Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et quartiers durables : la place des habitants

 | 
Pascal Tozzi

3ème partie : Opportunités d'appropriations et de « résistances » citoyennes/habitantes

Écoquartiers, circuits courts alimentaires de proximité et modes d’habiter : vers une typologie du consommateur responsable

Abdourahmane Ndiaye

Texte intégral

1Les pratiques de consommation responsable mettent en lumière de nouvelles formes d’engagement de participation politique et de pratiques écocitoyennes, qualifiées de « consumérisme politique » (Ndiaye et Carimentrand 2012). L’engagement politique des consommateurs a été (et est toujours) un angle mort du projet urbain. Alors que les modes de vie peuvent être une forme d’expression politique pour certains segments de la population, qui essaient d’orienter leur engagement politique vers une action directe, pragmatique (Emelianoff 2007). Dans cette perspective, les consommateurs citoyens réinventent collectivement des systèmes de production, de distribution et de consommation alimentaire de proximité plus durables (Chiffoleau 2011). Ils participent ainsi à une action collective individualisée au travers des circuits courts alimentaires de proximité (Carimentrand et Ndiaye 2013). Cette mobilisation semble d’autant plus opportune, qu’elle manifeste la nécessité de modifier les modes de consommation actuels, reconnue comme un objectif essentiel du développement durable (Marchand, De Coninck et Walker 2005). Le postulat implicite des aménageurs consiste à penser que la ville durable produit de facto des écocitoyens bienveillants. Alors qu’il semble se dégager un consensus sur la relation positive entre ville durable et modes de vie, Alain Maugard et Jean-Pierre Cuisinier (2010) proposent l’inversion de la relation de causalité en considérant les modes de vie des habitants en tant que levier des changements de la ville.

2La durabilité déclinée à l’échelle de l’écoquartier a l’ambition d’insuffler des dynamiques d’émergence d’une écocitoyenneté et des enjeux de valorisation des circuits courts. Nous faisons l’hypothèse que les circuits courts, dont les écoquartiers cherchent à favoriser l’essaimage, contribuent au développement durable des filières, des territoires et à une alimentation saine. Cette hypothèse mérite que l’on approfondisse les relations entre écoquartiers, circuits courts et pratiques de consommation responsable. Le choix de résider dans un écoquartier favorise-t-il des modes consommatoires responsables ? Compte-tenu de l’ancrage de plus en plus fort des problématiques du développement durable, les habitants hors écoquartiers peuvent-ils avoir la même sensibilité que les écohabitants ? Est-ce que l’écohabitant est écocitoyen ? Est-ce que l’écohabitant est davantage écocitoyen que l’habitant des autres quartiers ? Est-ce que les clivages sociaux sont aussi nets en écoquartier concernant la consommation responsable ? Autant de questions auxquelles nous tenterons de répondre à partir d’une enquête quantitative dans l’agglomération bordelaise. Nous chercherons ainsi à saisir plus globalement les usages des circuits courts alimentaires par les consommateurs responsables. Ce texte a une double ambition. Dans un premier temps, il définit un cadre d’analyse des circuits courts alimentaires de proximité et leur système d’acteurs. Et dans un second temps, il propose une typologie des consommateurs responsables à partir de leur lieu de résidence, retenue comme variable discriminante. À partir d’un échantillon, composé de cent personnes censées représenter leur ménage et organisé en deux groupes à population égale, l’une constituée des écohabitants de l’Écoquartier Ginko La Berge du Lac et l’autre des habitants de l’agglomération, nous tentons d’évaluer le rôle des choix résidentiels dans la « conversion » à la consommation responsable.

Cadre d’analyse des circuits courts alimentaires de proximité

Les circuits courts alimentaires de proximité et leurs systèmes d’acteurs

3La consommation responsable qui s’inscrit dans le champ plus large de la consommation engagée (Dubuisson-Quellier 2009), peut prendre une forme individuelle (boycott et buycott via les labels syndicaux, sociaux et environnementaux) ou collective (mouvements coopératifs et systèmes d’échanges alternatifs). À côté des pratiques de boycott se sont développées également des tentatives d’incitation à l’achat sélectif, ou buycott. Les circuits courts alimentaires de proximité (CCAP) s’inscrivent dans ces logiques (Carimentrand et Ndiaye 2013). Les pratiques ne consistent plus seulement à ne pas consommer certains produits pour leurs caractéristiques, elles visent surtout à réaliser un tri sélectif aussi bien dans les produits consommés que dans les circuits de distribution. Ces pratiques dépassent alors le consommateur pour interroger les systèmes qui favorisent les transformations des modes de consommation.

4En France, les CCAP peuvent être définis comme « un mode de commercialisation des produits agricoles qui s’exerce soit par la vente directe du producteur au consommateur, soit par la vente indirecte à condition qu’il n’y ait qu’un seul intermédiaire » (Ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l’Aménagement du Territoire). Ils sont compris comme des initiatives mobilisant un intermédiaire au plus entre producteurs et consommateurs (Chaffotte et Chiffoleau 2007), de manière à renforcer le concept de « vente directe » et améliorer ainsi la rémunération du producteur. Les circuits courts se définissent aussi par la réduction de la distance géographique (proximité géographique) séparant producteurs et consommateurs, voire même le face-à-face entre producteurs et consommateurs augurant d’un encastrement social du système alimentaire local (Hinrichs 2000). Un circuit court repose sur une proximité organisée qui est fonction du nombre d’intermédiaires entre le producteur et le consommateur final. C’est un réseau économique dans lequel les intermédiaires sont limités afin d’apporter, d’une part, un revenu équitable aux producteurs et, d’autre part, une transparence dans la distribution et une traçabilité des produits destinés à la consommation. Une filière locale est un réseau de circuits courts appliqué sur un territoire restreint. Proximité, transparence, traçabilité et équité caractérisent les circuits courts, pour contribuer au maintien d’une économie locale et de savoir-faire par la valorisation économique et l’apprentissage.

5Les CCAP se diversifient – agriculture de proximité, agriculture paysanne, agriculture locale, agriculture biologique, marché fermier, marché paysan, association de maintien des agricultures paysannes (AMAP), marché d’échange de produits (troc), marché de produits locaux ou locavorisme – pour répondre à la diversité des expressions de la demande. Les déclinaisons multiples montrent l’éclatement du mouvement de consommation responsable, la multiplication des formes d’engagement et d’action mais aussi sa vivacité. Les CCAP, rapprochant producteurs et consommateurs, forment depuis quelques années une ponctuation marquante de l’actualité en France (Maréchal 2008, Chiffoleau 2012). La commercialisation en circuits courts concerne toutes les filières, en premier lieu le miel et les légumes (50 % des exploitations impliquées), puis les fruits et le vin (25 % des exploitations) et enfin 10 % pour les produits animaux autres que le lait, les œufs et les volailles. Les conversions à l’agriculture biologique ont concerné un hectare sur cinq, soit 3,8 % de la surface agricole utile (Agreste Primeur 2012). De plus, en fin 2013, 25 467 exploitations agricoles françaises étaient engagées en bio soit 5,4 % des exploitations (contre 4,7 % en 2012) et plus de 7 % de l’emploi agricole (Agence bio 2014).

  • 1 Les premiers circuits courts sont apparus chez les utopistes du XIXe siècle, à l’instar des Équitab (...)

6Les CCAP correspondent à la réactivation de modes de distribution anciens qui avaient été fortement réduits par la modernisation des économies et le développement de la grande distribution1. Ils font appel à des formes très innovantes de dispositifs, comme les systèmes de livraison de paniers destinés à des consommateurs urbains désireux de soutenir une agriculture locale. Le caractère direct ou faiblement intermédié de l’échange, ainsi que la marque collective ou individuelle de l’initiative sont d’autres critères de distinction des différentes formes de CCAP (Chaffotte 2006). Les circuits courts recouvrent différentes formes telles que la vente directe à la ferme et sur les marchés : marché à la ferme, paniers, cueillette, marchés de producteurs de pays, marchés paysans, marchés polyvalents ou « plein vent » ; les points de vente collectifs, paniers et Association pour le maintien d’une agriculture paysanne (AMAP) ; la vente en tournée, au domicile ou avec point relais de livraison (lieu de travail) ; la restauration collective hors domicile (RHD) : cantines, restaurants d’entreprise, faisant appel à des fournisseurs locaux (slow food) ou restauration traditionnelle en approvisionnement direct. D’autres circuits courts existent. Il s’agit des commerces de proximité : épicerie, boucher, etc. ; de la grande distribution : marque « petits producteurs », marque de terroirs, produits labellisés, etc. ; de la vente à distance : commandes groupées par internet, tournées de producteurs.

  • 2 Ils sont également appelés « initiatives agroalimentaires alternatives », « systèmes alimentaires l (...)

7Les CCAP sont à la fois des réseaux d’échange alternatifs par rapport aux réseaux d’échange marchand conventionnel et un nouveau mode d’organisation des territoires et des filières (Amemiya, Bénézech et Renault 2008). Ils sont repérés comme un sous-ensemble d’un champ plus vaste nommé alternative food systems ou alternative agro-food networks (Dubuisson-Quellier et Le Velly 2008). Alors que les systèmes alternatifs d’approvisionnement alimentaires sont appelés « systèmes agroalimentaires alternatifs » ou S3A2 dans les pays anglo-saxons (Deverre et Lamine 2010), en France, le terme de circuits courts fait consensus (Maréchal 2008). Les innovations qu’ils introduisent s’observent au niveau de la convivialité des rapports sociaux, leur personnalisation et l’authenticité des relations de face-à-face, en rupture avec le monde « froid », anonyme et d’une certaine violence des filières longues, largement incarnées par la grande distribution qui est leur principal débouché (Hinrichs 2003). L’analyse rejoint l’idée de réciprocité développée par Karl Polanyi (1945), qui considère les échanges comme le prolongement des rapports sociaux. Les marchés y sont encastrés dans les institutions sociales. Les CCAP peuvent alors être identifiés comme un pilier d’un nouveau modèle de développement, en rupture avec les logiques intensives, fortement spécialisées et intermédiées pour aller vers une relocalisation des débouchés, le recentrage de la création de valeur sur la ferme et le choix de modes de production économes, écologiques et autonomes (Van Der Ploeg et al. 2000). Ils constituent de ce fait une voie de développement performante (Mundler, Jauneau, Guermonprez et Pluvinage 2009).

  • 3 Les circuits courts peuvent parfois ressembler à une sorte de protectionnisme déguisé. Ils peuvent, (...)

8Les CCAP permettent aux producteurs de s’émanciper de relations marchandes asymétriques avec les intermédiaires (grossistes, industries de transformations, etc.), de maîtriser leurs prix de vente et de relocaliser l’agriculture puisque la proximité géographique entre production et consommation est un critère fondamental pour les caractériser. Néanmoins, il semble que les circuits courts relèvent plus souvent d’une « alternative-hybridation » que d’une « alternative-rupture » (Ilbery et Maye 2006 ; Amemiya, Bénézech et Renault 2008). En effet, les prix des circuits courts, ne découlant pas seulement du calcul des coûts de production, sont déterminés par les producteurs en tenant compte des prix des autres circuits de commercialisation. Cette stratégie des acteurs relève d’un double enjeu. Un premier enjeu de concurrence qui permet de garder captifs les clients de ces circuits en neutralisant les concurrents potentiels et un second enjeu de cohérence qui cherche à dégager une homogénéité des prix avec ceux pratiqués sur d’autres circuits de commercialisation (Dubuisson-Quellier, Le Velly 2008)3. Aux antipodes d’une « main invisible », ce système de régulation des marchés est organisé sur un territoire par un système d’acteurs dans le but de trouver de nouveaux compromis sociaux qui valorisent la ressource territoriale, base de la répartition. C’est ce qui justifie que le territoire puisse déborder du jeu interactif des mécanismes économiques classiques (économies d’échelle, coûts de transaction et économies d’agglomération), pour s’appréhender sous l’angle relationnel (Courlet 2008), tel un lieu qui met diverses fonctions urbaines en relation (Remy et Voyé 1992). Le territoire devient alors un système d’acteurs liés par des rapports sociaux qui évoluent dans un espace-temps, transformé par les mutations et (re)positionnements des acteurs. Le territoire ressort donc comme un cadre actif dans lequel se rencontrent les adhésions individuelles des acteurs, qui dans leurs interactions avec l’espace précisent les institutions définies en tant qu’« ensemble de codes, de règles formelles et de contraintes informelles » North (1990).

9Selon Lanciano et Saleilles (2010), il existe quatre types d’acteurs impliqués dans le développement des CCAP au sein des territoires. Ils sont notamment les consommateurs individuels ou collectifs ; les producteurs individuels ou regroupés en collectifs ; les intermédiaires logistiques (stockeurs, transformateurs, transporteurs, etc.) et commerciaux (responsable de points de vente, des systèmes de vente, etc.) ; les acteurs institutionnels tels que les pouvoirs publics central et locaux, les organisations professionnelles agricoles, les chambres d’agriculture. Nous y ajoutons les acteurs de l’économie sociale et solidaire qui créent des espaces d’agir collectif pour des écocitoyens coopératifs et solidaires. La consommation responsable, au travers des circuits courts alimentaires de proximité, constitue une modalité participative de transformation sociale. Les circuits courts constituent de ce fait des leviers de réalisation des transitions comportementales vers l’écocitoyenneté. Le corpus basé sur l’appel à projets ÉcoQuartiers 2011 du Ministère de l’écologie, du développement durable, des transports et du logement (MEDDTL) est composé de 394 dossiers présentant chacun un projet d’urbanisme durable. Le graphique suivant montre la prise en compte de la consommation responsable dans ce corpus.

D’après les travaux du programme ANR PAGODE 2010-2014

10La prise en compte des projets consommation responsable reste faible dans le cadre des projets soumis à l’appel à projets ÉcoQuartiers 2011 du MEDDTL, hormis quelques exceptions notoires. En effet, quatre-vingt-quinze projets soit 25 % des projets ÉcoQuartiers font explicitement référence à la consommation responsable. Sept régions (Languedoc Roussillon avec 42 % ; Champagne Ardennes et Poitou Charente à 37 % ; Midi Pyrénées à 33 % ; Auvergne et Provence Alpes Côte d’Azur à 27 % et l’Île-de-France à 26 %) sur les vingt-six que compte la France (Métropolitaine, DOM et TOM) ont une présence supérieure à la moyenne nationale. Les deux autres régions (Limousin et Nord-Pas-de-Calais) enregistrent la moyenne de 25 %. La nature des références et les modalités d’action qui en résultent s’expriment diversement. En effet, les modes d’engagement des acteurs publics vont de la pétition de principe anecdotique à l’élaboration et la mise en œuvre conjointes des politiques publiques. Néanmoins, il faut souligner que dans la plupart des collectivités, (soit 70 % des projets d’écoquartiers du corpus de 2011), il s’agit d’une évocation succincte et anecdotique, façon de ne pas donner l’impression d’ignorer l’enjeu de la consommation responsable comme levier du développement durable. D’autant que cette exigence est déjà affichée dans nombre d’Agendas 21 locaux, comme l’illustre l’acte 3 de celui de la Gironde qui réaffirme que la finalité d’une consommation et d’une production responsables passent par une capacité alimentaire saine et suffisante reposant sur les CCAP et les AMAP. Les écoquartiers suivants relèvent de cette logique d’annonce : le Quartier Campagnard Durable de Targon en Gironde, l’Écoquartier Ainay-Le-Château dans l’Allier, celui du Maharin à Anglet dans les Pyrénées-Atlantiques, ou encore du Vialenc dans le Cantal, etc.

11Une seconde forme d’engagement peut être de favoriser et d’accompagner l’engagement citoyen et associatif au travers de la facilitation en termes financiers, organisationnels et logistiques. Cela passe par l’ouverture d’espaces de ventes de produits labellisés biologique, fermiers et issus des exploitations agricoles de proximité ; l’organisation de forums, de projections, de débats, de jeux autour de la consommation responsable. Cette forme d’engagement peut se traduire par la mise en place de projets de sensibilisation et d’éducation à l’alimentation. Les trois écoquartiers suivants illustrent cette forme d’engagement : « l’Écopôle » à Vélines en Dordogne, l’opération « Grimesnil-Monturbert » à Cherbourg dans la Manche et « La Petite Condemine » à Tournus en Saône et Loire. Une autre modalité d’engagement consiste à décider de l’utilisation des produits fermiers, locaux de proximité, issus de l’agriculture biologique, du commerce équitable dans la restauration collective. Bien souvent, cette volonté s’inscrit dans les appels d’offres des marchés publics lancés aux fournisseurs de la restauration collective. Ces appels d’offres sont souvent complétés par des partenariats sous forme de mise à disposition de friches foncières agricoles. Ces mises à disposition de terres agricoles exigent que les collectivités s’impliquent davantage dans la gouvernance foncière par des préemptions de terrains à usage agricole. Quelques exemples emblématiques sont ici retenus pour illustrer cette forme d’engagement des collectivités locales. Le quartier Arago à Pessac en Gironde où un terrain municipal à usage agricole a été mis à disposition de l’Association Terres d’Adèles pour le développement de dynamiques de type AMAP. L’Écoquartier du Canal à Bondy en Seine-Saint-Denis porte un projet inspiré par le concept de villes en transition qui fait la promotion de l’agriculture urbaine via la mise à disposition de terrains à usage agricole et la mise en place de groupements d’achat de produits biologiques pour alimenter la restauration scolaire.

12Une dernière forme d’engagement des collectivités plus volontariste se traduit par un appui à la création de lieux portés par les acteurs de l’économie sociale et solidaire ou la création et l’animation de lieux par les élus eux-mêmes en partenariat avec les responsables associatifs locaux. Il s’agit de s’impliquer sur la structuration et la gouvernance territoriales par une coopération des sphères politiques et infrapolitiques. L’exploitation maraichère biologique appelée « Les Jardins du Trèfle Rouge » à l’Éco-Hameau Champré, appuyée par la collectivité d’Ungersheim dans le Haut Rhin, relève de cette logique de coopération entre les deux sphères. L’exploitation affiche son appartenance au réseau des Jardins de Cocagne reposant sur ses trois piliers fondamentaux : l’insertion par le travail de la terre, la culture biologique, l’équilibre économique et financier de l’entreprise. « La cantine 100 % bio » à Wattwiller dans le Haut Rhin, approvisionnée par un traiteur local, est décidée par la collectivité qui lui apporte un soutien fort. L’Écoquartier Wolf-Wagner à Mulhouse dans le Haut-Rhin, au travers du maillage du Réseau des AMAP rhénanes (Rhenamap) illustre cette volonté d’implication du politique dans les dynamiques infrapolitiques. Mais en essayant de mettre en valeur les stratégies et les politiques mises en œuvre par les collectivités territoriales dans le cadre des projets d’urbanisme durable, répondant en cela à l’appel à projets ÉcoQuartiers 2011 du MEDDTL, les dossiers présentés invisibilisent les habitants, leurs modes et styles de vie et leurs comportements écocitoyens qui ne sont ni relatés et encore moins analysés. En réponse à cet impensé, la seconde est axée sur cette focale.

Typologie des consommateurs responsables dans l’agglomération bordelaise

Modes de vie, styles de vie, consommation responsable et écoquartiers

13Si les efforts, même faibles, des collectivités en faveur d’une consommation responsable dans l’accompagnement de dynamiques territoriales méritent d’être soulignés, nous ne voyons pas toujours la place dévolue aux habitants et les formes de leurs styles de vie et modes d’habiter. Avec les questions suivantes qui se posent : le choix de résider dans un écoquartier favorise-t-il la consommation responsable ? Est-ce que les styles et modes de vie dans les écoquartiers concernant la consommation responsable y sont-ils plus affirmés ? Pour répondre à ce questionnement, l’enquête menée dans l’agglomération bordelaise par nos soins permet de présenter et d’analyser les profils des consommateurs responsables, leurs pratiques, la part de leurs dépenses de consommation alimentaire allouée à la consommation responsable pour réinterroger leurs modes d’habiter. Rappelons ici que selon la perspective heideggérienne (Heidegger 1958), habiter est plus que se loger car l’habitation réfléchit la manière dont nous sommes sur terre (Segaud 2007) ; alors que le logement est une unité matérielle et fonctionnelle, l’habitat est le reflet des mentalités, des moyens d’existence et des styles et modes de vie (Theurier 2008).

  • 4 Les travaux sur les circuits courts alimentaires de proximité font partie de cette catégorie. L’ana (...)

14Les styles et modes de vie constituent un angle mort dans la littérature consacrée à l’urbanisme durable puisque les travaux qui lui sont consacrés restent forts rares en France (Faburel 2015 à paraître). Les rares études conduites s’intéressent à la consommation d’énergie et à la sobriété énergétique (Raineau 2009). Les études consacrées aux changements des modes consommatoires alimentaires ont en général comme cadre d’observation la société dans son ensemble4, qui englobe certes les écoquartiers. Mais de telles études ne cherchent pas à documenter les évolutions/transformations des modes de consommation alimentaire singulièrement liées à l’urbanisme durable. Même si l’urbanisme durable propose de nouveaux services et souhaite préfigurer des modes de consommation différents. En effet, « L’habitant s’approprie l’espace et le temps par de nouvelles façons de vivre. On peut dire que son mode de vie change la ville. » Donc « Pour comprendre le devenir de ces nouveaux territoires, il faut analyser finement les modes de vie qui s’y déploient et les logiques économiques qui portent son développement. » (Maugard et Cuisinier 2010, p. 123). Or, en investissant l’espace et le temps, l’habitant s’inscrit dans une stratégie d’adaptation de ses modes et styles de vie. Dans notre analyse nous adoptons le cadre définitoire du mode et du style de vie proposé par Pierre Pellegrino (1994, p. 9) qui avance que « les styles de vie peuvent être conçus comme marquant des pratiques distinctives, structurées, se définissant dans leurs relations mutuelles. » Et, « Alors que le mode de vie est déterminé par la classe ou la masse sociale à laquelle l’individu appartient, le style de vie est spécifique à l’individu, il manifeste ses écarts à la norme ; mais il est aussi d’un autre côté le signe d’une époque, il en manifeste l’esprit général dans une conduite singulière. » Pellegrino (1994, p. 11).

15Ce sont ces singularités que nous voulons saisir au travers de cette enquête réalisée à Bordeaux. Elle a duré six mois entre février et juillet 2013 sur plusieurs villes de l’agglomération. Le lieu de résidence, sous entendue comme « habitant dans ou en dehors de l’Écoquartier Ginkola Berge du Lac » constitue la variable discriminante permettant de procéder à l’échantillonnage. Deux types d’habitants sont alors concernés. Ceux qui viennent d’aménager à Ginko et ceux qui habitent dans l’agglomération en dehors de l’écoquartier. L’échantillonnage, qui compte cent personnes, s’est effectué de manière aléatoire. Nous avons cherché à nous adresser à l’habitant sans aucune idée préconçue, mais en considérant qu’il parle au nom d’un ménage dans lequel il est partie-prenante. Les informations obtenues sont alors considérées comme représentatives des pratiques de consommation responsable des ménages de l’agglomération. Pour rencontrer les habitants « lambda », nous sommes allés dans divers lieux/fonctions et centralités de la ville : transports collectifs, parcs, quais de Bordeaux, stations et terminus des tramways, campus de Pessac, marchés locaux, supermarchés, marchés de proximité. L’administration du questionnaire dure en moyenne une demi-heure et certaines personnes nous ont invités à venir à leur domicile. La grille d’enquête a été rédigée et testée pour vérifier si les questions ne présentent pas de biais quant à la problématique de recherche.

16L’enquête réalisée permet d’identifier des tendances et d’émettre des hypothèses mais les comportements ne sont que faiblement approfondis. À partir des résultats obtenus qui constituent un premier matériau, on peut approfondir les connaissances sur les pratiques de consommation responsable dans les projets urbains durables. La question des revenus étant une donnée délicate à dévoiler, dans un tel contexte de relation et de confiance avec l’enquêteur, nous avons opté pour l’étude de la variable des dépenses de consommation. Plutôt que de demander le montant des dépenses, nous avons préféré avoir une idée de la part du budget allouée à la consommation alimentaire responsable du ménage. Avant d’analyser les résultats en termes de pratiques de consommation responsable, une présentation des profils sociodémographiques des personnes ayant répondu au questionnaire est proposée.

Les caractéristiques sociodémographiques des ménages étudiés (source pour les graphiques : auteur)

Les caractéristiques sociodémographiques des ménages étudiés (source pour les graphiques : auteur)
  • 5 Selon l’INED, au 1er janvier 2014 la population française était composée de 51,56 % de femmes.

17La population de l’échantillon est relativement homogène selon le sexe. Il y a légèrement plus de femmes que d’hommes pour refléter la structure de la population française5. Cette population recouvre des tranches d’âges comprises entre 23 et 70 ans. Elle a la structure suivante :

1877 % de l’échantillon sont âgés de 25 à 40 ans. La tranche d’âge des 41 ans à 60 ans compte 19 % de notre échantillon. Tandis que les plus de 60 ans représentent 3 % de la population enquêtée et les moins de 25 ans plafonnent à 1 %.

1950 % de l’échantillon habitent à l’Écoquartier Ginko La Berge du Lac. Le reste de la population de l’échantillon habite à 33 % dans des zones pavillonnaires, 14 % dans des quartiers populaires et 3 % dans l’hyper centre de Bordeaux. Les zones pavillonnaires sont disséminées dans toute l’étendue de l’agglomération bordelaise. Nous avons fait l’hypothèse que les habitants des quartiers populaires ne sont pas forcément exclus de la consommation responsable, même si les premières études sur les AMAP avaient tendance à considérer la fréquentation des circuits courts comme une pratique réservée à une certaine élite, à la classe tertiaire éduquée. Dans son ancrage dans la société, la consommation responsable est probablement devenue plus accessible aux classes populaires.

20Les logements sont composés de 2/3 d’appartements et 1/3 de maisons. Cette morphologie va dans le sens de la volonté de densifier les zones d’habitation, tel que le souhaite le Grenelle de l’environnement.

21À propos du statu du logement, les locataires représentent 43 % de l’échantillon total, contre 57 % de propriétaires. Ce qui semble refléter la réalité du statut de la propriété du logement dans l’agglomération. Dans l’Écoquartier Ginko, les logements répondent à la diversité des expressions, allant de la location de logements sociaux (33 % du parc immobilier), à l’accession à la propriété. Tous les habitants de Ginko ne sont donc pas propriétaires de leur logement.

Essai de typologie (source : auteur)

Essai de typologie (source : auteur)

22Selon l’ensemble des personnes enquêtées sans distinction du lieu de résidence, la consommation alimentaire responsable repose sur les cinq réalités suivantes. En premier lieu, elle signifie manger des produits issus de l’agriculture biologique, ce qui représente 32 % des réponses. Ensuite c’est le circuit court, 23 % des réponses. Le circuit court est compris comme le recours à l’AMAP, à l’achat direct chez le producteur ou au marché de producteurs. Les produits fermiers qui représentent 18 %, peuvent être comparés à l’alimentation sans OGM (16 %). Ceux qui ont privilégié les produits fermiers considèrent que les OGM ne sont pas autorisés à la vente en France. La lutte contre le gaspillage alimentaire (11 %) est le dernier critère de la consommation responsable. Dans la manière de traiter les différentes variables, les consommateurs semblent dissocier l’agriculture biologique du circuit court, alors qu’en réalité, les deux se recoupent largement. En revanche, les représentations de la consommation responsable deviennent contrastées selon que l’on habite Ginko ou en dehors.

23Les habitants de Ginko ont attribué un score plus fort à l’ensemble des items retenus dans le questionnaire que les habitants de l’agglomération. Selon les écohabitants de Ginko, la variable la plus importante pour définir la consommation responsable n’est plus l’agriculture biologique mais la lutte contre le gaspillage alimentaire à 73 % alors que seuls 27 % des habitants de l’agglomération la retiennent comme un des critères principaux de la définition de la consommation responsable. L’agriculture biologique qui était dans la vue d’ensemble la variable prioritaire pour l’ensemble de la population de l’échantillon devient la moins importante (56 %) pour les habitants de Ginko. Les produits fermiers (65 %), les circuits courts (66 %) et la lutte contre les OGM (60 %) sont amplifiés dans les réponses des écohabitants de Ginko. Ce qui entraine chez les habitants de l’agglomération des scores minorés par rapport aux résultats d’ensemble, même s’ils s’expriment plus fortement.

  • 6 D’après Avenir-bio, on comptait une trentaine d’AMAP dans l’agglomération bordelaise, si tant que l (...)

24Selon les habitants de l’agglomération, pratiquer la consommation responsable revient d’abord à consommer bio (47 %). Si l’on y ajoute le commerce équitable (22 %), on atteint 69 % des pratiques de consommation responsable. Autrement dit, pour les Bordelais, consommer responsable, c’est le bio et l’équitable. Ils mettent ainsi en avant tout d’abord la question de la santé des aliments sans doute liée aux différents épisodes de l’Encéphalopathie spongiforme bovine (viande folle) et de l’Escherichia coli. Ensuite les pratiques s’orientent vers la problématique de l’équité (juste prix) et de la solidarité avec les petits producteurs du sud dans le cadre du commerce équitable. Les AMAP sont citées pour 1 % des réponses. Cela s’explique probablement par la proximité des zones de production combinée à un maillage des AMAP en Gironde insuffisamment dense6. Les circuits courts (20 %) bénéficient d’une considération similaire que pour la définition de la consommation, alors que les produits fermiers baissent dans les pratiques par rapport à la définition.

25Pour obtenir une granularité plus fine de l’analyse, voyons les pratiques singulières des écohabitants comparées à celles des habitants de l’agglomération hors écoquartier. L’on observe que le label bio chez les habitants de Ginko tire les résultats vers le haut, puisqu’ils sont 68 % à le retenir comme élément essentiel des pratiques de consommation responsable, contre 32 % chez les autres habitants. À l’inverse chez les habitants de l’agglomération hors écoquartier, 72 % considèrent les produits fermiers, comme la pratique de consommation responsable. Sur les circuits courts comme sur le commerce équitable les scores donnés sont comparables.

26Les variables explicatives analysées jusqu’à présent ne reflètent pas les actes des consommateurs puisqu’elles documentent leurs perceptions de la consommation responsable. La variable « part de la dépense consommation responsable » atteste de l’importance accordée à la consommation responsable.

27L’on observe que les ménages qui allouent entre 25 et 50 % de leur budget alimentaire à la consommation responsable représentent 69 % de l’échantillon, tandis qu’aux deux extrémités, l’on trouve 23 % des ménages qui consacrent moins de 25 % de leur budget et 8 % qui mettent plus de 50 %. Si les informations fournies par les enquêtés sont justes, l’on peut dire que la consommation responsable est une pratique régulière des Bordelais. Les tendances ainsi dégagées attestent d’un niveau correct de pratiques de consommation responsable. À présent, voyons les singularités des profils des habitants selon leur zone de résidence impactant la part des dépenses consacrées à la consommation responsable.

28Sur les pratiques, les habitants de l’agglomération hors Ginko ont une légère avance en termes de dépenses si l’on s’en tient à moins de 50 % d’allocation. En effet, sur les 23 ménages allouant moins de 25 % de leur budget alimentaire à la consommation responsable, 52 % habitent dans l’agglomération, alors que ceux de Ginko en sont à 48 %. Sur les 69 ménages qui y consacrent entre 25 et 50 % de leur budget, 54 % sont de l’agglomération contre 46 % à Ginko. Enfin, sur les 8 ménages qui assignent plus de 50 % de leur budget à la consommation responsable, 75 % habitent à Ginko. L’hypothèse selon laquelle, les habitants de Ginko sont de la classe moyenne supérieure, semble se confirmer et corroborer dans le même temps une autre hypothèse qui consiste à penser que ces ménages, compte tenu de l’importance de leurs revenus consacrent une part plus importante de leur budget à la consommation responsable, pour des causes mais aussi pour la distinction sociale. Ainsi, cette seconde hypothèse vérifie la loi d’Engel qui postule que la part consacrée aux dépenses alimentaires diminue (y compris si les dépenses augmentent en valeurs absolues) en cas d’augmentation du revenu. Parce que le revenu augmente plus rapidement que les dépenses alimentaires.

Conclusion

29L’objectif de ce travail était d’analyser l’écocitoyenneté à l’aune de la durabilité. Et tenter de répondre dans ce cadre à la question de savoir si les habitants des écoquartiers sont écocitoyens. Davantage sont-ils plus écocitoyens que les autres habitants ? Après avoir présenté la consommation responsable et les circuits courts en tant que systèmes d’acteurs, nous avons montré que plus que le consommateur et sa responsabilité, les circuits courts porteurs de nouvelles logiques, peuvent être à l’origine de nouveaux compromis sociaux. Les circuits courts alimentaires de proximité permettent de s’intéresser aux dynamiques infrapolitiques de transformation des styles et modes de vie. Ces styles et modes de vie sont à n’en pas douter des leviers de nouveaux modes d’habiter qui privilégient la proximité, mécanisme de réduction des gaz à effet de serre, la traçabilité des aliments, le face-à-face entre producteurs et consommateurs, la construction de solidarités entre zones de production (rurales ou périurbaines) et zones de consommation (urbaines). Au-delà des perceptions que les habitants ont de la consommation responsable, les pratiques s’ancrent puisque 90 % de l’échantillon déclarent avoir commencé à consommer responsable bien avant 2008 et que 69 % de l’échantillon total attestent consacrer entre 25 et 50 % de leur budget alimentaire à des causes sociales, environnementales, sanitaires et politiques. On ne peut conclure à écocitoyenneté plus grande dans les écoquartiers, si l’on se réfère à la consommation responsable au sein de l’agglomération bordelaise. Les consommateurs ont largement conscience de constituer une force pouvant agir sur les choix des producteurs et les écoquartiers pourraient constituer une opportunité à l’avènement d’un modèle de développement plus soutenable. Loin des processus classiques de participation institutionnalisée et souvent instrumentalisée, les « actions collectives individualisées » pourraient être à l’origine de transformations sociales et environnementales dans des modes d’habiter inédits.

Bibliographie

Références

Agreste Primeur, 2012, Recensement agricole 2010. Commercialisation des produits agricoles. Agreste Primeur n° 275, janvier, Ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l’Aménagement du Territoire.

AMEMIYA H., BENEZECH D. et RENAULT M., 2008, « Les circuits courts : un « monde de commercialisation » interpersonnel ? », in Marechal G. (dir.), Les circuits courts alimentaires, Educagri, Dijon, p. 113-123.

CARIMENTRAND A. et NDIAYE A., 2013, « L’animateur socioculturel, « passeur » de la consommation responsable dans la ville durable ? » in Richelle J.-L., Rubi S. et Ziegelmeyer J.-M. (dir.). L’animation socioculturelle professionnelle, quels rapports au politique ?, Carrières Sociales éditions, collection « des paroles et des actes », p. 281-293.

CHAFFOTE L. et CHIFFOLEAU Y., 2007, « Vente directe et circuits courts : évaluations, définitions et typologie », Cahier de l’Observatoire, n° 1, INRA, Montpellier.

CHAFFOTTE L., 2006, « Typologie des circuits courts et circuits de vente directe », typologie issue des fiches de commercialisation CROC et Cahiers de l’Observatoire, outil de formation, INRA, Montpellier, déc. 2006, 1 p.

CHIFFOLEAU Y., 2012, « Circuits courts alimentaires, dynamiques relationnelles et lutte contre l’exclusion en agriculture », Économie rurale, 6, n° 332, p. 88-101.

CHIFFOLEAU Y., 2011, « Renouveau et enjeux des circuits courts alimentaires » ; communication à la Journée « Construire les métiers de l’alimentation durable » IRC Montpellier SupAgro, 24 février.

COURLET C., 2008, L’économie territoriale, Presses Universitaires de Grenoble.

DEVERRE C. et LAMINE C., 2010, « Les systèmes agroalimentaires alternatifs : une revue de travaux anglophones en sciences sociales », Economie rurale, n° 317, p. 57-73.

DUBUISSON-QUELLIER S., 2008, « De la souveraineté du consommateur à la gouvernance des consommateurs. L’espace du choix dans la consommation », in Farrell G. (dir.), Repenser l’acte de consommation pour le bien-être de tous. Réflexions sur la responsabilité individuelle des consommateurs, Éditions du Conseil de l’Europe, p. 44-49.

DUBUISSON-QUELLIER S. et LE VELLY R., 2008, « Les circuits courts entre alternative et hybridation », in Maréchal G. (dir.), Les circuits courts alimentaires. Bien manger dans les territoires, Dijon, Educagri, collection Références, p. 105-112.

ÉMILIANOFF C., 2007, « La ville durable : l’hypothèse d’un tournant urbanistique en Europe », L’Information géographique, 3, vol. 71, p. 48-65.

FABUREL G., 2015, à paraître, « Les écoquartiers comme construction infrapolitique d’un nouveau commun et de son habiter ? Expériences sensibles et paysagères, modes de vie et leurs valeurs environnementales », dans le dossier « La participation habitante dans les écoquartiers : discours, effets, expérimentations et retours critiques », Développement Durable et Territoires, 18 p.

HEIDEGGER M., 1958, « Bâtir, habiter, penser », in Essais et conférences, traduction française Préau A., Pfullingen 1954, Éditions Gallimard, p. 170-193.

HINRICHS C., 2003, « The practice and politics of food system localization », Journal of rural studies, vol. 19, n° 1, p. 33-35.

HINRICHS C., 2000, « Embeddedness and local food systems : notes on two types of direct agricultural market », Journal of rural studies, vol. 16, n° 1, p. 295-303.

ILBERY B. et MAYE D., 2006, « Retailing local food in the Scottish-English border : a supply chain perspective », Geoforum, vol. 37, n° 3, p. 352-367.

LANCIANO E. et SALEILLES S., 2010, « Le développement des circuits courts alimentaires. Un nouveau souffle entrepreneurial dans l’agriculture ? », Congrès international francophone sur l’entrepreneuriat et la PME, Bordeaux.

MARCHAND A., DE CONINCK P. et WALKER S., 2005, « La consommation responsable : perspectives nouvelles dans les domaines de la conception de produits », Nouvelles pratiques sociales, vol. 18, n° 1, 2005, p. 39-56.

MAUGARD A et CUISINIER J-P., 2010, Regard sur la ville durable. Vers de nouveaux modes de vie, Éditions CSTB.

MUNDLER P., JAUNEAU J.-C., GUERMONPREZ B. et al., 2009, « The sustainability of small dairy farms in six regions of France. The roles of resources and local institutions », EAAE-IAAE séminaire « Small farms : Decline or persistence », University of Kent, Canterbury, UK.

NDIAYE A. et CARIMENTRAND A., 2012, « Les Écoquartiers au prisme de la consommation responsable », communication au colloque de l’ISIAT-UMR ADES « L’animation socioculturelle : quelle place pour le projet urbain ? » IUT Bordeaux 3, 28-29 janvier.

NORTH D., 1999, Institutions, Institutional Change and Economic Performance, Cambridge University Press.

RAINEAU L., 2009, « Deux expériences comparées d’écoquartier : BedZed à Londres et Vauban à Fribourg » in Dobré S., Juan S. (Eds), Consommer autrement : la réforme écologique des modes de vie, Éditions L’Harmattan, p. 73-85.

REMY J. et VOYE L., 1992, La ville : vers une nouvelle définition ?, Éditions L’Harmattan.

SEGAUD M., 2007, Anthropologie de l’espace, habiter, fonder, distribuer, transformer, Armand Colin, collection U.

THEURIER M., 2008, Les réponses de l’économie sociale et solidaire aux enjeux liés à l’habitat sur le pays de Rennes. L’habitat groupé un positionnement et une action innovante, mémoire de Master Administration des Territoires et des Entreprises, Spécialité Management des Organisations de l’Économie Sociale et Solidaire, Université Rennes 2 Haute Bretagne.

VAN DER PLOEG J.-D., RENTING H., BRUNORI G. et al., 2000, « Rural development : From practices and policies towards theory », Sociologia ruralis, vol. 40, n° 4, p. 391-408.

Notes

1 Les premiers circuits courts sont apparus chez les utopistes du XIXe siècle, à l’instar des Équitables pionniers, Phalanstériens (fouriéristes), Familistériens (fouriéristes et godinistes) et autres adeptes des communautés intentionnelles. L’objet de leur mise en place était de se prémunir contre la spéculation et les profits des entrepreneurs capitalistes en maîtrisant les prix des biens de consommation et en supprimant les intermédiaires.

2 Ils sont également appelés « initiatives agroalimentaires alternatives », « systèmes alimentaires locaux », « systèmes alimentaires alternatifs ». La principale différence entre la littérature française et anglo-saxonne sur les systèmes agroalimentaires alternatifs est que les anglo-saxons incluent dans ces démarches les marques d’attachement des productions à un territoire (IGP, AOC, slow food) alors que dans la perspective française, les labels et signes de qualité ont été développés pour valoriser des produits pour des consommateurs locaux mais surtout distants, et de ce fait ne remettent pas en cause certaines des caractéristiques auxquelles s’opposent les S3A, comme les échanges à longue distance (Deverre et Lamine 2010).

3 Les circuits courts peuvent parfois ressembler à une sorte de protectionnisme déguisé. Ils peuvent, en effet, devenir des barrières non tarifaires invisibles à la faveur de la proximité géographique au détriment de la proximité organisée.

4 Les travaux sur les circuits courts alimentaires de proximité font partie de cette catégorie. L’analyse porte sur les systèmes alternatifs de consommation, d’une manière générale sans se focaliser sur les projets d’urbanisme durable.

5 Selon l’INED, au 1er janvier 2014 la population française était composée de 51,56 % de femmes.

6 D’après Avenir-bio, on comptait une trentaine d’AMAP dans l’agglomération bordelaise, si tant que leur recensement soit exhaustif.

Table des illustrations

Légende D’après les travaux du programme ANR PAGODE 2010-2014
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/150/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 282k
Titre Les caractéristiques sociodémographiques des ménages étudiés (source pour les graphiques : auteur)
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/150/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/150/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/150/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/150/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/150/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Essai de typologie (source : auteur)
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/150/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/150/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/150/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/150/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/150/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/150/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 55k

Auteur

Docteur en économie, ingénieur d’études du programme ANR PAGODE, UMR ADES 5185 - PASSAGES 5319

© Carrières Sociales Editions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540