Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un siècle de création musicale aux États-Unis

 | 
Laurent Denave

Quatrième partie. Réadmission de la modernité dans un monde musical plus autonome (1945-1968)

Chapitre II. La modernité se fait à nouveau entendre

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

À New York, après la Seconde Guerre mondiale, le monde musical savant semble se diviser en deux sphères bien distinctes, marquées par une opposition géographique entre le nord (uptown) et le sud (downtown) de la ville. La vie musicale des conservateurs est plutôt située dans le nord de Manhattan (uptown), où se trouvent pratiquement toutes les plus importantes institutions académiques comme le Carnegie Hall, le Metropolitan Opera, la Juilliard School. Tandis que la vie musicale de la bohème et des musiciens d’avant-garde, se concentre dans le sud de la ville (downtown), plus particulièrement dans les quartiers de Soho et Greenwich Village

75. Les termes downtown et uptown sont devenus synonymes d’« avant-garde » et d’« académique ». À partir des années 1950, une partie des compositeurs modernes, en particulier les compositeurs sériels, sont admis dans les institutions dominantes du monde musical savant. Ils sont parfois considérés comme des membres de uptown. Or, il ne faut pas confo...

© Éditions Contrechamps, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable