Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un siècle de création musicale aux États-Unis

 | 
Laurent Denave

Troisième partie. Les productions d'un monde musical plus hétéronome et conformiste (1929-1945)

Chapitre II. Abandon ou marginalisation de la modernité

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans les années 1930-1945, certains compositeurs renoncent à la modernité pour produire une musique « engagée », comme Charles Seeger et Marc Blitzstein, rejoints par le compositeur en exil Hanns Eisler. D’autres n’y renoncent pas, ce qui les conduit à occuper une position marginale dans le monde musical américain, leur musique n’étant presque plus jouée ni publiée. Parmi ces derniers, outre les compositeurs d’avant-garde qui s’étaient fait connaître aux États-Unis dans les années 1920, Varèse et les « ultra-modernistes », figurent aussi les compositeurs ayant adopté la méthode sérielle (Arnold Schoenberg, Ernst Krenek, Adolph Weiss et Wallingford Riegger) et le compositeur californien John Cage.

1. L’abandon de la modernité pour une musique « engagée »

Pour faire face à la crise sociale, quelques compositeurs abandonnent temporairement la musique pour s’impliquer totalement dans la lutte politique, à l’exemple de Conlon Nancarrow (1912-1997) qui part combattre les partisans fascistes...

© Éditions Contrechamps, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable