Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un siècle de création musicale aux États-Unis

 | 
Laurent Denave

Deuxième partie. Admission de la modernité dans un monde musical plus autonome (1915-1929)

Introduction de la deuxième partie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« J’ai commencé très jeune à enfreindre les règles, conscient, même alors, qu’elles m’empêchaient d’accéder à ce Monde merveilleux – cet Univers en perpétuelle expansion »
Edgard Varèse (Jolivet, 1973, p. 32)

Des années 1890 à 1914, Charles Ives écrit, dans le plus grand isolement, les premières œuvres modernes produites aux États-Unis. À partir de 1915, il est rejoint par un petit nombre de compositeurs aussi radicaux que lui, à commencer par deux compositeurs d’origine étrangère, Leo Ornstein et Edgard Varèse, et trois compositeurs étasuniens : Henry Cowell, Carl Ruggles et Ruth Crawford. Ils peuvent compter sur le soutien de quelques mécènes et membres du monde musical : associations de compositeurs, interprètes, critiques, etc. À partir du milieu des années 1910 et jusqu’à la fin des années 1920, la configuration du monde musical étasunien change progressivement. Le monde bien unifié, dominé d’un côté par les industries de la musique « commerciale » et de l’autre par une sphère sa...

© Éditions Contrechamps, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable