Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrants au Maroc

 | 
Nadia Khrouz
, 
Nazarena Lanza

Le Maroc : une société plurielle au prisme de l'altérité

Quelle intégration pour les étrangers au Maroc ? Les écueils d’un terme à éviter

Sylvain Beck

Texte intégral

1Cet article se propose d’interroger l’usage du terme « intégration » concernant la présence des étrangers au Maroc. De plus en plus utilisé comme allant de soi dans les discours publics, il devrait pourtant être systématiquement critiqué et redéfini dans le contexte politique et historique marocain. Le dictionnaire Le Trésor de la langue française en propose une définition précise. C’est une « phase où les éléments d’origine étrangère sont complètement assimilés au sein de la nation tant au point de vue juridique que linguistique et culturel ». Cette définition sociologique associant intégration et assimilation prolonge en effet la définition générale du même dictionnaire qui est « l’action d’incorporer - c’est-à-dire de mélanger intimement afin d’obtenir un tout homogène - un ou plusieurs éléments étrangers dans un ensemble constitué ». C’est l’association entre la présence d’étrangers et l’intégration qui est controversée en sociologie. D’une part, la plupart des travaux montrent que le processus d’assimilation d’un migrant n’est jamais complètement achevé. D’autre part, la nation étant une notion abstraite, elle ne constitue pas un ensemble cohérent auquel les étrangers pourraient être complètement intégrés. Au Maroc, la question de la place de nouveaux arrivants se pose à juste titre. Se pose alors la question de l’utilisation au Maroc de ce terme qui, pour des raisons historiques et culturelles, s’est propagé en France au point de devenir polémique.

2L’analyse de différentes situations de Français à Rabat et Casablanca montre différents degrés d’immersion qui ne se traduisent jamais en termes d’intégration. Nous nous sommes focalisés sur la vie quotidienne d’enseignants, dans leur vie personnelle et professionnelle. Socialisés en France selon l’idéologie républicaine, nous avons estimé que leurs représentations sur l’intégration pourraient nous renseigner sur la manière de définir leur place au Maroc. Dix-huit mois d’observations à Rabat et Casablanca entre 2009 et 2013 ont permis de recueillir quarante-cinq entretiens semi-directifs auprès d’enseignants français. Il faut considérer la particularité de ces villes en tant que capitales administrative pour l’une, et économique pour l’autre, fondées durant la période coloniale. Mais derrière les ressemblances de certaines infrastructures et quartiers avec la France, l’observation des pratiques quotidiennes montre une appropriation de l’espace urbain et de l’usage de codes sociaux et de normes spécifiquement marocains. Boire un café, faire des achats, prendre un bus ou un taxi, traverser la rue ou chercher une adresse sont des actes quotidiens parmi d’autres qui rappellent chaque jour que la société marocaine a une histoire et un mode d’organisation sociale qui lui sont propres. La plupart des personnes interrogées ont souligné le décalage de leur perception au fur et à mesure de leur séjour. Les entretiens se sont focalisés sur les raisons du départ, les conditions d’arrivée, de séjour, ainsi que les pratiques quotidiennes. Deux dimensions principales permettent de distinguer leur statut juridique et leur degré d’immersion dans la langue et la culture marocaine. D’une part, leur statut professionnel détermine leur position sociale et la durée de leur séjour : fonctionnaires titulaires ou non dans l’éducation nationale française, ils exercent dans les établissements français ou privés marocains, francophones ou bilingues, avec un contrat d’expatriation, de détachement ou de droit local. D’autre part, leur vie familiale entraîne des relations avec la société d’accueil : célibataires, en couple français ou franco-marocain, avec ou sans enfants scolarisés. Cet article présente trois profils en fonction de leur trajectoire, leur situation professionnelle et leurs pratiques quotidiennes, en questionnant l’usage du terme intégration.

Les « affinitaires », une double appartenance contrastée

3Christine vit à Rabat depuis 35 ans. Titulaire dans l’éducation nationale française détachée au lycée français de Rabat depuis 22 ans avec un contrat de détachement. Elle est mariée avec un homme marocain avec qui elle a eu deux enfants, âgés de 22 et 26 ans. Au cours de l’entretien, elle délimite les différents milieux de sa vie quotidienne entre une sphère à laquelle elle se sent intégrée - sa famille, sa belle-famille, ses amis Français et Marocains -, et son milieu professionnel. Elle se sent davantage étrangère lorsqu’elle quitte ce milieu pour rencontrer d’autres personnes qui lui renvoient systématiquement sa position d’étrangère, malgré sa volonté d’intégration, notamment en parlant arabe. L’exemple de Christine est significatif d’un profil affinitaire. Une double appartenance s’est opérée au fur et à mesure de la socialisation dans l’environnement marocain. Pourtant, Christine souligne les limites de son appartenance au Maroc. Elle s’en est accommodée au fil du temps. Arrivée au Maroc avec son mari rencontré en France pendant leurs études, elle se dit « ouverte d’esprit », et optimiste quant à ses capacités d’intégration dans une société qui lui est étrangère. Quelques années après son arrivée, elle a travaillé à Rabat pendant deux ans, alors que son mari terminait ses études au Canada. Vivant seule, elle rendait visite régulièrement à sa belle-famille qui vivait dans la médina de Marrakech et ne parlait pas français. Christine a alors appris à se débrouiller seule au quotidien et à parler en darija. Or, trente-cinq ans plus tard, elle évoque des « limites » à son intégration en insistant sur son repli au sein d’un groupe de personnes qu’elle connaît bien.

4Au cours de l’entretien, elle évoque une société « très fermée », une intimité impénétrable de l’organisation sociale qui laisse l’étranger à une place extérieure. Elle explique que son expérience lui a appris à composer selon les limites que l’organisation sociale marocaine lui impose. Elle explique que son conjoint lui a permis un certain sentiment d’intégration, qui se joue dans la relation intime de la famille et du couple. Étrangers dans une société qui leur est familière, les « affinitaires » composent avec une double appartenance nationale ayant les avantages et les inconvénients d’un entre-deux qu’ils transmettent à leurs enfants. En définitive, les « affinitaires » installés au Maroc ne se sentent pas vraiment intégrés, mais souvent très bien accueillis.

Les « expérimentateurs », un séjour temporaire

5Aurélien, 42 ans, célibataire et sans enfants, est enseignant titulaire en France, détaché au lycée français de Casablanca depuis un an. Précédemment, il a enseigné en banlieue parisienne pendant sept ans et au lycée de Rabat pendant quatre ans. Pour lui, l’expérience d’enseignement hors de France est comme un voyage, une expérience temporaire caractéristique du profil expérimentateur.

6Il met en avant l’apprentissage par expérience de sa situation d’étranger. Une analyse plus profonde de son parcours montre qu’il ne s’agit pas seulement d’un choix, mais aussi d’une détermination par des représentations du voyage, de l’altérité, des ascendances d’origine italienne, et une socialisation progressive au goût du déplacement. Comme d’autres enseignants rencontrés, le choix du Maroc se situe dans la continuité de liens en France avec des personnes d’origine maghrébine, soit des amitiés, soit des rencontres en tant qu’enseignant avec certains élèves et parents d’élèves. Si ces relations ont pu influencer le départ et le choix du pays, leurs affinités n’ont pas la force intégrative de celle des « affinitaires ». Par exemple, pour les « affinitaires », l’apprentissage de l’arabe relève davantage d’une nécessité quotidienne de communication, notamment au sein de la belle-famille ou dans le cadre professionnel pour ceux qui exercent dans certains établissements marocains. Les « expérimentateurs » suivent un idéal d’intégration qui passe par l’effort d’apprendre la langue, même si ce n’est pas nécessaire dans leur environnement francophone quotidien.

7Aurélien évoque la francophonie comme un critère déterminant pour le choix du Maroc. Arrivé avec ses représentations de l’immigration des Maghrébins en France, il dit avoir voulu se mettre « dans la peau de l’immigré » en observant que la position sociale des Maghrébins en France et des Français au Maroc « n’est pas du tout réversible ». En effet, les enseignants français subissent rarement des discriminations négatives et de rejet comme cela peut être le cas des Maghrébins en France ou des Sub-Sahariens au Maroc. À la recherche d’expériences extraordinaires que leur offre leur nouvelle situation, les « expérimentateurs » trouvent les limites de leur intégration dans l’environnement qui les accueille et les cadres sociaux qui structurent leur séjour, comme le type d’établissement scolaire, la langue et le statut social des élèves. Leur environnement quotidien leur permet rarement de percevoir les multiples facettes de la société marocaine.

Les « internationaux », une appartenance délocalisée

8Le profil des internationaux représente une opposition à la possibilité d’intégration. L’exemple le plus significatif est celui de Francis, 53 ans, professeur détaché dans une école primaire française de Casablanca. Résidant depuis sept ans, il a vécu dans sept pays différents en vingt ans, la plupart en Afrique, avec quelques séjours de plusieurs années en France. Il n’évoque aucun intérêt pour la langue et la culture marocaine. Lors de notre entretien, quelques jours avant l’Aïd El- Ahda, qui se déroule pendant les vacances, il prévoit de rentrer en France parce que « la fête du mouton n’est pas ma tasse de thé ». Représentant syndical, marié à une femme française, il se définit avant tout comme Breton et affirme ne pas se sentir plus acculturé au Maroc qu’en France, estimant que « c’est en France qu’ [il a] des problèmes ». Il sous-entend ainsi ne pas se sentir intégré lorsqu’il rentre en France et revendique une appartenance régionale. Avec sa femme qui est française, ils gardent des habitudes de leur pays d’origine. Ses activités sociales sont essentiellement liées au syndicat des enseignants du primaire et sa participation à une association de Français hors de France. Il est davantage investi dans un réseau associatif transnational de la communauté française hors de France. Il a appris l’arabe au début de son séjour, mais s’est découragé devant la difficulté de la langue et le peu d’utilité qu’il y trouvait.

9La particularité de Francis par rapport à Christine et Aurélien est que son déplacement ne s’inscrit pas dans une recherche personnelle de découverte, de rencontre, ou une réinvention de son histoire familiale. Le déplacement s’inscrit davantage dans la continuité d’une mobilité géographique familiale. Ses parents eux-mêmes ont été enseignants dans le primaire hors de France, principalement en Afrique, années durant lesquelles Francis a été scolarisé. Il a lui-même exercé plus de vingt ans dans sept pays différents entrecoupés de quelques séjours en France. Restant dans des cercles francophones, ses habitudes l’ont conduit à s’inscrire activement dans les réseaux associatifs transnationaux francophones en limitant son intérêt pour l’environnement social local dans lequel il ne se sent pas légitime de participer en tant qu’étranger, si ce n’est dans le cadre de l’exercice de sa profession.

L’intégration, les difficultés d’une notion stricte

10Dans un pays qui se révèle depuis peu de temps comme un pays d’immigration, le terme « intégration » semble être importé spontanément, notamment par l’usage du français et l’enseignement francophone, par des étudiants marocains en France et certains intellectuels français ou franco-marocains. Mais la vision jacobine qu’il renferme est-elle prise en compte dans ses usages au Maroc ? Son usage est très discuté en France dans les sciences sociales, notamment du fait que ce soit un concept normatif et universaliste représentant le « point de vue du dominant sur le dominé » (Lapeyronnie, 1993, p. 17). Ses significations sont plus nuancées et peuvent se résumer entre une posture assimilationniste qui favorise davantage le point de vue des institutions et leur universalité et une posture multi culturaliste qui valorise le point de vue des individus et leurs particularités. Mais la plupart des auteurs français recommandent une vigilance particulière du fait de son caractère polémique. En effet, l’étendue de sa définition modifie la signification en fonction de la position sociale, le niveau et le type de formation du locuteur, le pays où le sujet est né, son histoire personnelle, ses intérêts et ses ambitions (Xavier de Brito & Vasquez, 1996). Ainsi, le terme définit de manière très stricte un ensemble trop vaste pour décrire la réalité. Certains auteurs suggèrent de l’abandonner. D’autres proposent d’en mesurer rigoureusement les différentes dimensions selon des facteurs précis : l’emploi, le logement, la scolarité, la participation politique (Lapeyronnie, 1993). En France, le modèle d’intégration par assimilation s’inscrit dans une vision jacobine de la citoyenneté, ancrée dans des principes républicains aux ambitions universelles. Est-ce que ce terme de la langue française pourrait être pertinent dans la société marocaine ? Sur un plan socio-culturel, si certains enseignants français sont impliqués au sein d’associations humanitaires ou culturelles, aucune pratique assidue de l’islam n’a pu être observée ni de participation à des mouvements islamiques, tels que confréries soufies ou autres mouvements spirituels. Certains ont des affinités avec l’islam, une certaine connaissance du Coran ou une conversion pour leur mariage. Manger un couscous le vendredi, participer à l’Aïd-el-Kébir ou comprendre et utiliser des expressions comme inch’Allah ou bism’illah sont monnaie courante. En revanche, rares sont ceux qui jeûnent pendant le ramadan, organisent l’Aïd chez eux ou se privent d’alcool. Les mariages franco-marocains sont généralement avec des personnes non pratiquantes. Si la plupart des enseignants français rencontrés ont appris des rudiments d’arabe, rares sont ceux qui en ont une maîtrise courante car la communication en leur présence se fait généralement en français. Sur un plan économique, s’ils jouissent d’un confort indéniable par rapport à la majorité des Marocains, ils ne font pas non plus partie de l’élite économique au Maroc. Selon les cas, la place des Français au Maroc repose généralement sur un bon accueil, une hospitalité qui peut parfois sembler intéressée par la fonction privilégiée qu’ils occupent dans l’organisation sociale marocaine. Le Royaume chérifien étant régi par le droit du sang (jussanguinis), l’acquisition de la nationalité restant exceptionnelle et la cohésion nationale reposant sur l’appartenance religieuse avec le Roi comme commandeur des croyants, la place des étrangers ne se pose pas en termes d’intégration. Il ne s’agit pas d’un contrat social républicain centralisé. L’usage du terme intégration est un écueil de la francophonie qu’il conviendrait de redéfinir dans l’appréhension récente de l’immigration au Maroc. Pourtant, il est apparu de manière redondante récemment dans le langage courant, véhiculé par certains médias et discours politiques.

11Il pourrait également être pertinent de se pencher sur les traductions du terme arabe ou d’usage au Maroc désignant la place de l’étranger au Maroc. La société marocaine développe un rapport spécifique aux étrangers en termes de discriminations et de différenciations fondées sur l’apparence physique et l’hexis corporelle. L’accès aux droits, les relations de pouvoir et les possibilités de mobilité sociale ne concernent pas seulement les étrangers, mais aussi les Marocains.

Bibliographie

D. Lapeyronnie, L’individu et les minorités. La France et La Grande- Bretagne face à leurs immigrés, Paris, PUF, 1993.

D. Loch, « Integration as a sociological concept and national model for immigrants : scope and limits », Identities : Global Studies in Culture and Power, n° 21, Issue 6, 2014, p. 623-632.

D. Schnapper, Qu’est-ce que l’intégration ?, Paris, Gallimard, 2007.

M. Wieviorka, « L’intégration : un concept en difficulté », Cahiers internationaux de sociologie, n° 125, 2008, p. 221-240.

A.-X. de Brito, A. Vasquez, « L’intégration, mais qu’est-ce donc ? Analyse fondée sur une recherche ethnographique au niveau du collège », Revue française de pédagogie, n° 117, 1996, p. 29-37.

Auteur

© Centre Jacques-Berque, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable