Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et quartiers durables : la place des habitants

 | 
Pascal Tozzi

1ère partie : Mises en perspectives et contextualisations de la problématique

La ville durable : écologie et urbanisme en question

Jean-Pierre Augustin

Texte intégral

1La question de l’écologie urbaine et de l’urbanisme, abordée depuis longtemps par les sciences sociales n’a pas réussi à s’imposer véritablement (Berdoulay et Soubeyran 2002), mais l’actualité du développement durable change la donne à la fin du XXe siècle (Sénécal 1996). Le thème se déploie depuis la publication du rapport Brundtland (1987) et s’applique de plus en plus aux villes. Ce rapport considère que les trois axes de croissance économique, de cohésion sociale et de préservation de l’environnement doivent être considérés comme compatibles entre eux et non pas contradictoires. En ce sens, ils s’opposent aux conclusions du rapport Meadows (1972) qui, pour le Club de Rome, affirmait que seule une limitation, voire une réduction, de la croissance démographique et de la production pourrait permettre d’éviter une catastrophe écologique. Pour le rapport Brundtland, les trois piliers du développement durable ne sont pas en contradiction, mais compatibles et doivent participer au développement urbain durable (Lévy 2010). Autour de ce thème, A. Lévy fait l’hypothèse de l’émergence d’un nouveau grand récit autour de la ville durable qui ne serait plus, comme dans les périodes précédentes, proposé par des architectes et des urbanistes, mais par des organismes internationaux, des experts scientifiques, des mouvements politiques.

Le rapport Brundtland et la Charte d’Aalborg

2Le développement durable s’est imposé progressivement depuis le rapport Brundtland (1987) qui le définit comme « le développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs » et rappelle les « trois P » qui le résument : l’équité sociale (people), la préservation de l’environnement (planet) et l’efficacité économique (profit). En raison de l’importance des villes qui regroupent plus de la moitié de la population de la planète, la réflexion sur la ville durable s’est rapidement diffusée. Notons qu’avant le rapport Brundtland, des conférences et réunions avaient déjà souligné les inquiétudes de l’urbanisation vis-à-vis de l’environnement : en 1972, la conférence de Stockholm, « une seule terre », fait la promotion de l’écodéveloppement, la naissance du PNUD (Programme des Nations-Unies pour le développement) propose de planifier « les établissements humains » et l’urbanisation ; en 1976, la conférence de Vancouver, « Habitat 1 » insiste sur la maitrise de l’urbanisation et l’importance à accorder aux logements. Après 1987, les rencontres internationales se sont multipliées : la conférence de Rio en 1992 propose l’Agenda 21 et la mise en place des Agenda 21 locaux ; la conférence d’Istanbul en 1996, celle « d’habitat 2 » demande l’intégration de la ville dans le développement durable ; en 2001, la conférence de New York, celle « d’Istanbul + 5 » font état d’un bilan mitigé ; en 2006, « Vancouver + 30 » ou Istanbul + 10 » constatent aussi les progrès modestes vers les villes durables. Le Forum urbain mondial de Medellin en 2014 a marqué une étape dans la définition de politiques urbaines équitables et durables en préparant « Habitat 3 » de 2016.

3Si l’intégration de la ville aux questions de durabilité s’effectue lentement dans les conférences internationales, les principes du développement durable appliqués à la ville se précisent en Europe : la conférence d’Aalborg au Danemark en 1994 réunit 600 représentants des villes européennes pour fixer des lignes directrices et des plans d’actions ; plus de 80 villes adoptent la Charte d’Aalborg et s’engagent à réaliser un agenda local : « Nous, villes, comprenons que le concept de développement durable nous conduit à fonder notre niveau de vie sur le capital que constitue la nature. Nous nous efforçons de construire une justice sociale, des économies durables et un environnement viable. La justice sociale s’appuie nécessairement sur une économie durable et sur l’équité, qui reposent à leur tour sur un environnement viable ».

4La Charte d’Aalborg, comme celle d’Athènes, est organisée en trois parties à vocation universelle : une lecture critique et pessimiste de la ville contemporaine, soulignant les risques de son évolution et de sa prolifération ; une réfutation des méthodes et concepts urbains utilisés, considérés comme responsables de cette situation ; un appel urgent à l’action prenant en compte les risques environnementaux et humains du développement des villes.

5Les critiques portent sur l’étalement urbain, la ségrégation fonctionnelle et sociale, les consommations d’énergie, mais aussi les modes de gouvernance, notamment ceux imposés par un pilotage autoritaire et hiérarchique qui ne prend pas suffisamment en compte les participations citoyennes. Les orientations générales, proches de l’Agenda 21, s’organisent autour de quatre thèmes : les dimensions sociales et économiques du développement durable, la conservation et la gestion des ressources naturelles, le renforcement du pilotage par les groupes d’habitants et les associations, et les moyens d’exécution à mettre en œuvre par des institutions coopératives.

6L’originalité du projet, à la différence de celui de l’urbanisme progressiste, tient au fait qu’il ne propose pas un modèle spatial type à retenir : au-delà des préoccupations sociales et économiques chaque ville doit trouver sa solution, son modèle, ses caractéristiques. En ce sens, la Charte d’Aalborg peut être présentée comme une anti Charte d’Athènes.

Les écoquartiers et les préoccupations plus globales de la ville compacte

7Les quartiers durables, souvent intitulés écoquartiers correspondent en fait à une multitude de projets de tailles variables et de contenus diversifiés. Si le respect des critères stricts de construction en matière énergétique est la composante minimum de tous ces quartiers, ils présentent aussi des caractéristiques liées à la démocratie participative. Les habitants, ou futurs habitants, sont amenés à participer à la définition des types de logements, des espaces publics et des activités à développer dans leur environnement proche.

8L’étude menée par le programme PAGODE (Participation, animation, gouvernance et durabilité dans les éco-quartiers), pilotée par les géographes de l’UMR ADESS dans le cadre de l’Agence nationale de la recherche (ANR), analyse, pour la période 2011-2015, un corpus de plus de 500 dossiers de projets d’éco-quartiers (candidats aux deux Concours nationaux EcoQuartiers lancés par le Ministère français) répartis sur le territoire français. Les résultats font apparaitre que la participation des habitants à la gouvernance urbaine y est largement valorisée et débouche sur de nouvelles formes de relations. Mais la diversité des situations souligne les limites du projet et le risque de voir ces nouveaux morceaux de ville fonctionner en vase clos. L’échelle de ces quartiers pose le problème de l’hyper localisme rappelant l’approche nostalgique du quartier comme communauté fermée et autosuffisante. Ce risque de générer des groupes homogènes, reliés par la recherche de l’entre-soi et refusant l’intégration à l’ensemble de l’espace urbain a été pris en compte par les pouvoirs publics qui tentent d’élargir le projet à des secteurs plus vastes en proposant qu’au-delà des expérimentations en cours, la ville dans son ensemble participe au développement durable.

9Dans ces préoccupations plus globales se pose la question de la ville compacte. Le concept de ville compacte ou de « ville à courte distance » se rapproche de la ville traditionnelle et s’oppose à celle des zonages uni-fonctionnels séparant les quartiers d’habitat, d’activités et de services. Son objectif est surtout de lutter contre l’étalement urbain et de parvenir à un système économique en espace et en énergie. Les modes de déplacement y sont repensés, des quartiers plus denses y sont conçus, l’usage de l’automobile y est limité, les transports publics et les circulations douces (marche à pied ou bicyclette) y sont facilités. Plusieurs exemples de villes européennes comme Munich ou Hanovre répondent à ces principes de densité et de mixité fonctionnelle, et en France, Grenoble, Lyon ou Bordeaux mènent des politiques dans ce sens. Certains pays ont proposé des méthodes intégrées aux textes d’aménagement du territoire, ainsi les Pays-Bas ont conçu en 1991 la méthode ABC pour localiser les entreprises dans des lieux bien équipés en transports publics en valorisant les zones A très accessibles et les zones B à accessibilité intermédiaire et en écartant les zones C qui ne sont accessibles que par la route. On pourrait multiplier les exemples qui visent à reconstruire la ville sur elle-même par une reconquête de son espace, qu’il s’agisse de friches industrielles, de quartiers dégradés, de quartiers anciens et délaissés. Le vocabulaire des géographes et des bureaux d’études s’enrichit de mots omniprésents dans les écrits : compacité, intensification, mixité ou recyclage ; ce dernier mot s’appliquant à la fois aux tissus urbains, aux fonctions, aux populations et aux classes sociales.

10Mais à ces intentions louables de la ville compacte s’opposent la logique de la périurbanisation qui prend, elle aussi, des formes variées dont la plus négative, celle de l’exode urbain (urban fligth) est en complète contradiction avec la notion de ville durable. Il faudrait aussi évoquer la question des banlieues délaissées qui contiennent les germes de sécessions et de tensions graves que la politique de la ville ne parvient pas à juguler. Le récit de la ville durable est donc multiforme et intègre les questions récurrentes pour un meilleur fonctionnement des villes. Il ouvre cependant, plus que les récits précédents, la question des nouvelles formes de gouvernance en insistant sur le partenariat et la démocratie participative qui doit compléter la démocratie représentative et dépasser les décisions autoritaires et arbitraires (Rosanvallon 2006). Sur ce point, il est possible de conclure avec Albert Lévy : « Les questions concernant les interactions entre la ville et le développement durable ne sont pas qu’une affaire d’experts et d’élus, mais aussi de citoyens (…). Il importe de ne pas perdre de vue, dans la réflexion sur la ville durable, cette dimension politique de la cité, afin que le développement durable soit aussi un développement social durable ».

Ville durable et ville numérique

11Dans la perspective idéal-typique au sens de Max Weber, on peut aussi évoquer l’émergence d’une ville numérique qui succèderait à la ville automobile. Cette dernière, liée à la ville machine, a fait éclater le cadre urbain traditionnel avec son « dedans » et son « dehors » pour lui substituer celui de l'agglomération, de la métropole ou de la mégapole pour les entités plus vastes, l'automobile n'étant pas seulement un bien de consommation symbolique pour les ménages, mais un bien d'investissement qui autoproduit des services et reconfigure les formes urbaines.

12La ville numérique qui lui succède est un projet plus qu’une réalisation effective depuis que les nouvelles technologies de l'information et de la communication ont fait leur apparition. A un premier niveau, cette ville numérique apparaît comme un ensemble de greffes technologiques sur de l'ancien, de reconversion de sites ou d'espaces fonciers, autrefois industriels, qui peuvent être recyclés par des projets numériques, des musées, des éco-cités etc. On peut l'appeler projet de numérisation des villes et évoquer la « cité par projets » (Boltanski et Chiapello 1999) qui peut être une des figures de la ville numérique achevée, mais le vocabulaire utilisé pour désigner ces projets est très variable : Ville numérique (au sens de numérisation des activités), Smart City, Ville intelligente, Cybercités, Ville 2.0, Gig@city... Les potentialités des TIC visent à rendre les territoires attractifs pour les entreprises et les populations que l'on essaie d'attirer, à diminuer la pollution, l'encombrement, les déplacements automobiles, mais aussi à promouvoir de nouvelles formes de citoyenneté et de participation via les réseaux sociaux comme l’accès direct aux services publics (impôts, état civil, gestion des comptes bancaires...), les transports et la circulation (géolocalisation, information en temps réel, location par smartphones..), l’e-commerce, les smart energy (exemple les futurs compteurs électriques intelligents), la télémédecine (du diagnostic aux opérations délocalisées...), le télé-enseignement, le télétravail, les locations, réservations, par portails virtuels des musées, sites touristiques, restaurants... Le deuxième niveau, plus idéal typique, est celui de l'utopie urbaine. La numérisation implique la prise en compte des contraintes liées au legs du passé, aux configurations concrètes de la géographie et de l'habitat existant ; elle vise à diminuer les coûts et à améliorer l'efficacité urbaine. La ville numérique est donc une utopie que l'on peut concevoir comme la construction d'un espace urbain à partir d'une page blanche, comme l'on construirait une nouvelle cité idéale virtuelle dont le numérique serait la base.

13La ville numérique ou numérisée entraîne une redéfinition de l'espace. Alors que la Ville-automobile s'est contentée d’agrandir l'espace en spécialisant les zones, la ville numérique le dilate et favorise son ubiquité comme l'indique Milad Doueihi (2011) : « On est en train de muter de la terre habitée vers une spatialité élargie, hybride et en mouvement (...). Le numérique modifie de manière inédite la notion même de terrain ». L’utilisateur du numérique est certes localisé mais pas nécessairement localisable. Si l’on prend l'exemple du consommateur, dans la ville automobile ses achats sont principalement adressés à des entreprises ou des commerces situés sur le territoire urbain, mais le développement de l'e-commerce n'a pas de territoire, on peut acheter dans le monde entier, et la solidarité organique, au sens durkheimien, qui existait entre les acteurs de l'ancienne ville industrielle et de la ville automobile, se dissout dans de nouvelles configurations que les recherches urbaines doivent prendre en compte (Duféal et Paquelin 2014)

Analogies et métaphores urbaines…

14Les chercheurs utilisent depuis longtemps les analogies pour présenter les particularités et les originalités des villes. Pour ne prendre qu’un exemple, Raoul Blanchard s’en servait pour spécifier Montréal dans la première phrase de son ouvrage de 1947 : « Accroupie au centre de sa plaine comme l’araignée au milieu de sa toile, Montréal l’écrase de sa masse », soulignant ainsi le risque de voir la ville rompre l’harmonie des hommes avec leur milieu naturel. Au-delà des analogies, l’usage des métaphores est devenu courant dans le langage urbanistique : celle des tissus, du rapiéçage et des coutures, celle du théâtre et de la mise en scène avec ses décors, ses coulisses et ses acteurs, celle de la ville liquide avec ses ilots et ses archipels ou encore celle de l’urbanité flexible. Sans explication préalable, la métaphore permet de saisir le sens caché des mots et d’interpréter un sens figuré pertinent en prenant parfois le risque que les images soient manipulées pour diffuser des clichés.

15Le progrès des sciences cognitives et de la sémiologie urbaine n’a pas empêché les géographes et urbanistes d’user de métaphores multiples pour désigner les formes et les processus qui modifient l’image des villes. Les expressions de « ville machine », de « ville du troisième âge », de « ville durable » et plus récemment de « ville numérique » se sont succédées. Certains soulignent le pouvoir esthétique, argumentatif et heuristique de la métaphore (Ricœur 1975), d’autres dénoncent son manque de rigueur incompatible avec le discours scientifique (Bachelard 1938), mais l’utilité de son usage est renouvelée par des recherches postulant qu’elle s’inscrit dans une perspective cognitive prenant en compte les perceptions et représentations de l’expérience (Lakoff et Johnson 1985). La métaphore illustre alors la capacité à compresser les espaces mentaux, elle n’est pas seulement une figure de style, mais repose sur l’aptitude à mettre en relation les expériences urbaines et à donner cohérence aux représentations que l’on s’en fait. Le langage métaphorique et les récits urbanistiques participent aux réflexions et aux visions plurielles des villes où se mêlent les descriptions de leur matérialité, de leur fonctionnalité et les études plus problématisées, plus scientifiques ; celles-ci se nourrissent du progrès des sciences sociales en diversifiant les outils d’analyse et en proposant de nouveaux récits interprétatifs. Les écrits sur les villes n’existent que par le sens que nous leur accordons.

16Les approches des sciences sociales autour des villes se sont complexifiées en mêlant celles qui décrivent les transformations et les évolutions, et celles qui analysent, avec des outils toujours plus performants, ces évolutions. Elles trouvent leur place, leur originalité et leur utilité dans cette capacité à jouer avec ces différentes entrées qui soulignent à la fois la spécificité des lieux et leur intégration dans des processus plus généraux ; elles ne se limitent plus à la seule présentation des singularités mais cherchent à souligner les changements sociétaux qui les reconfigurent.

Bibliographie

Références

ASCHER F., 1995, Métapolis ou l’avenir des villes, Paris, Odile Jacob.

ASCHER F., 2001, Les nouveaux principes de l’urbanisme. La fin des villes n’est pas à l’ordre du jour, La tour d’Aigues, L’Aube.

ASCHER F., 2005, La société hypermoderne : ces événements nous dépassent feignons d’en être les organisateurs, La Tour d’Aigues, L’Aube.

AUGUSTIN J. P. et DUMAS J., 2015, La ville kaléidoscopique, Paris, Economica AUGUSTIN J. P. et FAVORY M. (dir.), 2010, 50 questions à la ville, comment penser et agir sur la ville, Pessac, MSHA.

BACHELARD G., 1938, La formation de l’esprit scientifique, Paris, Seuil.

BERDOULAY V. et SOUBEYRAN O., 2002, L’écologie urbaine et l’urbanisme, Paris, La Découverte.

BOLTANSKY L. et CHIAPELLO E., 1999, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

CAILLY L. et VANIER M. (dir.), 2010, La France, une géographie urbaine, Paris, Armand Colin.

DI MEO G., 2014, Introduction à la géographie sociale, Paris, Armand Colin.

DOUEIHI M., 2011, Pour un humanisme numérique, Paris, Seuil.

DUPUY G., 1999, La Dépendance automobile. Symptômes, analyses, diagnostics, traitements, Paris, Anthropos.

HOYAUX F., 2010, « La pensée géographique de la ville et de l’urbain en France », in Cailly L. et Vanier M. (dir.), La France, une géographie urbaine, Paris, Armand Colin, p. 75-89

LAKOFF G. et JOHNSON M., 1985, Les Métaphores dans la vie quotidienne, Paris, Minuit.

LEVY A., 2009, « La « ville durable », paradoxe et limites d’une doctrine d’urbanisme émergente », Esprit, n° 5, p. 136-153

LEVY J., 2010, « Le développement urbain durable entre consensus et controverse », L’information géographique, n° 3, p. 39-50

LUSSAULT M., 2000, « La ville des géographes », in Paquot T., Lussault M. et Body-Gendrot S. (dir.), La ville et l’urbain, l’état des savoirs, Paris, La Découverte, p. 21-35

RICHELLE J. L., 2012, Une ville socioculturelle ? Animation médiatrice et politique jeunesse à Bordeaux 1963-2008, Bordeaux, Carrières sociales éditions.

RICOEUR P., 1975, La Métaphore vive, Paris, Seuil.

SENECAL G., 1992, Présentation de l’ouvrage de R. Blanchard, Montréal : Esquisse de géographie urbaine, Montréal, VLB Editeur.

SENECAL G., 1996, « Champs urbains et développement durable, les approches canadiennes de la ville écologique », Nature, sciences, sociétés, 4, pp. 1-16

TOZZI P. (dir.), 2014, L’animation socioculturelle : quelle place dans le projet urbain ?, Bordeaux, Carrières sociales éditions.

Auteur

Professeur émérite en aménagement et urbanisme, Université Bordeaux-Montaigne, UMR ADES 5185 - PASSAGES 5319, membre du CoPilot du programme ANR PAGODE

© Carrières Sociales Editions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540