Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un siècle de création musicale aux États-Unis

 | 
Laurent Denave

Première partie. Charles Ives, en marge d'un monde relativement unifié (1890-1914)

Conclusion de la première partie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Depuis le début du XIXe siècle, nous pouvons constater aux États-Unis un processus d’autonomisation de la sphère savante par rapport au monde commercial. Il faut toutefois relativiser les divisions internes au monde musical avant 1915. Les compositeurs romantiques savants ne sont peut-être pas aussi éloignés qu’ils le croient de leurs confrères travaillant pour les industries de la musique légère. Il suffit pour s’en convaincre de constater que l’un des compositeurs « commerciaux » les plus célèbres et les plus riches du pays, Victor Herbert, écrit dans un style tout à fait proche de celui de l’école de Boston (style romantique « allemand »). Par ailleurs, certains compositeurs romantiques dominants ne se privent pas d’écrire, de temps en temps et sans toujours le faire savoir dans le monde savant, de la musique « commerciale » : Horatio Parker écrit occasionnellement de la musique légère pour le théâtre, de même, Henry Hadley est l’auteur de partitions de musique légère, notamment ...

© Éditions Contrechamps, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable