Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et quartiers durables : la place des habitants

 | 
Pascal Tozzi

3ème partie : Opportunités d'appropriations et de « résistances » citoyennes/habitantes

Les représentations sociales des écoquartiers. Leurs interactions avec les enjeux de la concertation, de la participation et de la consommation responsable…

Guy Di Méo et Karen Foussette

Texte intégral

1De nos jours, les écoquartiers, devenus un outil majeur du renouvellement de l’espace des villes et agglomérations de toutes tailles, occupent le devant de la scène urbaine. Il s’agit d’ensembles d’habitations et de services présentant un certain nombre de caractéristiques environnementales, techniques et sociales. On citera, pour mémoire, la réduction des consommations d’énergie (Bâtiments Basse Consommation – BBC), pouvant aller jusqu’à l’autonomie énergétique) et d’eau (récupération des eaux pluviales, toilettes sèches, etc.), la limitation et le retraitement des déchets, le choix d’éco-matériaux de construction (Haute Qualité Environnementale - HQE). On mentionnera également l’obtention locale d’un bilan carbone équilibré obtenue d’abord au prix d’une meilleure gestion des déplacements (transports en commun, vélo, marche à pied…) éloignant l’automobile, ensuite par le moyen d’une augmentation des superficies d’espaces verts et arborés stimulant en plus la biodiversité... Dans l’optique de l’idéologie de la ville durable à laquelle ils se rattachent, les écoquartiers devraient également satisfaire des objectifs tant sociaux (mixités socio-économique, ethnique et générationnelle, accès facilité aux activités sportives et culturelles, aux loisirs y compris pour les personnes peu mobiles) qu’économiques (plurifonctionnalité des activités commerciales ou de services, intégration de secteurs productifs respectueux de l’environnement et du travail, etc.). Ajoutons qu’un écoquartier implique aussi, dès sa phase de projet, l’exercice d’une démocratie participative associant ses habitants, futurs sinon actuels, aux différentes étapes de son processus de conception/réalisation. Dans les faits et faute d’une réglementation précise en dehors de quelques objectifs de développement durable à respecter et d’empreinte écologique à réduire (émanant en France des recommandations du « Grenelle de l’environnement »), l’on voit fleurir des promotions d’ensembles immobiliers (type BBC) qui ne reproduisent qu’à la marge le modèle générique, ci-dessus esquissé, qu’elles revendiquent pourtant.

2Le succès des idées environnementalistes, associé à un effet de mode, voire à de réelles aspirations des citadins à l’amélioration des conditions de leur vie quotidienne, explique cet engouement en faveur des projets d’écoquartiers. Il vient d’abord d’élus soucieux de promouvoir une ville durable, attentifs à satisfaire des électeurs qui tendent à s’éloigner d’eux, car déçus par l’action publique. Ce goût pour l’écologie, la nature et les espaces verts dont témoignent nos contemporains ébranlés par les perspectives catastrophistes du réchauffement climatique et de la pollution de la planète, suscite aussi, il faut bien l’avouer, un certain « rush affairiste » vers les écoquartiers. Du coup, ceux-ci surgissent principalement d’anciennes friches urbaines ou agricoles. Là, ils peuvent être livrés, à grand renfort de publicité et avec un minimum d’exigences écologiques, à des coûts fonciers modérés réservant de confortables marges à leurs promoteurs. En revanche, ces derniers s’engagent moins volontiers dans les tissus anciens des villes où les problèmes tant techniques que sociaux et financiers qu’ils devront affronter les rebutent. Certes, plus d’un mouvement citoyen participe aussi à cette forme de renouvellement urbain. Le secteur associatif et militant donne souvent naissance aux écoquartiers les plus accomplis. Il y parvient, il est vrai, au prix de temps de réalisation plus longs, dans le cadre d’opérations plus modestes que celles qui sont menées, tambour battant, à l’instigation des élus (municipalités) et des groupes privés ou parapublics du BTP dépendants du capital financier.

3L’objet de ce texte n’est pas de disserter sur les écoquartiers, de dévoiler leur fonction, pourtant capitale, d’opérateurs du tri social au sein des nouveaux espaces urbains. Non, notre but consiste ici à poser quelques questions quant au contenu et à la signification des images que véhiculent ces écoquartiers, en regard de l’évolution d’une demande sociale renouvelant le rapport des habitants aux espaces urbains. Nous avons retenu pour ce faire quelques composantes de cette demande ; en l’occurrence l’aspiration supposée à la « concertation » et à la « participation », à la démocratie participative locale des habitants. Nous avons ajouté à ce questionnement politique des éléments associés à la consommation et aux pratiques des citadins que nous avons interrogés. Nous avons ainsi enquêté sur les rapports à la consommation alimentaire (en regard de la notion de « consommation responsable ») d’un groupe test d’habitants de Bordeaux ou de ses banlieues immédiates. L’hypothèse sous-jacente à cette recherche est double. D’une part, nous pensons que le goût pour les écoquartiers, pour une consommation plus responsable, pour des déplacements plus doux, plus collectifs et moins motorisés dans la ville, l’envie de participer à une gouvernance élargie de leurs espaces de vie participent, chez nos contemporains, d’une sorte de continuum de mentalités très actuelles. D’autre part, nous posons aussi que la société urbaine est loin de s’aligner de manière uniforme sur un tel unanimisme comportemental. Des réticences, des méfiances et des suspicions de tous ordres demeurent. Loin d’être abolies, les valeurs anciennes, encouragées par d’inévitables résistances au changement et par une forte méfiance à l’égard des acteurs du pouvoir comme de l’économie, mettent un frein à cette idée quelque peu utopique de l’avènement d’une « écocité ». Dès lors, si l’on veut tenir le pari de la « ville durable », quelles sont les barrières qu’il convient de lever ?

4Pour répondre à cette question et tester nos hypothèses, nous avons constitué un corpus d’entretiens en recueillant les propos de 35 résidant-e-s (19 femmes et 16 hommes) de l’agglomération bordelaise (dont 30 Bordelais proprement dits, bien répartis sur le territoire de la commune). Ces habitant-e-s ont été sélectionnés de façon aléatoire avec, toutefois, une accentuation délibérée portée sur le groupe des jeunes adultes susceptibles d’accéder à la propriété d’un logement, voire de changer de résidence après une expérience locative ou de primo accédant. Ce point était essentiel si l’on souhaitait s’enquérir de l’appétence de nos interlocuteurs et interlocutrices pour un logement en écoquartier. En conséquence, si l’âge des hommes de notre échantillon s’échelonne entre 22 et 70 ans, la moyenne dépasse à peine 31 ans et leur plus fort regroupement (12 sur 16) s’effectue sur la tranche des 22 à 36 ans. Du côté des femmes, si l’éventail est plus large (de 21 à 83 ans), il se resserre sur l’intervalle des 24 à 33 ans (10 sur 19) et leur effectif affiche une moyenne tout juste supérieure à 32 ans. Dans le registre des catégories professionnelles et sociales, l’échantillon offre une variété assez représentative de la population de la métropole bordelaise. En effet, pour les hommes comme pour les femmes rencontrés, un équilibre s’établit entre les secteurs d’emploi public-parapublic et privé : 4 hommes et 7 femmes pour le premier groupe ; 4 hommes et 9 femmes pour le second. Les autres cas concernent des retraité-e-s (2 femmes et 1 homme), des étudiant-e-s (4 hommes et 2 femmes) et des personnes d’âge actif sans emploi (2 hommes). Une certaine pluralité ethnique, au sein de ce groupe, est également respectée

5Ces 35 personnes ont été interrogées par Karen Foussette sur la base d’une grille d’entretien aux objectifs plus vastes que ceux qui ont été retenus dans cette contribution. Ils portaient aussi sur les usages du corps en milieu urbain, sur l’ensemble des pratiques de l’espace, de consommation et de loisir… Les entretiens semi-directifs ont duré, chacun, entre une et deux heures. Ils ont été menés tantôt au domicile de l’interlocuteur, tantôt dans un lieu public, le plus souvent de manière détendue, ce qui devrait logiquement augurer de déclarations plutôt sincères. Le lecteur aura bien compris que nos attaches conceptuelles et méthodologiques s’ancrent, ici, dans l’univers que nous jugeons compatible des théories de la structuration sociale et de la phénoménologie ou, plus exactement, de l’individualisme méthodologique.

  • 1 Emprunté au latin et à l’italien concertare, « concerter » signifie « projeter quelque chose en com (...)
  • 2 Venant du latin participare qui combine les acceptions de « partager », « répartir », « avoir sa pa (...)
  • 3 L’étymologie de l’adjectif « responsable » « qualifie la personne qui doit rendre compte de ses act (...)

6Forts de ces ressources, nous développerons notre propos au fil de deux parties. La première fera le point sur les images, les représentations et, plus rarement, les vécus (3 personnes interrogées habitent un écoquartier et 6 travaillent dans un autre) des écoquartiers. La deuxième partie évoquera les idéaux et les valeurs d’une ville soutenable en termes de démocratie locale (« concertation »1 et « participation »2) et de « consommation responsable3 » (surtout alimentaire). Au terme de cette partie, nous formaliserons les correspondances ou les distorsions, pour chaque personne rencontrée, relevées entre ses représentations des écoquartiers, de la démocratie locale et de la « consommation responsable ». Nous admettrons que ces trois critères (il y en aurait d’autres) fournissent les marqueurs crédibles d’une aspiration à la ville durable ou, a contrario, ceux de l’impréparation des habitant-e-s à la fonder. L’objectif, encore modeste, sera d’évaluer l’état d’acceptation, voire de désir, ou, au contraire, l’état d’incertitude, voire de refus des citadins devant la perspective des changements urbains qui accompagnent nécessairement l’impératif annoncé de la ville durable.

Des représentations des écoquartiers hésitant entre séduction et scepticisme

  • 4 Au sens de représentations mentales plus fondées que les strictes représentations individuelles et (...)

7Les représentations et les images4 des écoquartiers ne traduisent pas une adhésion sociale unanime à ce type d’habitat pourtant très valorisé, de nos jours, par les politiques publiques comme par la promotion immobilière privée. En effet, 13 des 35 opinions que nous avons recueillies sur leur compte, soit plus du tiers, formulent une appréciation négative ou majoritairement négative de ce nouveau type d’espace urbain. En revanche 22 de nos interlocuteurs-trices, soit près des deux tiers, émettent à leur propos un jugement favorable, modéré et critique (14), à très favorable (8).

8Il est intéressant d’observer que dans notre échantillon, les femmes se révèlent plus méfiantes que les hommes à l’égard des écoquartiers. En effet, alors qu’elles furent plus nombreuses qu’eux à s’entretenir avec Karen Foussette, elles deviennent minoritaires lorsqu’il s’agit de vanter les mérites de ce nouveau modèle urbain : 3 d’entre elles seulement émettent des avis très favorables le concernant contre 5 hommes. Quant à ceux-ci, ils sont encore plus nombreux à formuler sur ces quartiers un avis partagé mais positif (8 contre 7), alors que 10 femmes pour 2 hommes en font une critique en règle. On sait que les femmes sont plus proches que leurs congénères masculins des réalités matérielles de la vie quotidienne (effet de genre). Faut-il en déduire qu’elles mesurent, avec plus d’acuité et de pertinence qu’eux, les faux semblants des effets d’annonce et de l’intense publicité faite aux écoquartiers ? Seraient-elles, dès lors, plus sensibles que les hommes aux abus de langage dont témoignent ces nouvelles formes de promotion urbaine ? Décoderaient-elles, avec plus de clairvoyance, le discours fallacieux tenu sur les écoquartiers, lequel promet à bon compte une vie meilleure, plus éthique, plus équitable, plus saine, moins polluante, plus solidaire, etc., à leurs habitants ? En réalité, leurs promoteurs, lorsqu’une fibre militante ne les anime pas, ne profitent-ils pas du tremplin de l’idéologie du développement durable pour en multiplier les dérives marchandes et procéder sans vergogne à leur instrumentalisation politique ? De cela, les femmes, plus rompues que les hommes au pragmatisme des exigences domestiques, n’en seraient-elles pas plus conscientes ? Ce ne sont là, bien sûr, qu’hypothèses qu’il conviendrait de creuser.

9L’analyse de notre échantillon indique que les professions des personnes interrogées n’ont pas grande incidence sur leurs opinions à l’égard des écoquartiers. En revanche, leurs expériences vécues, au sens de ce que Bourdieu appelait les conditions objectives (passées et actuelles) de leur existence, semblent jouer un rôle plus fondamental dans la formation de ces appréciations sur les écoquartiers. Deux exemples l’attestent.

  • Primo, citons le cas de personnes (3 ou 4 dans notre échantillon) s’affichant de culture et d’éducation ouvertes à d’intenses rapports avec la nature, soit la vie à la campagne dans des conditions de confort sommaire, la pratique du jardinage raisonné et du compost, celle de la vie au grand air et du naturisme, etc. Il ressort pour les représentants de ce groupe, certes étroit dans notre échantillon, que l’idée d’écoquartier paraît artificielle et étrange. Ils déclarent n’avoir nullement besoin d’un tel cadre de vie à la mode, qu’ils jugent souvent suspect de marchandisation à peine cachée et d’arrière-pensée politique, pour mener, sans le crier sur les toits, la « bonne vie » que conseillent les idéaux du développement durable.
  • Secundo, si l’on retient le groupe d’individus bénéficiant d’une expérience en écoquartier (résidentiel ou professionnel), il ressort assez clairement qu’il se compose principalement, pour l’heure et dans notre très modeste échantillon, de représentants des petites classes moyennes : fonctionnaires de l’enseignement, personnes sans emploi, cadres moyens du secteur privé, professions indépendantes et chefs de petites entreprises, employés, retraités, etc. Soit rien qui n’accrédite encore les craintes émises par nombre de nos interlocuteurs de voir ces écoquartiers devenir d’inquiétantes « citésghettos de banlieue ». Or, malgré l’homogénéité socioprofessionnelle et même générationnelle (des trentenaires pour l’essentiel) de la dizaine d’individus enquêtés correspondant à cette catégorie, il ne ressort aucun unanimisme quant à leur appréciation des écoquartiers et de la vie que l’on y mène. Certes, pour les résidants comme pour les patrons et salariés des entreprises qui y trouvent place, leur expérience en écoquartier est récente. Elle ne remonte qu’à quelques mois ou à quelques brèves années dans le meilleur des cas. Il n’empêche que l’on rencontre parmi eux des partisans farouches de cet habitat (3 au total), aussi bien que des adversaires jurés (4) ; sans omettre des gens totalement partagés (3). On ne peut donc rêver dispersion plus étale et différenciation plus accentuée des opinions divulguées ! Gageons qu’un recours aux histoires personnelles est nécessaire si l’on veut comprendre ces contradictions. Une fois ces données générales évoquées, il convient tout de même de regarder plus en détail de quelle façon se partagent et surtout s’expriment les convictions de nos interlocuteurs et de nos interlocutrices sur les écoquartiers.

Une solide minorité de jugements globalement sévères

10Parfois, nos interlocuteurs et interlocutrices ne mâchent pas leurs mots. Il est vrai que certaines de leurs allégations se fondent plus sur des préjugés, ou sur une méconnaissance des quartiers en question, que sur des arguments solides, venant étayer des critiques objectivement fondées. Quoi qu’il en soit, ce sont là des représentations tenaces qui nous sont bel et bien révélées. Elles contribuent à dessiner un imaginaire social des écoquartiers sensiblement moins glorieux que celui que s’efforce de brosser le discours unanimement laudatif des municipalités et des prometteurs.

Un rapport parfois ambigu à la mixité sociale

11Ainsi, tel résidant de l’écoquartier Ginko (Bordeaux - Lac) craint que « ça vieillisse mal », à la fois parce que les matériaux utilisés pour la construction ne lui paraissent pas de bonne qualité et « parce qu’ils (les gestionnaires de l’écoquartier) vont déplacer ici tous les gens de Lormont (quartier d’habitat social de la rive droite) (…) Ça va nous poser des problèmes (…) précise-t-il. Déjà il faut savoir qu’il y a eu beaucoup de vols et de dégradations (…) La voiture de mon amie a eu deux pneus crevés à coups de couteau. » A vrai dire, l’esprit de la déclaration qui précède se retrouve dans nombre de propos, sous une forme plus ou moins atténuée et édulcorée. Pour cette étudiante avancée, les écoquartiers éveillent pas mal de doutes quant à leur devenir social. « Là où je suis sceptique, dit-elle, c’est que, dans tous les cas, ça finira en ghetto : ghetto de pauvres pour ceux où les logements sociaux sont nombreux, gated communities (ou ghettos de riches) pour les plus huppés. » Cette sélection par l’argent, c’est bien ce que redoute ce jeune employé d’un cabinet d’architecte qui, en raison de sa profession, connaît bien la question (prétend-il) et voudrait y habiter, mais reconnaît : « je n’ai pas tout à fait le budget pour acheter, du moins pour le moment. »

Une densification urbaine et une localisation pas toujours appréciées

12Pour cette jeune femme, modeste employée de la poste, « y a un peu trop d’monde (…) beaucoup trop d’bâtiments quand même (…) C’est pas très beau. » Et puis, « c’est trop éloigné, j’vois pas l’intérêt. » Dans ce cas, c’est plus la densité humaine et celle du bâti – autre critique fréquente –, associée à la distance importante (quelques kilomètres, mais de bonnes liaisons de transports en commun) séparant l’écoquartier du centre-ville de Bordeaux, que la composition sociale proprement dite, qui est déplorée.

13Une autre jeune femme, assistante de direction dans une entreprise de l’écoquartier Darwin (rive droite de Bordeaux – Benauge), fait un constat à peu près similaire : « La démarche écoquartier c’est super, c’est tentant (…) Mais c’est loin, c’est des immeubles et quand il y a une hauteur d’immeuble, comme ça, moi j’aime pas trop. »

14Plus âgée, une directrice conseil de l’écoquartier Darwin, où elle travaille sans y résider, dit la même chose : « Je suis pas emballée (…) Ce qui me déplaît c’est le fait que les habitations soient si proches les unes des autres (…) Ça donne un côté étouffant. J’ai l’impression qu’on peut tendre une corde à linge entre les bâtiments (…) On perd son intimité, tout le monde a une vue sur l’appartement des autres (…) La densité de population, c’est ce qui me déplaît le plus. »

15C’est le même regard que porte sur Ginko cette infirmière en retraite : « On est passé devant, l’autre jour, c’est une horreur ! Les immeubles sont trop proches les uns des autres. » La responsable de projet d’une entreprise de Darwin partage la même opinion : « Je n’ai jamais pensé y habiter, ça ne me plaît pas (…) Ben à Ginko, y a très peu d’intimité finalement, j’ai l’impression que c’est des cages à lapins. On est les uns sur les autres (…) Et puis, comme tout ce qui est nouveau bâtiment, je ne trouve pas ça esthétique. »

16Une femme d’âge plus mûr, travaillant également à Darwin (architecte d’intérieur) se révèle tout aussi critique : « C’est une bonne idée, mais c’est fabriqué, c’est transplanté, ça fait un truc qui est extérieur (…) Ça me rappelle la banlieue et j’ai horreur de la banlieue » (où elle a vécu, à Bagneux, dans sa jeunesse). Et d’ajouter, ce qui rejoint une autre réserve déjà formulée : « les écoquartier, s’ils sont trop loin de l’offre culturelle urbaine, c’est nul quoi ! Moi, c’que j’aime, c’est sortir de chez moi, aller dans un resto, à pied, aller au cinéma, aller m’acheter des livres (…) Voilà, pour moi, un écoquartier ça doit être un quartier où on fait tout à pied. »

17Plus hostile, une jeune universitaire, mère de famille (un enfant) mariée, vivant à proximité du centre-ville, ne voit dans les écoquartiers que « délires d’écolos ». Si elle est très favorable à ce que « l’on réfléchisse à de nouvelles formes d’habiter », elle pense que, de toute façon, « mettre un écoquartier à l’autre bout de Bordeaux, à côté d’une zone industrielle (…) » donnera naissance à « un grand ensemble comme un autre ».

18La contestation de l’architecture des bâtiments, celle de leur agencement urbanistique et de leur localisation dans la ville se retrouve dans nombre d’autres entretiens. Ainsi, pour cette jeune travailleure sociale qui projette sur l’idée d’écoquartier des images qu’elle déteste : « Tout va se ressembler. J’ai du mal avec ces résidences toutes pareilles (…) Petite vie posée, le jardin devant, avec le chien (…) Ça m’attire pas du tout quoi, pas du tout, du tout, non. »

Une amorce de critique politique

19D’une autre nature, plus politique, s’avère la remarque d’un ingénieur d’études de l’Université, tout juste trentenaire, qui précise à propos du principe de l’écoquartier : « C’est valable quand ils réhabilitent des friches industrielles (…) ou quand c’est pris en main par des associations, par les futurs habitants. Ça me plaît moins quand c’est un argument commercial porté par des promoteurs immobiliers. »

20C’est bien ce que relève ce chargé de clientèle de la Banque Postale, âgé de 34 ans : « Quand je sais que c’est Bouygues qui fait un écoquartier (cas de Ginko à Bordeaux), ça me laisse plus ou moins perplexe. J’ai du mal à me persuader que le bétonneur français numéro va faire un effort pour le développement durable. »

21Quant à cette femme célibataire d’âge mur, au chômage, qui s’efforce de gagner sa vie comme elle peut et se revendique d’une véritable éducation « soixanthuitarde » et écologiste (elle vit d’ailleurs dans un logement en BBC sur la rive droite, près de l’écoquartier Darwin) : « tout l’côté écoquartier, Darwin et compagnie (…), ça reste pour moi des businessmen, des traders déguisés en humanistes citoyens, des opportunistes grimés en écolos. Ils ont juste trouvé une manne, le bon moyen de gagner de l’argent (…) Ils se la racontent un peu, pour moi. »

  • 5 Notons que dans la mesure où nos interlocuteurs vivant en écoquartier n’y demeurent que depuis peu, (...)

22Les critiques les plus sévères des écoquartiers portent donc sur leur localisation trop périphérique par rapport aux lieux centraux de l’agglomération, sur leur densité trop forte, leur promiscuité, leur contenu social (supposé ?). Pour les uns, celui-ci les rapproche trop de ces cités d’habitat social stigmatisées et honnies où personne ne voudrait habiter. Pour les autres, au contraire, ils préfigurent les nouveaux ghettos de riches de demain. Leur durabilité suscite aussi des inquiétudes : plus d’une ou d’un de nos interlocuteurs émettent des doutes sur la qualité des matériaux employés pour les bâtir. Ils remettent en question celle de leur architecture ou de leur aménagement. D’autres ne voient dans leur promotion que de grossiers montages financiers et affairistes. Le déficit d’espaces verts qui, prétendent certains, les caractériserait, est également déploré5.

Des avis plus favorables, mais nuancés

23Même pour celles et ceux qui adhèrent à l’idée et au projet d’écoquartier, il convient d’admettre que le désenchantement est souvent de rigueur.

C’est mieux que rien, mais avec des réserves

24Deux étudiants de l’IUT Carrières sociales (garçon et fille) ont abordé de près, dans le cadre de leur formation, les écoquartiers bordelais. Ils apprécient le principe. L’un, le jeune homme, s’est même renseigné pour louer en colocation, avec trois copains, un grand appartement qu’ils auraient pu occuper pour six ou sept cents euros… Mais il y a renoncé, trouvant les prestations peu convaincantes (problèmes d’isolation phonique en particulier) et les lieux (écoquartier Terre Neuve, à Bègles, au sud de Bordeaux) « plutôt tristes ». Ce que confirme la jeune fille, une amie de la même promotion. Et l’étudiant de conclure : « Cet écoquartier là me faisait pas rêver, quoi ! »

25Même son de cloche chez ce jeune couple de néo bordelais (elle, contrôleuse des impôts ; lui, sans travail) qui ont été séduits, au printemps dernier, lors de leur arrivée à Bordeaux, par l’idée de s’installer à Ginko. Ils avouent y avoir vite renoncé pour une série de raisons qui résument assez bien l’ensemble des griefs plus haut évoqués. La jeune femme affirme que « c’est cher » pour une résidence qui ressemble à s’y méprendre à une « cité ». Si pour l’heure « C’est sympa parce que c’est neuf (…) Dans 15 ans ça ressemblera à rien ; ça ne vieillira pas très bien » (allusion à la qualité médiocre des matériaux utilisés et à l’agencement peu soigné des lieux). D’ailleurs, « ils en ont fait trop au même endroit » estime-t-elle. Du coup, « Pour acheter, non, c’est sûr ! Après, pour y vivre quelque temps, pourquoi pas, hein ! » De toute façon, « Ça faisait un peu loin du centre et surtout de la gare, pour moi » (elle travaille en effet à la perception de Libourne, à 30 kilomètres de Bordeaux, où elle se rend en train, chaque jour).

26« Ecologiste dans l’âme », comme il aime à se présenter, cet étudiant en droit de 27 ans, qui travaille dur pour se tirer d’affaire et payer ses études, voit dans les écoquartiers, comme il dit, « un mieux ». D’où ce constat logique : « Je vais pas dire que c’est pas bien ». Il n’en affirme pas moins que « C’est juste du gros marketing (…), du flanc », une sorte d’argument de vente visant à placer sur le marché du logement des produits chers et assez quelconques. Pour lui, ce que l’on présente comme des fleurons de la production immobilière ne devrait, ni plus ni moins, que constituer la norme : « des apparts mieux isolés (…), et plus de panneaux solaires… »

27Pour cet autre étudiant, géographe cette fois et originaire de La Réunion, le propos n’est guère différent. « C’est d’la pub (…), un phénomène de mode (…), de classement des villes qui cherchent, chacune, à être la plus verte, la plus écolo, etc. » Ce qui ne l’empêche nullement d’affirmer : « Dans l’idée c’est quand même bien, enfin j’vais pas critiquer et tout (…), mais c’est pour s’donner bonne conscience (…), ça reste marginal. »

28D’un âge voisin, cette jeune diplômée, vendeuse dans un magasin de prêt-à-porter de la banlieue bordelaise et vivant au cœur de Bordeaux, considère Ginko comme son quartier idéal (réponse à l’une de nos relances au cours de l’entretien). « L’espace est sympa -dit-elle, c’est une petite ville dans la ville (…), de l’espace vert, un lac (…). C’est tranquille. » Si elle y habitait, il faudrait néanmoins que ce fût « au dernier étage de l’un des bâtiments. Pour être tranquille, avoir une belle vue et avoir le moins de vis-à-vis possible », car « les habitations sont tout de même trop proches les unes des autres » (reproche déjà noté au paragraphe A, plus haut). Si elle n’est pas dupe de l’effet de mode dans lequel s’inscrivent les écoquartiers (« C’est un peu comme le bio, le BBC, une marque quoi »), leur banalisation semble vaincre ses réticences : « Comme ça se fait de plus en plus, je me dis que oui, y doit y avoir quand même des avantages, c’est conçu pour… »

29Quant à cette secrétaire lourdement handicapée (amputée d’un pied à la suite d’un accident de bicyclette), qui vient d’avoir trente ans, vit en couple et habite une maison individuelle aux portes immédiates de Bordeaux, le projet qu’elle caresse de s’installer dans un écoquartier s’associe à son désir très vif de grossesse. Élever à deux des enfants, dans un contexte convivial, éducatif et solidaire, telle qu’elle se représente l’ambiance d’un écoquartier, revêt à ses yeux quelques uns des attraits d’une vie réussie. Elle ne parle pas à la légère puisqu’elle nous informe être « allée à Ginko dimanche dernier ». Sans modifier complètement son opinion, cette visite l’a toutefois déçue. Elle estime en effet que « Les bâtiments sont vraiment trop proches les uns des autres ». Et puis, « pour un quartier qui se veut écologique, ça manque d’espaces verts » nous confie-t-elle.

Des rumeurs négatives qui influent sur les représentations

30Trois opinions recueillies ont enfin retenu notre attention dans la mesure où elles ne s’appuient que sur une très faible connaissance des écoquartiers et ne font qu’exprimer des impressions purement subjectives. Les représentations qu’elles traduisent s’imprègnent donc du matériau incertain des idées reçues et des rumeurs ambiantes. C’est à ce titre de révélateur d’une idéologie dormante qu’elles nous intéressent. Ne collent-elles pas assez bien avec les avis majoritaires, mieux informés (c’est là que l’effet idéologique est patent), enregistrés lors de nos enquêtes ?

31Ainsi, ce danseur professionnel d’une trentaine d’année, vivant épisodiquement (entre deux tournées nationales ou internationales) dans le quartier des Chartrons (au nord du centre de Bordeaux), parvient à citer quelques lieux d’écoquartiers présumés : « Rive droite (…) il se passe quelque chose, de l’autre côté de l’eau (…) avec des petites maisons, des petites échoppes … » Ou encore « Y en a un autre qui s’est fait (…) vers Bacalan (rive gauche cette fois), y a des poutres en bois (…) C’est reconnaissable parce qu’on y voit du bois : donc on s’dit, bois égale écolo… Ça a l’air sympa. » Mais il ajoute aussitôt : « ça a l’air de mal vieillir. » Et de préciser : « Dans la notion d’écologie (…) y a quelque chose qui fait penser à biodégradable. » Or, poursuit-il, « Un logement que je viens d’acheter, j’ai pas envie qu’il soit biodégradable… » Ce raccourci n’évoque-t-il pas un certain malaise, éprouvé aussi par d’autres personnes, devant de tels bâtiments si peu différents de tous ces édifices contemporains hâtivement bâtis, présentés néanmoins, ici, comme des constructions « durables » ?

32Pour cet éducateur spécialisé plus âgé (48 ans), père de famille (trois enfants) et locataire d’un appartement à Bègles, son idéal de vie serait de résider « Dans un quartier où il y aurait de la verdure, des arbres, de l’herbe (…) Un peu de proximité (commerces de proximité, de la culture, de l’éducation autour, des écoles), mais pas trop, du lien social, mais pas trop proche (…), sans voitures, en privilégiant les énergies renouvelables (…), avec de la mixité sociale … » Il reconnaît que ce qu’il appelle un tel « quartier écolo (…), c’est dans l’air du temps et c’est bateau. » Cependant, ça n’a rien à voir, d’après lui, avec « des écoquartiers comme Ginko ou ceux de Bègles (…) où la densification est importante et la qualité des bâtiments n’est pas terrible. » Il relativise toutefois son jugement, précisant : « C’est le peu d’échos que j’ai sur Ginko (…), après, d’autres écoquartiers, j’en connais pas. » Ce propos, formulé à partir d’une information limitée, n’en rejoint pas moins d’autres témoignages mieux étayés.

33Dernier exemple, celui de ce modeste ouvrier de 35 ans, vivant en couple dans un appartement en location du quartier périphérique bordelais (S-O) de Saint-Augustin. Encore moins instruit, en matière d’écoquartier, que notre interlocuteur précédent, il croit que vivre dans un tel lieu, dont il n’a que très incidemment entendu parler, « ça peut être agréable ». Cependant, « c’est toujours pareil -poursuit-il, à son avis-, c’est une question de tarif » (ou si l’on préfère de prix).

34Part du rêve, part aussi de cet imaginaire collectif contemporain qui épouse peu ou prou, à grand renfort de discours et de propagande, l’idéal d’un environnement géré selon les préceptes, claironnés plus qu’appliqués, du développement durable ? Ces déclarations paraissent épouser la nouvelle idéologie de la ville durable, tout en témoignant d’un appréciable recul critique. Celui-ci amène les habitants à démasquer, comme on vient de le voir, derrière des slogans qui s’apparentent au marketing commercial, les carences notoires, réelles ou supposées, de ces nouveaux ensembles d’habitation. Ces derniers, livrés trop souvent, à Bordeaux, clé en main et sans concertation préalable (nous ne parlons même pas de participation), par un capital avide (ou suspecté tel) de profit, d’aubaines foncières, fiscales et financières, s’avèrent au total fort peu écologiques, au sens très sociétal et même environnemental où l’entendent la plupart de nos interlocuteurs. Ces considérations n’interdisent nullement d’autres avis, que nous allons maintenant prendre en compte, lesquels se révèlent plus enthousiastes à l’égard des écoquartiers bordelais.

Une minorité d’enthousiastes

  • 6 Il s’agit là d’une proposition qui peut facilement s’inverser : leur engagement professionnel épous (...)

35Nous avons donc compté huit personnes partageant un incontestable enthousiasme pour les écoquartiers, parmi les 35 de notre échantillon. Certes, cette adhésion n’exclut pas un certain nombre de critiques, mais la tonalité générale de leurs déclarations reste largement positive, au point que toutes et tous (il s’agit surtout d’hommes) admettent qu’ils résideraient volontiers, si ce n’est déjà le cas, dans un tel ensemble d’habitations. En fait nous avons distingué trois groupes parmi ces enthousiastes. L’un se compose de trois individus convaincus par ce modèle en raison, semble-t-il, de leur engagement professionnel6 : qu’ils travaillent dans le cadre de l’écoquartier Darwin, pour deux d’entre eux, ou qu’il s’agisse d’un « professionnel new age », passionné et praticien de diététique ou de médecines douces et non conventionnelles. Un deuxième ensemble de même taille (trois personnes) comprend des personnes que nous avons qualifiées de « néophytes naïfs ». Nous entendons par là des Bordelais d’âge souvent plus avancé que les précédents, ignorant tout ou presque des écoquartiers au moment de notre entretien, mais très vite séduits par la présentation sommaire que nous en avons fait. Reste le cas d’un jeune couple, récemment installé dans un logement de l’écoquartier Ginko. Malgré quelques doutes quant à la tournure qu’y prend leur quotidien, cette jeune femme et son mari conservent à peu près intacte l’envie de vivre une expérience nouvelle qui les a amenés à y acquérir très récemment un appartement.

Des professionnels convaincus

36Se présentant à la fois comme diététicien et comme gardien de nuit, cet homme de quarante ans, adepte des arts martiaux et de diverses disciplines orientales, loue seul un petit appartement au cœur du quartier si peu écologique de Mériadeck (nouveau centre bordelais de la grande époque des rénovations urbaines des années 1960-1970). Son logement exigu lui sert aussi de cabinet de consultation, une fois lit et table repliés. Il connaît bien le principe des écoquartiers et a entendu parler de Ginko, à propos duquel il émet d’abord un jugement réservé : « C’est un peu excentré, donc plus loin pour faire plein de choses » nous dit-il. Mais il remarque aussitôt que Ginko se situe à proximité des grands centres commerciaux du nord de Bordeaux, ce qui présente, à ses yeux, un avantage. Et puis, ajoute-t-il, de toute façon « l’idée écologique est intéressante. » Il est donc très favorable à ce type d’espace urbain et n’hésiterait pas y élire domicile. Cependant, en homme instruit des questions écologiques, il demande à voir de près un certain nombre de points qui lui tiennent à cœur. Il s’inquiète d’abord de la manière dont « seront retraités les panneaux photovoltaïques », parce que, observe-t-il, « c’est bien pour l’instant de vendre ça comme solution miracle, mais il faudra regarder aussi comment c’est géré derrière », objecte-t-il. Il s’interroge ensuite sur la manière dont s’opèrent « les récupérations d’eau de pluie pour les chasses d’eau… » Il reconnaît, en conclusion, que les normes écologiques vont bientôt s’imposer partout et qu’il faudra tôt ou tard s’y plier ; d’où son intérêt et même son enthousiasme pour les expériences actuelles menées dans les écoquartiers.

37Deux autres cas tirés de nos entretiens sont d’une autre facture. Ils concernent un gérant d’entreprise et un employé de cabinet d’études travaillant dans les locaux de l’écoquartier Darwin. Ce dernier occupe, sur la rive droite de Bordeaux – Bastide, l’ancienne caserne Niel aujourd’hui désaffectée. Notre premier interlocuteur, marié et père d’un enfant, vit dans une maison individuelle dont il est propriétaire, sise dans une commune périurbaine de l’est bordelais. Ce gérant d’une société de nettoyage aux ambitions écologiques rêve d’installer son domicile dans les nouveaux logements BBC, à proximité de l’écoquartier Darwin ; ceci malgré les réticences de son épouse attachée à leur « pavillon à la campagne ». Outre l’avantage de vivre près de son travail et de trouver le temps de s’adonner aux activités sportives qu’il ambitionne de pratiquer, il a été frappé par la qualité de ces « apparts écolos » qu’il a visités et qu’il juge « jolis et sympathiques ». Ils correspondent bien à ses idées environnementales. Mais ce qui lui plaît par-dessus tout, « C’est – pour son fils handicapé – la possibilité de bénéficier des activités offertes par le quartier, avec l’école qu’ils ont créée », sans parler, pour toute la famille, « du jardin botanique, des aménagements sur les bords de Garonne (…). » Bref, « de tout ce qu’on peut trouver à Bordeaux : restaurants, spectacles, sorties… »

38Toujours dans ce registre, un jeune homme célibataire, locataire de son logement dans le centre de Bordeaux, ne dispose que de ressources modestes correspondant à son poste d’employé dans un cabinet d’architectes de Darwin. Il connaît bien les écoquartiers, ceux de Bordeaux comme celui d’Angers (écoquartier Mayenne) où il résidait naguère. En plus, comme il le dit, « c’est un peu son domaine ». Dans le cadre de son travail il a bénéficié d’une formation sur la question. Il s’y intéresse et, même si « la démarche qui y mène est un peu vague, parfois », il les apprécie beaucoup. Il souhaiterait y habiter : « J’ai cherché, j’ai déjà regardé, mais j’ai pas tout à fait le budget pour acheter, du moins pour le moment - constate-t-il-(…) et pour louer, ben c’est pareil. »

Des néophytes naïfs ou culpabilisés ?

39Peut-on prêter foi aux propos de ces trois personnes qui ignoraient tout ou presque des écoquartiers avant notre entretien et se déclarent pourtant conquises par l’idée, à peine informées de leur existence ? Ainsi en est-il de cette retraitée de la haute couture, âgée de 83 ans, résidant dans le beau quartier bordelais du Jardin Public. Elle n’a jamais entendu parler, avant notre rencontre, du moindre écoquartier. Néanmoins, elle veut en savoir plus sur ce modèle d’espace de vie qui paraît l’enthousiasmer. Ne s’affirme-t-elle pas « à fond pour la ville complètement écolo » ? Et ce retraité homosexuel de 70 ans, vivant de manière précaire dans un petit logement du nord de Bordeaux (Bacalan) qu’il fuit à la première occasion pour arpenter la ville, que faut-il penser de son affirmation : « Ça me plaît oui, ça (…) J’accepterais bien d’y vivre » ? Il convient de suspecter le caractère opportuniste, sinon purement circonstanciel de ces aveux. Mais au fond, ne reflètent-ils pas une idéologie courante, donc aisément mobilisable ? Celle d’une bienveillance compréhensible pour les images de la ville propre, verte, calme, tranquille et économe, naturelle en quelque sorte, que véhicule l’idée des écoquartiers, surtout si elle reste abstraite.

40Le cas de cette jeune psychologue, habitant en couple au cœur du prestigieux triangle central bordelais, relève sans doute d’une autre perception. Travaillant dans une commune du département des Landes où elle se rend tous les jours en voiture, elle aspire, la fin de semaine venue, à profiter de Bordeaux, « Cette ville idéale (…) ». Elle adore « piqueniquer sur les quais au moindre rayon de soleil. » Lorsque les intempéries s’en mêlent, elle aime aussi se recroqueviller, un bouquin entre les mains, dans son appartement si central et si douillet d’où elle entend la sourde pulsation des effervescences urbaines. Comment s’étonner, dans ces conditions, qu’elle prête une oreille attentive à cette idée d’écoquartier, même si elle ne sait pas trop ce que c’est, simplement parce que le mot lui évoque la texture intellectuellement et sensuellement gratifiante de ces « matériaux écologiques, avec lesquels sont construites les habitations ».

Des enthousiastes effleurés par le doute ?

41Elle, professeure des écoles, lui pour le moment sans emploi, ont un jeune enfant et sont entrés de plein pied dans la vie. Après avoir changé, plusieurs fois, de domicile, la trentaine et l’enfant venus, le désir d’accéder à la propriété les a pris. Ils ont tablé sur un salaire fixe. C’est alors que l’idée de s’installer dans l’un de ces écoquartiers dont ils entendaient parler s’est imposée. Le concept correspond bien aux goûts sportifs de la jeune femme. Ils ont également acheté en écoquartier parce qu’une acquisition en BBC leur ouvrait un prêt à taux avantageux. Mieux encore, la meilleure amie de notre institutrice venait juste de s’installer à Ginko ; comme ça, plaisante-t-elle, « si on fait une connerie, on ne sera pas seuls ! » Sans compter que « le boulot (le sien) est juste à côté » et qu’ils ont cru fermement à l’idée communautaire plus au moins associée à ce modèle d’urbanité. Après quelques mois de vie à Ginko, ils ne s’estiment pas déçus. « Moi, mes attentes, elles sont assez limitées –reconnaît-elle. Pour moi, un écoquartier, c’est aller chercher ce dont j’ai besoin quotidiennement sans polluer, sans prendre la voiture (…) Julian (leur fils) va à la crèche là, il va aller à l’école là, on l’amène à pied, on va aller l’chercher (…). Au niveau du tri (ordures ménagères) c’est hyper bien fait, comparé aux autres endroits où l’on a habité … » Lui paraît moins satisfait, il murmure quelques réserves qu’elle reprend et commente en les minimisant : « C’est vrai que le fait que ce soit encore en construction c’est compliqué (…) Moi je suis un peu déçue au niveau de l’information aussi. On sait qu’on a des panneaux solaire sur les toits, mais on a aucune information ni retour sur ce genre de truc, alors que ce serait intéressant sans doute d’en savoir plus », de participer à la gestion, suggère-telle. Tous deux attendent que l’écoquartier une fois achevé prenne forme, architecturalement et socialement. Ils espèrent l’ouverture des magasins promis (déjà une boulangerie), « la mise en service de tous les bacs pour le tri. » Lui répète : « Je suis pas déçu, je suis pas déçu (…) Je suis en attente de finalisation, on va dire. »

42Ainsi les représentations des écoquartiers varient. Il fallait s’y attendre. Ce qui paraît, peut-être, plus surprenant, c’est l’abondance des critiques, reflétant souvent des préjugés, dont ils font l’objet. N’y a-t-il pas une discordance entre le discours quasi unanime, vérifié par nos enquêtes, sur l’urgence d’instaurer les règles d’un développement durable et, par ailleurs, cette méfiance, assez largement répandue, à l’égard des écoquartiers. Les pistes d’explication d’un tel phénomène s’entrevoient. Ne nous engagent-elles pas sur le terrain du politique, sur celui de la « participation » et de la « concertation » ? Plus globalement, comment s’articule ce désir modéré d’écoquartier avec les enjeux plus cruciaux de la « consommation responsable » et de la démocratie locale ? Existe-t-il accord ou désaccord entre ces différents modèles ? C’est ce que la seconde partie de ce texte va s’efforcer d’élucider.

Ecoquartiers, consommation responsable, démocratie locale : quels liens, quels enchaînements ?

43Nous analyserons d’abord les conceptions de la démocratie participative et les convictions comme les pratiques de « consommation responsable » des membres de notre groupe test. Nous nous efforcerons ensuite de discerner les enchaînements sémantiques qui relient ces deux derniers ensembles de valeurs aux représentations des écoquartiers exposées dans la partie précédente. Dès lors, nous nous demanderons quelles continuités s’observent, susceptibles de décrire des profils cohérents d’agents sociaux engagés dans le projet de la ville durable ou, au contraire, hermétiques à ses exigences. Lorsque des discontinuités comportementales s’observent, sur quels seuils de rupture s’observent-elles ? Qu’est-ce qui passe et qu’est-ce qui fait résistance, voire blocage, aujourd’hui, dans l’optique d’une mutation radicale des modes de vie vers plus de démocratie et de civisme, vers plus de conscience environnementale, vers plus de justice, vers plus d’effort pour l’accès de tous à l’usage de biens communs respectés et ménagés ?

L’horizon fuyant de la démocratie participative

  • 7 Voir les définitions de ces termes plus haut, au début de la présente communication.

44Notre grille d’entretien orientait la discussion sur les thèmes de la « concertation » et de la « participation »7, compris comme les deux piliers centraux de toute démocratie locale. Cette dernière consistant dès lors à passer au crible de la consultation populaire (jusqu’au référendum ?) et du débat public, voire de l’approbation responsable des citoyens (effet de gouvernance locale), tous les projets qui engagent l’avenir d’une collectivité territorialisée. À vrai dire, bien plus encore que dans le cas des écoquartiers, nos interlocuteurs et interlocutrices, pour une dizaine d’entre eux (plus du quart de l’effectif), affichent une incontestable méconnaissance du sens précis et des contenus concrets de la « concertation » comme de la « participation ». D’ailleurs, dans nos entretiens, les deux termes ont été le plus souvent indifféremment employés, l’un pour l’autre. Ils ont été associés de façon intime, jusqu’à former un bloc sémantique se confondant, en fait, avec l’idée même de démocratie locale et/ou participative.

Une majorité de conceptions bien approximatives

45Pour certains, peu nombreux il est vrai, participer, c’est d’abord l’occasion de « râler », de clamer haut et fort son mécontentement. En réalité, 10 des 19 femmes et 9 des 16 hommes que nous avons interrogés n’avaient pas d’idée vraiment précise sur la « concertation » et la « participation » au début de notre entretien, quand ils ne faisaient pas de réelles confusions sur le sens de ces termes. Certain-e-s ont, de la sorte, assimilé la « participation » et la « concertation », en vrac, au vote, au bénévolat (2 cas), à la citoyenneté (3 mentions), à des comportements civils et responsables, à propos notamment du maintien de la propreté de la ville (6 avis), au tri sélectif, au respect des autres et des biens matériels (4 fois), de ses voisins, des piétons, voire à de bonnes pratiques en matière de vie associative (2 références)… Quand ils n’ont pas fait allusion à la « participation à des manifestations qui sortent de l’ordinaire (sic) ».

46Une assistance de direction du quartier Darwin nous explique : « Ça me paraît tellement évident que je ne trouve pas les mots (…) En fait, la ville, c’est un lieu de vie en communauté, donc si chacun y met du sien, ça peut être parfait (…) Le citoyen est responsable de la vie qu’il mène (…) On est interdépendants. » Elle parle ici de comportement civil et responsable, pas de « participation » ni de « concertation ». Un autre de nos interlocuteurs, travaillant aussi à Darwin, définit la participation comme « une prise de conscience collective (…) Il faut que tout le monde gère bien ses déchets, que tout le monde essaie de prendre son vélo et il y aura moins de bouchons » précise-t-il, reléguant son idée très restrictive de la participation aux questions environnementales. Dans le même registre, on citera les paroles de ce danseur professionnels : « Le respect des habitations, prendre en considération qui a des gens qui y vivent tout l’temps quoi (…) C’est une histoire de respect, tu peux pas tout excuser tout le temps (…) Tu vois, si tu veux faire une fête entre amis, tu fermes la fenêtre de chez toi, après tu fais ta fête à l’intérieur (…) C’est des petites actions comme ça, individuelles. » C’est cela, pour lui, la « participation ». Il ajoute : « y a certains endroits qui sont un peu critiques à Bordeaux, on les appelle pour rigoler ‘ rue d’la pisse’. Ce sont des rues qui sont situées à un carrefour de bars (…) Les gens qui habitent là, hé ben ceux-là, j’les plains quoi : la pisse et le bruit (…) Le stationnement aussi (…) Des fois y a des voitures qui sont à cheval sur l’trottoir ; donc, nous (les piétons), on doit descendre du trottoir… »

47On notera que cette confusion portant sur le terme « participation » est instructive. Finalement, ce que demandent avant tout les habitants, ce n’est pas tant l’exercice d’une démocratie directe à laquelle, nous le verrons plus loin, peu de personnes croient. Ce qu’ils réclament en priorité, c’est plus de citoyenneté et le respect des bienséances. Ils souhaitent que se manifeste plus de responsabilité des habitants en matière de gestion ordinaire de la ville. Ainsi se formule (rappelons que ces exigences reviennent au moins à six reprises pour définir les termes « participation » et « concertation »), tout au long de nos enquêtes, leur revendication prioritaire ; même si le danseur que nous citons ci-dessus, porte, en prononçant ses phrases, un regard réflexif un peu gêné sur lui-même : « Mais après, c’est peut’être ben moi qui commence à me transformer en vieux con, hein ? » C’est là une ambiguïté de comportement assez courante qui explique sans doute, en grande part, le mélange de tolérance et de rejet de ces incivilités quotidiennes que nous avons pu constater à l’occasion des entretiens que nous avons menés.

48Lorsque les mots « concertation » et « participation » sont à peu près compris dans leur signification politique actuelle, soit spontanément (16 cas), soit à la suite de nos éclaircissements (6 cas), les opinions que nous avons recueillies les concernant se divisent en trois groupes de taille équivalente : ceux qui y croient ; ceux qui n’en attendent rien ; ceux qui se placent dans une position intermédiaire.

Des citoyens informés mais sceptiques

49Les sceptiques (7 personnes, soit le cinquième de notre effectif tout de même) rendent les élus responsables de ce qu’ils jugent un échec de la démocratie participative. Pour les plus nombreux (4), « ceux qui ont le pouvoir de gérer la ville font s’qu’ils veulent (…) Même si après les gens gueulent, c’est pareil ! (…) Les élus ils en ont rien à foutre de discuter avec les citoyens. » (Factrice de la Poste). C’est la même idée que défend ce consultant international : « La participation, ça n’existe pas (…). On ne tient pas compte de l’avis des gens (…). Même si vous amenez une idée, n’importe comment ils n’en tiendront pas compte (…) J’ai travaillé dans le milieu politique : de la participation, ils n’en ont rien à foutre ! » Pour cette jeune femme, vendeuse de prêt-à-porter qui a fait des études d’urbanisme, « l’avis de la population est très peu pris en compte. » En revanche « la consultation, les enquêtes auprès des habitants, ça peut être plus intéressant », observe-t-elle. Une enseignante de l’Université pense aussi que, dans la ville actuelle, la ‘concertation’ est « nulle, insuffisante. » À vrai dire, pour elle qui estime avoir « beaucoup de choses à dire (…), ce n’est pas de la concertation, vu que la décision est déjà prise quand un simulacre de dialogue s’établit. » Ces procédures ne revêtent donc « aucun intérêt ».

50Deux personnes de notre échantillon sont même persuadées que les principes par ailleurs respectables et même nécessaires de la « concertation » et de la « participation » font les frais d’une mystification politique systématique. Elles en témoignent clairement. De cette forme de démocratie, « moi je m’en occupe pas. » D’ailleurs, c’est « plutôt minime et surestimé (…) Je pense que c’est avant tout un effet de communication de la part des élus », déclare un employé de banque. Une femme au chômage partage cette opinion : « Tout ça, je pense que c’est que du politique (…), c’est juste d’la communication pour dire ‘ voilà on fait des concertations, voilà c’qu’on a fait’, moi j’le vis comme ça (…) La concertation, j’suis pas très optimiste, c’est du bruit, c’est brasser du vent. »

51Certaines personnes remettent aussi en question, pour des raisons politiques plus profondes, le couple « concertation/participation » : « En France, on met trop en avant les individualités et les petites communautés (…) Moi j’suis pas trop tolérante (…) Je serais plus pour l’avancée du bien public que pour les minorités (…) La concertation et la participation ça mène pas à grand-chose parce que tout le monde défend son bout de gras. Y a pas d’compromis trouvé (…) Au final, l’intérêt général il est où ? » (Fonctionnaire des contributions, point de vue partagé par un homme au chômage). Une doctorante conteste, quant à elle, la démocratie locale (voire la démocratie en général) pour une autre raison, de caractère tout aussi politique, mais inversée : « Il faut être réaliste, parfois, la volonté du nombre n’est pas forcément la meilleure », affirme-t-elle.

52Comme le suggèrent les indications des sources de nos citations, ces critiques émanent de tout bord, de toutes les couches de la société représentées dans notre échantillon. Notons cependant que les femmes, peut-être pour les raisons exposées plus haut, se révèlent particulièrement virulentes dans ce concert de griefs.

Une petite minorité de partisans convaincus

53Si la même diversité professionnelle traverse le camp des adeptes et défenseurs de ces deux principes démocratiques, la part des hommes (4) et des femmes (3) tend à s’y équilibrer. Pour deux étudiants (Droit et IUT), « concertation » et « participation » sont « essentielles ». Le premier y voit « un enjeu important », mais « encore trop discret ». Il pense « qu’on devrait tous être beaucoup plus impliqués (…), que la démarche devrait venir de chacun, mais aussi que les villes devraient motiver les gens (…) Ça devrait être bipartite : venir des citoyens et venir des villes » missionnées pour organiser la « concertation » et stimuler la « participation », affirme-t-il. Pour renforcer ce poids de la base, il préconise un engagement citoyen dans le monde associatif. Il indique qu’il milite lui-même dans le soutien aux paysans, pour la souveraineté alimentaire, ou encore dans l’association Anticor qui lutte contre la corruption et s’implique en faveur de la « vigilance citoyenne ». Le second considère la « participation » et la « concertation » comme « primordiales (…), très utiles pour trouver des compromis acceptables », indispensables si l’on souhaite que l’action publique débouche sur des interventions pleinement légitimes. Ainsi, affirme aussi cette assistante de direction, « participation » et « concertation » s’imposent comme des « évidences », dans la mesure où nous vivons, particulièrement en ville, dans une « communauté » d’individus étroitement « interdépendants ». D’ailleurs, remarque ce gérant d’entreprise de Darwin, comme « on ne peut plus compter sur les élus (…), il convient de tabler sur la participation volontaire (…) C’est à nous de prendre le pouvoir. » Lui-même intervient dans la vie associative, prend part à des commissions, des pétitions, des forums, à maintes initiatives. Il précise que, de toute façon, l’élu n’est pas en mesure de régler tous les problèmes. Il en déduit que « le travail, c’est quand même le citoyen qui doit le faire. » D’ailleurs, confirme cette secrétaire chargée de communication : « On est tous acteurs politiques, quelque part. » Pour cette étudiante, le pouvoir devrait tout mettre en œuvre pour « rendre les citoyens autonomes ».

Un groupe équivalent d’individus aux positions nuancées

54Entre ces deux familles de positions tranchées et parfois radicales, un petit quart des individus interrogés (4 femmes et 4 hommes) expriment des convictions nuancées à propos du couple « concertation – participation ». Ainsi, une femme chef de projet à Darwin nous confie : « Je ne sais pas si la participation est vraiment écoutée ou si c’est juste un outil de communication ? » Tout aussi explicite, un étudiant en médecine considère « participation » et « concertation » comme des « écrans de fumée », mais ajoute aussitôt : « Même en étant ça, je pense que c’est une bonne chose. » D’autres hésitent : « est-ce un moyen efficace pour faire bouger les chose, ou un effet de mode ? » Cette femme qui exerce le métier de travailleur social nous raconte comment elle forme ses jeunes à la citoyenneté et aux démarches participatives. Elle lutte contre cette « impression des jeunes qui ont tendance à croire qu’ils ne sont que de passage dans une ville. » Dans le cadre de son métier, elle a l’occasion de mettre en place des dispositifs consultatifs et participatifs. Déçue, elle se plaint que « les gens ne viennent que pour eux-mêmes. » Quant aux élus : « Faut voir ce qu’ils en font -dit-elle (…), ça fait bien dans les bilans, mais c’est pas pour autant qu’ils tiennent compte de c’qui a été dit. » Certains la considèrent comme une démarche valable mais, pour autant, ne participent pas : « c’est sûrement bien, mais moi je m’implique pas plus que ça » avoue ce diététicien… Manque de temps (souvent invoqué), désintérêt, ou sentiment intime d’inutilité et de temps perdu ? Cette dernière interprétation paraît la bonne quand notre interlocuteur murmure : « Je n’sais pas exactement dans quelle mesure les gens sont écoutés ou pas, alors… »

55De cet inventaire des représentations du couple « concertation » - « participation » se dégage une appréciation assez unanimement partagée, plutôt négative, de l’action politique et des élus. Sans que ceux-ci, à quelques exceptions près, soient véritablement rejetés, il ressort des entretiens qu’en dernière instance ce sont les édiles qui décident, ne laissant aux citoyens qu’une parole de faible portée. L’idée la plus répandue revient donc à penser qu’il faut faire avec eux, mais que l’on n’a pas grand-chose à attendre de leur part. Il convient donc de se prendre en main. Or, dans la mesure où ces responsables ne favorisent guère la « concertation » et la « participation », les choses se compliquent pour l’individu et pour son action. C’est sans doute cette perception du politique qui conduit les habitants à douter, dans certains cas, de l’efficacité et de l’utilité de la concertation comme de la participation.

56En conclusion, on observe donc un léger repli de notre échantillon sur le thème de la « participation » et de la « concertation », en regard tout au moins des discours plus positifs et mieux informés prononcés sur les écoquartiers. Qu’en est-il, maintenant, des représentations et des pratiques ayant trait à l’idée de « consommation responsable » (particulièrement celle de la nourriture et des denrées alimentaires) ? C’est ce que nous allons explorer avant d’étudier les enchaînements et les ruptures qui unissent ou séparent nos trois référentiels : les écoquartiers, la démocratie participative, la « consommation responsable ».

La consommation responsable : entre aspirations et réalité des pratiques

57Lorsque nos interlocuteurs et nos interlocutrices n’étaient pas trop fixés sur le sens d’une « consommation responsable » en matière alimentaire, nous leur donnions les repères suivants, à titre d’exemples et pas forcément cumulatifs : consommer des produits « bios » et de saison, issus de circuits courts (locaux ou régionaux), distribués par le commerce équitable, le petit commerce plus que les grandes surfaces ; appartenir à une Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne (AMAP) ; réduire ses déchets et participer (ou contribuer) à leur tri sélectif ; consommer des denrées non génétiquement modifiés, sans OGM ; éviter les gaspillages de nourriture, préparer avec soin les repas ; etc. Le dépouillement des entretiens indique qu’à 6 cas près (sur 35 réponses), toutes les personnes enquêtées (soit une trentaine, l’écrasante majorité) admettent le bien fondé d’une « consommation responsable », telle que définie, ci-dessus, dans ses grandes lignes. Les rares récalcitrant-e-s, essentiellement des femmes, arguent de leur incrédulité, voire de leur hostilité à l’égard de cette « mode ». Parmi ceux-ci, la plupart considèrent les produits « bios » comme de la « foutaise », un leurre, une mystification. Elles évoquent aussi, ou laissent filtrer leur méconnaissance de la question. Ajoutons que sur la trentaine de personnes convaincues, 4 seulement ne connaissaient pas l’expression « consommation responsable » avant notre rencontre, mais, informées par nos soins, se sont déclarées immédiatement sensibles à ses principes.

Une idéologie s’accommodant, pour une minorité, de pratiques décalées

  • 8 Citons le cas de cette jeune femme qui affirme n’acheter quasiment que des produits bios et se révè (...)

58En réalité, il nous semble que cette posture d’adhésion quasi-unanime à la « consommation responsable » revêt une dimension éminemment idéologique. Un peu comme si, aujourd’hui, cette cause, très associée à celle de l’environnement, avait acquis le statut de pensée unique et n’autorisait plus de détracteur, tout au moins dans la masse de l’opinion publique, en dehors de quelques individus soucieux, avant tout, d’affirmer leur (forte) personnalité. En effet, il nous est clairement apparu que peu d’hommes et de femmes que nous avons interrogés n’osent afficher leur hostilité déclarée, ou simplement leur indifférence vis-à-vis de ce principe. La preuve de ce comportement (sans doute sincère, à quelques exceptions près assez flagrantes8) réside dans le décalage, révélé par nos entretiens, entre la représentation idéelle, l’imaginaire attaché aux valeurs consuméristes, mais aussi environnementales, sanitaires, éthiques, sociales que synthétise l’expression « consommation responsable », et la réalité des pratiques. Ainsi, tel étudiant en médecine, affirmant son enthousiasme pour la « consommation responsable », reconnaît très vite qu’il « mange n’importe quoi », en fonction des circonstances. Il n’est pas le seul dans ce cas, puisque 8 personnes de notre échantillon dévoilent, à quelque chose près, la même attitude. Les arguments qu’ils avancent tiennent pour l’essentiel au coût qu’ils jugent prohibitifs de ces denrées. D’autres prétextent l’absence de lieux de vente de ces produits près de chez eux (ce qui s’avère souvent faux), ou encore le manque de temps pour se les procurer.

Une majorité mettant en accord ses actes et ses idées

59Pour celles et ceux, encore très largement majoritaires (21 personnes), qui déclarent joindre leurs actes à leurs paroles, la « consommation responsable » ne porte pas, loin de là, sur toutes les rubriques de la définition précitée. Trois personnes seulement satisfont à tous les critères proposés d’une « consommation responsable ». Ces faits resteraient bien sûr à prouver par un suivi plus rigoureux des personnes rencontrées. Dans le détail, l’orthodoxie de la responsabilité consumériste subit de sévères entorses. Ainsi 10 personnes (la moitié) admettent n’avoir jamais eu affaire à une AMAP ; 5 ne se préoccupent pas d’acheter « bio » et 4 ne se renseignent pas vraiment sur l’origine géographique de leurs achats. Ajoutons que 5 consommateurs, théoriquement responsables, ne rejettent pas particulièrement les denrées génétiquement modifiées et 4 ne cherchent pas à acquérir des produits équitables. À ce propos, on peut même observer la manifestation d’une certaine méfiance à l’encontre de ces biens assez largement suspectés de tromperie sur la marchandise. Quant au gaspillage, 2 des enquêté(e)s reconnaissent ne pas trop y prendre garde.

60Comme toujours, ce sont les femmes qui se révèlent les plus pragmatiques et s’embarrassent le moins d’une doctrine rigoriste, faisant au contraire la part des choses et de nécessité vertu. La condition sociale des individus écoutés témoigne d’une inversion compréhensible. Si les jeunes, particulièrement les étudiants, s’enflamment le plus pour le parti de la « consommation responsable », leur instabilité de vie, aussi bien que leurs moyens financiers souvent réduits, les écartent de fait de ces pratiques vertueuses auxquelles ils aspirent. En revanche, les plus âgés et les plus aisés conjuguent avec un maximum de cohérence leur désir et leur pratique.

61Notons cependant que l’idéologie environnementaliste que reflètent ces résultats, quasiment paradigmatique dans nos entretiens, ne témoigne pas forcément d’une prise de conscience politique. En effet, parmi la bonne vingtaine d’adeptes plus ou moins accomplis de la « consommation responsable » dont il est ici question, un peu plus du quart ne confèrent pas de dimension politique à leur choix. Pour accréditer ce constat, nous nous référons à deux moments de nos entretiens. Ils portaient sur l’éventuelle recherche, par nos enquêtés, d’un système politique et socioéconomique alternatif au capitalisme qui nous gouverne et sur celle de liens sociaux renouvelés, susceptibles de se créer dans le cadre d’une « consommation responsable » amenant de nouvelles rencontres, coopérations et échanges. C’est sur ces deux points que, respectivement, 7 et 6 des enquêté(e)s ont répondu par la négative ; d’où notre déduction d’une réserve quant à leur souci de vivre, au travers de leur consommation, un changement politique et social significatif.

62Au total, commerce équitable et recours à des circuits courts d’approvisionnement se détachent comme les deux fleurons des principes d’une « consommation responsable ». Comment s’articulent les uns aux autres les différents critères dégagés en vue d’un changement social autour du consommer responsable et de l’habiter participatif en écoquartier, c’est ce que nous allons maintenant explorer.

Vivre ou pas en écoquartier : cohérence et contradictions des profils individuels

63Le désir ou l’acceptation d’envisager de vivre dans un écoquartier concerne plus de la moitié (22/35) des personnes rencontrées. Il s’inscrit dans le tracé de trois types de profils idéologiques individuels. On les repérera par la numérotation (1), (2) et (3). Deux autres profils (13 personnes) expriment un rejet du modèle des écoquartiers. Pour l’un (4) (7 cas), c’est surtout leur dimension politique (y compris la démocratie participative) qui pose problème, dans la mesure où ses représentants adoptent volontiers, par ailleurs, le parti de la « consommation responsable ». Pour l’autre (5) (6 personnes), ce rejet participe d’une contestation en bloc de tout le discours de la durabilité, de l’écologie et même de la « consommation responsable ».

  1. Le premier type, celui qui rassemble le plus de cas (11 au total), avec 5 femmes et 6 hommes (surreprésentation donc de ceux-ci), correspond à une catégorie d’individus enchaînant, en toute logique, une appréciation positive de l’ensemble des valeurs et concepts que nous avons ci-dessus liés au projet de la ville durable : la vie en écoquartier, la « concertation » et la « participation », la « consommation responsable ». On ne s’étonnera pas de retrouver dans ce groupe les représentants de catégories professionnelles plutôt intellectuelles, socioculturelles, parfois déjà engagés dans un écoquartier : étudiants, psychologue, diététicien, éducateur spécialisé, gérant de société, secrétaire chargée de communication.
  2. Le deuxième type de profil idéologique favorable aux écoquartiers, moins représenté que le premier, regroupe tout de même 8 personnes (3 femmes et 5 hommes). Il concerne des individus d’appartenance sociale plus variée que précédemment : vendeuse, institutrice, contrôleure des impôts, danseur intermittent du spectacle, étudiant pauvre, retraité modeste, manutentionnaire. Ces adeptes plutôt modérés des écoquartiers ne partagent pas, ou peu, les idéaux de la « consommation responsable ». De plus, ils ne réclament (à une exception près) aucune mesure particulière de démocratie locale. Seules les images imprécises, mais tout de même tangibles d’une vie agréable et conviviale, menée en famille au cœur de la nature retrouvée, sans débourser beaucoup d’argent pour leurs achats énergétiques (production autonome d’énergie renouvelable) et leurs déplacements (proximité des services), justifient leur adhésion, plus rêvée (mythe du paradis ?) que raisonnée, à cette éventualité qui reste, pour eux, bien abstraite.
  3. Le troisième type de personnes, séduites avec quelques réserves par les écoquartiers, agrège les détenteurs d’un bon capital culturel : ingénieur d’études, assistant d’architecte, directrice conseil d’entreprise. Ceux-ci présentent l’originalité de manifester une forte hostilité à l’égard des détenteurs du pouvoir politique et du système capitaliste qu’ils suspectent de fomenter la récupération marchande des valeurs de la ville durable. Pour eux, l’écoquartier porte le dernier espoir d’un espace qui fonctionnerait comme un laboratoire d’innovation à la fois sociale et environnementale.
  4. Réagissant de manière inverse, 7 personnes revendiquent les pratiques d’une « consommation responsable » en se désolidarisant de toute action politique locale qu’elles jugent illusoire et porteuse de simulacre de démocratie. Les mêmes, appartenant au couches moyennes de la société, refusent les écoquartiers au prétexte de leur dérive marchande et au nom de l’illusion politique qu’ils entretiennent.
  5. Quant au dernier contingent de notre ensemble, il se cristallise autour des profils de 6 personnes (5 femmes et 1 homme) qui refusent toute la chaîne des trois indicateurs que nous avons associés à la ville durable. Il s’agit d’une cohorte plutôt hétéroclite où se côtoient des représentants de la classe ouvrière (factrice, travailleuse sociale), des femmes retraitées parfois âgées et des intellectuels plus ou moins contestataires, de droite ou de gauche. Ce cocktail social vire parfois au nihilisme. Il dénonce pêle-mêle les « modes », les « délires d’écolos » et autres « foutaises écologistes ».

Conclusion

64L’identification de ces profils idéologiques d’agents sociaux confrontés à quelques uns des enjeux de la ville durable nous permet de mieux comprendre la véritable nature des représentations sociales, finalement très variées et très individualisées (voir la première partie), des écoquartiers. Celles-ci naviguent entre deux polarités. L’une s’insère dans une idéologie holiste de la ville durable et de l’écologie. Cette idéologie a accompli, c’est incontestable, de spectaculaires progrès au cours des vingt dernières années. Elle traduit une solide prise de conscience, y compris politique, des nécessaires changements (peut-être même des révolutions) qui devront conduire, tôt ou tard, à transformer la consommation de biens et d’espaces à laquelle se livrent les sociétés urbaines. Ceci dans le but d’assurer leur devenir, leur reproduction, celui des générations futures, tout en garantissant aux populations actuelles une existence acceptable.

65Certes, le désenchantement politique (très perceptible dans nos entretiens) remet en question, ou tout au moins ralentit l’épanouissement de ces valeurs réputées vertueuses. Dans les profils individuels que nous avons analysés, il réduit l’enchaînement de la production d’espaces urbains soutenables à une « consommation responsable », le tout sous le contrôle d’une gouvernance élargie et localisée, fonctionnant principalement du bas vers le haut. Pour débloquer cette situation de méfiance et même d’hostilité à l’égard des pouvoirs établis que l’on retrouve, pour partie, dans un certain discrédit des quartiers durables, une réforme profonde des systèmes politiques localisés s’impose. C’est sans doute à ce prix que reculeront les profils (certes minoritaires, mais toujours virulents) de l’autre polarité, porteuse d’idéologie quelque peu nihiliste, profils d’individus qui ne semblent croire ni à une reconfiguration durable des villes, ni à l’instauration d’une démocratie participative efficace, ni à la possibilité d’instaurer une « consommation responsable ». En termes opérationnels, si l’on veut avancer dans la perspective de la ville soutenable, de la démocratie locale et d’une consommation responsable, c’est l’importante majorité des profils intermédiaires d’individus situés entre ces deux polarités qu’il s’agit de convaincre, de consolider et de faire basculer dans le camp de la durabilité. Le défi n’est pas mince. Pour que les écoquartiers participent pleinement à ce mouvement de bascule, il faudra sans aucun doute qu’ils intègrent de nouvelles pratiques de gouvernance et de consommation crédibles. En somme, un tournant est pris, mais tout reste à faire et les dérives guettent.

66Par ailleurs, le fort individualisme dont témoignent ces consultations de 35 Bordelaises et Bordelais constitue, dans cette optique, une arme à double tranchant. D’un côté, cette force émanant de sujets compétents, réflexifs et responsables est encourageante. Avec le secours de l’éducation, de l’exemplarité et de bonnes pratiques politiques, elle peut favoriser l’émergence de nouvelles consciences citoyennes, porteuses d’ambitions innovantes en matière de rapports sociaux et spatiaux. De telles volontés s’exprimant pourraient rapidement faire tache d’huile. D’un autre côté, et malgré la force du mouvement associatif, la désagrégation des valeurs collectives, voire de la société tout court, en dehors des sphères sectaire et religieuse, risque de constituer un réel handicap pour toute mobilisation sociale efficace. Existe-t-il une contradiction entre ces deux tendances ? Sans doute. La dépasser figurera parmi les défis que devront affronter les sociétés urbanisées. L’une des voies, en vue d’une telle résolution, ne réside-t-elle pas dans le soutien à l’individualisme citoyen et dans l’établissement simultané de solides contrats sociaux et territoriaux autour de valeurs communes négociées ?

Bibliographie

Références

BENNOUR A., 2006, Logiques des participations citoyennes : solidarité, contestation, gestion, Paris, L’Harmattan.

BERQUE A., BONIN P., GHORRA-GOBIN C., 2006, La ville insoutenable, Paris, Belin.

BOURDIEU P., 1980, Le sens pratique, Paris, Éditions de Minuit.

COUTARD O., LEVY J.-P., 2010, Écologies urbaines, Paris, Anthropos.

DOBRE M. et JUAN S., 2009, Consommer autrement : la réforme écologique des modes de vie, Paris, L’Harmattan.

ÉMILIANOFF C., « La ville durable : l’hypothèse d’un tournant urbanistique en Europe », L’Information géographique, 2007/3 (VOL. 71), p. 48-65.

GIDDENS A., 1987, La constitution de la société, Paris, PUF.

PAQUOT T., 2007, Petit manifeste pour une écologie existentielle, Paris, François Bourin Éditeur.

RENAULD V., 2012, Fabrication des écoquartiers français : éléments d’analyse à partir des quartiers De Bonne (Grenoble), Ginko (Bordeaux) et Bottière-Chénaie (Nantes), Thèse de doctorat, EVS – Environnement, Ville, Société.

TOURAINE A., 2013, La fin des sociétés, Paris, Le Seuil.

Notes

1 Emprunté au latin et à l’italien concertare, « concerter » signifie « projeter quelque chose en commun ; agir dans un but commun ». En latin classique, dit Alain Rey (Dictionnaire historique de la langue française), composé de cum (ensemble) et de certare (débattre), il a aussi le sens de « lutter », « combattre », « rivaliser ». Dérivé du verbe, « concertation » est un mot nouveau, qui n’apparaît qu’en 1963 dans les dictionnaires. L’idée de débattre vivement, au prix de conflits et de luttes, de rivalités, dans l’optique de définir les contours d’un projet à réaliser en commun, charpente la notion de « concertation ».

2 Venant du latin participare qui combine les acceptions de « partager », « répartir », « avoir sa part », mais aussi de faire effort pour aider les autres à y parvenir, le mot « participation » oriente l’action politique sur la piste d’un partage social des prises de décision.

3 L’étymologie de l’adjectif « responsable » « qualifie la personne qui doit rendre compte de ses actes, d’abord dans un cadre juridique, puis en vertu de la morale admise » (A. Rey). Le Dictionnaire historique de la langue française ajoute : « Sous l’influence (récente) de l’anglais responsible, l’adjectif a pris la valeur psychologique de « sérieux », « réfléchi », s’appliquant par métonymie à un acte. » On retrouve dans cette définition l’idée morale de comptes à rendre à la société, après réflexion, dans l’optique notamment de son devenir. Une telle responsabilité concerne ici la consommation individuelle de biens communs, qu’ils se déclinent dans une formulation de biens publics ou privés.

4 Au sens de représentations mentales plus fondées que les strictes représentations individuelles et socialement partagées d’idées et de valeurs relativement abstraites, sur des cas connus, donnant lieu à des réminiscences sensibles très précises (au sens propre d’imagées) et très présentes à l’esprit de nos interlocuteurs.

5 Notons que dans la mesure où nos interlocuteurs vivant en écoquartier n’y demeurent que depuis peu, nous n’avons pas enregistré de doléances ayant trait aux éventuels problèmes techniques et malfaçons rencontrés. Il nous a tout de même été fait mention de retards d’équipements (notamment commerciaux) et d’informations insuffisantes sur la vie locale et les services.

6 Il s’agit là d’une proposition qui peut facilement s’inverser : leur engagement professionnel épouse aussi leurs convictions écologistes.

7 Voir les définitions de ces termes plus haut, au début de la présente communication.

8 Citons le cas de cette jeune femme qui affirme n’acheter quasiment que des produits bios et se révèle incapable d’indiquer le nom et la localisation des magasins qui les vendent.

Auteurs

Professeur émérite en géographie, chercheur du programme ANR PAGODE, Université Bordeaux Montaigne, UMR ADESS 5185 - PASSAGES 5319

Docteure en géographie, chercheure du programme ANR PAGODE, UMR ADESS 5185

© Carrières Sociales Editions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540