Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrants au Maroc

 | 
Nadia Khrouz
, 
Nazarena Lanza

Le Maroc : une société plurielle au prisme de l'altérité

Migrants subsahariens à Rabat, une entrée spatiale : l’épreuve des espaces publics

Khadija Karibi

Texte intégral

1En été 2013, en nous rendant au centre-ville de Rabat, nous avons constaté la présence de commerçants subsahariens. Une présence récente, puisqu’en achevant une thèse sur les espaces publics centraux de Rabat en 2011, cette présence passait inaperçue et se limitait aux espaces publics de proximité. De plus, par la proximité de notre lieu d’habitat des quartiers connaissant une concentration élevée de ressortissants subsahariens, nous avons été témoin de l’évolution de leur installation dans ces quartiers. Nous avons ainsi décidé d’interroger les formes et les modes d’accès aux espaces publics pour les ressortissants subsahariens et d’étudier les effets que ces présences peuvent générer en termes de reconfiguration des espaces et d’interactions réciproques avec les Marocains.

2La notion d’espace public est à considérer ici dans sa matérialité spatiale, en tant que support de l’interaction sociale, et dans sa prédisposition à assurer les enjeux de mobilité, de sociabilité, d’urbanité et d’interactions.

3La réflexion que nous développons est le résultat d’un travail de terrain mené entre 2005 et 2011 dans le cadre d’une thèse de doctorat et, entre 2013 et 2014, à l’occasion d’une étude sur la densité et les formes urbaines. Le quartier Douar Hajja, connu pour être habité par une population importante de migrants subsahariens, fut l’un des cas d’étude. Pour les besoins de cet article, nous avons effectué une investigation ciblée entre septembre et octobre 2014 dans certains espaces publics de Rabat et dans les lieux habités ou fréquentés par les ressortissants subsahariens. Outre les constats et observations tirés d’une posture de membre de la société marocaine, nos investigations se sont axées sur l’observation et des entretiens qualitatifs auprès de ressortissants subsahariens de profils, statuts et nationalités différents, ainsi qu’auprès de Marocains.

4Si la migration subsaharienne a suscité l’intérêt de plusieurs chercheurs, son impact spatial et urbain reste moins étudié. Rares sont les travaux qui en traitent directement, l’approchant de manière marginale, en tant qu’un des éléments de la dynamique migratoire. Les aspects sociaux, économiques, politiques et les conditions de vie demeurent fortement interpellés. Les espaces urbains sont abordés dans leur articulation avec la géographie du cheminement migratoire en tant que « lieux de transit ».

5Federica Infantino (2011) parle de l’émergence d’enclaves, ou de niches transnationales, discrètement intégrées dans la vie culturelle de Casablanca qu’elle désigne comme « lieux de l’Afrique ». Johara Berriane (2007) parle d’« espaces de rencontres » que forment la rue, le quartier et l’université comme supports de perceptions et de rencontres des étudiants subsahariens avec les Marocains. Pour leur part, Jean-Louis Edogue Ntang et Michel Peraldi (2011) qualifient les quartiers d’installation de migrants subsahariens de « lieux invisibles » où ils sont contraints à des mobilités intra-urbaines entre les espaces périphériques de Rabat.

La migration subsaharienne au Maroc, une nouvelle réalité urbaine ?

6La migration en provenance d’Afrique subsaharienne au Maroc est perçue comme un phénomène nouveau subordonné à une représentation médiatisée et réductrice des Noirs. Cette réalité « nouvelle » ne peut être considérée en tant que telle qu’au vu de sa forme inédite (Bredeloup et Pliez, 2005). Certains anciens écrits arabes ont relaté en premier les échanges séculaires existants entre l’Afrique du nord et les pays subsahariens (Tamsir Niane, 1985).

7Au Maroc, dès l’antiquité, des rapports sont établis avec l’empire du Soudan occidental dont les évocations sont encore perceptibles, notamment dans les chansons populaires.

8Toutefois, ce n’est que récemment que la présence des ressortissants subsahariens commence à s’imposer comme « nouvelle réalité » dans de nombreuses villes marocaines. Cette présence est alimentée par une double forme d’immigration : irrégulière (à partir des années 1990) et régulière impulsée par l’ouverture du Maroc sur l’Afrique subsaharienne et drainant une arrivée croissante d’étudiants, de travailleurs, etc.

9Pourtant, l’ampleur accordée à la migration subsaharienne semble excessive. Le Recensement Général de la Population et de l’Habitat (2004) révèle que les ressortissants subsahariens régulièrement présents au Maroc ne représentent que 0,01 % de la population totale. Selon le ministère de l’Intérieur et celui de la Migration, ceux en situation irrégulière comptent entre 25 000 à 40 000 (conférence de presse, Salé, 2013).

Migrants subsahariens et espaces publics, l’élargissement prudent des lieux de « visibilité »

10Au milieu des années 1990, certains migrants subsahariens qui arrivaient par autocar s’arrêtaient, de nuit, sur la route côtière à Akkari. Des chauffeurs de petits taxis les transportaient à Douar Hajja où des réseaux de migration s’étaient établis, comme nous l’a témoigné un chauffeur de taxi. C’était un « business » lucratif (100 dirhams la place). Douar Hajja semble avoir été le premier contact de ces migrants subsahariens avec Rabat, ce qui expliquerait la forte concentration de cette population dans ce quartier. Cela a ensuite été autour du quartier Bouitat. Les lieux d’accueil se sont étendus aux environs de ces deux quartiers, plus largement à Takkadoum, Youssoufia et J5, puis vers d’autres quartiers plus éloignés, notamment l’Océan, Diour Jamâa et Douar Kora. Les premières spatialisations des migrants coïncidaient avec les quartiers les plus stigmatisés de Rabat (Douar Hajja et Bouitat) en tant qu’espaces de marginalisation et d’insécurité. Progressivement, l’élargissement des lieux d’habitat s’est fait dans des quartiers relativement moins précaires, tout en restant cantonné dans des quartiers populaires. L’accès aux quartiers aisés restant limité à une minorité de ressortissants (travailleurs, étudiants, diplomates…).

11L’individuation des trajectoires migratoires a fait que de nouveaux critères sont rentrés en jeu dans le choix du lieu de résidence. Outre le prix, s’ajoute selon les entretiens que nous avons effectués, la recherche de sécurité, la mobilité et la proximité des espaces centraux. La mise en service du tramway et de nouvelles lignes de bus a eu un impact sur l’ouverture vers d’autres quartiers plus lointains (Salé, Témara et Hay El Fath), notamment pour les étudiants et les employés.

12Il n’en demeure pas moins que cette « démocratisation » de l’habiter reste cantonnée dans les quartiers populaires, donnant lieu à une polarisation spatiale de la présence subsaharienne. L’augmentation du nombre des étudiants inscrits dans les écoles privées et le recrutement de certains migrants dans les centres d’appel ont accru leur présence dans le centre-ville et le quartier de l’Agdal qui concentrent ces services.

13Les espaces centraux historiques exercent une attractivité notoire sur les migrants subsahariens, particulièrement la médina, lieu privilégié d’approvisionnement pour la diversité des produits disponibles et les bas prix. L’ancien centre colonial est visité pour son urbanité et l’image qu’il véhicule.

14La présence de plus en plus marquée de subsahariens dans l’espace public en général s’observe aussi dans les petits commerces de rue, dans les Mouqef (lieux où se regroupent les ouvriers proposant leurs services) de Kamra et de Takkdoum ou dans les rues pour ceux sollicitant la charité, particulièrement les femmes avec enfants, plus vulnérables et accédant difficilement au marché de travail.

15Cependant, l’accès aux espaces publics n’est pas pour autant acquis. Des filtres se dressent en lien avec le statut de l’espace considéré, la disponibilité des moyens de transport, le contrôle policier et les difficultés liées à la stigmatisation dont font l’objet les Africains subsahariens. Dans leurs rapports avec les Marocains, ces derniers se trouvent souvent mis à l’épreuve et acculés à témoigner de leur « bonne conduite » dans leur lieux d’habitat et dans les espaces publics. Une étudiante témoigne : « Quand nous avons loué une chambre à Salé, nos colocataires marocaines étaient méfiantes… et quand elles ont fini par nous connaître… Elles nous disent qu’on n’est pas comme les autres » [A. Gambie]. Cette mise à l’épreuve récurrente relate l’image stéréotypée portée sur les ressortissants subsahariens. Certains observent une distanciation, soit par divergence des représentations réciproques, soit par crainte de dénonciation quand leur situation administrative est irrégulière.

16L’hostilité a atteint son paroxysme avec l’affichage de pancartes dans des immeubles de Casablanca stipulant « Interdiction de louer aux Africains » ; images relayées par les réseaux sociaux et les médias. C’est également ce que montre la réaction hostile de certains habitants et riverains envers des migrants subsahariens, refoulés par les autorités policières marocaines des zones frontalières nord à Kamra et installés temporairement près de la gare routière, dans l’impasse d’une unité de voisinage. Ceux-ci reçoivent néanmoins régulièrement des plats de couscous le vendredi de la part d’habitants des quartiers proches, réactivant la notion de Aâbir Sabil (transitant) à charge religieuse de bienfaisance, révélant également des perceptions divergentes et instables de la part des « voisins » marocains. Au-delà, les étudiants subsahariens évitent de s’afficher avec ceux considérés comme migrants irréguliers, par réfutation de l’image qu’ils renvoient et par peur d’être assimilés à eux, voire d’être interpellés par la police en cas de rafle.

17Dans le langage commun, les étrangers subsahariens sont désignés par « Al Afarica » (les Africains). Il s’agit ici d’une mise à distance, le Marocain se reconnaissant souvent moins dans son appartenance africaine qu’arabe et maghrébine. Les premiers cours d’histoire reçus à l’école soulignent cet aspect. Le clivage culturel semble constituer un obstacle dans les rapports entre Africains subsahariens et Marocains comme il revient dans les propos des uns et des autres. Pour plusieurs de nos interviewés subsahariens, l’urbanisme et l’architecture de la médina et de la ville nouvelle et contemporaine accentuent la référence arabe et occidentale.

18La reconfiguration des espaces publics par les commerçants subsahariens à la sauvette semble fluctuante et moins marquée. L’accès à ces espaces, notamment centraux, étant régulé, leur présence (notamment à Bab El Had, au centre-ville ou à Bouitat) s’affiche, mais demeure néanmoins instable, au gré des conjonctures et des interventions des forces de l’ordre. Pourtant, dans différentes réactions de Marocains sur les réseaux sociaux et les blogs, la migration subsaharienne est perçue comme une « invasion », limitée ici aux « forêts squattées et aux espaces envahis par les commerçants » et atteinte à la horma (intégrité) du pays.

Des lieux d’entre-soi... aux lieux de mixité

19L’entre soi est alors recherché par les ressortissants subsahariens, qui y voient une façon de vivre comme au pays, de s’épanouir, d’entretenir les solidarités. Il s’exprime dans des espaces fermés et réservés : lieux de culte, cafés, espaces de rencontre et de divertissement aménagés dans les maisons. Les quelques boutiques spécialisées de la capitale, comme par exemple l’International boutique africain au quartier Kora à Yacoub El Mansour, constituent des lieux de rencontres et d’échanges entre Africains subsahariens et permettent de régler des affaires, prendre un rendez-vous, se divertir... Cet entre-soi peut être extensible en dehors de Rabat, à la recherche de sociabilités entre compatriotes. L’installation de connaissances dans d’autres villes leur octroie une mobilité fluide, comme en témoigne un groupe d’étudiants et travailleurs éthiopiens : « Grâce à la possibilité de location de voitures et à la présence de nos concitoyens dans différentes villes, nous avons pu visiter tout le Maroc… ». Profiter d’autres aménités urbaines que n’offre pas Rabat constitue aussi un motif récurrent pour fréquenter Casablanca ou d’autres villes comme Kenitra, Fès, etc.

20Pour les étudiants que nous avons interviewés, la Cité internationale constitue une étape initiatique d’accès à la ville. Le passage de la Cité au quartier marque le passage d’une vie « communautaire » à une vie « fermée ». Au sein de la cité, les étudiants vivent avec sérénité le statut partagé d’« étrangers », contrairement au quartier où ce statut a des conséquences en termes d’interactions et de représentations réciproques avec les Marocains.

21Cependant, des espaces de mixité entre Africains subsahariens et Marocains apparaissent. Les cafés constituent des lieux où l’interaction est favorable, notamment lors de la diffusion des matchs de football. C’est aussi un lieu idéal pour l’apprentissage de la darija. Sur les terrains de sport, les tournois organisés créent des liens, parfois durables. La religion comme facteur de mixité n’apparaît réellement que dans les mosquées, particulièrement pendant le Ramadan et les jours de fêtes. Des ONG prennent le relais en offrant des espaces de rencontre. La fondation Orient-Occident dans le quartier Amal (proche de J5) notamment, propose aux étrangers de différentes nationalités et aux Marocains une plate-forme de rencontres autour d’activités ludiques, pédagogiques ou sportives.

22Au-delà de l’appartenance religieuse, la maîtrise de la darija devient déterminante, facilitant « l’intégration ». Ceux qui ne la maîtrisent pas, se trouvent plus souvent contraints à la distanciation.

23Cette étude a permis de montrer que les manifestations spatiales de la migration subsaharienne à Rabat se construisent progressivement dans des marginalités urbaines. Elle s’ancre dans les quartiers populaires et s’intègre dans une expérience empreinte d’altérité et de nouvelles sociabilités, non exemptes de frictions et de représentations mitigées, voire conflictuelles. Cette expérience est à inscrire dans l’histoire urbaine de Rabat et dans une large mesure dans le référentiel identitaire marocain, qui, malgré la reconnaissance officielle de « l’identité africaine » (cf. Constitution de 2011), n’a pas eu réellement de répondant dans l’usage quotidien.

24Si la pratique des espaces publics par les migrants subsahariens semble dans un premier temps initiatique, limitée à la proximité des lieux de résidence, elle s’élargit à travers des porosités urbanistiques et sociales. Par ce qu’ils offrent comme sociabilités, les lieux d’ « entre- soi » semblent transcender une fermeture, réelle ou supposée, des espaces publics. De même que les espaces de mixité annoncent une interaction en cours de construction. Reste à savoir si les annonces récentes de changement de la politique migratoire inaugureront une nouvelle forme de sociabilités et de coproduction urbaine au Maroc.

Bibliographie

J. Berriane, « Les étudiants subsahariens au Maroc : des migrants parmi d’autres ? », Atelier sur les migrations africaines : comprendre les dynamiques des migrations sur le continent, Accra, Centre for Migration Studies and International Migration Institut, 2007, p. 18-21.

S. Bredeloup, O. Pliez, « Migration entre les deux rives du Sahara » (introduction), Autrepart, n° 36, 2005, p. 3-20.

D. Tamsir Niane, « Introduction », dans volume IV de l’Histoire générale de l’Afrique, l’Afrique du XIIe au XVIe, Dijon, Jeune Afrique/ UNESCO, 1985.

J.-L. Edogue Ntang, M. Peraldi, « Un ancrage discret. L’établissement des migrations subsahariennes dans la capitale marocaine », dans M. Peraldi (éd.), D’une Afrique à l’autre, migrations subsahariennes au Maroc, Paris, Karthala, 2011, p. 35-52.

F. Infantino, « Barbès à Casa ? Lieux cosmopolites d’Afrique dans la métropole marocaine », dans M. Peraldi, D’une Afrique à l’autre, migrations subsahariennes au Maroc, Paris, Karthala, 2011, p. 73-100.

© Centre Jacques-Berque, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable