Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et quartiers durables : la place des habitants

 | 
Pascal Tozzi

3ème partie : Opportunités d'appropriations et de « résistances » citoyennes/habitantes

Participation et engagement citoyen : l’exemple des éco-quartiers de Rieselfeld et Vauban à Fribourg

Hassina Imerzoukene-Driad, Philippe Hamman et Tim Freytag

Texte intégral

1De nombreux éco-quartiers ont été conçus et réalisés avec l’objectif d’améliorer la qualité de vie des habitants, en prenant en compte des considérations liées à la mobilité, l'environnement, la mixité sociale et la gestion participative (Charlot-Valdieu 2009). Sous l´angle de la participation, les motivations avancées sont, d’une part, de promouvoir la transparence, la responsabilisation et l'appropriation des décisions et, d’autre part, de parvenir à des décisions mieux comprises et acceptées de la population (Roseland 2012).

  • 1 La démocratie participative désigne l’ensemble des procédures, instruments et dispositifs qui favor (...)
  • 2 Urbanisme durable : Freiburg, les habitants au cœur de la décision. Une collection du Centre Ressou (...)
  • 3 La participation est généralement composée de quatre niveaux progressifs : l’information, la consul (...)

2Dans son approche de développement durable, se voulant donc économiquement efficace, socialement équitable et écologiquement soutenable, la ville de Fribourg en Brisgau mobilise un large éventail d’acteurs, grâce à l'accent mis sur la démocratie participative.1 Les écoquartiers de Rieselfeld et Vauban s’inscrivent dans cette logique et font l’objet de toutes les attentions (Rudolf 2007 ; Kronsell 2013 ; Mayer 2013 ; Wiechert et Sommer 2014). L’objectif a été de développer des quartiers à travers la création de projets collectifs basés sur des démarches participatives2 et un souci majeur pour les questions d’efficacité énergétique et de mobilité. Aussi bien à Rieselfeld qu’à Vauban, les processus de participation et de concertation3 ont commencé bien avant le lancement concret des projets. Le travail social continu au sein d’associations ambitionne la création de structures de communication ouvertes, dont les tâches essentielles sont d'encourager la participation citoyenne. Bien que construits presque simultanément, il est intéressant de noter que les décisions prises lors des différentes phases de planification et de concertation ont donné lieu à des développements assez différents.

3Dans cette contribution, partant d’un regard analytique sur les quartiers Rieselfeld et Vauban, on portera une attention particulière à leurs problématiques de politique d’aménagement urbain et d’engagement citoyen. Dans le cadre d’une enquête quantitative et comparative (automne 2013), que nous avons menée sur les comportements de mobilité des habitants de ces éco-quartiers, leur capacité d'adaptation et leur vécu (satisfaction, engagement, etc.) figuraient parmi les questions posées. Les hypothèses de travail ont porté notamment sur l’analyse des pratiques participatives, ainsi que l’évolution de l’engagement des résidents. Dans cette optique, on se propose de décliner cette problématique autour de la question suivante : Quels sont les pôles d’attraction de ces quartiers pour vouloir y vivre, tout en adoptant un engagement civique actif ?

Contexte et description du projet Rieselfeld

  • 4 Le projet avait, néanmoins, initialement connu une forte opposition du parti des verts, qui militai (...)

4A la fin des années 1980, un terrain de 320 ha, isolé et non inscrit dans le tissu urbain de Fribourg, a été choisi pour y construire un nouveau quartier pour répondre à une forte demande en logements. Il servait jusqu’alors de champ d'épuration et de décantation des eaux usées de la partie sud-ouest de la ville. A partir de 1985, après des d’études approfondies du sol et des mesures d’assainissement, une superficie de 78 ha a été déclarée urbanisable.4

  • 5 « À travers Rieselfeld, Fribourg a brisé le tabou associé à l´image des ghettos des grands ensemble (...)
  • 6 Les « Baugruppe » ou groupes d’auto-promotion planifient conjointement et collaborent pour acheter (...)

5Avec plus de 90 % d’immeubles collectifs à cinq étages, le quartier repose sur une densité élevée et se caractérise par un urbanisme de type grand ensemble5. Ce quartier compact s’articule autour d’une ligne de tramway (mise en service dès 1996), qui assure la liaison avec le centre historique de Fribourg. Son architecture variée est le résultat d’une maîtrise d’ouvrage diversifiée allant de petites coopératives d’habitations au grand constructeur, en passant par les « Baugruppe »6. Ce modèle devait faciliter l’accès à la propriété, renforcer l’engagement collectif et définir la manière d’habiter. La vision prospective des concepteurs devait aussi permettre de construire des équipements accessibles, pluri-générationnels et durables. Rieselfeld a été, en outre, conçu avec l’objectif de rapprocher les habitants des lieux de travail et des commerces afin de réduire les déplacements pendulaires. Comme la majorité des rues sont résidentielles, la priorité est donnée aux piétons et aux vélos et la vitesse est limitée à 30 km/h, dans tout le quartier.

Un projet qui se voulait social et participatif

  • 7 K. Siegl, ancien chef du groupe « Projet Rieselfeld ».

6Une concertation étroite entre la ville, les futurs habitants et les bureaux d’étude a été entreprise en amont du projet. La ville avait initié un processus de participation, en suscitant l’implication des habitants dans l’aménagement de leur cadre de vie. La campagne d’information fut lancée par la ville en 1991, avec la création du conseil de développement, qui intégra les citoyens participants à un débat public et à un échange d’idées. Le but était de réaliser un quartier attractif, fonctionnel, alliant la durabilité écologique et sociale à une haute qualité de vie (Siegl et Kaiser 2002). La réalisation de ces objectifs nécessita un haut niveau de communication entre les acteurs concernés, qui ont su trouver une base consensuelle pour pouvoir agir. Comme le faisait remarquer Klaus Siegl7 :

« Grâce à la participation des citoyens, l’engagement et la coopération de divers acteurs, Rieselfeld a reçu une identité et une dynamique réelles ».

7Une année plus tard, le plan inspiré du premier prix d'un concours d'urbanisme et de paysagisme fut discuté avec le public. Le projet a été ensuite amélioré, notamment sur les aspects de parcellisation et de mobilité. La relation entre espaces privés/publics a également été repensée et modifiée après consultation des citoyens. Le concept retenu préconisa des espaces verts et des cours urbaines aux cœurs d’îlots. Ces espaces sont dédiés à la végétation, les cheminements piétons, les jeux pour enfants, etc. Sur le thème de la circulation, les habitants aspiraient au calme et à la sécurité en insistant sur la mise en place de mesures de contrôle de la circulation. Toutefois, un projet de quartier sans voitures n’a finalement pas été adopté par la ville. Cette dernière ayant favorisé la création de ruelles à faible circulation (Humpert 1997). L’impact relativement faible des propositions des groupes de travail sur la planification de Rieselfeld a généré des frustrations parmi certains participants (Gheziel-Neumann 2010). Ce qui a conduit certains citoyens plus écologistes, n’ayant pas pu satisfaire leurs attentes d’un projet de quartier durable ambitieux, à aller s’engager à Vauban.

Théorie et pratique : De la « Evangelische Fachhochschule » à l’éco-quartier

  • 8 KIOSK : Kontakte, Information, Selbsthilfe und Kultur (Communication, Information, Organisation, En (...)
  • 9 Les frais de gestion de l´association KIOSK sont à ~90 % couverts par une subvention municipale et (...)

8En coopération avec un groupe de l’université protestante de Fribourg (Evangelische Fachhochschule), la démarche participative de planification de Rieselfeld a combiné les approches top-down et bottom-up. Un groupe dirigé par le professeur Maier avait soumis à la ville une méthode pour la construction d'une culture quotidienne sociale robuste, en mettant l’accent sur l’idée et la nécessité d’investir dans les structures sociales (Maier 1995). En 1996, la préparation de l’arrivée des habitants a été entamée par l’installation d’une structure (KIOSK8) pour accompagner le travail social sur le terrain. Ceci a représenté le premier foyer d'échanges et de ferments d'idées. Cette structure a aussi accompli un travail de management de quartier et s’est dotée de différents groupes de travail. C’est alors aussi que se sont constitués les « Baugruppe ». La tâche essentielle de l’association KIOSK a été d'encourager la participation citoyenne et la coresponsabilité. L'association est devenue l'interlocuteur des différents acteurs et agit comme instance intermédiaire, qui exprime les propositions et les besoins des résidents et fait le lien avec les autres institutions. Son rôle a consisté à aider les familles à s’installer, à s ´ intégrer dans le quartier, à soutenir leurs projets, à instaurer la confiance entre les habitants, et créer du voisinage. La démarche de ce projet se voulait partenariale et l’origine du projet associative (Maier et Sommerfeld 2005). Suite à la demande insistante de l’association et des habitants, une maison de quartier (Glashaus) financée par la municipalité9 a été édifiée en 2003. Aujourd’hui, l’association propose des espaces pour diverses animations et soutient des initiatives citoyennes (brocantes, festivals, fêtes, etc.). Les gens viennent aussi s’y renseigner sur la vie locale et les habitants publient leur propre journal de quartier. On notera que les bénévoles jouent un rôle important et originel dans l’existence et le développement de l’association KIOSK. Cette démarche de bénévolat aide à créer des liens sociaux entre les habitants et leur donne le sens des valeurs humaines. L’exemple le plus significatif reste le groupe du café, qui représente le cœur de l’association, et compte plus de 55 bénévoles.

  • 10 FIFAS : Freiburger Institut für angewandte Sozialwissenschaft e. V.

9L’association constitue un exemple de gestion citoyenne et est reconnue à juste titre pour son travail sur le terrain (Back 2013). Le KIOSK concoure ainsi au développement d’un profond sens d’appartenance au quartier chez les habitants, ouvrant la voie à une dynamique d’amélioration permanente (Back 2013 ; Medearis et Daseking 2012). Parallèlement aux travaux de KIOSK, un forum des habitants s’est mis en place, pour façonner le développement du quartier, et devint en 1999, l’association citoyenne : « BürgerInnen Verein (BiV) ». Par ailleurs, l'église œcuménique Maria Magdalena contribue également au développement social et culturel dans le quartier, en soutenant des groupes d’habitants. Afin de dresser un bilan provisoire de l’avancement du projet, une enquête de satisfaction mandatée par le groupe de projet Rieselfeld, a été réalisée en 2010 par l’Institut des sciences sociales appliquées de Fribourg (FIFAS10). Les résultats de cette enquête ont globalement confirmé la satisfaction des habitants interrogés à l’égard du développement de leur quartier (Schings 2011). Le travail qui a été mené avec la même attention dans le domaine social et culturel que sur la dimension écologique et architecturale a largement contribué à ce résultat (Medearis et Daseking 2012).

Contexte et description du projet Vauban

  • 11 D´après Gheziel-Neuman (2010), l´acquisition du foncier et la dépollution du site ont constitué les (...)
  • 12 Le lauréat fut un cabinet d'architectes de Stuttgart (bureau d´étude Kohlhoff & Kohlhoff).
  • 13 Société KE (Kommunalentwicklung LEG Baden-Würtemberg GmbH), qui a également travaillé sur le projet (...)
  • 14 La plus élevée à Fribourg, avec ~135 habitants/ha (Statistisches Jahrbuch 2013 ; p34).

10Le quartier Vauban, d’une superficie de 38 hectares, a vu le jour en 1992, sur une ancienne friche militaire des forces françaises. Situé à 3 km au sud du centre-ville, ce fût une véritable opportunité pour la ville, qui se porta acquisiteur en rachetant les terres à la région11. Dans une logique de planification similaire à Rieselfeld, la ville projeta la création d’un quartier comprenant plusieurs idéaux de l'urbanisme durable (constructions faible consommation, bonnes normes de communication et de participation, faible densité automobile, etc.). A partir de 1994, la ville organisa un concours d’appel à idées innovantes dans le domaine de l’aménagement12 et une société d’aménagement communal13 fut ensuite chargée de la supervision de l'aménagement. Le projet fondé sur une haute densité,14 la mixité sociale et fonctionnelle, la qualité environnementale et la mobilité durable fut lancé en 1995. L’objectif était de créer un quartier résidentiel pour jeunes familles (~ 5 000 habitants), avec des services de soutien communautaires et une connexion au réseau de tramway (les travaux du tram sont achevés en 2006).

Le poids de l´initiative citoyenne : le principe de dynamique ascendante

  • 15 SUSI : Initiative de quartier indépendante et autogérée (Selbstorganisierte, Unabhängige SiedlungsI (...)

11Au départ des français, quelques casernes ont été squattées par différents groupes (sans-logis, étudiants, artistes, etc.) à la recherche de logements financièrement accessibles. Cette occupation illicite a engendré une réelle tension entre cette communauté et la ville de Fribourg. Mais, cette dernière a privilégié le dialogue et la concertation, avec le principe de participation élargie (Sperling 1999). Les groupes formèrent ensuite un collectif indépendant pour un logement autogéré (SUSI)15. Un second collectif formé de personnes souhaitant réaliser un projet écologique a créé un forum (Forum Vauban), qui devint rapidement une association reconnue et porteuse de la participation citoyenne.

  • 16 Haus 37, éponyme de l’ancien mess des officiers.
  • 17 Les premières maisons à énergie positive au monde ont été créées à la cité solaire (Solarsiedlung).
  • 18 En plus de la contribution financière des fonds européens (Projet Life) et de la fédération alleman (...)

12Le forum Vauban (qui a compté jusqu’à 400 membres en 2000-2001) représentait une véritable entité de gestion de la participation élargie et assurait la coordination entre la municipalité et les habitants. Constitué d’associations citoyennes, d’experts pluridisciplinaires bénévoles et de futurs propriétaires, il obtint même une voix aux délibérations du conseil municipal concernant l’urbanisme à Vauban. Porté par la population impliquée, le forum a pu remettre en cause le plan de masse sur différents points (concept de mobilité, espaces verts, etc.). A titre d ´ exemple, la maison du quartier (Haus 37)16 ou la place de marché ont échappé, respectivement, à la démolition et à la construction d ´ un grand immeuble grâce à la participation des habitants. Le forum a aussi assuré des ateliers de formation sur les énergies renouvelables, le chauffage économique, la mobilité, etc. Il mobilisa les futurs habitants et les incita à l´auto promotion. C’est ainsi que des coopératives d’auto-construction d’habitats passifs ou à énergie positive17 ont vu le jour, la Genova, notamment, qui s’est lancée dans la construction de logements sociaux intergénérationnels. Comme à Rieselfeld, le financement de cette structure a été également assuré par la ville.18

La genèse du concept « vivre sans voiture »

13Le concept de mobilité à Vauban est le fruit d ´ un engagement citoyen qui aspirait à un quartier sans voiture. Grâce à l’étroite concertation entre le groupe de travail sur la mobilité et le groupe de projet Vauban, l’aménagement a été conçu de manière à favoriser la marche et le vélo. Pour mieux orienter les comportements des nouveaux résidents vers une mobilité durable, des politiques de transports collectifs, ainsi que l’utilisation partagée des automobiles sont ainsi mises en œuvre. La mobilité locale des habitants prévoyait des trajets courts pour rejoindre les magasins, écoles, services divers, en utilisant le vélo, le tramway ou la marche à pied. Seule l’allée centrale et quelques rues périphériques sont accessibles à 30 km/h et bordées de quelques places de stationnement payantes les jours de semaine. En revanche, les rues qui s’articulent de part et d’autre de ces arêtes sont des cours urbaines, où la voiture n ´ est stationnée que pour une courte durée (chargement / déchargement). Ces ruelles, sans trottoirs, ont été conçues comme des zones sans trafic et servent plus de terrains de jeux. Le résident qui possède une voiture doit acheter ou louer une place de stationnement dans un des deux garages situés à la limite du quartier. Par conséquent, près de la moitié des ménages préfèrent aller chercher des modes alternatifs à la voiture afin de faire des économies (Nobis 2003). Les habitants sans auto doivent, néanmoins, signer un engagement de renonciation.

  • 19 Il a fallu profiter de l’absence du maire pour faire passer le texte autorisant ce concept. Paradox (...)
  • 20 Responsable de l´association « Verein für autofreies Wohnen e. V. ».

14Cependant, pour la mise en place de ce concept, le Forum Vauban a dû faire appel à un avocat afin de trouver une solution juridique pour contourner l´obligation légale d’offrir une place de stationnement par habitat. L´association « Vivre sans voiture » (Verein für autofreies Wohnen) a alors acquis un terrain pour être éventuellement utilisé comme parking, au cas où les ménages souhaiteraient changer de mode de mobilité. Comme il n’y a pas eu de besoin et suite à une initiative des citoyens, cet espace est utilisé depuis 2013 comme jardin urbain « WandelGarten ». Par ailleurs, ce concept de mobilité et la question du stationnement ont été vivement débattus. Il avait initialement du mal à convaincre le conseil municipal et l´administration.19 D ´ après le témoignage de H. Linck20 :

« Au début, le concept de mobilité devait concerner que quelques rues de Vauban, mais la demande en logements sans places de stationnement a été plus élevée. Pour cela, ce modèle a été étendu aux trois quarts du quartier. Mais pour la troisième phase, la ville a préféré construire des habitations avec garages souterrains et reprendre le model standard ».

15Après la dissolution du forum Vauban, une association de quartier « Stadtteilverein Vauban » a été créée en 2005, pour continuer à représenter les citoyens auprès de la ville et assurer les tâches d ´ organisation et de coordination des groupes encore actifs (jardins urbains, mobilité, etc.), ainsi que l’édition du journal « Vauban Aktuel ». En 2009, l’association de quartier a été, par exemple, derrière une action participative, qui consistait à une opposition contre un projet de construction à l’entrée du quartier d ´ un centre d ´ affaire « Green Business Center » (Freytag 2014). Les habitants ont réussi à exiger une modification du plan de développement et après plusieurs confrontations, il a été décidé de construire un hôtel « Green City Hôtel Vauban ». Ce dernier a été achevé en 2013 et emploi des personnes handicapées. Inspiré des recommandations d'un atelier citoyen, le « Quartiersarbeit » a aussi procédé en 2009 à une évaluation du quartier (Schings 2009). Selon les résultats de cette enquête, la majorité, soit 90 % des habitants de Vauban étaient « très satisfaits » de leur cadre de vie. Les aspects les plus positifs mentionnés sont : la connexion et l’accès aux transports en commun, les espaces verts, les possibilités de jeu pour les enfants et les pistes cyclables.

Méthode de collecte des données

  • 21 Les thématiques de la participation et de la mobilité sont intimement liées, du fait que la mobilit (...)

16Bien que l’objet de notre enquête dépasse la problématique de cet article, nous exposerons les éléments méthodologiques sous l’angle de la participation. À travers une enquête menée au sein des éco-quartiers Rieselfeld et Vauban, nous avons tenté d’évaluer l’efficacité et les progrès inhérents à certains objectifs de ces projets. L’étude a été réalisée en collaboration avec, respectivement, l’association KIOSK-Rieselfeld et le groupe AK-Verkehr-Vauban. L’enquête est basée sur un questionnaire standardisé distribué auprès de la population des deux quartiers, en mettant l'accent sur les comportements de mobilité, l’engagement de la communauté21, ainsi que l’attractivité et le degré de satisfaction des habitants. En outre, le questionnaire leur a donné la possibilité de poser des problèmes et d'exprimer des suggestions pour contribuer à l’amélioration du vécu dans le quartier. Certains résultats de l’évaluation ont été par la suite aussi utilisés par les associations locales et présentés aux acteurs et participants pour les conforter dans leur démarche et préparer de futures actions.

  • 22 FR-ITZ : Freiburg Informationen Tabellen Zahlen.

17On rappellera que Rieselfeld est presque deux fois plus grand que Vauban, aussi bien en superficie qu’en nombre d’habitants. La ville de Fribourg recensait à la fin 2013, respectivement, 1.816 et 4.021 foyers à Vauban et Rieselfeld.22 Ainsi, un échantillonnage aléatoire de 4500 individus (par quartier) a été utilisé pour l’enquête, et les participants ont été contactés via deux questionnaires par foyer insérés dans les journaux locaux distribués trimestriellement dans ces quartiers. Dans un souci de comparaison des résultats, les questionnaires ont été adressés à l’ensemble des foyers à Vauban, et à un foyer sur deux à Rieselfeld.

18Les questions se rapportaient aux données démographiques, les habitudes de mobilité, les avantages et inconvénients des choix modaux, ainsi que sur la participation éventuelle des résidents à un service d'auto-partage. Afin d’estimer le degré de satisfaction et de bien-être dans ces éco-quartiers, les enquêtés ont été aussi questionnés sur les critères ayant joué un rôle dans leur emménagement ou leur potentiel déménagement du quartier. Enfin, quelques questions ont été insérées sur des thèmes prospectifs couvrant des suggestions d’améliorations de la mobilité dans ces quartiers, ainsi que des questions liées à l’environnement. Les données ont été ensuite analysées et, lorsque disponibles, comparées à des travaux de recherche ultérieurs pour évaluer l’évolution de certaines pratiques.

19Dans l'ensemble, l'enquête a fourni près de 800 réponses (386 à Vauban et 384 à Rieselfeld). On notera, que l'échantillon obtenu a montré une légère préférence pour la gente féminine (56 % à Rieselfeld et 54 % à Vauban). Par ailleurs, les résultats ont aussi montré que les ménages enquêtés étaient composés de familles avec enfants, atteignant 60 % à Vauban et 40 % à Rieselfeld. Avec cette évolution, on peut considérer que l’objectif de la ville de Fribourg d’attirer de jeunes familles dans ses nouveaux éco-quartiers a été atteint avec succès.

Résultats et discussion

20Dans le cadre de cette contribution, nous limiterons notre exploration à l'importance de certains facteurs « attrayants » de Rieselfeld et Vauban. On s’intéressera, d’une part, aux pôles d’attraction, et d’autre-part, à l’engagement des résidents dans la promotion et l’application des propositions participatives retenues lors de la planification de ces quartiers.

Proximité aux espaces verts

  • 23 http://www.vauban.de/en/topics/history/276-an-introduction-to-vauban-district

21À Vauban, 75 % des enquêtés ont estimé que la proximité aux espaces verts a joué un rôle « très important » dans leur décision d’emménagement dans le quartier. Ce taux atteint même 95 %, lorsqu’on rajoute les résidents ayant choisi la mention « important ». Il faut rappeler que lors de l’élaboration du plan de développement du quartier, les espaces verts, la conservation et la plantation d'arbres, faisaient partis des éléments exigés par les constructeurs privés et les « Baugruppe ». La planification et la conception des espaces verts, les rues résidentielles, etc., ont été réalisés avec la participation des nouveaux résidents.23 La plupart des vieux arbres ont été conservés et sont aujourd’hui bien intégrés dans le quartier. En outre, la végétation luxuriante résulte du fort niveau de participation des habitants dans l’autogestion des espaces verts.

  • 24 https ://www.freiburg. de/pb/site/Freiburg/get/347968/Rieselfeld_fr_2010. pdf

22Concernant Rieselfeld, pour 74 % des résidents questionnés, la proximité aux espaces verts a également été un facteur « très important » dans leur décision d’installation dans le quartier. Lorsqu’on rajoute les résidents ayant qualifié ce choix d’« important », ce taux atteint 93 %. Cependant, contrairement à Vauban, Rieselfeld était à l’origine une zone en friche. Mais, un programme de plantation d’arbres a été mis en place dès le début du projet et la ville, en partenariat avec l´association KIOSK, a mis en place une gestion participative des espaces verts. Ce projet nommé « Baumpatenschaft » a pour objectif de permettre aux habitants de s’approprier des arbres et de petites parcelles, pour les entretenir, les planter et les soigner, ce qui crée chez eux un sentiment de responsabilité, d’identité et d’appartenance au quartier tout en présentant l´avantage de ne rien coûter à la ville. Par ailleurs, Rieselfeld jouxte à l’ouest une réserve naturelle de 250 hectares, l’une des plus grandes du Bade-Wurtemberg. Un groupe d’habitants bénévoles se charge d’entretenir cette dernière et d’assurer un travail d’information pour sensibiliser la population.24

23Enfin, aussi bien à Vauban qu’à Rieselfeld, l’urbanisme en îlots autour de cours urbaines accueille des espaces verts de haute qualité, des espaces de jeux, etc., qui peuvent être utilisés comme espaces récréatifs et de rencontre. Ces nombreux espaces verts privés et publics contribuent tout simplement au bien-être de la communauté.

Apaisement de la circulation

24Les enquêtés de Vauban ont caractérisé l’apaisement de la circulation à 70 % comme « très important ». A ce nombre, il faudra rajouter 21 % ayant trouvé cet aspect « important ». Ce « plébiscite » semble pour le moins positif pour le travail réalisé par les participants volontaires ou employés du Forum Vauban. L’importance et l’adhésion au plan de circulation proposé puis adapté au quartier a été également confirmée à travers les réponses à la question ouverte suivante : « avez-vous des commentaires sur la situation du trafic dans le quartier ? ».

-Femme (41 ans, 2 enfants) : « A long terme, nous allons probablement nous passer de notre voiture. Nous profitons beaucoup du quartier calme et le très bon accès à toutes les installations nécessaires au quotidien (commerces, médecins, écoles,...) ».
- Femme (32 ans, 2 enfants) : « Ca me plait beaucoup ! Le calme dans le quartier conduit à une haute qualité de vie. Je me demande à chaque fois, si j'ai vraiment besoin de la voiture. Les tronçons de moins de 4 km sont d’ailleurs atteint plus rapidement en vélo ».

25Cependant, des problèmes de circulation, d’excès de vitesse et de stationnement dans des zones sans autos ou réservées aux visiteurs ont été signalés par de nombreux citoyens. Le stationnement sur les places visiteurs oblige ces derniers à stationner dans des zones interdites où ils écopent de contraventions, qui mènent certains à éviter le quartier. Ces situations induisent aussi parfois des comportements hostiles ou des conflits entre habitants. En outre, par jalousie ou par dépit envers la conception inhomogène des trois parties du quartier, certains contestent même le concept de stationnement et la tarification. L’ensemble de ces aspects sont résumés dans les réponses suivants :

- Femme (48 ans, 2 enfants) : « Les places de stationnement sont occupées par des résidents, qui sont trop paresseux pour conduire leur voiture au garage. Les visiteurs se garent alors dans les ruelles ! Ceci est stupide ! ».
- Homme (53 ans) : « De nombreux résidents n'utilisent par le parking central. Certains n’ont officiellement pas de voiture et pas d'espace de stationnement (mais, j’en connais personnellement plus d’une demi-douzaine !) ».
- Femme (37 ans, 3 enfants) : « L'attitude hostile à la voiture dans le quartier, on doit presque s'excuser pour garer sa voiture devant chez-soi. Pour les familles avec des petits enfants, le parking bien distant est très pénible ».
- Homme (33 ans) : « C'est absurde d'avoir des places de parking payantes obligatoires et gratuites aux alentours. Je trouve l'existence d'un parking central comme même utile, mais les coûts et les contrats sont excessifs et scandaleux ! ».

  • 25 http://www.vauban.de/themen/mobilitaet/198-verkehr-kapitel-8

26Afin de parvenir à un changement de comportement, des actions sont régulièrement entreprises par le groupe AK-Verkehr, par exemple, en posant des prospectus sur les essuie-glaces ou par l’affichage de posters. Ces problèmes sont aussi traités, en discutant directement ou en interpellant les personnes concernées par voie de courrier. En outre, le sujet est régulièrement discuté dans le journal de quartier « Vauban Actuel », où les résidents traitent parfois des « cas difficiles ».25

27Concernant Rieselfeld, le taux de résidents questionnés ayant considéré l’apaisement de la circulation comme « très important » n’est que de 51 %. Ce taux s’élève, néanmoins, à 84 % lorsqu’on rajoute les avis ayant estimé cet aspect du trafic « d’important ». A travers ces chiffres, légèrement inférieurs par rapport à Vauban, on pourrait être tenté de corréler ces résultats à l’engagement plus conséquent du Forum Vauban et à l’implication plus active des résidents de Vauban dans la conception de leur plan de circulation. Néanmoins, les réponses collectées à Rieselfeld reflètent globalement une satisfaction et une adhésion au concept de trafic appliqué dans leur quartier :

- Femme (55 ans) : « C'est merveilleux, piétons, cyclistes, scooters, poussettes, patins, etc. peuvent coexister d'égal à égal et non pas comme d'habitude, où les voitures ont la priorité ».
- Femme (43 ans) : « A Rieselfeld, on a vraiment pas besoin d'une voiture. Il y a tout ce dont on a besoin à proximité (shopping, médecins,…) ».

28De même qu’à Vauban, la vitesse est également un souci à Rieselfeld et bien que chaque résidence soit assurée d’une place de parking, comme requis par la législation allemande, les problèmes de stationnement sont aussi au coeur du débat. Par conséquent, des problèmes de parking sont aussi rencontrés par les visiteurs. Mais, contrairement à Vauban, le problème de stationnement ici est beaucoup plus lié à un abus d’usage, comme le souligne les exemples, ci-dessous :

- Femme (46 ans, 2 enfants) : « Les voitures roulent souvent trop vite. Il n'y a pas de contrôle de vitesse naturels (gestion du trafic, ralentisseurs, etc.) ».
- Femme (36 ans, 2 enfants) : « Malgré la possession d'une place de parking (au soussol), les résidents stationnent dans les rues (en particulier, les fourgons). Pas assez de stationnement pour les visiteurs ».

29Concernant les modes de déplacement favoris, il s’avère que 87 % et 53 % des enquêtés, respectivement, à Vauban et Rieselfeld utilisent quotidiennement le vélo comme moyen principal de transport. En outre, 16 % et 38 %, respectivement, des répondants de Vauban et Rieseldfeld ont cité le tramway ou le bus. Alors que, 11 % et 7 %, respectivement, des résidents à Vauban et Rieselfeld, ont mentionné qu'ils se déplacent généralement à pied (la marche était pour des trajets >30 minutes). Enfin, la voiture comme moyen de transport le plus utilisé, n’a été quant à elle citée que par 10 % des répondants à Vauban et 26 % à Rieselfeld. Ces remarquables résultats confirment clairement la tendance du recul du choix modal automobile au profit de la mobilité douce et collective.

Adaptation du quartier aux enfants

30L’adaptation du quartier aux enfants a été qualifiée de « très importante » par 66 % et « importante » par 18 % des participants à l’enquête de Vauban. À Rieselfeld, ce sont 53 % des enquêtés qui ont estimé que l’adaptation du quartier aux enfants était « très importante », et 23 % la jugent « importante ». Par ailleurs, les commentaires exprimés par les résidents reflètent explicitement la satisfaction dans les deux quartiers :

- Résidente de Vauban (48 ans, 2 enfants) : « C'est très bien, qu'il y ait si peu de voitures, pas comme dans d'autres districts. Surtout pour les enfants, c'est une situation très sûre, ce qui donne beaucoup de liberté pour jouer. Les enfants peuvent dès leur jeune âge se déplacer librement et en toute sécurité dans le quartier ».
- Résidente de Rieselfeld (35 ans, 1 enfant) : « C'est super que les trottoirs soient aplatis pour les poussettes et les fauteuils roulants, de même c'est important que les trottoirs soient plus larges dans les deux directions de l'allée Rieselfeld ! ».

31La circulation apaisée ou limitée au sein de ces quartiers (notamment à Vauban) permet de convertir les rues en territoires de jeux, où les enfants peuvent jouer dans un environnement extérieur, dans un cadre sûr et en toute liberté. Cependant, plusieurs remarques ont été émises et reflètent parfois un sentiment d ´ insécurité et même de peur, quant aux déplacements des enfants dans ces quartiers. Ces craintes sont souvent attribuées au manque d’attention des automobilistes ou à des lacunes de signalisation :

- Résidente de Vauban (41 ans, 2 enfants) : « Aux feux de signalisation pour piétons à la rue Merzhauser, le feu vert (piétons) est top court. A mi-parcours, les enfants doivent toujours continuer au rouge ! ».
- Résidente de Rieselfeld (36 ans, 2 enfants) : « Les voitures roulent trop vite dans les zones 30. Aux intersections, il y a seulement 1 passage pour piétons en face de l'école. Aux autres points, il y a pas de passages pour piétons … ».
- Résidente de Rieselfeld (37 ans, 2 enfants) : « Plus d'espaces pour les enfants + poussettes dans les tramways ! S'il vous plaît plus de trams récents avec des accès plus faciles pour ce quartier sans barrières et riche d'enfants ! ».

Conclusion

32Les éco-quartiers de Vauban et Rieselfeld ont donné à la ville de Fribourg une impulsion réelle en termes de développement durable. Ces quartiers « modèles » ont servi de terrains expérimentaux et contribuent au processus d’apprentissage, de développement de savoir-faire et de pratiques durables potentiellement transposables à d’autres quartiers ou villes. La planification et la construction de ces écoquartiers ont été menées sur la base d’une démarche participative élargie, selon deux approches différentes. À Rieselfeld, la démarche participative a été amorcée et organisée par la ville en collaboration avec des bureaux d’études et l’association-KIOSK, dont la présence tout au long du projet constitua une des clés de son succès (Maier 1995 ; Back 2013). À Vauban, la ville a accompagné une association d’habitants afin de mener la démarche participative élargie (le forum Vauban) durant toutes les étapes du projet (Wiechert et Sommer 2014). Une fois ces projets achevés, certains habitants continuent à s’engager dans la vie du quartier et participent à sa gestion à travers les associations de quartier et en collaboration avec des équipes interdisciplinaires gérant les activités socio-culturelles.

33Notre étude montre, toutefois, que la planification de mesures durables ne suffit pas pour établir un style et une qualité de vie durable. Par exemple, en matière de comportements de mobilité, aussi bien à Vauban qu’à Rieselfeld, malgré la promotion de concepts de circulation innovants, des excès de vitesse ont été souvent signalés. Ce qui engendre des appréhensions ou des inconforts par rapport à la sécurité, notamment des enfants, bien présents dans les deux quartiers. En outre, Vauban est censé être globalement un quartier à circulation apaisée et sans places de parking. Mais, cela n’empêche pas certains résidents possédant une voiture de stationner sur des places réservées aux visiteurs au lieu de garer leurs véhicules dans les deux garages limitrophes du quartier. De même à Rieselfeld, les habitants ne garent pas toujours leurs véhicules dans les endroits qui leur sont attribués (parkings en sous-sol). Ces expériences indiquent, qu’une participation civique continue, associée à un accompagnement des collectivités, est un facteur clé pour le développement de projets urbains viables et durables.

Bibliographie

Références

BACK C., 2013, “Die Rolle der Sozialen Arbeit bei der Stadterweiterung”, in Drilling M. et Oehler P., Soziale Arbeit und Stadtentwicklung : Forschungsperspektiven, Handlungsfelder, Herausforderungen, p. 131-145.

CHARLOT-VALDIEU C. et OUTREQUIN P., 2009, L’urbanisme durable : Concevoir un écoquartier, Paris, Le Moniteur, 295 p.

FREYTAG, T., GÖSSLING S. et MÖSSNER S., 2014, “Living the green city : Freiburg's Solarsiedlung between narratives and practices of sustainable urban development”, Local Environment : The International Journal of Justice and Sustainability, Volume 19, Issue 6, p. 644-659.

GHEZIEL-NEUMANN E., 2010, Financement et bénéfices de trois quartiers durables allemands : Südstadt à Tübingen, Riesefeld et Vauban à Fribourg, Mémoire de Master 2 Politique territoriales de développement durables, Université du Maine.

HUMPERT K., 1997, Stadterweiterung, Freiburg Rieselfeld : Modell für eine wachsende Stadt, AV-Edition.

KRONSELL A., 2013, « Legitimacy for climate policies : politics and participation in the Green City of Freiburg », Local Environment : The International Journal of Justice and Sustainability, Volume 18, Issue 8, p. 965-982.

MAIER K. (Hrsg), 1995, Der Beitrag der Sozialarbeit zum Aufbau neuer Stadtteile. Materialien und Vorschläge zur Sozialplanung für den Freiburger Stadtteil Rieselfeld, Forschungs-und Projektberichte der Kontaktstelle für praxisorientierte Forschung an der Evangelischen Fachhochschule Freiburg, Band 9.

MAIER K. et SOMMERFELD P., 2005, Inszenierung des Sozialen im Wohnquartier : Darstellung, Evaluation und Ertrag des Projekts, Quartiersaufbau Rieselfeld, Freiburg i. Br. : FEL Verlag.

MEDEARIS D. et DASEKING W., 2012, “Freiburg, Germany : Germany’s Eco-Capital”, in Beatley T. (ed.), Green Cities of Europe, Island Press/Center for Resource Economics, pp. 65-82.

MAYER A., 2013, Les écoquartiers de Fribourg - 20 ans d'urbanisme durable, Paris : Moniteur.

NOBIS C., 2003, Evaluation des Verkehrskonzeptes im autoreduzierten Stadtteil Freiburg-Vauban, Fachbeiträge Wohnen plus Mobilität Nr. 33, Hg. : ILS – Institut für Landes-und Stadtentwicklungsforschung, Dortmund

ROSELAND M., 2012, Toward sustainable communities : Solutions for citizens and their governments, Vol. 6, New Society Publishers.

RUDOLF F., 2007, « Les éco-quartiers : une contribution socio-technique à la réception du développement durable en Allemagne », Revue de l’Allemagne et des pays de langue allemande, 39 (3), p. 343-352.

RUI S., 2013, « Démocratie participative », in Casillo I., Barbier R., Blondiaux L. et al. (dir.), Dictionnaire critique et interdisciplinaire de la participation, Paris, GIS Démocratie et Participation.

SCHINGS C., 2009, Kurzbericht'Sozialraumanalyse Vauban. Befragung zur Zufriedenheit der Bewohner/Innen, Institut für angewandte Sozialwissenschaft e. V. ; Freiburg im Breisgau.

SCHINGS C., 2011, Sozialraumanalyse Freiburg Rieselfeld. Befragung zur Zufriedenheit der Bewohner/Innen, Institut für angewandte Sozialwissenschaft e. V. ; Freiburg im Breisgau.

SIEGL K. et KAISER P., 2002, Rieselfeld wo Freiburg weit wächst Freiburg im Breisgau, Stadt Freiburg im Breisgau Baudezernat Bauverwaltungsamt / Geschäftsstelle Rieselfeld.

SPERLING C., 1999, Nachhaltige Stadtentwicklung beginnt im Quartier, Ein Praxisund Ideenhandbuch für Stadtplaner, Baugemeinschaften, Bürgerinitiativen am Beispiel des sozialökologischen Modellstadtteils Freiburg-Vauban. Freiburg : Öko-Institut.

WIECHERT C. et SOMMER U., 2014, Lernen von Vauban. Ein Studienprojekt und mehr, Aachen University.

Notes

1 La démocratie participative désigne l’ensemble des procédures, instruments et dispositifs qui favorisent l’implication directe des citoyens au gouvernement des affaires publiques (Rui 2013).

2 Urbanisme durable : Freiburg, les habitants au cœur de la décision. Une collection du Centre Ressource du Développement Durable (Cerdd) – 2008.

3 La participation est généralement composée de quatre niveaux progressifs : l’information, la consultation, la concertation et la coproduction (« Politique de la ville et participation des habitants : vers une gouvernance renouvelée », Les Échos des ateliers permanents du CR•DSU n° 5, décembre 2009).

4 Le projet avait, néanmoins, initialement connu une forte opposition du parti des verts, qui militaient pour le maintien du biotope écologique du site Rieselfeld.

5 « À travers Rieselfeld, Fribourg a brisé le tabou associé à l´image des ghettos des grands ensembles des années 1960-1970 » (Rudolf 2007).

6 Les « Baugruppe » ou groupes d’auto-promotion planifient conjointement et collaborent pour acheter des terrains, concevoir et construire ensemble leurs propres maisons. Grâce à ce processus les résidents réalisent le type de maisons qu'ils veulent et commencent à construire un sens communautaire avant même leur installation.

7 K. Siegl, ancien chef du groupe « Projet Rieselfeld ».

8 KIOSK : Kontakte, Information, Selbsthilfe und Kultur (Communication, Information, Organisation, Entraide et Culture). Cette structure devient, en 2003, l´association du quartier dirigée par un groupe de bénévoles (le Vorstand).

9 Les frais de gestion de l´association KIOSK sont à ~90 % couverts par une subvention municipale et à 10 % par les activités de l'association (les dons, les bénéfices des brocantes ou du Café, etc.). Même si cette structure est majoritairement financée par la ville, elle s’inscrit dans une grande indépendance vis-à-vis de cette dernière.

10 FIFAS : Freiburger Institut für angewandte Sozialwissenschaft e. V.

11 D´après Gheziel-Neuman (2010), l´acquisition du foncier et la dépollution du site ont constitué les principaux coûts associés au quartier Vauban (> 25 % des dépenses).

12 Le lauréat fut un cabinet d'architectes de Stuttgart (bureau d´étude Kohlhoff & Kohlhoff).

13 Société KE (Kommunalentwicklung LEG Baden-Würtemberg GmbH), qui a également travaillé sur le projet Rieselfeld.

14 La plus élevée à Fribourg, avec ~135 habitants/ha (Statistisches Jahrbuch 2013 ; p34).

15 SUSI : Initiative de quartier indépendante et autogérée (Selbstorganisierte, Unabhängige SiedlungsInitiative). Cette organisation a racheté à la ville 4 casernes et les a rénovées en logements sociaux. Six autres casernes ont été conservées et réhabilitées selon des critères écologiques et sociaux par des associations étudiantes.

16 Haus 37, éponyme de l’ancien mess des officiers.

17 Les premières maisons à énergie positive au monde ont été créées à la cité solaire (Solarsiedlung).

18 En plus de la contribution financière des fonds européens (Projet Life) et de la fédération allemande à l’environnement (Deutschen Bundesstiftung Umwelt, DBU).

19 Il a fallu profiter de l’absence du maire pour faire passer le texte autorisant ce concept. Paradoxalement, ce dernier se trouvait à Istanbul pour recevoir une distinction décernée au quartier Vauban, au titre de son exemplarité en matière de participation citoyenne (Mayer 2013).

20 Responsable de l´association « Verein für autofreies Wohnen e. V. ».

21 Les thématiques de la participation et de la mobilité sont intimement liées, du fait que la mobilité représente un enjeu majeur pour l’intégration des personnes en facilitant leur implication et participation à la vie sociale.

22 FR-ITZ : Freiburg Informationen Tabellen Zahlen.

23 http://www.vauban.de/en/topics/history/276-an-introduction-to-vauban-district

24 https ://www.freiburg. de/pb/site/Freiburg/get/347968/Rieselfeld_fr_2010. pdf

25 http://www.vauban.de/themen/mobilitaet/198-verkehr-kapitel-8

Auteurs

Doctorante en aménagement et en urbanisme, Institut des sciences sociales de l'environnement et de géographie de l’Université de Freiburg, Faculté des Sciences sociales, Université de Strasbourg, UMR SAGE 7363

Professeur en sociologie, Faculté des sciences sociales, Université de Strasbourg, UMR SAGE 7363

Professeur de géographie, Institut des Sciences Sociales Environnementales et de la Géographie à l’Université de Freiburg (Allemagne)

© Carrières Sociales Editions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540