Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et quartiers durables : la place des habitants

 | 
Pascal Tozzi

3ème partie : Opportunités d'appropriations et de « résistances » citoyennes/habitantes

Résidence principale : de l’architecte habitant

Édith Hallauer

Texte intégral

  • 1 Lacaze, J.-P. (2012), Les méthodes de l'urbanisme, Presses Universitaires de France, Paris, p. 55.

« Il n’est pas inutile de rappeler que, jusqu’à la réforme de la loi foncière de 1967, la tradition de l’administration responsable de l’urbanisme consistait à confier l’étude des plans à des architectes résidant ailleurs que dans la ville concernée et invités à travailler dans le plus grand secret pour éviter tout risque de fuite. »1

1Ce texte se situe dans la suite à une thèse entamée en 2012, sous la direction de Thierry Paquot à l’Institut d’Urbanisme de Paris, qui questionne la présence du mot vernaculaire dans le champ lexical contemporain de l’urbain. Au sein de ce travail, sont étudiées certaines pratiques émergentes interrogeant la figure de l’architecte en situation de déprise revendiquée, au profit de situations constructives prônant autonomie, partage, apprentissage réciproque et auto-construction.

Une alternative « durable » à la participation des habitants : la participation des architectes ?

2La participation des habitants à la transformation de leur cadre de vie semble être une voie nécessaire à la durabilité des aménagements urbains. Dans le discours, construire avec le « peuple » (Fathy 1996) équivaudrait à une assurance de l’utilisation, l’entretien et la prise en responsabilité des lieux par ses usagers, dans une vision de l’écologie basée sur la relation humaine et de la gestion des espaces collectifs comme biens communs (Dardot et Laval, Bollier 2014).

  • 2 Lugassy, F. (1977), L'impossible participation, essai de psychologie sociale, Editions du cru, Pari (...)
  • 3 Bennour, A. (2006), Logiques des participations citoyennes : solidarité, contestation, gestion, L’H (...)

3Seulement, comme l’histoire nous le montre2, l’application de cette récente injonction institutionnelle à la participation semble semée, de difficultés voire d’impasses : « On n’arrive jamais tout à fait à croire que ceux qui détiennent le pouvoir soient prêts à le partager » (Lugassy 1977). Comme la concertation, souvent reléguée à l’outil de légitimation institutionnelle (Bennour 2006), la notion de participation des usagers à la transformation de leur cadre de vie semble porter de grandes contradictions, notamment dans le cas d'expériences participatives « institutionnelles »3, qui voient une autorité déléguer une partie de son pouvoir sur l’urbain : on suggère à l’habitant de prendre du pouvoir. Le terme implique de fait la détention du pouvoir décisionnel par certains, consentant à ce que d’autres y « participent » : on « participe » à quelque chose, qui nous est donc a priori extérieur. Or quoi de plus intérieur et incarné que l’aménagement de son propre lieu de vie quotidien ?

  • 4 Collectif Etc, support d’expérimentation urbaine principalement composé d’architectes, fondé en 200 (...)
  • 5 Collectif Etc (2014), « Ménager le mouvement », texte à paraitre.

4Aujourd’hui, contre cette vision verticale de la pratique urbaine, du côté des maîtres d’œuvre, certaines figures déploient un discours alternatif – non sans rappeler des expériences passées : « Nous faisons nôtre les propos de Yona Friedman : « Je ne vise pas la participation des habitants, je cherche plutôt si la participation de l’architecte peut être utile quelque part. »4 Ces concepteurs, architectes ou designers parlent de pratiques « banales » (Kroll 2012) et familières envers l’espace commun, éloignées de logiques « participationnistes ». Travailler avec les usagers est une donnée fondamentale de ces démarches. Dans les récits, ces acteurs vont donc jusqu’à retourner l’usage du terme : « C’est plutôt aux habitants de nous assister, nous, concepteurs. À nous de les regarder et les écouter, si l’on veut espérer travailler à un projet porteur de sens. L’usage quotidien et ordinaire des lieux est « l’expertise » à suivre. (…) Il nous faut aussi écouter l’habitant qui est en nous »5. Ainsi, des expériences existent au sein desquelles les architectes abordent le projet architectural en tant qu’habitant, tentant par là-même de dépasser le discours participatif classique. Cette posture d’architecte participant à la vie habitante est ici explorée à partir d’une étude comparative de deux cas récents. Il est à noter ici que ces cas ne portent pas explicitement le nom d’écoquartier, cependant, les projets qui y sont mis en œuvre envisagent également l’écologie comme une donnée intrinsèque de la conception.

  • 6 « Le premier travail de Sophie a été de devenir habitante. », Patrick Bouchain, discours introducti (...)

5L’agence Construire à Boulogne-sur-Mer et le Collectif Etc à Châteldon ont mené deux expériences concrètes, une rénovation locative en logement social d’une part, une étude urbaine de l’autre, dans lesquels une certaine « durabilité », sinon durée, est incarnée. Dans le premier cas, de 2010 à 2013, à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), à l’initiative des collectivités territoriales, d’un Office HLM, et sur une proposition de l’architecte Patrick Bouchain, l’architecte Sophie Ricard a habité sur le lieu même d’un projet de réhabilitation de logement social. Vivant dans une des maisons du quartier Delacroix-Molinet, c’est à travers une expérience habitante6 qu’elle a entrepris le projet de réaménagement. Dans le second cas, de septembre 2012 à mars 2013, à Châteldon (Auvergne), dans le cadre du programme Habiter autrement les centre-bourgs mené par le Conseil Général du Puy-de-Dôme et le Parc Naturel Régional du Livradois Forez, le collectif d’architectes Etc s’est installé en « résidence » au centre-bourg de la ville pour vivre et étudier de près les problématiques de désertification rurale. Dans ces deux cas, il semble que ces « permanences » (Bouchain 2010) dont les formats semblent proches de résidences artistiques (Hallauer 2014) ne puissent l’être : ces architectes ont concrètement habité ces lieux en tant que « résidence principale ». Ils ont donc « participé » au réaménagement de leur propre cadre de vie.

  • 7 Le phénomène ne paraît pas antérieur aux années 2010. L’initiative annuelle de la Maison de l’archi (...)
  • 8 Pétonnet, C. (1979), On est tous dans le brouillard, Ethnologie des banlieues, Galilée, Paris, et ( (...)

6Ces cas sont relativement rares et peu étudiés, car très récents. Quelques expériences similaires semblent pourtant émerger ces dernières années de parts et d'autres du territoire français7, requestionnant en profondeur les pratiques habituelles de la participation. Le format de ce type d’expérience peut se rapprocher d’outils d’enquête ethnographique - on pense aux travaux de Colette Pétonnet8 démontrant l’efficacité de l’observation participante, ici délibérément mise au service d’expérimentations projectuelles. Ses spécificités bousculent très nettement le positionnement traditionnel de l’architecte, amenant à soulever des questions relatives à la sociologie de la profession (Moulin 1973), ainsi qu’à ses outils, compétences, organisations et valeurs.

Ni Dieu ni maître d’ouvrage9

  • 9 Sous-titre d’un des collectifs pluridisciplinaires du champ urbain ayant émergé en France depuis le (...)
  • 10 Voir à ce propos Macaire, E. (2012), L’architecture à l’épreuve de nouvelles pratiques. Recompositi (...)

7Ces cas participent d’une mutation de la profession issue des années 1990, liée au développement de l’éducation populaire et à la démocratisation culturelle touchant en partie le champ architectural. Les travaux d’Élise Macaire ont commencé à en explorer les impacts sur une maîtrise d’œuvre réformée10. Autant du point de vue des premiers soutiens institutionnels que des sources conceptuelles développées par ses acteurs, il semble effectivement que ces expérimentations se nourrissent d’une certaine culture artistique, venant enrichir un milieu architectural dominant très prégnant. On peut penser à un rapprochement méthodologique du côté de la résidence artistique qui voit un artiste séjourner, dans le cadre d'un projet, sur le lieu même de production.

8Mais ces expériences témoignent également d’une certaine manifestation de recherche d’alternatives au sein d’une profession en crise. Elles expriment, selon des degrés et des engagements très divers, un changement nécessaire, parfois subi, face à la difficulté de trouver un emploi dans la maîtrise d’œuvre classique. Face à une forme de précarité répandue chez les jeunes architectes, la génération sortant de l’école d’architecture depuis le début des années 2000 est ainsi confrontée à une crise de sens envers le métier tel qu’il continue d’être enseigné à l’école. Dans ce contexte, les « pratiques alternatives » ont bonne presse, et le recours à l’expérimentation, même risquée, s’avère peut-être facilité. Cette génération émergente développant une forme d’Alterarchitecture (Paquot, Masson-Zanussi et Stathopoulos 2012) s’appuie sur des références théoriques et pratiques contre-culturelles issues des années 1960-1970 (Maniaque 2014). Assiste-t-on à une forme de réactualisation de ces pratiques, et selon quels vecteurs ?

Deux cas d’architectes-habitants : contextes et méthodes

9Nous étudions ces cas dans lesquels se déploient des processus de mobilisation habitante. Mais s’il est ici question « d’acquisition de mode de vie », le sens semble là aussi inversé, de l’habitant à l’architecte : une idée de la conception semble s’y former par l’acquisition de pratiques habitantes locales. Pour le premier cas, une architecte habite une maison qu’elle rénove, parmi d’autres : pendant trois ans, elle mène un chantier de rénovation d’espaces domestiques au sein d’un parc de logements sociaux. Pour le second cas, un collectif d’architectes itinérants s’approprie un local désaffecté en centre-bourg, pour mener une étude urbaine sur les espaces collectifs de centre-bourgs désaffectés : une forme de pratique participative se fabriquerait-elle là par mimétisme ? En-deçà de logiques d’apprentissage de « bonnes » ou « mauvaises » pratiques, puisqu’« habiter ne s’apprend pas » (Paquot 2007), ces expériences participatives procèdent-elles d’un partage du sensible (Rancière 2000), basé sur une pratique commune de l’habiter, quotidienne et existentielle ?

« Habiter en construisant, construire en habitant »11 : une permanence architecturale à Boulogne-sur-Mer

  • 11 Cf. Bouchain, P. (2011), Construire en habitant, Métavilla-Métacité, Venise 2006, Actes Sud, Arles.
  • 12 Agence Construire (2010), La maison de Sophie, petit guide de l’Atelier Permanent d’Architecture, L (...)

« En mai 2010, après deux mois de travaux de rénovation de son studio, Sophie s’est installée au n° 5 de la rue Auguste Delacroix, inaugurant ainsi l’Atelier Permanent d’Architecture qui va gérer avec les habitants de ces soixante maisons le projet de réaménagement de ce petit quartier situé aux franges de Boulogne-sur-Mer. »12

10Il faut d’abord replacer le projet de Boulogne-sur-Mer dans un contexte de réhabilitation du logement social, et des difficultés des politiques urbaines sur la question participative. Boulogne-sur-Mer est une ville portuaire de 45 000 habitants, sous-préfecture du Pas-de-Calais, premier port français depuis le XIXe siècle. Jusqu’à la fin du XXe siècle, c’est aussi un important port de liaison avec l'Angleterre – aujourd’hui supplanté par Calais, et le tunnel sous la Manche. Après plusieurs périodes économiquement fastueuses de son histoire, le début du XXIème siècle voit opérer un déclin certain. Le port de pêche pâtit de la concurrence, les hauts-fourneaux ferment en 2003. Le taux de chômage approche aujourd’hui les 25 %. La ville a une forte densité (5 000 habitants au km2), la population est relativement jeune (60 % des habitants a moins de 39 ans), peu diplômée (75 % n’a pas le baccalauréat) et majoritairement composée d’employés et d’ouvriers (68 % des actifs). La zone urbaine sensible du Chemin Vert est le quartier le plus pauvre de la ville, le taux de chômage y culmine à 48 %. Il est né dans les années 1950 au nord de la cité à l’issue d’un important plan de reconstruction, pour pallier aux dégâts des bombardements. Situé en marge urbaine, sur une colline, coupé du centre-ville, la géographie des lieux le fait surplomber la mer. Sédimenté de différentes typologies de logements, il a fait l’objet de plusieurs projets successifs de rénovation urbaine depuis les années 1980. En 2004, L’ANRU signe un important programme de rénovation du secteur, prévoyant plusieurs déconstructions et reconstructions, pour un montant total de 130 millions d’euros.

  • 13 Les Cités de promotion familiale visent à permettre à des familles vivant dans l’extrême pauvreté d (...)
  • 14 Sophie Ricard, entretien avec l’auteur, 22 octobre 2014.

11À la frange du Chemin Vert, face à la mer, une petite unité de quartier construite en 1975 sort du périmètre de la rénovation urbaine. Soixante maisons mitoyennes construites en dur (parpaing, béton et tuile) des rues Auguste Delacroix et Jean Molinet, abritant quelques 240 personnes, font partie d'une Cité de Promotion Familiale13 dont la gestion est assurée par un Office HLM. La population qui l’occupe est fortement marginalisée. Il s'agit pour la plupart de pêcheurs et d'anciens gens du voyage, à qui l'on a proposé en 1977 d'investir ces maisons « non conventionnées » permettant un loyer quasi-nul. La plupart des foyers sont des familles nombreuses, vivant grâce à l'aide sociale. Des clans familiaux se sont petit à petit formés, et la population de ce micro-quartier a été peu à peu délaissée par toutes les autorités. L’endroit est devenu comme « régi part ses propres règles, lieu de divers trafics. L’Office n’osait plus s’y rendre »14. La quasi absence de loyer a engendré une dégradation de l'habitat, et les divers travaux obtenus ont été réalisés ponctuellement, sans parvenir à prendre en compte les liens complexes qui régissent l'habitat. Plusieurs projets de rénovation avaient vu le jour sans aboutir, par manque de moyens mais surtout de méthode adaptée à cette situation. Face à ce constat, en 2010, l'office HLM choisit de démolir ces soixante logements. Boulogne-sur-Mer est alors dirigée depuis huit ans par Frédéric Cuvillier (Parti Socialiste). Le maire, également président de l’Office HLM, est depuis longtemps attaché aux questions de logement. Percevant les conséquences destructrices pour une population déjà très en difficulté, il s’oppose à la démolition du quartier Delacroix-Molinet. En recherche de solution, il rencontre l'agence Construire, portée par Patrick Bouchain.

  • 15 Cf. Bouchain P. (2011), Construire en habitant, Métavilla-Métacité, Venise 2006, Actes Sud, Arles.
  • 16 Bouakra N. (2013), « Patrick Bouchain, vivre en construisant », S’il fallait changer quelque chose  (...)
  • 17 Bouchain, P., Julienne, L. (sous la direction de) (2010), Construire ensemble le grand ensemble, Ac (...)

12Cet architecte ayant plusieurs reconversions de lieux culturels à son actif cherche de son côté des terrains d’expérimentations pour travailler sur le logement social. En 2006 déjà, invité à représenter la France à la Biennale Internationale d'architecture de Venise, il décidait de ne pas exposer, mais d'occuper le Pavillon Français en l'habitant, pour « vraiment parler d'architecture »15. Avec une cantine, un hébergement provisoire, des sanitaires, le pavillon devient un lieu de vie, propice aux rencontres et aux débats. Après cette expérience marquante, Patrick Bouchain et l'agence Construire décident d'engager un programme expérimental sur le logement social, prenant pour base les conclusions de Venise : « Construire en habitant, c’est à dire rester dans les lieux et les transformer. Et de cette façon renouveler le désir de vivre ensemble. »16 Si la démarche est porteuse et réussie dans le cadre d'un événement temporaire autour de l'architecture internationale, il s'agit de la mettre à l'épreuve dans un contexte bien plus délicat et problématique : « Construire Ensemble le Grand Ensemble »17. L'agence cherche alors différents lieux d'expérimentation.

  • 18 Depuis 2007.
  • 19 Arrêté du 10 avril 2007 relatif à l'habilitation de l'architecte diplômé d'Etat à l'exercice de la (...)
  • 20 « - Est-ce que ce petit budget était lié au fait que tu étais en H.M.N.O.P. ?
    - Non, c’est le budget (...)

13L’idée d’installer une permanence architecturale à Boulogne-sur-Mer est lancée, pour tenter une réhabilitation lente au prix de la démolition. Au vu de la complexité du contexte, il semble que le fait d’habiter sur place pour mener ce projet soit la seule manière de procéder. Il se trouve qu’il y a justement à l’agence Construire une jeune architecte en fin de formation, à la recherche de telles expériences. Durant ses études à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Versailles, elle s'était à plusieurs reprises penchée sur les conditions de vie en logement social – Val Fourré à Mantes-la-Jolie, et dans un bidonville de population Rom à Saint-Denis. L'accréditation HMONP (l'habilitation de l'architecte diplômé d'Etat à l'exercice de la maîtrise d'œuvre en son nom propre) vient d’être rendue nécessaire pour les étudiants18 pour pouvoir « endosser les responsabilités personnelles liées à l’exercice de la maîtrise d’œuvre »19. Elle consiste en une mise en situation professionnelle : l'agence lui propose ce travail en profondeur sur le terrain. Au final, le coût de la présence de l’architecte sur place pendant trois ans est l’équivalent d’1 % du budget global. « Un « 1 % permanence », précisément ce que devrait être la HMO, d’ailleurs »20, dit l’architecte.

  • 21 Ibid.
  • 22 Ibid.

14La méthode établie à Boulogne-sur-Mer est inédite, autant pour l'Agence Construire que pour les institutions concernées par le projet. Les trois ans de permanence se composent d’un an de prise de connaissance, un an de conception participative, et un an de chantier. Le budget est celui de la démolition prévue : 38 000 euros par maison, sur les fonds propres de l’Office HLM. Sophie Ricard s’installe dans une des maisons vides de la rue Delacroix, pour habiter et réhabiliter le quartier. Elle établit dans la maison mitoyenne une maison de chantier, lieu d'accueil de l'équipe de maîtrise d'œuvre, des habitants, des futurs ouvriers et de tous les participants. Sa première tâche réside dans la rencontre avec les habitants. Perçue au début comme « une espionne de l’Office HLM »21, voire une « flic »22, elle réussit à acquérir peu à peu la confiance des habitants. Instinctivement elle décide de commencer des ateliers manuels, de jardinage ou de bricolage destinés aux enfants. C'est grâce à eux que petit à petit elle comprend les dynamiques internes du quartier. Ensuite, c’est par l’accueil progressif que lui font les habitants qu’elle saisit les problématiques des logements. Ce premier travail de terrain sert à dresser un état des lieux du bâti, maison par maison, évaluant la quantité, la nature et la priorité des travaux de rénovation. La « participation » des habitants prend forme ici dans l'accueil de Sophie dans le quartier. C'est donc l'architecte qui participe à la vie du quartier pour tenter d’y comprendre les mécanismes de l'habiter.

15Cette présence sur place au quotidien facilite ensuite les projets de réhabilitation au cas par cas. Le budget consacré par foyer est égal, mais les situations sont toutes différentes, selon l’état du bâti et le degré de participation possible de la part des locataires. Une fiche descriptive est créée pour chaque maison, avec un état des lieux et la hiérarchie des rénovations à faire en accord avec chaque habitant. Lors du chantier, chaque entreprise partenaire doit faire respecter leurs closes d’insertion en salariant un habitant du quartier éligible. Des associations d’insertion viennent également y mener des chantiers qualifiants, à destination de volontaires du quartier. Plusieurs habitants sont alors payés et pour certains qualifiés à la suite de la réhabilitation de leur propre logement, ce qui est difficile à imaginer dans le logement social. Là aussi, c’est l’architecte qui fait le lien entre les habitants intéressées, les services sociaux et les entreprises, aidant notamment certains à rédiger leurs CV. D’autre part, nombreux sont les habitants s’occupant eux-mêmes des finitions pour privilégier d’autres aspects plus importants à leurs yeux dans le budget. Cette manière d’impliquer l'habitant dans les travaux et dans la gestion du budget consacré à la maison qu’ils occupent a permis d'établir une vision d'ensemble sur le bâti, et d'envisager une gestion plus durable et entretenue du foyer occupé. Au terme de l’expérience, les soixante maisons ont été réhabilitées pour le coût de la démolition, en trois ans et en site habité, selon le planning et les objectifs fixés, en coopération étroite avec tous les locataires présents. Cependant, après le départ de l’architecte, l’Office HLM a installé un gardien chargé de veiller sur les rues réhabilitées. Son arrivée ne s’est pas fait sans heurts, et d’après l’architecte, sa présence est le signe d’une forme d’incompréhension du projet par l’Office : la confiance obtenue au fil de plusieurs années de projet étant mise à mal par ce retour d’une relation de surveillance dans le quartier. Comment gérer « l’après-permanence » ?

« Un bureau d’architecte, ça ne sert à rien ! » Habiter autrement les centres-bourgs : des architectes chez l’habitant

  • 23 Voir le projet « Le Détour de France », CollectifEtc. com, page consultée le 10.11.2014, http://www (...)
  • 24 Institut National des Sciences Appliquées de Strasbourg.
  • 25 « Ne devrions nous pas plutôt nous poser la question de savoir comment nous, architectes, pouvons p (...)

16Le deuxième cas étudié est un projet du Collectif Etc en Auvergne. Œuvrant depuis 2009 à une « fabrique citoyenne de la ville », ce groupe majoritairement composé d’architectes s’est formé par un acte initiatique fort, impliquant déjà une mise à contribution de la vie quotidienne à la pratique architecturale : le Détour de France23. Fraîchement diplômés de l’école de Strasbourgs24, en 2011, douze membres du collectif ont parcouru la France à vélo durant un an, à la rencontre d’initiatives urbaines alternatives aux méthodes enseignées. À chaque étape, durant quelques semaines, le groupe participait ou menait un projet en lien avec les structures rencontrées, portant principalement sur des aménagements éphémères et réversibles d’espaces publics. L’action constructive, le rapport direct aux besoins et usages des habitants, la recherche de convivialité par l’aménagement et l’auto-apprentissage figurant parmi les principes fondamentaux de ce tour inspiré de celui des Compagnons du devoir. Cet apprentissage de l’action directe et en groupe, mêlant voyage, vie pratique et travail au quotidien fonde une des caractéristiques de la pratique de ce groupe : toujours penser une « participation des architectes au territoire », renversant le postulat habituel25. N’ayant pas de lieu d’attache, il se déplace et vit sur le lieu de chacun de ces projets. Sur le chemin du tour de France, le collectif s’arrête justement à Boulogne-sur-Mer, découvrant l’expérience portée par Sophie Ricard.

  • 26 Habiter autrement les centres – bourgs, Cahier des Clauses Administratives Particulières Pour une (...)
  • 27 Sophie Ricard, entretien avec l’auteur, 22 octobre 2014.

17À l’été 2012, à l’issue de ce tour de France, le collectif n’a pas choisi de lieu d’ancrage. Le Conseil général du Puy-de-Dôme et le Parc naturel régional Livradois-Forez lancent un appel à mission d’étude et de projet expérimental intitulé « Habiter autrement les centres – bourgs », sur la question de la vacance et de la déshérence des centres - bourgs ruraux, en raison de l’inadaptation de l’habitat aux modes de vie contemporains. « Le projet global consiste à concevoir et tester, sur six exemples de bourgs du Parc Naturel Régional Livradois-Forez, une démarche de projet permettant d’accompagner les collectivités et les professionnels de l’ingénierie urbaine vers le renouvellement, îlot par îlot ou par groupe d’îlots, de l’habitat des bourgs et villages. »26 Comme à Boulogne-sur-Mer, le sujet nécessite une compréhension fine et précise du territoire étudié, un « travail de dentelle »27.

  • 28 Collectif Etc (2013), Projet pour l’Ollière et Idées Locales, CollectifETC.com, page consultée le 1 (...)

18Intéressés par le projet à la suite des multiples expériences afférentes de l’année, et plus pragmatiquement à la recherche d’un lieu de vie pour quelques mois, les membres du collectif prennent la décision d’habiter l’un de ces centres-bourgs ruraux désertés. C’est à travers une expérience habitante que ce projet prend tout son sens. « Nous avons donc voulu habiter autrement le centre-bourg de Châteldon, venir nous y installer, y vivre et y travailler. Nous immerger dans la vie de la commune, au plus près des acteurs locaux, pour instaurer un dialogue régulier, pour nourrir notre réflexion. Rien ne remplace la relation humaine et le dialogue, et c’est pourquoi nous avons cherché à établir une permanence et ouvrir un local au public. Nous souhaitons que cette résidence soit un moment d’émulation, pour nous, travailleurs et habitants temporaires, et pour tous les châteldonnais qui en passeront la porte. »28

  • 29 Collectif Etc (2013), Projet pour l’Ollière et Idées Locales, CollectifETC.com, page consultée le 1 (...)
  • 30 Collectif Etc (2013), Projet pour l’Ollière et Idées Locales, rendu de l’étude Habiter autrement le (...)

19Mettant en avant l’idée de venir habiter, comme une résidence principale, le centre-bourg pour comprendre ses problématiques, le collectif remporte l’appel à mission - repeuplant pour quelques mois le quartier de l’Ollière à Châteldon, une commune de 754 habitant située à mi-chemin entre Thiers et Vichy. « Malgré un cadre paysager agréable, le secteur reste peu fréquenté, les locaux commerciaux en sont absents, les espaces publics peu qualifiés et la vacance de logement y est assez importante »29. Le groupe aménage et s’installe au cœur du quartier, dans un ancien bar-restaurant fermé depuis des années, prêté par la commune. Les chambres sont à l’étage, au rez-de-chaussée la salle principale, transformée en atelier ouvert d’urbanisme, quartier général du projet, salle à manger, lieu de réunion, d’exposition et d’accueil avec son bar toujours ouvert. Comme à Boulogne-sur-Mer, l’idée semble être de poser comme premier acte celui de l’aménagement de son propre lieu de vie, intrinsèquement mêlé au sujet de travail : l’aménagement lui-même. « Nous sommes des collègues qui vivons ensemble, nous sommes des colocataires qui travaillons ensemble. »30 Ainsi, on ne verra pas des architectes venir consulter ponctuellement les habitants de Châteldon pour mener une étude, mais de nouveaux habitants ménager un lieu de travail ouvert, pour réfléchir à la transformation de leur ville.

  • 31 Collectif Etc, entretien avec l’auteur, 25 octobre 2014.

« Il n’y a pas de distinction entre Châteldon et nos autres projets. Chaque chantier est une résidence, ou chaque résidence est un chantier. L’essentiel se passe sur place. (…) Un bureau d’architecte, au fond, ça ne sert à rien ! »31

  • 32 Collectif Etc (2013), Projet pour l’Ollière et Idées Locales, op. cit., p. 24.
  • 33 Ibid., p. 32.
  • 34 Ibid., p. 170.

20Au niveau méthodologique, cette installation et ouverture de lieu implique aussi de « laisser venir » les intéressés plutôt que de « démarcher les habitants » dans une attitude « participationniste » : « Une rencontre est toujours plus riche quand elle arrive sans prévenir. »32 La première étape de l’étude, qui dure sept mois, consiste en la récolte et l’écoute d’un maximum de points de vue sur le sujet. « Ces échanges se sont faits soit de manière formelle (prise de rendez-vous, invitation), soit de manière informelle : dans la rue, chez les gens, autour d’un verre, ou quand quelqu’un s’invitait naturellement chez nous… »33. Pour mettre en commun cette matière, le groupe met en place un outil de récolte partagé, sous forme de tableau à mots-clés permettant de saisir les premières complexités de l’état des lieux. Les étapes suivantes du projet s’étalent au fil des mois selon une logique plus classique de l’étude urbaine : hypothèses, activation, aiguillage, développement de quelques pistes et restitution publique. Des comités de suivis et comités de pilotage avec les différents acteurs ont lieu régulièrement au cours de l’avancée de l’étude. Au vu des résultats de l’expérience, du rendu de l’étude et de la fortune critique de cette résidence, l’expérience paraît positive. Les architectes semblent avoir saisis les enjeux profonds du territoire, et formulé des hypothèses de projet justes. Cependant, comme à Boulogne-sur-Mer, la question de « l’après » reste en suspens. Dans le cas de ce projet, les architectes ont révélés une forme de frustration liée au fait que le travail développé avec autant d’implication soit resté au stade de l’étude : « L’objectif : faire que les dynamiques amorcées ne s’éteignent pas dès notre départ. »34. Tout l’enjeu reste à venir, comme à Boulogne-sur-Mer : l’essentiel ne réside peut-être pas dans l’action directe, qu’elle soit de réhabilitation en profondeur ou d’intervention en « immersion » sur un territoire vacant, mais dans les suites à long terme sur le terrain. Car l’objectif est bien ici une forme de « mise en durabilité » de transformation du territoire par ses propres habitants, et par la participation de tous à son activation.

Outils et figure de l’architecte-habitant : vers une pratique ?

  • 35 Ibid., p. 106.

« Notre séjour a débuté par une visite, puis nous nous sommes nous-mêmes transformés en guides. »35

  • 36 « La résidence pose le cadre d’une expérience partagée. » Collectif Etc (2013), « La résidence », t (...)

21Entre ces deux expériences, certains outils semblent comparables. On retrouve notamment l’emploi de « fiches » ; à Châteldon, ciblées sur des thématiques ou actions précises - « cofabriquer des espaces publics », « jardiner en centre bourg », « valoriser les cheminements »… - elles servent à classifier, trier et hiérarchiser la masse des hypothèses retenues. À Boulogne-sur-Mer, les « fiches maisons », relevé de dégradations et description de rénovations, servent à fixer et s’entendre, projet par projet, sur les réparations prévues. Dans les deux cas, ces outils servent à communiquer avec le maximum d’acteurs différents : habitants, ouvriers, élus, employés de l’Office HLM ou de collectivités publiques. Outils de transmission autant que de réflexion, elles témoignent peut-être du nécessaire travail au cas par cas dans ces deux projets, intrinsèquement liés à des processus participatifs - ou coopératifs36. Les outils classiques de la maîtrise d’œuvre semblent moins présents que ceux de professions du domaine socioculturel, éditorial, programmatique.

22D’autre part, des évènements liés à des invités au sein de la résidence sont dans les deux cas organisés pour ponctuer les longues durées de projet de temps de remobilisation collective. À Boulogne-sur-Mer, des workshops et autres ateliers ont servis au début de chaque période de mobilisation habitante. À Châteldon, la semaine « d’activation » consistait en des évènements de restitutions publiques d’une étape de l’étude visant à ce que les habitants s’emparent d’hypothèses à valider : expositions, visites, randonnées, marchés, chantiers, ateliers scolaires… Ces évènements étant l’occasion d’inviter d’autres professionnels sur le lieu du projet, et d’enrichir les points de vue (architectes, paysagistes, coloristes, étudiants en architecture, urbanistes, artistes…). Au-delà de l’outil spécifique, cette attitude est révélatrice d’une mutation dans le métier : comment gérer sur le temps long une forme de programmation du projet lui-même, se rapprochant parfois de la programmation culturelle ou artistique ?

  • 37 Sophie Ricard, entretien avec l’auteur, 22 octobre 2014.
  • 38 « Pour créer du dialogue autour d'un projet urbain, il nous semble qu’il s’agit d’abord d’être à l' (...)

23Les processus semblent aussi évoluer : les temporalités de projet étant bousculées par rapport à des projets de maîtrise d’œuvre classique. Les périodicités s’entremêlent, entre repérage, diagnostic, conception, construction. La « participation », de par la vie commune et quotidienne sur place, intervient à tous les échelons du projet, bravant les phasages habituels. « On a vraiment testé le « habiter en construisant et construire en habitant », et du coup effectivement il y avait des moments sur le chantier où on prenait du temps, on passait du temps avec les habitants parce qu'il y avait besoin de les écouter et eux de se confier, de parler de leur vie. […] Mais le retard que l'on avait pris en étant très souvent dans les maisons, on l’a gagné tout de suite puisque la confiance était établie. Les ouvriers connaissaient les familles, chacun connaissait les besoins et les envies de tout le monde, et tous savaient faire derrière. »37 Les projets dans lesquels s’inscrivaient ces expériences, basés sur des rapports très intimes ou complexes à l'habitat, nécessitaient probablement des temps longs et des implications profondes, que les méthodes classiques d’urbanisme ne peuvent pas toujours appréhender. Une des « compétences » attendues des acteurs relève de l’écoute, l’attention, la disponibilité aux choses et aux êtres38.

  • 39 Ibid.
  • 40 Collectif Etc (2013), Projet pour l’Ollière et Idées Locales, op. cit., p. 41.
  • 41 Collectif Etc (2013), « La résidence », texte non publié.

24La posture de ces architectes-habitants est également très particulière, « référente du quartier »39 à Boulogne-sur-Mer, « immigrés temporaires »40 à Châteldon : elle bouscule la vision classique du métier, et la manière de l’envisager. « Une résidence, c’est un outil fort pour rentrer en immersion dans le quartier. On dort dans un appartement, on mange sur la place, on connait les voisins et on va faire ses courses dans la rue d’à coté. On est accepté dans le quartier mais on reste avant tout un étranger qui partira dans quelques semaines. La résidence c’est l’accueil de l’étranger pendant un temps donné mais c’est aussi un échange entre l’invité et son hôte. On apporte un nouveau regard. »41

25À Boulogne-sur-Mer comme à Châteldon, l’expérience de l’architecte-habitant reste unique, et ne pourrait être dressé comme un modèle à reproduire. Pour ces deux cas, le fait d’habiter les lieux est intrinsèquement lié au contexte du projet, loin d’être un « outil » nécessaire et reproductible pour tout projet. Mais les enjeux soulevés touchent à l’implication profonde des acteurs sur le projet, son environnement humain, paysager et historique, et dans l’épaisseur de sa temporalité. En cela elle voit une mutation du métier classique d’architecte, et une tentative d’accéder à l’expérience de la transformation du territoire, de continuer à construire et reconstruire la ville dans une lenteur respectueuse des habitants et de leur environnement, visant une soutenabilité de l’aménagement.

  • 42 « Il ne suffit pas de mettre la ville en ordre conformément à un modèle défini a priori pour que le (...)

26Ce positionnement est bien sûr très marginal. Le bâti ne peut y être considéré hors de son usage. On tente d’y « traiter le social avant de traiter le spatial »42, de consolider les forces déjà en place. Ce qui caractérise ce type d’actions relève pourtant du familier, du domestique, et ce que nous pourrions appeler de réflexes vernaculaires envers l’espace commun. Dans ces initiatives, au-delà du projet en question, l’architecte devient un acteur comme un autre de la société urbaine. C’est bien son engagement et sa volonté de faire autrement qui permet de mener à bien le projet, portant sa responsabilité bien au-delà des méthodes habituelles d’urbanisme.

Conclusion : vers une mise en durabilité des architectes ?

27Dans le contexte d’une crise de la profession dont nous parlions en introduction, il est nécessaire de questionner l’infléchissement dont témoignent ces pratiques. Les discours de ces acteurs s’appuient majoritairement sur des figures ou pensées datant des années 1970 - Yona Friedman, Christopher Alexander, Hakim Bey, Lucien Kroll, entre autres – et apparaissent comme réactualisées dans le contexte actuel de crise généralisée – écologique, économique, de sens. L’injonction actuelle, officielle et diffuse, à ce qu’il est appelé la « mise en durabilité » des territoires est toutefois une des grandes différences entre ces périodes. La médiatisation de masse des crises généralisées semble bouleverser en profondeur les pratiques alternatives, dans lesquelles l’heure n’est peut-être plus à la révolution, mais à la modification de la profession entre ses murs. Les cas de ce genre se revendiquent de la profession, et travaillent à la faire évoluer au sein des espaces décisionnaires existants, non en marge de ceux-ci.

« - Cette expérience participative peut faire penser à celles des années 1970. En quoi celle-ci, en 2011, est-elle différente ?
- C’est très différent. Moi-même j’ai participé à ces mouvements autogérés des années 1970, qui pensaient pouvoir produire eux-mêmes l’architecture, notamment l’Habitat Groupé Autogéré. […] Le problème de tous ces mouvements c’est qu’ils se font contre l’institution. […] À l’époque, la nécessité était de se rebeller, aujourd’hui la nécessité est démocratique. »

  • 43 Maniaque C. (2014), Go West ! Des architectes au pays de la contre-culture, Parenthèses.
  • 44 Jencks, C. et Silver, N. (2013), Adhocism, The Case for Improvisation, MIT Press, 2013.
  • 45 Cf. les travaux de Federica Gatta (2014), (Contre) Pouvoirs urbains ? Une critique des dispositifs (...)

28D’une contre-culture43 de la rébellion à une culture de l’inclusion, nous sommes peut-être en train d’assister au déploiement d’une génération de maîtres d’œuvre « adhocistes »44, œuvrant au compromis constructif45. Se logeant dans les interstices urbains ou normatifs, jouant aux intermédiaires impensés entre acteurs, jonglant entre injonctions officielles et occasions militantes, cette jeune profession en crise tente de se réinventer, à l’école de l’expérience dont celles décrites ci-dessus font partie. À travers ces multiples tentatives, et entre les lignes de cette profession en réécriture, c’est alors peut-être sa propre « mise en durabilité » qui se négocie ça et là.

Bibliographie

Références

« Habiter autrement les centres-bourgs », Cahier des Clauses Administratives Particulières. Pour une mission d’étude et de projet, ParcLivradoisForez. org, page consultée le 31.03.2013, http://www.parc-livradois-forez.org/marches_publics/en_cours/pdf/MAPA_PNRLF_2012_12_CCAP_habiter_centresbourgs.Pdf

Agence Construire, 2010, La maison de Sophie, petit guide de l’Atelier Permanent d’Architecture, LeGrandEnsemble.com, page consultée le 30.07.2013, http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/1/51/74/17/Ensemble---Boulogne/Lamaison-de-Sophie-2010-10-07.pdf.

BENNOUR A., 2006, Logiques des participations citoyennes : solidarité, contestation, gestion, L’Harmattan, Paris.

BERNFELD D., MAYERL M. et MAYERL R., 1980, Architecture et urbanisme participatifs : expériences françaises dans le contexte européen, Centre de création industrielle, Venise.

BOLLIER D., 2014, La renaissance des communs. Pour une société de coopération et de partage, Charles Léopold Mayer.

BOUAKRA N., 2013, « Patrick Bouchain, vivre en construisant », S’il fallait changer quelque chose ?, France Culture, page consultée le 5.08.2013, http://www.franceculture.fr/emission-s-il-fallait-changer-quelque-chose-denozet-vive-les-chaluts-2013-07-31.

BOUCHAIN P. et JULIENNE L. (dir.), 2010, Construire ensemble le grand ensemble, Actes Sud, Arles.

BOUCHAIN P., 2011, Construire en habitant, Métavilla-Métacité, Venise 2006, Actes Sud, Arles.

CAMUS C., 2010, « Pour une sociologie « constructiviste » de l'architecture », Espaces et sociétés, 2, n° 142, p. 63-78.

CHAMPY F., 2001, Sociologie de l’architecture, La Découverte, Paris.

Collectif Etc, 2013, « La résidence », texte non publié.

Collectif Etc, 2013, Projet pour l’Ollière et Idées Locales, rendu de l’étude Habiter autrement les centres-bourgs, autoédition, disponible à cette adresse http://www.collectifetc.com/realisation/au-p-o-i-l/

Collectif Etc, 2014, « Ménager le mouvement », texte à paraître.

Collectif Etc, 2014, « Une économie de la disponibilité », texte à paraître.

DARDOT P. et LAVAL C., 2014, Commun - essai sur la révolution au XXIe siècle, La Découverte.

FATHY H., 1996, Construire avec le peuple, Actes Sud.

GATTA F., 2014, (Contre) Pouvoirs urbains ? Une critique des dispositifs non institutionnels de l’aménagement urbain dans les transformations du Nord-Est de la métropole parisienne, Thèse de doctorat, Université Paris Ouest Nanterre la Défense, École Doctorale Milieux Cultures et Sociétés du Passée et du Présent.

HALLAUER E., 2011, Ma voisine, cette architecte, entretien de l’auteur avec Patrick Bouchain, Strabic. fr, page consultée le 30.07.2013, http://strabic.fr/Patrick-Bouchain-ma-voisine-cette, 48.Html

HALLAUER E., 2014, « Habiter en construisant, construire en habitant : la « permanence architecturale », outil de développement urbain ? », Métropoles, Dossier Politiques alternatives de développement urbain, à paraître.

JENCKS C. et SILVER N., 2013, Adhocism, The Case for Improvisation, MIT Press, 2013.

KROLL L., 2012, Tout est paysage, Sens & Tonka, Paris.

LACAZE J.-P., 2012, Les méthodes de l'urbanisme, Presses Universitaires de France, Paris.

LUGASSY F., 1977, L'impossible participation, essai de psychologie sociale, Editions du cru, Paris.

MANIAQUE C., 2014, Go West ! Des architectes au pays de la contre-culture, Parenthèses.

MOULIN R. (dir.), 1973, Les architectes, Calmann-Lévy, Paris.

PAQUOT T., 2007, Petit manifeste pour une écologie existentielle, François Bourin Éditeur.

PAQUOT T., LUSSAULT M. et YOUNES C., 2007, Habiter, le propre de l’humain, La Découverte.

PAQUOT T., MASSON-ZANUSSI Y. et STATHOPOULOS M. (dir.), 2012, Alterarchitectures manifesto, Infolio, Gollion.

PETONNET C., 1979, On est tous dans le brouillard, Ethnologie des banlieues, Galilée, Paris.

PETONNET C., 1982, Espaces habités, Ethnologie des banlieues, Galilée, Paris.

RUDLER J., 2013, « Expérience participative, Boulogne-sur-Mer », in La ville à travers l’écologie industrielle, Mémoire de Master, Architecture, Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, Lausanne, Cargocollective. com/JadeRudler, page consultée le 30 juillet 2013, http://cargocollective.com/jaderudler/Experience-participative-Boulogne-sur-Mer-Fr

TOUATI N. et BAEK H., 2012, Compte-rendu de la sortie IN SITU, 60 maisons en rénovation rue Auguste Delacroix à Boulogne-sur-Mer, Rapport de HMNOP, Architecture, ENSA Paris-Malaquais, Paris.

Notes

1 Lacaze, J.-P. (2012), Les méthodes de l'urbanisme, Presses Universitaires de France, Paris, p. 55.

2 Lugassy, F. (1977), L'impossible participation, essai de psychologie sociale, Editions du cru, Paris.

3 Bennour, A. (2006), Logiques des participations citoyennes : solidarité, contestation, gestion, L’Harmattan, Paris. 4 Collectif Etc, support d’expérimentation urbaine principalement composé d’architectes, fondé en 2009 à Strasbourg. Citation extraite du texte « Le chantier ouvert, vers un partage du pouvoir », intervention lors du colloque « Les chantiers subversifs du paysage » qui s’est tenu le jeudi 20 mars 2014 à l’ENSP de Versailles.

4 Collectif Etc, support d’expérimentation urbaine principalement composé d’architectes, fondé en 2009 à Strasbourg. Citation extraite du texte « Le chantier ouvert, vers un partage du pouvoir », intervention lors du colloque « Les chantiers subversifs du paysage » qui s’est tenu le jeudi 20 mars 2014 à l’ENSP de Versailles.

5 Collectif Etc (2014), « Ménager le mouvement », texte à paraitre.

6 « Le premier travail de Sophie a été de devenir habitante. », Patrick Bouchain, discours introductif à la projection publique d’extraits du film « La maison de Sophie », de Jacques Kébadian, le 6 juin 2013 à la Cinémathèque Française.

7 Le phénomène ne paraît pas antérieur aux années 2010. L’initiative annuelle de la Maison de l’architecture de Basse Normandie commence en 2010, les permanences architecturales et Universités Foraines de l’agence Construire également. Elles essaiment en ce moment même au sein de très jeunes collectifs d’architectes.

8 Pétonnet, C. (1979), On est tous dans le brouillard, Ethnologie des banlieues, Galilée, Paris, et (1982), Espaces habités, Ethnologie des banlieues, Galilée, Paris.

9 Sous-titre d’un des collectifs pluridisciplinaires du champ urbain ayant émergé en France depuis les années 2000. Ici : L’Atelier Volant, Lille.

10 Voir à ce propos Macaire, E. (2012), L’architecture à l’épreuve de nouvelles pratiques. Recompositions professionnelles et démocratisation culturelle, Thèse de doctorat, Architecture, ENSAPLV, PRES Paris-Est, Paris.

11 Cf. Bouchain, P. (2011), Construire en habitant, Métavilla-Métacité, Venise 2006, Actes Sud, Arles.

12 Agence Construire (2010), La maison de Sophie, petit guide de l’Atelier Permanent d’Architecture, LeGrandEnsemble.com, page consultée le 10.11.2014, http://ddata.overblog.com/xxxyyy/1/51/74/17/Ensemble---Boulogne/La-maison-de-Sophie-2010-10-07.pdf.

13 Les Cités de promotion familiale visent à permettre à des familles vivant dans l’extrême pauvreté de passer d’une situation de non droit à une reconquête de l’ensemble de leurs droits fondamentaux et à l’exercice de leurs responsabilités familiales et sociales.

14 Sophie Ricard, entretien avec l’auteur, 22 octobre 2014.

15 Cf. Bouchain P. (2011), Construire en habitant, Métavilla-Métacité, Venise 2006, Actes Sud, Arles.

16 Bouakra N. (2013), « Patrick Bouchain, vivre en construisant », S’il fallait changer quelque chose ?, France Culture, page consultée le 10.11.2014, http://www.franceculture.fr/emission-s-il-fallaitchanger-quelque-chose-de-nozet-vive-les-chaluts-2013-07-31.

17 Bouchain, P., Julienne, L. (sous la direction de) (2010), Construire ensemble le grand ensemble, Actes Sud, Arles.

18 Depuis 2007.

19 Arrêté du 10 avril 2007 relatif à l'habilitation de l'architecte diplômé d'Etat à l'exercice de la maîtrise d'œuvre en son nom propre.

20 « - Est-ce que ce petit budget était lié au fait que tu étais en H.M.N.O.P. ?
- Non, c’est le budget des travaux. Moi j'ai coûté 1 % de ce petit budget. Je dirais que c'est plutôt lié au fait que je sois jeune architecte, et qu’en vivant sur place, tu n'as pas besoin de beaucoup de moyens. Effectivement une agence ne peut pas en vivre, mais c’est des opérations que l'on pourrait donner à des gens à la sortie de l'école. », Sophie Ricard, entretien avec l’auteur, 22 octobre 2014.

21 Ibid.

22 Ibid.

23 Voir le projet « Le Détour de France », CollectifEtc. com, page consultée le 10.11.2014, http://www.collectifetc.com/le-detour-de-france-du-collectif-etc/

24 Institut National des Sciences Appliquées de Strasbourg.

25 « Ne devrions nous pas plutôt nous poser la question de savoir comment nous, architectes, pouvons participer à la vie de la société, comment nous pouvons nous mettre au service de nos concitoyens ? Et comment, avec nos propres outils, nous pouvons contribuer à une construction collective ? », Collectif Etc (2012), « Des architectes ordinaires », op. cit.

26 Habiter autrement les centres – bourgs, Cahier des Clauses Administratives Particulières Pour une mission d’étude et de projet, ParcLivradoisForez.org, page consultée le 10.11.2014, http://www.parc-livradoisforez.org/marches_publics/en_cours/pdf/MAPA_PNRLF_2012_12_CCAP_habiter_centresbourgs.pdf

27 Sophie Ricard, entretien avec l’auteur, 22 octobre 2014.

28 Collectif Etc (2013), Projet pour l’Ollière et Idées Locales, CollectifETC.com, page consultée le 10.11.2014, http://www.collectifetc.com/realisation/au-p-o-i-l/

29 Collectif Etc (2013), Projet pour l’Ollière et Idées Locales, CollectifETC.com, page consultée le 10.11.2014, http://www.collectifetc.com/realisation/au-p-o-i-l/

30 Collectif Etc (2013), Projet pour l’Ollière et Idées Locales, rendu de l’étude Habiter autrement les centres-bourgs, autoédition, disponible à cette adresse http://www. ollectifetc.com/realisation/au-p-o-i-l/, p. 26.

31 Collectif Etc, entretien avec l’auteur, 25 octobre 2014.

32 Collectif Etc (2013), Projet pour l’Ollière et Idées Locales, op. cit., p. 24.

33 Ibid., p. 32.

34 Ibid., p. 170.

35 Ibid., p. 106.

36 « La résidence pose le cadre d’une expérience partagée. » Collectif Etc (2013), « La résidence », texte non publié.

37 Sophie Ricard, entretien avec l’auteur, 22 octobre 2014.

38 « Pour créer du dialogue autour d'un projet urbain, il nous semble qu’il s’agit d’abord d’être à l'écoute. », Collectif Etc (2014), « Une économie de la disponibilité », texte à paraître.

39 Ibid.

40 Collectif Etc (2013), Projet pour l’Ollière et Idées Locales, op. cit., p. 41.

41 Collectif Etc (2013), « La résidence », texte non publié.

42 « Il ne suffit pas de mettre la ville en ordre conformément à un modèle défini a priori pour que les dysfonctionnements de la société disparaissent comme par enchantement. Traiter le social avant de traiter le spatial, tel est le nouveau paradigme qui s’impose dans l’urbanisme de gestion. » Lacaze, J.-P. (2012), Les méthodes de l'urbanisme, op. cit., p. 71.

43 Maniaque C. (2014), Go West ! Des architectes au pays de la contre-culture, Parenthèses.

44 Jencks, C. et Silver, N. (2013), Adhocism, The Case for Improvisation, MIT Press, 2013.

45 Cf. les travaux de Federica Gatta (2014), (Contre) Pouvoirs urbains ? Une critique des dispositifs non institutionnels de l’aménagement urbain dans les transformations du Nord-Est de la métropole parisienne, Thèse de doctorat, Université Paris Ouest Nanterre la Défense, École Doctorale Milieux Cultures et Sociétés du Passée et du Présent, UMR 7218 CNRS LAVUE - Laboratoire Architecture Anthropologie.

Auteur

Agrégée d’arts appliqués, doctorante en urbanisme, Institut d’Urbanisme de Paris

© Carrières Sociales Editions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540