Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un siècle de création musicale aux États-Unis

 | 
Laurent Denave

Deuxième partie. Admission de la modernité dans un monde musical plus autonome (1915-1929)

Chapitre II. Les compositeurs les plus radicaux se font entendre

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans les années 1920, la domination des compositeurs conservateurs (romantiques) est contestée. De nouveaux groupes de compositeurs s’imposent dans la sphère musicale savante. Groupes que l’on peut schématiquement diviser entre « modernistes », influencés surtout par Debussy et Stravinsky, et « ultra-modernistes », proches de Charles Ives et Schoenberg, autrement dit, entre modérés et radicaux. Parmi ces derniers, les plus notables sont Carl Ruggles, Henry Cowell, Ruth Crawford, et surtout Edgard Varèse, le plus révolutionnaire de tous. Ces radicaux ont été précédés aux États-Unis par Charles Ives, resté en marge du monde musical et dont on commence à entendre parler dans les années 1920, et par Leo Ornstein qui introduit dès les années 1910 la musique la plus moderne de l’époque dans les salles de concert étasuniennes. Ce sont ces compositeurs (Ives, Ornstein et les « ultra-modernistes »), plus que tout autres, qui défendent l’autonomie de la création musicale et permettent aux Éta...

© Éditions Contrechamps, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable