Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et quartiers durables : la place des habitants

 | 
Pascal Tozzi

3ème partie : Opportunités d'appropriations et de « résistances » citoyennes/habitantes

Particularités et ambiguïtés de la notion de participation à l'exemple d'espaces collectifs dédiés à la culture en Allemagne

Élisa Goudin-Steinmann

Texte intégral

1On se souvient que l'idée de rapprocher le citoyen de la décision était l'une des trois lignes directrices justifiant l'adoption des premières lois de décentralisation en France dès 1982. Aujourd'hui, on trouve de façon récurrente cette idée dans les réflexions sur le développement urbain : une « citoyenneté en actes » est par exemple défendue dans le rapport Pour une réforme radicale de la politique de la ville de Bacqué et Mechmache de 2013. Or, cette question du rééquilibrage vis-à-vis de la société civile se pose de façon particulièrement intéressante dans le secteur culturel allemand. En effet, les théoriciens allemands de la Soziokultur insistent tous sur l'idée que la démocratie représentative et uniquement délégataire est en crise, car elle ne peut pas fonctionner de façon durable. Ils proposent donc de recréer, par le biais des activités socioculturelles, des formes de participation des citoyens dans les villes qui rendront ces dernières plus durables. L'objectif est d'éviter l'exclusion et la déqualification sociale grâce à de nouvelles sociabilités, en favorisant les rencontres entre classes sociales, entre générations, entre personnes issues ou non de l'immigration, etc., et en tirant un profit politique de la valeur ajoutée résultant de ce maillage. Mais une fois posé ce principe en théorie, la question se pose de savoir comment créer concrètement de nouvelles dynamiques sociétales qui favoriseraient cette prise en charge collective des loisirs. Comment ajuster en permanence l'être en commun ?

  • 1 Cf. Paquot (2011), p. 11.

2Nous prendrons appui sur les écrits de plusieurs centres socioculturels allemands, afin de tenter de comprendre comment se formulent ces questions (flyers, brochures, documents de présentation, etc.). L'objectif est d'analyser comment cet espace collectif que doit être le centre socioculturel par définition est perçu par les personnes qui en sont les usagers. Il s'agira de comprendre comment les acteurs sociaux s'approprient l'espace, comment ils font de lui un espace discursivement construit à l’intérieur de champs sémantiques repérables, en analysant notamment de quelle manière le champ sémantique de la participation s'y exprime. Entendu au sens de lieu de vie en commun, la mise en récit de l'espace va de pair avec la volonté de faire exister un collectif. Mais de quel « commun » parle-t-on alors ? Henri Maldiney a eu cette jolie formule : « L'espace n'est ma demeure que pour autant qu'il me met en demeure d'exister1 ». Et ceci passe par la mise en récit et par la mise en scène de l'espace dont il est intéressant de mettre en lumière les mécanismes de fonctionnement : comment raconte-t-on la participation habitante dans un espace créé précisément pour la favoriser ?

3Les espaces socioculturels allemands ont été construits avec la volonté de renverser le flux du pouvoir, de redéfinir les rapports de domination entre Etat et société civile, avec la conviction sous-jacente que l'on pouvait, par le biais d'activités culturelles participatives, renforcer la capacité d'action et d'émancipation des individus, au sens de l'empowerment (Bacqué et Biewener 2013). Nous montrerons que le discours des acteurs sociaux qui « consomment » les espaces collectifs que sont les centres socioculturels contient parfois ses propres apories. En effet, le problème est souvent que ce renversement au profit de la société civile fonctionne d'autant mieux que le capital social détenu est élevé, que l'on possède une épaisseur institutionnelle qui permet de générer des comportements coopératifs entre une pluralité d'acteurs. On s'éloigne alors de l'idéal de départ qui consistait à promouvoir davantage de durabilité et d'égalité des chances grâce à la participation. Nous nous efforcerons de montrer comment ces contradictions sont résolues ou non dans le discours de centres socioculturels de Saxe et de Bade-Wurtemberg.

Rapprocher le citoyen de la décision

  • 2 Tobias J. Knoblich, « Das Prinzip Soziokultur – Geschichte und Perspektiven », in : Aus Politik und (...)

4Le projet de Soziokultur naît dans les années 1970 en République fédérale, en opposition explicite à une culture jugée trop élitiste dont on cherche à saboter l’hégémonie. La conviction sous-jacente est que la culture peut jouer un rôle de levier dans la transformation de la société, qu'elle peut contribuer à la rendre plus égalitaire et plus démocratique. Pour cela, les premiers théoriciens de la Soziokultur proposent d'encourager toutes les formes de participation de larges franges de la société à créer et travailler ensemble sur des projets socioculturels communs. Le caractère participatif de la Soziokultur est fondamental et il apporte une dimension politique nouvelle en Allemagne, un pays qui était plutôt caractérisé – à l’exception de la RDA et bien sûr du troisième Reich – par une tradition d’étanchéité, d’éloignement entre le politique et le culturel : « Ce projet de Soziokultur participative rompt par conséquent avec le modèle de pensée que portait la culture bourgeoise, avec « l’homme de culture apolitique2 ». La Soziokultur recherche une plus grande politisation du débat culturel. Les racines de ce changement se situent dans les mouvements sociaux apparus dans les années 1970 dont la Soziokultur reprend le potentiel critique (Stüdemann 1993) ainsi que l'idée que la démocratie représentative et uniquement délégataire ne peut pas fonctionner de façon durable. Il faut donc recréer, par le biais des activités socioculturelles, des formes de participation des citoyens dans les villes qui rendront ces dernières plus durables. L'objectif est de rapprocher le citoyen de la décision grâce à des formes de participation innovantes. Pour devenir citoyen, il faut parfois faire le détour par une sphère autre que la sphère politique, par exemple par la sphère culturelle qui permet d'organiser la création en commun par l’autogestion. La notion d'autodétermination est une constante dans la rhétorique participative des centres socioculturels allemands. Cornelia Jacomet l'indique dans un article consacré aux liens entre démocratie, participation, Soziokultur et « sculpture sociale » au sens de Josef Beuys, c'est-à-dire la capacité à agir de façon plastique sur l'ordre social :

  • 3 « Die Selbstverwaltung ist die am häufigsten praktizierte Form. Selbstverwaltung heisst, Menschen a (...)

« L'autogestion est la forme la plus souvent pratiquée. L'autogestion signifie que les individus organisent de A à Z leurs manifestations de façon autonome et autodéterminée, nous leur louons nos locaux pour cela. C'est en rendant publics et en annonçant les thèmes des manifestations culturelles que la cogestion et la co-décision ont lieu. Nous invitons au dialogue, à des bourses d'idées et à exercer une influence en commun dans des groupes de travail. Les personnes intéressées peuvent par ce biais exercer une influence sur le contenu du programme, mais aussi participer aux manifestations ou même co-réaliser le programme de manifestations en tant que partenaires3 ».

  • 4 Les huit niveaux sont les suivants :
    manipulation/éducation/information/consultation/implication/par (...)
  • 5 « (...) fördert die Soziokultur die Teilhabe der Bürgerinnen und Bürger am kulturellen und gesellsc (...)

5La simple information est présentée ici comme le premier degré de la participation : Cornelia Jacomet semble définir des paliers de participation, ce qui soulève la question de savoir à partir de quel moment il est réellement pertinent de parler de participation s'il n'y a pas de délégation du pouvoir de décision. La participation implique-elle que le résultat soit obtenu réellement avec le concours des individus qui auront infléchi le processus décisionnel ? Où se situe la frontière entre démocratie participative et « démagogie participative » ? La sociologue américaine Sherry R. Arnstein avait défini huit niveaux de participation, en fonction du pouvoir décisionnaire croissant des citoyens, qui peuvent être regroupés en trois catégories : les premiers niveaux de participation sont en fait une non-participation, il existe une asymétrie structurelle dans la relation entre le politique et la société civile qui n'a pas vocation à être remise en cause et on se contente d'associer les citoyens à la prise de décision en les informant. La deuxième catégorie correspond à une coopération symbolique : on consulte les individus pour se légitimer. Enfin la troisième catégorie et elle seule correspond réellement à l'empowerment, c'est-à-dire à un véritable renversement, au moins partiel, des rapports de domination entre État et société civile. Les individus renforcent véritablement leur capacité d'action et leur pouvoir de décision4. Comme toutes les typologies, celle-ci présente ses limites. Mais elle peut nous aider à comprendre comment se situe le discours des centres socioculturels sur la question de la participation. En effet, le topos de l'autodétermination, de l'autonomie (au sens premier, c'est-à-dire au sens d'être à soi-même sa propre loi) est défini comme une condition de la participation. Il y a donc bien au moins en théorie une volonté de dépasser les niveaux de l'information et de la coopération symbolique pour aller vers un véritable empowerment. A titre d'exemple, on peut lire sur le site internet qui recense les différents centres socioculturels actifs en Saxe : « La Soziokultur encourage la participation des citoyennes et des citoyens à la vie culturelle et sociale. Participation au sens de réciprocité entre donner et recevoir. (...) Elle encourage donc une culture politique dont le noyau est la volonté de participation et d'action des hommes dans leur entourage quotidien qui ne cesse de grandir5 ».

  • 6 Résumé du Troisième congrès disciplinaire de la Soziokultur saxonne par Maria Villao Crespo, « Qui (...)

6Il y a dans cette prise de position une critique sociale qui cherche à rétablir les fondamentaux de l'être en commun : on ne peut parler de participation que si le recevoir s'accompagne d'un donner. Pour générer des comportements coopératifs durables, il faut un mouvement de réciprocité entre les individus et les structures socioculturelles. Les centres socioculturels racontent la participation, mettent en récit l'objectif participatif, en posant que la légitimité de cette recherche de participation et son caractère durable sont toutes deux à chercher dans la volonté d'inventer avec les individus, et non pas seulement pour eux. On veut partir de ce que les citoyens peuvent apporter : non pas les intégrer dans un cadre construit d'avance, non pas leur faire jouer une partition déjà écrite, mais inventer avec eux de nouvelles formes d'expression artistique, afin de développer le sens civique de chacun. C'est ce qui ressort du résumé du troisième congrès de la Soziokultur saxonne qui s'est tenu en novembre 2012 à Leipzig6 dans la Kulturfabrik. Anne Pallas a établi dans son argumentation un lien intrinsèque entre la dimension participative de la Soziokultur et ce qu'elle nomme le Gemeinwesenbezug, c'est-à-dire la référence constante dans le secteur socioculturel à la chose publique, à la collectivité, à l'être-en commun :

  • 7 « Mit insgesamt 9 Millionen Euro öffentlicher Förderung erreichte diese 2011 rund 1,6 Millionen Bes (...)

« Avec au total 9 millions d'euros de subventions publiques elle (la scène socioculturelle) a réuni en 2011 environ 1,6 million de visiteurs. (…) La main publique a ainsi subventionné chaque visite à hauteur de 5,60 euros environ en moyenne. En termes d'efficacité de la Soziokultur et de potentiel d'effet multiplicateur sur l'être-en-commun, nous sommes donc incroyablement lucratifs !7 ».

7Elle conclut avec ces mots :

  • 8 « Mit dieser Analyse würde ich die Soziokultur in Sachsen als systemstabilisierend bezeichnen, gera (...)

« Je qualifierais avec cette analyse la Soziokultur en Saxe de stabilisateur du système, justement parce qu'il y a une approche critique de la société, parce que la collectivité est la mesure de référence, parce que l'éducation suit un principe humaniste et qu'il y a dans ce secteur une tentative d'être là pour tous les hommes8 ».

  • 9 « Dazu gekommen sind neue Netzwerke, neue Bekanntschaften, die durchaus zu neuen Impulsen in der En (...)

8On note ici de nouveau ce qui semble être une constante du discours des centres socioculturels sur la participation : la volonté de justifier la légitimité du centre socioculturel comme espace délibératif, de dialogue, de co-responsabilité, d'être-en-commun, dont le corollaire est une plus grande cohésion sociale. Pour donner un autre exemple, à propos du centre socioculturel de Hoyerswerda, il est indiqué sur le site internet : « De nouveaux réseaux, de nouvelles connaissances nous ont rejoint et vont mener à de toutes nouvelles impulsions dans le développement de la ville. C'est tout à fait dans le sens du projet : une ville se rassemble, se resserre !9 ». Ici aussi le discours du centre socioculturel consiste à établir un lien entre les impulsions citoyennes permises par le centre et la fabrique de solidarités nouvelles, d'une plus grande cohésion sociale. En ce sens, le centre socioculturel fonctionne sur le modèle de ce que Daniel Mothé nomme la « petite démocratie » (Mothé 2006) : des acteurs sociaux s'aménagent un petit espace collectif de liberté parallèle aux structures sociales traditionnelles, dans lequel une autodétermination, un véritable partage de la responsabilité avec les usagers est possible, grâce à la taille restreinte de ce petit espace collectif.

  • 10 « Partizipation ist in der Idee der Soziokultur angelegt, Partizipieren verstanden als Teilhaben un (...)
  • 11 « Die Soziokultur leistet (...) eminente Beiträge. Sie setzt im Nahbereich an, im Wohnquartier, an (...)

9P. Norynberg a montré que dans la mise en place des activités culturelles, le fait de laisser les jeunes s’exprimer et de partir de ce qu’ils avaient en tête changeait totalement la donne. L’investissement dans les activités était spontané, naturel (Norynberg 2001). Pour le cas des espaces dédiés à la Soziokultur en Allemagne, le postulat de base est le même : il faut partir de ce que les citoyens peuvent apporter et ne pas les intégrer dans un cadre construit d'avance. Mais cela est-il si simple ? La rhétorique participative passe souvent par un effort pour faire figure de réponse à une demande. L'hypothèse de départ est qu'il existe une demande sociale de participation : « La participation est au cœur de l'idée de Soziokultur, participer au sens d'être associé et de prendre part, au sens de s'approprier un morceau de pouvoir10 », il y a donc dès le départ l'idée de faire prendre conscience d'un pouvoir d'agir sur la société au moyen de l'art, au sens de J. Beuys. La rhétorique participative des centres socioculturels est un récit qui repose sur l'hypothèse que ces centres sont une réponse à une demande de participation préexistante. Dans l'un de ses discours, le responsable de la division de la culture auprès du ministre fédéral délégué à la culture et aux médias, Dr. Knut Nevermann, aborde ainsi la question du seuil de l'entrée dans la société : « La Soziokultur apporte une contribution significative. Elle amorce des évolutions de proximité dans le quartier où l'on habite, dans les situations de la vie quotidienne. De cette façon elle parvient à maintenir bas les seuils d'entrée dans la société11 ». Les risques associés à l'expression publique citoyenne ne sont pas thématisés, la participation étant posée comme une fin en soi. Tout se passe comme si l'existence d'une demande sociale de participation et la possibilité d'y répondre par une offre socioculturelle ne posait pas problème.

Éviter la déqualification et l'exclusion sociale par un accompagnement vers la participation active

  • 12 Cf. le rapport Pour une réforme radicale de la politique de la ville de Bacqué et Mechmache de 2013

10On peut remarquer par ailleurs que l'activité socioculturelle est définie comme un outil pour éviter l'isolement social grâce à un accompagnement progressif vers la participation active. Il s'agit de faire sentir aux individus qu'il est possible de faire bouger les choses et c'est dans ce mouvement qu'une « citoyenneté en actes12 » pourra s'épanouir. En accompagnant vers la participation, on peut mettre les choses en mouvement et donc exercer une influence sur l'ordre social. Cela explique pourquoi le discours des centres socioculturels allemands sur leur propre activité est souvent traversé par la thématique du mouvement, qui devient un but en soi, permettant de lutter contre la tendance à l'exclusion et à la marginalisation de certains groupes sociaux. Cela se lit dans la phrase suivante :

  • 13 « Mitarbeiter/innen soziokultureller Zentren sind Spezialist/innen in Soziokultur und Partizipation (...)

« Les employés des centres socioculturels sont des spécialistes de la Soziokultur et de la participation. Ils (...) travaillent à partir du postulat que les hommes sont fondamentalement actifs dans leur environnement social, économique et culturel13 ».

11Ce postulat de départ de Cornelia Jacomet nous semble important : le travail des centres socioculturels repose sur la conviction que les hommes sont par nature actifs, c'est-à-dire que la logique participative n'a pas à être créée de façon artificielle, mais uniquement à être activée ou réactivée :

  • 14 « Dass sich Menschen an Entscheidungen, die ihr Leben und ihre Umwelt in irgendeiner Weise beeinflu (...)

« C'est pour les spécialistes de la Soziokultur et de la participation une évidence que les individus veulent participer aux décisions qui influencent d'une manière ou d'une autre leur vie et leur environnement. Ils parient sur le fait que les femmes, les hommes et les enfants souhaitent l'égalité des chances et l'égalité des droits et sont donc prêts à s'engager dans le domaine social et culturel. Ils sont convaincus que la propension à participer augmente quand les hommes sentent qu'ils peuvent faire bouger les choses14 ».

  • 15 Cornelia Ehmayer, Die « aktivierende Stadtdiagnose » als eine besondere Form der Organisationsdiagn (...)

12Une étude publiée en 2014 sur le développement urbain durable en Allemagne montre que pour être durable, une ville doit être capable d'éviter la déqualification sociale et de permettre le Selbstermächtigung des groupes défavorisés15, le mot Selbstermächtigung étant l'équivalent allemand du mot empowerment, avec une nuance supplémentaire : le terme désigne l'autonomisation, la responsabilisation, mais réalisée par les individus eux-mêmes, et non pas de l'extérieur, comme l'indique le préfixe Selbst. Ce mouvement ne va pas de soi. Elle revient sur le fait que l'on réfléchit, au moins depuis les années 1970, sur les modalités d'encouragement de la participation. Et pourtant, la participation effective à la prise de décision dans les villes est selon elle toujours plus basse qu'elle ne pourrait l'être, le niveau de participation effective que l'on observe dans la réalité est toujours inférieur à celui que l'on peut poser en théorie comme possible car la concentration du pouvoir au sommet au détriment de la base reste une constante, ce qui est en contradiction avec l'objectif de durabilité du développement urbain.

13Il ne va donc pas forcément de soi que la demande de participation préexiste et que le secteur socioculturel peut se positionner comme une réponse à cette demande sociale déjà présente. On sait par ailleurs que la disposition à investir les questions politiques est inégalement répartie dans la société (Bourdieu 2000) et cela a des incidences sur la demande de participation. Devenir experts de la prise de décision ne s'improvise pas et suppose un certain degré de familiarité avec les différents dispositifs participatifs. Il faudrait donc questionner la rhétorique participative des centres socioculturels allemands à la lumière de ces limites, et parler, à l'instar de Cornelia Ehmayer, de participation formelle (de jure) et informelle (de facto). Ainsi, dans le flyer du centre socioculturel LAKS, la notion de participation est présente dès la première phrase, mais on peut avancer l'hypothèse que le type de participation recherchée est uniquement une participation informelle, même si cela n'est pas explicitement écrit :

  • 16 « Wir ermöglichen unseren NutzerInnen, ihr kulturelles und soziales Potenzial zu entfalten und ihr (...)

« Nous permettons à nos utilisateurs de déployer leur potentiel culturel et social et de participer durablement à la définition de leur environnement de vie. Nous offrons des structures et des expériences, qui encouragent l'engagement citoyen16 ».

14Les références qu'ils mobilisent sont Hermann Glaser et Karl Heinz Stahl, les premiers théoriciens de la Soziokultur dont le livre sur la « reconquête de l'esthétique » avait ouvert la réflexion en Allemagne sur la possibilité d'utiliser la culture comme vecteur de démocratisation de la société, en permettant, par le biais de la Soziokultur, d'offrir de meilleures opportunités de prendre conscience de son potentiel créateur et de son potentiel de citoyen, et donc in fine une réflexion plus large autour du concept de partage de la décision (Glaser et Stahl 1974). La Soziokultur doit ainsi permettre, par la participation, de rendre la ville plus durable. En ce sens, la participation qui est encouragée est une « participation normative » (Ehmayer 2014) : il s'agit de correspondre à une norme sociale ou éthique, un impératif de participation pour être citoyen à part entière et ne pas risquer l'exclusion, mais aussi une « participation affective », guidée non plus par une norme sociale, mais par l'envie, la volonté, les liens émotionnels avec le centre socioculturel. En revanche, la notion de « participation calculée », guidée par la rationalité - les coûts associés au fait de ne pas participer étant élevés - n'est pas présente. Ce n'est pas en termes de rentabilité de la participation qu'est posée l'injonction participative dans le milieu socioculturel en Allemagne.

15On le voit, le champ sémantique de la participation est très présent dans les textes publiés par les centres socioculturels allemands, mais toujours sous la forme d'un effort pour tester une horizontalité de la décision : faire en sorte que le projet socioculturel soit une co-construction avec les habitants du quartier, que les choix en matière de programmation ne soient pas faits par l'institution de manière descendante, mais en partant des préoccupations des habitants. Il y a une volonté de favoriser le débat, en n'essayant pas d'éviter les désaccords car sinon on se prive de ce que leur résolution collective peut produire en terme d'engagement et de débat public. On cherche donc à mettre en place des espaces communs de controverse, avec la conviction que l'horizontalité de la décision encouragera une participation active de nature à éviter l'exclusion sociale, mais sans questionner l'existence de cette demande de participation préalable.

Une correspondance symbolique entre espace collectif et démarche participative

16Il reste à comprendre par quels biais l'espace collectif du centre socioculturel exerce pour les acteurs sociaux une fonction narrative signifiante. Cette question a des incidences particulièrement intéressantes pour les centres socioculturels allemands, dans la mesure où ils racontent l'espace participatif mis à disposition des individus en postulant une discontinuité très marquée avec le reste de la ville qui serait par nature moins durable. Prenons l'exemple du texte de présentation du centre socioculturel RAW-Tempel sur leur page internet :

  • 17 Cf. RAW-Tempel, Page internet du centre socioculturel RAW-Tempel, www.raw-tempel.de, consultée le 1 (...)

« Le RAW-Tempel se conçoit comme un lieu de travail et d’expérimentation pour des projets novateurs visant le développement participatif, et pour des modèles sociaux et économiques alternatifs organisant une communauté autonome. Le RAW-Tempel se conçoit comme une organisation ouverte, d’intérêt général, réunissant des citoyens et des personnes créatives, qui partagent une vision : bâtir un espace libre pour une utilisation socioculturelle au cœur d’une métropole européenne, dans lequel la réalisation de soi passe par une action solidaire pour le collectif17 ».

  • 18 Entretien K. Schütt, Berlin, 22 janvier 2013.
  • 19 Cf. brochure LAKS « Soziokultur ist mehr Wert, 30 Jahre LAKS Baden-Württemberg », 68 p., p. 4.

17La notion de développement participatif sert ici de base à la réflexion autour des possibilités de vie en commun alternatives. Il s’agit de fonder un « espace libre » dans la ville, comme un « dehors en dedans », un « à-côté » au cœur du tissu urbain. Le projet participatif de ce centre socioculturel est très lié aux spécificités du lieu. L’entretien que nous avons mené avec K. Schütt qui codirige ce centre fait apparaître une discontinuité marquée, la volonté de se situer dans un lieu à part, autonome18. Il s’agit de mettre à profit cet « en dehors », d’utiliser un repli de la ville de Berlin pour y développer un vivre-en-commun alternatif. L’objectif ne se limite pas à fabriquer de l’art sous différentes formes, mais bien à favoriser l’émergence d’un « vivre ensemble » différent, et plus durable par nature, selon elle. Le même discours reposant sur l'idée d'une discontinuité est repérable pour le centre socioculturel Irrlicht, kreativ im Kollektiv situé en Bade-Würtemberg qui se présente comme un « espace qui n'offre aucune prise au racisme ni au sexisme19 ». La singularité de l'espace est soulignée là aussi : il y a une correspondance symbolique entre cet espace interstitiel au sein de la ville et les pratiques culturelles hors-normes, innovantes, hétérotopiques qui y sont développées et qui reposent sur la participation de tous les groupes sociaux sans discrimination, dans un objectif de durabilité.

  • 20 Cf. brochure LAKS déjà citée.

18Un autre exemple est l'organisation LAKS fondée en 1978 en Bade-Würtemberg et qui regroupe plusieurs centres socioculturels. Elle s'est installée dans une ancienne fabrique de meubles, car les fondateurs étaient guidés par la recherche de « Freiräume », au double sens d'espaces ouverts et libres, comme l'indique la brochure publiée à l'occasion des 30 ans de cette association20. Le nom fait référence au « Lachs », le saumon qui nage toujours à contre-courant et à l'adjectif « lax », qui signifie désinvolte, décontracté. Il s'agit donc à la fois de nager à contre-courant de la société et de conserver une certaine désinvolture. La discontinuité est de nouveau très marquée, et repose sur le positionnement en tant qu'espace de rupture dans le paysage urbain, dans lequel peuvent s’épanouir des pratiques artistiques alternatives. Mais on peut se demander si ce discours ne contient pas ses propres apories. En effet, le caractère désinvolte est parfois incompatible avec l'efficacité des mécanismes de partage de la décision. Le document insiste par ailleurs sur l'idée que l'intégration sociale et la participation sont intrinsèquement liées avec l'idée que c'est par la participation que l'on peut favoriser l'intégration sociale, mais on peut se demander si la capacité à participer ne présuppose pas un niveau minimum d'intégration, en deçà duquel tout effort pour encourager la participation serait vain. Le discours participatif du LAKS est centré uniquement sur l'idée de permettre une impulsion citoyenne, mais évite la question des modalités d'encouragement à la participation chez les individus qui n'en font pas la demande. Il faudrait dépasser le simple postulat que la proximité va permettre à une citoyenneté en actes de se développer, car « être proche » ne signifie pas nécessairement « prendre part ». La question rencontrée ici est centrale : les centres socioculturels sont des équipements participatifs conçus et définis par des experts, qui prétendent connaître les besoins et les attentes des « profanes » en matière de participation. La réflexion des centres socioculturels sur le lien entre participation et durabilité repose sur la conviction que la participation habitante se décrète. L'injonction participative n'est pas questionnée.

  • 21 Cf. brochure LAKS déjà citée, p. 23.
  • 22 « kein einsamer linker Leuchtturm mehr inmitten von konservativer Tristesse und dennoch ein Ort gro (...)
  • 23 « nicht auf der Bühne im Scheinwerferlicht, sondern dahinter und für die Öffentlichkeit unsichtbar (...)

19Une autre ambiguïté concerne le rapport entre l'État et la société civile. Les auteurs de la brochure sur le LAKS situent au milieu des années 1980 la période où l'on est passé de la confrontation à la coopération avec l'État. Il y a désormais une recherche de « reconnaissance adéquate de la main publique21 ». Dans le même ordre d'idées, le centre socioculturel Club Manufaktur en Bade-Würtemberg se présente comme un « centre qui n'est plus un phare isolée d'extrême-gauche au beau milieu d'un océan de tristesse conservatrice, mais quand même un espace de mise en scène de la culture alternative22 ». Le positionnement politique est intéressant : la durabilité du lieu est présentée comme garantie par l'affranchissement de l'isolement idéologique caractéristique de l'extrême-gauche, mais la volonté de se situer sur la scène alternative demeure intangible. Il s'agit d'être dans un espace alternatif, interstitiel au milieu du tissu urbain, en dehors de la scène principale. De la même façon, le prix Theo Pinkus récompense chaque année un centre socioculturel car Theo Pinkus incarne le positionnement de la Soziokultur, en « ne se plaçant pas sur le devant de la scène sous les feux des projecteurs mais derrière, dans un endroit non visible pour l'opinion publique23 ». On remarque ici que la question de la visibilité est délicate car elle est à la fois revendiquée mais aussi perçue comme une valeur négative. Il faut faire participer les citoyens mais sur des circuits alternatifs et non pas dans l'espace public traditionnel, c'est-à-dire organiser la participation « en coulisse » (Mothé 2006).

20On pourrait rapprocher ces réflexions d'un projet mené en France autour de Pierre Rosanvallon, le Parlement des invisibles. Pierre Rosanvallon est parti du constat que de nombreux citoyens sont invisibles pour les institutions, même s'ils ne sont pas réellement invisibles. Or, on ne peut participer à la vie politique, devenir acteur de sa vie que si l'on a les moyens de restituer son expérience dans une vision plus large, de « relier son je à un nous » (Rosanvallon 2013), d'où l'idée de créer un site internet participatif et de petits livres qui feront le portrait des citoyens peints par eux-mêmes, afin de leur apporter une visibilité.

Conclusion

21Il existe aujourd'hui un consensus participatif derrière lequel se cache une pluralité d'usages et de discours. Le cas de quelques centres socioculturels de Saxe et de Bade-Wurtemberg que nous avons analysé montre que les notions de participation et de durabilité sont inhérentes au projet socioculturel. Les centres socioculturels mettent en récit l'objectif participatif en posant que la légitimité de cette recherche de participation et son caractère durable sont toutes deux à chercher dans la volonté d'inventer avec les individus, et non pas seulement pour eux. L'idée, depuis les origines de la Soziokultur dans les années 1970, est de ne pas intégrer les individus dans un cadre construit d'avance, de ne pas leur faire jouer une partition déjà écrite, mais au contraire d'inventer avec eux de nouvelles formes d'expression artistique, afin de développer le sens civique de chacun. En ce sens, les centres socioculturels se définissent comme de petits laboratoires démocratiques, qui vont permettre de contourner la crise de la démocratie représentative et délégataire en recréant, par le biais des activités socioculturelles, des formes de participation des citoyens dans les villes qui rendront ces dernières plus durables. On cherche donc à construire un espace délibératif, de dialogue, de co-responsabilité, d'être-en-commun, dont le corollaire est une plus grande cohésion sociale au niveau local.

  • 24 Brochure LAKS, déjà citée, p. 13.

22Elisabeth Nill, députée du SPD au parlement de Bade-Wurtemberg, compare la Soziokultur à du levain (Sauerteig)24. La conviction sous-jacente est que le secteur socioculturel peut servir de levier pour renverser les rapports de domination, faire bouger des choses. Mais notre analyse fondée sur quelques exemples de Saxe et de Bade-Wurtemberg montre qu'il existe des contradictions dans le discours des centres socioculturels sur leur projet participatif. Ils font figure de réponse à une demande sociale de participation, mais on pourrait se demander si cet « activisme symbolique » (Lefebvre 2007) permis par les différents rituels participatifs est vraiment une réponse à une demande qui préexisterait et ne demanderait qu'à être activée, et non pas une construction des responsables du secteur socioculturel pour légitimer leurs activités. Par ailleurs, notre étude fait apparaître le rapport ambigu que la participation entretient avec la décision : dans le discours des centres socioculturels allemands, le mot participation subsume des logiques d'actions diverses qui vont de la simple information au partage de la décision. Mais il n'y a pas de réelle réflexion autour du type de participation que l'on souhaite favoriser parmi ces différents degrés d'engagement, ni autour des risques associés à l'expression publique citoyenne. Nous avons ainsi pu constater que le risque de dilution de la décision dans un espace délibératif n'était pas théorisé. Le discours sur les impulsions citoyennes encouragées par le vivre-ensemble contient aussi ses propres apories. En effet, le renversement du pouvoir au profit de la société civile fonctionne d'autant mieux que le capital social détenu est élevé, que l'on possède une certaine visibilité, une épaisseur institutionnelle qui permet de générer des comportements coopératifs entre une pluralité d'acteurs, et l'on s'éloigne alors de l'objectif de départ de créer davantage d'égalité des chances et donc de durabilité : le discours des centres socioculturels sur leurs pratiques en matière de participation contient des contradictions auxquelles ils ne parviennent pas toujours à échapper.

Bibliographie

Références

ARNSTEIN S. R., 1969, "A Ladder of Citizen Participation", JAIP, Vol. 35, n°4, Juillet, p. 216-224.

BACQUE M.-H. et BIEWENER C., 2013, L'empowerment, une pratique émancipatrice, La Découverte, 175 p.

BLATRIX C., 2009, « La démocratie participative en représentation », Sociétés contemporaines, n°74, p. 97-119.

BLONDIAUX L., 2008, Le Nouvel esprit de la démocratie, Actualité de la démocratie participative, Paris, Seuil, coll. « La république des idées », 109 p.

BLONDIAUX L. et FOURNIAU J.-M., 2011, « Un bilan des recherches sur la participation du public en démocratie : beaucoup de bruit pour rien ? », Participations, n°1, p. 10-36.

BOURDIEU P., 2000, Propos sur le champ politique, PUL, Lyon, 110 p.

EHMAYER C., 2014, Die « aktivierende Stadtdiagnose » als eine besondere Form der Organisationsdiagnose, ein umwelt-und gemeindepsychologischer Beitrag für eine nachhaltige Stadt-und Gemeindeentwicklung, Disserta-Verlag, Hambourg, 2014, 232 p.

GLASER H. et STAHL K. H., 1974, Die Wiedergewinnung des Ästhetischen. Perspektiven und Modelle einer neuen Soziokultur, Taschenbuch, Munich, 1974, 272 p.

JACOMET C., 2013 (consultation), « Soziokultur, demokratische Kulturarbeit, Partizipation und Soziale Skulptur », 7 p., [En ligne], http://www.praxiskulturgeragogik.ch/sites/default/files/14_AuszugZukunftsSoziokultur.pdf, consulté le 18. 10. 2014.

KNOBLICH T. J., 2001, « Das Prinzip Soziokultur – Geschichte und Perspektiven », Aus Politik und Zeitgeschichte [En ligne], B 11, p. 7-14. http://www.bpb.de/files/8NFZCH.pdf, consulté le 15. 06. 2013.

LEFEBVRE R., 2007, « Non-dits et points aveugles de la démocratie participative », in Robbe F. (dir.), La Démocratie participative, Paris, L’Harmattan, p. 110-134.

MOTHE D., 2006, « La grande démocratie et la petite démocratie », Esprit, vol 7, 2006, p. 35-54.

NORYNBERG P., 2001, Faire la ville autrement, Editions Yves Michel, Collection Acteurs sociaux, 176 p.

PACQUOT T., 2011, Un philosophe en ville, Essais, Infolio, collection Archigraphy, 230 p.

PETIT G., 2013, « Participations ordinaires et extraordinaires Des appropriations différenciées d’une offre institutionnelle de participation municipale », in Actes des 3èmes Journées doctorales sur la participation du public et la démocratie participative, Université Victor Segalen – Bordeaux, 22-23 novembre 2013, http://www.participation-et-democratie.fr/fr/content/actes-destroisiemes-journees-doctorales-sur-la-participation-du-public-et-la-democratie, consulté le 17. 10. 2014.

ROSANVALLON P., 2013, Raconter la vie, Paris, Seuil, 68 p.

STÜDEMANN J., 1993, « Soziokulturelle Zentren im Umfeld der Neuen Sozialen Bewegungen. Die bundesdeutsche Situation », in : SCHWENKE O. (dir.), Kulturelle Modernisierung in Europa. Regionale Identitäten und soziokulturelle Konzepte, Hagen, p. 220-235.

Notes

1 Cf. Paquot (2011), p. 11.

2 Tobias J. Knoblich, « Das Prinzip Soziokultur – Geschichte und Perspektiven », in : Aus Politik und Zeitgeschichte [En ligne], B 11/2001, p. 7-14. http://www.bpb.de/files/8NFZCH.pdf, consulté le 15. 06. 2013, p. 8

3 « Die Selbstverwaltung ist die am häufigsten praktizierte Form. Selbstverwaltung heisst, Menschen aus der Bevölkerung führen ihre Veranstaltungen autonom und selbstbestimmt durch, wir vermieten ihnen dazu unsere Räume. Die Mitwirkung und Mitentscheidung geschieht, indem wir die Veranstaltungsthemen publik machen und ausschreiben. Wir laden auch zu Gesprächen ein, zu Ideenbörsen und zum Mitwirken in Arbeitsgruppen. Interessierte können so Einfluss auf die inhaltliche Gestaltung nehmen, aber auch Beiträge in den Veranstaltungen machen oder gar als Kooperationspartner/innen das Veranstaltungsprogramm mitgestalten », in : Cornelia Jacomet, « Soziokultur, demokratische Kulturarbeit, Partizipation und Soziale Skulptur », 7 p., article publié en ligne, http://www.praxiskulturgeragogik.ch/sites/default/files/14_AuszugZukunftsSoziokultur.pdf, consulté le 18. 10. 2014.

4 Les huit niveaux sont les suivants :
manipulation/éducation/information/consultation/implication/partenariat/délégation de pouvoirs/contrôle des citoyens. cf. Sherry R. Arnstein, « A Ladder of Citizen Participation », JAIP, Vol. 35, No. 4, Juillet 1969, pp. 216-224.

5 « (...) fördert die Soziokultur die Teilhabe der Bürgerinnen und Bürger am kulturellen und gesellschaftlichen Leben. Dabei meint Teilhabe die Gegenseitigkeit von Geben und Empfangen. (...) Sie steht somit auch für eine politische Kultur, deren Kern der sich entfaltende Partizipations-und Gestaltungswille der Menschen in ihrem Lebensumfeld ist »., in : http://soziokultur-sachsen.de/soziokultur, consulté le 4. 11. 2014.

6 Résumé du Troisième congrès disciplinaire de la Soziokultur saxonne par Maria Villao Crespo, « Qui sommes nous et pourquoi ? Les opportunités d'un travail culturel proche des citoyens » (« Wer sind wir und warum ? Chancen einer bürgernahen Kulturarbeit »), Landesverband Soziokultur Sachsen e. V., in : http://soziokultur-sachsen.de/fachtage-soziokultur/fachtag-2012/43-themen/fachtag-soziokultur/218-zusammenfassungfachtag2012, consulté le 28. 10. 2014.

7 « Mit insgesamt 9 Millionen Euro öffentlicher Förderung erreichte diese 2011 rund 1,6 Millionen Besucher. (...) Damit fördert die öffentliche Hand im Durchschnitt jeden Besuch in der Soziokultur mit rund 5,60 Euro. Gemessen an der Leistungskraft der Soziokultur und den Multiplikationseffekten für das Gemeinwesen sind wir damit verdammt lukrativ », cf. Résumé du colloque déjà cité, p. 3.

8 « Mit dieser Analyse würde ich die Soziokultur in Sachsen als systemstabilisierend bezeichnen, gerade weil es eine kritische Auseinandersetzung mit Gesellschaft gibt, das Gemeinwesen Referenzfläche ist, Bildung einem humanistischen Prinzip folgt und der Ansatz existiert, für alle Menschen da sein zu wollen », in : résumé du colloque déjà cité, p. 3.

9 « Dazu gekommen sind neue Netzwerke, neue Bekanntschaften, die durchaus zu neuen Impulsen in der Entwicklung der Stadt führen werden. Ganz im Sinne der Projektidee : Eine Stadt rückt zusammen ! », in : http://www.auszeit-hy.de, consulté le 3. 11. 2014.

10 « Partizipation ist in der Idee der Soziokultur angelegt, Partizipieren verstanden als Teilhaben und Teilnehmen, als Sich – ein – Stück – Macht - aneignen », in : Cornelia Jacomet, art. cité., p. 4.

11 « Die Soziokultur leistet (...) eminente Beiträge. Sie setzt im Nahbereich an, im Wohnquartier, an den Problemlagen des alltäglichen Lebens. Dadurch gelingt es ihr, die Eintrittsschwellen niedrig zu halten », in : Dr. Knut Nevermann, Festvortrag des Abteilungsleiters Kultur bei der Beauftragten der Bundesregierung für Kultur und Medien, reproduit sur le site internet du Fonds Soziokultur, http://www.fonds-soziokultur.de/html/preistraeger.htm, consulté le 10. 11. 2014.

12 Cf. le rapport Pour une réforme radicale de la politique de la ville de Bacqué et Mechmache de 2013.

13 « Mitarbeiter/innen soziokultureller Zentren sind Spezialist/innen in Soziokultur und Partizipation. Sie (...) arbeiten aus der Haltung heraus, dass Menschen grundsätzlich in ihrem sozialen, ökonomischen und kulturellen Umfeld aktiv sind (…) », in : Cornelia Jacomet, art. cité, p. 4.

14 « Dass sich Menschen an Entscheidungen, die ihr Leben und ihre Umwelt in irgendeiner Weise beeinflussen, beteiligen wollen, ist Fachleuten für Soziokultur und Partzipation selbstverständlich. Sie setzen darauf, dass Frauen, Männer und Kinder Chancengleichheit und Gleichberechtigung wollen und deshalb bereit sind, sich sozial und kulturell zu engagieren. Sie sind überzeugt, dass die Bereitschaft sich zu beteiligen wächst, wenn Menschen spüren, dass sie etwas bewegen können », in : Cornelia Jacomet, art. cité, p. 4.

15 Cornelia Ehmayer, Die « aktivierende Stadtdiagnose » als eine besondere Form der Organisationsdiagnose, ein umwelt-und gemeindepsychologischer Beitrag für eine nachhaltige Stadt-und Gemeindeentwicklung, Disserta-Verlag, Hambourg, 2014.

16 « Wir ermöglichen unseren NutzerInnen, ihr kulturelles und soziales Potenzial zu entfalten und ihr Lebensumfeld nachhaltig mitzugestalten. Wir bieten Strukturen und Erfahrungen, die vielfältiges bürgerschaftliches Engagement fördern », in : « Soziokultur ist eine programmatische Bezeichnung für Diskurse, Inhalte », http://www.laks-bw.de/fileadmin/default/dokumente/flyer_leitbild.pdf, consulté le 28. 10. 2014.

17 Cf. RAW-Tempel, Page internet du centre socioculturel RAW-Tempel, www.raw-tempel.de, consultée le 17. 11. 2013.

18 Entretien K. Schütt, Berlin, 22 janvier 2013.

19 Cf. brochure LAKS « Soziokultur ist mehr Wert, 30 Jahre LAKS Baden-Württemberg », 68 p., p. 4.

20 Cf. brochure LAKS déjà citée.

21 Cf. brochure LAKS déjà citée, p. 23.

22 « kein einsamer linker Leuchtturm mehr inmitten von konservativer Tristesse und dennoch ein Ort großer Inszenierungen der Streitkultur », cf brochure LAKS déjà citée, p. 26.

23 « nicht auf der Bühne im Scheinwerferlicht, sondern dahinter und für die Öffentlichkeit unsichtbar tätig sein », Cf. brochure LAKS déjà citée, p. 25.

24 Brochure LAKS, déjà citée, p. 13.

Auteur

Maître de conférences en civilisation allemande contemporaine, Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle, EA 4223

© Carrières Sociales Editions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540