Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrants au Maroc

 | 
Nadia Khrouz
, 
Nazarena Lanza

Conclusion

Le Maroc comme carrefour migratoire et pays d’accueil : quels défis pour le futur ?

Ellinor Zeino-Mahmalat

Texte intégral

1Les drames de réfugiés arrivant sur le territoire européen par bateau en traversant le détroit de Gibraltar, ainsi que les incidents qui se répètent depuis le début des années 2000 en lien avec les tentatives de franchissement des enclaves espagnoles de Ceuta (Sebta) et Mellila par des migrants d’Afrique noire, ont marqué l’image du Maroc comme terre d’émigration ou de transit vers l’Europe. Le Maroc semblait être, jusqu’ici, un lieu de transit peu attractif pour de longs séjours, voire comme pays d’immigration.

2Ce n’est que récemment que scientifiques, médias et hommes politiques locaux se sont consacrés à la thématique de l’immigration vers le Maroc et aux multiples rôles du Maroc en tant que pays d’émigration, d’immigration et de transit.

3La présente publication part de ce présupposé et va au-delà, élargissant la catégorie de « migrant » et illustrant différentes formes de séjour et de résidence des étrangers au Maroc. Elle envisage ainsi des processus de transformation sociale qui se complètent mutuellement, que ce soit dans la société et le monde politique marocains ou du côté des étrangers résidents. L’immigration légale/ régulière, moins médiatisée, joue un rôle croissant pour l’économie et la société. Elle est vouée à imprégner et à transformer davantage à l’avenir le Royaume chérifien. Après presque 60 ans d’indépendance, marqués par l’émigration des Marocains et par la formation à l’échelle mondiale d’une diaspora de quelque cinq millions de Marocains résidents à l’étranger (MRE), le monde politique et sociétal marocain doit maintenant – à son tour – se poser les questions d’une immigration économiquement viable, socialement supportable et politiquement voulue. Ces enjeux se greffent sur des réalités qui restent, cependant, en partie floues, concernant le marché du travail marocain, le rôle des différents acteurs institutionnels ou les catégories assignées ou réelles des étrangers au Maroc qui rendent leurs lectures difficilement lisibles et visibles. Parallèlement, les étrangers résidents au Maroc jouent, par leurs différentes formes d’interaction avec les Marocains ou par leurs attentes et leurs exigences à l’égard du pays d’accueil, un rôle déterminant quant au processus de (re)définition de son image et de son identité nationale.

4La situation géographique particulière du Maroc a influé sur ses relations avec le monde extérieur et sur la compréhension de sa place et de son rôle. Situé en extrême-occident (arabe maghrib) du continent africain, le Royaume chérifien a pu, mieux que ses voisins, se protéger contre les influences extérieures et les envahisseurs, comme il en a été par exemple des Ottomans. Même aujourd’hui, tant les mutations politiques aux Proche et Moyen-Orient, que les processus de globalisation et de modernisation avec leurs diverses répercussions sur le mode de vie des gens, semblent atteindre le pays avec un certain retard, ou de façon atténuée. Il en est ainsi pour la prise en charge de certaines populations étrangères, présentes sur le territoire de manière plus ou moins durable. Pour illustration, on peut citer l’arrivée ces dernières années de réfugiés de différents pays en conflit, d’investisseurs et commerçants chinois qui ont renforcés leur présence, notamment à Casablanca, des ressortissants subsahariens de plus en plus attirés par le Maroc comme pays d’immigration ou, encore, des migrations du nord, anciennes mais rendues plus visibles aujourd’hui. Ces phénomènes marquent une tendance croissante vers la mobilité et la migration à partir de et vers le Maroc et défient sa capacité de s’adapter aux transformations sociales en cours. Cela implique d’intégrer dans l’analyse les enjeux de coopérations régionales.

5Le Maroc, entre l’océan Atlantique à l’ouest et les montagnes de l’Atlas à l’est, bénéficie d’une proximité particulière avec l’Europe via le détroit de Gibraltar, tout en étant contraint au sud par le désert du Sahara. Cela a facilité l’adoption d’une orientation nord-sud dans ses relations diplomatiques, qui s’est renforcée depuis 1994 par la fermeture à l’est de la frontière terrestre avec l’Algérie. Cette structure relationnelle a également été nourrie par l’histoire récente des protectorats espagnol et français sur le Royaume. Le Maroc se définit volontiers dans les débats publics comme une plate-forme entre l’Afrique sub-saharienne au sud et l’Europe au nord. Cela renvoie à la place historique des royaumes marocains qui ont jadis joué un rôle important d’interface et de liaison sur la route transsaharienne entre le nord et le sud, de même que comme espace de transit, que ce soit pour des denrées, des êtres humains (esclaves) ou des biens culturels.

6La relation historico-culturelle particulière du Maroc avec l’Afrique de l’Ouest se reflète aussi dans les conditions d’accès au territoire dont bénéficient les citoyens de différents pays. Si ces facilités concernent également les ressortissants des pays européens, le Maroc a opéré ces dernières années une revalorisation stratégique de ses relations diplomatiques, commerciales, politiques et sécuritaires avec les États d’Afrique de l’Ouest francophone. Le déploiement de différents programmes a permis un resserrement des liens entre ces États et le Maroc dans le cadre de la coopération bilatérale et internationale, visant notamment les étudiants, entrepreneurs ou religieux. Ce « marketing diplomatique », qui avait aussi pour but de consolider la position géostratégique du Maroc vis-à-vis d’autres concurrents régionaux tels que l’Algérie, s’est concrétisé par la volonté affirmée par le Royaume et son Souverain de renforcer la politique africaine et, à la fin 2014, par la signature de nombreux accords bilatéraux entre le Maroc et des États d’Afrique de l’Ouest (Mali, Sénégal, Côte d’Ivoire, Gabon). La coopération bilatérale accrue entre le Maroc et les États d’Afrique de l’Ouest pourrait renforcer la mobilité actuelle entre les pays et le tropisme déjà marqué des Ouest-Africains à l’égard de leur voisin du Nord.

7Tandis que le Royaume du Maroc souligne son « africanité » à l’égard de ses voisins du Sud et endosse le rôle du « grand frère », il est notamment devenu vis-à-vis de son voisin du Nord, l’Union européenne, le « gendarme » ou le « gardien de but », qui contribue à surveiller les frontières extérieures européennes, à contrer ou à réguler les arrivées de migrants africains et de réfugiés. Dans l’attitude du Maroc à l’égard des migrants subsahariens supposés transiter par le territoire pour rejoindre l’Europe, se dessinent assez vite les limites et défis de ce rôle du Maroc en tant que trait d’union entre l’Europe et l’Afrique. Si pour certains étrangers le Maroc est effectivement perçu comme un pays de transit dans leur voyage vers l’Europe, pour d’autres il est aussi et surtout un pays d’immigration.

8Le Maroc n’est donc pas seulement un pays de passage. Il est aussi un pays d’accueil et de destination pour différents types d’immigrations, d’origines géographiques diverses, d’Europe, d’Afrique et d’ailleurs, permanentes ou limitées dans le temps. Officiellement, environ 74 000 étrangers vivant au Maroc sont enregistrés actuellement, dont presque 40 % d’Européens et 14 % d’Algériens. Les avantages et les attraits qu’offre le Maroc comme pays de destination sont de nature géographique, économique, linguistico-culturelle, mais aussi politique. En tant que pays politiquement stable, en voie de modernisation économique et sociétale, offrant une proximité géographique et linguistico-culturelle avec l’Europe, le Maroc attire un groupe-cible potentiellement large d’étrangers désireux de s’expatrier.

9D’une part, le Maroc présente de nombreux avantages pour des chercheurs d’emploi autant que pour des investisseurs étrangers. Les grandes entreprises marocaines ou internationales établies dans la métropole commerciale et industrielle de Casablanca, dans les secteurs de la banque, des télécommunications, de la logistique, du consulting ou de l’industrie (entre autres : Banque marocaine pour le commerce et l’industrie - BMCI, Maroc Télécom, Royal Air Maroc, Office chérifien des phosphates - OCP) attirent de plus en plus de jeunes diplômés à orientation internationale des pays voisins africains ou d’Europe francophone, qui voient dans le Maroc des perspectives pour démarrer ou pour développer leur carrière professionnelle. Sans compter que, dans un climat de crise économique et financière persistante en Europe depuis 2009, de plus en plus d’Européens, en particulier du sud de l’Europe, cherchent des opportunités d’emploi au Maroc, notamment dans la coopération au développement ou dans les secteurs comme celui de la culture, du tourisme ou de l’événementiel. Les facilitées offertes pour la création d’entreprises ouvrent également des perspectives en lien avec des approches transnationales.

10Comme nous l’avons souligné, le Maroc a établi depuis des années sa réputation de destination attractive en matière de formation supérieure pour une migration étudiante principalement originaire d’Afrique subsaharienne francophone. En 2014, quelque 12 000 étudiants issus de près de 40 pays africains étaient inscrits auprès d’établissements d’enseignement supérieur publics ou privés marocains. La demande grandissante en formation au Maroc et le développement parallèle d’établissements d’enseignement privés, indiquent que le Maroc constitue une alternative pour les élites africaines, pour lesquelles l’accès au marché de la formation européen ou occidental est souvent pénible ou tout simplement impossible.

11Certaines formes de « mobilité religieuse » représentent une dimension importante des échanges et liens entretenus avec l’Afrique sub-saharienne. Les relations religieuses et culturelles qui rapprochent le Maroc d’un grand nombre d’États d’Afrique de l’Ouest depuis des centaines d’années, en premier lieu le Sénégal, se manifestent par des visites régulières de pèlerins et par un marché de « tourisme religieux » vers le Maroc en pleine croissance. Au-delà, un programme de formation instauré par le Roi Mohammed VI en 2014 pour les imams africains, dont les premiers ont été les Maliens, est appelé à former ces prochaines années des centaines d’hommes et de femmes de religion au Maroc. En tant que pays historiquement malékite et centre de diffusion de cette école au sud du Sahara, ainsi que berceau de deux confréries soufies très influentes et développées en Afrique - Tidjaniyya et Qadiriya – le Maroc attire chaque année des milliers de croyants et de pèlerins ouest-africains.

12Enfin, le Maroc est devenu un pays de résidence privilégié pour des retraités et des particuliers européens et autres étrangers, qui se sont établis dans le pays tantôt pour la saison d’hiver, tantôt pour toute l’année.

13Les différents profils des étrangers au Maroc esquissent diverses attentes vis-à-vis de leur pays d’accueil, des types d’interaction avec la société marocaine et renvoient à des enjeux variés pour le Maroc. Tandis que les réfugiés, les nouveaux arrivants et les migrants en situation irrégulière aspirent prioritairement à des conditions de sécurisation physique, juridique et d’assurance des droits sociaux et économiques de base, les étudiants et travailleurs qualifiés se préoccupent davantage d’intégration pérenne sur le marché du travail marocain. Cela étant dit, les frontières entre régularité et irrégularité administrative et les modalités de passage de l’une à l’autre de ces situations ne sont pas si évidentes.

14Pour les migrants régulièrement installés au Maroc, étudiants ou travailleurs, européens et subsahariens en particulier, la priorité est de lever les obstacles juridiques liés au droit à une résidence stable et de garantir une meilleure égalité des chances sur un marché du travail qui favorise les employés marocains (loi de « préférence nationale »). Dans ce contexte, de jeunes étudiants et diplômés, africains et européens en particulier, ont des attentes limitées quant à leur pays de résidence. Pour eux, le Maroc n’est pas un « eldorado » mais une opportunité pour leur carrière professionnelle, que ce soit via un diplôme marocain et une expérience à l’étranger valorisés dans leur pays d’origine, ou d’une éventuelle offre d’emploi attrayante au Maroc.

15Les divers profils d’étrangers et de migrants au Maroc déterminent aussi en partie leurs possibilités d’intégration dans la société marocaine. D’une part, le contexte familial, national, économique et social ou linguistico-culturel des étrangers au Maroc est susceptible de favoriser - ou pas - leur insertion dans la société marocaine ou dans certaines de ces sphères. Des attaches familiales par le conjoint, des origines binationales, un statut social valorisé, la maîtrise du dialecte marocain ou de la langue française, une culture ou une pratique religieuse musulmane, des connaissances du Maroc, etc., sont autant de facteurs qui peuvent soutenir l’accès et l’acceptation auprès des membres de la société marocaine. Il faut cependant souligner que différentes formes de motivation et de perception liées à l’intégration dans la société marocaine coexistent. Tandis que de nombreux migrants européens et africains ne recherchent qu’une expérience passagère de séjour à l‘étranger, une amélioration de leurs conditions de vie économiques ou de leur parcours professionnel, se cantonnant dans le cercle élargi de leur « communauté d’expatriés », d’autres, en revanche, recherchent un lien plus étroit avec la société locale.

16Les étrangers qui s’organisent en communautés constituent pour certains leurs propres réseaux indigènes, créant ainsi des structures « parallèles » de communauté de vie. Les associations d’étudiants africains, les communautés religieuses (en particulier chrétiennes) ethniquement marquées ou internationales, les communautés d’expatriés européens, mais aussi la constitution de quartiers ethniquement marqués comme à Casablanca et Rabat sont autant de formes d’expression de la diversité étrangère sur le sol marocain. Parallèlement, des lieux de rencontres entre Marocains et étrangers se développent, des mariages bi nationaux sont conclus, des influences diverses s’opèrent, de nouvelles mobilités sont constatées entre « ici » et « là-bas », remodelant le cosmopolitisme marocain et l’interrogeant, sans pour autant se déployer, dans les mêmes temps, au niveau des dispositifs publiques, légaux ou les débats politiques en la matière.

17Les polémiques qui ont suivi la publication, en 2012, de la Une d’un journal marocain intitulée le péril noir montrent le malaise qui entoure la question du racisme et de la discrimination quotidienne à l’égard des migrants subsahariens. Ces débats ont dévoilé en outre des craintes et des stéréotypes sur les migrations et sur les différentes catégories de migrants, de même que l’urgente nécessité de clarifier les multiples dimensions de ces réalités et d’élargir les questionnements les concernant pour un débat plus ouvert et déstigmatisant. L’immigration illégale et l’arrivée de nouveaux réfugiés sont de plus en plus ressenties comme une menace pour le Maroc, venant conforter des amalgames récurrents, que viennent renforcer des procédures souvent opaques. Le nombre croissant d’Européens à la recherche d’un travail, souvent en séjour irrégulier, pourrait aussi être vu de façon critique à l’avenir. La nette et visible augmentation de la mobilité, des séjours temporaires ou de l’établissement sur le long terme d’étrangers sur le territoire marocain au cours des dix dernières années ont contraint l’État marocain à faire davantage face aux questions concernant la migration et de l’immigration.

18L’idée qu’ont les Marocains de leur identité nationale, de même que la politique d’immigration du Maroc, sont actuellement régulièrement questionnées. L’accès à la citoyenneté par la naturalisation repose essentiellement sur le principe du droit du sang (lat. jus sanguinis) et fait perdre de son sens à la question de l’intégration des étrangers installés sur le territoire. Pourtant, les interactions entre étrangers et Marocains, les cohabitations au Maroc et à l’étranger, impactent inévitablement les relations à l’identité nationale, au pays ou à la culture d’appartenance ou d’origine, ainsi que les perceptions de cette identité nationale, comme l’illustrent les positionnements de la nouvelle Constitution de 2011 sur ces questions.

19L’image officielle que le Royaume du Maroc essaye de promouvoir est celle d‘une monarchie à la fois éclairée et traditionnelle. Les Marocains sont, par leur naissance et leurs origines, des citoyens avec des droits et des devoirs civiques et, en même temps, des membres indéfectibles de la monarchie, ce qu’ils demeurent même s’ils émigrent ou acquièrent une autre nationalité. Une intégration juridique et sociale des migrants n’est pas l’objectif de la politique d’immigration marocaine. Au contraire, la politique d’immigration actuelle a pour objectif la régularisation et, de plus en plus, le contrôle et la sauvegarde de la sécurité intérieure. C’est ainsi que doit être comprise la nouvelle mesure de « régularisation » introduite en septembre 2013, visant à promouvoir la reconnaissance juridique et l’enregistrement de migrants irréguliers. Le nombre d’étrangers séjournant irrégulièrement au Maroc est évalué par le ministère de l’Intérieur marocain entre 35 000 et 40 000. Si la nouvelle politique a pour objectifs un contrôle plus efficace et une idée plus précise sur le séjour des étrangers sur son territoire, la focalisation sur certaines catégories de populations étrangères et l’absence d’attention à d’autres semblent limiter ou interroger cette ambition globale. Il est cependant légitime de se demander dans quelle mesure l’immigration et la mobilité vont changer, par un jeu de miroir, l’image que non seulement les Marocains, mais aussi les nouveaux arrivants, se font du Maroc. Cet effet de miroir, découlant aussi de la forte émigration et présence de Marocains à l’étranger, pourrait d’ailleurs aussi interroger le regard porté sur l’immigration au Maroc. La société marocaine, largement conservatrice, n’est pas pour autant isolée hermétiquement du monde extérieur, ni à l’abri de processus de transformation interne. Les nouvelles possibilités offertes par la mobilité accrue vont poursuivre l’internationalisation du marché du travail et de la formation, celle de la production et de la consommation, continuant à exposer la société marocaine à de nouvelles idées et influences socio-culturelles.

20La question demeure ouverte : comment l’État et la société réagiront, dans un pays en développement en cours de modernisation tel que le Maroc, à ces mutations et tendances sur le long terme ? Les mobilités et les processus de modernisation économique ne débouchent pas nécessairement sur une société cosmopolite et ouverte. Souvent, ils débouchent aussi sur des tendances contradictoires de retrait ou de repli qui peuvent mener à la xénophobie et au populisme. Ce qui est certain, c’est qu’une confrontation sur des bases sûres avec l’immigration et ses processus de transformation profonds de l’État et de la société (y compris pour les étrangers qui y résident) n’est pas à l’ordre du jour au Maroc. Le présent recueil offre un premier aperçu thématique, large et solide sur la migration, la mobilité et la présence étrangère au Maroc.

© Centre Jacques-Berque, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable