Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et quartiers durables : la place des habitants

 | 
Pascal Tozzi

2ème partie : Prégnance et effets d'un gouvernement de la participation

La durabilité en pratique(s) : gestion et appropriation des principes durabilistes véhiculés par les écoquartiers

Georges-Henry Laffont et Matthieu Adam

Texte intégral

1L’injonction à la durabilité s’inscrit dans une large redéfinition des rapports que les sociétés occidentales entretiennent avec le risque et l’incertitude (Ascher 2005). Face à la nécessité devenue impérieuse de maîtriser l’avenir, elle se décline en autant de programmes et de politiques qui permettent de définir collectivement a priori les objectifs du développement durable (Navez-Bouchanine 2007). Elle se concrétise alors sous forme de règles de conduite et de réalisations matérielles qui incitent les individus à déployer un ensemble de pratiques plus vertueuses (Renauld 2012). Malgré ces prétentions universelles et scientifiques (Mancebo 2006), la durabilité d’un objet demeure essentiellement performative, elle n’est que ce que les acteurs en font. Un territoire, en tant que rencontre de volontés politiques et aspirations habitantes d’une part, concrétisations matérielles d’un cap sociétal et pratiques quotidiennes de l’autre, n’est pas durable en soi. Dès lors, c’est en étudiant l’adéquation entre les intentions qui président à son fonctionnement et leurs traductions en pratiques (des acteurs de la fabrique de la ville et des habitants qui y vivent) que l’on peut définir les contours de la durabilité d’un espace urbain.

2Le durable s’est aujourd’hui imposé comme un objectif politique et social à atteindre (Offner et Pourchez 2007). En tant que tel, il est de l’ordre du changement (individuel et collectif) ou du moins de l’ordre de la nécessité de changement. Saisir la durabilité urbaine c’est donc observer ce qui change, comment cela change et pourquoi cela change. Pour ce faire, nous proposons d’aborder conjointement les conséquences de l’injonction à la durabilité en matière pratique et matérielle d’une part, idéelle et idéologique d’autre part. Ainsi, escomptons-nous montrer ce qu’elle implique dans sa prise en considération par ceux qui conçoivent la ville contemporaine et dans sa réception par les populations concernées, celles qui l’habitent. De quelles manières les individus, concepteurs comme usagers de la ville contemporaine, se représentent-ils la durabilité ? Comment jugent-ils leurs actes vis-à-vis de celle-ci ? Comment alors les leviers utilisés par les pouvoirs publics pour enclencher le changement attendu influencent-ils leurs pratiques et leurs représentations ?

3Dans cette contribution, il est question de la durabilité comme objet, dans sa dimension heuristique, en tant que moyen de compréhension voire d’explication des initiatives individuelles, collectives et politiques ainsi que des dynamiques territoriales (Mathieu et Guermond 2005). Il s’agit tout d’abord de se pencher sur la manière dont la durabilité est mobilisée et signifiée, aussi bien sur l’horizon du pensable qui l’accompagne que sur les « manières de faire » qu’elle véhicule, parmi des acteurs divers, pris dans des jeux d’échelles, d’intérêts et dans des engagements parfois contradictoires (Périvia 2012). Politiquement, la mise en œuvre de la durabilité se décline dans des contextes, pour des raisons et à des finalités divers que peuvent être la transformation des comportements individuels, la modification de la législation et des cadres réglementaires nationaux et locaux, la redéfinition des stratégies communautaires, etc. Entre pratiques, éthique, fiscalité individuelle d’un côté et enjeux techniques, politiques et sociétaux de l’autre, ces multiples mobilisations de la durabilité rendent cette notion évasive, voire équivoque (Martouzet et Laffont 2014). Au-delà d’un recensement et d’une classification de cette multiplicité d’usage et de traduction « en pratiques » de la durabilité, c’est sur la base des multiples tensions qui caractérisent ces manières de voir, comprendre, mobiliser et opérationnaliser la durabilité que nous cherchons à venir éclairer les pratiques leurs implications mais aussi leurs conséquences.

  • 1 Une enquête comparable a été menée dans l’écoquartier de Bottière-Chénaie, à Nantes, à la même péri (...)

4Pour ce faire nous nous appuyons sur les 37 entretiens (15 avec les concepteurs, 22 avec les habitants) réalisés lors d’une enquête menée en 2012 et 2013 sur l’écoquartier de Lyon Confluence dans le cadre de la thèse de doctorat de Matthieu Adam1. Nous analysons les discours portant sur la durabilité. Ceux-ci ont toujours une portée normative et performative (Adam et Laffont 2014) mais peuvent aussi être considérés en tant qu’embrayeur de sens permettant de saisir les modalités de réactions, passives (acceptation) et/ou actives (refus, adaptation, contre-proposition, etc.) face à cette quête de durabilité. En analysant les pratiques, les manières d’être, les attitudes ainsi que les représentations d’une part liées à l’injonction de durabilité et d’autre part à sa mise en pratique, nous mettrons au débat des éléments portant tant sur les décalages entre intentions et actions que sur les moyens utilisés pour tenter de les lever. De plus, en changeant de focale, l’analyse fine des discours permet de tirer des enseignements sur le développement durable en tant que valeur et idéologie dominante du projet urbain mais aussi en tant que modalités pratiques quotidiennes (Adam 2013).

5Cette contribution vise à mettre en lumière et analyser les tensions et décalages entre une gestion technique et environnementale de la durabilité, telle qu’elle semble privilégiée par les acteurs de l’urbain et l’appropriation qui en faite par les habitants. Pour se faire, notre propos sera structuré en deux parties. Dans la première, nous explorerons l’éventail des réactions, oppositions, adaptations à cette injonction de durabilité telle qu’elle est pensée et mise en pratique en urbanisme. Dans la seconde, nous analyserons ce que ces réactions nous disent autant de la diffusion des valeurs du développement durable à travers les projets d’écoquartiers que sur « le durable » et l’injonction de durabilité en tant que tels.

Distinguer les statuts du durable en situations

6Le développement urbain durable fait partie de ce que certains qualifient de « nouvelle doxa » (Cassaigne 2009) de la production contemporaine de l’urbain, du moins dans les pays occidentaux. Pour ses promoteurs, le développement durable, et son versant urbain, est une utopie (Villalba 2009). Il serait donc de l’ordre du changement ou de la volonté de changement des sociétés occidentales vers une conception plus vertueuse et respectueuse de l’habitabilité du monde. Une utopie largement partagée ou « politiquement correcte » (Morvan 2000) qu’il s’agit alors pour ceux qui font la ville de mettre en œuvre par la pratique. Les éco-quartiers seraient alors – dans toute leur variabilité – des démonstrateurs de sa faisabilité pratique. Toute ville soucieuse de revendiquer son engagement vers cette consensuelle mais vertueuse modernité développe donc ses projets étiquetés, labélisés, markettés. De sorte que les projets qui ne sont plus qualifier d’éco-quartier deviennent minoritaires et que terme est désormais employé ni plus ni moins que comme synonyme de « quartiers » des années 2000 et 2010 (Boutaud 2009). De ce fait, le qualificatif « durable » agrège des valeurs fixant un cap pour l’avenir et un ensemble en constante évolution de pratiques immédiatement accessibles.

7Aux échelles institutionnelles, les préfixes « éco » (comme dans écoquartier) ou « bio » (l’alimentation ou certains matériaux de construction) renforcent cette orientation. En observant le quotidien, le durable se réduit à l’écologique qui en est ainsi le synonyme. Les pratiques durables renvoient aux gestes (tri des déchets, isolation du logement, économies d’énergie) même s’ils ne sont pas complètement déconnectés des autres champs, le social ou l’économique. A la lumière des entretiens, le durable est apparu comme une dimension complexe, servant à la fois de norme et de théorie pratique, ou encore, le plus fréquemment, considéré comme résultat d’actions non intentionnellement dirigées vers ce but. La « place » du durable est ainsi très flottante et peu « naturelle » pour les enquêtés. Dans l’analyse des justifications, nous pouvons mettre en avant que la dimension normative de ce modèle d’action est bien présente dans les discours, mais que celle-ci s’accompagne d’autres dimensions d’ordres différents : le technique et le domestique, considérant par-là que le durable est aussi une théorie pratique, un savoir approprié à différents niveaux de la vie quotidienne. Que sous-tendent ces deux statuts du durable que nous avons pu identifier dans les analyses d’entretiens ?

Le durable comme norme

8Dans ce contexte, le durable est considéré comme un concept qui sert à évaluer l’action, (la réalisation d’un écoquartier comme les actions individuelles quotidiennes). La dimension normative est particulièrement saillante dans les discours des concepteurs mais on la retrouve aussi lorsque les habitants considèrent et évaluent leurs pratiques. La catégorie du durable est donc bien une norme, construite socialement et politiquement que l’épreuve de l’entretien les conduit à utiliser comme étalon.

9Le regard porté sur l’écoquartier et ce qu’il est censé véhiculer corrobore son statut de traduction urbanistique de certains grands principes sociétaux (Boutaud 2009). Tout d’abord, la volonté de réduire les consommations énergétiques et sa traduction technique est soulignée par les habitants. Elle est totalement intégrée à leurs représentations de leur lieu de vie et à leur appréhension de la durabilité :

  • 2 Les entretiens sont anonymés comme suit H pour habitant, C pour concepteur, L pour Lyon, le numéro (...)

« Bah j’ai envie de dire c’est un quartier où la notion d’utilisation des ressources a été prise en compte avec les, comment ils appellent ça ? les labels HQE ou BBE, BBC. Qu’ils essayent vraiment de…. Enfin on le voit avec les panneaux solaires juste à côté quoi, ils en foutent de partout, ils mettent des chaufferies centralisées, que ce soit au bois ou trucs comme ça, pour essayer de consommer moins. Ils forcent certains trucs, genre ils empêchent de monter la température, si t’aime bien vivre dans un appart à 29 degrés en plein hiver bah tu pourras pas, c’est bloqué. » (HL202).

10Les concepteurs évoquent le façonnage des projets d’urbanisme par les référentiels techniques mais aussi la hausse continue des exigences et des réalisations sur cet aspect. Cela va dans le sens de nombreuses observations qui soulignent la généralisation d’un certain nombre de « packages méthodologiques et d‘indications pratiques, assortis de calendriers plus ou moins normatifs, qui constituent une sorte de chemin à suivre, présenté de manière simple, rassurante. » et qui prennent peu en compte les réalités sociales, politiques et territoriales locales (Navez-Bouchanine 2007, p. 102). Dit autrement, architectes, urbanistes et techniciens évoquent l’entrée dans la norme du développement durable sous l’angle technique notamment grâce aux actions des pouvoirs publics face aux réticences des promoteurs :

« C’est tartiner du développement durable sur tout ce qu’on fait même si c’est pas très innovant ni très méritant d’ailleurs. A l’époque où les îlots A, B, C sont sortis on était en anticipation totale de la RT de l’époque. Là ça avait un sens. Mais ça a fait beaucoup couler d’encre et il a fallu des grosses subventions européennes pour que ça rentre dans le budget des promoteurs. Donc ça avait à la limite un sens de désigner ça comme un écoquartier parce que ça se distinguait vraiment de ce qu’on appliquait en normes techniques dans d’autres quartiers. Aujourd’hui, avec la RT 2012, on fait des écoquartiers partout j’ai l’impression. » (CL4, urbaniste).

11L’urbanisme durable et sa figure emblématique qu’est l’écoquartier (Adam et Laffont 2014), font l’objet de questionnements quant à la mise en adéquation entre exigences de qualités et un certain bon sens. Cela est particulièrement visible auprès des professionnels rencontrés et notamment en ce qui concerne deux volets. Le premier est l’image d’eux mêmes qui renverrait un défaut de prise en compte, jusqu’à aujourd’hui, des aspects associés à l’injonction de durabilité :

« Dans la question environnementale y a beaucoup de question qui nous reviennent à nous, architectes, par la loi, la règle, la norme, etcetera, alors que c’est des questions qu’on a toujours intégré. L’orientation par rapport au soleil, le problème du bruit, le problème de l’eau, du sol, et tout, j’ai l’impression d’avoir toujours travaillé avec ça. Là ça revient de façon très normative (CL10, architecte). »

12Le second, lui est lié aux équilibres financiers inhérents à toute opération d’urbanisme que viennent complexifier les règlementations, perçues comme devenant de plus en plus contraignantes dans la production de la ville. Même si les concepteurs reconnaissent qu’elles produisent des effets, elles sont souvent critiquées dans leur logique même :

« Il y a des croisements de demandes qui sont souvent très contradictoires et très peu hiérarchisées. D’une part y a tous les principes normatifs, ce qui a tendance à générer des surcoûts sur la production du bâtiment (…) Ce que ça change c’est les moyens et la normalisation C'est-à-dire que finalement le problème c’est qu’au lieu d’être dans une pensée dynamique en disant « voilà les objectifs qu’il faut atteindre », on nous donne les moyens avec lesquels il faut travailler. Donc on est relativement peu créatifs par rapport à… on essaye plutôt de travailler avec des règles, comment optimiser ces règles ? » (CL11, architecte).

13A l’échelle individuelle, l’idée de norme renvoie à une construction sociale qui s’impose aux individus. Cela peut être ressenti, de manière assez saillante, comme l’imposition d’une règle de vie condamnant ceux qui n’y participeraient pas :

  • 3 Nous nous autorisons ici à citer une habitante nantaise, considérant que son témoignage est le plus (...)

« Ici, il y a des gens qui s’en foutent. Des locataires je veux dire. Y a des locataires qui… Moi quand je suis arrivée, c’était important dans le fait que je vienne là mais y a des gens qui s’en foutent complètement. » (HN1)3.

14Et lorsque le regard se porte sur soi, cette construction sociale peut être mobilisée en guise de revendication :

« Oui, c’est important. Pour moi c’est important parce que j’ai quelques soucis de l’environnement quand même. Mais… comment dire… je ne pratique pas beaucoup pour aider l’environnement parce que j’aime bien mon confort mais je l’ai quand même dans la tête. Donc pour moi c’est… Sur le plan technique, je ne suis pas très costaud, pas très forte mais… » (HL1).

15Toujours à l’échelle de l’individu, en ce qui concerne les concepteurs cette fois, la mise en tension de l’imposition d’une norme et de « bonnes pratiques » associées avec une sorte d’auto persuasion sur son comportement conduit à des résultats étonnants :

« Ca nous oblige à concevoir les choses de façon totalement différente, bien sûr. Mais c’est positif, ça remet en cause, ça oblige à réfléchir sur certains objectifs. (…) Si on se focalise sur l’imposition on le vit souvent mal et c’est souvent con. Il faut aller voir ce qu’il y a derrière, si c’est justifié ou si c’est con. Il faut garder un libre arbitre… Alors libre arbitre c’est facile à dire, s’il faut respecter la norme on est obligé de le faire. Mais y a souvent une justification qui est pas tout à fait idiote. » (CL14, architecte)

16L’existence de cette norme est aussi vécue comme une dénonciation d’un mode de vie auquel les habitants aspirent et est donc vécue comme une critique. Ainsi, le durable comme norme est aussi une catégorie permettant de classer les individus dans la société : ceux qui entrent dans la norme et ceux qui n’y entrent pas, ceux qui partagent les valeurs du développement durable et ceux qui ne le partagent pas, les bons et les mauvais élèves. Au final le durable comme norme a été mobilisé pour évaluer ses actions, se positionner par rapport à cette norme, mais aussi pour en faire la critique, considérant parfois que cette norme était certainement injuste.

Le durable comme théorie pratique

17Dans les entretiens, en parallèle du domaine normatif, le durable a également été associé à un ensemble de connaissances acquises, plutôt bien défini et partagé par les enquêtés. Il s’agit des connaissances qui sont fabriquées à partir de l’intériorisation de la norme et en fonction du contexte quotidien. C’est pourquoi nous parlons de théorie pratique. Les éléments cités sont plutôt disparates, parfois même difficilement conciliables entre eux. Toutefois, les personnes avaient, au moment de l’entretien, l’intuition que ceux-ci relevaient du domaine du durable.

18Ainsi, ces mêmes entretiens ont montré que la notion de durable n’est pas tellement fixée, mais qu’elle renvoie à une « myriade » de connaissances du quotidien, de connaissances « allant de soi » et de bonnes pratiques, qui sont classées par défaut dans cette catégorie : l’alimentation, les circuits courts, les déchets, le recyclage, les économies d’énergie et d’eau, la qualité du bâti et de son isolation, le jardin vivrier, le commerce équitable, le sport et l’entretien du corps, l’usage de modes doux, le traitement des pollutions :

« Moi je vois pas l’intérêt de ça, je me reconnais pas là-dedans en tous cas. Mais après y a des trucs, le côté durable et tout moi je suis totalement pour. L’Hôtel de Région qui arrive à s’alimenter à je ne sais combien de pourcents en énergie je trouve ça positif. (…) Le côté durable je le fais aussi chez moi en éteignant les lumières, en évitant de tirer la chasse d’eau toutes les deux secondes ou des trucs comme ça quoi… en arrêtant le robinet quand je me brosse les dents ou des trucs dans ce genre mais enfin c’est aussi par un côté économique que je le fais, y a ça aussi. » (HL22).

19La diversité des éléments cités par les enquêtés nous montre bien que la catégorie du durable, au-delà de son aspect normatif a une consistance pratique et entre ainsi dans la vie quotidienne. Cependant, toutes ces petites actions, qui ont fait l’objet ou non d’un effort pour être mises en œuvre (nombre de ces actions ont tout simplement été apprises depuis l’enfance) sont associées à une logique du petit geste, qui, pour les enquêtés, n’est pas à la hauteur des enjeux planétaires :

« Et je sais que de toute façon l’écologie ça se fait pas, c’est un peu extrémiste, mais pour moi ça se fait dans un quartier, ça se fait individuellement chez soi. Donc je trouvais très bien d’en profiter, de faire vivre un peu ce côté-là, pour le coup le chauffage je trouve que c’est vraiment quelque chose d’important et là-dessus ça m’a intéressé. Après que le quartier soit écolo ou non c’est pas ça qui va changer mes habitudes et c’est pas ça qui va changer la planète. » (HL2).

20Ce type de « petits gestes » est finalement minimisé, considéré comme banal et donc comme insuffisant par rapport à l’ampleur que prend médiatiquement la problématique du développement durable. De plus, ces savoirs pratiques du quotidien ne sont pas fixés, ils évoluent d’une période de vie à l’autre, en fonction du contexte familial, spatial, etc. Le durable des petits gestes est donc parfois déconsidéré par le fait qu’il n’est pas réalisé par conviction, mais par habitude ou pour d’autres raisons que des raisons écologiques. Ce durable en pratique est mêlé avec d’autres notions telles que celle du bien-être, de la qualité de vie, de l’efficacité, de l’équité dans un sens faible du « donnant-donnant » :

« J’y suis très sensible. C’est une chose à laquelle je fais très attention personnellement. Mais moi je suis très terre-à-terre, c’est pas pour faire bien que je fais de l’écologie, c’est pour être efficace. (…) Le chauffage est extrêmement bien fait et coûte pas très cher. Je sais pas si c’est la façon dont il est réparti mais il coûte pas très cher. Et j’ai rien à faire, j’ai pas à le gérer donc ça c’est super. » (HL10).

21C’est pourquoi le durable comme théorie pratique est bien plus vaste que le durable dans sa version normative. On peut y voir une forme d’opposition de l’une par rapport à l’autre. Ce à quoi réfère la dimension normative est trop important pour être applicable dans la pratique (changement climatique, phénomènes mondialisés). La théorie pratique est en même temps plus vaste du point de vue des comportements qui sont reliés au durable de manière intuitive, mais aussi plus réduite que la norme puisque celle-ci préconiserait des changements de comportement qui ne sont pas effectifs dans la pratique.

L’injonction à la durabilité en questions

22Dans la mesure où les entretiens ne nous renseignent pas uniquement sur ce qui est fait ou non et sur les circonstances mêmes de ce qui est fait, ils nous invitent à ouvrir différentes explorations heuristiques et à portées opérationnelles. Nous proposons d’en défricher deux ici. La première questionne le statut de la durabilité dans les principes d’action qui sous-tendent celle-ci. La seconde prolonge une réflexion sur ce que l’action dit de la nature de la durabilité, entre utopie et idéologie (Adam et Laffont 2014 ; Martouzet et Laffont 2014).

Entre « respectueuses de » et « conformes à »

23Comment déceler la valeur caractérisant le développement durable dans les dires et les pratiques des individus ? Comment distinguer des pratiques qualifiées comme durables par un tiers, celles faites par souci d’un durable intériorisé, de celles qui auraient été faites, originellement, pour d’autres raisons ? Ici, nous postulons qu’une action renvoie à la valeur durabilité si c’est celle-ci qui exprime le mieux la justification de la pratique interrogée elle-même. Par pratique, nous entendons l’action dans un sens extensif incluant ses causes, ses motifs et ses conséquences. L’idée de justification renvoie à deux cas. Dans le premier, le durable est une valeur en tant qu’il est pensé comme reconnu comme tel par l’interlocuteur et il faut donc le dire. Dans ce cas, il n’est que (dé)monstration, communication, ou encore, de manière plus ou moins assumée, une tentative de manipulation de l’enquêteur. Dans le second cas, le durable a et est aux yeux de l’enquêté (sans qu’il soit question de chercher à se justifier) valeur d’action. Celui-ci ne renvoie en rien à autrui ou à la société et n’a donc pas une valeur de (dé)monstration.

24A la lumière de nos matériaux, nous pouvons ordonner les actions réalisées dans deux catégories : respectueuse et/ou conforme à la valeur durable. Une action conforme, comme une action respectueuse de la valeur prônée par le développement durable, est celle qui répond objectivement aux critères du durable (limiter telle ou telle conséquence jugée négative). La différence entre les deux réside dans le mécanisme de délibération qui, dans un cadre donné défini par l’objectif poursuivi, a présidé à la mise en œuvre de cette action. Ainsi, une action est seulement conforme au développement durable si elle répond, dans sa mise en œuvre, aux critères propres au durable. Par exemple, un individu prenant les transports en commun plutôt que sa voiture pour des raisons liées à son porte-monnaie fait une action conforme au durable. En revanche, s’il prend les transports en communs pour réduire les émissions de gaz nocifs, il sera respectueux du durable tel qu’il est défini socialement.

25Cet écart entre les raisons pour lesquelles les personnes ont une pratique et la manière dont elles peuvent être après coup, ou dans un autre contexte, identifiées et valorisées comme durables est significatif de cette troisième dimension du durable qui émerge à la lecture des entretiens. Ainsi se joue un dialogue intéressant entre les raisons premières de la pratique et la valorisation potentielle qu’elle pourrait apporter une fois identifiée comme durable :

« Ecolo-riche je trouve que ça catégorise bien. C’est ça. Ca empêche pas, on peut être écolo et riche, ça existe je pense. Je pense que ça correspond bien à l’idée. Après c’est que je vous disais, je sais pas si tout le monde est vraiment écolo dans les faits, dans le respect de l’environnement, dans les gestes quotidiens. C’est un peu écolo de façade peut-être aussi (…). Après je suis pas dans le quotidien des gens, dans leur appartement. Mais bon je pense qu’il y a pas mal de gens qui viennent aussi ici parce que ça fait bien de dire « voilà je suis écolo, je suis dans un quartier écolo, c’est bon, ça c’est fait »… (HL2)

26Il n’empêche que la pratique durable qui ne serait pas voulue comme telle existe et pose la question des conditions de son existence :

« Eco ça veut dire que tout est géré, on fait très attention, ça a été diminué je pense au niveau des adaptateurs de lumière, au niveau des chauffages, on a des thermostats tu vois. Franchement ça baisse les prix énormément, les prix des notes hein. Au niveau des notes, c’est énorme, j’ai été surprise parce que sur 170 euros de charges par mois ils m’en ont remboursé 140, j’ai trouvé ça énorme, y a quand même une sacrée différence. Et c’est pas nous c’est tout l’immeuble ! » (HL5)

27Ce qui compte est la « volonté » de respecter le durable, volonté préalable à l’action, et non la simple conformité qui prend corps dans l’action elle-même. Les motivations peuvent être de toutes sortes : agir par respect du devoir ou bien agir par plaisir, par souci économique, pour valoriser son image auprès des autres ou de soi-même, etc. Selon Kant, seule la première motivation, celle de l’action par respect du devoir, a « une valeur morale ». Autrement dit, il est nécessaire, pour connaître le statut que donne l’individu au durable, de faire une séparation entre les mobiles du devoir et les mobiles issus des inclinations. Une précision doit cependant être apportée. Il ne s’agit pas ici de chercher à connaître ou à évaluer la « valeur morale », au sens kantien, mais de savoir si le durable est une valeur, un principe d’action qui, en deçà de la pureté kantienne, permettrait de fixer des critères permettant d’évaluer la place qu’il occupe dans les représentations et dans les pratiques des enquêtés.

28Par conséquent, et parce que les pratiques que nous analysons sont ancrées dans des contextes particuliers, parce que, aussi, nous n’avons pas accès aux réelles motivations des enquêtés, une approche pratique de distinction entre actions conformes et actions respectueuses du développement durable consiste à faire des secondes des cas particuliers des premières (en réintroduisant la possibilité de calcul a posteriori). Ainsi, les actions respectueuses seront celles qui, conformes au durable, pourront être supposées faites malgré les bonnes raisons qu’avait l’auteur de l’action de faire autrement. C’est le cas de toute action faite « malgré tout », malgré toutes les autres raisons et qui auraient pu amener à faire autrement. Les actions simplement conformes, qui ne sont donc pas respectueuses du développement durable, seront celles qui auront été justifiées, dans les discours par une ou plusieurs bonnes raisons qui ne relèvent pas du respect du durable.

Du conforme à l’idéologique

29Le concept de durabilité est, avant toute autre considération, un concept synthétique : il propose la synthèse, selon les formulations, entre l’économie, le social et l’environnement ou entre le développement économique, l’équité sociale et la préservation de l’environnement, ou encore, troisième formulation, la synthèse non du triplet ainsi formé mais la synthèse des intersections de ces trois éléments pris deux à deux : l’équitable, le vivable et le viable. Ce qu’il importe ici de noter est le caractère synthétique du concept qui lui confère à la fois sa valeur singulière, celle qui conduit ses promoteurs à parler d’utopie, et donc en même temps sa difficulté d’application pratique, s’éloignant de sa valeur première. Celle-ci, dérivant directement de cette synthèse inatteignable dès que l’on (individu, société, etc.) veut l’appliquer concrètement, est celle d’une utopie. Définie ainsi, la quête de la durabilité s’apparente à une quête utopique, d’une utopie sociale et politique, à laquelle on adhère individuellement, et qui engage chacun, et tous, pensée, organisée par certains, portée par d’autres et mise en œuvre par tous. Outre qu’elle touche sans exception tous les plans de l’action collective et individuelle, de l’organisation globale aux pratiques les plus quotidiennes, ce caractère utopique est renforcé par la dimension temporelle contenu dans la célébrissime formule « répondre aux besoins actuels sans compromettre la possibilité des générations futures de répondre aux leurs » et qui, en français du moins, s’inscrit dans l’adjectif « durable ». En effet, cela projette cette utopie dans le continuel, l’ininterrompu en accord avec les préconisations pratiques éthiques de Hans Jonas (Sève 1990).

30Si cette acception du durable comme utopie est accréditée par les discours institutionnels, politiques et de marketing ainsi que dans leur imprégnation dans ceux des premiers habitants des territoires qualifiés de durable, il nous semble falloir l’interroger à l’aune du contexte de production de ces mêmes territoires. Car, s’ils prêchent pour un meilleur avenir, les écoquartiers émergent dans un contexte très concret qui est marqué par la compétition interurbaine et la nécessité d’attirer des capitaux sur les projets (Pinson 2006 ; Harvey 2008). L’enjeu pour ceux qui les produisent est alors à la fois de se distinguer par leur excellence et de se conformer aux exigences d’exemplarité et de conformité des valeurs de cette modernité vertueuse. C’est là un moyen d’acquérir du capital symbolique et donc des investisseurs. Le développement durable et ses traductions urbanistiques – à la fois matérielles et discursives – sont alors essentiellement la démonstration de la capacité des élus et des concepteurs à ancrer leurs réalisations dans l’idéologie dominante du jeune XXIème siècle. Nous employons ici le terme d’idéologie en l’opposant à celui d’utopie à la manière de Paul Ricoeur (1997). Ainsi selon cet auteur, on peut définir utopie et idéologie comme deux types de systèmes de valeurs hiérarchisés permettant de générer une quantité infinie de représentations dans le but de légitimer une vision du monde et notamment de l’organisation du pouvoir. Ce qui distingue utopie et idéologie dit Ricoeur, c’est notamment que la première vise à changer l’organisation du pouvoir et la hiérarchie des valeurs en place alors que la seconde vise à les renforcer.

31Si le développement durable n’est pas, contrairement à ce qu’ont pu écrire certains auteurs (Mancebo 2006 ; Morvan 2000) une utopie mais bien une idéologie, c’est parce qu’il ne remet pas en cause le capitalisme et ses nuisances (qu’il semble dénoncer) mais participe à lui donner une nouvelle légitimité sur les plans environnementaux et sociaux. En ce sens, le développement durable est la manifestation de la capacité du capitalisme à intégrer dans sa matrice idéologique les critiques qui lui sont adressés (Boltanski et Chiapello 1999), en l’occurrence celles de l’écologie politique. C’est pourquoi il s’impose socialement comme une évidence légitime et que sa nature idéologique est masquée par la force incontestable de l’évidence, ce qui pousse à la méconnaissance des mécanismes qui l’instituent (Bourdieu et Boltanski 2008 (1976)). Considérant qu’il n’est pas nécessaire que tous croient à une idéologie pour que celle-ci s’impose et soit dominante, ceci explique alors que les moyens d’action employés par les producteurs de la ville durable - l’invitation (idéologique, compensation symbolique), l’incitation (financière), l’obligation et la contrainte (financière, matérielle, légale), l’interdiction – conduisent majoritairement les habitants à adopter des comportements conformes au développement durable. L’enjeu se situe bien là pour eux : modifier les pratiques, pas le système de valeurs.

Conclusion

32La notion de durabilité, par ses contradictions et limites, qui font toutes deux ressortir les différences d’échelle (individuelles, familiales et collectives ; local et global) et de pas de temps (quotidien, à terme, perpétuellement en cours) peut être une manière d’appréhender l’urbain contemporain, d’en traduire la complexité, de mettre en lien différents systèmes, de donner du sens à ce à quoi individuellement et collectivement l’on est confronté. Nombre de faits, que l’on pourrait qualifier de « contradictions », observés sur nos deux terrains peuvent être appréhendés et analysés au regard des principes de durabilité ou de ses multiples modalités d’application. Ainsi, au-delà du fait qu’elle soit destinée à faire fonctionner le quotidien en lui donnant un cap et les moyens d’espérer l’atteindre, la durabilité peut être une modalité de la connaissance et de l’interprétation des réalités sociales et territoriales contemporaines.

33Notre contribution, exploratoire, se veut une approche de la durabilité qui semble correspondre conjointement au défi de sa mise en pratique et à l’enjeu de connaissances individuelles, sociétales et territoriales qu’elle sous-tend. D’ordinaire, en considérant la durabilité comme catégorie de l’action, la réflexion demeure trop souvent liée à un cadre réglementaire et conceptuel prescriptif, normatif, quelque peu étranger aux territoires et aux situations observées, pour ne pas dire désincarné. En effet, la majorité des réflexions et analyses à ce sujet se déploie à l’intérieur d’un cadre de pensée fonctionnel et naturalisant de la durabilité, souvent bornée par des caractéristiques techniques (capacités, comportements, modèles de climat). Est alors posé qu’il est bon et impérieux de toujours mieux connaître afin de rendre ces mêmes pratiques les plus efficientes possible. En ce qui nous concerne, notre réflexion porte sur l’univers de sens, sur les conceptions et compréhensions de la durabilité, pour une diversité d’acteurs, de moments, et d’endroits. En incarnant la durabilité, dans sa diversité de significations et d’applications, à l’échelle des individus et des groupes, il s’agit alors d’expliquer les décalages entre l’adaptation promue par la norme et ses matérialisations territoriales, voire d’explorer ce qui déborde – largement - le normatif de l’adaptation sur le terrain et parmi les acteurs. Cette piste concerne l’univers de valeurs individuelles, l’éventail des choix et des alternatives qui se présentent pour les acteurs sur le terrain en réaction, opposition, adaptation à l’injonction de la durabilité telle qu’elle est portée et de ses prescriptions normatives.

34Au vu des travaux mobilisés dans le cadre de cette contribution et des entretiens réalisés à Confluence mais aussi à Bottière-Chénaie, il est difficile, pour ne pas dire impossible, d’avancer que « rien ne change ». Les pratiques et les représentations changent et en ce sens les écoquartiers sont un vecteur efficient des valeurs du développement durable. Leurs concepteurs comme leurs récepteurs, s’y confrontent, se familiarisent avec elles se forment et finalement les intègrent dans leurs actions (c’est en cela que nous parlons de théorie pratique). Ce qui ne signifie pas que ces acteurs adhèrent à l’idéologie du durable. Si on retient l’idée selon laquelle l’avènement d’une société véritablement durable est un objectif souhaitable, nous pensons qu’il ne sera possible que si la durabilité est appropriée, vécue et portée individuellement et non imposée telle une norme (ou série de normes) par un ensemble de pratiques, de gestes auxquels chaque individu doit conformer son mode de vie. D’où la nécessité pour ceux qui poursuivent cet objectif de chercher des moyens d’action qui fassent passer les comportements de conformes à respectueux.

Bibliographie

Références

ADAM M. et LAFFONT G.-H., 2014, « Une approche dialectique de la ville en train de se faire : confrontation des représentations des concepteurs et des habitants de l’écoquartier de Bottière-Chénaie », Nouvelles Perspectives en Sciences Sociales, volume 10, n° 1, p. 193-236.

ADAM M., 2013, « De grand ensemble à quartier durable : discours et perceptions autour de l’évolution de la densité du quartier de La Duchère », in Servain-Courant S., Demazière C. et Verdelli L. (dir.). Formes urbaines et développement durable. Paris, Editions du CTHS, p. 159-172.

ADAM M., 2014, « Visiter ou faire visiter ? La marche comme révélateur du rapport des habitants à leur quartier. L’exemple de visites libres dans l’écoquartier de Bottière-Chénaie », Recherche Transports Sécurité, n° 30, p. 173-189.

ASCHER F., 2005, Les nouveaux principes de l’urbanisme, La Tour d’Aigues, Editions de l’Aube.

BOLTANSKI L. et CHIAPELLO E., 1999, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

BOURDIEU P. et BOLTANSKI L., 2008 (1976), La production de l’idéologie dominante, Paris, Editions Raisons d’Agir.

BOUTAUD B., 2009, « Quartier durable ou éco-quartier ? », Cybergeo ; http://cybergeo.revues.org/index22583.html.

CASSAIGNE B., 2009, « La ville durable », Projet, vol. 6, n° 313, p. 78-83.

CLUZET A., 2007, Ville libérale, ville durable, La Tour d’Aigues, Editions de l'Aube.

EMELIANOFF C., 2007, « Les quartiers durables en Europe : un tournant urbanistique ? », Urbia, n° 4, p. 11-30.

HARVEY D., 2008, Géographie de la domination, Paris, Les prairies ordinaires.

HEURGON E. (dir.), 2006, Le développement durable, c’est enfin du bonheur, La Tour d’Aigues, Editions de l’Aube.

JONAS H., 1995, Le principe responsabilité, Paris, Flammarion.

KANT E., 1988, Anthropologie du point de vue pragmatique, Paris, Vrin.

Le ROY A., 2010, « Ecoquartier, topos d’une écopolitique ? » La Revue Internationale des Livres et des Idées, n° 15.

LEFEBVRE, P., 2008, Voyage dans l’Europe des villes durables. Paris : PUCA.

MANCEBO F., 2006, Le développement durable, Paris, Armand Colin.

MARTOUZET D. et LAFFONT G.-H., 2014, « Ville aimable ? Ville durable ? », in Martouzet D., (dir.), Ville aimable, Tours, Presses Universitaires François Rabelais.

MASBOUNGI A., 2008, « Certitudes, incertitudes sur la ville durable », in Masboungi A. (dir.) La ville passante, Marseille, Editions Parenthèses, p. 86-90.

MATHIEU N. et GUERMOND Y, 2005, La ville durable, du politique au scientifique, Editions Indisciplines.

MORVAN B., 2000, « Le développement durable : une utopie politiquement correcte », Quaderni, Vol. 41, p. 91-107.

NAVEZ-BOUCHANINE F., 2007, « Le développement urbain durable : « best practice » ou leurre méthodologique ? », Espaces et sociétés. Vol. 4, n° 131, p. 101-116.

OFFNER J.-M. et POURCHEZ C., 2007, La ville durable : perspectives françaises et européennes, Paris, La Documentation Française.

PASCUAL ESPUNY C., 2008, « Comment les organisations se saisissent-elles de l’« image verte » ? », Communication et organisation. n° 34, p. 38-52.

PERIVIA, 2012, « Le périurbain à l'épreuve des modèles d'habiter. La viabilité périurbaine entre théorie(s) et pratique(s) », Rapport de recherche PUCA, MEDD, Tours, Université François Rabelais.

PINSON G., 2006, « Projets de ville et gouvernance urbaine », Revue française de science politique, Vol. 56, n° 4, p. 619-651.

RENAULD V., 2012, Fabrication et usage des écoquartiers français Éléments d’analyse à partir des quartiers De Bonne (Grenoble), Ginko (Bordeaux) et Bottière-Chénaie (Nantes), thèse de doctorat, INSA de Lyon.

RICOEUR P., 1997, L’idéologie et l’utopie, Paris, Seuil.

SALOMON CAVIN J. et BOURG, D., 2010, « Deux conceptions de la durabilité urbaine : ville prométhéenne versus ville orphique », dans Paquot T. et Younes C. (dir.), Philosophie de l’Environnement et milieux urbains, Paris, La Découverte, p. 117-136.

SEVE B., 1990, « Hans Jonas et l'éthique de la responsabilité », Esprit, Octobre, p. 72-98.

SOLOW R., 1993, « An Almost Practical Step Towards Sustainability », Resources Policy, Vol. 3, n° 19, p. 162-172.

THEYS J. et EMELIANOFF C., 2001, « Les contradictions de la ville durable », Le débat, n° 113, p. 122-135.

VILLALBA B., 2009, « L’utopie sociale de la ville durable », Ecorev, http://ecorev.org/spip.php ?article648

WATZLAWICK P., WEAKLAND J. et FISCH R., 2000 [1974], Changements : paradoxes et psychothérapie, Paris, Seuil.

Notes

1 Une enquête comparable a été menée dans l’écoquartier de Bottière-Chénaie, à Nantes, à la même période (34 entretiens). Si les résultats qui en sont issus corroborent le propos de cet article, les illustrations que nous mobilisons se concentrent ici sur la partie lyonnaise de l’enquête.

2 Les entretiens sont anonymés comme suit H pour habitant, C pour concepteur, L pour Lyon, le numéro est aléatoire. En l’occurrence, HL20 est le 20ème habitant interrogé à Lyon.

3 Nous nous autorisons ici à citer une habitante nantaise, considérant que son témoignage est le plus parlant (il est corroboré par de nombreux discours recueillis à Lyon).

Auteurs

Ingénieur de recherche, Université de Tours, UMR CITERES 7324, IPAPE

Doctorant en aménagement et urbanisme, Université de Tours, UMR CITERES 7324, IPAPE

© Carrières Sociales Editions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540