on est là et que nous avons notre mot à dire car le quartier nous appartient… et cela nous donne de l’importance et nous motive à coopérer avec vous pour le bien du quartier » (une habitante de la cité El Habib). Le rôle des familles (et particulièrement les femmes et les enfants) a été mis de plus en plus en valeur dans le processus de la réhabilitation environnementale, rompant avec le découpage classique entre la sphère privée et la sphère publique, entre l’individuel et le collectif. Ces campagnes constituent l’expression d’une prise de conscience environnementale et une volonté des habitants de s’approprier leur quartier et leur destin. C’est également un aboutissement du dialogue social véritable facilitateur du processus de transition sociale et politique et le garant d’un développement intégré et durable.

  • 11 Suite à la fuite du Président déchu Ben Ali le 14 janvier 2011.

17Ces campagnes constitueraient en quelque sorte le reflet et l’écho de l’étape historique et des instants marquant de la révolution où la population a décidé de se prendre en charge – face à l’effacement de l’Etat et de la police11 – en constituant notamment les comités des quartiers pour assurer sa sécurité et sa propreté. L’expérience en communication communautaire et participative menée dans les quartiers est ainsi en grande partie redevable aux temps de l’Histoire qui ont pu réunir les citoyens au delà de leur divergence, brisant au moins provisoirement et en partie le sentiment de peur, d’indifférence et favorisant quelques expérimentations aux allures parfois autogestionnaires.

Changement des conduites citoyennes vis-à-vis des déchets

  • 12 Le questionnaire (administré sur un échantillon de 786 personnes selon les normes de l’institut nat (...)
  • 13 Les données statistiques se référent à l’enquête menée par la GIZ dans le cadre de ce programme (PC (...)

18Outre la démarche qualitative entreprise dans le cadre de l’approche communicationnelle participative – révélant une implication et un engagement de la part des citoyens concernant la propreté de leur quartier –, nous nous sommes également référés aux données quantitatives. Deux enquêtes12 ont été menées dans deux quartiers, (la cité El Habib et la cité Khiriya) auprès des habitants, une en 2012 juste au début de l’expérience et l’autre en 2013. Cette procédure a permis d’évaluer, avant et après, l’impact ou l’écho de cette expérience. Notons qu’un quartier témoin n’ayant pas suivi l’expérience a fait l’objet d’une enquête afin de mieux apprécier l’effet de ce projet sur les quartiers pilotes. Ces enquêtes révèlent un succès relatif de la campagne en ce sens qu’elle a produit un changement positif dans les comportements des habitants relatifs à la gestion de leurs déchets. Ainsi, en se référant aux données de l’enquête de 2012 et 2013, on constate une baisse sensible des taux d’infraction « écologiques » (37,41 % en 2012 contre 21,7 % en 2013-Fig : 1)13.

Fig-1-Evolution des taux d’infractions à Sfax (2012/2013)

Fig-1-Evolution des taux d’infractions à Sfax (2012/2013)

19Cette tendance se confirme nettement dans la cité El Habib (un des deux quartiers où s’est effectuée l’enquête caractérisée par son aspect plutôt populaire). Notons que se sont les infractions relatives aux proliférations des points noirs, à l’enlèvement des déchets ménagers et assimilés (DMA) et aux déchets de construction qui ont été les plus réduits.

Tab-1 Evolution des infractions à la cité El Habib – Sfax

Tab-1 Evolution des infractions à la cité El Habib – Sfax

Fig-2 Evolution des infractions à la cité El Habib – Sfax

Fig-2 Evolution des infractions à la cité El Habib – Sfax

20L’effet positif de cette expérience sur les habitants des quartiers pilotes se voit également confirmée à travers la comparaison avec le quartier témoin (El Bahri). Elles concernent particulièrement la sortie des poubelles, les horaires de sortie, les lieux de dépôt des déchets, et la prolifération des points noirs par les DMA.

Obstacles et défis de la communication participative appliquée aux déchets

21La conjoncture politique du pays, marquée par un état de transition, d’instabilité, de changement (notamment au niveau des délégations spéciales) et d’insécurité constituait une réalité et un véritable défi pour la nouvelle approche communicationnelle et participative et au projet pilote en général. La précarité du secteur associatif tunisien a pesé, en effet, sur la mise en durabilité et l’efficacité du programme. Parmi les facteurs limitants on peut relever : le manque de soutien financier et moral, le manque d’encadrement administratif, social, scientifique, le manque de coordination entre ONG locales et internationales, mais aussi entre ONG et administration… La politisation – voire la surpolitisation – des associations et leur instrumentalisation par des partis politiques et des instances étrangères a aussi été un facteur générant une image « chargée », pour ne pas dire négative, de ces organisations auprès de la population. Avec le risque de les décrédibiliser et leur faire perdre leur légitimité de représentantes de la société et des populations locales. Il faut par ailleurs noter que l’absence d’une véritable politique de développement local, la difficile émergence des conseils régionaux et élus locaux (remplaçant l’omniprésence de l’administration centrale), ont constitué des freins à la gouvernance participative. Cela affectant la durabilité des projets de développement local. Enfin et en dépit des mérites de la communication participative (grâce notamment à son impact sur le public), il n’en demeure pas moins que la communication classique (tributaire de l’approche béhavioriste) notamment celle basée sur la production écrite et les grandes campagnes (et la communication de masse en général) a pu être en retour une source d’enrichissement complémentaire à la première.

Conclusion

22Nous avons pu constater les aspects positifs de la communication participative en tant qu’expérience pilote et originale (dans le cadre du programme communal de gestion des déchets) pour les quartiers sélectionnés pour les différents acteurs impliqués dans la gestion des déchets (citoyen, acteur associatif et responsable communal) en vue de tendre vers un quartier « propre » et géré collectivement. L’avantage réside dans sa démarche horizontale et enracinée dans la réalité socioculturelle des populations locales comme étant la source et l’aboutissement du processus communicationnel, mais aussi environnemental. Cette démarche misait en effet sur le potentiel du citoyen en tant qu’acteur et garant du processus de développement, de changement et de transition. En pratique, tout cela a permis d’intégrer les propositions et les attentes des populations au sein des stratégies de communication des associations et de la commune en général, et de renforcer par la même le processus d’appropriation de leur environnement et de leur espace.

23Enfin, quelque soit le statut du bénéficiaire (gestionnaire ou technicien ou homme politique), cette approche a constitué un moyen susceptible de développer et de rationaliser ses connaissances concernant les problèmes et les attentes des citoyens en matière de gestion des déchets – et de réhabilitation de la région. Par la même occasion, cette approche a contribué à instaurer un modèle de gestion efficace et durable, même s’il reste à en éprouver les effets sur le long terme. L’émergence d’une organisation de la société civile autour de la réhabilitation environnementale des quartiers, telle que manifestée par le Forum des associations, en est un indice.

24Sociologiquement, cette expérience a eu le mérite d’appréhender les interactions entre les acteurs (avec leurs problèmes, leurs attentes, leurs contraintes et leurs stratégies) et les règles qui les sous tendent ainsi que les mécanismes régissant les attitudes et les comportements écologiques. Enfin, il a été possible de mieux apprécier l’originalité de la communication communautaire (appliquée aux déchets) en tant qu’outil d’intégration d’un nouveau mode de vie écologique et durable. Une telle expérience constitue un champ interdisciplinaire et un lieu de rencontre entre sociologie, psychologie, urbanisme, géographie, politique, économie… qui incite du coup les intervenants et spécialistes à porter un nouveau regard sur les faits sociaux, urbains et écologiques en tenant compte de la spécificité locale ainsi que de la dynamique transitoire qui marquent la Tunisie d’aujourd’hui.

Bibliographie

Références

ABDMOULEH R., 2002 « La communication environnementale et son impact sur le public tunisien », Sfax, Revue de la faculté des lettres et sciences humaines. Bouhuth-Jamiyya (Recherches Universitaires), n° 2. p 44-69.

ABDMOULEH R., 2008-a, « L’engagement dans l’action associative écologique : Motivations et handicaps. Le cas tunisien ». Cahiers de Psychologie politique, n° 12, Janvier 2008.
http://lodel.irevues.inist.fr/cahierspsychologiepolitique/index.php ?id=513

ABDMOULEH R., 2008-c, « La logique de la transgression de l’environnement en Tunisie. Contribution à l’étude des conduites écologiques ». Al-Mukaddima, Revue de l’association tunisienne de sociologie, n° 1, p. 67-85, Septembre, Tunis

ABDMOULEH R., 2008-d, « La cause environnementale : son image et son public. Analyse des représentations et des conduites écologiques en Tunisie (le cas de Sfax) ». Courrier de l’environnement de l’INRA (Institut nationale de recherche agronomique-Paris), déc-2008, n° 56, p. 119-131.

Agence nationale de la gestion des déchets (ANGED), Stratégie nationale de gestion intégrée et durable des déchets 2006-2016 ; URL : http://www.anged.nat.tn/files/strategie.pdf

EMELIANOFF C, 2007, « La ville durable : l’hypothèse d’un tournant urbanistique en Europe », L’information Géographique, n° 71, septembre, p. 48-65

GIZ, 2013, Etude sur la mesure de l’indicateur 4.1 relatif au taux d’infraction aux règles de collecte et de transport des déchets municipaux.

GUMUCIO DAGRON A., 2001, Ondes de choc, Histoires de communication participative pour le changement social, Préface de Gray-Felder D., Fondation Rockefeller, New York.

ILLICH I., 1975, Nemesis medical. L’expropriation de la santé, Paris, Seuil.

JOLIVET M., 1998, « Eléments pour une réflexion interdisciplinaire sur le développement durable », Natures, Sciences, Société, Vol, 6 n° 4, p. 50-52.

LATOUCHE S., 2003, « Pour une société de décroissance », le monde diplomatique, novembre.

Ministère de l’Environnement et du Développement Durable (MEDD-Tunisie) 2005, Pour un Développement Durable. Le Programme Régional de l’Environnement. Gouvernorat de Sfax.

Ministère de l’Intérieur et de Développement Local, Municipalité de Sfax, 2005, Stratégie de Développement du Grand Sfax-2016, Rapport de synthèse, Plan d’Action Prioritaire.

PNUD, 2010, « La communication pour le développement ».

SACHS I., 1998, L’éco-développement, Syros, nouvelle édition.

THEYS J., 2002, « L’approche territoriale du "développement durable", condition d’une prise en compte de sa dimension sociale », Revue Développement Durable et Territoires.

TOURAINNE A., 2004 « Action collective », Encyclopedia Universalis

Notes

1 CFSC (en anglais : communication fort social changment).

2 Cette expérience est le fruit d’une collaboration entre le ministère de l’environnement – l’Agence Nationale de la Gestion des Déchets (ANGED), le ministère de l’intérieur via les communes et la société civile locale, (avec le soutien de la GIZ-coopération allemande) et s’étend sur deux ans (2012-2013).

3 Notons que ce programme a vu le jour en 2010 (et lequel s’intégrant au sein d’une nationale de la gestion des déchets). Les évènements ayant succédé la révolution ont freiné ce programme.

4 Le gouvernorat de Sfax est situé dans l'Est du pays et couvre une superficie de 7545 km ² soit 4,6 % de la superficie du pays. Sa population compte plus de 800.0004 habitants, ce qui le place au second rang derrière le gouvernorat de Tunis. Son chef-lieu est Sfax (INS 2004).

5 En tant que psychosociologue chargé de la communication.

6 Il s’agit de quatre quartiers : Attwithi, Al Habib, Gaddour et Al Khiria.

7 Deux réunions publiques ont été organisées : une à la cité tawithi et l’autre à la cité El Habib. Notons que les associations de la cité Gaddour et celle de khiria, et bien qu’elles ont effectué des débats semi-public et ont élaboré leur audits de communication (et pour des raisons logistiques), elles n’ont pas pu aller jusqu’au bout et mettre au point leur plan d’action.

8 Soulignons que les représentants de l’ANGED (Agence Nationale de la Gestion des Déchets) et en dépit d’une reconnaissance du rôle de la communication considèrent que cet aspect est subordonné à des questions d’ordre technique (matériels, décharges…) juridique et administratif. Selon eux, dans ce paysage « chaotique » (marqué par la précarité technique, le flou juridique et le laissé aller administratif), les considérations psychologiques, relationnelles et culturelles seraient secondaires et périphériques.

9 C’est ce que certains représentants de la centrale syndicale ont clairement signifié juste après le succès (inattendu) du parti islamique Ennahdha en 2011. La volonté politique de la gauche (incarnée par le syndicat UGTT) s’est manifestée à travers le nombre de grèves qui a atteint record historique (environ 30. milles grèves-tous secteurs confondus) durant les 3 années du gouvernement d’Ennahdha.

10 D’autant plus qu’ils manquent d’expérience et de cadre « fidèles » au sein de l’administration (notamment communale).

11 Suite à la fuite du Président déchu Ben Ali le 14 janvier 2011.

12 Le questionnaire (administré sur un échantillon de 786 personnes selon les normes de l’institut national des statistiques). Il comporte 2 parties. La première est basée essentiellement sur le questionnement avec 11 questions au total et comportant un choix fermé de réponses. La seconde partie basée sur l’observation permettant à l’enquêteur de vérifier la véracité des commentaires recueillis et surtout d’y noter les éléments observables sur terrain. L’administration du questionnaire a été faite dans la période du mois de mai et juin 2012, en porte à porte et de manière exhaustive.

13 Les données statistiques se référent à l’enquête menée par la GIZ dans le cadre de ce programme (PCGD) intitulée : Etude sur la mesure de l’indicateur 4.1 relatif au taux d’infraction aux règles de collecte et de transport des déchets municipaux, Nov 2013.

Table des illustrations

Titre Fig-1-Evolution des taux d’infractions à Sfax (2012/2013)
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/163/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Tab-1 Evolution des infractions à la cité El Habib – Sfax
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/163/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Titre Fig-2 Evolution des infractions à la cité El Habib – Sfax
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/163/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 324k

Auteur

Maitre de conférences HDR en sociologie, Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Sfax (Tunisie)

© Carrières Sociales Editions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540