Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et quartiers durables : la place des habitants

 | 
Pascal Tozzi

Introduction

Pascal Tozzi

Texte intégral

  • 1 Entendue ici, provisoirement et de façon générique, comme processus permettant aux individus de pre (...)

1Au cœur du projet urbain, place est aujourd’hui faite, au moins au niveau des discours et des dispositifs règlementaires, au renforcement de la capacité d’action des individus et des groupes habitants dans la mise en place des projets, notamment en ce qui concerne les opérations de quartiers dits « durables ». L’idée d’une « citoyenneté en actes » ou d’un « pouvoir d’agir » (Bacqué et Mechmache 2005) devient alors potentiellement transformatrice du registre dominant d’exercice du politique au profit d’un rééquilibrage vis-à-vis de la société civile (Sirianni et Friedlland 2001). Si depuis 40 ans on parle de participation1 en matière d’aménagement, c’est au cours des quinze dernières années que l’affirmation de ce principe s’intensifie autour de l’acceptabilité sociale induite par les enjeux de développement durable. Il y a donc un intérêt scientifique à questionner la participation de façon renouvelée au travers de son lien (à concevoir et à mettre en œuvre tant théoriquement qu’empiriquement) avec la durabilité. Cet intérêt semble d’autant plus grand que la conviction, désormais invariablement affichée en matière de fabrique des villes, est que l’on ne peut concevoir un milieu et un développement urbains durables seulement par la contrainte et la planification : les démarches participatives, susceptibles d’affecter les interactions entre les acteurs et la légitimité du projet, ressortent dès lors comme nécessaires à une mise en soutenabilité urbaine pérenne et efficiente.

2Dans ce contexte, les pratiques et prescriptions de l’aménagement urbain, soucieux de l’environnement, sont censées évoluer concrètement vers des approches plus ouvertes aux débats, à la concertation et aux négociations entre acteurs sociaux multiples. La participation est à ce titre évoquée en principe fondateur quand il s’agit de produire des « écoquartiers ». Dans cette démarche et pour les commanditaires du projet urbain durable, la qualité du processus d’élaboration irait de pair avec la capacité d’y associer les habitants-citoyens. Argument dans la valorisation des écoquartiers, elle devient aussi un critère de différenciation des quartiers « classiques ». À travers l’invocation de différentes modalités participatives, les attendus sont multiples : il s’agit pêle-mêle d’éviter l'exclusion et la disqualification sociale de certaines populations ; d’obtenir un gain qualitatif dans la définition et l’appropriation des projets ; de réintégrer des références aux valeurs, à la citoyenneté et à de nouvelles solidarités urbaines, sociales et environnementales (Schaeffer, Ruegg et Litzistorf-Spina 2010). L’objectif est aussi de tisser et retisser des liens, de déployer des sociabilités, de prendre en compte les identités locales, et d’inscrire dans le temps ce travail collectif.

  • 2 Afin de faciliter la lecture du présent texte, nous avons employé le masculin comme genre neutre po (...)

3Compte tenu des nombreux travaux et manifestations relatifs à la question des écoquartiers, en France et ailleurs, ouvrir un nouvel espace de discussion scientifique sur le sujet suggérait de trouver des angles, sinon nouveaux, tout au moins susceptibles d'apports complémentaires. À ce titre, les relations entre processus participatifs et opérations de quartiers durables, bien qu'ayant été interrogées par les chercheurs2, sont loin d'avoir livré toute leur substance heuristique. Si les démarches participatives sont désormais un levier incontournable pour chaque acteur engagé dans la gouvernance du projet urbain durable, les (re)mises en ordres ou en désordres qu'elles suscitent restent des processus centraux, complexes (Leresche et Audétat 2006 ; Emelianoff 2008 ; Mathieu et Guermond 2011). Car, une fois la participation posée en principe et en discours, reste le problème du passage de l'injonction de soutenabilité urbaine à la réalité d'une dynamique sociétale qui favoriserait la prise en charge collective, participative et pérenne du cadre de vie (Bonard et Matthey 2010), à une « démarche donnant lieu à un partage (coproduction, codécision) voire à un transfert de responsabilité dans la fabrication ou l'aménagement d'espaces habités » (Zetlaoui-Léger 2013).

  • 3 Le comité scientifique était notamment composé de : Cyria Emelianoff (Université du Maine), Jodelle (...)
  • 4 Programme de recherche financé par l’Agence Nationale de la Recherche dans le cadre de l’appel à pr (...)
  • 5 Que soient ici remerciés les personnels de l’UMR qui ont appuyé le programme et soutenu l’équipe de (...)

4C'est ce discours participatif, ses effets, les expérimentations et retours critiques qu'il suscite, que les auteurs réunis proposent de discuter dans cet ouvrage intitulé Villes et quartiers durables : la place des habitants. Ce livre fait suite au colloque international3 qui a clôturé le programme PAGODE4 « Participation, Animation et Gouvernance dans les Ecoquartiers » (2010-2014). Sous l’égide de l’Agence Nationale de la Recherche, cette rencontre a été organisée et accueillie à Bordeaux par l’UMR ADESS 51855, fin novembre 2014. À cette occasion et pendant deux jours, environ cinquante chercheurs se sont impliqués au travers d’une dizaine de conférences plénières, de tables rondes et d’ateliers réunissant au total vingt-cinq communications. Autant dire que les échanges on été passionnants et féconds… Dans le cadre de cette publication, seule une partie des textes issus des communications proposées a pu être retenue. Avant de les affecter à des axes spécifiques qui donneront ses scansions à l’ouvrage, il est intéressant d’en relever les convergences générales. Ainsi, sans chercher à stabiliser l’écoquartier dans son contenu définitoire, l’éclairage multifocal et pluridisciplinaire qui ressort des contributions permet, par approximations et comparaisons successives, de mesurer la nébulosité de l’objet « quartier durable » et sa « viscosité » : entre « solide » et « fluide », entre l’emblématique et le diffus, entre les entreprises de modélisation et l’incertitude/singularité des processus sociaux à l’œuvre.

5Quelle que soit la diversité des échelles territoriales ou des types d’opérations sélectionnées, l’ensemble des articles rappellent la plupart des bornages techniques et opérationnels qui identifient l’écoquartier, au moins aux yeux de leurs promoteurs institutionnels : les caractéristiques « dures » du bâti, plus dense, plus compact, mieux isolé, moins gourmand en énergie et privilégiant ses sources renouvelables ; la préoccupation pour les modes de transports doux, la prégnance des écotechnologies et des éconormes, etc. Parmi les prescriptions affichées, plus mouvantes et sujettes à diffraction, les auteurs font aussi l’inventaire de la plupart des préconisations sociales qui font partie du package « écoquartier » pour les aménageurs, à l’instar de la construction des mixités, de la question des usages ou des attendus comportementaux dits « écocitoyens », et bien évidemment des formes de l’implication habitante, objet du présent ouvrage. Le regard que portent les contributeurs sur la participation des habitants confirme son caractère centripète dans le discours, mais éminemment centrifuge dans les expérimentations et les dispositifs auxquels elle donne naissance, plus ou moins ouverts à la prise de décision habitante. Au-delà de retrouver, sur leurs terrains, certains invariants participatifs déjà mis en évidence par la littérature scientifique, les chercheurs réunis ouvrent des pistes de discussion et de rencontres originales autour de thèmes qui sont autant de points d’articulation et de partition de l’ouvrage structuré en quatre « volets ».

Mises en perspectives et contextualisation de la problématique

6La première partie du livre propose quelques matériaux pour une contextualisation de la problématique au regard de certains grands mouvements de la pensée urbaine, géographique et mésologique. C’est ainsi que Paul Claval convoque d’abord le déploiement d’une géographie de la ville et de l’évolution des études urbaines, celles-ci procédant de façon incrémentale et considérant tour à tour, l’ensemble, le système et le lieu de vie. Il remet aussi en perspective le tournant environnemental dans l’aménagement contemporain des villes. Dans cette approche globale de l’urbain par les sciences sociales, Jean-Pierre Augustin reprend l’analyse du récit multiforme de la ville durable, de ses avatars, des changements sociétaux à l’œuvre et des attendus démocratiques qui la reconfigurent. Enfin, Augustin Berque questionne, au prisme de l’« habitat insoutenable » et de l’urbain diffus, le rapport « au durable » comme rapport de l’humain au monde et au milieu, ce dernier étant entendu comme indissociable de l’être en tant que sujet.

Prégnance et effets d’un gouvernement de la participation

7Au fil de rappels historiques autant que législatifs ou règlementaires, les auteurs rappellent le double processus qui traverse l’aménagement des écoquartiers : l’institutionnalisation politique et administrative de la participation, combinée à celle de la durabilité. L’observation des processus participatifs dans les écoquartiers confirme la prégnance et les effets d’un « gouvernement de la participation » (Gourgues 2013) visant à une mise en ordre top down de l'espace urbain. Cela ne veut pas dire pour autant que la volonté des autorités publiques et aménageuses (promoteurs, bailleurs, etc.) n’aille pas dans le sens d’une implication des habitants (notamment pour des motifs stratégiques d’acceptabilité ou de légitimité), mais bien qu’elle reste surdéterminante et directive quant aux possibilités d’action, d’intégration offertes à ces derniers. Souvent, faire participer le « public », le « citoyen », « l’usager » revient à l'intégrer dans un cadre opératoire construit d’avance, à lui faire jouer une partition déjà écrite par la puissance publique et non à l'inciter à inventer de nouveaux moyens d’action (Bacqué, Rey et Sintomer 2005). Pour Annick Monseigne, c’est ce que traduit le discours participatif de la durabilité qu’elle qualifie de « manipulateur » : selon elle, il procède d’une « injonction paradoxale » prenant sa source dans « l’antinomie qui se dégage de la double action d’imposer et d’associer ».

8Le gouvernement de la participation se caractérise aussi par des cadrages forts dans le pilotage des opérations de quartiers durables en vue d’une conformation aux priorités politiques et aménageuses globales. La tendance serait dès lors à une « accommodation-rationalisation » au profit des logiques portées par les acteurs politico-administratifs (Rumpala 2003). Pour Florence Rudolf, l’analyse du processus de labellisation EcoQuartier « à la française » montre ainsi qu’il n’est finalement pas fait grand cas des habitants et de leur engagement dans la construction de la durabilité. À ce titre, le label servirait plutôt la préservation d’un système multi-actoriel dominant dans l’action aménageuse : l’EcoQuartier devient un indicateur de performance des municipalités, du secteur de la construction et du bâtiment, de la recherche technique et du développement de nouveaux marchés, plutôt que l’indice d’une adhésion accrue et participative de la société civile dans la transition écologique. De façon analogue, pour Guy Mercier, Francis Roy et Etienne Berthold, les opérations de quartiers durables québécois traduisent le plus souvent des préoccupations financières et des stratégies de contrôle quant à la dynamique immobilière du territoire. Sur le registre idéel, c’est aussi la conclusion de Georges-Henry Laffont et Matthieu Adam qui considèrent que le développement durable et sa mise en écoquartiers n’est pas une « utopie » mais bien une idéologie. Pour les auteurs, l’aménagement durable devient un processus normatif et de conformation qui ne remet donc « pas en cause le capitalisme et ses nuisances » mais qui participe au contraire à sa relégitimation au travers d’une néo-occupation des registres environnementaux et sociaux. Pour Richard Morin, Anne Letendresse et Nicolas Lozier, les programmes de quartiers durables québécois (Quartiers 21, Quartiers verts actifs et en santé et Quartiers verts) deviennent des référents spatiaux d’une planification et d’une action publique aménageuses. Pour ces chercheurs québécois, ces dernières opèrent par instrumentalisation de la participation habitante et par réduction des enjeux autant que de la capacitation citoyenne. A la lecture de la contribution montréalaise, il semble en effet que la plupart des programmes s’arrête à des dimensions écologiques, de déplacement ou de sécurité. Ces cadrages stricts ont des effets limitatifs sur les mobilisations citoyennes qui ne portent finalement que sur des micro-enjeux prédéterminés, cela réduisant inévitablement la portée et l’ampleur du débat public.

9Dans leurs études comparatives sur deux écoquartiers français, Didier Laugaa et Grégoire Le Campion considèrent que l’institutionnalisation participative hérite aussi d’une tendance à diluer la conflictualité au profit de formes contrôlées et acceptables de l’expression habitante. En rejoignant les contributions sus-évoquées, ces contributeurs posent la question d’une tendance à la dépolitisation engendrée par une certaine institutionnalisation de la participation qui traduirait une domestication de la participation habitante. Ces auteurs font l’hypothèse d’une perte de la dimension conflictuelle et « sauvage » qui confère à l’implication des citoyens son caractère éminemment politique (Mermet 2007). On se contenterait dès lors, de créer des « petits lieux » de démocratie (Bertheleu et Neveu 2005) qui n'invitent pas à la montée en généralité, ni « à changer la ville pour changer la société », mais qui se cantonnent à traiter de la proximité et de revendications ponctuelles. C’est aussi en ce sens que Didier Laugaa et Grégoire Le Campion relèvent, chez les habitants d’écoquartiers enquêtés – à Bordeaux et Rennes –, la tendance « clairvoyante » d’une conformation à l’ordre social existant (plutôt qu’à un positionnement conflictuel et militant) ainsi que, sans doute, à une norme consumériste. Est aussi évoqué le risque que la centration sur une participation au niveau du quartier diminue d'autant la participation à un niveau plus général, celle-ci se limitant alors à une démocratie de proximitéì réductrice puisque cantonnée à une échelle et à des enjeux micro-locaux.

10Concomitamment au pilotage de la fabrique participative de la ville durable par des dispositifs institutionnels et de politiques publiques, d’autres contributions montrent que les mécanismes d’une politisation descendante combinent aussi des stratégies de « décharge » et de « recyclage ». La gouvernance de certaines opérations donne ainsi à voir des situations où les autorités locales délèguent partiellement l’organisation de la participation, ou de la concertation, au profit de groupes d’habitants organisés. Pour les municipalités, cela permet notamment une externalisation des risques de conflictualité, mais aussi un « recyclage » des dynamiques participatives traditionnellement portées par le secteur associatif qui joue un rôle routinier d’interface entre les habitants, le projet politique et les adaptations urbaines. C’est ce que traduit la contribution de Nicolas D’Andréa et Luc Greffier qui, à travers l’étude de trois cas (Bordeaux, Pessac et Poitiers), abordent l’acteur « centre social et socioculturel » comme activateur de participation, « facilitateur » entre la puissance aménageuse et les populations dans le projet urbain durable. C’est aussi le propos de Sarah Montero qui analyse, sur le terrain mérignacais (Gironde), la coopération entre élus et citoyens au prisme de la durabilité culturelle portée par les agendas 21 de la culture. Elle identifie certains facteurs qui permettent de conclure à une progression dans l’acquisition d’une culture de la participation et de nouveaux réflexes coopératifs, mais aussi des freins et limites qu’il reste à dépasser. Dans le cas de Mérignac, le recours à la participation semble ainsi moins relever d’un rapport de force entre acteurs, que de stratégies instrumentales visant à améliorer la décision publique, voire à renforcer le positionnement des élus au centre du système décisionnel.

Opportunités d’appropriations et de « résistances » citoyennes/habitantes ?

11En contrepoints des lignes de force évoquées ci-avant, le débat se poursuit à travers d’autres contributions et exemples qui évoquent aussi l’émergence de nouvelles formes « créatives » d’une participation qui se situerait en dehors des sentiers balisés par les institutions politico-administratives, en s’appuyant sur des savoirs et expertises d’usage moins « attestataires » à l’égard du projet urbain. Édith Hallauer relate des expériences au sein desquelles les architectes abordent le projet architectural en tant qu’habitant, tentant par là-même de dépasser le discours participatif classique. Elle évoque une « contre-culture de la rébellion à une culture de l’inclusion » qui s’approprie la « mise en durabilité » et trouve à se loger dans les interstices urbains ou normatifs. De leur côté, Guy Mercier, Francis Roy et Etienne Berthold, font un focus sur l’écoquartier de Saint-Jean-Baptiste (ville de Québec) pour analyser les possibles modalités d’un « activisme civique » reposant essentiellement sur le rôle de l’habitant. Ils relèvent dans ce cas les marqueurs d’une « résistance à l’envahissement immobilier » qui révèle qu’un projet d’écoquartier peut aussi s’enraciner dans une communauté et une mobilisation contestataire locales, surtout quand le milieu est déjà « gorgé d’histoire et de patrimoine ». Outre l’identité de quartier comme moteur à une participation active et résistante, Hassina Imerzoukene-Driad, Philippe Hamman et Tim Freytag – à partir d’une étude de cas des écoquartiers fribourgeois Rieselfeld et Vauban – insistent sur la nécessité d’une « participation civique continue » parmi les facteurs-clés pour le développement de projets urbains viables et durables. Ce « souffle participatif durable » est aussi abordé par Abdourahmane Ndiaye qui interroge les transformations sociales durables à travers les modes de consommation responsables et écocitoyens. Pour l’auteur, les circuits courts alimentaires de proximité sont autant de leviers infrapolitiques et participatifs pour une transformation durable des styles et modes de vie. Néanmoins, sur le terrain bordelais, il s’avère au final difficile de conclure à une écocitoyenneté plus grande dans les écoquartiers, si l’on se réfère à la consommation responsable (un bilan mitigé est aussi établi par Guy Di Méo et Karen Foussette autour de la même thématique). Pour autant, Abdourahmane Ndiaye ne renonce pas à l’idée selon laquelle, dans la recherche d’une durabilité participative et auto-organisée, les écoquartiers puissent constituer une opportunité dans l’avènement d’un modèle de développement plus soutenable, au sens de « plus social ».

12Guillaume Faburel et Mathilde Girault développent la vision d’un écoquartier qui, dans certains cas, peut devenir une « expérience ordinaire » de l’engagement pour de nouvelles normes et de « nouveaux » communs… L’opérateur « communalité » renforcerait ainsi le pouvoir infrapolitique des habilités locales, leurs savoir-faire et circulations, comme autant de savoirs vernaculaires ou conviviaux valant formes actives de démocratie nourries de l’innovation communautaire. Cette question de la prise en charge et de l’animation participative par – et dans – les « communs » est aussi au cœur de la réflexion d’Elisa Goudin-Steinmann qui, sans analyser les écoquartiers en particulier, questionne néanmoins la durabilité sociale et urbaine au prisme des espaces collectifs dédiés à la culture en Allemagne. Les tenants allemands de la Soziokultur proposent en effet de recréer, par le biais des activités socioculturelles, des formes de participation des citoyens qui rendront les villes plus « durables ». En opposition à la démocratie représentative, le texte de l’auteur relève le projet d’une mise en « participation affective », guidée non plus par une norme sociale, mais par l'envie, la volonté, les liens émotionnels avec le centre socioculturel. L'idée est alors d'inventer avec les habitants de nouvelles formes d'expression artistique, afin de développer le sens civique de chacun. En ce sens, la volonté des acteurs est d’expérimenter des espaces délibératifs, de dialogue, de co-responsabilité, d'« être-en-commun »... La question de ce rapport au « commun », est aussi le fil directeur de la contribution de Guy Di Méo et Karen Foussette qui concluent leur contribution sur les écoquartiers de Bordeaux en considérant que le soutien à l’individualisme citoyen et l’établissement simultané de solides contrats sociaux et territoriaux, autour de valeurs communes négociées, peuvent constituer une voie pour faire face aux défis contemporains de l’urbanisme durable.

13D’autres contributions abordent aussi, à leur manière, cette problématique des communs. C’est le cas de l’article de Pierre Cabrol et Joseane Silva pour qui les écoquartiers et la ville durable posent la question de la multiplication des espaces communs mais aussi celle de leurs conséquences sur les modulations – existantes, possibles voire souhaitable – de la propriété. Autour d’une certaine conception de la durabilité envisagée comme devant renforcer les processus d’appropriation collective et participative, l’idée d’un remodelage de la propriété – par exemple autour des communaux collaboratifs – n’est pas sans impacts sur la conception du projet urbain et la fabrique de la ville. Dans un tout autre contexte, Ridha Abdmouleh montre comment les attendus de la durabilité, notamment en matière de gestion communale des déchets en Tunisie (ville de Sfax) sont une opportunité pour faire advenir une nouvelle « mise en commun » sur des registres qui dépassent la seule gestion écologique de l’espace urbain. En effet, l’expérience participative dont il est question semble avoir permis l’intégration de nouvelles conduites écologiques ainsi qu’un nouveau mode de gouvernance participative et durable au sein des quartiers. Mais, dans le climat tunisien de crise politique aigue, les enjeux étaient aussi de refaire « communauté » au sens plus général de reconstruction sociopolitique. Les mobiles environnementaux ont aussi constitué une fenêtre d’opportunité pour la reconstruction d’un terrain de dialogue entre acteurs politiques et acteurs de la société civile, le rétablissement relatif des liens de confiance et de coopération entre commune et population, la dissipation d’un état collectif de malaise, d’indifférence et de tension. En bref, la mise en durabilité urbaine a permis d’entamer un processus communautaire traitant autant la transition écologique que la transition politique : derrière le rapport à la « chose écologique », s’est aussi joué un peu de la relation à la « chose publique » et au projet de vivre-ensemble. Avec tous les espoirs, mais aussi toute la fragilité et la précarité sociopolitiques que connaît encore le contexte tunisien aujourd’hui.

Focus sur des technologies « impliquantes » : leviers et freins dans la participation habitante

14Il semble que, selon les concepteurs des projets, les acteurs politiques et les techniques, la pérennisation des solutions adoptées à l’échelle de l’écoquartier dépende des comportements des usagers mais aussi d'une gestion attentive et de proximité. Si pour les différentes parties une telle gestion doit être assurée par les habitants du quartier, la réponse privilégiée est souvent technique, au détriment d’aspects culturels (habiter « autrement ») et socio-politiques (redéfinir le « vivre ensemble »). Ainsi, certains projets d'urbanisme durable portés par la puissance publique – ou par certains organismes privés – accordent une plus grande importance à l'innovation technologique que sociale, s’appuyant parfois sur l’hypothèse hasardeuse selon laquelle la durabilité reposerait principalement sur des aménagements et indicateurs techniques (Faburel et Tribout 2010). La contribution de la ville de Bordeaux (Patrick Faucher, Margot Pousseur, Grégoire Le Campion et Anthony Morin) est illustrative de cet intérêt des instances locales pour la performance technique des projets d’écoquartiers. Cependant, le texte montre aussi que cette appétence pour les solutions techniques se trouve confrontée à deux limites. D’abord, celle des usages à travers lesquels « l’habitant n’est pas toujours l’éco-habitant espéré »… Ensuite, la difficulté de l’évaluation et du suivi opérationnel des performances : c’est la critique technicienne adressée à la technique. Les représentants de la ville de Bordeaux évoquent un déficit patent d’instrumentation sur le site de l’écoquartier Ginko : absence de compteurs permettant de mesurer la consommation d’eau et d’électricité à l’échelle de l’ensemble du quartier, etc. En rupture avec cette vision des acteurs institutionnels de la fabrique urbaine durable, le reste des contributions analysant les rapports habitants/écotechnologies s’éloigne du registre de l’amélioration des performances et d’une approche centrée sur les leviers technologiques de la durabilité urbaine.

15Guillaume Christen et Philippe Hamman abordent ainsi la transition énergétique dans une perspective qui n’est pas sans échos avec les opérations d’écoquartiers. Partant d’un cas de parc éolien coopératif, ils considèrent l’actionnariat populaire de façon critique. Pour eux, la mise en œuvre de politiques locales/urbaines « durables » par des modes, certes collectifs de délibération et de transaction, révèle néanmoins des ambigüités. Dans le cas étudié (commune alsacienne de Saâles), les auteurs montrent le caractère techniquement et socialement sélectif des modalités d’actionnariat éolien qui suscitent des tensions, compte tenu d’une double dimension de professionnalisation et de procéduralisation de l’instrument participatif. Ici, l’approche participative de la durabilité territoriale par les dispositifs techniques ne semble pas aller de soi et se heurte à des formes d’inégalités. Selon Guillaume Christen et Philippe Hamman, les modes de participation reflètent dès lors ces inégalités, mais tendent même à les institutionnaliser. Les contributeurs repèrent ainsi la formation d’une élite associative mais aussi la domination d’instruments qui emportent une représentation spécifique de la participation : les modalités d’implication habitante en ressortent comme étant réductrices, « voire désarticulées avec la réalité sociale locale ». Ces aspects dommageables, parce que techno-centrés, sont aussi relevés par Marie Mangold qui explore néanmoins des pistes révélant une appropriation des innovations techniques intégrées au logement par les occupants. L’auteur revient sur la construction d’une « expertise habitante » tirant profit de l’« opportunité » technologique. Se saisissant des techniques de compostage, Elisabeth Lehec « enfonce le clou » de l’appropriation habitante : pour elle la technologie peut sous-tendre la participation dans la mesure l’habitant-usager ne se contente plus d’utiliser un dispositif. Porteur de techniques alternatives de gestion des biodéchets, celui-ci agit « sur des dispositifs techniques qu’il conçoit, invente et met en place, ni plus ni moins que l’acteur public, qui a tendance à invisibiliser cette action habitante ». Selon Elisabeth Lehec, les habitants peuvent aussi se mobiliser et assurer, « lorsqu’ils prennent en charge les techniques de gestion, la communication et la sensibilisation de leurs voisins ».

16Enfin, les écoquartiers posent aussi la question des interactions entre participation, technologies de l’information et de la communication, et durabilité urbaine. A partir d’une réflexion sur les Smart Communities japonaises, Benoit Granier interroge la participation des habitants de logements équipés de dispositifs techniques et situés au sein d’un écoquartier. Pour lui, de nombreux écoquartiers japonais privilégient une entrée « technico-écologique ». Ils illustrent des formes d’organisation des conduites sociales axées sur les usages, ce au détriment de l’implication habitante. En effet, les résultats s’avèrent souvent décevants : les résidents étant en général écartés de la phase de conception : leurs usages et les dispositifs techniques se posent mutuellement problème. L’auteur confirme la tension entre technologie et appropriation participative en regrettant que les aspirations et l’imagination des habitants ne soient que très peu sollicitées. Pour Benoît Granier, l’objectif n’est pas tant de construire avec eux mais d’expérimenter un ensemble de mesures et de technologies…

17Au final, des contributions réunies, la participation des habitants d’écoquartiers ressort notamment comme un processus en tension, entre participation institutionnalisée et participation désaffiliée, entre niveaux individuels et collectifs. Les acteurs politico-institutionnels cadrent les modalités participatives, autant qu’ils en recyclent les dynamiques dans le pilotage du changement urbain. Pour autant, autour des écoquartiers, cette tendance institutionnelle à vouloir gouverner la participation n’empêche pas l’émergence de configurations de gouvernance plus ouvertes valant opportunités collectives pour l’investissement habitant autour d’une « adaptation à soi », au-delà de la simple acceptation d’une « adaptation de soi » à l’opération d’aménagement durable. Les écoquartiers sont aussi révélateurs de mutations socio-comportementales à l’œuvre. En tant qu’espaces qui condensent l’ensemble des enjeux socio-urbains et politiques du moment, ils prétendent organiser les comportements et les modes d’habiter jusqu’à saisir l’individu dans le privé et dans l’intime. Mais c’est sans doute en ce que ces projets demandent une implication personnelle plus forte, souvent sur le mode de l’injonction – technologique et normative notamment – et parfois de la contrainte sociale, qu’ils deviennent perméables à des réactions d’autonomisation participative, à des modes d’implication comme modes de vie, plus individués mais non sans « communalité », parfois moins visibles mais pourtant « reliants » et résistants, tels que les donne aussi à voir cet ouvrage. Au final, dans un contexte de transition et de changement, l’adaptation participative de la ville ressort, entre contrôles et résistances, comme un produit transactionnel qui traduit les constructions et les appropriations stratégiques d’un « ordre négocié » (Hamman 2011) de la durabilité urbaine.

Bibliographie

Références

BACQUE M. H. et MECHMACHE M., 2005, Citoyenneté et pouvoir d’agir dans les quartiers populaires. Rapport à F. Lamy, ministre délégué chargé de la ville, METDL, 98 p.

BACQUE M. H., REY H. et SINTOMER Y., 2005, Gestion de proximité et démocratie participative : une perspective comparative, La Découverte.

BERTHELEU H. et NEVEU C., 2006, « De petits lieux du politique : individus et collectifs dans des instances de « débat public » à Tours. », Espaces et sociétés, 1, n° 123, p. 37-51

BONARD Y. et MATTHEY L., 2010. « Les éco-quartiers : laboratoires de la ville durable ? », Cybergéo : European Journal of Geography [en ligne], Débats, « Quartier durable ou éco-quartier ? ».

EMELIANOFF C., 2008, « Enjeux et figures d'un tournant urbanistique en Europe, Responsabilité et environnement », Annales des Mines, n° 2, octobre, p. 15-20.

FABUREL G. et TRIBOUT S., « Les quartiers durables sont-ils durables ? De la technique écologique aux modes de vie », in Faburel G. (coord..), Manola T., Geisler E., Tribout S., 2010, Les quartiers durables : moyens de saisir la portée opérationnelle et la faisabilité méthodologique du paysage multisensoriel ?, Rapport Intermédiaire, Lab'Urba de l’IUP/IFU et ENSPV, pour le Programme Interdisciplinaire de Recherche Ville et Environnement du CNRS et du PUCA, novembre, 82 p.

HAMMAN P., 2011, « La « ville durable » comme produit transactionnel », Espaces et sociétés, 4, n° 147, p. 25-40.

LERESCHE J. -P., AUDETAT M. (dir.), 2006, « Participation et développement urbain durable », Urbia, n° 3.

MATHIEU N., GUERMOND N., 2011, La ville durable, du politique au scientifique, Quae.

MERMET L., 2007, « Débattre, sans savoir pourquoi : la polychrésie du débat public appelle le pluralisme théorique de la part des chercheurs », in M. Revel, C. Blatrix, L. Blondiaux et al., Le débat public : une expériencefrançaise de démocratie participative, La Découverte.

RUMPALA Y., 2003, Régulation publique et environnement. Questions écologiques, réponses économiques, L’Harmattan, 373 p.

SCHAEFFER V., RUEGG J., LITZISTORF-SPINA N., 2010, « Quartiers durables en Europe : enjeux sociaux et processuels », Urbanisme, n° 371, pp. 27-32.

SIRIANNI, C. et L. FRIEDLLAND (2001). Civic Innovation in America. Community Empowerment, Public Policy, and the Movement for Civic Renewal, Berkeley, University of California Press.

ZETLAOUI-LEGER J., 2013, « Urbanisme participatif », in Casillo I., Barbier R., Blondiaux L., et al. (dir.), Dictionnaire critique et interdisciplinaire de la participation, Paris, Groupement d'Intérêt Scientifique « Participation du public, décision, démocratie participative ».

Notes

1 Entendue ici, provisoirement et de façon générique, comme processus permettant aux individus de prendre part aux décisions ou à la définition des éléments constitutifs d’un projet de transformation du cadre de vie.

2 Afin de faciliter la lecture du présent texte, nous avons employé le masculin comme genre neutre pour désigner aussi bien les femmes que les hommes.

3 Le comité scientifique était notamment composé de : Cyria Emelianoff (Université du Maine), Jodelle Zétlaoui-Léger (l’École Nationale Supérieure d’Architecture Paris la Villette), Marie-Line Félonneau (Université de Bordeaux), Daniel Le Couedic (Université de Bretagne), Guy Mercier (Université de Laval-Québec), Thierry Paquot (Université de Paris Val-de-Marne), Jean-Pierre Augustin (Université de Bordeaux Montaigne), Pascal Tozzi et les membres de l’équipe de recherche franco-québécoise du Programme ANR PAGODE (UQAM/Université de Bordeaux Montaigne, UMR ADESS 5185)...

4 Programme de recherche financé par l’Agence Nationale de la Recherche dans le cadre de l’appel à projet « Villes durable ». Nous adressons ici un salut reconnaissant à tous les collègues de la cordée pagodienne en France et au Québec, de même qu’aux membres du Comité de Pilotage qui nous ont accompagnés : Daniel Le Couedic, Thierry Paquot et Jean-Pierre Augustin en particulier. Nous avons aussi une pensée spécifique, chaleureuse et amicale, pour Guy Di Méo, Luc Greffier, Abdourahmane Ndiaye, Didier Laugaa et Nicolas D’Andréa.

5 Que soient ici remerciés les personnels de l’UMR qui ont appuyé le programme et soutenu l’équipe de recherche durant les quatre années de l’aventure PAGODE : en premier lieu Sylvie Vignolles bien sûr, mais aussi Olivier Pissoat, Caroline Abela et Frédéric Thion… Pour leur accompagnement logistique précieux dans la dernière ligne droite, merci aussi à Marie-Louise Pénin, Marie-Bernadette Darignac, Laurent Cruchon et Christophe Bernard.

Auteur

Maître de conférences HDR en science politique, responsable programme ANR PAGODE, Université/IUT Bordeaux Montaigne, UMR ADESS 5185 - PASSAGES 5319

© Carrières Sociales Editions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540