Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrants au Maroc

 | 
Nadia Khrouz
, 
Nazarena Lanza

Le Maroc : une société plurielle au prisme de l'altérité

Les étudiants subsahariens, nouveaux portraits de la présence étrangère au Maroc : l’exemple des Maliens de Fès

Touré Niandou

Texte intégral

1En raison de la densification des mouvements migratoires du et vers le Maroc, depuis une vingtaine d’années, le Royaume est désormais reconnu comme pays d’immigration et d’émigration (de Wenden, 2013). Les étudiants étrangers, dont la majorité provient d’Afrique subsaharienne, figurent parmi les catégories les plus représentées pour ce qui est de l’entrée sur le territoire marocain. En effet, leur nombre croît de façon constante depuis 1998, aussi bien en termes absolus qu’en proportion du nombre total d’étudiants inscrits dans les établissements d’enseignement supérieur du pays. D’après des estimations récentes, on en dénombrait plus de 15 000 en 2010-2011 (Meyer, Laouali, 2012). Cette même année, nous estimions à 1 800 le nombre d’étudiants maliens au Maroc. Pour illustration, la liste électorale réalisée en vue de la présidentielle 2012 par l’ambassade du Mali, recensait 1 995 Maliens au Maroc dont près de 1 900 étudiants arrivés avant cette date. 100 nouveaux boursiers maliens arrivent chaque année au Maroc et un nombre encore inconnu d’étudiants s’inscrivent simultanément dans les établissements supérieurs privés.

2La plupart des étudiants étrangers dans les établissements marocains proviennent d’Afrique subsaharienne, d’où sont également originaires une proportion importante de migrants en situation administrative irrégulière installés au Maroc. Les données relatives à ces migrants se caractérisent par leur très grande variation suivant les organismes qui les produisent. Leur nombre se situerait ainsi entre 4 500 – statistique invraisemblablement basse – et 40 000, estimation plus plausible (Human Rights Watch, 2014). Les étudiants subsahariens constituent une population de plus en plus importante au Maroc, cependant assez peu de publications scientifiques ont fait cas du phénomène (Berriane, 2012).

3Cette contribution analyse la présence d’étudiants subsahariens dans les villes marocaines à partir du cas des Maliens des quartiers d’Atlas et de Florence, à Fès. Dans le cadre de nos recherches de terrain, réalisées pour notre thèse de doctorat en 2012 et 2013, nous avons trouvé à Fès des spécificités qui font de ce lieu saint de la Tidjaniyya un intéressant terrain d’observation. On y trouve, agrégées, les différentes catégories historiques de la mobilité étudiante malienne : d’une part, les boursiers de la coopération aux statuts divers et, d’autre part, les étudiants non boursiers majoritairement inscrits dans les écoles privées. La présence de plus en plus importante de cette dernière catégorie découle des nouvelles mutations de l’enseignement supérieur marocain et de la demande de formation des étudiants subsahariens. C’est pourquoi notre propos sera focalisé sur Fès, ses écoles privées, sa nouvelle ville (Fès El Jdida) et sur ses étudiants maliens. Les résultats présentés sont issus de deux mois de terrain à Fès, quinze entretiens semi- directifs auprès des étudiants et une observation participante auprès de nos hôtes étudiants. La construction de notre échantillon a été faite de sorte que s’y retrouve la mosaïque des profils d’étudiants. Aidés en cela par notre hôte étudiant, nous avons pu rencontrer dix étudiants et cinq étudiantes suivant principalement des formations en sciences de l’entreprise (finance, gestion, marketing) et en NTIC (informatique, télécom). Les analyses présentées sont éclairées par une vue d’ensemble de la présence étudiante malienne au Maroc, qui a fait l’objet d’autres terrains de recherche dans le cadre de notre doctorat, à Rabat, Casablanca ou Mohammedia.

4La présence d’étudiants subsahariens n’est pas un phénomène nouveau au Maroc. Cependant, c’est par son ampleur grandissante et par les mutations qui sont consubstantielles à la mobilité étudiante qu’elle invite à la réflexion. En effet, ces évolutions nous incitent à interroger l’impact du mode d’habitat et la visibilité croissante des étudiants dans l’espace public sur la nature de leurs perceptions de soi et d’autrui. En analysant les marqueurs de la présence étudiante malienne à Fès et la question de leurs rapports avec les autres populations en place, nous pourrons mieux comprendre le mécanisme plus général de la participation de la présence estudiantine dans la construction de la figure de l’étranger subsaharien.

5Afin d’analyser les ressorts de cette présence, nous opérerons un bref retour historique sur la présence étudiante étrangère au Maroc. Nous nous intéresserons ensuite aux profils des étudiants maliens, avant de dévoiler leur environnement social, sorte de microcosme construit dans un espace géographique situé entre les écoles et les logements privés qui les accueillent. Ce diagnostic permettra, in fine, de dresser une analyse de la visibilité des étudiants étrangers et de son impact sur leurs représentations sociales de soi et d’autrui.

Cinquante ans de présence étudiante subsaharienne

6La formation d’étudiants subsahariens au Maroc remonte aux années 60 (Belkadi, Charef, 2009). Elle constituait un volet clé de la coopération économique bilatérale liant le Maroc à ses voisins du Sud (accord de 1963 avec le Sénégal, de 1972 avec le Gabon). Dans d’autres cas, la formation des étudiants subsahariens était financée par des institutions spécialisées de l’ONU – comme l’Organisation mondiale de la santé (OMS) – à travers leurs programmes de renforcement des compétences.

7Suite à son retrait définitif de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA) en 1985 et la création en 1986 de l’Agence marocaine de coopération internationale (AMCI), ces accords ont été systématisés afin de permettre au Maroc d’asseoir ou de maintenir son influence sur les pays au sud du Sahara. C’est ainsi qu’ont été signés des accords commerciaux de nature plus ou moins similaire avec le Mali et le Cameroun en 1987 et une demi-douzaine d’autres jusqu’en 1997 avec le Bénin, le Burkina Faso et la Guinée.

8Le troisième temps de la mobilité d’étudiants subsahariens au Maroc se situe au début du XXIe siècle, avec la promulgation en 2000 de la loi n° 01-00 sur l’organisation de l’enseignement supérieur. Cette loi matérialise la volonté du Maroc de faire de l’enseignement supérieur privé un domaine complémentaire des établissements publics, grâce son innovation dans les programmes de formation et de recherche (article 39 de la loi). Ce terme renvoie aux espoirs que plaçait l’État dans l’essor de l’enseignement supérieur privé, à travers la diversification de l’offre pédagogique et l’élargissement des domaines de recherche scientifique. Depuis, on a assisté à une multiplication exponentielle des écoles supérieures privées accréditées dont le nombre est passé en trente ans, de 2 à 230, dont 6 universités privées, d’après le ministère marocain de l’Enseignement supérieur. Les établissements privés accueillent un nombre considérable d’étudiants, encore difficile à dénombrer, les données de l’AMCI concernant essentiellement les boursiers. Dans certaines écoles privées de la Nouvelle Fès, dans les quartiers Florence et Atlas, les étudiants subsahariens représentent souvent deux-tiers à trois-quarts de l’effectif total.

L’étudiant dans la ville, une figure différente de l’étranger

9Les étudiants des écoles privées sont issus de catégories sociales aisées, ce qu’atteste leur pouvoir d’achat élevé. En effet, les coûts de scolarité constatés auprès des étudiants maliens que nous avons interviewés, sont compris entre 25 000 et 60 000 dirhams par an, l’équivalent de 2 200 et 5 500 €. À ces coûts de scolarité, il faut ajouter le coût de la vie dans les grandes villes marocaines, afin d’évaluer le coût financier supporté par les parents maliens qui assument les frais de séjour de leurs enfants. Par un croisement des informations recueillies auprès de nos enquêtés et des associations étudiantes, nous sommes parvenus à estimer le coût moyen du séjour annuel entre 5.000 à 9.000 € par étudiant. Ces montants dépassent les niveaux moyens de richesse économique au Mali, où le revenu national brut par habitant est seulement de 600 € par an.

10À Fès, les étudiants habitent généralement près de leur école, chez des particuliers. Ils investissent ainsi un petit périmètre urbain qui rend leur présence d’autant plus notable. Ils sont visibles dans les grandes villes marocaines, comme dans le centre de Fès où toute leur vie est concentrée dans un microcosme social très dynamique. Les étudiants y mènent une vie associative dense, occupent des logements où ils cohabitent par groupes de quatre à six en moyenne, y fréquentent leurs écoles et différents lieux de divertissement.

11Au cours de notre investigation, nous avons essayé de déterminer le nombre d’étudiants maliens à Fès. D’après nos calculs approximatifs réalisés avec l’aide du bureau de l’association des stagiaires et étudiants maliens (ASEM), ils étaient, en 2012-2013, entre 500 et 600, dont plus des trois-quarts inscrits dans des établissements supérieurs privés. Les sciences de l’entreprise (gestion, marketing, finance, audit) et les nouvelles technologies (informatique et télécoms) sont les principales disciplines dans lesquelles s’inscrivent les étudiants maliens, à l’instar de leurs homologues Sénégalais – encore plus nombreux à Fès.

Atlas et Florence, des quartiers « ouest-africains »

12La majorité des étudiants maliens se répartissent entre trois écoles : Sup’Management Fès, HECF (Hautes études comptables et financières) et EPSIEL (École polytechnique supérieure en informatique et électronique). Ces trois institutions sont situées dans un périmètre à la frontière entre les quartiers Atlas et Florence. Elles ont des stratégies marketing plutôt tournées vers l’Afrique. C’est ce qui ressort de leur communication axée sur leurs importants réseaux internationaux ou la possibilité de délivrer des diplômes français et canadiens au Maroc. HECF a un accord de partenariat avec l’ESC de Pau, EPSIEL avec l’université de Franche-Comté et Sup’Management bénéficie d’un réseau mondial de collaborations, notamment en Espagne et aux États-Unis.

13Sup’Management est également implantée au Mali, au Sénégal et en Mauritanie. Il n’empêche que l’antenne de Fès accueille des étudiants de tous ces pays, confirmant ainsi l’importance du label « diplômé du Maroc », valorisé sur le marché malien de l’emploi. Il l’est d’autant plus qu’il provient d’un pays en voie de développement et « si proche de l’Europe » nous dit Aicha, étudiante en informatique à EPSIEL. Les autres écoles surfent sur une communication, portée par certains étudiants, qui ont le statut de recruteurs officiels, et qui font des campagnes annuelles de recrutement toujours fructueuses dans leurs pays d’origine.

Le microcosme social des étudiants maliens de Fès

14À Fès, le périmètre spatial et social de la vie des étudiants maliens du privé, est similaire à celui de la plupart de leurs homologues d’Afrique subsaharienne : ils vivent en communauté entre des logements partagés avec leurs compatriotes, des écoles où les étrangers sont souvent nombreux et se regroupent dans des associations nationales ou régionales. En grande majorité non arabophones, les étudiants des écoles privées côtoient très peu la population marocaine en dehors de l’espace public : commerces de proximité, résidences communes. L’ASEM est une association fédératrice des Maliens. Elle existe sur l’ensemble du territoire et dispose d’une antenne dans quasiment toutes les villes universitaires. Les autres communautés nationales sont organisées suivant le même mode associatif et se regroupent régulièrement autour d’activités ayant pour but la promotion de la culture de leurs pays d’origine. Bien souvent, la majorité des participants à ces activités sont d’autres étudiants subsahariens et quelques camarades de classe marocains. Dans le cadre de la CESAM (Confédération des élèves, étudiants et stagiaires africains du Maroc) se retrouvent, toutes nationalités confondues, les étudiants subsahariens pour des activités de nature similaire à celles des associations nationales : football, sorties récréatives, journées culturelles annuelles dans les différentes villes, rencontres conviviales autour des fêtes nationales, etc.

15À Fès, dans le quartier de l’Atlas, se trouve également un fast- food, l’Immigré, fréquenté quasi-exclusivement par des étudiants d’Afrique subsaharienne. Le propriétaire de l’Immigré serait lui-même un Marocain revenu d’un séjour en Europe. Certains étudiants s’y reconnaissent et échangent les cordialités en moyenne une fois par jour. Baba, étudiant à HECF, témoigne : « Je me sens comme chez moi ici. Je viens deux ou trois fois par jour. Et l’enseigne est bien trouvée, ‘l’Immigré’, j’ai l’impression que c’est fait à notre intention ». Cette déclaration contraste avec d’autres discours des étudiants qui se définissent parfois par opposition aux « immigrés », démontrant là leur rapport ambivalent aux migrants en situation irrégulière provenant d’Afrique subsaharienne.

Représentations de soi et d’autrui, les rapports ambivalents des étudiants avec les « immigrés »

16En dépit de l’existence des critères objectifs de définition de la migration, comme l’installation dans un territoire nouveau pour une longue durée, nous avons formulé, lors de notre terrain exploratoire au Maroc en 2012, l’hypothèse selon laquelle la mobilité étudiante n’est pas une migration à proprement parler. La question des représentations sociales de soi et d’autrui, chez les étudiants, a été avant tout le résultat d’un travail inductif : c’est la multiplication des occurrences des termes « immigrés » et « clandestins » employés alternativement pour désigner les migrants subsahariens en séjour irrégulier qui nous a conduit à approfondir la réflexion sur ce sujet.

17Cette question permet de comprendre que la différence entre « étudiant » et « migrant » est liée à un ensemble de représentations sociales et de fonctions assignées dans le discours populaire via les médias de masse, aux catégories de migrant travailleur manuel et d’étudiant qui exerce une activité intellectuelle. Ainsi, il ressort de nos entretiens et de nos discussions régulières que la question des représentations des « immigrés » et de la charge symbolique du mot « immigré » a une connotation négative. Dans leurs discours, les étudiants adoptent une position ambivalente. Tantôt, ils se déterminent comme des « immigrés », comme Baba s’associant au nom de l’enseigne du restaurant où il mange, tantôt, ils se départissent d’eux, soulignant que ces derniers sont illettrés et en situation irrégulière : « Nous ne sommes peut-être pas chez nous, mais pas de la même façon que les clandestins. Eux, ils sont sans papiers » résume Aminata, étudiante à Sup’ Management. Ces étudiants maliens admettent leur altérité, mais ils se conçoivent comme étrangers autrement, en comparaison avec les migrants irréguliers.

Conclusion

18Le Maroc est manifestement un pays d’émigration et d’immigration, et les étudiants étrangers, majoritairement originaires d’Afrique subsaharienne, participent beaucoup à cette nouvelle donne. L’essor du secteur privé de l’enseignement supérieur et l’ouverture internationale vers le sud qui s’en est suivie, combinée à la demande croissante d’éducation en Afrique de l’Ouest, font de cette nouvelle configuration une tendance qui se consolidera dans les prochaines années.

19La posture d’étrangers dans laquelle se découvrent les étudiants maliens, contraint ces derniers à se questionner sur leur place dans la société d’accueil. Dans cette situation, ils optent pour des positions ambivalentes qui sont en réalité le reflet d’un positionnement tantôt en phase avec les catégories dans lesquelles ils se sentent cantonnés dans le discours public, tantôt en opposition aux représentations des Subsahariens, qu’ils estiment misérabilistes. Ainsi, ils sont étrangers, comme leurs compatriotes en situation irrégulière, mais de façon différente, positive. Cette analyse des représentations sociales de l’étudiant étranger au Maroc, figure renouvelée de la présence étrangère dans le Royaume, pourrait être complétée par une entrée par les représentations sociales de l’étranger par les populations autochtones, en s’intéressant aux évolutions de ces représentations qui, sans doute, se nourrissent des mouvements migratoires actuels et à venir.

Bibliographie

A. Belkadi, M. Charef, « Les étudiants étrangers dans l’enseignement supérieur public et privé marocain », dans S. Mazzella (dir.), La mondialisation étudiante. Le Maghreb entre Nord et Sud, Paris, Karthala/IRMC, 2009, p. 243-255.

J. Berriane, « La formation des élites subsahariennes au Maroc », dans M. Mokhefi, A. Antil (dir.), Le Maghreb et son Sud. Vers des liens renouvelés, Paris, CNRS, 2012, p. 155-171.

C. Wihtol de Wenden, « Migrations en Méditerranée, une nouvelle donne », Confluences Méditerranée, n° 87, 2013/4, Méditerranée : mare nostrum pour les migrants ?, p. 19-30

Human Rights Watch, Abused and expelled : Ill-Treatment of Sub- Saharan African Migrants in Morocco, HRW reports, 2014 http://www.hrw.org/sites/default/files/reports/morocco0214_ ForUpload_0.pdf

S. M. Laouali, J.-B. Meyer, « Le Maroc : pays d’accueil d’étudiants étrangers », Hommes & Migrations, n° 1300, 2012, p. 114-123

© Centre Jacques-Berque, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable