Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un siècle de création musicale aux États-Unis

 | 
Laurent Denave

Cinquième partie. Une révolution conservatrice dans le monde musical (1968-1990)

Chapitre II. Le minimalisme, une musique moderne ou réactionnaire ?

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’histoire du minimalisme musical est toujours présentée de la même façon. La Monte Young compose les premières pièces que l’on peut qualifier de « minimalistes » : peu de notes sont jouées longuement. Terry Riley s’en inspire pour inventer ce que l’on appelle la musique « répétitive », les notes ne sont plus tenues longuement mais répétées, comme dans In C (1964), l’œuvre emblématique du « minimalisme » répétitif. Steve Reich se convertit à la musique répétitive après avoir découvert et interprété In C en 1964. Enfin, dernier élément de la première vague de compositeurs répétitifs, Philip Glass s’inspire des œuvres de Reich pour créer, vers 1967, son propre style de musique « minimaliste ». Tous ces compositeurs sont rejoints à partir des années 1970 par un nombre croissant de compositeurs plus jeunes, parmi lesquels figurent John Adams et Laurie Anderson. Cette version de l’histoire du minimalisme ne retient que les compositeurs dont le style renoue clairement avec des principes d...

© Éditions Contrechamps, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable